Paria

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 19 août 2021 | Archivage Aucune

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Paria #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Maire d'une petite ville éclaboussé par un scandale, Stewart Rome se rappelle le sordide fait divers qui a bouleversé sa vie alors qu'il n'était encore que le jeune Stewie, timide et empoté. En 1967, on retrouvait Masha, la fille dont il était fou amoureux, sauvagement agressée dans le sous-sol de son lycée. Un adolescent noir était rapidement arrêté. Était-il coupable ? De quoi se souvient réellement Stewart, narrateur trouble et manipulateur ?

Paria parle de l'adolescence, de ses émotions incandescentes et des choix draconiens qu'elle

implique. Loin du flower power et des luttes sociales que l'on associe ordinairement aux années

1960, c'est une autre Amérique qui se dévoile : celle de la famille ouvrière, du racisme, de

l'addiction, qui punit les femmes tentées de s'émanciper. Une société minée par la peur, qui se

nourrit de ses parias pour tâcher de survivre.

PRESSE :

« Richard Krawiec écrit avec une énergie qui embrase la page, et qui semble pourtant couler de source. » (Elmore Leonard)

À PROPOS DE SON PRÉCÉDENT ROMAN :

« L’essence du roman noir, le vrai, celui qui, loin des profilers géniaux et des pervers machiavéliques, fidèle à la leçon des Hammett, Mc Coy, Collins et Burke, empoigne la vie, la vraie, à-bras-le-corps et nous raconte le monde tel qu’il ne va pas. » (L'Humanité)

« Un très grand roman noir. » (Rolling Stone)

« Le désarroi des oubliés du rêve américain, brisés par la récession, explose dans ce roman furieux, implacable et touchant. » (L'Obs)

« L’art magistral de Krawiec, son souffle, son urgence, emportent le lecteur tout au long des quelque deux cents pages du roman. » (Le Matricule des anges)

« Richard Krawiec, c’est une plongée désespérante et vertigineuse dans une Amérique peuplée de gens qui ont cessé de s’appartenir. Désespérante, car elle est dénuée de tout pathos, vertigineuse, car on doute même qu’elle ait un fond. Indispensable. » (Siné Mensuel)

« Tusitala poursuit sa mission en nous mettant entre les mains le meilleur de la littérature américaine. (…) Un livre qui égratigne le coeur du lecteur. » (Librairie Livre aux trésors, Liège)

« Vulnérables, c’est la fragilité et la violence, l’amour et la haine, c’est un livre poignant qui interroge et interpelle sur la part d’humanité qu’il reste à l’Homme. Un grand livre. » (Librairie Page et Plume, Limoges)

« Vous sortirez vidé de cette lecture, mais plus riche encore. » (Librairie Gibert Barbès, Paris)

« Vulnérables est taillé dans cet humour féroce, cette intimité douloureuse et sans concession

caractéristique de la grande littérature américaine. Une tragédie sous haute tension, noire et

terriblement humaine. » (Librairie L'Atelier 9, Paris)

« D’une subtilité incroyable, Vulnérables est bien plus qu’une satire sociale. Si Krawiec y dépeint avec beaucoup d’intelligence la volonté d’une classe de s’accrocher à ses acquis et ses possessions matérielles ou d’apparence, c’est aussi le portrait tragique des générations post sixties qui ‘vieillissent sans grandir’. » (Librairie Mollat, Bordeaux.)

Maire d'une petite ville éclaboussé par un scandale, Stewart Rome se rappelle le sordide fait divers qui a bouleversé sa vie alors qu'il n'était encore que le jeune Stewie, timide et empoté. En 1967...


Formats disponibles

ISBN 9782264077530
PRIX 7,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers mon Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Dans les années soixante, Stewie un garçon timide et empoté vit dans une petite ville des Etats-Unis, entre un père raciste et une mère frivole. Il sympathise avec Emmett, un jeune noir de son école mais suit surtout Doyle et Murphy, deux délinquants, qui l’entrainent malgré lui sur la mauvaise voie. Lorsque Masha, une immigrée polonaise arrive au collège, Stewie en tombe amoureux, mais est rapidement jaloux surtout lorsqu’il apprend qu’elle sortait auparavant avec Emmett. Un jour Masha est retrouvée violée et lardée de coups de couteaux dans le local technique du collège. De nombreuses années plus tard, Stewie, Stewart Rome est devenu maire de cette petite ville. Il se rappelle ce sordide fait divers. Emmett a été rapidement arrêté suite au meurtre de Masha, mais était-il coupable? De quoi se souvient réellement Stewart, le narrateur, trop impliqué pour être totalement innocent ? Paria pose un regard profond sur les bas-fonds de la société américaine des années 60 : une société impitoyable où règnent la haine raciale, la violence et la misère qui n’épargne personne. Ce roman a tous les codes du roman noir mais le contexte social qui y particulièrement développé, en est le véritable sujet. La question « qui a tué Masha? » devient secondaire, le crime d’ailleurs est l’aboutissement d’un récit tout en tensions, où l’on s’attend au pire à chaque page. Le suspense est entretenu par des personnages brisés qui sont en permanence sur la corde, on sait qu’ils peuvent basculer à chaque seconde. Richard Krawiec réalise avec brio le portrait d’une adolescence en crise et d’une classe ouvrière minée par la peur et le racisme. La préface signée Hervé Le Corre rend hommage à l’œuvre de Richard Krawiec et m’a donné envie de la découvrir. Je remercie les Editions 10/18 ainsi que NetGalley pour la lecture de ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :