T'Zée

Une tragédie africaine

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 6 mai 2022 | Archivage 31 mai 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #TZée #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

 Au fond de la forêt équatoriale, dans le palais de T’Zée, la rumeur enfle. Le vieux dictateur aurait été tué. Alors que le pays s’enfonce dans le chaos d’une guerre civile, les membres du clan présidentiel vivent les derniers moments d’un régime corrompu qui disparaît. Le destin d’Hippolyte, fils de T’Zee, croise une ultime fois celui de Bobbi, la jeune épouse du dictateur porté disparu : se révèle alors un amour impossible et monstrueux. Dans la touffeur de la nuit africaine, voici le crépuscule d’un pays imaginaire, magistralement raconté par Appollo et Brüno.

Au fond de la forêt équatoriale, dans le palais de T’Zée, la rumeur enfle. Le vieux dictateur aurait été tué. Alors que le pays s’enfonce dans le chaos d’une guerre civile, les membres du clan...


Formats disponibles

FORMAT GF cartonné
ISBN 9782205089752
PRIX 22,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

T’zée c’est l’histoire d’un dictateur à la tête d’un pays africain imaginaire face à la rébellion. On y croise sa jeune épouse, son fils et toutes les personnes qui gravitent autour de lui.

Intrigue 💛💛💛
Personnages 💛💛💛
Réalisme 💛💛💛💛
Dessins 💛💛💛

-> Entre historique et imaginaire
J’ai été un peu perdue au début de cette lecture car je n’arrivais pas à comprendre de quel pays il s’agissait ni quel était le degré de réalisme… jusqu’à ce que je relise le résumé. À partir de là j’ai mieux compris ce que voulaient exprimer les deux auteurs et j’ai trouvé le principe très intéressant et bien fait. Même si le pays est imaginé on comprend à la fin qu’il est fortement inspiré de l’histoire africaine mais aussi d’un Etat en particulier. Les notes de fin sont à lire.

Le genre historique, même sous forme de bande dessinée, n’est vraiment pas ma spécialité mais j’ai passé un bon moment même si certains passages m’ont moins intéressée que d’autres.
On sent surtout l’amour des auteurs pour l’Afrique mais aussi la volonté de montrer les schémas qui se répètent, les contradictions, les dictatures, la guerre civile...

-> Des dessins agréables
Ce n’est pas vraiment mon style de dessin mais je trouve qu’il est particulièrement adapté à l’histoire et au genre. J’ai surtout aimé l’utilisation des couleurs, certaines pages mettent en valeur une seule couleur et toutes ses nuances. Il en ressort même une ambiance un peu mystique.

Cinq actes pour une tragédie africaine qui mérite d’être découverte, même si comme moi ce n’est pas votre genre de prédilection.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un magnifique album sur la revolution en Afrique centrale. Quand un dictateur disparait tout son entourage se remet en question. Fuir ou combattre, aimer ou hair, dissimuler ou assumer sont autant de choix auxquels tous se confrontent.
Le dessin de Brüno, magnifique encore une fois, s'adapte selon le récit.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Appollo et Brüno ont pris le parti de raconter l’histoire d’un pays africain fictif dans lequel Gdao est devenue la ville symbole de la toute-puissance de son dirigeant, T’zée : en effet, l’homme, devenu dictateur, a fondé, en pleine forêt équatoriale, un palais et une ville à l’image de sa démesure, ne faisant qu’amplifier la grogne de la population, déjà malmenée par son dirigeant. Et c’est lorsque la révolte a déjà pris le pas sur la grogne, que la dictature est sur le point de tomber sous les groupes rebelles du pays et de pays africains alentour, que nous rencontrons non pas T’zée, mais son épouse, Bobbi, jeune femme de 25 ans sa cadette, épousée en secondes noces après le décès tragique de Mama Maréchale, sa première femme, et son fils, Hippolyte, rentré d’Europe depuis peu. Car T’zée est lui-même en mauvaise posture, dans l’attente de la réalisation de son destin.
Son destin, il l’a irrémédiablement changé lorsqu’il a fait le choix de s’emparer du pays par la force, après l’obtention de son indépendance, en se débarrassant de ceux qui étaient à l’origine de cette indépendance. De ce choix a découlé une malédiction portée par l’esprit des eaux, touchant progressivement sa famille, jusqu’au jour où Bobbi, dans l’attente du retour de son mari, se rend compte qu’elle est éperdument amoureuse d’Hippolyte.

Dès ce nom du fils, vite confirmé par l’évocation de l’amour éprouvé par Bobbi pour son beau-fils, T’zée nous entraîne dans les pas de Phèdre, tragédie antique particulièrement bien transposée au récit du crépuscule d’une dictature africaine, jusqu’au choix de décomposer l’intrigue en cinq actes : ainsi, un des récits emblématiques de la culture occidentale fusionne parfaitement avec les récits de culture africaine, en ce que chacun place au centre la toute-puissance des divinités, des esprits, et leur rôle sur le destin des humains, même les plus puissants.

Histoire d’une tragédie particulièrement bien mise en valeur par les graphismes alternant entre des tons plus ou moins sombres selon les situations racontées, mais toujours avec des couleurs assez vives, entre chaud et froid, chaud pour l’apogée de la dictature, froid pour son crépuscule. Graphismes au plus proche des comics, que je n’avais pas trouvé particulièrement pertinents quant à L’homme qui tua Chris Kyle – autre bande-dessinée graphiquement réalisée par Brüno -, mais qui, ici, font particulièrement sens.

T’zée est en somme une bande-dessinée que j’ai franchement apprécié, tant dans le fond que sur la forme, riches et cohérents. Je remercie les éditions Dargaud et NetGalley de m’en avoir permis la découverte dans le cadre du Challenge NetGalley 2022.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :