La vie des spectres - rentrée littéraire 2024

Connectez-vous pour accéder au titre. Connectez-vous ou inscrivez-vous ici !
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 22 août 2024 | Archivage Aucune

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Laviedesspectresrentréelittéraire2024 #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Jean est journaliste dans la presse régionale. Son métier l’amène à rencontrer différentes personnalités de la vie locale afin de faire leur portrait. Quand l’un de ses articles fait polémique, sa femme et son fils se dressent contre lui avec violence et lui reprochent d’être dépassé, infréquentable, irrécupérable.

Jean quitte alors le domicile familial pour s’installer dans un pavillon abandonné. C’est là qu’il nouera un dialogue avec les spectres…

Jamais Patrice Jean n’a été aussi grinçant, ironique et impitoyable.

Jamais l’auteur de L’Homme surnuméraire n’a été aussi inattendu, déroutant et audacieux.

La Vie des spectres se joue des idéologies, des clichés et des registres, mêle la critique acérée de notre époque à un onirisme plus nostalgique.

La Vie des spectres est tout simplement un grand roman.

Jean est journaliste dans la presse régionale. Son métier l’amène à rencontrer différentes personnalités de la vie locale afin de faire leur portrait. Quand l’un de ses articles fait polémique, sa...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782749179650
PRIX 22,50 € (EUR)
PAGES 464

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Jean Dulac aborde une crise existentielle de la cinquantaine. S’il a publié un roman dans sa jeunesse, il ne parvient pas à finaliser l’embauche d’un autre écrit. Sur le plan professionnel les temps sont durs et il est difficile d’éviter la compromission. Etre pigiste pour une revue culturelle nécessite déménager la chèvre et le chou. Pour clore le tout, sa femme est en train de le prendre en grippe, bien soutenu par ses copines féministes. Il suffit d’une étincelle pour mettre le feu : l’implication son fils dans la diffusion de sextapes va agi comme un catalyseur de sa déchéance.

Pour pimenter le tout, une curieuse épidémie, dont le remède réjouira le monde de l’édition vient frapper le monde !

J’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir ces lignes, qui ne sont pas sans rappeler Le Voyant d’Etampes, d’Abel Quentin en particulier si l’on compare le don de ces personnages à fabriquer des pièges dans lesquels ils tombent allègrement. Et une fois le mécanisme enclenché, aucune sortie de secours n’est possible.

Beaucoup d’humour, qu’il attaque les réflexions féministes des odieuse copines, ou se retourne contre lui-même. Faussement autobiographique (Jean Dulac cite même le roman de Patrice Jean !), le récit ne manque pas de pointer les travers d’une époque complexe et dangereuse.


Une très agréable lecture !

Cet avis vous a-t-il été utile ?