De femme et d'acier

Connectez-vous pour accéder au titre. Connectez-vous ou inscrivez-vous ici !
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 22 août 2024 | Archivage Aucune
Editions de l'Archipel | Rentrée littéraire

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Defemmeetdacier #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

5 juin 1919. Alors que la nuit tombe, le docteur Nicole Mangin, 40 ans, tente de trouver le sommeil et se remémore les moments forts de son existence.
Spécialiste de la lutte contre les maladies contagieuses et le cancer, elle se souvient surtout du front de Verdun, où elle a été mobilisée par erreur.
C’est parmi les poilus, sous les bombardements, dans des hôpitaux militaires et des installations de fortune, qu’elle écrira son destin.
Amie de Marie Curie, féministe courageuse confrontée à la dureté de la guerre et à la misogynie, Nicole se rappelle aussi ses fêlures de femme. Car, plus que quiconque, elle le sait : c’est de la douleur intime que naît le dépassement de soi.
Par ce roman, Cécile Chabaud rend hommage à l’unique femme médecin française de la Grande Guerre.

5 juin 1919. Alors que la nuit tombe, le docteur Nicole Mangin, 40 ans, tente de trouver le sommeil et se remémore les moments forts de son existence.
Spécialiste de la lutte contre les maladies...


Ils recommandent !

Le nouveau roman de Cécile Chabaud est fondé sur l’histoire hors du commun de l’unique femme médecin de la Première Guerre mondiale.

Le nouveau roman de Cécile Chabaud est fondé sur l’histoire hors du commun de l’unique femme médecin de la Première Guerre mondiale.


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782359054002
PRIX 20,00 € (EUR)
PAGES 240

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Juin 1919, Paris. Alors que la nuit tombe, Nicole Mangin se remémore ses souvenirs. Spécialiste des maladies contagieuses et du cancer, elle a été mobilisée par erreur. Elle aurait pu se faire démobiliser, mais a choisi de mettre ses compétences au service des soldats blessés au combat. Elle sera à leur côté pendant la bataille de Verdun. Pionnière, elle est à l'origine de la création de ce qui deviendra les assistantes sociales que nous connaissons. En tant que femme, elle a dû faire face aux préjugés et à la misogynie de son temps. Malgré tout, elle s’est battue pour faire avancer ses idées.

Je n'ai pas été totalement convaincue par ce roman, qui manque de rythme dans la première partie. Toutefois, à partir du moment où Nicole Mangin part pour le front, il devient très intéressant. Nicole Mangin a réellement existé, et son combat pour la place des femmes, d’une modernité étonnante pour l’époque, est plus que jamais d’actualité. Cécile Chabaud dépeint une femme d’exception, qui va au bout d’elle-même pour faire son devoir. Le titre, qui avait éveillé ma curiosité, est tout à fait en accord avec le propos du livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans “De femme et d’acier”, Cécile Chabaud tisse avec maestria le récit de Nicole, une femme médecin d’exception. À travers les pages, on découvre une héroïne qui, malgré les embûches et les préjugés, fait preuve d’une ténacité remarquable. L’auteure dépeint avec finesse l’organisation complexe des hôpitaux en temps de guerre, où Nicole gagne le respect des patients et des soignants, non sans sacrifices personnels.

La vie de famille de Nicole est reléguée au second plan, sa féminité et ses désirs personnels sont souvent foulés au pied par les exigences de sa profession et les horreurs de la guerre. Cécile Chabaud ne nous épargne pas les détails des gaz toxiques, des visages mutilés des soldats, et des efforts déployés pour les réparer. C’est un tableau vivant de la Première Guerre mondiale qui se dessine, où la douleur intime côtoie le dépassement de soi.

Ce roman est un hommage vibrant à l’unique femme médecin française de la Grande Guerre, une figure de proue dans la lutte contre les maladies contagieuses et le cancer, et une amie de Marie Curie. Nicole Mangin, avec ses fêlures et sa force, incarne la résilience et le courage. “De femme et d’acier” est une œuvre qui célèbre la bravoure féminine dans un monde d’hommes, un récit qui résonne longtemps après la dernière page tournée.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Née dans un milieu aisé, Nicole Mangin entame des études de médecine qu’elle interrompt pour se marier avec André Girard. Un fils nait de cette union : Etienne. Le mariage est malheureux et les époux se séparent, mais Nicole garde son nom d’épouse accolé à son nom de jeune fille. Ce qui pourrait n’être qu’un détail aura en fait un rôle déterminant dans le destin de l’héroïne.
Nicole reprend ses études et soutient brillamment sa thèse. Docteur en médecine, elle travaille sur le cancer et la tuberculose et se préoccupe des pauvres.

Survient la mobilisation d’août 1914. L’administration avait transformé Girard en Gérard. Prise pour un homme, Nicole est appelée aux armées. Nommée quelques temps à Bourbonne-les-Bains, elle est rapidement mutée dans la région de Verdun, secteur calme jusqu’en février 1916. Nicole y lutte contre la typhoïde, puis une fois la bataille engagée, elle soigne les innombrables blessés. Elle finit la guerre comme directrice de l’hôpital-école E. Cavel où elle forme des infirmières et travaille aux côtés de Marie Curie.

Cécile CHABAUD nous dresse le portrait attachant d’une femme extrêmement intelligente et d’une grande fermeté de caractère. Il lui en a fallu pour lutter contre la misogynie du milieu médical, qu’il soit civil ou militaire, et s’y imposer comme une praticienne compétente et dévouée à ses patients.

Le parti pris de l’autrice d’écrire son roman sous forme des mémoires de l’héroïne est particulièrement habile. Nicole peut ainsi y exprimer ses sentiments intimes, en particulier son extrême compassion pour les poilus passés entre ses mains et que, malgré toute son expertise, elle n’a pas pu sauver.

Jusqu’à ses derniers instants (elle décède en juin 1919 d’une overdose médicamenteuse en luttant contre une tumeur maligne), ses pensées vont à son fils et aux trop nombreux « Morts pour la France ».

Voici donc un beau livre-hommage à une personnalité trop longtemps méconnue : il faudra attendre… 2021 pour que, seule femme médecin des armées durant la Grande Guerre, elle reçoive à titre posthume, la médaille du service de santé des armées !

Les jeunes générations sont heureusement moins oublieuses puisque Nicole Girard Mangin a donné son nom à une promotion de l’Institut Régional d’Administration de Metz et à la 58e promotion des élèves directeurs d’hôpital de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.

Le livre de Cécile CHABAUD, que je recommande vivement, est donc une juste reconnaissance d’une personnalité féminine exceptionnelle.

Je remercie Les Editions L’Archipel et Netgalley pour cette lecture fort enrichissante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cette biographie romancée ou ce roman biographique est un vibrant hommage à Nicole Girard-Mangin (1878-1919), une femme totalement engagée à soulager les douleurs et seule femme médecin militaire pendant la Première Guerre Mondiale mais aussi un plaidoyer féministe sans concession.
C'est Nicole, qui en juin 1919, atteinte d'une tumeur maligne à l'oreille, raconte ses souvenirs, sa vie consacrée à soigner, guérir, aider, écouter. Alors qu'elle faisait de brillantes études de médecin, elle épouse André en 1903 et abandonne ses études par amour, elle a un fils Etienne. Trompée et trahie, elle divorce en 1909 et soutient avec brio sa thèse sur le cancer. Sa mère chérie étant morte au même moment d'un cancer, elle s'engage, entre autres, dans la lutte contre la tuberculose en dispensant des cours de prophylaxie à la Sorbonne et en dirigeant l'Office antituberculeux de Beaujon. Suite à une erreur sur son nom, elle reçoit un ordre de mobilisation auquel elle ne se dérobe pas. Malgré le rejet de la plupart de ses pairs, elle ne lâche rien et devient un médecin reconnu, dont le courage est salué par ceux qu'elle soigne. Fin 1916, elle est nommée directrice de l'hôpital Edith Cavell à Paris, centre de formation des infirmières envoyées au front et collabore, un peu plus tard, à la création de la Ligue franco-anglo-américaine contre le cancer.
Ce roman décrit avec beaucoup d'admiration le parcours de cette femme extraordinaire qui n'a pas hésité à sacrifier sa vie de femme et de mère pour un idéal auquel elle ne pouvait se dérober. Il n'occulte pas ses fragilités, sa culpabilité à l'égard d'un fils qu'elle voit très peu. Son rôle, son courage et son abnégation n'ont jamais été reconnus de son vivant.
Elle incarne un féminisme combattant forgé par l'exemplarité; elle voulait que les femmes soient reconnues pour leurs compétences et non en vertu de leur statut de femmes, qu'elles ne soient pas confinées au foyer conjugal si tel était leur souhait. Elle a bénéficié d'un soutien sans faille de ses parents, ce qui n'était pas chose courante à l'époque.
Ce roman nous fait vivre, du côté médical, les horreurs de la guerre qui a tué, mutilé, blessé physiquement et psychiquement tant de jeunes hommes et les difficultés, voire parfois l'impossibilité de les soulager. Le fait que la narratrice soit Nicole elle-même, au moment de mourir, confère une force émotionnelle incroyable au roman.
Je ressors de cette lecture secouée et riche d'avoir rencontré à titre posthume Nicole Girard-Mangin qui mérite tout notre respect et notre admiration.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le sujet m'a beaucoup interesser pour le choix d'un personnage féminin fort, brave, et investi dans la recherche médical qui a change le monde. En plus, meme si c'est romance ce personnage a bel et bien existe. Mon bémol, la premiere partie manque de rythme et j'ai failli arrete ma lectire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Bonjour,

je vous transmet les deux liens de ma chronique . J'ai énormément aimer ce roman , j'espère vraiment qu'il rencontrera le succès qu'il mérite.

je mettrais en ligne sur mon Instagram et Facebook , Amazon , le jour de la sortie du roman.

Je vous souhaite bonne réception et un bel été

Christelle

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les petites histoires remarquables qui s'illustrent dans la grande Histoire m'ont toujours particulièrement intéressée. Nicole Girard-Mangin avait donc tout pour m'attirer. Son histoire est tout à fait remarquable, mais quelque part un peu insuffisante. L'ouvrage est très court et interrompu par de courts chapitres parlant de Nicole sur la fin de sa vie, ses sentiments et sa détresse. Ces interludes coupent l'histoire sans y ajouter profondément de contenu, comme s'il fallait ajouter de l'émotion à une vie extraordinaire.

Nicole Mangin a été mobilisée comme médecin pendant la guerre de 14-18. Erreur administrative au départ, le docteur Mangin tient à se rendre utile et à ne pas s'en laisser conter, simplement parce qu'elle est une femme. C'est un récit féministe, engagé, peut-être un peu trop pour raconter proprement le courage extraordinaire de ce médecin pendant la guerre. En l'affichant avant tout comme un porte-étendard du féminisme, on met un peu en retrait les actions remarquables.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

1919. Nicole Girard-Mangin qui sent sa dernière heure venir, revient sur sa vie.

Rejetant la voie toute tracée réservée aux femmes, elle a voulu faire des études de médecine. Elle les interrompues par amour, presque malgré elle, lorsqu'elle se marie. Hélas le bonheur sera de courte durée. Consciente de ce qu'elle a abandonné, trahie par celui qu'elle a choisi, elle demande le divorce, revient à Paris avec son fils, reprend ses études de médecine et valide une thèse sur le cancer, maladie dont décède sa mère le jour même de sa soutenance. Nicole renonce à travailler sur le cancer et décide d'aider les femmes en travaillant sur la tuberculose. Lorsque la 1re guerre mondiale arrive, une erreur administrative propulse Nicole médecin sur le front. Sa volonté, sa force de caractère et sa répartie seront ses armes pour faire face à la misogynie des médecins.

Cette biographie romancée de la seule femme médecin de l'armée française pendant la Grande guerre est non seulement un hommage à cette grande dame, mais aussi aux soignants, hommes et femmes, qui ont essayé de distribuer un peu d'humanité dans cet enfer. Une vie de combat pour cette grande médecin féministe, vie qui ne s'est pas construite sans sacrifices, et qui s'est éteinte dans la solitude.

La plume de Cécile Chabaud se fait poétique, comme pour instiller un peu de douceur dans ce chaos. Elle dresse un portrait de femme attachant. Elle nous la dépeint dans toute sa force et sa fragilité : forte face à un monde de machos, fragile dans sa maternité et son ressenti face à son impuissance parfois à soulager les blessés, à ne pouvoir tous les sauver.

Chaque chapitre du récit chronologique de la vie de l'héroïne, en forme de mémoires, est introduit par une ou deux pages de réflexions, sur un style assez poétique sur la vie. Les chapitres sont sur un style narratif classique, fluide, plaisant.

En 1916 Nicole Girard-Mangin sera nommée directrice de l'hôpital-école Edith Cavell. Elle est aussi à l'origine de la création des assistantes sociales telles que nous les connaissons aujourd’hui. Elle qui fut l’amie de Marie Curie, iIl aura fallu attendre 2021 pour que son travail soit reconnu et que Nicole Girard-Mangin se voit attribuer la médaille d'honneur du service de santé des armées.

Un destin et une femme remarquables. Un très beau roman.

Merci à NetGalley et aux Editions L'Archipel pour cette très belle et enrichissante lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :