Tant qu’il le faudra

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 7 janv. 2021 | Archivage 27 juil. 2021
Éditions Akata, Young Novel

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #TantQuilLeFaudra #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Prudence est une jeune lesbienne dans le placard qui découvre la vie parisienne… David est un étudiant gay dont la vie tourne presque exclusivement autour de son engagement associatif et de son meilleur ami… Jade, militante féministe et anti-validisme, essaie de faire entendre sa voix sur les réseaux sociaux… Ina, déjà dans la vie active, doit jongler entre son travail, ses deux associations et ses activités d’autrice Wattpad… Ensemble et aux côtés de leurs amis, ils essaient, tant bien que mal, de s’entendre, pour publier HoMag, une revue LGBT+. Mais entre amour, études, travail et autres réalités du quotidien, la vie n’est pas toujours simple, pour celles et ceux qui ne rentrent pas dans le moule d’une société trop formatée. Suivez leurs vies, leurs errances, leurs luttes, durant toute une année scolaire, à travers un récit choral aussi ambitieux que stimulant.

Prudence est une jeune lesbienne dans le placard qui découvre la vie parisienne… David est un étudiant gay dont la vie tourne presque exclusivement autour de son engagement associatif et de son...


Note de l'éditeur

Utilisation de l'écriture inclusive pour cet ouvrage.

Utilisation de l'écriture inclusive pour cet ouvrage.


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782369748816
PRIX 16,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Cela fait très longtemps que je souhaite découvrir ce titre. A vrai dire, depuis que Cordélia a annoncé le lancement de la publication sur Wattpad. Mais ne pouvant lire sur un écran très longtemps difficile de lire un roman entier sur la plateforme. Donc l'annonce de sa parution en livre fut accueillie, pour ma part, avec grand enthousiasme ! Et clairement, après une lecture éclair en à peine plus d'une journée, je peux dire sans hésitation que c'est sans une once de regret. Bien au contraire, je pense être face à mon dernier coup de coeur de l'année. Ce roman, c'est un peu comme une série type Grey's Anatomy : une toile de fond (le milieu associatif LGBTQIA+ parisien ici) et tout un tas d'histoire d'amitié, d'amour, de X qui a couché avec Y, Z qui a des avis divergeants avec W, etc. Ce qui fait que ce roman peut autant donné envie de se lancer dans l'associatif (ce qui est mon cas) qu'être un super moment de lecture qui donne l'impression de regarder une bonne série ! L'écriture y est agréable, moderne et efficace, en adéquation totale avec ces jeunes adultes et leur quotidien. C'est un vocabulaire qui parle aux ados et aux jeunes adultes, cible de ce romans qui pourra en plus totalement s'identifier aux personnages. Car s'il y a bien une chose à retenir de ce roman, ce sont ses personnages. Prudence, Jade, Ina, David, ainsi que toustes les autres, Chacun.e a sa personnalité propre, des convictions qui ne concerna parfois que ellui, mais dont iel va parler avec passion et justesse. Toustes ont des profils différents mais pourtant ont ce points commun de faire partie d'une minorité : la communauté LGBTQIA+. D'ailleurs, en dehors d'une micro-poignée de personnages secondaires (voir encore moins importants), qu'aucun.e protagoniste n'est hétéro. Et honnêtement, ça fait du bien de voir tant de représentation. Surtout quand celles-ci sont, en plus, très bien exécutées : Cordélia connait son sujet et sait de quoi il parle. Cette grande diversité (car elle ne se limite pas que à la présence de personnages LGBTQIA+) permet d'être sur à coup sûr de trouver au moins un personnage qui nous ressemble. Et c'est assez rare pour être souligné. Ce roman n'est pas une check-list de représentations à inclure mais une déclaration d'amour aux gens, peu importe qui iels sont, d'où iels viennent. C'est... une parfaite représentation du monde qui nous entoure : diversifié. Pour revenir un peu plus sur les personnages en elleux-même, j'ai particulièrement aimé Ina, Jade et Sen. Trois personnages dont les propos et/ou le quotidien m'a énormément parlé. A contrario, David et Max aussi (bien qu'on voit assez peu ce dernier) ne m'ont pas vraiment plu, ayant du mal avec certains de leurs propos (sans doute lié à leur attitude "Not all men" qui m'a fait levé les yeux au ciel). Mais, dans le cas de David, cela permet aussi de montrer une chose : être de la communauté LGBTQIA+ ne fait pas forcément de toi quelqu'un d'ouvert qui va accepter tout le monde. Être gay ne t'empêche pas d'être transphobe par exemple. Et j'ai trouvé ça bien. Pas la transphobie, mais le fait de présenter un personnage LGBTQIA+ qui n'est pas forcément hyper ouvert aux autres lettres du sigle que celle qui le concerne. J'aimerais aussi parler un peu de l'aspect associatif : même si ce n'est "que" la toile de fond de l'histoire, ce qui permet à nos personnages de se rencontrer et de se réunir, Cordélia parle très bien de ce milieu, en ayant lui-même fait parti à une période de sa vie. On y voit les aspects positifs, agréables, comme certains aspects moins sympa, et cela donne tout de même sacrément envie de se lancer (en tout cas, avec moi ça a marché comme je le disais plus haut). Et je trouve ça bien d'en parler, ayant rarement croiser des romans abordant ce sujet. Cela lui permet aussi de parler de différents évènements, tels que les marches militantes, et mettre en avant certaines causes qui, ont le voit tout de suite lors de leur lecture, lui tiennent à coeur. Bref, Tant qu'il le faudra est vraiment un super roman dont j'ai aimé chaque moments. Maintenant je n'ai plus qu'une haute : chercher à le mettre entre toutes les mains car on a besoin de ce genre de romans et pas juste lorsqu'on est LGBTQIA+.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman dévoré en quelques heures, un coup de coeur assurément ! La force de l'actrice est sans hésité ses personnages. Enfin une histoire qui représente correctement la diversité de la communauté LGBTQIA+ et pas que ! Cette dernière est un refuge pour beaucoup et abrite en son sein des personnes bien différentes. Ici, nous sommes plongés dans l'engagement militantiste avec un magazine queer créé depuis une dizaine d'années. A travers les articles éclectiques, Cordélia aborde des questions de société importantes tel que le racisme, le féminisme, la représentation, le validisme. Ce roman nous permet de nous éduquer sur ces sujets. Loin d'être une morale, la réflexion se trouve centrale et permet de se remettre en question sur nos propres points de vues. Un livre young adult important à lire pour tous !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

On est servi niveau diversité dans ce roman ! L'histoire suit en effet différents membres d'une association LGBT+ dans leur vie de tous les jours et dans divers événements ponctuant la vie de l'association. J'ai trouvé l'histoire très intéressante et très fluide. J'avais déjà lu Alana et l'enfant vampire de Cordélia, et j'ai trouvé ce roman-ci mieux réussi, mieux écrit. Et ça m'a même donné envie de m'engager dans une association féministe ! J'attends avec impatience le tome 2.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Netgalley pour cette lecture (numérique). J'ai découvert Mademoiselle Cordélia pendant le confinement à l'occasion du Bibliothon (disponible sur YT) et depuis je suis attentivement son travail et ses avis de lectures. Elle anime une communauté importante sur les réseaux sociaux. Tant qu'il le faudra, initialement paru sur Whattpad et dont les tomes 2 et 3 devraient bientôt paraître avait pour vocation la mise en mots et en roman de personnages LGBT+, dans un paysage littéraire français où ils sont encore peu présents. Gros succès. Nous suivons donc Prudence, David, Jade, Ina, Galahad et d'autres dans leur vie privée mais aussi dans leurs activités militantes au sein de la revue Homag. Questionnement amoureux, première expériences, militantisme, coming out, anti-validisme... ces thèmes et d'autres sont abordés avec justesse du point de vue des jeunes personnages qui les vivent (tous ont moins de 30 ans) et prennent vie et sens au fur et à mesure de la lecture. Rien de choquant, beaucoup de pédagogie puisque les personnages, tous militants, débattent, s'entraident, se disputent... Des vies de jeunes adultes qui prennent position dans la société dans laquelle ils évoluent et qui vivent intensément leurs amitiés et leurs amours. Un roman foisonnant dans lequel on peut se perdre un peu dans les premières pages, mais la petite communauté prend vie sous nos yeux et l'on s'attache rapidement aux personnages. C'est vivant, drôle et émouvant avec une mention spéciale pour le personnage de Jade qui lutte contre le validisme avec beaucoup de détermination et d'intelligence. Je regrette un peu qu'il n'y ait pas plus de péripéties ce tome étant un peu organisé autour de la présentation de chaque individu et son rôle dans l'association. Je suis très curieuse de voir comment vont évoluer tous ses personnages dans les tomes 2 et 3.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Encore nouvelle sur Paris, Prudence décide de passer outre sa timidité pour s'inscrire dans une association LGBT pour rencontrer des gens qui lui ressemblent et avec qui elle peut être à l'aise. Sur place, elle rencontre un groupe assez disparate avec qui nouer de nouveaux liens. Gwen, Ina, David, Léo, Min Jae, et Harry sont là pour l'accueillir. Entre amitiés, romances, et dramas, on se retrouve plongé au milieu de ce groupe avec Prudence et on finit par s'attacher un peu à tout le monde. Tant qu'il le faudra est un récit choral qui nous présente pas moins de quatre narrateurs et qui fait participer avec dynamisme ses personnages secondaires. C'est avec Prudence que s'ouvre l'histoire. C'est avec elle que nous faisons finalement la connaissance de tout le monde. Prudence est une jeune femme timide, réservée et assez mal à l'aise en société. Elle est encore dans le placard et pour elle, c'est un effort de se retrouver chez HoMag, même si elle aime la compagnie de certaines personnes. C'est un personnage que l'on a vraiment envie de voir s'ouvrir aux autres et qui m'a touchée par son anxiété. Puis nous découvrons aussi David, qui clairement n'est pas très sympathique... Mais il est typiquement la représentation que même dans les milieux militants, tout le monde n'est pas d'accord ou ouvert à d'autres problématiques que celles qui les concernent. Jade, une autre nouvelle dans l'association avec Prudence, qui est une jeune femme douce et pleine d'empathie et qui nous met le nez en plein dans le manque d'accessibilité qui l'entoure. Puis Ina, qui est un peu la business-woman, elle court partout et est beaucoup demandée, mais trouve du réconfort auprès de Jade. Ma préférence va d'ailleurs à ces deux dernières. On apprend également à connaître de manière plus approfondie les personnages secondaires, que ce soit Léo le meilleur ami de David, Min Jae et son copain Galahad, Harry qui n'hésite pas à dénoncer la transphobie de David, et Gwen qui semble avoir un petit crush pour Prudence. Avec tout ce groupe on entre dans le quotidien militant et associatif. La diversité est maître-mot et le lecteur est sensibilisé à plein de problématiques sociales. C'est également un roman qui se dévore comme l'on dévore une petite série. On s'attache au groupe, ce sont tous des personnages nuancés, il y a du drama, des couples qui se font et se défont. Un petit régal, quoi !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie grandement netgalley ainsi que la maison d'édition de m'avoir donné la chance de pouvoir lire ce livre. Pour ma part, ce fus une très bonne lecture. L'histoire est prenante, nous suivons un panel de personnages très variés, tous intéressant les uns des autres. Ils sont très attachants. Ce premier tome m'a conquise et ce serait avec grand plaisir que je lirais la suite ! La plume de l'autrice est fluide, agréable à lire et surtout très simple. J'ai lu ce livre très rapidement. Cette histoire est un mélange de plusieurs romances, des luttes contres différentes discriminations et le message délivrée par l'autrice est très fort. J'ai pu apprendre beaucoup de chose que je ne connaissais pas ! En bref, je le recommande vivement s'il vous tente. Excellente journée, Océane.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'attendais ce roman depuis l'annonce de sa publication ! J'adore suivre Cordélia sur les réseaux, même si je ne lis pas sur wattpad, j'étais super intriguée, et j'avais très envie de découvrir sa plume. . Dans Tant qu'il le faudra, on suit simplement une bande d'amis.ies, ils.elles font partis.ies d'une association qui publie une revue LGBT+. J'ai beaucoup aimé suivre leur quotidien, voir les relations évoluées mais globalement il ne se passe pas grand chose... Ceci dit, le groupe est super agréable à suivre, j'ai adoré suivre les crushs et les potins 🤣 . C'est un livre extrêmement riche en terme de représentation et de diversité, on y trouve aussi de l'écriture inclusive et c'est la première que j'en vois dans un roman. . Les personnages sont tous différents et terriblement réalistes. On y retrouve les différents genres, sexualités, couleurs de peau et toutes les représentations 😊 c'est rare et ça fait du bien ! . J'ai apprécié d'avoir plusieurs points de vue mais j'aurais aimé que certains soient plus approfondis ; c'est un tome assez introductif à mes yeux car on aborde plein de thèmes sans rentrer vraiment dedans... mais je suis sûre que c'est pour la suite 😁😁 . J'ai passé un super moment avec ce livre et j'ai hâte de lire la suite 😁

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai beaucoup, beaucoup aimé. C'était super intéressant et plaisant de suivre ce groupe de cette association militante. Pourquoi ? Parce que le mot d'ordre est la diversité et que la diversité permet de mettre en avant beaucoup de sujets de fond ! Les personnages sont nombreux et permettent de confronter les opinions, de soulever les discriminations, les problèmes, les luttes de chacun. Les personnages sont très bien développés ce qui les rend très humains (donc livrés avec leurs imperfections) et représentatifs de notre société. En effet ils ne sont pas forcement tous sensibles aux même luttes et pas toujours conscients des difficultés de chacun. Si HoMag est une revue LGBTQ+ et que ses membres font partie de cette communauté, que les thématiques soulevées en ressortent directement, elles ne sont pas les seules mises en avant ! L'autrice à travers eux va aussi parler de racisme, validisme, féminisme, troubles... Ce récit est riche et a aussi une dimension éducative que j'ai grandement apprécié ! Tant qu'il le faudra, ce lit rapidement. On enchaîne les chapitres avec les points de vues des différents personnages, ce qui donne à la lecture vraiment un rythme agréable ! Je n'ai pas été jusqu'au coup de coeur, parce qu'avec la multiplication des personnages et des PDV, on met un peu plus de temps à les connaitre. Mais plus j'avançais dans ma lecture, plus je m'attachais à cette bande et je suis extrêmement impatiente de les retrouver dans le prochain tome (pour lequel je vise le coup de coeur) !!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quel bonheur de retrouver la plume de Cordélia ! Dans ce roman, on plonge dans le milieu associatif queer parisien. En alternant les points de vue, on alterne les représentations (très nombreuses dans ce livre et ça fait plaisir !) et les tranche de vie. On trouvera forcément un.e chouchou.e, un personnage qu'on peut détester et des relations qu'on ship sans fin ! Un véritable plaisir de replonger dans cette histoire, l'ayant suivi pendant sa publication sur Wattpad, et de (re)découvrir les personnages, leurs histoires, leurs envies et leurs convictions. Une lecture qui fait du bien et qui permet de se rendre compte du travail associatif, milieu que je ne connaissais pas du tout ! Je le recommande vivement à tous ! Merci Akata et NetGalley pour cette magnifique lecture !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je tiens avant toute chose à remercier les éditions Akata et Netgalley pour m’avoir faire confiance. Et je tiens aussi à remercier Cordélia d’avoir écrit une histoire à la fois importante et que tout le monde devrait lire. Un roman sur le quotidien de personnes terriblement humaines et toutes plus importantes les unes que les autres. Disclaimer: pour cette chronique, je n’ai pas écrit en inclusif ! Tant qu’il le faudra ils se battront pour leurs droits, mais aussi ceux des autres. HoMag est une revue/association LGBTQ+ militante et engagée. Parmi les personnes qui se sont engagées dans l’association, il y a Gwen, Min-Jae, Ina, David, Jade, Léo, Harry, Sen, Romane, Nathan, Medhi, Max et la petite dernière, Prudence. Au fil des pages, on découvre et on vit, en même temps qu’eux, leur quotidien fait de recherches, de questionnement constants, de découvertes, mais aussi de violence. Car faire parti de la communauté c’est aussi ça. Et la réalité n’est pas toute belle et toute rose. On fait parfois face aux regards persistants des personnes qui nous entourent, aux questionnement inopinés d’humains totalement inconnus. On fait face au racisme, à la grossophobie, à la transphobie, à l’homophobie. Le quotidien chez HoMag c’est aussi ça. Et vous allez voir que c’est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Pendant les différents récits, on en apprend surtout beaucoup plus sur comment marche le monde associatif. Ses hauts et ses bas. Ses rencontres incroyablement marquantes. Et au fur et à mesure, on s’attache à ces personnes au grand cœur. « Devoir cacher une partie de soi, mentir pour se protéger, esquiver les questions, c’est usant et destructeur. » Ce qui m’a tout de suite plu avec ce nouveau roman de Cordélia, c’est la sincérité qui en dégage. Elle ne passe pas par quatre chemins. Ses personnages en voient de toutes les couleurs. Mais c’est aussi ça la réalité des choses: on est tous humains. On a tous dû faire face à des choses, des instants, pas jolies jolies. Et encore plus quand nous sommes de la communauté LGBTQ+, quand nous sommes des personnes de couleurs, des personnes grosses. Cordélia, à travers ses personnages, partage un message fort de combat. Tant qu’il le faudra est un roman inclusif et engagé sur la diversité, mais pas que. Elle nous livre un roman plein de vérités. Une vérité parfois violente, parfois enivrante, mais toujours réaliste. C’était une lecture que j’aurai voulu avoir dans ma bibliothèque il y a quelques années, quand je me cherchais encore. Et une fois de plus, je ne peux que vous conseiller de lire ce que Cordélia a écrit. Parce que ça fait un bien fou. Parce qu’une fois terminé, on se sent comme libéré d’un poids. C’est le genre de roman qui devrait être proposé dans les lycées. Histoire de prendre conscience du monde qui nous entoure. Pas celui qui se passe dans une petite bulle toute rose et toute mignonne. Je veux tout particulièrement remercier Cordélia d’avoir écrit Tant qu’il le faudra. Merci de partager avec nous ces êtres humains, ces personnes incroyablement fortes et importantes. Merci d’écrire sur nous et nos combats quotidiens ♡

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je dois dire que ça a été une excellente surprise pour moi. Je ne lis que très rarement des romances et je me suis fixée comme objectif d’en lire plus en 2021. Tant qu’il le faudra est une romance LGBTQ+ qui prend place dans Paris on y suit plusieurs personnages qui évoluent dans le milieu associatif et notamment pour le magasine HO MAG. J’ai trouvé la plume de l’autrice addictive, on se prend rapidement dans l’histoire et les pages défilent toutes seules. Ça m’a fait aussi du bien de voir tant de représentation dans un roman. Les personnages sont attachants et réalistes, ils présentent des défauts, des fragilités qui les rendent vraiment humains. J’ai eu un gros coup de cœur pour le personnage d’Ina avec sa positivité, ses convictions et ses passions. J’ai vraiment appris beaucoup au fil des pages, je me suis remise en question à plusieurs reprises aussi et je me suis retrouvée dans certains personnages. Cette lecture m’aura notamment fait évoluer sur la question du validisme que je ne connaissais que très peu. Au début j’ai eu du mal à me faire à l’écriture inclusive mais au final c’est passé tout seul au bout de quelques chapitres. Bref je suis conquise et J’ai vraiment hâte de lire la suite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une excellente lecture, des personnages très attachants ! J'ai beaucoup aimé la représentativité offerte par la multitude de narrateurs. Chacun peut s'identifier, ne pas se sentir rejeté et découvrir les problèmes des autres. Je recommande ! Et j'attends la suite 😄

Cet avis vous a-t-il été utile ?

« Devoir cacher une partie de soi, mentir pour se protéger, esquiver les question, c'est usant et destructeur. » Aujourd’hui, je reviens pour vous parler de ma dernière lecture de 2020, à savoir Tant qu’il le faudra de Cordélia. J'ai découvert cette autrice pendant le confinement et le mouvement autour la diversité et la représentation dans la littérature. J’ai un peu suivi ses péripéties par rapport à la sortie de ce premier tome entre confinement, fermeture des librairies, ça n’a pas été facile et j’espère que ce nouveau départ en 2021 sera la bonne pour ce roman feuilleton militant sur la communauté LGBTQ+. Un livre important que j’ai apprécié sur certains aspects. L’histoire prend place au sein d’une association LGBTQ+ à Paris, où on va suivre le quotidien d’une douzaine de membres jeunes adultes. En plus de lutter chaque jour afin de revendiquer et faire respecter leurs droits, ils publient également la revue HoMag qui soulèvent plusieurs thématiques de la communauté queer et autres sujets tout aussi important. Ce roman choral à plusieurs voix est rythmé par les réunions à l’association, leurs études, travails, les amours, amitiés accompagnés des disputes et réconciliations. Ainsi l’autrice nous offre toute une panoplie de protagonistes queer, mais aussi très hétéroclites, et représentatifs de la diversité de notre société actuelle. On a notamment des personnages racisés comme Ina, on a aussi Jade qui a un handicap moteur, Sen un personnage autiste, ou Prudence qui présente des TOC et j’en passe. Je n’ai jamais vu un casting aussi diversifié dans un livre, autant de points de vue et cela donne lieu à de situations vraiment intéressantes, de confronter les opinions, de soulever les discriminations, les problèmes, et les luttes de chacun qui conduisent souvent par des conflits. En effet, ils ne sont pas forcément tous déconstruits sur certaines questions, ni toujours conscients des difficultés de chacun. A part peut être Ina et Jade à qui j’ai pu m’identifier sur certains points, je n’ai pas réussi à vraiment m’attacher aux personnages. Les dramas amoureux des uns et des autres, les commérages etc m’ont ennuyé. Depuis quelques temps j’apprécie mieux les romances, et les personnages de Tant qu’il le faudra ont des réactions humaines, réalistes, mais je n’ai pas accroché à cet aspect de l’histoire qui manquait de profondeur pour moi. Un autre point qui m’a chiffoné, c’est le format de lecture. J’ai reçu le livre au format PDF ce qui en soit ne me dérange pas, mais cette fois-ci il n’y avait aucune mise en page. J’ai eu l’impression d’avoir la version non corrigée et la lecture était d’autant plus désagréable. Au-delà de ces points qui m’ont gêné, on sent que Cordélia maitrise son sujet, et nous offre un récit authentique, réaliste avec en plus des CW et des fiches personnages. Un roman important pédagogue, avec des sujets qui sensibilisent, font réfléchir et remettent sans cesse en question. En plus de mettre en avant l’homophobie et la transphobie, elle aborde aussi certaines problématiques liées au sexisme, au racisme, à la grossophobie et au validisme. À mon sens c’est un livre nécessaire pour ces thématiques, ça fait du bien de les voir retranscrites dans un roman young adult et pour ma part je me suis sentie concernée sur quelques sujets. Même si cette lecture a été en demi-teinte et que je n’ai pas autant aimé que je l’espérai, je suis quand même contente de cette publication, et d’avoir pu le lire. Tant qu’il le faudra est un roman important, vrai que je vous recommande vraiment pour la diversité et les représentations. Merci à la plateforme Netgalley et aux éditions Akata pour cette lecture ! « Nous avons le droit d’être en colère, d’exprimer notre lassitude et notre douleur. »

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci aux éditions Akata et à Negalley de m’avoir permis de lire ce titre. Un roman qui pousse à réfléchir Le roman annonce bien la couleur : à travers ses membres, on suit l’évolution d’une association LGBT+. Là où l’auteure aurait pu se montrer facilement moralisatrice (bon, elle l’est par moment mais ça n’est jamais mal amené et ça vient plutôt de la personnalité de ses personnages que d’une volonté de l’être), elle se montre au contraire très pédagogue. Gros plus d’ailleurs : à la fin du roman elle propose une liste d’associations et de ressources diverses en lien avec ce qui est évoqué dans le roman (parce qu’en plus de sexualité, on parle aussi de racisme et de handicap et c’est top !). En plus de ça, plusieurs des personnages emploient le pronom iel lorsqu’ils parlent (ce n’est pas forcément le leur pour autant) et c’est déstabilisant, mais j’adorerais que ce ne le soit plus et qu’on s’y habitue car d’autres auteurs le font. J’étais curieuse de lire un roman avec de l’écriture inclusive et même si il faut s’y faire, je trouve ça super ! Des personnages bien construits Les personnages mis en scène par Cordelia dans Tant qu’il le faudra sont très divers. On a plusieurs personnalités, sexualité, genres, cursus scolaires, styles vestimentaires… Et chacun est vraiment très travaillé et poussé jusqu’à en être hyper réaliste ! Inutile de vous attendre à tous les aimer : ils sont si réalistes que vous ne pourrez pas avoir d’atomes crochus avec tous. Mais ce n’est pas plus mal, je trouve vraiment intéressant de pouvoir comprendre ce qu’il y a derrière leur façade, cerner leur façon de penser et comment ils en arrivent à parfois nous paraître désagréables. Des romances adorables Les couples de ce roman… Ils sont prévisibles mais tellement adorables ! On s’attache à ces paires imparfaites et à leurs histoires. Au-delà du militantisme, c’est bien la romance qui est au centre de Tant qu’il le faudra. On a pas mal d’histoires très différentes les unes de autres en parallèle mais on les apprécie toutes ! Mais… Je n’ai pas été entièrement convaincue par ce roman. Il y a quelques détails (rien de bien important tout de même) qui m’ont froissée et qui font que je ne l’ai pas refermé en pensant « wahou » mais « mouais, c’était bien mais sans plus ». Premier point : il ne se passe finalement pas grand-chose. Malgré une chronologie vraiment rapide puisqu’on balaie 4 mois de la vie des personnages dans ce premier tome, ce n’est qu’histoires de cœur et manifestations entre deux ellipse temporelles. C’est d’autant plus dommage que l’auteure pose des pistes (l’origine du handicap de Jade, les tocs de Prudence) qu’elle se garde pour les tomes suivants alors que j’aurais aimé avoir plus déjà dans ce premier tome. Ensuite (petit grinçage de dents très perso) je trouve que le roman, à travers ses personnages, tape souvent sur les écoles d’ingé en les décrivant comme un milieu pas très LGBT+ friendly et je ne peux pas m’empêcher de tiquer, étant dans une école où les mentalités ont largement évolué. C’est d’autant plus dommage que si ça avait été un point de vue extérieur démenti par les quelques personnages du roman étant dans ces cursus, ça aurait sonné juste… Deuxième point (je ne compte pas le précédent qui est anecdotique), pour un roman sur une association je regrette que Tant qu’il le faudra ne soit pas plus engagé dans le sens où j’aurais aimé voir des débats, des réflexions au sein de l’association et pas juste suivre de loin la constitution de son journal… En conclusion Un joli roman plein de diversité mais qui n’a pas su entièrement me convaincre. Il n’en reste pas moins intéressant et je vous laisse vous faire votre propre avis dessus !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une super lecture, un roman que l'on peut qualifier de New Adult avec des personnages étudiants ou jeunes travailleurs. Iels sont tous engagés dans un magazine associatif LGBT+ et l'on suit leur petit groupe, les chapitres alternant entre les points de vus. J'ai vraiment hâte des prochains tomes pour lire le pdv de certains perso trop peu presents dans ce premier tome ! Comme tout bon roman prépublié sur wattpad, j'ai lu jusqu'à bien trop tard hier soir dans le noir : signe de réussite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tant qu’il le faudra vient d’être publié par Akata, mais avait déjà une certaine notoriété sur la toile car c’était tout d’abord un roman publié sous la forme d’un feuilleton sur Wattpad. Il nous plonge dans le quotidien d’un groupe de jeunes adultes gérant une revue LGBT+ associative à Paris, le récit prend donc tout naturellement une forme de roman choral. Très actuel et bienveillant, ce roman donne voix à une pléiade de personnages attachants, parmi lesquels Prudence, qui fait ses premières expériences dans la capitale, et qui nous sert de point d’entrée dans ce monde, en tant que premier protagoniste à s’exprimer. On tombe bien sûr également sous le charme des suivants : Ina, très engagée dans diverses associations, qui écrit et travaille dans l’édition, Jade, véritable personnalité des réseaux sociaux qui milite contre le validisme, Leo et David qui, de quiproquos en quiproquos, refusent de voir l’évidence… Cordélia mêle leur vie de tous les jours (boulot, petites galères, amours, combats) à la vie du magasine en lui-même avec ses difficultés (trouver un local accessible, maîtriser InDesign, répondre aux critiques des lecteurs…). La force du roman de Cordélia réside à mon sens en trois points. Le premier, celui qui saute aux yeux dès les premières pages, c’est le style : très dynamique et fluide, l’écriture de Cordélia permet une immersion dans le bain de l’intrigue absolument instantanée. Ça lui permet de camper des personnages très efficaces, deuxième point fort du roman. Les protagonistes sonnent très justes, ils sont complets, et même s’ils sont nombreux, Cordélia arrive à donner suffisamment de profondeur à chacun d’entre eux. C’est vraiment bien joué, car c’est un point qui pèche souvent dans un récit avec autant de voix différentes. Enfin, troisième atout du roman : son engagement et sa diversité. Les profils des personnages sont très variés et permettent de dresser un panorama de la vie associative LGBT+ très riche. C’est indéniablement un récit militant, qui ne peut qu’enrichir et nourrir la réflexion de la personne qui s’y plonge. C’est le genre de roman qui se lit tout seul, qui fait réfléchir, et qu’on verrait bien adapté un jour en série. De notre côté, on attend bien sûr de lire la suite car, l’éditeur l’a annoncé, ça sera une trilogie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai beaucoup aimé ce roman dans lequel de nombreuses thématiques importantes sont abordées et rarement représentées habituellement en littérature. Ce roman fait du bien. La narration allant d'un personnage à un autre est très agréable, permettant d'en apprendre plus sur tous les personnages et, surtout, de s'attacher à eux. Hâte de lire le prochain tome !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci aux éditions Akata et à Netgalley pour ce partenariat. J’essaie d’être brève : j’aurai aimé, étant adolescente, pouvoir lire des livres comme celui-ci, des livres qui montrent que les êtres sont divers, différents, qu’il n’y a pas un modèle à suivre absolument, que se « fondre dans le moule », que « faire comme le plus grand nombre » n’est pas une obligation. Être soi, c’est déjà assez compliqué comme cela. Hélas, ces livres n’existaient pas de mon temps. J’ai simplement eu la chance de naître dans une famille où ne pas être dans la norme était fréquent. Prudence, David, Jade, Ina, Galahad, autant de prénoms, autant de personnages singuliers. Ce sont tous de jeunes adultes, ils sont tous différents. Leur point commun ? Ils sont engagés dans le milieu associatif, et s’investissent énormément pour publier HoMag, une revue LGBT. Nous les suivons, alternativement. Si Ina est déjà insérée dans la vie active, les autres sont encore étudiants. Cela ne rend pas leur vie facile pour autant, surtout s’ils n’osent parler à leurs parents, craignant leur réaction, se doutant que l’acceptation, ce n’est pas pour tout de suite, et c’est peut-être même pour jamais. Sans vouloir faire preuve de pessimisme, s’il est bon que de tels livres existent et même deviennent de plus en plus nombreux, c’est aussi parce qu’ils rappellent que notre société est loin d’être aussi ouverte et tolérante que certains veulent bien le penser. Mention pour ceux qui pensent que les LGBT+ ont réussi à avoir les mêmes droits que les hétéros. Si seulement c’était vrai ! J’ajoute que l’incompréhension peut aussi venir de militants homosexuels – la transphobie existe partout. Le fait que l’autrice en parle est intéressant, parce qu’elle a su créer des personnages qui sont loin d’être manichéens. Moi qui, d’habitude, n’aime pas que les points de vue changent d’un chapitre à l’autre, cela ne m’a pas dérangé ici, j’ai trouvé que cela apportait vraiment de la richesse à la construction du récit. Des regrets ? Oui. Depuis la sortie d’Alana et l’enfant vampire, j’espère vraiment le retour des salons du livre – pour des échanges « en vrai » avec l’autrice.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

TANT QU'IL LE FAUDRA, tome 1 : une entrée réussie dans le milieu LGBTQI+ parisien. TANT QU'IL LE FAUDRA, c'est un roman-feuilleton en trois tomes écrit par Cordélia, d'abord posté sur Wattpad puis publié aux éditions Akata. On y suit les amours et déboires de jeunes adultes tou.te.s membres d'HoMag, un magazine LGBTQI+. Sur la forme, ce premier tome est particulièrement intuitif : les différents points de vue sont entrecoupés de conversations Messenger/SMS, et le style simple et inclusif nous plonge dans un univers riche, ponctué par les engagements et convictions des personnages. Si la succession de certaines actions davantage dites que montrées m'a un peu gênée dans les premiers chapitres, le tout s'équilibre très vite et la lecture devient fluide et immersive. J'ai été transportée dans les bars et apparts parisiens, et les références aux facs et classes préparatoires n'ont fait que renforcer cette impression : il est très facile d'entrer dans TANT QU'IL LE FAUDRA, mais beaucoup plus dur d'en ressortir. Parce que l'autre point fort de la série, outre son immersivité, c'est ses héro.ïne.s. Quel bonheur de se plonger dans un livre mené par des personnages gay, trans, handi... ! On s'identifie sans difficulté aux membres d'HoMag, que ce soit à travers leur genre, leur orientation sexuelle, leurs liens familiaux, leur handicap, leurs loisirs ou leurs peurs et espoirs de jeunes adultes. TANT QU'IL LE FAUDRA, c'est frais, c'est moderne, c'est réaliste, c'est addictif aussi et TELLEMENT bien pensé. La trilogie s'adresse à un public young adult et est à mettre dans toutes les mains à partir de 15 ans. Si vous aimez les romans qui traitent du passage à l'âge adulte ou qui mettent en scène des bandes d'ami.e.s, TANT QU'IL LE FAUDRA contient tous les ingrédients de ce type de récits, avec un accent mis sur la diversité et l'engagement associatif... et j'ai hâte de retrouver les personnages et les intrigues passionnantes nouées dans ce premier tome !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Si j'ai mis un peu de temps à rentrer dans ce livre, c'est une impression bien durable qu'il me laisse. Les nombreux, très nombreux personnages sont la raison pour laquelle le début de ma lecture ne m'a pas vraiment emballée : j'ai eu du mal à m'attacher à eux, je trouvais le récit un peu trop entrecoupé. Mais par la suite, j'ai trouvé cette construction addictive et que l'intrigue était très bien géré. Mais surtout, le point fort de cette lecture restera ses personnages. Je suis extrêmement attachée à tout cette petite bande dont la diversité est incroyable (une diversité dont, en France, nous avons désespérément besoin) et je ne veux que le meilleur pour eux. Je garde le souvenir d'une lecture super agréable, dont je veux plus : j'ai vraiment hâte de pouvoir lire le tome 2 et retrouver tous ces personnages que j'aime tant ! Note : 3,5/5

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un grand merci à Netgalley et aux édition Akata pour le service de presse numérique qu'ils m'ont envoyé ! Ce roman a répondu à toutes les attentes que j'avais, j'ai donc passé un bon moment avec tous ces personnages variés. J'ai trouvé le quotidien des membres de cette association LGBT très prenant, il se passe peu de choses mais il y a beaucoup de potins, les personnages évoluent, font des rencontres amoureuses et amicales. C'est un roman parfait si vous avez besoin d'une lecture toute douce, cependant certaines thématiques sérieuses sont abordées avec brio. J'ai tout de même trouvé que le lecteur avait parfois trop d'informations sur certains sujets et que cela donnait un ton "moralisateur" au récit. C'est un petit point négatif mais cela ne m'a pas empêchée d'apprécier ma lecture et j'ai hâte de lire le tome 2 !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En premier lieu, je dois remercier Netgalley et les éditions Akata de m’avoir permis de découvrir Tant qu’il le faudra ! Il s’agit d’un titre dont j’attends la sortie depuis des mois. Je suis ce que fait l’autrice sur les réseaux, j’étais donc très intéressée de découvrir son travail. Autant dire que je suis loin d’être déçue de ma découverte ! Avant de s’intéresser au récit, il est important de souligner qu’il y a une page dédiée aux contents warning. Cordélia précise tous les sujets qui pourraient déranger le-a lecteur-ice pendant la lecture, ainsi que les chapitres où ils apparaissent. C’est extrêmement important pour les lecteur-ice-s et c’est quelque chose qui devrait être présent dans tous les livres publiés. En tant que lectrice, j’ai pu me préparer psychologiquement avant la lecture de certaines scènes, ce qui a rendu ma lecture nettement plus appréciable que si j’avais lu ces scènes sans être avertie. Je remercie l’autrice et la maison d’édition pour cette initiative ! J’espère sincèrement que d’autres suivront le pas. Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, on fait la rencontre de Prudence, étudiante en Lettres, lesbienne, qui vient d’arriver à Paris pour ses études et qui se rapproche d’un journal associatif LGBTQIA+ nommé HoMag et qui va finir par intégrer l’équipe de ce fameux journal. Le-a lecteur-ice découvre les membres de l’équipe et le travail qu’ils font sur le magazine à travers les yeux de Prudence. C’est un excellent moyen pour permettre au lecteur-ice de s’y retrouver et de s’impliquer dans le récit. La plume de Cordélia se révèle très agréable, tant et si bien qu’on se plonge dans l’histoire avec une facilité déconcertante. Je n’ai pas eu de problème pour me retrouver entre tous ces personnages, Cordélia se débrouille très bien pour que le-a lecteur-ice ne se sente pas perdu(e) (et si jamais il y a un doute, il suffit de se référer au répertoire qu’il y a en fin de l’ouvrage avec tous les personnages et leurs fiches associées, c’est tellement pratique !). C’est peut-être aussi parce que j’ai appris à connaître les personnages avant même ma lecture, mais j’ai trouvé que c’était très bien fait. L’alternance de points de vue constitue une des plus grandes richesses du récit. On suit quatre personnages principalement, ce qui fait que chaque lecteur-ice peut apprécier au moins un personnage selon ses goûts. Tous les personnages ont leur propre vécu, leurs identités, leurs problèmes, si bien qu’on peut tous s’y retrouver et s’identifier à eux. J’ai beaucoup apprécié le fait que Cordélia présente des profils aussi différents, dont certains ne sont pas spécialement sympathiques. L’important ici ne réside pas dans l’action ou dans l’intrigue, le récit se concentre sur le quotidien de personnes qui évoluent dans un milieu associatif LGBT. Pour autant, l’histoire s’avère ennuyante à aucun moment. Cordélia parvient à rendre ses personnages crédibles, intéressants et vivants, ce qui fait que le-a lecteur-ice a envie de savoir ce qui va leur arriver. L’autrice parsème son récit de petits détails anodins qui enrichissent considérablement le récit, les personnages, ce qui bénéficie énormément à la lecture (je crois que c’est la première fois que je lis un récit où il est fait mention d’un personnage féminin qui doit changer sa protection menstruelle, cela peut paraître bénin, mais c’est important et ça aide à s’identifier aux personnages). L’histoire se concentre donc sur les personnages et sur les relations qu’ils tissent entre eux. J’ai énormément aimé le fait qu’il y ait beaucoup de bienveillance et de respect dans les scènes romantiques. Dans une scène en particulier, l’un-e demande les préférences de l’autre, où iel souhaite être caressé-e ou non. C’est si rare de voir ça dans un livre young adult … Je suis heureuse que des jeunes lecteur-ice-s puissent lire ce genre de scènes afin que ces comportements soient normalisés. J’ai également aimé que l’autrice évoque les comportements et réflexions problématiques que peuvent avoir certains personnages appartenant à des minorités envers d’autres personnes appartenant à des minorités différentes. C’est une réalité dont il faut avoir conscience et c’est appréciable que ce soit montré dans le quotidien des personnages. Plus encore, Cordélia aborde d'autres éléments que j’ai jamais retrouvés en young adult (booktube, forum rpg) et j’étais plus que ravie de les découvrir au fil de ma lecture. En plus de cela, elle évoque de nombreux événements réels qui se sont déroulés durant l’année où se déroule le roman (la marche pour Adama Traoré, la marche bisexuelle, Existrans, …). Si certains de ces événements sont connus des lecteurs, voir ces derniers à travers les yeux des différents protagonistes permet d’avoir une approche différente et d’en apprendre davantage sur certains (à titre personnel, je ne connaissais pas Existrans, ça m’a permis de me renseigner). Au cours de tous les événements qui sont évoqués dans le récit, Cordélia aborde une multitude de sujets qui sont encore trop peu traités. Grâce au personnage de David, on s’intéresse aux difficultés d’intégration que rencontrent les fils et filles de personnes racisées et de l’importance d’avoir des modèles qui nous ressemblent. Le point de vue de Jade nous sensibilise aux problématiques liées au handicap, on a un aperçu par le biais d’Ina ce que c’est de vivre en tant que personne racisée en France et des faux-alliés blancs qui n’aident pas. L’autrice souligne l’importance d’avoir des espaces safes, surtout pour les personnes racisées, notamment à travers le personnage d’Ina, jeune femme noire et lesbienne, qui n’a pas la même vie qu’une femme blanche lesbienne. On parle également de la publication dans le monde littéraire, du manque de personnes racisées dans l’édition et des impacts sur le secteur, des difficultés auxquelles fait face Ina en tant qu’autrice noire et lesbienne, du peu d’opportunités qu’elle a ainsi que le manque de reconnaissance des femmes dans l’édition SFFF (encore plus marqué quand il s’agit d’autrices racisées) mais pas seulement. On dénonce aussi le fait que les auteur-ice-s racisé-e-s sont invisibles ou réduits à leurs traumatismes. Il est impossible de citer tous les sujets traités dans Tant qu’il le faudra, mais ils ont tous leur importance et sont bien traités. Je n’ai jamais lu un ouvrage qui traite d’autant de sujets et qui soit aussi riche. Toutes ces thématiques sont abordées au cours de discussions ou de réflexions de la part des protagonistes, ce qui rend la lecture très fluide. Certes, tous les sujets ne sont pas approfondis, mais je pense que ce sera davantage traité dans les prochains tomes. Toujours est-il qu’il est important, voire essentiel, de publier des ouvrages comme Tant qu’il le faudra. En tant que lectrice, en tant qu’autrice en devenir, en tant que professionnelle du milieu, je suis plus qu’heureuse qu’un tel livre soit lu, encensé et découvert par le plus grand nombre. J’ai tout simplement adoré ma lecture, je poursuivrais l’aventure avec les prochains opus et je lirais les autres écrits de l’autrice avec grand plaisir. Je ne peux que vous encourager à découvrir le travail de l’autrice, elle est indéniablement l’un des jeunes auteur-ice-s francophones les plus intéressants à suivre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman feuilleton plaisant qu'on prend plaisir à lire tant ses personnages sont différents et attachants ! Pour ados / jeunes adultes qui cherchent de la représentation - ou simplement qui veulent suivre le quotidien de Parisiens engagés. Vivement le tome 2 !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mis en ligne initialement sur Wattpad, ce premier tome de cette nouvelle saga me faisait très envie et j’ai été ravie de voir qu’il était publié chez Akata, une maison d’édition que j’aime beaucoup pour ces mangas mais dont j’ignorais jusque là qu’elle publiait aussi des livres. Tant qu’il le faudra nous raconte l’histoire d’une bande de jeunes adultes qui écrivent un journal associatif LGBTQ+ . On y fait notre entrée en compagnie de Prudence, un personnage pour lequel j’ai eu un coup de cœur dès les premières lignes tant je me suis reconnue en elle. Même si je n’atteins pas son niveau de maniaquerie en terme de ménage, je ne supporte pas non plus que les choses ne soient pas rangées et que la crasse s’accumule. Elle ne connait rien au militantisme, du coup c’est un excellent point d’entrée pour tout lecteur qui soit un peu novice dans le domaine. Mais on ne reste pas en compagnie que de Prudence puisqu’au travers des différents chapitres, on va également découvrir les points de vue d’autres personnages, dont certains se connaissent depuis plusieurs années. On suit notamment David (et ça fait un bien fou d’avoir le point de vue de ce personnage qui peut paraitre tellement renfermé au premier abord), Ina et Jade, le tout entrecoupé de messages envoyés sur les réseaux sociaux, tout en terminant sur un des plus jolis (et bouleversants) chapitres où tous les personnages voient leur voix mises en avant. C’est une histoire profondément bienveillante. Avec autant de personnages, il y a bien entendu des frictions et des désaccords mais j’ai aimé que chacun ne soit pas enfermé sur lui-même et accepte de prendre en compte les différentes sensibilités. Il y a également énormément de diversité, d’inclusion et de thématiques transversales, pas seulement basées sur la sexualité mais aussi sur l’autisme, le handicap, les tocs ou le féminisme. On n’est pas dans un récit qui bouleversera le monde mais dans une tranche de vie qu’on partage avec plusieurs personnages qui évoluent, grandissent devant nous, se disputent, se rabibochent, fricotent, se mettent en couple et se séparent avec fracas. Mention particulière à Galahad et Min-Jae, les rois du drama, même si eux aussi ont un passif qui expliquent où ils en sont à l’heure actuelle. Ce n’est pas pour autant qu’on est dans quelque chose de futile parce que ce qu’ils traversent est important et j’aurai adoré avoir accès à un tel livre quand j’étais plus jeune. Juste un petit mot pour terminer sur un point qui a fait pas mal parler puisque l’autrice a inclus au début du roman une liste de moments du récit qui pourraient être sensibles pour certains lecteurs. Des personnes s’en sont offusquées alors que je n’y vois aucun problème. Pour ma part je l’ai rapidement survolée, j’ai vu que rien n’était en capacité de me choquer particulièrement et je l’ai de suite oubliée. Je trouve que dans un roman qui revendique aussi bien une certaine idée de l’inclusion, c’est au contraire une très bonne chose.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nous commençons notre lecture avec Prudence, une jeune femme de 19 ans, élève en fac de lettres classiques à la Sorbonne, qui souhaite découvrir pour la première fois HoMag, lors d’une réunion d’information. Elle va y rencontrer tous les autres personnages du roman qu’en tant que lecteur nous allons découvrir au fur et à mesure, mais elle va également vouloir s’engager avec eux et se sentir utile dans la réalisation de la revue. Je ne vais probablement pas donner mon avis sur tous les personnages, car on y passerait très très longtemps, mais pour ce qui est de Prudence, c’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Elle est timide et très réservée mais sait trouver progressivement sa place au sein de l’association & son couple avec Gwen m’a beaucoup touchée. Comme ce roman est un roman choral, nous allons découvrir au fur et à mesure chaque personnage, avoir ses pensées, ses doutes, voir les liens qui l’unit aux autres et comprendre son rôle dans l’association. Si on peut craindre de se perdre parmi tout ce petit monde, en vérité ils sont si différents qu’on situe très rapidement qui est qui. Si vous en avez besoin, Cordélia a mis à la fin du livre un petit récapitulatif pour chacun des personnages, avec son rôle dans HoMag, sa personnalité, ses études… ! De manière générale, le roman choral apporte un vrai plus au récit, le rend très très dynamique, et on ne se lasse pas de suivre les points de vue des uns et des autres. Par la multitude de personnages, de caractères et de situations, le lecteur trouve forcément un personnage auquel s’attacher, et qui lui ressemble d’une certaine façon. Pour ce qui est de l’histoire, nous suivons chaque personnage dans sa vie quotidienne, et notamment dans ses engagements auprès de l’association. Nous voyons se nouer les relations entre les personnages mais aussi certaines s’atténuer au fur et à mesure de l’histoire. Celle-ci prend place à Paris, ville que je connais puisque, lorsqu’on ne traverse pas une pandémie mondiale, j’y vis depuis quelques temps. J’ai aimé retrouver certains lieux, certains quartiers par lesquels je passe, et je me suis très bien imaginée les lieux et donc, je suis totalement entrée dans le roman. J’ai aussi aimé découvrir tout l’aspect associatif, que je ne connais absolument pas, l’organisation d’évènements centraux pour la communauté LGBT+ et ceux qui sont plus ou moins médiatisés. Un gros gros point fort du roman de Cordélia, c’est sa dimension pédagogique. Comme je vous l’ai dit, les personnages sont extrêmement diversifiés, et chacun d’eux est confronté à des problématiques et des discriminations dans leur quotidien, que l’autrice prend le temps d’expliquer, et de déconstruire, tant son lecteur que certains personnages de son roman, ce qui est d’ailleurs très intéressant, puisque cela montre que même si on fait partie d’une minorité, on peut parfois ne pas totalement être déconstruit ou ouvert aux autres ! Toute cette pédagogie au sein du roman rejoint tout le travail que Cordélia fait déjà par sa chaîne youtube et ses réseaux sociaux. C’est justement très intéressant car ce travail et ces sujets ne sont pas forcément beaucoup abordés dans les romans mis en avant par les maisons d’éditions françaises, et en tant que lectrice j’ai vraiment apprécié voir une telle représentation dans un roman. En conclusion : j’ai vraiment apprécié ce roman, qui apporte un nouveau souffle aux romans que l’on trouve aujourd’hui sur le marché du livre. J’ai aimé la plume de Cordélia, les sujets qu’elle aborde et les réflexions de chacun des personnages. Comme il s’agit d’un premier tome, il reste très introductif et présente seulement les personnages et leur vie. Je suis très impatiente de découvrir la suite, qui j’en suis sûre sera largement à la hauteur de ce premier tome. Je remercie bien évidemment Netgalley et les éditions Akata de m’avoir permis de lire ce livre !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Si on a au début un peu peur de se perdre dans la foison des personnages, on prend bien vite ses marques et on se surprend à suivre les différents membres de ce petit groupe hétéroclite (ou pas, justement) lors de leur quotidien. Leur point commun ? Faire partie d'un journal LGBT+, mais c'est bien là tout ce qui les rassemble. J'ai adoré suivre leurs réflexions sur la société d'aujourd'hui et modes de vie, ainsi que leurs relations qui s'entremêlent les unes aux autres.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une bonne lecture pour ma part ! Ca se lit très vite, c’est prenant. Le style est simple mais accessible ! A l’origine, cette histoire n’était qu’un seul et même roman, publié chapitre par chapitre sur Wattpad. Et je dois dire que ça se ressent vachement ! J’ai vu ce premier tome comme une grande introduction, on apprend à connaître les personnages, les liens entre eux se développent peu à peu. Il s’agit d’un roman choral, où on change très régulièrement de point de vue, pour passer d’un personnage à un autre. Et c’est vrai qu’il y en a beaucoup. En temps normal je n’ai pas trop de soucis pour me souvenir des noms des personnages et pour les situer les uns par rapport aux autres. Mais là, ce qui m’a égarée quelques fois c’est qu’on en évoque beaucoup sans rentrer dans les détails, juste un nom au détour d’une phrase… Ne faites pas comme moi, il y a un descriptif des personnages à la toute fin du roman, avec leurs caractéristiques de base et leurs relations. N’hésitez pas à vous y référer en cours de lecture, il n’y a pas de spoils. Dans l’ensemble, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, à part Ina, et Romane sur les derniers chapitres. Certains m’ont même carrément saoulée. Donc c’est un peu dommage ! Je précise également que la liste des TW et des CW en début de roman a été grandement appréciée ! Ca devrait être obligatoire dans CHAQUE roman, faire avec les sensibilités de chacun, c’est la base du respect. Je remercie les éditions Akama de m’avoir offert cette lecture en échange d’une critique honnête !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre parle de la vie quotidienne de jeunes adultes, tous•tes engagé•e•s dans la même association qui publie une revue LGBT+. On suit plus particulièrement quatre personnages : Prudence, Jade, David et Ina. ⁣ C'est la 1ere fois que je lis un roman aussi inclusif ! Toutes les lettres du sigle LGBT sont représentées, il y a des personnages racisés, d'autres qui sont en situation de handicap... Ça fait du bien de voir ça ! Autre point très appréciable : la présence de Content Warnings au début du livre. Cordélia a fait une liste qui recense tous les sujets sensibles abordés dans chaque chapitres, évitant ainsi de réveiller les traumatismes de certaines personnes. Je trouve cette démarche géniale, c'est dommage qu'elle soit encore si marginale dans le monde de la littérature. ⁣ ⁣ Ce livre se lit très vite, le style est simple mais efficace. L'intrigue tourne autour de la vie associative. C'est réaliste, on nous montre bien que la communauté LGBT+ n'est pas un groupe homogène et que l'intolérance peut parfois venir de l'intérieur. ⁣ Il y a beaucoup de personnages et je dois dire que j'ai eu du mal à me souvenir de tout le monde. On sent que ce 1er tome est assez introductif et qu'il pose les bases pour la suite. J'ai bien aimé les personnages principaux, à l'exception de David qui m'a copieusement agacée. J'ai hâte de voir comment il va évoluer dans le prochain tome !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

j’ai vraiment eu un vrai coup de cœur pour ce titre, et je ne peux donc que vous le conseiller. Il fait partie de ces romans qui permettent l’ouverture d’esprit, et qui nous aident à nous mettre à la place des autres, voire même à nous poser des questions sur nous-mêmes. J’aurai vraiment adoré avoir un tel livre lorsque j’étais plus jeune, et je pense que ce sont vraiment ces romans qui manquaient ces dernières années. Les personnages sont attachants, et même si l’histoire en elle-même est simple, on suit une bande de jeunes adultes dans la vie étudiante et active, engagée, le message est tout de même fort. On a beaucoup de mal à lâcher cette histoire qui est très bien écrite. C’est un roman à lire, qui parle de la vie, de ses difficultés, mais aussi de ses joies. C’est un vrai hymne à l’amour et à l’amitié.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie les Éditions Akata pour l'envoi, via net galley, du roman : Tant qu'il le faudra, tome 1 de Cordélia. Nous suivons de jeunes adultes dans leur vie parisienne. Prudence est une jeune lesbienne dans le placard qui découvre la vie parisienne... David est un étudiant gay dont la vie tourne presque exclusivement autour de son engagement associatif et de son meilleur ami... Jade, militante féministe et anti-validisme, essaie de faire entendre sa voix sur les réseaux sociaux... Ina, déjà dans la vie active, doit jongler entre son travail, ses deux associations et ses activités d'autrice Wattpad... Nous suivons ces jeunes, de personnalité différentes, qui essaient tant bien que mal de s'entendre, pour publier HoMag, une revue LGBT+. Tant qu'il le faudra est un roman dont la cible est les jeunes adultes, et je dois vous avouer que j'ai parfois été un peu paumée car je ne suis plus la cible et j'ai ressenti le décalage. Il y a de nombreux personnages et il est important de bien suivre. Ils sont tous différents ce qui est intéressant car du coup, le lecteur pourra s'identifier à l'un d'eux. Je n'ai pas réussi à m'identifier à l'un d'eux car je n'ai pas leur âge, je ne fais pas partie de la communauté LGBT et je me suis souvent sentie... un peu vieille lol Il a parfois fallut que je cherche certains thèmes sur google, par exemple ce qu'était un pansexuel. Je connaissais de nom, mais je ne me souvenais plus de ce que ça signifiait exactement. Et j'ai du chercher certains termes à plusieurs reprises, ça a un peu coupé ma lecture. Tant qu'il le faudra est un roman intéressant car il permet de parler de la communauté LGBT sans en faire trop. Il n'y a pas de clichés, Cordélia essaye de les éviter. Mais il y a beaucoup de personnalités et j'ai eu l'impression que l'autrice voulait parler de beaucoup de choses, comme s'il fallait mettre toutes les formes d'amour existantes dans ce roman, ainsi que beaucoup de thèmes. En effet, elle parle par exemple de l'homophobie, de la transphobie, du racisme, du handicap, du féminisme, du coming-out, du polyamour... Et à un moment, à trop aborder de thèmes différents, elle m'a perdue. Je ne regrette pas d'avoir lu ce premier tome toutefois je n'éprouve pas l'envie de lire la suite quand elle sera publié. Malgré un avis mitigé, je vous recommande Tant qu'il le faudra car il est évident qu'il peut plaire à de nombreux jeunes adultes. Et il a le mérite de mettre à l'honneur la communauté LGBT, dans un genre autre qu'une romance pure et dure, cela reste sympathique et à découvrir pour la cible. Ma note : trois étoiles.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tant qu’il le faudra est une histoire initialement publiée sur le site WattPad. Mais voilà, lire des romans sur un écran d’ordinateur ou de téléphone, ça ne me plaît pas des masses. De fait, j’étais contente, l’été dernier, d’apprendre que ce roman de Cordélia allait être publié en livre papier par les éditions Akata. Surtout, j’étais curieuse de savoir ce qu’allait donner ce fameux récit dont j’avais déjà pas mal entendu parler. Tant qu’il le faudra, c’est l’histoire de plusieurs jeunes qui ont l’âge d’être à la fac. Toustes font partie de la communauté LGBT+ et ont rejoint l’association HoMag, qui publie un magazine bimestriel sur des thématiques lesbiennes, gays, bi, trans… Chacune de ces personnes ayant intégré l’asso a ses raisons : que ce soit pour rencontrer des gens, pour s’occuper ou militer, s’engager, elles ont toutes des raisons qui leur sont propres. Nous suivons alors plusieurs personnages dans ce livre ; Tant qu’il le faudra est un roman choral. Cela peut parfois déplaire mais, pour ma part, j’aime beaucoup car cela nous permet de suivre des individus aux parcours variés, de découvrir différentes façons d’aborder les choses, etc. Ainsi nous avons par exemple Prudence qui, elle, découvre le monde associatif et rencontre pour la première fois un groupe de personnes avec qui elle peut être elle-même, assumer son homosexualité sans s’interroger sur les réactions des gens s’ils apprennent qu’elle est lesbienne. C’est d’ailleurs par elle que débute le roman et c’est donc par elle également que nous découvrons HoMag, avec les appréhensions qu’elle peut ressentir et que n’importe qui peut avoir lorsqu’il ou elle rejoint une association : ne connaître personne, réussir à intégrer un groupe, se faire une place au sein d’une équipe déjà formée, c’est rarement évident. Il y a aussi Jade qui débarque dans l’association ; pour le coup, c’est très compliqué pour elle car elle se déplace en fauteuil roulant, or les locaux sont dans un immeuble sans ascenseur, et pas au rez-de-chaussée, c’eût été trop simple ! Elle se retrouve à devoir prévenir bien en avance afin qu’un lieu plus accessible soit réservé, sinon elle doit participer aux réunions en visio. Si vous avez lu ce roman ou si vous avez déjà été dans une association, vous savez à quel point c’est sympa de se retrouver après les réunions autour d’un café ou d’un verre ! Mais si vous participez à distance, cela s’en retrouve fortement compromis, de même que les liens que vous pourriez tisser. Je ne vais pas vous faire une liste exhaustive des personnages et des vécus de chacun mais, disons-le clairement, le casting est très varié : des hommes, des femmes, des personnes trans, lesbiennes, bisexuel·les, gays, des racisé·es, etc. J’avais une crainte à ce sujet : que ça en devienne un récit fourre-tout, « regardez comme il y a de la diversité dans mon roman ». Et à ce sujet, on ne peut pas dire le contraire, les personnages sont tous très différents les uns des autres, que ce soit par leur taille, leur corpulence, leur couleur de peau, leurs aptitudes, leurs intérêts… Pourtant, si cela peut nous paraître de prime abord un fourre-tout, il n’en est rien. Au contraire, cette richesse nous permet de nous retrouver un peu dans chacun des héros·ïnes de ce roman et, surtout, c’est réaliste. Quand j’étais à la fac, j’ai moi aussi rejoint une association LGBT+ et, ces personnes que l’on rencontre dans le roman de Cordélia, je les ai côtoyées, j’ai échangé avec elles, on a bu des verres ensemble… Et j’en fais partie, moi aussi. En vérité, cette diversité, elle est partout, on la trouve au quotidien, il n’y a pas besoin de chercher loin, il suffit de sortir de chez soi. Mais revenons-en à ce premier tome de Tant qu’il le faudra : l’histoire était parlante pour moi ayant vécu ce genre de vie associative ; cette dernière est le fil conducteur du récit mais il nous permet surtout de découvrir des personnes et de nous attacher à elles. A noter que, même si ce n’est pas flagrant en lisant les premiers chapitres, on constate que la narration (à la première personne) change en fonction des personnages. Evidemment, avec autant de protagonistes, il est difficile de tous les apprécier de la même façon et, finalement, Prudence et Gwen m’ont à peine effleurée alors que Galahad a fini par me toucher ; j’ai également beaucoup aimé Jade et Ina. Aussi, s’il y a des histoires d’amour, d’amitié, de militantisme…, il y a aussi de la violence avec des LGBTphobies, du racisme, du validisme, etc. A cette attention, l’autrice présente au début du roman ce que l’on peut trouver dans certains chapitres afin de prévenir les lecteurs et lectrices – une bonne attention car nous n’avons pas toustes les mêmes vécus ni les mêmes sensibilités. En revanche, il est question de la galère que c’est de maquetter (faire la mise en page d’) un magazine et de la pénibilité de la chose or, comme c’est mon métier, je ne peux pas être d’accord avec ça ! Mais bon, je ne suis nullement objective sur le sujet, et j’ai en vérité bien conscience que, lorsque l’on ne connaît pas bien les logiciels, même avec des gabarits, ça peut être long et pénible… Et il y a un autre point sur lequel j’ai tiqué : le RER C après 22h30 à Vitry ? Si seulement ! Mais ça n’existe plus depuis plusieurs années déjà, hélas. Voilà, c’était pour mes points « négatifs » (qui m’ont fait sourire, à dire vrai). Je mentirais en disant que Tant qu’il le faudra est le roman de l’année, toutefois il est indéniable que j’ai passé un bon moment. Ce premier tome m’a plu, je me suis laissée prendre au jeu et j’ai désormais envie de découvrir la suite ; le récit s’arrête après les fêtes de fin d’année et j’ai déjà envie de retrouver ces héros et ces héroïnes pour les suivre alors que le printemps arrivera : qu’adviendra-t-il des couples, des amitiés ? Est-ce que certain·es arriveront à faire bouger les choses, à rendre le magazine plus militant ? Et un personnage central au récit et au sein de l’association ne risque-t-il pas le burn-out ? Que de questions, alors vivement la suite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voilà un roman à mettre entre toutes les mains afin de rassurer, expliquer et encourager et surtout à ne pas rester dans l'ignorance ou la peur de s'affirmer dans sa sexualité. J'ai trouvé ce roman sans filtre très bien écrit et empreint de la réalité nécessaire pour ouvrir les yeux à tous et toutes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai vraiment aimé ce premier tome de Cordelia qui abrite toute sorte de diversité ! On passe des troubles autistiques, au relations LGBTQIA+, on parle de féminisme d’homophobie.... Un roman très engagé que j’ai beaucoup apprécié ! Puis on s’attache beaucoup aux personnages aussi :) Je valide et recommande !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans la note du début, l’auteur.ice dit : « moi, c’est ce qu’il m’a manqué durant toute mon adolescence et au début de ma vie d’adulte : des histoires où je me sentais représentés, des histoires écrites pour moi, des histoires écrites pour moi, des histoires qui ressemblaient un peu à ma vie. Il me manquait un monde où j’avais le droit et la possibilité d’exister. » Cela montre bien à quel point les histoires mettant en avant des personnes non cis ni hétéros sont importantes. C’est un livre où il est possible de se retrouver, tellement les personnages sont… humains. C’est la première fois que j’ai lu un livre où les personnages me semblaient si proches et réels, et ça rend l’histoire addictive. Je l’ai lu super vite comme je voulais savoir ce qui allait se passer. J’ai aimé découvrir le milieu associatif que je connaissais pas du tout, et ça fait énormément de bien de lire des livres avec les problématiques sur la sexualité, le validisme, le féminisme à travers des personnages très crédible. En revanche, le nombre assez important de point-de-vue fait qu’il y a un peu un manque de profondeur dans les personnages, et le style très familier m’a un peu dérangé au début, bien c’est ce qui a fait que l’histoire était si crédible. Je me sens suis sentie moins seule sur certaines choses en lisant ce livre, et ça fait du bien.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'avais beaucoup aimé son premier roman, j'étais donc curieuse de découvrir «𝓣𝓪𝓷𝓽 𝓺𝓾'𝓲𝓵 𝓵𝓮 𝓯𝓪𝓾𝓭𝓻𝓪» de @mxcordelia. ⁣ ⁣ C' est un livre très engagé sur la communauté Lgtb, et qui traite également du handicap, du féminisme, de l'homophobie.... Des sujets forts et peu traités dans la littérature. ⁣ ⁣ Nous sommes ici dans un roman choral où nous allons suivre au sein d'une association Lgtb plusieurs protagonistes à la fois différents et pourtant qui recherchent tous la même chose.⁣ ⁣ Tout d'abord vivre leurs histoires d'amour en toute simplicité, sans jugement, sans moquerie.⁣ Puis, l'acceptation de leurs différences par les autres. Est-ce normal de devoir faire accepter nos différences ?⁣ Ça ne devrait pas l'être mais notre société manque de tolérance et c'est bien dommage.⁣ Je pense moi que nos différences sont une richesse.⁣ ⁣ Je me suis retrouvée dans le personnage de Jade car comme elle je connais le combat au quotidien d'être en fauteuil roulant.⁣ ⁣ L'auteure évite les clichés et cela change de ce que l'on peut lire parfois.⁣ C'est un livre qui plaira beaucoup aux jeunes adultes qui pourront s'identifier à certains personnages et trouver peut être un certain réconfort, un apaisement.⁣ ⁣ Je remercie @netgalleyfrance et @akatamanga pour ce service presse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout ce que je savais de ce roman c'est que ça se passe dans une association LGBT, ils produisent un magazine ensemble. Et du coup, c'était une vraie découverte. On suit la vie de chaque personnage, ce qui apporte une vraie richesse au récit. J’ai trouvé que c’était vraiment bien fait et « documenté » en fait. Ce n'est pas moralisateur, ni un panorama de la diversité. Ce roman, c'est la réalité de la diversité. Je trouve que c'est un roman nécessaire. Au délà de la diversité, on parle de personnes qui se cherchent, qui apprennent à se découvrir, à découvrir leurs sentiments, qui grandissent. Petit bonus : c'est un roman écrit en écriture inclusive. Je recommande aux sceptiques de le lire, ça ne pique pas les yeux, on ne le remarque même pas. Comme quoi... Merci pour cette découverte, j'ai adoré et j'ai appris.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une histoire importante, inclusive, où chaque personnage apporte sa réflexion et son combat. Ils sont tous plus ou moins attachants, plus ou moins militants, plus ou moins prêts à faire face à cette société qui ne parvient malheureusement pas à aimer tous ses membres. Ce roman nous pousse à réfléchir, malgré quelques petites maladresses, et je compte bien lire la suite. J'attendais ça sortie avec impatiente Cordelia est super gentille et j'aime sa positivité

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :