Les pleins pouvoirs

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 18 oct. 2023 | Archivage 21 févr. 2024
Talent éditions, Talent Poche

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Lespleinspouvoirs #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Au début des années 90, Luther Whitney est passé maître dans l’art du cambriolage. Une nuit, il se lance dans un dernier gros coup : s’introduire dans la luxueuse demeure d’un milliardaire. Mais ce qu’il imaginait comme le casse de sa vie se transforme en enfer. À son corps défendant, tapi derrière une glace sans tain, il assiste à une scène aussi invraisemblable que morbide.

Le président des États-Unis en personne se livre à des jeux sexuels hors de tout contrôle. La mort rôde dans la chambre à coucher du milliardaire. Mais la garde rapprochée du président veille au grain… ou presque.

En une poignée de secondes, Luther Whitney parvient à s’échapper de cette maison mais il devient l’ennemi principal des services secrets. Entre trafics d’influence, manipulations et abus de pouvoir, armé de sa seule ingéniosité, il est propulsé dans une course-poursuite, aussi improbable qu’explosive. Parviendra-t-il à blanchir son nom et sauver sa vie ?


Le tout premier livre de David Baldacci, l’un des auteurs de thrillers les plus vendus au monde. Ancien avocat, il fut spécialisé dans le système politique américain et les services de renseignement. Lors de sa sortie, Les pleins pouvoirs, est devenu instantanément un bestseller international. Il fut adapté au cinéma avec en vedette Clint Eastwood.

David Baldacci a depuis écrit plus de quarante best-sellers.

Au début des années 90, Luther Whitney est passé maître dans l’art du cambriolage. Une nuit, il se lance dans un dernier gros coup : s’introduire dans la luxueuse demeure d’un milliardaire. Mais ce...


Formats disponibles

FORMAT Poche
ISBN 9782378153236
PRIX 9,60 € (EUR)
PAGES 608

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Thriller bien mené avec ce qu'il faut de suspens et beaucoup d'imagination . Bien écrit même si quelques bévues dans la syntaxe .
Ceci dit ,j'ai déjà lu ce type de scénario dans certains films américains .
Malgré tout,j'ai passé quelques heures agréables de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je vous partage ce soir mon avis sur le tout premier livre du célèbre David Baldacci, l’un des auteurs de thrillers les plus vendus au monde. 40 livres suivront.
Ancien avocat, il était spécialisé dans le système politique américain et les services de renseignement. Le polar a été adapté au cinéma avec en vedette Clint Eastwood. Film que je n'ai pas du tout vu .

J'ai adoré ce thriller qui m'a bluffée du début à la fin . Une intrigue très bien ficelée.
Même les hommes politiques doivent être punis lorsqu'ils désobéissent à la loi. Personne n'est au-dessus de la loi .
Même pas le président des États-Unis.
Personnellement, j'ai imaginé Morgan Freeman dans le rôle de Luther et j'aurai bien vu Manuel Garcia Rulfo , l'interprète de La défense Lincoln sur Netflix 😉.

Je vous le conseille vraiment !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il m’est difficile voire impossible de résumer Les pleins pouvoirs de David Baldacci et de présenter les différents personnages sans trop en dévoiler tellement l’intrigue est riche et les personnages divers.

Malgré tout, le rythme est plus lent et calme au cours du premier quart du roman, cependant on ne s’ennuie pas, la plume de l’auteur étant très agréable à lire. Passées les cent cinquante premières pages, les événements s’enchaînent, les actions s’emballent et nous tournons les pages frénétiquement pour toujours vouloir connaître la suite. Le suspens est toujours très fort et maintient l’attention du lecteur.

Les personnages décrits sont variés et réalistes, ce qui fait que l’on adhère totalement à l’histoire racontée par l’auteur américain.

Malgré certains éléments un peu prévisibles concernant le héros de Les pleins pouvoirs, l’auteur, David Baldacci, a su maintenir le mystère sur bon nombre de rebondissements. Pour un premier roman, l’auteur signe un roman d’une grande qualité.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Si, comme moi, vous faites partie de la team #cetaitmieuxavant, vous ne pouvez pas passer à côté de ce livre !

Bon, quand je dis « c’était mieux avant » (appelez-moi Madame la Marquise de Bonvieutant », je pense par exemple aux films qui ont marqué toute une génération, aux groupes de musique et aux chanteurs et chanteuses qui ont bercé mon adolescence, voire aux jeux dans la cour de récré… Tenez, les programmes télé d’aujourd’hui me feraient presque regretter Le Collaro Show ! On était quand même sacrément libertins à l’époque…

Mais revenons à aujourd’hui ! Je dis un grand merci aux éditions Talent Poche qui ont republié le premier roman signé par David Baldacci en 1996. Il a d’ailleurs connu un tel succès qu’il a été porté à l’écran par Clint Eastwood, avec une distribution phénoménale : Clint Eastwood lui-même, mais aussi Gene Hackman, Ed Harris, Laura Linney, pour ne citer qu’eux.

Luther Whitney, maître dans l’art du cambriolage, avait tout prévu pour son dernier gros coup, sauf se retrouver aux premières loges d’un crime odieux. Dissimulé derrière un miroir sans tain, il assiste aux ébats amoureux de la maîtresse des lieux avec… le président des États-Unis, qui n’est autre qu’un ami de son époux (vous me direz, avec un ami pareil, pas besoin d’ennemis). Sauf que derrière le sourire débonnaire que le chef de l’État affiche en public, se cache un homme malsain pour qui le pouvoir rime avec domination et oppression. En plein jeux sexuels, exacerbés par l’alcool, il perd le contrôle. Deux agents du Secret Service se voient alors obligés d’intervenir… et tuent la femme de deux balles dans la tête.

De gardes du corps à hommes de main, il n’y a qu’un pas…

Commence alors une course poursuite à couper le souffle, au fur et à mesure que les morts se succèdent, agrémentées de manipulations et d’abus de pouvoir. Les chapitres s’égrènent au rythme de l’enquête, mettant en scène un personnage, puis un autre, et encore un autre, comme si nous avions crevé l’écran pour devenir le témoin muet d’un scénario où règne la perfidie.

Après avoir refermé ce roman, il m’est aisé de comprendre pourquoi David Baldacci a depuis écrit plus de quarante best-sellers.

Pour finir, c’est drôle de voir qu’à la fin des années 1990 on parlait déjà de conflits entre la Russie et l’Ukraine… bref, un roman d’actualité ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci aux éditions Talent éditions et à Netgalley pour ce partenariat.
Dès que j'ai commencé à lire ce livre, je me suis dit qu'il serait parfait pour une adaptation cinématographique - et c'est le cas, il a été adapté au cinéma en 1997 (je me dis qu'il faudrait que je vois le film d'ailleurs, sorti à une époque où je n'allais pas encore régulièrement au cinéma).
Pourquoi cette pensée ? A cause de l'efficacité de l'intrigue. Nous sommes tout de suite dedans, pas besoin de longues présentations, de longues circonvolutions, le noeud de l'intrigue est très vite posé, et Luther, cambrioleur sexagénaire, est témoin de ce qu'il faut bien nommer un meurtre - sauf que ce n'est pas n'importe qui qui a causé la mort de la victime, et que c'est bien parti pour que cette mort soit généreusement étouffée. D'aucuns pense d'ailleurs que la victime, Christine Sullivan, n'a eu que ce qu'elle mérite. Note : c'est une femme, Gloria Russell, qui le pense, implicitement. Et la victime est elle aussi une femme. Non, ce n'est pas que l'auteur n'est pas féministe (et je n'ai d'ailleurs pas à me poser la question s'il l'est ou pas) : il démontre simplement qu'une femme peut parfaitement intégrer un point de vue misogyne et ne pas s'en rendre compte, ne pas se poser de questions, tant que cela sert ses ambitions personnelles. L'ambition : le mot-clef de ce roman. Elle n'est pas la seule à être ambitieuse, j'ai un autre personnage féminin qui illustre parfaitement ce concept, quitte à pourrir (un peu) la vie de son fiancé : ce n'est pas que Jennifer ne s'en rend pas compte, c'est qu'elle est tellement sûre d'elle et de son bon droit qu'elle ne comprend pas que tout le monde, y compris les collègues de Jack, son fiancé, ne doit pas céder à ses caprices.
Jack. Avocat de son état. Ex de Kate, la fille de Luther - oui, on peut être avocate et avoir un père cambrioleur, ce n'est pas incompatible, surtout si l'on a coupé les ponts avec celui-ci depuis fort longtemps. Jack qui fera un trait d'union entre les différents univers, découvrira que beaucoup de personnes ne sont pas du tout ce qu'elles paraissent être, que ce soit dans un sens négatif ou dans un sens positif. Dès le départ, j'ai eu envie de le secouer, lui qui, à mes yeux, fait visiblement une erreur, que ce soit dans son parcours professionnel ou dans son parcours personnel : il aura tout le livre ou presque pour s'en rendre compte, parce qu'il ne restera pas sans rien faire face à ce qui survient.
Autre personnage "lumineux" (j'appelle ainsi les personnages qui font ce que leur conscience leur demande de faire, et tant pis si cela dérange) : Seth, l'enquêteur, capable d'aller au bout des choses, et c'est très bien ainsi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Coup de Cœur pour ce thriller psychologique très bien ficelé et hautement addictif !

"Les pleins pouvoirs" est le tout premier roman policier de David Baldacci, l’un des auteurs de thrillers les plus vendus au monde... à juste titre !

Ancien avocat, il fut spécialisé dans le système politique américain et les services de renseignement, ce qui donne de la vraisemblance à l'intrigue. Lors de sa sortie, "Les pleins pouvoirs", est devenu instantanément un bestseller international. Il fut adapté au cinéma en 1997 avec en vedette Clint Eastwood.

Au début des années 90, Luther Whitney est passé maître dans l’art du cambriolage. Une nuit, il se lance dans un dernier gros coup : s’introduire dans la luxueuse demeure d’un milliardaire. Mais ce qu’il imaginait comme le casse de sa vie se transforme en enfer. À son corps défendant, tapi derrière une glace sans tain, il assiste à une scène aussi invraisemblable que morbide.

Le président des États-Unis en personne se livre à des jeux sexuels hors de tout contrôle. La mort rôde dans la chambre à coucher du milliardaire. Mais la garde rapprochée du président veille au grain… ou presque.

En une poignée de secondes, Luther Whitney parvient à s’échapper de cette maison mais il devient l’ennemi principal des services secrets. Entre trafics d’influence, manipulations et abus de pouvoir, armé de sa seule ingéniosité, il est propulsé dans une course-poursuite, aussi improbable qu’explosive. Parviendra-t-il à blanchir son nom et sauver sa vie ?

Je remercie @Talenteditions et @NetGalleyFrance de m'avoir permis de découvrir ce thriller haletant que j'ai adoré.

La structure narrative de ce roman choral est composé de 29 chapitres dévoilant peu à peu toute la complexité de l'intrigue de plus en plus addictive et trépidante au fil des pages, ce qui permet de préserver le suspense jusqu'au dénouement de manière très efficace. La plume addictive, le style fluide, l'humour omniprésent de l'auteur rendent la lecture très agréable. Difficile de lâcher ce roman dès les premières lignes !

Ce que j'ai le plus aimé, c'est la psychologie complexe très détaillée des personnages qui les rend soit attachants, soit détestables. Les descriptions des lieux sont très visuelles, cinématographiques, ce qui permet une immersion totale dans cet univers de faux semblants qui nous entraine dans une spirale mortifère et un jeu de dupes au cœur de la Maison Blanche. Un très bon moment de lecture !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :