Megumi et le fantôme

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 6 sept. 2017 | Archivage 4 mai 2018
Didier Jeunesse, Mon marque-page +

Résumé

Megumi n’a peur de rien. Surtout pas d’un fantôme irlandais qui hante la maison de ses ancêtres ! Saura-t-elle lever la malédiction qui pèse sur lui ? Une histoire pleine de rebondissements où l’on croise Yokaï et robots dans le Japon des années 80.

Megumi n’a peur de rien. Surtout pas d’un fantôme irlandais qui hante la maison de ses ancêtres ! Saura-t-elle lever la malédiction qui pèse sur lui ? Une histoire pleine de rebondissements où l’on...


Note de l'éditeur

L’auteur phare de Star Trip et du Dernier Songe de Lord Scriven démontre une fois de plus toute l’envergure et la diversité de son talent : un vrai régal !

L’auteur phare de Star Trip et du Dernier Songe de Lord Scriven démontre une fois de plus toute l’envergure et la diversité de son talent : un vrai régal !


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782278085613
PRIX 12,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Si vous ne connaissez pas Eric Senabre, ce roman est l'occasion de découvrir cet auteur, son style, et ses sources d'inspiration variées.
L'action se passe au milieu des années 80 et les parents de Megumi ont décidé de partir en vacances en Irlande. C'est en arrivant dans ce pays que Megumi apprend par sa mère qu'un de leurs ancêtres est irlandais. Megumi, curieuse, découvre ce qui reste de sa maison, mais aussi la présence du fantôme de son aïeul. Il est un peu du fantôme de Canterville dans ce fantôme attaché à sa maison, à sa terre, mais Horatio est un fantôme immédiatement sympathique, qui ne cherche pas vraiment à effrayer la petite fille qui est venu dans cette demeure, pas au mieux de sa forme (la maison, pas la petite fille). Commence alors une amitié pour le moins inattendu entre Horatio et sa descendante. Comment pourra-t-elle perdurer, puisque Megumi doit repartir après les vacances ? Et comment faire pour lever la malédiction dont, comme presque tout fantôme qui se respecte, qui attache Horatio à sa maison ?
Et l'on découvre alors que le Japon est l'autre pays des fantômes, ou plutôt le pays des yokai, ces créatures surnaturelles qui, pour certaines, ont les capacités de se métamorphoser. Il est question aussi des récits fantastiques japonais qui, de mon point de vue, sont moins connus du jeune public que les mangas. L'on découvre aussi la vie quotidienne d'une écolière ordinaire entre école et cours de musique, rapprochement ou rivalité avec d'autres élèves, professeurs stricts et parents parfois un peu loufoques. Même si le père de Megumi est ingénieur, il essaie surtout de créer robot et jeux video lors de leurs premiers balbutiements, avec plus ou moins de bonheur. Débuter, c'est le plus difficile.
Narrer ainsi, l'histoire semble presque uniquement amusante. Pourtant, il est aussi question de séparation, de deuil, de douleurs. IL s'agit aussi pour Megumi de comprendre pourquoi le fils d'Horatio est parti pour le Japon, et s'il connaît les circonstances de la mort d'Horatio, il restera bien d'autres faits à éclaircir.
Megumi et le fantôme est une jolie histoire d'amitié au pays du soleil Levant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Grâce à Netgalley et les éditions Didier jeunesse, j’ai pu découvrir Megumi et le fantôme. Il s’agit d’un roman jeunesse à lire à partir de 8/9 ans. Né en 1973 en région parisienne, Eric Senabre est journaliste depuis plus de dix ans. Lorsqu’il n’écrit pas, il joue du rock, se passionne pour les arts martiaux, dévore les films de série B et aime surtout la littérature fantastique du XIXe siècle.
Megumi n’a peur de rien. Surtout pas d’un fantôme irlandais qui hante la maison de ses ancêtres ! Saura-t-elle lever la malédiction qui pèse sur lui ? Une histoire pleine de rebondissements où l’on croise Yokaï et robots dans le Japon des années 80.
Ce roman est divertissant, on suit avec intérêt son enquête sur ses ancêtres. Fantaisiste, mais jamais improbable les aventures tendre et drôle de Megumi se dévore avec intérêt.
Ce qui m’a beaucoup plu c’est d’avoir intégrer au récit des éléments réel. Lafcadio (Patrick) Hearn est un écrivain irlandais qui prendra la nationalité japonaise. Il écrivit sur les fantômes japonais les fameux yokai. Ici c’est l’ancêtre de l’héroïne et le fils du fantôme irlandais. J’ai aussi apprécié les connaissances juste du japonais (la langue) et du Japon en général de l’auteur, mais aussi aux clins d’œil aux jeux vidéos par exemple.
Megumi et le fantôme est une excellente surprise que je recommande chaudement. Vous pourrez piquer le livre de votre gamin sans aucun remord.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie les éditions Didier Jeunesse et Netgalley pour ce roman. C’est une histoire très mignonne et j’ai adoré retrouver l’ambiance japonaise que j’affectionne toujours autant !

Megumi est une fillette courageuse et très curieuse. Elle n’a pas froid aux yeux ! Ainsi, lors d’un voyage en Irlande, elle apprend que la maison de son ancêtre est hantée, elle décide d’aller voir de ses propres yeux. Au début, elle n’y croit pas vraiment. C’est donc sous le choc qu’elle tombe nez à nez sur un véritable fantôme ! Très vite, elle apprend que ce dernier est son ancêtre et qu’il est maudit : il se retrouve coincé entre le monde des morts et celui des vivants. Prise de compassion, elle décide de faire tout son possible pour lever la malédiction…

J’ai beaucoup aimé cette p’tite histoire très mignonne avec cette ambiance japonaise dont personnellement je suis fan ! Le roman est très court et se lit relativement vite : idéal pour les enfants ! La plume est très agréable et assez poétique, qui accentue le côté japonais du roman.

Je me suis énormément attachée à Megumi, c’est une fille adorable et très attachante ! Elle n’a pas froid aux yeux. C’est une fille très courageuse et généreuse : elle est prête à tout pour aider le fantôme à passer de l’autre côté. Ce dernier m’a beaucoup émue, c’est un homme rempli de remords. Cette culpabilité et sa fin tragique sont d’ailleurs l’objet de la malédiction dont il souffre…

Les sujets traités sont très intéressants et passionnants. Je suis friande des histoires de fantômes et là, on s’intéresse particulièrement aux malédiction : les fantômes qui ne peuvent pas aller dans l’au-delà car ils se culpabilisent et/ou ont encore des choses à faire. J’ai trouvé que c’était assez bien exploité, même si on reste un peu en surface –mais il ne faut pas oublier que cela reste un roman jeunesse. Ce roman ne fait absolument pas peur ! C’est donc une bonne alternative aux jeunes lecteurs qui souhaitent lire un roman sur les fantômes mais qu’ils sont un peu sensibles ;)

En bref, une très belle surprise ! J’ai beaucoup aimé les personnages et l’histoire avec son côté très japonisant. Un roman jeunesse que je vous conseille, qui plaira bien évidemment aux enfants mais aussi aux « plus » grands !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une très belle découverte !
Je remercie Netgalley et les éditions Didier jeunesse pour leur confiance.
J'ai tout de suite été attirée par la couverture de ce livre. Comme je suis une grande fan du Japon celle-ci m'a tout de suite parlé.
On suit ici, la rencontre entre Megumi et le fantôme de son ancêtre prisonnier du monde des vivants. La petite Megumi va donc tenter de le libérer. L'histoire est très touchante, très bien menée. La plume de l'auteur est fluide ce qui permet un enchaînement très addictif des événements. Quant aux personnages, ils sont très attachants. Megumi est une petite fille très intelligente et débrouillarde à l'image des japonais. C'est d'ailleurs ce point que j'ai particulièrement apprécié. En effet, la culture japonaise est très présente dans ce livre. Les plus jeunes lecteurs découvriront tout en douceur la culture et les coutumes japonaises.
En bref, une très bonne lecture que je recommande aux petits comme aux grands!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman jeunesse à mettre en toutes les mains, petites ou grandes ! Megumi est une enfant pleine de surprises et de bienveillance, qui ne souhaite qu’une chose : faire le bonheur de son ancêtre et lui rendre sa liberté, sans jamais avoir peur de lui malgré la forme qu’il prend.

Article complet : https://comaujapon.wordpress.com/2017/09/09/megumi-et-le-fantome/

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megumi et le fantôme est un très joli roman qui m'a charmé de la première à la dernière page.
Megumi est une fillette très attachante, tout comme Horatio, le gentil fantôme. L'histoire m'a plu.
De plus, j'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur. Je ne connaissais pas Eric Senabre mais je trouve qu'il écrit vraiment très bien.
J'ai passé un très bon moment avec ce roman jeunesse très touchant, que je recommande vivement :)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre est tout en douceur... malgré la présence de fantômes. Car ce sont ici des personnages à part entière, et la relation entre Megumi et le fantôme est très touchante. Une jolie histoire qui se lit toute seule, même si quelques mots japonais peuvent être inconnus des plus jeunes (yokai par exemple).

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman est une merveilleuse histoire d'amitié dans laquelle se mêle fantastique et voyage. Avec une petite héroïne vive d'esprit et joyeuse et une histoire bien maîtrisée, difficile de ne pas succomber. Sans oublier une plume simple et agréable à lire, qui ravira les plus jeunes comme les plus grands !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mon avis:
Megumi est une jeune japonaise en séjour d'une semaine à Dublin avec sa famille. Outre un voyage touristique c'est aussi un retour aux sources pour cette jeune fille. Elle apprend sur place que son arrière-arrière- arrière-grand-père était irlandais et avait vécu à deux pas de leur maison d'hôte. Les japonais sont très respectueux de leurs aïeux et cette découverte va attiser la curiosité de la jeune fille. Hamish, le jeune irlandais de la pension lui a signifié que la maison était inhabitée. Mais surtout ...hantée. Fantômes, yokai c'est du pareil au même se dit Megumi et la voici donc se faufilant dans la nuit pour visiter une maison en ruine.
Ce qu'elle ne sait pas encore c'est que cette visite va changer toute sa vie. Mais pas seulement la sienne.

Nous allons ainsi faire la connaissance d'Horatio, un fantôme étonnant et sympathique...après coup. Il va nous plonger dans l’aventure sans vraiment le vouloir par la profonde injustice de sa solitude.
Megumi est, elle-aussi, surprenante. Son éducation japonaise va faire des merveilles face aux événements de la nuit. Quoiqu'on en dise la politesse et le respect ne sont pas des valeurs superflues. Megumi vous en fournira la preuve.
Mais ce qui apporte sa magie au récit va être l'enquête menée par Megumi sur cet ancêtre attendrissant et maudit. Car oui, une malédiction semble le priver d'un droit au repos ou à la liberté. Des éléments vont petit à petit apparaître dans le décor. Des faits que l'on pourrait qualifier de bizarres, ahurissants vont aussi nous être contés. Et des émotions comme l'amour, l'amitié naissante et le respect de ses aînés vont aussi nous apporter beaucoup dans ce roman.
L'auteur fait même preuve de beaucoup d'humour en y incluant des anecdotes amusantes puisque le papa de Megumi est créateur de jeu vidéo. Certaines de ses idées vont vous faire sourire et éprouver un brin de nostalgie. N'oublions pas que l'histoire se passe en 1985 ;).
Ce petit roman jeunesse, édité chez Didier jeunesse est une pépite à découvrir. Il a su me faire voyager et rêver en suivant Megumi et son fantôme. Les émotions sont sensibles. Les situations parfois cocasses. Mais l'enquête que poursuit Megumi sur le passé de son fantôme suit son cours avec logique et la jeune fille nous montre ainsi son grand cœur.
Le duo que forment ainsi Horatio le fantôme et son arrière...petite fille est très agréable à suivre et c'est avec regret que j'ai vu se terminer cette histoire profonde et poétique.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre je l'ai littéralement dévoré ! C'est bien simple : je me suis calée avec sur mon canapé un mercredi en début d'après-midi et ne me suis relevée qu'une fois la dernière page tournée. Je me suis complètement laissée happer par l'écriture de l'auteur et par son imagination. A travers ce roman, le lecteur voyage loin, très loin, au pays de l'enfance.

Ce roman c'est l'histoire d'une petite-fille, Megumi, qui vient passer quelques jours de vacances à Dublin où elle apprend qu'elle a un ancêtre Irlandais. Il ne lui en fallait pas plus pour la faire rêver et partir à la recherche du passé. C'est ainsi qu'elle rencontre un fantôme pas comme les autres, ou est-ce Megumi qui n'est pas une petite fille comme les autres ? Allez savoir. Toujours est-il que ces deux-là ont beaucoup de choses à se dire et un grand mystère à lever.
Ils vont entraîner le lecteur avec eux d'Irlande au Japon dans une folle histoire pleine de joie et d'amitié.

Il est amusant d'avoir rassemblé dans ce roman deux pays où la tradition donne une grande place aux fantômes et aux défunts, chacune d'une façon différente. Cela ferait presque regretter le lecteur, que la tradition française ne leur laisse aucune place. Le jeune lecteur est porté par ces mythes et ses légendes et à travers elles, découvre deux cultures à la fois si différentes et si proches.

Une autre chose que j'ai aimé dans ce roman : il se passe en 1985. Non pas parce que c'est mon année de naissance, quoi que... ; mais parce que cela plonge le récit dans une époque où la technologie n'était pas omniprésente et où internet ne dirigeait pas le monde. Sans cet accès à la vaste base de données du web, Megumi et son nouvel ami devront trouver d'autres façons de découvrir les pièces manquantes de leur histoire ; ce qui ne manquera pas d'amener son lot de situations aussi cocasses qu'amusantes.
J'aime quand dans les romans jeunesse l'histoire repose sur une vie plus réelle, sans écrans ni internet ; elle va ainsi pouvoir éveiller davantage le lecteur à tout ce qu'il est possible de faire dans le monde réel, avec les moyens qui l'entourent où finalement tout devient possible avec un peu d'imagination et d'astuces.
Et si on creuse un peu plus dans le texte, c'est un roman qui parle de la gestion de ses peurs, de sa façon d'être au rationnel ; mais aussi des limites que l'on se pose à soi-même, de ces barrières mentales que l'on se met, parfois inconsciemment et qui nous emprisonnent. C'est un livre d'une belle profondeur, qui peut permettre au jeune lecteur à lâcher prise, à se pardonner ses erreurs et à continuer d'avancer la tête haute avec le sourire.

Autre point appréciable, c'est que bien que destiné à la jeunesse, ce roman ne tombe pas dans le simplisme. Eric Senabre a fait le choix d'un vocabulaire riche et varié. Il n'hésite pas à utiliser la ponctuation : tirets notamment pour ponctuer son récit, et même à glisser des phrases en japonais et en anglais dans ses dialogues pour titiller l'esprit du lecteur. A mes yeux c'est une chose importante, de ne pas vouloir faire trop simple sous prétexte qu'il s'agit d'un public jeune.

C'est un super roman sur l'amitié, le partage, la tolérance, l'enfance et le rêve, qui saura charmer aussi bien les grands que les petits. C'est un livre dans lequel on se plonge avec délice, une parenthèse merveilleuse dans ce monde sur-connecté. C'est un livre que je conseille à tous ; à offrir et à s'offrir. Un livre à lire à nos enfants et nos petits-enfants, pour les inciter à rêver encore et encore, et à ne pas grandir trop vite.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne savais pas trop à quoi je m'attendais en me lançant dans les aventures de Megumi. Bon ! Je l'avoue, j'ai cru l'espace d'un instant que j'allais lire un manga. OK ! Je l'avoue. Mais l'histoire est tout autre.

Tandis, qu'elle passe des vacances en famille, dans une vieille ville Irlandais, Megumi va découvrir que son aïeul maternelle était originaire de la ville et avait vécu dans la maison qu'il hante depuis quelques décennies. Commence alors le périple de Mégumi a aidé son aïeul à quitter cette maison, et - enfin - partir en paix.

Je ne voulais pas insister sur le défiler des pages, mais ce point doit être souligné. J'ai savouré ma lecture d'un bout à l'autre. Megumi est touchant, solitaire, forte, adorable. On va vite découvrir que le fantôme n'est pas si horrible que cela. On s'attache à celui-ci. L'histoire nous fait voyager dans le temps, et plus précisément dans les années 80. Je n'ai pas tout saisi, j'ai utilisé mon "ignorance" sur le faite que je suis née en 85 pour me sortir de cette impasse. Mais toujours est-il que cela n'a en rien entravé ma lecture et mon plaisir.

J'ai eu un petit coup au cour en abandonnant Megumi, à la dernière page. Cette histoire humaine, simple, m'a fait un grand bien et je ne peux que vous la recommander !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megumi et le fantôme est un véritable conte moderne, l'auteur nous fait voyager entre l'Irlande et le Japon, lors de cette belle aventure on rencontre des enfants, des fantômes, une loutre, un robot ou encore un chat, tout ce petit monde est le fruit de l'enquête que poursuit Megumi afin de connaître ses origines.

L'écriture est belle, facile à lire sans non plus être bébé, même à 41 ans j'ai pris plaisir avec cette lecture "jeunesse" remplie de culture et de magie.

Une bonne partie du récit se déroule au Japon et j'ai été surpris d'être autant plongé dans le mode de vie japonais d'une manière si franche (on ne fait pas que survoler le sujet culturel). D'ailleurs il y a un gros clin d'œil à un célèbre jeu vidéo dont j'ai particulièrement apprécié la présence, mais aussi une description de Tokyo intéressante qui fera découvrir aux enfants certaines particularités de cette ville, comme le fait que les rue n'ont pas de nom par exemple, un véritable petit vivier de savoir.

Côté émotions, Eric Senabre nous mène vers une quête identitaire remplie de bons sentiments, de tolérance, de partage, d'amour, de respect et d'éducation, ce qui ravira les parents soucieux d'inculquer des valeurs fortes à leurs enfants par le biais de la lecture.

À lire et relire sans modération !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie tout d'abord les éditions Didier Jeunesse pour ce partenariat qu'ils m'ont offert. Quand j'ai vu ce livre je suis tout de suite tombée sous le charme de la couverture très représentative de l'histoire et du Japon, pays où se passe en partie le récit. J'ai admiré le courage de Megumi, c'est un personnage très touchant et très intelligent mais aussi assez mature pour son âge. Elle incarne la douceur et le respect envers ses aïeuls. Il a été intéressant pour moi de découvrir dans ce roman au cœur du Japon des années 80, un pays qui commence à se développer. On a souvent l'habitude de lire des mangas et on oublie souvent que la littérature japonaise est très riche, ce que nous rappelle ce roman d'Eric Senabre. J'ai trouvé que chaque personnage était bien pensé. L'écriture est agréable et je pense sincèrement que c'est un très beau roman d'amitié qu'on a là. En effet les liens qui se tissent entre Megumi et Horatio le fantôme deviennent très forts. Il y a beaucoup de respect entre eux et ça m'a plu. Au moment où Megumi le rencontre, elle ne prend pas peur. Il y a un non-jugement envers le fantôme et une profonde tolérance, en bref les qualités japonaises sont retranscrites mais sans tomber dans des stéréotypes; ça en fait un point positif. Megumi entre dans cet univers en même temps que le lecteur, et elle nous emporte carrément avec elle, autant dans ses décisions que dans ses aventures ainsi que dans son chemin pour annuler la malédiction qui entoure Horatio. On peut voir que les croyances japonaises ne sont pas les mêmes que les croyances européennes, cette différente façon de voir les choses m'a plutôt emballée et instruite sur certains points. Je trouve la langue japonaise très riche et j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir de nouveaux mots dans cette langue, c'est toujours intéressant pour la littéraire que je suis !  J'ai aussi aimé l'humour du roman mais aussi les références cachées tout au long de celui-ci, notamment celles aux jeux vidéos célèbres. En effet, l'auteur nous laisse penser que le papa de Megumi serait le créateur d'un certain Mario. Pour finir, je conseille ce beau livre aux petits, pour leur éviter la peur des fantômes peut-être mais aussi pour les plus grands. Le dénouement est très émouvant et j'ai d'ailleurs été un peu triste en lisant la dernière page du roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voilà un livre qui m'a bien plu ! J'ai été particulièrement charmée par toute la douceur qui environne ce récit. C'est un livre feel-good qui, selon moi, conviendra bien à un jeune lecteur. Megumi, l'héroïne, est particulièrement attachante, mais c'est aussi le cas de son compagnon fantôme. J'ai aussi été plutôt admirative de la façon dont l'intrigue se mêle à la réalité de la vie de Megumi sans nous rendre confus, un bon point supplémentaire pour les enfants qui sont encore un peu intimidés par la lecture de romans.

Je vous conseille très fortement ce livre si vous recherchez un cadeau pour un enfant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d’abord je tiens à remercier les Editions Didier Jeunesse et le site NetGalley pour ce roman. Cette petite histoire toute mignonne a été une très bonne lecture qui a su me faire voyager dans le pays que je rêve un jour de voir de mes propres yeux, le Japon.

L'histoire se concentre sur Megumi, jeune japonaise étant au début du roman en vacances avec ses parents à Dublin. Megumi apprend par sa mère que son arrière-arrière- arrière-grand-père était irlandais et vivait ici, à Dublin. La jeune japonaise étant très curieuse et n'ayant peur de rien décide d'aller voir la maison où vivait son ancêtre, et cela même si elle a été mise en garde. Car la maison est hantée ! La voici donc se faufilant dans la maison en pleine nuit. Ce qu'elle ne sait pas encore c'est que cette visite va changer toute sa vie. Mais pas seulement la sienne.

Parlons un peu de Megumi, elle est jeune mais n'en est pas moins très courageuse. Qui, de nos jours s'introduirait dans une maison hantée en plein milieu de la nuit ? Pas moi personnellement ! Alors, dès le début, elle m'a impressionnée par ses choix. Elle est également très attachante et surtout généreuse en amitié. La relation qu'elle a réussie à avoir avec "ce fantôme" est très belle et touchante. Je ne lis pas souvent de jeunesse, comme ce roman, mais le personnage de Megumi restera graver dans ma mémoire.
Ensuite, nous avons Horatio, le fameux fantôme qui hante la maison. On sait très rapidement qui est Horatio, c'e n'est pas quelque chose que l'auteur essaye de nous cacher. C'est un personnage d'une autre génération que Megumi et surtout, après tant d'années coincées dans cette maison, il est devenu quelqu'un de triste et qui n'attend rien des jours à venir. Mais grâce a Megumi, il va réapprendre à "vivre".
Deux personnages auxquels j'ai beaucoup accroché.

La plume fluide de l'auteur m'a permis de lire cette petite histoire en une seule traite ! Un pur délice de lecture. Puis, il y a quelques petites références à un certain petit plombier qui passe de tuyauterie en tuyauterie. J'ai beaucoup aimé ce petit clin d’œil. Après je ne sais pas si les plus jeunes réaliseront cette petite référence. Moi, en tout cas, j'ai adoré !

Pour conclure, en tant que grande fan de la culture japonaise, j'ai beaucoup apprécié ma lecture.  L'auteur a réussi à me faire voyager ! A travers cette histoire, il nous fait passer par pas mal d'émotions et traite de plusieurs sujets passionnants. Une petite histoire toute mignonne que je vous conseille fortement.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je flânais sur Net Galley lorsque je suis tombée sur ce titre et sa jolie couverture aux couleurs pastels qui m'ont interpellée... Je n'ai pas hésité longtemps avant de le demander aux éditions Didier jeunesse que je remercie vivement ainsi que le site !^^

Megumi est partie avec ses parents en voyage à la découverte de ses origines irlandaises. Mais quelle surprise lorsqu'elle rencontre un fantôme dans une maison abandonnée qui se trouve être son aïeul ! S'ensuit alors des questions et le début d'une mystérieuse aventure pour aider ce spectre attachant...

Une histoire très appréciable qui entrelace deux pays, même si le Japon est plutôt dominant ! J'aime beaucoup découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux lieux surtout au côté de tendres personnalités... Megumi dégage beaucoup de douceurs et j'ai apprécié la suivre dans ses aventures ! Mais j'ai tout de même trouvé les personnages enfantins, surtout dans les dialogues, et peu approfondis. Leurs caractères étaient perceptibles mais pas assez mis en avant ! Après il s'agit d'une lecture jeunesse et c'est normal qu'il n'y ait pas un développement pointu, mais j'en attendais plus...

Par contre, l'intrigue est bien tenue et la relation entre Megumi et le fantôme est toute mignonne ! Une amitié s'installe paisiblement pour révéler au lecteur une complicité très touchante avec un supplément de fantastique extra... Et même si des événements ne m'ont guère surprise, l'auteur manie agréablement son histoire avec des moments aussi attendrissants que forts, voir ébranlants... Il est vrai que sa plume est très apaisante et il offre une atmosphère charmante grâce à ses descriptions de paysages, par exemple.

Un autre point que j'ai aimé est le respect qui se dégage entre les parents de Megumi et cette dernière ! J'ai peu l'habitude de lire des romans où une relation est ainsi présentée mais c'était beau de voir une jeune fille aussi respectueuse...

Pour conclure, le cadre dépaysant et l'intrigue m'ont beaucoup plu malgré des personnages trop légers mais qui restent sympathiques, mis à part quelques uns... Puis la présence de chouettes dessins donne clairement le sourire !

Une bonne lecture pour un moment agréable de passer et des thèmes bien abordés !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un beau roman jeunesse qui m'a fait passé un bon moment. Une belle découverte :)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Didier Jeunesse
Mon avis : Tout part d'un voyage en Irlande. Megumi y visite la maison de l'un de ses ancêtres et y fait la connaissance d'un fantôme qui s'avère être son aïeul. Afin de le libérer de sa maison et de sa malédiction, Megumi l'emmène avec elle au Japon, sur les traces de sa descendance grâce à une boîte métallique contenant la terre à laquelle l'esprit est lié.

L'histoire est plutôt touchante. Megumi est une petite fille attachante et le fantôme qu'elle trimbale partout avec elle dégage une mélancolie qui tranche avec le naturel jovial de sa descendante. Cependant, je l'ai trouvé trop monotone. Le scénario est plutôt plat. Il n'y a pas d'imprévus, pas d'éléments surprenants, hormis peut-être le yokai loutre. Je m'attendais à beaucoup plus d'incursions surnaturelles. Au lieu de cela, c'est une quête comme une autre. Megumi aurait pu simplement croiser un vieillard dans une maison de retraite sans que l'histoire en soit bouleversée.

Hormis la tristesse d'Horatio, le fantôme, on ne sent pas vraiment d'évolution chez les personnages. Megumi reste intrépide, prête à désobéir à ses parents sans vergogne, sans conscience aucune des risques qu'elle encourt en entrant notamment dans la maison d'un parfait inconnu. Elle triche impunément et rend dépressif un professeur. Je ne suis pas une accro de la morale à tout prix, mais je pense que ces événements sont assez importants et auraient justifié une sanction, ou un véritable mea culpa. De même, la violence dont font preuve des enfants vers la fin du livre est totalement passée sous silence, comme si elle ne laissait aucune trace autre que des moqueries alors qu'un adulte est intervenu. Je trouve cela néfaste quand on sait que ce roman est destiné à un jeune public.

Si la fin et les passages avec le yokai sont poétiques, l'ensemble de l'écriture m'a laissée plutôt froide. Bien qu'elles soient nombreuses, ce ne sont pas les répétitions qui m'ont le plus gênée mais les dialogues. Ils ne sont pas naturels, on n'y sent pas cet oralité particulière mais juste l'envie de faire parler un personnage, qu'importe l'intérêt de ses paroles. Ils manquent de crédibilité, et de profondeur. Même à destination d'enfants, cela me dérange.

Conclusion : ♥♥ Je suis assez déçue par cette lecture. J'attendais plus de fantaisie, de magie, et je me suis retrouvée à lire une histoire de famille dont la seule originalité réside dans le fait que l'aïeul soit un fantôme. Outre le déroulement classique du roman, je regrette les actions sans conséquences de la petite Megumi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie les Editions Didier Jeunesse et NetGalley pour cette lecture.
Je remercie les Editions Didier Jeunesse et NetGalley pour cette lecture.

Megumi est en voyage en Irlande avec sa famille. Elle va avec sa mère voir une maison de ces ancêtres, mais il n’y a plus personne !
Megumi va alors sans l’approbation de ses parents entrée dans la maison et rencontrer son ancêtre qui a subi une malédiction, il est alors devenu fantôme et ne peut plus sortir de chez lui.
Megumi saura-t-elle faire rompre cette malédiction ?
Un texte très bien écrit il nous amène au travers du monde dans les yeux de Megumi, elle nous entraîne dans sa quête de vérité et on se prend au jeu avec elle.
L’auteur nous fait découvrir des lieux fabuleux et comment une jeune fille se débrouille pour trouver la clé de l’énigme.
Une écriture très belle, vraiment un livre simple à lire pour les jeunes de 10 à 12 ans.
Je le conseille pour tous ces enfants qui aiment le mystère et les fantômes en cette période d’Halloween soient tous !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai aimé cette rencontre improbable entre une jeune fille japonaise futée, courageuse, et un vieux fantôme irlandais, Horacio, qui est son lointain ancêtre. Une belle amitié naît alors : Megumi va tout faire pour aider son nouvel ami à sortir des murs de la maison qu'il hante. Grâce à son débrouillardise, elle va le ramener avec elle au Japon. Il va découvrir une autre culture et une autre époque.
On suit avec intérêt l'enquête menée par Megumi à travers son histoire familiale, pour comprendre ce qui s'est passé après la mort de Horacio, l'arrivée de son fils au Japon. La jeune fille a à cœur d'aider le fantôme si solitaire et si malheureux. Pour elle, les valeurs d'entraide et de liens familiaux ont un sens.
On appréciera la belle complicité entre les deux personnages principaux, le mystère et la malédiction. Le récit va à l’essentiel : on ne s’embarrasse pas du choc d'Horacio quand il découvre toutes les avancées technologiques, par exemple. Cette simplicité aidera les jeunes lecteurs à entrer rapidement dans l'histoire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Contrairement à ce que pourrait laisser croire le titre et malgré la présence d 'un fantôme, le registre de ce petit roman n'est pas fantastique, au sens où il ne distille aucune terreur.
Megumi et le fantôme s 'apparente plutôt à un conte merveilleux, dans lequel il n'est pas rare d'assister à des métamorphoses d'êtres et d 'objets auxquels l 'héroïne peut s 'adresser sans que cela ne pose réellement question.
Pour autant, les thèmes abordés par Eric Senabre dans ce court roman sont loin d 'être futiles car Mégumi replonge dans le passé de ses ancêtres, s'interrogeant ainsi sur ses origines, et doit lutter contre une certaine forme de persécution qui la fragilise dans sa quête.Mais parce que c'est un conte, les valeurs morales triompheront finalement grâce à l'amitié.
Megumi et le fantôme constitue une possibilité de lecture sympathique pour des enfants d'une dizaine d 'années (guère plus) qui découvriront avec intérêt le Japon des années 80.Certaines allusions à la création d'un de leurs jeux vidéo préférés, quelques mots en Japonais, l'évocation de quelques mets typiques leur apporteront de surcroît un délicieux dépaysement qui les séduira indubitablement.
Un joli roman à offrir aux plus jeunes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megumi n’a peur de rien. Lors d'un séjour en Irlande, la jeune japonaise n'hésite pas pénètre dans une maison dite hantée. Elle y trouve un fantôme, Horatio et décide de l'emmener avec elle au Japon.

Une aventure fantastique, délicate, douce et poétique. Megumi est étonnante, respectueuse des traditions, elle est prête à tout pour aider. C'est assez surprenant comme univers et ca fait du bien de lire cela. Elle va redonner gout à la vie au fantôme, pari surprenant. Un clin d'œil aussi aux jeux vidéos où le père de la jeune fille travaille avec acharnement sur la création d'un petit personnage en salopette et casquette rouge !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megumi suit ses parents pour un voyage touristique en Irlande. Légumineuses est japonaise, et à son arrivée, elle apprend par sa mère qu’elle a des origines irlandaises d’un lointain ancêtre qui aurait immigré à Dublin il y a plus de cent ans.Cette nouvelle l’intrigue beaucoup, mais ce n’est rien en comparaison d’une autre découverte encore plus étrange. Quand elle arrive devant la maison de son ancêtre, elle découvre qu’elle est hantée et que personne n’ose plus s’y aventurer…Mais Megumi est une jeune fille pleine de ressources qui ne se satisfait pas de quelques histoires à faire peur pour enfants. Et puis, dans son pays, les fantômes ne sont pas les effrayants monstres qu’on veut bien dépeindre en Europe.

Prenant les frayeurs de notre enfance à rebours, l’auteur ouvre la voie vers d’autres cultures d’autres façon de penser. Bien qu’on prenne le courage de la jeune héroïne parfois pour de la témérité, qu’on se dise qu’elle n’est pas très peureuse et que c’est bien un personnage de fiction, on est cependant facilement conquis par son insatiable curiosité et gentillesse. Par sa bravoure et son indépendance. Par son inventivité et sa simplicité.

L’auteur sait nous amener, petit à petit, dans cette autre culture, cette autre façon de penser, sans nous dire « voici comment c’est là-bas ». Tantôt dans la peau de Megumi, tantôt dans celle du fantôme (si cela est possible !), le lecteur est toujours dans celle de celui qui découvre avec les yeux les plus curieux et innocents du monde. Une bonne façon de découvrir l’autre, les autres…

Ce roman est plutôt destiné aux enfants du cycle 3 (cm2, 6e). On peut l’utiliser pour parler de la différence, de l’amitié, d’autres cultures, du Japon plus particulièrement, ou encore de nos peurs.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est le premier livre jeunesse que j’avais lu pour cette rentrée littéraire 2017. Et c’était une lecture tellement mignonne. C’est un petit coup de coeur trop chou.

Dans cette histoire, nous suivons la jeune Megumi, une petite fille japonaise, venue passer des vacances en Irlande. Et il se trouve qu’elle a des ancêtres irlandais. Alors lorsqu’un jour elle décide d’aller visiter la maison de ses ancêtres et découvre qu’un fantôme hante la demeure, elle prend peur. Mais elle découvre que ce n’est autre que son ancêtre, qui est coincé dans cet endroit depuis des années. Elle va tout faire pour l’aider et élucider le mystère autour de sa mort.

C’est vraiment une très jolie histoire. Les personnages sont vraiment très attachants, et puis on voyage. C’est génial. On découvre les différentes cultures, les Yokaï, et certains mythes. C’est une belle histoire pour petits et grands. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. C’est le premier roman que je lis de cet auteur, et pour le coup, je pense en lire d’autres. Il a une écriture très belle et tès fluide. C’est une histoire poétique aussi. Un joli conte qui relate une belle amitié entre une jeune japonaise et un gentil fantôme. Un roman plein de tendresse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mon dernier coup de cœur de l’année 2017, je le dois à Eric Senabre et à son roman Megumi et le fantôme.

Première surprise, le roman se déroule dans les années 80, le père de Megumi est en effet un des créateurs du célèbre jeu Mario! C’est le petit point amusant du scénario. Du reste, les principales qualités du récit viennent de son originalité.

Tout d’abord, l’héroïne est une petite fille indépendante et débrouillarde qui ne manque pas de courage et d’initiative, ce qui va bien lui servir pour aider son ancêtre maudit. Et oui, de son voyage en Angleterre, Megumi n’a pas ramené des shortbread, mais bien son aïeul. Si on peut au premier abord penser que c’est une histoire fantastique sur fond de quête initiatique, une fois la petite fille de retour au Japon, on découvre que cet ancêtre, n’est en fait qu’un substitut à sa grand-mère décédée juste avant son voyage.

Le récit prend alors toute sa profondeur, car même si la jeune fille ne se plaint pas, on se rend compte qu’elle est terriblement seule et blessée par la disparition de sa grand-mère. Aider son arrière arrière arrière arrière grand-père devient alors pour elle, un moyen de faire son deuil.

C’est donc une très belle histoire bien ficelée avec de petites références à Poe absolument charmantes que je vous conseille vivement!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megumi Fujita est une jeune japonaise, gentille, intrépide, intelligente… Bref, le genre d’héroïne qui plaît aux enfants. On rêve ou rêvait tous de vivre, comme elle, une aventure pleine de mystère, qui nous sort de notre enfance et nous donne l'impression d'être le héro d'un jour. C'est sa curiosité et sa grande détermination qui vont la conduire à explorer ,en pleine nuit, la demeure de ces ancêtres. Le style est vif, franc, simple, ce qui nous rappelle la façon de s’exprimer que peuvent avoir certains enfants. A travers les aventures de notre jeune héroïne, les jeunes lecteurs en profitent également pour découvrir une culture bien différente de la nôtre.
Dans le récit tout est amené de manière simple et naturelle. Une belle histoire, un peu de culture, un peu de fantaisie, un roman agréable à lire et une histoire pleine de sagesse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lorsque Mégumi se trouve à Dublin pour des vacances avec ses parents, sa mère va lui apprendre qu'un de leur ancêtre était irlandais et qu'il vivait tout prêt du lieu de réservation de leur hôtel. Aidée du jeune Hamish, elle va retrouver la maison de son aïeul et y découvrir qu'elle est hantée par un fantôme. Celui-ci accepte de se montrer sous sa vraie forme devant cette jeune fille. Elle découvre qu'il s'agit de son arrière arrière arrière arrière grand père, Horatio, condamné à rester vivre dans la maison. Il évoquera la raison de celle-ci et trouvera en elle la ressource pour résoudre l'énigme de sa libération. De retour à Tokyo, Mégumi mène l'enquête.

À destination d'un public jeune adolescent, "Mégumi et le fantôme" est une histoire sur le lien et la famille. L'écriture est poétique, on retrouve dans les dialogues une distance propre à la culture japonaise. A contrario, les échanges entre Hamish et Mégumi au début de l'histoire étaient plus frais et plus instinctifs. Le vocabulaire est accessible et le tout se lit très vite.

L'attrait de l'histoire réside à la force de caractère de Mégumi et à l'enquête qu'elle va mener sur l'histoire de sa famille. Bien sûr, mon œil adulte me dit qu'elle est parfois téméraire et qu'elle prend des initiatives qui pourraient être dangereuses. Mais pour un jeune adolescent, cela est synonyme d'aventure : Mégumi surmonte sa peur, affronte les obstacles et reste surtout attaché à résoudre la malédiction de son ancêtre.
Elle n'hésite pas à prendre les devants, suivant les indices l'un après l'autre jusqu'à se retrouver face à un universitaire qui ne fut pas si facile à trouver que cela.

Durant l'histoire, Mégumi profite des capacités de Horatio, et de ses capacités de fantôme, pour se dépêtrer de certaines situations. Elle évolue dans un monde fantastique qui la dépasse, mais dont elle ne prend pas forcément la mesure. C'est peut-être mon petit bémol : la normalité de la situation. Mais au final, c'est aussi ce que recherche les jeunes de cette tranche d'âge : l'aventure, le fantastique, l'imaginaire devenant réel.

Eric Senabre nous plonge dans un univers fantastique mais bien ancré dans le réel. La culture japonaise est retranscrite dans sa complexité et dans sa poésie : d'une yokaï qui se transforme en loutre aux prémices du jeu de Mario Bros, la technologie effleure la tradition.
L'auteur retranscrit de façon respectueuse la relation à la famille, sans trop d'affects ou de morale. La relation entre Mégumi et son aïeul est pleine de douceur et de magie.

En bref :
Une histoire pleine de magie où l'héroïne est une jeune japonaise qui affronte ses peurs dans sa quête pour délivrer son aïeul d'une malédiction. De l'Irlande au Japon, l'auteur nous fait voyager.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :