Perpendiculaire au soleil

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 31 août 2022 | Archivage 29 août 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Perpendiculaireausoleil #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

À 19 ans, Valentine Cuny-Le Callet entame une correspondance avec Renaldo McGirth, un condamné à mort américain. Au fil de leurs échanges, nait un projet de récit graphique d'une intense émotion.

Au travail au crayon et en gravure sur bois, se mêlent des images singulières, colorées, qui parlent de la beauté du monde, qui ont vu le jour dans des conditions extrêmes.Témoignage bouleversant sur une amitié naissante, ce récit se penche sur la brutalité du système carcéral, et la ténacité avec laquelle les condamnés reconstruisent leur vie, depuis une cellule de cinq mètres carrés.

À 19 ans, Valentine Cuny-Le Callet entame une correspondance avec Renaldo McGirth, un condamné à mort américain. Au fil de leurs échanges, nait un projet de récit graphique d'une intense émotion.

Au...


Formats disponibles

ISBN 9782413044932
PRIX

Disponible sur NetGalley

Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

J'ai dévoré cette bande dessinée en 2 jours, j'ai été totalement submergée par les émotions puissantes qui ressortent de cet ouvrage. .

Certains dessins sont durs et je ne suis pas vraiment habituée à ce style graphique mais j'y ai trouvé une attraction particulièrement enivrante. Le mélange des dessins, des styles, procurent un charme à ce livre et une authenticité brute !

J'ai été touchée par cette histoire, par ce vécu douloureux et cette correspondance avec Renaldo. On s'attache, on écoute, on est souvent sans voix face à ce qu'on peut lire parce qu'en soit aucun mot ne saurait vraiment décrire le choc que j'ai pu ressentir à certains moments.

Le livre nous fait découvrir le milieu carcéral, les injustices et le racisme au sein d'une société et d'une prison. Il est certain que cette bande dessinée me marquera à jamais, elle laissera une empreinte qui restera dans ma mémoire. Je n'ai pas les mots face à l'absurdité de certains faits, face à la violence de d'autres. A travers ce récit j'ai pu découvrir des noms et des visages que je ne connaissais pas mais qui seront désormais familiers. J'ai fait des recherches, j'ai voulu en savoir plus, j'ai voulu m'instruire parce que j'estime que c'est important de voir et comprendre.

On ressent chaque émotion et 'l'importance de chaque petits moments à travers le récit de Renaldo et de Valentine Cuny-Le Callet. Pour moi cette bande dessinée est importante, elle est puissante et nécessaire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quelle claque, ce roman graphique fait parti de ces récits fictionnels ou non comme pour celui-ci que l'on referme et qui résonnent et résonneront encore longtemps en nous tant ils nous amènent à nous poser des questions sur nous, notre société....
Dans ce gros volume de plus de 400 pages couvertes d'illustrations d'un noir profond (seules deux planches sont colorées), la noirceur des traits nous rappellent sans cesse la noirceur de l'humanité. Si l'autrice utilise cette teinte pour nous raconter la relation presque uniquement épistolaire qu'elle partage avec Renaldo McGirth, un jeune condamné à mort, c'est bien de la lumière qu'elle véhicule. On ne peut sortir indemne de cette lecture.
Bien sûr, le sujet de la peine de mort sera polémique et suscitera pour beaucoup de vifs débats. De même, les pro peine capitale ne daigneront pas ouvrir cet ouvrage. Néanmoins, pour nombre de lecteurs, cette expérience de lecture apporte d'innombrables détails sur les conditions dans lesquels les détenus sont traités outre Atlantique.
Valentine Cuny-Le Callet, jeune illustratrice, nous offre un magnifique et bouleversant ouvrage. J'ai hâte de découvrir ce qu'elle nous réserve à l'avenir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman graphique poignant et autobiographique sur les échanges entre une étudiante française et un afro-américains incarcéré à vie. C'est un immense coup de coeur. Il fait parti de ces romans graphiques qu'on n'oublie pas. C'est beau, c'est plein d'espoir et ça donne envie de se battre contre le monde. Valentine Cuny-Le-Callet nous livre là une histoire pleine d'humanité.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman graphique est une vraie claque. C’est l’histoire vraie d’une correspondance entre une jeune femme et un homme dans le couloir de la mort. Le texte est mis en valeur par des illustrations absolument sublimes, qui permettent de plonger dans cette ambiance particulière du couloir de la mort. C’est aussi un texte engagé contre la peine de mort, qui prend tellement sens aujourd’hui encore, et même en France où elle est parfois remise en question. C’est une lecture profonde qui permet une réflexion certaine, c’est percutant ! Je ne peux que conseiller cette lecture, évidemment je le conseillerai au CDI de lycée et à tous mes collègues ! Je suis vraiment très reconnaissante d’avoir pu découvrir ce roman graphique, que je m’offrirai à coup sûr ! Merci à NetGalley et Delcourt !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après la lecture de cet immense récit graphique, il me faut m’atteler à l’écriture de cette note de lecture et j’ai du mal à savoir par où commencer. Peut-être tout simplement en disant tout le bien que je pense de cette première œuvre de Valentine Cuny-Le Callet. Elle n’a pas choisi un sujet facile pour se lancer, mais un sujet qui lui tient à cœur, puisque cette jeune femme d’aujourd’hui 26 ans entretient depuis l’âge de 19 ans une correspondance avec Renaldo McGirth, un homme détenu dans le couloir de la mort d’une une prison de Floride. Ce récit graphique retrace la genèse de cette correspondance et ses étapes, la façon dont les liens se sont peu à peu tissés, ce qu’ils s’apportent l’un à l’autre. Et bien sûr, en parallèle, on découvre l’histoire de Renaldo McGirth et de ses démarches pour tenter d’obtenir la révision de son procès, ainsi que des données ou des réflexions sur la peine de mort telle qu’elle est pratiquée aux Etats-Unis, sur le système carcéral en général et sur le rôle du racisme institutionnalisé dans tout cela.
Et pour servir ce propos touffu (je dirais presque trop touffu, et parfois un peu décousu, comme si l’autrice avait voulu tout mettre dans cette première œuvre, plutôt que d’en resserrer le propos. Ce sera ma seule réserve et elle est bien minime), le travail graphique de Valentine Cuny-Le Callet est tout simplement époustouflant. Elle est étudiante en art plastique et elle met tout son art au service de son propos. Les illustrations sont, à quelques exceptions près (qui sont toutes des dessins de Renaldo McGirth), en noir et blanc. Ce sont soit des dessins soit des gravures, ce qui crée une alternance entre des dessins aux traits impérieux et d’autres aux traits plus sinueux, entre des dessins faits de grands aplats noirs et des dessins fourmillant de détails. Il est dit que le livre est écrit et dessiné à quatre mains (mais seule Valentine Cuny-Le Callet est créditée en tant qu’autrice pour des raisons expliquées en prologue du livre), mais je n’ai pas su distinguer les dessins de Valentine et ceux de Renaldo, c’est troublant.
En un mot, la forme est donc magnifique, le fond est tour à tour émouvant, révoltant, intime, philosophique, factuel, moral, et toujours prenant. J’ai été happée par ce livre, incapable de le sortir vraiment de mon esprit pendant les quelques jours qu’il m’a fallus pour le lire et qui me trotte encore dans la tête plusieurs jours après sa lecture. C’est un livre exigeant, qui demande du temps et de l’attention pour être apprécié à sa juste valeur, et c’est à mon avis une immense réussite que cet ouvrage. Il fallait un certain culot pour se lancer dans ce projet, un certain culot pour l’éditer aussi je pense, mais j’espère que ce culot se révélera payant et que cet ouvrage rencontrera le succès qu’il mérite.

<i>Merci aux éditions Delcourt de m’avoir permis de lire ce livre, </i>via<i> netgalley. Au risque de me répéter, je souhaite beaucoup de succès à ce récit graphique et à ses auteurs.</i>

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Valentine Cuny-Le-Callet a 19 ans quand elle commence à correspondre avec Renaldo McGirth, condamné à mort de Floride. Leurs échanges se transforment petit à petit en amitié. A travers cet album, Valentine raconte son histoire avec Renaldo. le jeune homme a passé toute sa vie d'adulte en prison et est condamné à mort.
Avec ses dessins quasi exclusivement en noir et blanc, cet album est visuellement très beau. Et les touches de couleurs qui émaillent quelques planches n'en sont que plus spectaculaire.
Côté contenu, Valentine prend le parti de ne jamais jugé Renaldo. Elle présente le jeune homme enfermé par un système injuste, limité dans une cage de 5 m². Elle montre les difficultés pour échanger du courrier, les limitations absurdes, les rejets parfois arbitraires. Elle montre aussi Renaldo, parfois optimiste, parfois sombre, dépassé par le système et pourtant lucide sur ce qui lui arrive. Et l'album se termine sur des détails autour de la peine de mort et des histoires autour du traitement des détenus. Mais elle finit surtout avec l'explication du titre, merveilleuse expression propre à Renaldo et qui résume tellement bien sa situation.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Perpendiculaire au soleil est un roman graphique de Valentine Cuny-Le Callet qui va nous faire part de sa correspondance avec Renaldo McGirth, un condamné à mort.
Dans ce roman seront abordées la peine de mort et les conditions de vie des prisonniers. L'auteure ne prend pas parti du prisonnier, mais plutôt de l'être humain et peu importe ce qu'il a pu faire. Le tout est illustré avec énormément de dessins, de sérigraphies ce qui donne vraiment un côté très artistique à cet ouvrage. Un très bon livre qui offre une réflexion sur ce genre de condamnation en ouvrant des pistes mais sans toutefois donner de réponse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :