Le Faussaire de Salt Lake City

Meurtres et manigances chez les mormons

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 28 sept. 2022 | Archivage 28 sept. 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LeFaussairedeSaltLakeCity #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Comment devient-on un faussaire ? L’enfance de Mark Hofmann a été rythmée par les textes mormons. C’est adolescent, alors qu’il a accès à des livres critiques sur son Église, que sa foi se fissure. Se sentant trompé, il devient usurpateur. Il commence à forger de faux documents, d’abord pour moquer les hauts dirigeants mormons, puis enhardi par son succès, forge de faux poèmes d’Emily Dickinson. Mais pris au piège de sa propre folie, il finit par commettre l’irréparable.

Simon Worrall revient sur cette trajectoire effroyable et nous montre à quel point la vérité est parfois construite de toute pièce.

Comment devient-on un faussaire ? L’enfance de Mark Hofmann a été rythmée par les textes mormons. C’est adolescent, alors qu’il a accès à des livres critiques sur son Église, que sa foi se fissure...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782381340388
PRIX 22,00 € (EUR)

Vos liens

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Merci à Netgalley et aux éditions Marchialy pour m'avoir fait découvrir ce roman passionnant.
Dan Lombardo, bibliothécaire, passionné par son métier, cherchant toujours à améliorer la bibliothèque de Amherst où il travaille et à intéresser les gens qui viennent emprunter des livres;
Il est un grand fan de Emily Dickinson et quand il apprend que Sotheby's va mettre en vente un poème inédit de l'auteure il cherche sans relâche des fonds, créé un cagnotte pour pouvoir acquérir ce trésor.
Mais quant Bret Ashworth lui révèle qu'il s'agit peut-être d'un faux et que l'auteur de ce poème serait Mark Hofmann, célèbre faussaire, aujourd'hui en prison, mais ayant produit de nombreuses copies de divers ouvrages par le passé, il voit rouge.
Tous ses espoirs s'écroulent et il décide de tout mettre en œuvre pour prouver l'authenticité de l'ouvrage : études graphologiques, appels téléphoniques aux plus grands spécialistes de l'auteure...
Qui est ce faussaire qui a pu à ce point se fondre dans l'esprit de la poétesse et rendre un travail parfait ?
Roman intéressant, instructif et passionnant qui m'a beaucoup appris sur les contrefaçons, les ventes aux enchères, l'univers des livres anciens...
J'ai découvert grâce à ce récit les poèmes de Emily Dickinson et un peu de sa vie.
La plume de l'auteur est fluide et agréable.
Très bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce documentaire passionnant raconte deux enquêtes, celle menée par Dan Lombardo sur un poème d’Emily Dickinson et celle de l’auteur sur Mark Hoffman, un faussaire de génie, elles se recoupent et se complètent.

Dan Lombardo est conservateur à la bibliothèque d’Amherst, ville où Emily Dickinson vécut en recluse au dix-neuvième siècle. Il s’occupe des manuscrits, l’établissement n’en possède que trois de la star locale, car une grande partie des lettres et poèmes a été détruite après sa mort, aussi lorsqu’il entend dire qu’un inédit de 1871 va être mis en vente par Sotheby’s, il rassemble des donateurs pour récolter l’argent nécessaire à cet achat qui se montera à vingt-quatre mille dollars avec la commission. Mais peu après l’acquisition du poème, qui doit être livré quelques semaines plus tard, un bruit court qu’il s’agirait d’un faux écrit par Mark Hoffman, un homme qui a défrayé la chronique en 1985. Sotheby’s affirme que le texte n’est pas faux, mais reste très vague sur sa provenance, ce qui met la puce à l’oreille du bibliothécaire qui se met à enquêter, car c’est à lui de prouver que le texte est falsifié s’il veut être remboursé.

L’auteur entend parler de cette polémique et décide d’en savoir plus sur Mark Hoffman, le faussaire le plus génial connu à ce jour, en prison pour le meurtre de deux personnes. Il est né en 1950 dans une famille mormone d’origine suisse. Ses parents sont très fervents et l’élèvent sévèrement, surtout son père. Cette secte impose de nombreuses contraintes, de plus le père a des responsabilités dans la communauté. Dès l’âge de douze ans, Mark a des doutes sur ces fondements religieux, ce dont il ne peut évidemment parler à personne, de plus sa grand-mère a subi un mariage plural, un secret de famille qu’il découvre aussi à ce moment-là, mais sa mère refuse d’en parler. Le mariage plural est interdit depuis 1905, mais continue à se pratiquer dans le plus grand secret. Peu à peu, Mark se rend compte que le fondateur de cette religion n’est pas le prophète qu’on lui a dit, mais un escroc génial qui a su abuser de la crédulité de son milieu d’agriculteurs pauvres, puis d’autres personnes pour fonder sa religion. Il prétend avoir découvert des plaques d’or gravées de hiéroglyphes, qu’il aurait traduit dans le livre de Mormon, mais personne n’a jamais vu ces plaques tout droit sorties de son imagination fertile, comme il abusait des jeunes filles, en bon gourou, il a décrété le mariage plural. Mark se sent profondément abusé à son tour par cet enseignement sectaire et décide de se venger en produisant de faux écrits mormons qui dénigrent la pensée dominante, il les attribue à des contemporains de Joseph Smith, car la polémique a marqué la congrégation dès ses débuts. Les autorités mormones ont tellement peur que leur vérité soit contestée qu’ils achètent les faux manuscrits de Mark, qui a un commerce de livres anciens. Il n’agit pas par appât du gain, du moins au début, mais peu à peu se prend au jeu et contrefait près de cent trente auteurs américains célèbres ou non. Il développe une technique infaillible pour la fabrication de l’encre, du papier et arrive à se mettre dans la tête des auteurs par l’auto-hypnose, il parvient même à contrefaire les premiers imprimés du pays, datant de des années 1640, mais petit à petit, il devient trop gourmand, ce qui le poussera au meurtre.

Ce livre est vraiment passionnant, j’ai particulièrement aimé les chapitres consacrés aux mormons et à leur origine que je connaissais mal. Certes, Mark a abusé de leurs responsables, mais ils ne se sont jamais donné la peine de faire contrôler par un expert reconnu tous ces textes tombés du ciel, leur seule crainte étant que le public apprennent leur contenu explosif et l’auteur souligne qu’ils manquaient de compétences historiques. Toutefois, les contrefaçons étaient si parfaites que même les experts de la bibliothèque du Congrès s’y sont laissés prendre. On ne connaît la liste des faux que parce que Hoffman les a reconnus dans ses aveux alors qu’il était déjà en prison.

On apprend tout sur l’écriture, l’acte d’écrire, l’encre, son vieillissement, la fabrication du papier etc. C’est passionnant, mais beaucoup trop détaillé, souvent on se perd dans des détails sans importance ou des listes infinies d’experts et d’intermédiaires dans le marché du livre ancien. Cela donne une impression de fouillis et on doit soi-même trier ces trop nombreuses informations. C’est cette volonté d’exhaustivité qui me fait ne donner que quatre étoiles et non cinq à ce livre, par moment trop dense inutilement.

L’auteur souligne aussi la complicité que les maisons d’enchères entretiennent avec les faussaires, elles ne cherchent pas à savoir la provenance des oeuvres vendues et c’est à l’acheteur de faire la preuve qu’il y a eu tromperie. Quand on sait les milliards brassés sur le marché de l’art en général, on ne peut qu’être choqué de ce manque de probité. Le faux poème continue de circuler, ainsi que d’autres contrefaçons, car il se trouve toujours des vendeurs encore plus malhonnêtes que Hoffman pour profiter du système. Dans le dernier chapitre, l’auteur assiste justement à l’arrivée du faux poème dans une boutique de Las Vegas où il va être remis dans le circuit.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai été complètement bluffée par ce roman inspiré de faits et personnages réels.
Rocambolesque à souhait, ce livre retrace une enquête minutieuse qui dévoilera, petit indice après petit indice, piste après piste, l'incroyable "travail" de Mark Hoffman, le faussaire mormon, contrefacteur devenu assassin.
Une nouvelle preuve que bien souvent la réalité dépasse la fiction ! Je suis même étonnée de ne pas avoir entendu parler de cette affaire plus tôt, de ne pas avoir vu d'adaptation cinématographique tant cette histoire est incroyable.
Il faut souligner et féliciter le fantastique travail de recherches et de documentation nécessaire à la rédaction d'un tel ouvrage.
Lecture vraiment passionnante, merci pour cette découverte !

Edit : un documentaire de trois épisodes est diffusé sur Netflix sous le titre "Crimes et trahison chez les Mormons". Je sais ce que je vais regarder ce week-end !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre est entre le roman policier et l'enquête journalistique.
Mark Hofmann a été elevé dans la religion mormonne, une religion qu'on lui impose de croire sans poser de questions. En grandissant, il découvre des écrits qui interroge cette religion, ses croyances et sa foi va être remise en question. Se sentant la victime d'un mensonge, il décide de devenir celui qui prend les autres au piège. Il commence par fabriquer de faux documents, d’abord pour tromper les hauts dirigeants de l’Église mormone, puis, va s'ouvrir à d'autres styles, et notamment aux poèmes...allant jusqu'à prendre la signature d'Emily Dickinson..
C'est là que la fiction prend le relais dans cette intrigue avec l'histoire de Dan Lombardo, bibliothécaire et admirateur de la poétesse. Sotheby's, la maison d'art, met aux enchères un poème inédit, mais qui serait en fait un faux de Mark Hofman, ce qu'il va devoir prouver...
J'ai bien aimé ce livre, toujours à la frontière entre le vrai et le faux. Mark Hofmann est assez fascinant. Je ne connaissais pas particulièrement la poésie d'Emily Dickinson et cela m'a plu également de le découvrir ici.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :