Première personne du singulier

Nouvelles

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 20 janv. 2022 | Archivage 2 févr. 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #HarukiMurakami #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Après le succès de Des hommes sans femmes, Murakami renoue avec la forme courte. Composé de huit nouvelles inédites, écrites, comme son titre l’indique, à la première personne du singulier, un recueil troublant, empreint d’une profonde nostalgie, une sorte d’autobiographie déguisée dont nous ferait cadeau le maître des lettres japonaises.

Un homme se souvient

De la femme qui criait le nom d’un autre pendant l’amour

Du vieil homme qui lui avait révélé le secret de l’existence, la « crème de la crème de la vie »

De Charlie Parker qui aurait fait un merveilleux disque de bossa-nova s’il en avait eu le temps

De sa première petite amie qui serrait contre son cœur le vinyle With the Beatles

Des matchs de base-ball si souvent perdus par son équipe préférée

De cette femme si laide et si séduisante qui écoutait le Carnaval de Schumann

Du singe qui lui avait confessé voler le nom des femmes qu’il ne pouvait séduire

De ces costumes qu’on endosse pour être un autre ou être davantage nous-même.

Un homme, Murakami peut-être, se souvient que tous ces instants, toutes ces rencontres, anodines ou essentielles, décevantes ou exaltantes, honteuses ou heureuses, font de lui qui il est.


Né à Kyoto en 1949 et élevé à Kobe, Haruki Murakami a étudié le théâtre et le cinéma, puis a dirigé un club de jazz, avant d’enseigner dans diverses universités aux États-Unis. En 1995, à la suite du tremblement de terre de Kobe et de l’attentat du métro de Tokyo, il décide de rentrer au Japon.

Plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de littérature, Haruki Murakami a reçu le Yomiuri Literary Prize, le prix Kafka, le prix de Jérusalem pour la liberté de l’individu dans la société en 2009 et le prix Hans Christian Andersen en 2016.

Tous ses romans sont disponibles chez Belfond et repris en poche par 10/18.

Après le succès de Des hommes sans femmes, Murakami renoue avec la forme courte. Composé de huit nouvelles inédites, écrites, comme son titre l’indique, à la première personne du singulier, un...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782714495471
PRIX 21,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

C'est un plaisir sans cesse renouvelé de pouvoir lire les nouvelles productions de Haruki Murakami. Auteur adulé et encensé par des millions de lecteurs à travers le monde qui n'hésitent pas à le qualifier de maître, et dont je fais partie, je dois bien l'avouer. Dans la mesure où j'ai lu ce recueil de nouvelles tout de suite après Abandonner un chat, j'ai d'abord cru qu'il s'agissait là encore de simples souvenirs factuels bien que savoureusement étranges. Mais j'ai vite été détrompé par la touche n'onirisme propre à l'univers de Murakami qui transparait plus ou moins fortement dans chacune de ces nouvelles, marquant indubitablement de son empreinte La confession du singe de de Shinagawa.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

S'il est vrai que le lecteur fidèle de Murakami est toujours avide de gros pavés de l'un de ses auteurs préférés, ses nouvelles ne sont pas non plus à dédaigner, contenant l'essentiel de son style et de son talent narratif. Ainsi en est-il de Première personne du singulier dont presque chacune des histoires a quelque chose d'accrocheur, contrairement à beaucoup de recueils de nouvelles où l'intérêt est souvent inégal selon les récits. Ce qui fait la différence, ce n'est pas l'écriture, assez sobre, mais la manière de raconter, avec cette distorsion étrange du réel, ces éléments de fantastique, d'absurde ou de loufoque qui désorientent ou enchantent dans une veine fréquemment mélancolique. C'est aussi la construction de plusieurs nouvelles qui émerveille : elles semblent avoir une première fin, où l'auteur avoue avoir probablement rêvé, avant d'ajouter quelques paragraphes qui n'ont a priori rien à voir et qui, pourtant, viennent en relancer la véracité. C'est par exemple le cas dans Charlie Parker plays bossa-nova ou encore La confession du singe de Shinagawa, le récit le plus drôle (l'humour de Murakami est toujours des plus suaves) du recueil, constitué d'une conversation avec un primate, qui raconte les choses les plus invraisemblables avant un denier passage où ses dires semblent être confirmés par une tierce personne (rassurez-vous, dans le livre, c'est plus clair et bien plus amusant). Pour tous ceux qui aiment l'écrivain japonais depuis 1990 et son premier roman en français, La course au mouton sauvage, et pour les autres qui l'ont découvert au fil des parutions, Première personne du singulier est bien entendu indispensable même si quelque peu frustrant de par sa brièveté. Un grand merci aux Editions Belfond et à NetGalley.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Première personne du singulier est un recueil de 8 nouvelles inédites, où Murakami se livre, à la première personne, sur des relations passées, sa passion pour la musique classique ou le baseball, ou sur des choses qui lui reviennent simplement en mémoire. En effet, on est là dans l’anecdote, et je dois dire que cela marche bien pour la plupart des nouvelles de ce recueil. Même s’il y a quelques nouvelles que j’ai apprécié sans plus (Charlie Parker plays bossa-nova ou Recueil de poèmes des Yakult Swallows), j’ai globalement passé un très bon moment de lecture, surtout lors de la lecture de deux nouvelles que j’ai adorées. Tout d’abord, la première nouvelle, Sur un oreiller de pierre, m’a conquis. Murakami nous parle ici d’une femme avec qui il a eu une relation purement charnelle, femme qui écrivait également de courts poèmes. C’est donc une nouvelle parsemée de ces tankas, ces fameux poèmes, mais qui aborde aussi avec brio le thème du souvenir, et de l’effet que peuvent avoir de simples poèmes peut-être oubliés de tous, même des années plus tard. La deuxième nouvelle que j’ai beaucoup appréciée est sûrement la plus loufoque (c’est là le Murakami que j’aime !), il s’agit de La Confession du singe de Shinagawa. Murakami nous narre ici la soirée qu’il passe dans une auberge qui ne paie pas de mine, et surtout sa rencontre avec un singe qui y travaille et qui parle notre langage. J’ai tout d’abord aimé les descriptions de cette auberge traditionnelle et l’atmosphère qui s’en dégage (il rencontre le singe dans les bains communs), mais également le sérieux avec lequel Murakami se lance dans une conversation avec ce singe parlant, comme si, au fond, ce n’était pas si incroyable que ça. En bonus, le singe nous parle aussi d’amour et de sa façon bien à lui de vivre cette expérience unique… En bref, une excellente nouvelle !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Malgré la première personne utilisée dans les huit nouvelles, Haruki Murakami ne précise pas clairement si ces récits sont autobiographiques ou non. Le maître japonais, comme à son habitude, laisse planer le doute quant à savoir si l’homme de la quatrième de couverture est bien lui ou un homme imaginaire. Dans Première personne du singulier, nous retrouvons ce qui caractérise si bien l’écrivain nippon. Son écriture est fluide, tantôt poétique. Dans chacun de ses récits, le protagoniste ou un personnage gravitant autour de lui, se questionne. Une aura onirique et fantastique entoure l’histoire d’une vie pourtant banale. Ce recueil est un échantillon de ce que Haruki Murakami sait faire de mieux. Chaque nouvelle commence avec un quotidien des plus réels et réalistes et petit à petit le brouillard s’installe, développant une atmosphère plus étrange, intrigante. Si les récits ne sont pas totalement autobiographiques, ils sont, au moins, porteurs d’éléments constituant l’auteur comme le jazz et le base-ball. Première personne du singulier saura contenter les admirateurs de Haruki Murakami. Et pour ceux qui ne connaissent pas encore l’écriture de l’auteur japonais, ce recueil peut constituer une première approche, une manière de découvrir si le style et le talent d’écriture de cet homme peut vous convenir. Quoi qu’il en soit, c’est un recueil de nouvelles que je recommande avec plaisir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :