Jouer, trahir, crever

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 1 sept. 2022 | Archivage Aucune
ELIDIA, Editions du Rocher

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Jouertrahircrever #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Au cœur de ce roman : Alexandre Villaplane, capitaine de l'équipe de France de foot lors de la première coupe du monde. Le Zidane (ou Michel Platini) du début des années 1930 : une star du ballon rond.

Villaplane a connu la gloire et les paillettes avant, lentement, insidieusement, de se perdre. Dans les combines et la petite délinquance, tout d'abord, alors que le monde du football hésite encore entre amateurisme marron et professionnalisme. Plusieurs fois, Celui que l'on surnomme "Le bel Alex" est passé par la "case prison". Puis les loups allemands sont entrés dans Paris. Alors que la France est occupée, Villaplane va achever sa perdition.

Acteur majeur de la Collaboration, Alexandre est membre de la tristement célèbre bande de la rue Lauriston (officine de la Gestapo française, appelée aussi La Carlingue), dirigée et incarnée par Henri Lafont et Pierre Bonny. Un truand et un policier révoqué, qui ont réuni autour d'eux un mélange de malfrats, d'opportunistes et d'aventuriers. Tous seront le bras armé français des nazis, multipliant les exactions, arrestations, tortures, assassinats. Tout en menant la grande vie, entre restaurants à la mode, clubs privés, filles (et argent) faciles. Jusqu'à quel point Villaplane s'est-il compromis ? Sa chute finale nous donne une part de la réponse. Le 27 décembre 44, après un procès "historique" méconnu, il est parmi les "Douze salopards" de la Carlingue fusillés au fort de Montrouge.

Au cœur de ce roman : Alexandre Villaplane, capitaine de l'équipe de France de foot lors de la première coupe du monde. Le Zidane (ou Michel Platini) du début des années 1930 : une star du ballon...


Note de l'éditeur

De footballeur à gestapiste, l'histoire d'une chute.

De footballeur à gestapiste, l'histoire d'une chute.


Actions promotionnelles

. Une période sombre de l'Histoire de France qui, toujours, de Robert Merle à Olivier Guez, en passant par Modiano, passionne en librairie.

. Livres miroirs : "Limonov" d'Emmanuel Carrère, "La Disparition de Mengele", de Olivier Guez, "HHHH", de Laurent Binet, etc.

. Un récit ancré dans le réel, qui s'appuie sur un minutieux travail de recherche historique.

. Une narration clinique qui nous restitue les failles d'un homme, ses ombres et ses lumières.

. Un roman qui reconstitue avec la plus grande des minuties les décors des années 30/40.

. Un roman qui a tout pour être adapté sur grand ou petit écran.

. Une période sombre de l'Histoire de France qui, toujours, de Robert Merle à Olivier Guez, en passant par Modiano, passionne en librairie.

. Livres miroirs : "Limonov" d'Emmanuel Carrère, "La...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782268107752
PRIX 18,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Les premières années de la vie d’Alexandre Vialatte , ce sont les années passées en Algérie avant le retour à Marseille .
Très vite , il brille dans le foot , le sommet de sa carrière ce sera d’être capitaine de l’équipe de France , la rencontre avec sa future femme Nicolette , la naissance de sa fille .
Puis déjà commence la dégringolade , les magouilles , l’argent facile , les petites combines , le parcours de la petite délinquance qui rapidement va prendre une vitesse supérieure .
Puis arrive l’innommable, la guerre et la collaboration .
C’est un personne qui m’a fasciné , sur lequel je me suis posé beaucoup de questions , est -il immature , instable , influençable ? Il semble tellement différent du milieu du grand banditisme dans lequel il finit par tomber .
Il est accro comme on pourrait le dire aujourd’hui, accro à l’argent, malgré tout il y a du bon dans cet homme , son amour pour sa fille , le fait qu’il finisse par reconnaître son fils Alex .
Il m’a semblé souvent dépassé par les événements, j’ai toujours cherché au fil de ma lecture son humanité .
J’ai beaucoup aimé le chapitre où l’auteur parle de son grand-père, la honte de la famille , l’impossible réconciliation.
Un beau roman très bien écrit .

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Moi qui aime les histoires vraies j’ai été servi ! Avec ce roman nous avons une sorte d’hybride entre roman historique (l’Histoire avec un grand H) et biographie. La biographie de ce héros national de football français qui va lentement mais sûrement se diriger vers sa propre perdition en trafiquant avec l’occupant nazi.
J’ai aimé le non manichéisme de l’auteur qui ne cherche pas un monstre mais tout simplement un homme avide de pouvoir et d’argent prêt à « casser des œufs » pour avoir une omelette peu ragoutante… Et avec ce souci de réalisme caractéristique de son écriture, le narrateur nous fait revivre des morceaux de la grand histoire (avant guerre et occupation) propre à séduire toute personne curieuse du déroulé d’une autre époque pas si lointaine.
On a presque l’impression de parcourir un documentaire historique, on y écoute l’auteur faire ses démarches auprès des archives, tenir en main des photographies pour nous les décrire, bref on sent le chercheur passionné qui court derrière son personnage. Un personnage énigmatique, obscur et corrompu qui aura connu le ciel pour descendre lentement en enfer. Un roman très appréciable qui a le don de nous faire encore penser à cette histoire une fois la dernière page refermée, à ce Villaplane égaré qui a vu sa chute d’un regard groggy.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il aurait pu rester un dieu du ballon rond ! Il aurait pu être le “chéri de ces dames”, n’était-il pas considéré comme beau gosse ? Il aurait pu être valeureux mais il fut veule !

Il aurait pu réfléchir à ce qu’il faisait mais il a préféré céder aux sirènes de l’argent facile et au pouvoir du bourreau, après n’avoir été qu’un voyou et une petite frappe ! Lâche jusqu’au bout pour n’avoir pas su s’éloigner de la pègre avant qu’il ne soit trop tard ni assumer ses actes !

Ecrit sans manichéisme ce roman biographique historique, se lit aisément bien que je ne me sois pas sentie très propre tout au long de sa lecture !

C’est une histoire de la France qui a été écrite par beaucoup de monde, même si la majorité des collabos n’a pas été aussi loin dans l’abjection que Alexandre Villaplane et d’une manière aussi désinvolte !

J’ai beaucoup aimé les parties personnelles de l’auteur quand il a fait ses recherches, quand il a parlé de sa famille et de la honte avec laquelle il faut vivre et qui pèse sur les épaules de ceux qui sont nés dans l’après-guerre ! Il a fait preuve de sensibilité et de délicatesse, celles qui ont tant manqué à Villaplane !

#Jouertrahircrever #NetGalleyFrance #rentreelitteraire2022

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il y a bien écrit roman sur la couverture de ce texte.
Un beau titre, "jouer, trahir, crever", qui traduit tout à fait la vie d' Alexandre Villaphane. Personnage réel qui a une vie, digne d'un roman ou d'une saga. Né en Algérie, il vient s'installer avec ses parents à Séte. Espoir de football, il intègre l'équipe de la Ville. C'est sa période "jouer" : le football des années 30 est très bien décrit, on parle d'amateurisme marron, les joueurs sont amateurs mais bénéficient d'avantages, appartement offert, emplois fictifs ... La première coupe du monde de football voit le jour en juin 1930 avec des matches à Acapulco. Notre jeune Alexandre est le capitaine de cette première équipe de France pour la première coupe de France. Il devient alors une vedette. Puis apparaissent les premières équipes professionnelles. le bel Alex flambe sur les terrains mais aussi dans les soirées d'après match, sur les champs de courses.
Puis c'est la guerre et l'occupation. Cette fois, c'est "trahir". Trahir sa famille, il quitte sa première femme et sa fille, Jacqueline, qu'il n'aura de cesse de connaître, aura une liaison courte avec une femme qui aura un fils, qu'il ne connaîtra presque pas. Il va trahit ses amis du football et ne retrouvera pas une place de joueur ou d'entraîneur. Il va d'abord vivre de petites escroqueries, des escroqueries dignes des aventures des pieds nickelés (trafic de bijoux..) ce qui va lui valoir quelques séjours en prison. Mais il va surtout faire des rencontres avec des escrocs et en particulier, Henri Laffont, un personnage digne des meilleurs romans policiers. Et il va trahir son pays, en faisant partie de la bande à Laffont et Bonny. Lors de l'occupation, les occupants vont "utiliser" les réseaux mafieux pour mettre en place leur répression économique. de sacrées pages sur le bureau du 93. Et la trahison va aller jusqu'à la création des fameuses brigades nord africaines, qui vont sévir dans les années 44 en Dordogne, en particulier.
Puis "crever" pour les dernières années de sa vie, il va essayer de fuir en faisant un dernier coup mais va être rattrapé et va faire partie des fusillées en décembre 1944. l est parmi les "Douze salopards" de la Carlingue fusillés au fort de Montrouge. Mais clamera qu'il n'était qu'un escroc et n'aurait pas agi par idéologie.
Ce premier roman m'a beaucoup impressionné car il parle très bien de cette époque, à travers des personnages réels et des épisodes vrais. Tout est vrai dans ces "petites histoires" et dans la grande Histoire. J'ai appris beaucoup d'épisodes sur ces années, et j'ai même été intéressée par le monde du football des années 30. J'ai découvert l'existence des fameuses brigades nord africaines qui ont sévi dans le Sud de la France, dans les années 44.
Ce texte est jalonné de personnages réels, et certains pourraient faire l'objet de textes : Violette Morris une des premières sportives femmes, des années 20 et qui a été interdite de jeux et qui a tenu un magasin d'accessoires automobiles, en banlieue parisienne. Henri Laffont, sacrée figure de parrain français et qui associé à Pierre Bonny, un ancien policier, va créer la Gestapo. Laffont, enfant de la balle, va devenir un Parrain, avec son fameux bureau du 93 et organiser de sacrées soirées mondaines dans son hôtel particulier de Neuilly. Lors de son procès, avant son exécution, il aurait déclaré "je ne regrette rien, Madame, quatre années au milieu des orchidées, des dahlias et des Bentley, çà se paie !". Sa dernière compagne, qui aime mener la belle vie et ne se questionne pas trop sur ces activités et qui sera incarcérée et condamnée pour complicité, tout de même (!!).
Ce roman récit est surtout le portrait d'un homme ordinaire, de joueur de foot à escroc collaborateur.
J'ai aimé ce texte historique et ne suis pas sûre qu'il s'agisse d'un roman mais plutôt d'un récit historique car le narrateur-auteur raconte ses recherches, dans les archives, dans des témoignages .
Un de mes coups de coeur de cette rentrée littéraire 2022.
#Jouertrahircrever #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :