Regarder le noir

Nouvelles

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 11 juin 2020 | Archivage 1 juil. 2020
Belfond, Thriller

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Regrderlenoir #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

LES GRANDS NOMS DU THRILLER METTENT NOS SENS EN EVEIL .

Barbara Abel, Amélie Antoine, R.J. Ellory, Julie Ewa, Claire Favan, Karine Giebel, Johana Gustawsson, René Manzor, Fred Mars, Olivier Norek, Fabrice Papillon, Gaëlle Perrin-Guillet.

Douze auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire ouvrir grand les yeux au fil de récits qui jouent avec les différentes interprétations de la vision.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute. Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.

N'ayez pas froid aux yeux, venez Regarder le noir.

LES GRANDS NOMS DU THRILLER METTENT NOS SENS EN EVEIL .

Barbara Abel, Amélie Antoine, R.J. Ellory, Julie Ewa, Claire Favan, Karine Giebel, Johana Gustawsson, René Manzor, Fred Mars, Olivier Norek...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782714493453
PRIX 19,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Nouvelles noires Auteurs qui laissent libre cours à leur noire imagination... J’avais déjà lu : Écouter le noir et j’avais beaucoup aimé cette expérience sensorielle inédite. Je me lance donc dans un autre sens : la vision! . La thématique de la vue est déclinée ici sous divers aspects et divers champs sémantiques. Ce que l’on voit ou ce que l’on ne voit pas ou à peine, ce que l’on devine et ce que l’on ressent, ce que l’on aurait pas dû voir... La nouvelle a cette particularité de devoir être courte, intense et rythmée. J’en ai adoré certaines : notamment celles d’Olivier Norek, de B. Abel @ K. Giebel, ou de René Manzor etc... . Onze expériences de lecture originales et sur une thématique spécifique, c’est plutôt sympa. Ça se lit bien et vite... Il y a de véritables petits thrillers et les nouvelles sont toutes intéressantes. . « N'ayez pas froid aux yeux, venez Regarder le noir. » Merci à #regarderlenoir et #netgalleyfrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Si je vous dis que le précédent recueil, Écouter Le Noir, était centré sur l’ouïe, je n’ai sans doute pas besoin de préciser que le sens mis à l’honneur dans ce second recueil – Regarder Le Noir – est la vue. Ceux qui n’avaient pas compris sont priés de sortir, merci ! D’entrée de jeu on me prend par les sentiments puisque c’est à Olivier Norek que revient l’honneur d’ouvrir ce nouveau bal du Noir. Et le moins que l’on puisse c’est qu’il nous en met plein la vue avec un texte d’une noirceur absolue qu’il parviendrait presque à rendre poétique. Et ce final ! Un coup de maître. Ne comptez pas sur Julie Ewa pour apporter une lueur d’espoir au cœur des ténèbres, son récit ne fera que mettre encore plus en avant la perversion et la perfidie dont le genre humain est capable pour arriver à ses fins. Frédéric Mars nous propose quant à lui un texte qui se déroule presque totalement en huis clos, une intrigue qui, par certains aspects, m’a fait penser au film Usual Suspects. Claire Favan ne manquera pas de surprendre ses lecteurs avec une vision bien noire (mais malheureusement pas totalement improbable) de notre futur imparfait. René Manzor m’aura tenu en haleine jusqu’au bout avec son intrigue qui flirte avec le paranormal. Toujours pas de lueur d’espoir en compagnie d’Amélie Antoine malgré un final qui ne manque pas de cynisme… voire d’un humour (très) noir. Avec Fabrice Papillon on est plutôt dans la vue de l’esprit… si ledit esprit est franchement perturbé, il demeure un tantinet prévisible à mon sens. Quasiment jusqu’à la conclusion de son récit je me suis demandé où Gaëlle Perrin-Guillet voulait nous amener. Tout s’explique à la fin et je dois avouer que je n’ai rien vu venir. Sans surprise R.J. Ellory confirme (une fois de plus) qu’il est une grande plume de la littérature noire internationale ; même si je dois avouer que je soupçonnais l’issue de son récit (une phrase le trahit… mais je ne vous dirais pas laquelle). Chez Johana Gustawsson c’est surtout du regard des autres dont il est question ; mais ne comptez pas sur ces « autres » pour apporter un peu de lumière. Le final m’a scotché, je ne m’attendais pas du tout à ça. Dans Écouter Le Noir, elles ouvraient le bal ; ici le duo Barbara Abel et Karine Giebel nous invite pour une dernière danse. Les deux reines du noir nous offrent un somptueux bouquet final. Comme vous pouvez le constater une fois de plus Yvan a réuni une belle brochette d’auteurs autour de son projet et le résultat est à la hauteur de toutes nos attentes. Comme ce fut le cas pour Écouter Le Noir, chacun de ces auteurs à au moins un titre présent dans ma bibliothèque numérique, même si je n’ai pas encore eu l’occasion d’en lire certains (Julie Ewa, Gaëlle Perrin-Guillet, Johana Gustawsson et Barbara Abel) et que pour d’autres je suis encore en pleine découverte de leur univers littéraire (Claire Favan, René Manzor, Amélie Antoine et Fabrice Papillon). Inutile dans de telles conditions de préciser que je suis partant pour un troisième service (ah merde, je viens de le faire !). Quel sens sera alors mis à l’honneur par le maître de cérémonie ? Mystère… Comme pour le recueil précédent je vais essayer de noter avec un maximum d’objectivité (toute personnelle) chacune des nouvelles du présent recueil : Norek – Regarder Les Voitures Voler : 5 J. Ewa – Nuit D’Acide : 5 F. Mars – The OX : 4.5 C. Favan – Le Mur : 3.5 R. Manzor – Demain : 4.5 A. Antoine – Transparente : 4 F. Papillon – Anaïs : 3 G. Perrin-Guillet – La Tache : 4 R.J. Ellory – Private Eye : 4.5 J. Gustawsson – Tout Contre Moi : 4.5 B. Abel & K. Giebel – Darkness : 5

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’an dernier, nous avons eu le plaisir de découvrir Ecouter le noir. Onze nouvelles avec pour thématique le sens de l’ouïe sous différentes formes et récits. Cette année, Yvan Fauth rassemble les auteurs de polar autour du sens de la vue. Une fois de plus, ce sont onze nouvelles de qualité, rédigées par douze auteurs de talent (la dernière nouvelle Darkness est écrite à quatre mains par Barbara Abel et Karine Giebel). Cette année, c’est Olivier Norek qui ouvre les festivités avec Regarder les voitures s’envoler et il tape fort ! Si le sens de la vue se décline, le genre du polar également. Si les nouvelles se suivent, elles ne se ressemblent pas et vous ne verrez pas le temps défiler ! Si j’ai aimé davantage certaines nouvelles que d’autres, aucune d’entre elles ne m’a déçue. Je salue par ailleurs l’imagination des auteurs qui à partir du même thème, décline des histoires tellement différentes les unes des autres. Je ne connaissais pas tous les auteurs participant à ce beau projet, ma liste d’auteurs à découvrir s’est donc allongée avec notamment les noms de Julie Ewa qui signe Nuit d’acide la seconde nouvelle et Fabrice Papillon que j’ai découvert avec Anaïs. Pour les auteurs dont j’avais déjà connaissance de leurs écrits, c’est parfois une redécouverte car ils sortent de leur zone de confort. Chacune de ces nouvelles est prenante, palpitante et ne vous laissera pas indifférent. Êtes-vous prêts à Regarder le noir ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à NetGalley pour ce livre. Sous la direction de Yvan Fauth était sorti l’an passé un premier livre de nouvelles. Douze auteurs, qui avaient pour consigne d’écrire sur un thème unique, l’ouïe. Ce recueil de nouvelles était une véritable réussite, il est pour moi un de mes préférés. Les auteurs avaient été hyper créatifs, et tous, dans leur propre univers, ont réussi des histoires passionnantes et très diverses. Pour notre plus grand bonheur ce projet n’est pas resté sans suite. Regarder le noir est né, et c’est, la vue, qui est cette fois, le thème imposé aux auteurs. Comme dans le premier volume, 12 auteurs et 11 nouvelles. Quelques nouvelles têtes, et d’autres déjà présents la première fois. Vous les connaissez tous, vous avez lu leurs romans, vous connaissez leur univers, vous les aimez. Alors il faut découvrir leur talent dans ces récits courts, car ils vont vous surprendre. J’ai lu les livres de tous les auteurs présents dans cet opus. Pour certains d’entre eux, ils sont plusieurs, j’ai même lu l’intégralité de leur œuvre. Connaissant leur univers habituel, je ne m’attendais pas à être bluffé de la sorte. Ils savent sortir de leur zone de confort, avec une telle facilité que chaque histoire est un voyage d’une originalité folle. Je veux leur dire un grand bravo sincère à tous, car ce deuxième volume est un rare moment de plaisir, du début à la fin. Pour être entièrement honnête, et on le doit quand on fait des retours de lecture, il y a une histoire, une seule, que je n’ai pas su apprécier. Mais c’est un ressenti bien personnel, elle plaira forcement à beaucoup d’autres personnes. Celui qui ouvre le bal, c’est Olivier Norek. Je vais juste me contenter de dire deux choses sur cette nouvelle. C’est d’une noirceur abyssale, et c’est mon coup de cœur dans ce livre. Magistral. Julie Ewa m’a happé dans une histoire terriblement touchante, qui m’a laissé avec un sentiment d’injustice terrible. Fred Mars montre que parfois les lieux qui prônent la légèreté, peuvent être extrêmement sombres. Claire Favan et sa vision de notre monde dans quelques décennies nous fera t’elle réfléchir à nos actes d’aujourd’hui ? Réné Manzor m’a emporté, en quelques pages, dans une histoire très cinématographique. J’ai adoré Amélie Antoine propose une histoire qui nous montre à quel point l’indifférence peut être toxique. Je suis fasciné par la maitrise de l’auteure, qui fais passer autant d’émotion avec une telle facilité. Fabrice Papillon nous embrouille l’esprit dans un récit ou la folie supprime nos repères. Gaelle Perrin-Guillet sort de sa zone de confort, et signe une nouvelle troublante qui m’a fait penser à du Kafka. R.J.Ellory une histoire à l’ambiance à la Ghost writer particulièrement réussie. Johana Gustawsson livre ici une histoire terriblement oppressante qui ne laisse aucune place à la lumière. Barbara Abel & Karine Giebel : Une nouvelle écrite à quatre mains, dans laquelle on cherche à trouver le fin mot de l’histoire, avant qu’elle nous soit dévoilée. Précipitez vous chez votre libraire, c’est un excellent moment que vous allez passer.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Douze auteurs de choc pour du noir bouillant. Des nouvelles qui frissonnent, angoissent font écho. Chutes qui surprennent, cathartiques et éphiphaniques. Un format idéal,haletant et rythmé. Norek démarre très très fort. Les autres suivent avec tout autant de force. Mensonges, paranoïa, faux semblants, apparences trompeuses, manipulations... Perversions... Du noir troublant. À lire absolument La suite sur instagram.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ouvrez grand vos yeux et regarder le noir ! Sous la direction d'un blogueur passionné, Yvan Fauth, douze grands noms du noir nous ont concocté onze nouvelles palpitantes et noires à souhait. Après l'ouïe, le thème du précédent opus, nous avons ici affaire à un autre sens, la vue. Une thématique qui englobe bien des choses et peut être déclinée de bien des façons, voir, regarder, être vu, les yeux, la couleur, le noir, la lumière, etc... Ca ouvre un vaste champ des possibles. J'étais à la fois très intriguée de voir comment les auteurs, chacun à leur manière, allaient interpréter cela et en même temps je le redoutais, j'ai un peu de mal avec tout ce qui touche aux yeux. Un défi donc pour moi, je savais qu'il y aurait forcément des choses qui allaient m'horrifier. Je n'ai pas été déçue. Je ne nommerai pas les responsables, ni n'entrerai dans les détails pour ne pas vous spoiler mais certains m'ont bien épouvantée. C'est Olivier Norek qui ouvre les festivités et donne le ton d'entrée avec une nouvelle qui vous laissera coi. Ca envoi du lourd. Chacun a réussi l'exercice haut la main. Les nouvelles sont toutes différentes, très sombres pour certaines, glaçantes et avec une fin de dingue. De quoi bien nous retourner le cerveau. Je les ai toutes aimées, certaines plus que d'autres. J'ai eu le plaisir de retrouver des auteurs que j'adore et d'en découvrir trois que je n'avais encore jamais lus, Julie Ewa, Fabrice Papillon et René Manzor. Et je peux vous dire que ça m'a donné très envie de poursuivre ma découverte. Je ne vais pas toutes vous les détailler pour vous laisser le plaisir de la surprise. Je vous livre mes préférées, celles d'Olivier Norek et de René Manzor. Mais juste une chose, M. Norek, encore un chat ? ;) Une belle brochette d'auteurs pour ce recueil de nouvelles d'une noirceur abyssale, glaçantes, effrayantes, intenses et terriblement captivantes. A lire sans modération ! Merci à #NetGalleyFrance et à Belfond pour cette lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un recueil de nouvelles de grande qualité, à dévorer... avec les yeux ! Malheureusement j'ai loupé la sortie du recueil "Ecouter le noir", mais je suis ravie d'avoir pu découvrir ce nouveau recueil de nouvelles en lien avec un sens : la vue. Le genre de la nouvelle n'est pas simple à traiter. En tant que lectrice, il m'arrive souvent de rester sur ma faim, de ressentir un manque, une impression de trop-peu. En lisant Regarder le noir, aucune des nouvelles ne m'a laissé cette impression. Rien que pour ça, je dis chapeau aux auteurs ! J'ai également été séduite par les différents thèmes abordés. C'était parfois un peu trop glauque pour moi - d'ailleurs les deux premières nouvelles m'ont autant passionnée, que bien calmée - mais chaque histoire m'a plu. C'est très intéressant de voir vers où chaque auteur nous emmène. Et il y a des fins, que je n'ai vraiment pas vues venir, qui m'ont estomaquée. Mes préférées sont celles de Claire Favan (Le mur), en lien avec ma sensibilité écologique et celle de Gaëlle Perrin Guillet (La tache). Je me doutais de ce que représentait la tache, mais j'ai vraiment apprécié la façon de traiter ce sujet ; joli ! Celles qui m'ont le plus marquée sont les deux premières finalement. Olivier Norek avec "Regarder les voitures voler", et Julie Ewa avec "Nuit d'acide", pas si loin de la réalité il me semble... malheureusement... Comme j'ai pu le voir dans une autre chronique, il y a de l'humanité dans ces histoires noires, ou plutôt, je dirais que chaque histoire fait appel à notre humanité... mais attention... parfois faut être bien accroché(e) !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avant il y avait Ecouter le noir et maintenant nous avons Regarder le noir. Comme son grand frère c' est un recueil de nouvelles qui concerne cette fois ci non pas l’ouïe mais la vue. Douze auteur-e-s ont fait travailler leur imagination pour nous proposer des histoires concernant ce sens si important. Comme souvent dans tous les recueils de nouvelles, toutes ne sont pas d'égale qualité mais je dois avouer que dans celui ci il n'y en a aucune que je n'ai pas aimée du tout. Elles sont vraiment toutes très intéressantes, originales et bien écrites. Certaines étaient assez faciles à deviner (celle de Gaëlle Perrin-Guillet par exemple), d'autres beaucoup plus ardues et dans l'ensemble cet ouvrage est un vrai plaisir de lecture. Mais malgré tout je dois tout de même avouer avoir eu une vraie préférence et un grand coup de coeur pour la nouvelle écrite par Claire Favan. C'est sans doute celle qui m'a le plus marquée, bluffée et angoissée. Bravo sincèrement pour ce moment aussi intense et pour cette conclusion terrifiante. Je trouve cette collection vraiment bien faite et j’espère que nous aurons le plaisir de continuer l'exploration des 5 sens avec un nouveau mis à l'honneur dans un prochain recueil. Bravo à tous/ toutes les auteur-e-s pour cet excellent moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est un recueil de 12 nouvelles noires. Elles sont écrites par certains auteurs du genre les plus en vue du moment. Le problème avec les nouvelles c’est que c’est toujours beaucoup trop court ! et comme toujours certaines nous emporte plus que d'autres mais la bonne nouvelle c'est que j'ai eu plus d'histoires que j'ai aimées.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Satisfaite du premier opus l'an passé (Ecouter le noir), c'est tout naturellement que j'ai voulu découvrir celui-ci. De quoi s'agit il? Regarder le noir c'est un recueil de nouvelles de plusieurs auteurs de thrillers/polars avec pour thème la vision. Et waouh!! Ça démarre très fort avec les nouvelles d'Olivier Norek (qui m'a vraiment surprise) et de Julie Ewa. Amatrice du noir, j'ai été agréablement servie. Dur dur de passer après ces deux histoires marquantes. Il s'agit de mon top 3 des mes nouvelles préférées de Regarder le noir, la troisième étant celle écrite à quatre mains par Barbara Abel et Karine Giebel. De quoi démarrer et clôturer ce recueil en beauté. Regarder le noir m'a permis de concilier deux plaisirs à savoir les thrillers et les nouvelles (qui me permettent de retrouver des auteurs que j'apprécie mais aussi dans découvrir d'autres). Amateurs (trices) de thrillers, je vous conseille vivement de vous lancer dans la découverte de Regarder le noir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un recueil éclectique, douze expériences autour de la vue à découvrir par douze grands du polar français

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je compare souvent les livres à la pâtisserie, différentes formes, différentes saveurs, il y en a pour tous les goûts, les nouvelles sont pour moi comme des mignardises ou petits fours, ils étanchent ma gourmandise, surprennent mes papilles. Onze nouvelles, douze auteurs, comme un paquet de bonbon Chocogrenouilles on ne sait jamais sur quoi on va tomber, piquant, amer, sucré, tenace. Pour varier le menu de cette semaine, je les ai savouré entre deux pâtisseries, 4 avant de partir pour Mauléon avec les demoiselles, 3 avant d’embarquer pour la maternité avec Lili, pour ne durent que les moments doux de Virginie Grimaldi et les 4 derniers après atterrissage. Bien sûr il y a des parfums que j’ai préféré, mais toutes de qualité, un ensemble fascinant, bluffant, percutant, détonant, l’opportunité de découvrir de nouvelles plumes d’en retrouver d’autres, j’ai adoré ces nouvelles tout autant que les romans, riches de réflexions, de frissons, court mais puissant, des plumes acérées qui creusent et dévoilent les profondeurs de l’âme humaine. Êtes-vous prêt à regarder dans le noir ? Pour les initiés que du bonheur, pour les novices, un super concept pour commencer doucement accompagnés par des auteurs talentueux, un choix varié où vous trouverez j’espère une mignardise à votre goût. Merci à tous les participants de ce projet, bravo à tous.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Douze auteurs, onze nouvelles (Karine Giebel et Barbara Abel réitèrent leur écriture à quatre mains). Toutes plus noires les unes que les autres (j’hésite encore à qui décerner la palme). Leur seul point commun : le thème imposé est celui de la vision. Sens oh combien précieux, si vous en doutiez, nos virtuoses à l’imagination débordante vont vous le démontrer. La personnalité de chaque auteur s’affirme et ressort dans la manière de traiter le sujet. C’est bluffant ! En partant d’un mot et d’un concept, le chemin proposé par chacun est totalement différent. Une expérience hors du commun et très agréable pour le lecteur. La perception visuelle va vous hanter, vous oppresser, vous terroriser, vous émouvoir, en fonction de la plume qui se cache derrière chaque texte. Intrigue, ambiance, sous-thématique sont différents et vous projettent dans un monde à part, où l’œil et la vue en sont les personnages principaux. Certaines histoires m’ont plus marquées que d’autres, je pense notamment à : « Le mur » de Claire Favan, vision terrifiante du devenir de l’Humanité, net, précis, ne laissant aucune chance au hasard ou à la chance, « Nuit d’acide » de Julie Ewa, dont j’ai découvert la plume. Un récit qui ne peut pas vous laisser insensible et qui a un goût amer d’actualité, « The ox » de Fred Mars, plongée dans le monde de la nuit, avec un soupçon de médecine qui m’a bien captivée. Ce qui m’a bluffée, et ce, à chaque fois, ce sont les chutes. Pas une ne m’a déçue, une vraie claque (enfin onze claques…) ! Quand on voit la chose, on la croit. Et quand on ne la voit pas ? Une très belle initiative d’Yvan, j’espère qu’il nous offrira un autre recueil traitant d’un autre sens l’an prochain ! Je remercie les éditions Belfond et NetGalley pour cette lecture. #RegarderLeNoir #Belfond #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nouveau recueil de nouvelles autour de la vue cette fois-ci. Après avoir Ecouter le noir, il est l'heure de Regarder le noir. On attaque directement avec la nouvelle d'Olivier Norek, qui dépote. La fin est juste WAOUH ! Il est toujours intéressant de découvrir différentes approches, différentes idées autour d'un thème commun... On part en Inde avec Julie Ewa, une nouvelle plus sociale pour Amélie Antoine... J'ai trouvé ce recueil riche par sa variété et cet exercice si particulier de la nouvelle, souvent boudée. Et puis, cette petite excitation de la lecture : je commence par laquelle ? Mais beau choix d'avoir mis l'explosive nouvelle d'Olivier Norek en 1er.... Et joli final avec le binome Abel-Giebel. Un bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après un premier recueil "écouter le noir" l'année dernière, dont j'avais beaucoup apprécié la qualité des écrits, Yvan Fauth et les auteurs du noir ont réitéré l'aventure pour notre plus grand plaisir. J'adore les recueils de nouvelles. C'est l'occasion de découvrir de nouvelles plumes en picorant des petits bonbons narratifs. Dire que j'ai aimé est faible, je l'ai dévoré. Autour du sens de la vue, vous allez lire des nouvelles toutes très variées. A chaque récits, nous entrons dans un univers différent avec des protagonistes tout aussi hétérogènes. Entre les aventures qui narrent un épisode ponctuel dans la vie des personnages et celles qui en racontent plus, vous trouverez forcément plusieurs nouvelles coup de cœur. Je ne vais pas détailler toutes les histoires, elles m'ont toutes plu, mais je tiens à vous parler de quatre nouvelles plus particulièrement. La première est aussi la première de l'ouvrage. Celle d'Olivier Norek, elle donne le ton directement. Une nouvelle noire absolument géniale ! Claire Favan, quant à elle, m'a surprise par son récit à la sauce SF. Cette nouvelle est dans l'air du temps et j'espère qu'elle n'est pas prémonitoire. Mention spéciale à René Manzor, pour sa nouvelle qui a tout d'un mini roman. C'est très fort de pouvoir en dire autant avec si peu de page. En finissant la nouvelle, aucune frustration, on sait tout de la vie du personnage principal. Il est difficile de parler de ce livre sans vous dire un mot sur la nouvelle écrite à 4 mains, celles de Barbara Abel et Karine Giebel, les reines du noir ont créé une histoire complexe au retournement de situation insoupçonnable. Voilà, vous aurez deviné que je vous recommande ce recueil d'histoires noires pleins de surprises.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une fois de plus merci Netgalley et Belfond pour cet envoi.. Ayant découvert le 1er tome, j’avais envie de lire celui-ci . 11 nouvelles sur la thématique de la VUE et 12 auteurs incroyables qui nous desservent ici une palette de sentiments qui va vous faire rire, pleurer, angoisser et vous torturer. D’entrée de jeu Olivier Norek, pose les cartes et je peux vous dire que cette nouvelle est un ÉNORME COUP DE CŒUR MACHIAVÉLIQUE. Mon dieu quelle jouissance, quel final époustouflant, il m’a complètement retourné le cerveau ! D’autres ne déméritent pas et mes chouchoux tapent fort, je pense à la Nouvelle de Menzor, Amélie Antoine, Giebel et Abel .. Une petite déception pour celle de Claire Favan pour ma part, même si elle fait réfléchir, mais je suis moins adepte du côté SF ... Vraiment, ce recueil se découvre et vous n’êtes pas au bout de vos émotions. Installez-vous confortablement car une fois en main, IMPOSSIBLE de le lâcher ! Encore une très belle initiative d’Yvan Fauth, et je me réjouie de découvrir quel prochain « sens » il mettra en avant ;) #RegarderLeNoir #Belfond #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avis : REGARDEZ Une belle idée que de rassembler des nouvelles écrites par des auteurs aux univers très différents pour ourdir des crimes machiavéliques accentués sur l’un des cinq sens. Cette année, la vue. Je peux dire que j’ai été puissamment étonnée par la diversité des situations et interloquée par l’imagination des auteurs dont les chutes des nouvelles sont pour la plupart extraordinaires. Particulièrement celle d’Olivier Norek dont l’écrit débute le recueil. Pour vous donner envie de lire cette œuvre commune, je vais me permettre de noter trois des nombreuses phrases que j’ai relevées, car le style et le rythme des polars n’empêchent pas quelques pensées à méditer dans la vraie vie. « Il y a de l’amour, certes, mais captif de l’habitude, celui où l’on s’étreint pour se rassurer, sans se fondre dans l’autre ni s’y perdre. » Tout contre moi de Johana Gustawsso « Ceux qui cherchent ne veulent pas forcément trouver. » Demain de René Manzor. « Les histoires d’amour, c’est coloré et attirant, mais ensuite, on peut en crever. Comme les grains de riz roses de la mort-aux-rats. » Olivier Norek. Ce recueil est idéal pour se faire peur, un peu chaque soir, avant de piquer du nez pour une bonne nuit. Qu’on se le dise !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

#Regarderlenoir #NetGalleyFrance #editionsbelfond Je ne suis pas une habituée des nouvelles et c’est même la première fois que je lis un recueil de thrillers et avec une majorité d’auteurs que je n’ai jamais lu. Dans celui-ci il y a 11 nouvelles par 12 auteurs, plus noires les unes que les autres ! Etonnant non ? A moins de divulguer il est difficile de faire des critiques sur des textes courts tout comme il est difficile d’apprécier la qualité d’écriture de l’auteur alors je vais prendre les nouvelles dans l’ordre d’impression et pour chaque je vais noter la première chose qui m’est venue à l’esprit pendant ou après la lecture et note, tant il y a différents ressentis. « Regarder les voitures s’envoler » - Olivier Norek : Ah carrément ? Bêtasse, tu aurais pu voir venir !! 5★ « Nuit d’acide » - Julie Ewa : Pourquoi eux ? 4★ « The Ox » - Fred Mars : Monochrome. 4★ « Le Mur » - Claire Favan : A notre avenir ! 5★ « Demain » - René Manzor : Et si c’était vrai ? 4★ « Transparente » - Amélie Antoine : Pauvre de toi ! 3★ « Anaïs » - Fabrice Papillon : Je suis restée totalement hermétique, pas d’avis, pas de note ! « La tache » - Gaëlle Perrin-Guillet : Bien vu ! 3,5★ « Private eye » - J.R. Ellory : Messager du noir. 3,5★ « Tout contre moi » - Johanna Gustawson : Mensonge 3★ « Darkness » - Barbara Abel et Karine Giebel : En double 5★ Les nouvelles ne sont pas d’une lecture évident et encore moins quand l’auteur change pour chacune, mais l’expérience m’a plu et c’est un bon moment de découverte que je renouvellerais.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

un 2eme recueil de nouvelles noires, après Ecouter le noir, voici Regarder le noir. Encore meilleur que le premier ! Des auteurs de polar qui se sont fait plaisir et ça se ressent, ils sortent de leur cadre habituel, nous bousculant, nous surprenant ! L'occasion de découvrir de nouveaux auteurs ou de conforter notre avis sur ceux et celles que l'on connait déjà ! à lire !!!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Barbara Abel, Amélie Antoine, R.J. Ellory, Julie Ewa, Claire Favan, Karine Giebel, Johana Gustawsson, René Manzor, Fred Mars, Olivier Norek, Fabrice Papillon, Gaëlle Perrin-Guillet. Douze auteurs de la noire réunis par Yvan Fauth pour un nouvel exercice après le très réussi recueil de nouvelles « Regarder le noir » cette fois sur ce sens qui nous permet de nous émerveiller des beautés qui nous entourent, la vue. Admirer, épier, contempler, lorgner, mater, observer, reluquer, … voilà ce que l’on peut faire avec nos yeux, quand malheureusement d’autres en sont privés totalement ou partiellement. Ces douze auteurs précédemment cités eux en tout cas n’ont pas manqué d’inspiration pour nous imaginer des histoires aussi dingues les unes que les autres, parfois même en se lâchant complétement afin de nous régaler avec ce genre littéraire trop peu développé chez nous, alors qu’elles sont les dignes héritières des contes qui ont bercé notre enfance et, pour beaucoup d’entre nous, j’en suis persuadé, donné le goût de la lecture. Il n’y avait je pense qu’Yvan, pour réussir à convaincre et donner envie à ces talentueux auteurs de sortir de leur zone de confort et se risquer à imaginer ces courts récits dans lesquels il faut très rapidement happer le lecteur. Oui la nouvelle n’est pas un sous genre littéraire, c’est un exercice difficile sur lequel beaucoup se cassent les dents. Ici pour chacun d’entre eux, c’est plutôt une réussite. Alors, si vous avez envie de partir à la rencontre d’un ado pas comme les autres, d’aller visiter un club obscur aux mœurs étranges, d’embarquer sur un navire dans un monde dévaster, de partir en filature, de découvrir une jeune médium, de jouer avec vos émotions, foncez chez votre libraire acquérir cet ouvrage qui m’a permis en plus de découvrir la touchante écriture de Julie Ewa. Petit clin d’œil à Fred, as-tu, comme pour ta trilogie groenlandaise été étudier sur le terrain 😉 ? Bravo et tous ces contributeurs et big up à Yvan.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

📚REGARDER LE NOIR -Recueil de nouvelles organisé par Yvan Fauth- Editions Belfond 📖Après « Écouter le noir », paru en 2019, Yvan Fauth, dans ce deuxième tome, orchestre son nouveau projet de onze nouvelles « noires », aux éditions Belfond. Certains auteurs étaient déjà présents lors du précédent recueil, pour d’autres, c’est le grand saut ! Ces nouvelles ont pour thème l’un de nos cinq sens. Cette fois-ci, c’est la vision qui est à l’honneur avec « Regarder le noir ». Les auteurs sont douze cette année : Barbara Abel – Amélie Antoine – R.J. Ellory – Julie Ewa – Claire Favan – Karine Giebel – Johana Gustawsson – René Manzor – Fred Mars – Olivier Norek – Fabrice Papillon et Gaëlle Perrin-Guillet. Chacune de ces nouvelles nous plonge dans une atmosphère bien à elle, même si toutes les histoires ont le même mot d’ordre : nous en faire voir, du noir ! ❤️ En lisant « Regarder le noir », je me suis « rabibochée » avec les nouvelles et cela en est une grande (de nouvelle !). J’étais vite plongée au cœur de l’intrigue, ce qui m’a permis de vivre pleinement le suspense et les fins extraordinaires. Les auteurs ont tous une imagination débordante et, parfois, certains sortent de leur zone de confort. C’est une vraie force de leur part. On sent que tous les auteurs se sont surpassés pour offrir le meilleur d’eux aux lecteurs et certainement à Yvan que j’ai hâte de rencontrer sur un salon ou ailleurs. Je vous encourage à découvrir les chroniques et les interviews d’Yvan Fauth sur Facebook et sur son blog fabuleux (https://gruznamur.com). Foncez en librairie pour acheter « Regarder le noir » !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce recueil de nouvelles centré sur le regard est très intéressant, car il permet de voir comment différents auteurs se sont appropriés le thème. Les auteurs ont tous fait preuve d’une très grande imagination et ont opté pour des points de vue et une exploration du thème captivants. Le thème du regard a été exploité de manière large : perte de la vision, hallucinations, regard d’autrui, don de double vue,.…. Ce recueil donne l’opportunité de découvrir différents auteurs que l’on ne connaît pas mais aussi de découvrir ceux que l’on connaît sur un thème ou un style nouveau. 5 nouvelles m’ont particulièrement touchées et c’est uniquement sur celles là que je vous dirais quelques mots. Olivier Norek ouvre le bal avec une nouvelle très poétique et finement écrite. Il nous berce d’illusion pour mieux nous achever à la fin. Le twist de fin me hante encore. Mais parlons plutôt du chat. Ceux qui ont déjà lu Olivier Norek (notamment Territoires) savent de quoi je parle, il a encore récidivé. Il y a quand même de quoi se poser des questions sur les relations entre Olivier Norek et nos amis félins. Julie Ewa – Je ne connaissais pas cette autrice et je suis agréablement surprise. Elle a un style très fluide, percutant, les descriptions font mouche. Elle nous offre un récit d’un effrayant réalisme sur les enfants des rues. Claire Favan met en avant un monde post apocalyptique. Une dystopie tout à fait plausible, effrayante de réalisme où l’égoïsme conduit à la destruction et l’extinction de l’Homme. Cette nouvelle nous fait réfléchir sur notre responsabilité vis à vis de la planète et de l’environnement. Johana Gustawsson nous offre une nouvelle tout en subtilité et finesse et nous amène à un dénouement que l’on avait pas prévu. Tout simplement déroutant Pour finir, Barbara Abel et Karine Giebel, concluent ce recueil avec un duo plein de tendresse et de tristesse. Leurs écritures telles deux instruments de musiques s’accordent parfaitement sur cette partition. EN BREF Un très bon recueil qui m’a permis de confirmer mon regard sur certains auteurs et d’en découvrir d’autres. Cela ne va pas arranger mon banquier ni la taille de ma pal cette histoire 😉 .

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un recueil de nouvelles qui tournent autour de la vision. Certaines sont plus ou moins bonnes, que, dans l'ensemble j'ai plutôt apprécié. Merci à #NetgalleyFrance de m'avoir permis de découvrir ce livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une pléiade d’auteurs réunis par le passionné Yvan Fauth (du blog littéraire https://gruznamur.com) autour d’un même thème lié à nos 5 aux sens : « Regarder le noir » fait suite au recueil de nouvelles « Ecouter le noir » publié en 2019… L’occasion rêvée de retrouver certains auteurs et d’en découvrir d’autres, sous un format particulier, celui de la nouvelle, auquel il faut le reconnaître, nous sommes assez peu habitués… A tort d’ailleurs car une nouvelle réussie c’est un concentré d’émotions garanti ! Le thème imposé « regarder le noir » a assurément inspiré les auteurs conviés et le résultat est vertigineux : l’impression à chaque nouvelle de faire un tour de manège à sensations ! J’ai donc VU en quelques heures (le recueil se lit si vite…) défiler sous mes yeux avides ces nouvelles fraîches et intenses, fascinantes dans leur noirceur et pertinentes dans leur respect du thème imposé : non pas une réussite mais onze ! En un mot : HYPNOTIQUE ! L’intérêt de la nouvelle est aussi de découvrir sous une autre facette des auteurs que l’on connait déjà, je pense à Olivier Norek par exemple, dont le style est ici bien différent : la nouvelle impose des règles d’écriture autres que pour le roman, tout doit être dit et vite… Le lecteur doit comprendre, ressentir, frissonner en un laps de pages très court : c’est un véritable challenge d »écriture! Je ne connaissais pas certains auteurs mais ce recueil m’a donné envie de les lire plus longuement… Je vous propose de découvrir par une courte présentation chacune de ces nouvelles : « Regarder les voitures s’envoler » – Olivier Norek : l’étonnante et explosive rencontre de deux adolescents pas comme les autres… « Nuit d’acide » – Julie Ewa : le cauchemar d’un enfant victime du trafic d’êtres humains… « The Ox« – Fred Mars : le club libertin le plus lucratif de Londres est le théâtre d’un crime horrible… « Le mur » – Claire Favan : un récit post-apocalyptique : quand arrive la fin de l’humanité… « Demain » – René Manzor : une jeune femme, voyante extra-lucide, a la vision d’un crime et tente de venir en aide à la victime. « Transparente » – Amélie Antoine : quand une femme devient insignifiante aux yeux de ses proches… « Anaïs » – Fabrice Papillon : un schizophrène en proie des hallucinations morbides commet l’irréparable… « La tache » – Gaëlle Perrin-Guillet : une nouvelle fantastique « coup de coeur » pour moi, une situation « tétanisante » qui m’a rappelé une de mes premières lectures adolescentes dans le genre, Jacques Sternberg « Le Brochet »… « Private eye » – R.J. Ellory : un journaliste d’investigation, habitué des traques et filatures est pris à son propre jeu… »Tout contre moi » – Johana Gustawsson : l’intense esquisse d’un thriller domestique surprenant. « Darkness » – Barbara Abel/ Karine Giebel : une jeune femme perd la vue à la suite d’une agression à l’acide, pour quelle raison l’avoir torturée de la sorte ? A lire avec délectation ! Je remercie chaleureusement les éditions Belfond via NetGalley pour la lecture de ce recueil.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Autant de belles plumes dans un même recueil ça attire forcément l’œil du lecteur. Et pour cause, vos yeux prennent cher à la lecture de ce petit condensé de talents. Je trouve ça fascinant de voir comment différents auteurs s’approprient un même thème. On se rend bien compte que certains le prennent au pied de la lettre, d’autres l’abordent d’une façon plus symbolique, plus imagée, plus libre. Peu importe l’interprétation du sujet, toutes les nouvelles sont frappantes à leur façon. Certaines sont perturbantes, glaçantes, d’autres choquantes ou encore surprenantes. Chacune joue avec les nerfs et surtout les perceptions du lecteur. Au-delà de ces récits qui vous tiennent en haleine et vous permettent d’apprécier les différentes plumes de ces auteurs, ce sont onze véritables expériences qui dépassent la simple lecture. Ne pas avoir froid aux yeux…et ne pas trop s’y fier !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Onze nouvelles, onze occasions de déguster l’écriture des auteurs qu’on connaît déjà et de goûter le style de ceux qu’on n’a pas encore eu l’occasion ou l’envie de lire… La vue est le thème de ce recueil et chaque auteur la décline évidemment à sa manière et l’ensemble se trouve, de ce fait, extrêmement varié. Souvent cruelles, ces histoires font frémir, émeuvent, font carrément peur pour certaines. Mais trembler, sous certaines plumes talentueuses est pour moi un réel plaisir. Raconter des histoires passionnantes en si peu de pages est un exercice qui à mon sens demande une réelle maîtrise. Il est essentiel d’appâter le lecteur dès les premières lignes sans trop en dire, pour laisser place à l’essentiel. Béatrix Beck en a donné une magistrale définition : « Michel-Ange disait qu'en enlevant d'un bloc de marbre le trop, le résultat était une statue. En enlevant d'un brouillon le trop, l'inutile, le non-indispensable, le résultat est une nouvelle. »

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Aujourd’hui, je vous parle du recueil de nouvelles « Regarder le noir » sous la direction d’ Yvan Fauth qui est paru aux éditions Belfond. Le thème de ce nouveau recueil (après écouter le noir) est la vue liée au noir, entendez par là ; l’obscurité, la noirceur. Vous savez désormais que j’aime les nouvelles, c’est une façon de vivre plusieurs histoires, plusieurs émotions dans un même livre. Il est facile également de lire un recueil sans perdre le fil de l’histoire ! Je reconnais toutefois qui est difficile d’adhérer systématiquement à l’ensemble des nouvelles d’un même recueil, d’autant plus lorsque ce recueil regroupe plusieurs plumes différentes comme c’est ici le cas puisqu’il y a 12 auteurs. Cependant, ces différentes plumes brillent à l’unisson dans ce recueil pour vous offrir un très bon moment de lecture ! Vous y trouverez des histoires machiavéliques, touchantes, dramatiques, émouvantes ! Soyez prêts à ouvrir les yeux ! Je ne vous parlerai que de mes préférées que je serai plus à même de vous donner envie de découvrir : Le recueil commence très fort avec « Regarder les voitures s’envoler » d’ Olivier Norek Officiel ou comment vous prendre une claque dès le début de votre lecture. Vous y ferez la connaissance de Joshua, 13 ans, un enfant particulier qui fait preuve d’une maturité déconcertante et dont la vie ne pourra que vous émouvoir, ou pas. Une histoire et une fin qui font froid dans le dos. Vient ensuite « Nuit d’acide » de Julie EWA qui vous emmène côtoyer la misère en Inde. Une histoire qui ne laisse aucun espoir et dans laquelle l’innocence des enfants est bafouée, abusée. Et cette fin ! Avec « le mur », Claire Favan nous embarque dans une histoire puissante et délivre un message à l’humanité. Une histoire qui fait réfléchir, qui laisse des traces. Une histoire qui m'a profondément touchée ! René Manzor nous livre une excellente histoire avec « Demain ». Dès le départ, le rythme est haletant. Un récit dans lequel Chance découvrira sa voie, son talent mais ne vous y trompez pas, c’est une histoire très noire également dont la fin va vous scotcher. Avec « transparente », Amélie Antoine - Auteur nous propose une histoire bouleversante, profonde qui nous montre les conséquences que peuvent avoir le manque de regard, d’intérêt que nous manquons d’apporter à l’autre. Une chose est sure, tous ces auteurs se sont donnés le mot pour vous faire frissonner, vous scotcher et vous montrer en très peu de pages, l’étendue de leur talent.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Excellent recueil de nouvelles sur le thème de la vue ! On est passé à un rien du coup de cœur, j'ai adoré !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Alors oui, certaines de ces nouvelles sont vraiment très noires, sombres 😱. J'ai découvert de nouvelles plumes, j'ai eu du mal à lire celle de @norekolivier alors que je suis complètement fan des livres de l'auteur mais il nous livre ici une histoire très sombre à l'opposé de ce qu'il a écrit jusqu'ici. J'ai beaucoup aimé celle de @rj_ellory et celle de @abelbarbara6 et @karinegiebel , mais pas seulement. En fait aucune ne nous laisse indifférent et on ressort de cette lecture en se disant "waouh, quelle imagination ont ces auteurs" !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :