Agatha

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 24 août 2016 | Archivage 21 déc. 2017

Résumé

Agatha Miller a 14 ans. C’est une jeune fille enjouée, au caractère bien trempé, qui dévore la vie à belles dents. Mais Agatha porte également en elle une part d’ombre. Il n’est pas aisé d’être une adolescente curieuse, ambitieuse et créative dans l’Angleterre du début du xxe siècle, où le rôle de la femme est encore limité au foyer.

Agatha se souvient de ce père, mort trop tôt, qui croyait en elle. Il lui disait : « Quelle imagination, mon Agatha ! Tu devrais écrire des histoires… » Agatha décide de croire en ses rêves. De devenir chanteuse. D’aller étudier à Paris. Quoi qu’il en coûte à leur modeste foyer.

S’ajoutent à cela les premiers émois, les premières frayeurs devant son corps qui se transforme, les premiers élans littéraires et artistiques qui la poussent inlassablement à consigner sur le papier les menus détails de sa vie.


La plume de Françoise Dargent retrace avec pudeur et subtilité l’ébauche de celle qui deviendra Agatha Christie, la « reine du crime ».

Agatha Miller a 14 ans. C’est une jeune fille enjouée, au caractère bien trempé, qui dévore la vie à belles dents. Mais Agatha porte également en elle une part d’ombre. Il n’est pas aisé d’être une...


Formats disponibles

FORMAT GF cartonné
ISBN 9782012270084
PRIX 15,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

L'époque Edouardienne, à Torquay,en Angleterre, la jeunesse aristocratique y court des jours paisibles,entourée de valets et servantes, sans se soucier du lendemain. Détrompez-vous! La vie d'une adolescente dans les années 1900 n'est pas de tout repos. Mille questions lui traversent l'esprit. Ainsi, Agatha se découvre un jour jeune fille alors que la veille elle se cachait dans le arbres, et se goinfrait de sucrerie, pourquoi personne n'avait daigné lui expliquer ce qui se passait quand on grandissait? Elle sait que le monde est régit par les hommes, et qu'elle devra obéir et satisfaire un futur mari. Mais son père est mort et elle a grandi dans une demeure dirigée par les volontés d'une femme, la bienveillante Mme Miller, sa mère. Difficile pourtant d'oser affirmer ses affinités pour l'art et notamment sa volonté de devenir cantatrice. Le début du XXème siècle oscille entre le souvenir de l'époque victorienne et les début de la modernité sociale (une plage mixte vient d'être créée à Torquay, quelle drôle d'idée!) Agatha transcrit ses états d'âmes dans un carnet ou dans les courriers qu'elle rédige à sa soeur Madge ou son amie Nan. Elle a l'art d'inventer des histoires mais reste passionnée par le chant , et puis, c'est son aînée Madge qui est douée. Elle a même été publiée dans Vanity Fair, pas elle! De la grande demeure familiale anglaise aux pensions pour jeunes filles à Paris, les indices s'égrainent. Tantôt une bibliothèque, tantôt un passage secret, tantôt les traits , l'accent d'un personnage ou encore un moyen de locomotion, autant d'éléments qui se retrouveront dans les futurs romans d'Agatha. Car oui, la reine du crime voulait être cantatrice, quel bonheur, pour nous qu'elle ait un jour abandonné l'idée au profit de la plume! Inspirée de l'autobiographie d'Agatha Christie ce roman permet de se plonger dans la jeunesse de la romancière. On y découvre avec délice les petits détails de la vie quotidienne et des mœurs sociales de l'époque parfois mises à mal par les prémices d'une émancipation féminine.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En partant de faits réels, connus, Françoise Dargent dresse le portrait d'une jeune fille et d'une époque. On retrouve des airs de Downton Abbey dans cette famille qui fut aisée mais que la mort du père a contraint à des restrictions. On se plonge dans une époque au cours de laquelle les jupes des femmes raccourcissent légèrement tandis que les voitures commencent à trouver leur place entre les fiacres, une époque où les femmes se baignaient sur des plages non-mixtes et étaient amenée à l'eau dans des cabines pour ne pas dévoiler leurs formes avant même de rentrer dans l'eau, une époque où les femmes étaient cantonnées à la sphère domestique uniquement... Et, au milieu de cette société qui bouge peu à peu, l'histoire d'une jeune fille qui adore Conan Doyle mais constate à regret que bien peu de femmes ont percé en littérature (si elle savait !!!) et se rêve concertiste, voire même cantatrice... Des premières règles aux premiers émois amoureux, de la rébellion contre sa mère à sa vie parisienne en pension, Françoise Dargent raconte une adolescente sensible et pleine d'imagination. Si le style m'a paru parfois à peine lourd, notamment dans certains dialogues, je me suis rapidement laissée portée par cette histoire bourrée de référence à l'oeuvre de la reine du crime, comme autant de clins d'oeil à une oeuvre majeure de la littérature policière. Conseillé sur le site de l'éditeur à partir de 10 ans, Agatha est un très bon roman pour les ados qui auraient déjà eu l'occasion de lire quelques uns des plus grands classiques de celle qui est devenue Mrs Christie !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman jeunesse est intéressant, dynamique et drôle. L’écriture de l’auteure est précise et savoureuse et rend à merveille cette époque. On se glisse facilement dans les bottines d’Agatha, au sein d’une famille unie et chaleureuse, et l’on vit le quotidien d’un jeune bourgeoise anglaise au début du XXe siècle, à la Belle Epoque. Pas question alors, pour une fille, de sortir du rang ! Il fallait être discrète, bien élevée, aimante et à sa place en toutes circonstances. Les deux ans passés à Paris et son voyage au Caire avec sa mère, l’année de ses dix-huit ans, lui feront prendre conscience que, hors d’Angleterre, ses compatriotes pouvaient vivre plus librement et de façon moins guindée. Cela apportera très certainement de l’assurance à cette jeune fille naturellement portée vers la nouveauté, l’évolution technologique et l’indépendance. Cette biographie romancée est une réussite. Il est impossible de ne pas s’attacher à la jeune Agatha. Les chapitres sont courts, l’écriture vive et les pages se tournent sans effort, tant on est emporté par la fougue de l’héroïne. Cette immersion dans l’Angleterre de la Belle Epoque, où les plages n’étaient pas mixtes, où les enfants étaient, la plupart du temps, élevés par des nourrices, où les bourgeois préféraient envoyer leurs enfants étudier à l’étranger plutôt qu’à Londres avec des enfants d’un autre rang, permet d’appréhender l’évolution de la société en cent ans, mais aussi l’influence que celle d’alors a eue sur Agatha Christie. Cette « bonne société » et l’éducation qu’elle dispensait à ses filles transparaissent, en effet, dans toute son œuvre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Riche idée de l' auteure de nous faire rencontrer la Reine du crime ado ! Il est amusant de déceler les inspirations des futurs grands romans d' Agatha, disséminées dans tout le récit, un vrai plaisir de lecture pour tous les ages.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

"Françoise Dargent peint ici le portrait de cette jeune fille de quatorze ans, petite dernière de la famille, sans cesse comparée à son aînée qui, elle, respecte ce qu’on attend d’elle. Comment Agatha Miller est-elle devenue Agatha Christie ? L’auteur s’applique à répondre à cette interrogation et le lecteur découvre une jeune fille d’une curiosité sans limite, avide de connaissances et rêvant de voyages. Mais la jeune Agatha était aussi une adolescente boudeuse et parfois agaçante. L’auteur livre un portrait sans concession, abordant les meilleurs comme les moins bons aspects de la personnalité de la future écrivaine dont la jeunesse est intéressante à découvrir. L’écriture de Françoise Dargent rend cette biographie vivante et le lecteur s’attache à Agatha, malgré ses mauvais côtés. "

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Agatha, cette belle couleur jaune et la moustache qui ne sont pas sans rappeler la collection Masques dans laquelle les livres d’Agatha Christie ont été publiés et la moustache de notre cher Hercule Poirot. Je trouvais de plus le résumé intéressant, même si ce roman propose ici une vue presque fictive de la vie de la jeune Agatha, j’étais intéressée par le personnage ! J’ai donc entamé ce roman avec curiosité. Je dois dire que j’ai été très surprise car c’est un roman qui se lit très très vite bien qu’il me semblait d’épaisseur respectable en librairie ! J’ai donc très facilement avancé dans ce roman qui se laisse dévorer par son écriture fluide et agréable. L’auteur a un bon style qui colle avec le thème qu’elle aborde et le public qu’elle vise. Concernant l’histoire en elle-même, je dois dire que je me lançais totalement à l’aveuglette: si les livres et l’univers d’Agatha Christie me passionnent, je ne me suis pas encore penchée sur sa biographie et les quelques petits éléments que j’ai potentiellement pu découvrir sont tirés d’une série télé (Doctor Who), je me lançais sans aucune information sur le personnage que ce soit sa carrière d’écrivain ou son enfance. D’ailleurs, l’auteur nous précise à la fin du livre qu’elle s’est servie de la biographie qu’a écrite Agatha Christie pour construire le récit de son enfance, recréer les lieux et les rencontres qu’elle a pu y faire faisant de son roman un récit fictif basé sur des faits réels. Bien qu’elle m’ait fait sourire, l’histoire de notre jeune Agatha ne m’a pas plus transportée que ça, c’est une jeune fille vive, pleine de rêves mais qui se sous-estime un peu, et bien que j’ai aimé son caractère, elle n’a pas su me toucher plus que cela. J’ai souris surtout aux clins d’œil que l’auteur glisse dans son récit, faisant référence à quelques titres des œuvres d’Agatha Christie. Je vais donc conclure en disant que c’est un bon roman, sympathique et lumineux qui nous donne à voir l’époque où a grandit Agatha Christie, une époque de changement, un livre à découvrir pour imaginer un peu comment a pu être la jeune Agatha, celle qui deviendra un des plus grands auteurs de policier du monde, mais qui pour moi, ne pousse pas l’aventure assez loin dans la vie de la jeune femme. A découvrir !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman nous plonge dans le début du XXe siècle, dans la campagne anglaise, auprès de la famille Miller. Le lecteur découvre la jeune Agatha Miller, jeune fille de 14 ans pleine de rêves et d’imagination. Il s’agit de la jeune Agatha que l’on connaît mieux sous le nom d’Agatha Christie. L’auteur revient sur la jeunesse de cette romancière, et j’ai beaucoup aimé imaginer cette jeune fille qui ne rêvait que de liberté. J’ai aimé la voir évoluer dans ce roman et j’ai apprécié de la suivre dans son adolescente. Au fur et à mesure de me lecture, j’ai découvert une Agatha Christie telle que je l’imaginais à la lecture de ses romans, une jeune femme pleine de facétie, au caractère bien trempé, et sure de ce qu’elle veut. Je me suis attachée à cette jeune fille boudeuse parfois, agaçante souvent, mais toujours attachante. Ce roman de jeunesse est très bien écrit, l’auteur écrit pour la jeunesse mais le vocabulaire est riche. Françoise Dargent a vraiment une très belle écriture. Le roman est accessible aux adolescents mais aussi aux adultes. Chacun peut s’y retrouver. Lorsqu’on débute la lecture, on a envie de connaitre la suite des aventures de la jeune Agatha. On la suit à Paris, puis au Caire et enfin à son retour chez elle en Angleterre, on la voit grandir et devenir une très belle jeune femme qui apprend à s’affranchir des conventions pour s’affirmer. Ce roman a été une très belle découverte pour moi, j’ai aimé découvrir la jeune Agatha : il s’agit d’un roman inspiré de faits réels ce qui fait qu’on a vraiment une belle idée de la vie de la jeune fille. Le roman peut être lu par les enfants et les parents, ce qui est vraiment très sympathique. Un roman à découvrir

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Comment une petite fille avide de connaissance est-elle soudainement devenue la grande Agatha Christie, reine du crime, qui publia d’innombrables nouvelles et romans policiers, souvent adaptés pour la télévision ? Françoise Dargent se propose de répondre à la question avec Agatha, dans lequel elle revient sur l’adolescence de la romancière. Oeuvre de fiction, le roman se base néanmoins sur certains éléments de l’autobiographie qui paru en 1977, à titre posthume. Que c’est émouvant de suivre ce petit bout de femme durant 300 pages ! D’une demeure bourgeoise de Torquay, en Angleterre, aux pensions de familles parisiennes, nous suivons la jeune Agatha, qui, comme toutes les filles de son âge, a ses doutes, ses espoirs et de grandes ambitions. Le tout est d’autant plus intéressant à lire quand on sait quelle sera sa destinée !🙂 D’une grande curiosité, elle rêve de voyages sur de lointains continents, et se perd dans les livres pour mieux s’évader. Elle voue d’ailleurs une admiration sans borne aux enquêtes de Sherlock Holmes. Vive, tout en étant un peu réservée, sa fougue contamine rapidement le lecteur, le poussant à s’attacher à cette jeune demoiselle, et à tourner les pages coûte que coûte. Agatha, c’est aussi le portrait d’un autre temps : le début du XXe siècle. Une époque où les femmes étaient cantonnées à leur rôle d’épouse et de mère, où les plages n’étaient pas mixtes et où l’on ne dévoilait surtout pas son corps…mais aussi une époque où l’on sent souffler le début d’un vent d’émancipation. La mention d’un passage secret dans une grande bâtisse, la volonté de voyager par l’Orient Express, dix petites statuettes sur une cheminée, un séjour en Egypte près des pyramides… autant d’éléments distillés dans l’histoire, que l’on prend plaisir à rattacher aux romans de la célèbre romancière ! Françoise Dargent nous amène sur les pas de la plus célèbre romancière de son temps, en même temps qu’elle nous fait découvrir le quotidien d’une époque. Je regrette simplement que le roman prenne fin juste avant qu’Agatha ne soit publiée pour la première fois. Après toutes ces aventures, j’aurais apprécié de suivre ses débuts éditoriaux…. C’est en tout cas un bel hommage à cette femme, un roman très documenté, qui donne inévitablement envie de se replonger dans les classiques de la reine du polar !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout le monde connait la Reine du crime, Agatha Christie. Mais qui connait sa vie personnelle et plus particulièrement son enfance et son adolescence alors qu’elle s’appelle encore Agatha Miller? Avec son roman, Françoise Dargent nous propose de découvrir ce pan de vie. Nous faisons la connaissance d’Agatha à la fin de son enfance. C’est une jeune fille vive, imaginative et aventureuse. Nous la suivons entre l’Angleterre, Paris et l’Égypte. Ce livre m’a permis de percevoir ses premières inspirations et d’où lui est venue cette envie d’écrire. L’auteur mixe différents styles pour construire son récit : la biographie romancée, l’épistolaire et le journal intime. Cela donne une bonne dynamique à l’ensemble. L’histoire de la jeune fille passant de l’enfance à l’âge adulte est assez classique. Par exemple, on n’échappe pas à la description de l’apparition des règles. Cet événement est souvent relaté dans ce type de roman. Pour ne rien arranger, l’auteur s’appesantit sur ce bouleversement. Par contre, j’ai aimé découvrir la vie d’Agatha dans sa famille puis au pensionnat près de Paris et enfin en Égypte. Ces différentes situations donnent une bonne idée de son existence durant cette époque charnière entre le XIXe et le XXe siècles. Le lecteur se rend également assez vite compte qu’Agatha n’était pas destinée à devenir écrivain puisqu’elle souhaitait devenir chanteuse lyrique, envie assez vite abandonnée. Cette biographie romancée est, dans certains choix, assez classique. Par contre, j’ai beaucoup aimé découvrir l’adolescence d’Agatha Christie entre l’Angleterre, Paris et l’Égypte. C’est le moment où tout se noue pour elle et où elle va trouver sa voie. A la fin du roman, on aimerait en savoir plus et que le voyage continue à ses côtés.

Cet avis vous a-t-il été utile ?
Aucune

Aucune
Cet avis vous a-t-il été utile ?

Qui ne connaît pas Agatha Christie, au moins de nom, la reine du crime ? Hercule Poirot et Miss Marple sont les détectives les plus connus au monde après Sherlock Holmes. À ma grande honte, je n'ai jamais lu du Agatha Christie et pourtant, ces romans policiers ne manquent pas dans ma pile à lire. Je remercie les éditions Hachette et Netgalley France pour l'envoi de ce service presse numérique. Dès l'annonce de sa publication par les éditions Hachette, j'étais très intriguée par ce roman. Découvrir comment Agatha est devenue la grande Christie pique la curiosité. Agatha a quatorze ans lorsqu'on fait sa connaissance. Dernière d'une fratrie de trois enfants, elle se cherche. Sans cesse comparée à sa soeur aînée, Madge, douée pour les études et très jolie, et suite au décès de son père, elle n'a pas la chance de faire les mêmes études que sa soeur. On suit Agatha en Angleterre, en France et en Égypte. Agatha est une adolescente comme les autres même si elle est née à une époque où les moeurs n'étaient pas les mêmes, et où les droits de la femme étaient encore très réduits. Elle manque énormément de confiance en elle et en devient parfois assez énervante, car pendant le récit, j'ai eu l'impression qu'Agatha passait son temps à se plaindre. De fait, j'ai eu quelques difficultés à m'attacher au personnage et donc à m'intéresser à sa destinée. Mais au-delà de ça, son personnage montre une grande curiosité pour le monde, et toutes les situations sont bonnes à nourrir son imagination. Agatha est une jeune fille très intelligente qui aurait souhaité être cantatrice - on est bien loin du métier d'écrivain -, mais qui est beaucoup trop timide pour monter sur scène soir après soir. François Dargent par cette biographie de l'adolescence d'Agatha Christie cherche à nous montrer qu'il suffit d'avoir de la curiosité, une imagination débordante pour pouvoir écrire. La confiance en soi s'acquiert au fur et à mesure. Une chose m'a vraiment déçu dans cette biographie, c'est que Françoise Dargent a arrêté son récit beaucoup trop tôt, bien avant qu'Agatha commence à écrire son premier roman. Elle venait juste d'avoir l'idée de son personnage phare. Je suis restée sur ma faim. J'aurais aimé connaitre les démarches qu'elle a dû faire pour être publié alors qu'elle était une femme écrivant des romans policiers.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La jeunesse (genèse ? ) d'Agatha Christie. Nous n'accompagnerons pas l'héroïne jusqu'à la publication de son premier roman, mais Franoise Dargent nous donne quelques indices sur sa ocation. C'est aussi le portrait d'une jeune bourgeoise de la Belle Epoque. J'avoue avoir beaucoup appris sur la vie quotidienne à Torquay Bref, un roman très agréable à lire

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avec une écriture fluide , élégante, cette biographie nous dresse le portrait touchant d'une adolescente anglaise au début du XX° siècle. La jeune Agatha Miller ( future Agatha Christie) évolue dans une famille bourgeoise traditionnelle désargentée, suite au décès du père quelques années auparavant. Traditionnelle car l'éducation des filles est empreinte de non-dits ( le passage où elle découvre qu'elle a ses règles pour la première fois est édifiant), d'interdits ( à Torquay, la station balnéaire où elle a grandi, on se baigne sur des plages non-mixtes), de clichés ( le séjour dans une pension pour jeune fille à Paris pour parfaire son maintien et sa bonne éducation est un passage obligé) , mais aussi, par certains aspects, iconoclaste, puisqu'on favorise son goût pour les arts, et on la pousse même à l'écriture. C'est ainsi que la biographie s'attarde sur des épisodes qui ont pu inspirer la future écrivaine : la vie des petites communautés que l'on peut trouver dans des stations balnéaires, le séjour au Caire, on y retrouve même les statuettes des dix petits nègres... Une lecture récréative, mais agréable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ecrire une biographie romancée n’est pas chose aisée, parce qu’il faut à la fois coller à la réalité historique et écrire un texte plaisant à lire. De ce point de vue, je peux dire qu’Agatha est une réussite. Ce récit ne prétend pas que l’enfance, l’adolescence d’Agatha Miller contenaient toute son oeuvre à venir en germe, non. Elle ne prétend pas non plus qu’un homme a transformé la tendre jeune femme en écrivain, non – en effet, pour certains, derrière la femme qui écrit, cherchez l’homme qui guide, corrige, inspire. Agatha est la petite dernière de trois enfants, aimée par sa mère et sa soeur aînée qui est restée proche d’elle malgré son mariage et la naissance de son fils. Elle était aimée par son père aussi, cela ne fait aucun doute, mais celui-ci est décédé prématurément, laissant sa femme et sa fille dans une situation financière compliquée. Plus que sur la naissance d’un auteur – Agatha a toujours aimé écrire, son père, sa soeur, l’y ont encouragé – ce livre nous montre l’éducation réservée aux filles aisées au tout début du XXe siècle. Tout était fait pour les maintenir dans une certaine forme d’ignorance – même les pensions avaient pour but de les préparer à une vie mondaine, une vie d’épouse, non à les cultiver ou à entretenir leur curiosité. Même jouer au théâtre pouvait se révéler fort compliqué, il fallait compter avec les costumes, pas toujours conformes à l’idée que l’on se fait d’une tenue idéale pour une jeune fille. Ne parlons même pas de nager, sport, pourtant, dans lequel la jeune fille excellait. Agatha n’est pas naïve, non, elle est maintenue dans l’ignorance de certaines choses de la vie, tout comme ses amies – même les soeurs aînées « oublient » de transmettre certaines informations à leurs jeunes soeurs, parce qu’elles ont oublié ce par quoi elles sont passées, ou parce qu’elles respectent les interdits qui ont été posées par leurs mères. Le but ultime est de trouver un mari pour sa fille -un bon mari, qui aura une bonne situation. Si beaucoup de jeunes gens gravitent autour d’Agatha, qui apprend, entre autre, comment tenir un carnet de bal, il n’est pas encore question d’une grande histoire d’amour pour la jeune fille, mais d’amour comme on peut en ressentir à l’adolescence, quitte à découvrir que l’objet de vos soupirs n’est plus tout à fait celui qui faisait rêver. Agatha est un joli roman pour raconter qu’en fait un écrivain a toujours écrit, même quand il n’était pas publié.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman nous emmène dans l'enfance de la jeune Agatha Christie, à la découverte d'une jeune fille de la noblesse anglaise, encore loin de cet auteur de roman policier si célèbre. On découvre une jeune fille en proie aux doutes et aux interrogations de l'existence. J'y ai lu aussi une histoire de la perception du corps féminin. Dans cette Angleterre si prude, la féminité se découvre de manière brutale. Nous avons la chance aujourd'hui d'avoir accès a toutes les informations nécessaires pour découvrir et comprendre son corps.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci au site Netgalley et aux Éditions Hachette de m'avoir permis de lire cette biographie romancée sur Agatha Christie. On sent tout au long de la lecture que l'auteure, Françoise Dargent, s'est beaucoup documentée pour écrire son roman. On découvre ainsi toute la jeunesse d'Agatha Christie à travers sa vie quotidienne et ses nombreux voyages. Un livre surprenant et dense à faire découvrir aux bons lecteurs.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai adoré le roman. N'ayant pas encore eu l'occasion de lire un des romans d'Agatha Christie, je connais malgré tout sa réputation . Et j'ai tout simplement adoré l'histoire romancé sur la jeunesse de cette auteur. Lorsque qu'on fini le roman, en plus de connaître la vie mondaine de l'époque, la ville de Paris au XIX eme siècle, on a l'impression de connaître Agatha comme si on était amie avec elle. C'était un roman que j'ai beaucoup aimé, ainsi que la plume de l'auteur est juste superbe et je pense lire Le Choix de Rudy écrit par Françoise dargent

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'angle est original : plutôt que de détailler par le menu la vie tumultueuse de l'Agatha écrivaine, Françoise Dargent prend l'Histoire à rebours et s’intéresse à l'Agatha de 14 ans, une adolescente un peu rêveuse et solitaire que les carcans de la bonne société anglaise étouffent. Les amateurs de Dowtown Abbey et autres séries oh so british ne seront pas perdus face aux règles qui régissent en ce début de siècle une bourgeoisie fière et clinquante - bien que souvent désargentée. Régates, grands diners, pensions de jeunes filles et belles épousailles, que les cours de maintien tranchent avec une Agatha remuante et franche, fan de Sherlock Holmes ! Ce roman étant plutôt axé ado, la plume est légère et fluide, et l'ambiance douce et délicieusement surannée. L'auteure traite énormément de sujets sans en avoir l'air - et c'est d'ailleurs pour moi le seul point négatif : on survole un peu trop tout et c'est dommage tant j'aurais aimé en apprendre plus sur la jeunesse d'Agatha et son époque. Cependant cerise sur le gâteau, les nombreux clins d’œils à ce qui deviendront les romans à succès de la futures "reine du crime" se dégustent eux comme des bonbons. Éparpillés ça et là, nous croisons ainsi 10 petites statuettes, des détectives rondouillards, le Caire bien sûr, qui font sourire les aficionado des romans de Christie. Cela reste suffisamment subtil pour ne pas noyer les jeunes lecteurs tout en étant une très bonne porte d'entrée pour leur faire découvrir par la suite tous ces célèbres romans policiers. Et la dernière page tournée, on a envie que d'une chose : suivre encore un peu Agatha. A quand une suite dévoilant ses débuts d'écrivaine ? ____________________________________________________ En bref : Vous reprendrez bien une tasse de thé avec votre fait divers sanglant ? Suivez la jeunesse d'une auteure ayant révolutionné le genre policier si : • Vous aimez les biographies solidement documentées mais faciles à lire • Vous voulez en savoir plus sur la vie d'Agatha Miller - future reine du crime • Vous aimez l'Angleterre Edouardienne, de ses convenances empesées à ses suffragettes

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Jeune fille de bonne famille, Agatha vit seule dans le domaine familial avec sa mère. Ses frère et sœur ont pris leur envol. La jeune Agatha a envie d’évoluer, elle a du mal à intégrer les codes imposés aux jeunes filles. Elle va pourtant parfaire son éducation à Paris et visiter l’Egypte. Tout au long du récit plusieurs indices nous sont donnés quand aux futurs romans de la grande auteure d’enquêtes policières.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Agatha où la jeunesse de la "Reine du crime" écrit par Françoise Dargent. Loin d'être une biographie de la jeunesse d'Agatha, nous avons le droit à une retranscription plus ou moins fidèle de ce que fut sa jeunesse. C'est romancer et imaginer par l'autrice mais tout de même documenter. On découvre une jeune fille ayant du caractère, des envies et des rêves. Celui de devenir cantatrice ou pianiste. Cette histoire nous raconte sa jeunesse, les nombreux voyages pendant son adolescence, les visites à sa famille, les grands changements de l'époque en ce qui concerne les femmes, les plages mixtes, la mode et la culture de l'époque. C'est avec fluidité que nous suivons les années de sa vie, les histoires qu'elle prend plaisir à lire et qui vont forger son goût certain pour le polar et les crimes en tous genres. L'éducation qu'elle a reçu, son imagination sans limites, les prémisses de grands romans à venir. J'ai adoré cette lecture, malgré le côté historique qui est très loin de ma zone de confort en matière de lecture. La description des lieux et des personnages nous permet de nous attacher et de voyager avec eux pendant plusieurs années de leur vie. On découvre une Agatha tantôt joueuse, tantôt triste et pleine de doute en ce qui concerne sont avenir. L'histoire s'arrête d'ailleurs à la fin de son adolescence et, finalement, j'aurais aimé découvrir plus, j'avais envie de plus d'Agatha, plus de voyages et plus de rencontres. Et c'est à ce moment-là que je me suis rendu compte que la plume de Françoise Dargent m'avait envoûté et transporté dans le passé de façon soudaine et addictive. Il est rare que je demande plus à un livre. Que je désire continuer une aventure pour ce genre précis et l'autrice à réussi son pari. Nous faire découvrir un personnage public, la "reine du crime". Un roman de qualité pour la jeunesse de la femme qui a révolutionné le monde du polar. À découvrir si vous aimez les oeuvres d'Agatha Christie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avec cet ouvrage, nous voici partis à la découverte de la jeunesse romancé d’Agatha Miller, qui deviendra plus tard Agatha Christie. Cette fameuse « reine du crime » qui m’a tant fait rêver durant mon adolescence. Nous voici donc, côtoyant la jeune Miss Miller entre ses 14 ans et ses 18 ans, à l’aube du XXème siècle. Une jeune Miss qui semble tiraillée entre son éducation traditionnaliste et ses envies de modernité. Je me suis vraiment régalée à découvrir cette biographie romancée d’Agatha, qui nous apparaît tel qu’on l’imagine : intelligente, perspicace mais timide. C’est exactement comme cela que je l’imaginais. J’ai aimé découvrir la famille d’Agatha et je n’ai pu m’empêcher de sourire à la lecture de certaines pensées de notre reine du crime : « dans la famille Miller, c’est Madge (sa sœur) l’écrivain ». C’est drôle de voir que ce n’était pas son envie et sa passion première. Que pour elle l’écrivain c’était Madge et qu’elle n’arriverait jamais à faire mieux. Quand on voit le nombre de livres qu’elle a écrit et leur succès, on ne peut que sourire … On y découvre une Agatha fan de musique et de chant. Et de théâtre aussi. Bien loin de l’écriture des romans policiers, même si elle aime dévorer les aventures de Sherlock Holmes ou de Joseph Rouletabille (ce qui m'a terriblement donné envie !). Plein de références aux romans d’Agatha Christie ont été glissées par l’auteur dans ce récit, ce qui m’a donné une furieuse envie de me replonger dans les enquêtes de Poirot ou de Miss Marple. Un livre à découvrir pour mieux comprendre notre reine du crime et pour (re)découvrir son époque.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :