L'Arche de la mesalliance

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 25 août 2021 | Archivage 30 sept. 2021
ELIDIA, Éditions du Rocher

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LArchedelamesalliance #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Marius, aristocrate aussi désenchanté que catholique, travaille pour un fleuron international du « développement durable ». Le PDG de l'entreprise, en bon cynique, le met en concurrence avec Priscilla, une Anglaise aussi ambitieuse que féministe. L'enjeu ? Le poste de directeur général. La guerre programmée aura-t-elle lieu ?

Avec la complicité de Sean, haut dirigeant lassé du capitalisme, Marius et Priscilla font un pacte et orchestrent une stratégie pour saboter les plans de leur direction. Dans cette lutte, il n'est pas impossible que l'amour soit l'ultime « chant » de l'odyssée de ces personnages en rupture.

Avec son goût des formules qui font mouche, Marin de Viry manie à la perfection l'art de la satire. Scrutant cette fourmilière qu'est le quartier d'affaires de La Défense, il épingle les travers d'un milieu professionnel et d'une époque. L'Arche de mésalliance se lit comme une incitation à fuguer et à préférer la vie de château aux servitudes (plus ou moins) volontaires.

Critique littéraire et membre du comité de rédaction de la "Revue des Deux Mondes", Marin de Viry est notamment l'auteur du "Matin des abrutis" (J.-C. Lattès, 2008) et de "Mémoires d'un snobé" (Pierre-Guillaume de Roux, 2012).

Marius, aristocrate aussi désenchanté que catholique, travaille pour un fleuron international du « développement durable ». Le PDG de l'entreprise, en bon cynique, le met en concurrence avec...


Actions promotionnelles

. Un roman dans la lignée d'Extension du domaine de la lutte à l'humour et au style corrosifs.

. Le nouveau roman d'un auteur qui fédère via la Revue des Deux mondes une fidèle communauté de lecteurs.

. Un roman en sélection pour les prix littéraires de la rentrée : Renaudot, Interallié, Flore etc.

. Un texte déjà remarqué et demandé par les organisateurs de salons littéraires.

. Un roman dans la lignée d'Extension du domaine de la lutte à l'humour et au style corrosifs.

. Le nouveau roman d'un auteur qui fédère via la Revue des Deux mondes une fidèle communauté de...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782268105758
PRIX 17,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers mon Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

C'est un excellent livre qui se lit d'une traite; une satire ingénieuse de la vie de l'élite jeune d'aujourd'hui. Un livre intelligent, parfaitement d'actualité, qui plairait certainement à ceux qui se sentent "en décalage par rapport à (leur) temps." Le cadre spatio-temporel est très intéressant, La Défense, de nos jours. L'objet est celui de peindre ou de raconter savamment ce qui se passe réellement entre les murs de firmes de grande notoriété et là où ça mène sur plusieurs plans. Style enjoué, amusant. Très. Ses jeux de mots ensorcelants qui se lisent plus qu'une fois .. Les références solides et parlantes, parsemées à chaque coin de phrase .. à plusieurs couches de profondeur. Personnages élaborés d'un coup de maître.. Je ne m'arrêtais pas de jubiler à chaque acrobatie de l'esprit, entre qualificatifs très à leurs places .. Je suis encore sous le charme. Un coup d'oeil sur le journal de Marius ou de Priscilla nous fait vite nous rendre compte que c'est le genre de journal intime dont parlait Oscar Wilde quand ils disaient : "Je ne voyage jamais sans mon journal intime: il faut toujours avoir quelque chose de sensationnel à lire dans le train." Un livre que je recommanderais certainement, avec grand plaisir et avec le nécessaire de prélude mérité ..

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avis : CORROSIF Première lecture de cet auteur mais sûrement pas la dernière car j’aime ces romans satiriques, dénonçant de façon intelligente et décalée, qui nous informent sur l’état de la Société. Ici, c’est le quartier de La Défense qui est pris pour cible et ses entreprises inhumaines qui ne laissent pas voir le jour à leurs salariés. Sous le haut commandement de Giacomo, trois excellents salariés de haut niveau vont devoir se battre pour rester en haut : il y a Sean le terrible manager, Marius le garçon affable et Priscilla la femme déterminée. Leurs journaux intimes parlent pour eux. Engagés dans une lutte démoniaque pour prendre la place de celui qu’ils ont réussi à éliminer, ils vont se retrouver engagés dans une lutte qu’ils n’avaient pas prévue. Mais ils sont homme et femme. Cela fleure l’eau de rose mais de très loin, je vous l’assure, car nous sommes à des hauteurs de pouvoir où les fragrances s’estompent devant l’air vicié des coups bas. Nous sommes dans une fourmilière, au cœur du nid. Et c’est jouissif, jubilatoire grâce à l’œil implacable de Marin de Viry sur un milieu professionnel et une époque. Nous sont décrits le combat des chefs, la lutte des cadres, l’ambiance anxiogène des grosses sociétés d’aujourd’hui dans les quartiers d’affaires, les envies de tous de quitter la grande ville pour retrouver le salut des âmes en même temps que les grands espaces et les belles demeures. C’est outrancier parfois mais toujours accompagné de phrases ciselées, d’aphorismes puissants et de formules qui portent loin. Le style est plaisant même si le vocabulaire est parfois spécialisé et donc jargon.. Certains paragraphes sont désopilants comme celui qui porte sur la forme du nez qu’un bon dirigeant d’entreprise doit avoir ; d’autres sont pamphlétaires comme celui qui met en avant l’action ou plutôt l’inaction de François Mitterrand. C’est osé, souvent amusant, un peu manichéen parfois et fantasmé quand il pense que venir faire du tourisme à la campagne va pouvoir sauver tous les malheureux citadins. Je conseille cette lecture ni pompeuse ni simpliste à tout lecteur aimant la critique, la verve et l’actualité. Si vous vous laissez prendre au charme de l’extrait, vous aimerez le livre. Je remercie #NetGalleyFrance et les Editions du Rocher pour l’envoi en SP de # LArchedelamesalliance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Malgré ce monde des affaires possédant un jargon bien à lui qui pourrait rendre la lecture un brin ennuyeuse, L’Arche de mésalliance est extrêmement vivant, vif et amusant. Marin de Viry nous laisse à chaque chapitre un petit sourire en coin et dès le début de son histoire, le ton est donné. C’est cynique, maîtrisé et dynamique. Travaillant tous les deux à MBP, une boîte sur le développement durable, Martin et Priscilla sont appelés un matin, chacun à leur tour, dans le bureau de leur patron. Avec le poste de directeur général qui vient de se libérer, les deux candidats ont de grandes chances d’obtenir la place. Mais encore faut-il qu’ils fassent davantage leurs preuves dans leur domaine respectif. Martin, c’est l’aristocrate décomplexé qui est encore à l’ancienne tout en prenant en compte les enjeux de demain. Priscilla, elle, est une femme qui s’affirme et croit à l’évolution du système économique à travers le féminisme. Tous les deux sont conscients d’être en compétition pour le poste et vont alors jouer le tout pour le tout pour devenir le supérieur de l’autre. Le duel psychologique entre les deux requins des affaires commence. Avec une plume aussi adroite et travaillée, l’immersion est totalement réussie. On plonge rapidement dans ce monde professionnel où tout le monde se jauge dans l’attente d’un faux pas. Conscients des forces et des faiblesses de leur adversaire respectif, Martin et Priscilla prennent plaisir à ce jeu tout en comprenant que leur patron joue également ses pions dans l’ombre. S’appréciant autant qu’ils se défient, Martin et Priscilla voit leur vision de l’autre évoluer au fur et à mesure de leurs manœuvres. Personne n’est dupe du manège de l’autre, ce qui rend la lecture extrêmement savoureuse alors que bientôt, les deux adversaire décident de changer les règles du jeu. Ils comprennent bien vite que quelque chose se cache derrière cette compétition et décident alors de former officieusement une alliance. Avec l’aide de Sean, un des clients de MBP et patron d’une grande entreprise, Martin et Priscilla comptent bien se liguer contre leur propre patron. La manière avec laquelle chacun se perçoit est très bien travaillée et on comprend bien que dans ce monde des affaires, chaque mot a son importance. Il est inenvisageable de perdre ses moyens ou de choisir un terme à la place d’un autre quand vos interlocuteurs sont toujours à l’affut d’une faute de votre part. La relation entre les deux personnages évolue de manière intéressante et logique au vu de leurs ressentis avant même ce duel professionnel. Sean a aussi amplement sa place dans cette histoire, celui du maillon désenchanté de cette chaîne déshumanisée. On peut être surpris par l’importance qu’il prend au fil de l’histoire tout en appréciant l’évolution du personnage et son amitié avec ces deux acolytes. Franck, un autre employé de MBP est également mis en avant sans que, dans son cas, ce ne soit toujours très pertinent. Dans un milieu où chaque mot est choisi au millimètre, on peut être assez hermétique au jargon verbeux des personnages quand ils sont en pleine réunion ou discours, mais l’écriture de Marin de Viry nous transporte avec une grande facilité dans son récit. La fin est toutefois assez brusque, on change vraiment d’ambiance dans les trente dernières pages avec une ellipse qui peut sembler curieuse quand elle survient. Si vous voulez sortir un peu de votre zone de confort comme moi, vous pourriez être bien surpris par L’Arche de mésalliance qui sera publié le 25 août prochain.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :