L'Évangile de la colère

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 21 avr. 2022 | Archivage 6 juil. 2022
Hugo Publishing, Hugo Thriller

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LÉvangiledelacolère #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

" Ghislain Gilberti est un écrivain stratosphérique : bienvenue dans le monde maléfique de l'un des plus grands auteurs de polars contemporains. "Gérard Collard, La Griffe noire

Au commencement, il y eut un enfant.

Le petit Gabin Schwartz. Six ans. Son corps retrouvé dans un parc. Exsangue.

Puis ce fut un agriculteur. Enterré vivant. Son index désignant le ciel.

Puis un marchand ambulant, écrasé sous son stock.

Sale baptême du feu pour Seth Kohl, le chef du groupe chargé de l'enquête à la Brigade criminelle du SRPJ de Versailles. Comment avancer quand rien ne relie les victimes entre elles ?


Alors que les corps s'accumulent, un lien se dessine enfin, inattendu, fragile et incomplet : le tueur pourrait bien s'inspirer des Danses macabres, ces fresques que l'on retrouve dans les vieilles églises, ou dans les bibliothèques des collectionneurs.

Mais chaque série de tableaux est différente. Laquelle est la bonne ? Le temps presse, et Seth Kohl est assailli par ses propres démons, qui l'invitent eux aussi à quelques pas de danse avec la mort...

" Ghislain Gilberti est un écrivain stratosphérique : bienvenue dans le monde maléfique de l'un des plus grands auteurs de polars contemporains. "Gérard Collard, La Griffe noire

Au commencement, il y...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782755693812
PRIX 19,95 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Comme toujours dans les romans de Ghislain Gilberti, tout n’est pas noir ou blanc. Il n’y a pas de héros et de méchants. Les gardiens de la loi ont aussi leurs failles, leurs troubles et nombres de casseroles à leurs pieds. De même que les tueurs ont leurs raisons. C’est toujours dans cette psychologie que nous plonge l’auteur. Dans L’évangile de la colère, le vilain n’est pas pointé du doigt ni condamné, mais nous plongeons dans sa tête pour comprendre son cheminement, l’origine de ses dérapages. Quant aux policiers, ce sont encore une fois des personnages forts, au passé cabossé, aux interventions borderlines. Personne n’est parfait, personne n’est irréprochable.

Néanmoins, je retrouve ce que j’ai aimé dans la Trilogie des Ombres, une écriture précise, de l’action et beaucoup de rebondissements. Nous sommes plongés au cœur de l’enquête du groupe d’investigations de Seth Kohl. Une enquête très prenante en temps, mais aussi mentalement et physiquement car les différents policiers impliqués vont être rudement malmenés.

L’évangile de la colère nous emmène dans la noirceur des fanatiques, du mystique au sein d’une famille décomposée et marquée par les additions, les handicaps. En parallèle à l’enquête principale, Seth Kohl va mener sa vendetta pour régler une vieille affaire. Entre le suivi de l’enquête, les meurtres décrits par le tueur et la vengeance du commandant, vous l’aurez compris, nos méninges n’ont pas le temps de se reposer !

Ghislain Gilberti signe un polar des plus captivants malgré la noirceur et la violence qui s’en dégage. Avec L’évangile de la colère, il démontre une fois de plus tout son talent d’écrivain en mettant un côté feuilletonnant à ses romans. En effet, nous retrouvons d’autres personnages déjà connus dans d’autres romans. Mais rassurez-vous, s’il s’agit de votre premier roman de Ghislain Gilberti, vous ne serez pas perdus. Ou en tout cas, pas à cause de ça !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai saisi l'occasion offerte par NetGalley pour lire à nouveau du Ghislain Gilberti. J'avais lu de lui Le Bal des ardentes et Le Festin du serpent, voilà longtemps. Eh bien il n'a pas changé. Il met toujours en scène des flics très très limite avec la loi mais très investis dans leur(s) mission(s). Des policiers hors-normes à la hauteur des tueurs qu'ils traquent.
Ici, un assassin qui semble choisir des victimes au hasard, seules quelques empreintes de pas assurent le lien au départ, jusqu'à ce que la vérité mystique apparaisse. Le tueur s'inspire de scènes de Danse macabre, et sa cohorte de victimes qui est un échantillonnage de la société. De l'enfant jusqu'au vieillard. Du SDF au très fortuné. Les scènes de meurtres sont courtes, scénarisées, et le délire religieux de celui qui se prend pour la main de Dieu, un Dieu vengeur et colérique, bien écrit - on mesure bien son degré de folie.
La traque a lieu, faisant au passage des dégâts dans l'équipe de policiers de la SRPJ de Versailles menée par Seth Kohl, lui-même sur le chemin de la rédemption (surnommé le Zombie, ancien militaire, ancien ou presque toxico, qui tue de sang-froid et pas toujours en légitime défense : on a bien dit qu'ils étaient limite) et Céline Fauvel, aux talents de psy utiles en interrogatoire. Cette dernière, chargée au départ de le surveiller (il est là question de loyauté envers l'Institution), a du mal à canaliser son partenaire de travail (puis dans la vraie vie). De la nitroglycérine, ce flic-là ! Mais Kohl ne vit que par le travail policier, c'est ça qui le civilise, dit-il - on n'ose imaginer ce qu'il adviendrait s'il retournait à la vie civile.
L'enquête rebondit plusieurs fois, ou, dirions nous, ressuscite, pour rester dans la thématique. Le tueur "neutralisé" semblait bien ne pas agir seul. Sortent du bois ses demi-frères, un freluquet et un handicapé... Lequel des deux ? Œuvrent-ils de conserve ? Qui est la tête pensante ? Le récit est palpitant ! ça défouraille à tout va, les enquêteurs sont tellement frustrés d'être face à une hydre criminelle. Dès qu'on tue un assassin, il en repousse deux !
On est heureux de renouer avec le Gilberti qu'on avait tant apprécié avant de le perdre de vue. On retrouve aussi fugacement Cécile Sanchez, héroïne des débuts, en mauvaise posture ici, ce qui donne envie d'aller voir ce qui s'est passé dans les romans qu'on a loupés. En revanche, les parties consacrées à la vendetta personnelle de Kohl étaient moins palpitantes, la guerre des polices et la corruption endémique au sein des services n'a pas la même aura sulfureuse qu'un tueur mystique, avouons-le.
On se réjouit aussi de voir l'auteur signer chez Hugo, ce qui lui permettra une meilleure exposition, lui qui fait partie des meilleurs auteurs français dans ce type de polars : violents, mystiques, hyper noirs. Des romans feuilletonnants aussi, car on retrouve des personnages de précédentes enquêtes, mais l'auteur trouve la juste mesure pour ne pas trop en dévoiler.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Coucou bonjour les amis lecteurs me voici avec un nouveau livre : L'Evangile de la colère de Ghislain Gilberti des éditons Hugo Publishing .
Le commandant Kohl Seth surnommé le Zombie va reprendre le travaille après un long passage dans le vide .
Il va rentrer dans une autre brigade la criminelle la SRPJ de Versailles oui il va faire son baptème du feu , le chef du groupe chargé de l'enquête criminelle , va vite le mettre a l'aise .
Il va devoir avec son équipe faire des recherches car le premier mort est un enfant , le deuxième est un agriculteur avec un doigt vers le ciel puis cela s'accumule , ils vont voir que les morts non rien entre eux qui les relis .
Ils vont devoir faire face a cela et vont s'apercevoir que cela fait face a de vieux tableaux biblique et que chaque mort représente un tableau .
Donc ils vont devoir traquer ce malade qui se prend pour la main de Dieu , un assassin qui semble choisir ses victimes au hasard , seules quelques empreintes se pas assurés le lien au début jusqu'à la vérité mystique apparaisse aux yeux de cette équipe .
L' enquête rebondit plusieurs fois , la traque commence et va faire au passage des dégâts dans l'équipe de policiers de la SRPJ de Versailles Vont ils arriver a attraper l'assassin ou les assassins ?
vraiment j'ai aimer lire ce policier très prenant .
La thématique de cette histoire est très bien concu par l'auteur avec une belle écriture avec un rythme effréné et un suspens jusqu'au bout .
J'ai vraiment été happer par cette histoire et me suis attacher au personnage de Seth Kohl ou il doit lutter pour ne pas retomber dans ces anciennes habitudes qu'il le détruise .
Vraiment un bon policier qui nous prend aux tripes sans exception.
Ce policier est psychologique et mystique .
Je remercie NetGalley ainsi que les éditions Hugo Publishing de m'avoir permis de lire ce beau policier que j'ai beaucoup apprécier .
Je le recommande vivement vous passerez un agréable moment de lecture .
Ma note : 5/5
ce

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une série interminable de crimes atroces terrorise la banlieue parisienne : cela commence par un enfant de six ans découvert égorgé dans un parc. Puis un agriculteur enterré vivant, l’index pointé vers le ciel… Des victimes que rien ne relient entre elles, un mode opératoire qui diffère systématiquement, des lieux choisis d’une façon qui semble tout à fait aléatoire… Un tueur en série atypique dont le profil laisse perplexe Seth Kohl, le nouveau chef de groupe qui vient d’intégrer la brigade criminelle du SRPJ de Versailles. Une enquête déroutante également pour la capitaine Céline Fauvel, qui met à profit ses compétences psychologiques au service de la police et qui a plus d’une corde à son arc… Leur ténacité sera récompensée et ils se lanceront sur une piste où le fanatisme religieux d’un tueur habité par une mission divine les entraînera dans une danse avec la mort.

Un prologue musclé et éloquent vous donne la mesure de l’univers de Ghislain Gilberti: les scènes de violence sont si détaillées que l’on croirait voir le ralenti d’un film d’action. De quoi frapper fort dès le début, comme un clin d’œil à la trilogie des ombres. Le déroulement de ce thriller prend ensuite des allures plus classiques, notamment avec un tueur qui puise son inspiration des Danses macabres de Holbein le Jeune, et cette direction m’a beaucoup plu, car cet enchainement de crimes sordides et démesurés mise en parallèle avec les illustrations médiévales m’ont tenu irrémédiablement en haleine!

Si je n’ai pu m’empêcher de comparer avec ce que j’avais déjà lu de l’auteur et trouvé la première partie du roman moins dense que l’incomparable Sa majesté des Ombres, l’intrigue de l’Evangile de la colère est véritablement diabolique car lorsque l’on pense trouver les choses un peu trop faciles, l’auteur entame avec maestria la deuxième partie et là le récit se corse sérieusement ! Enfer et damnation, cette colère là n’habite pas seulement le psychopathe de service, auteur des terribles meurtres qui jalonnent l’intrigue mais aussi (et surtout) des personnages qui sont du bon côté de la loi, à savoir les enquêteurs, les membres des forces de l’ordre. Sous la plume pointilleuse de Ghislain Gilberti naissent des psychologies complexes et torturées, pour qui la frontière entre le bien et le mal semble floue et où le désir de vengeance est exacerbé et impérieux. Faire un bout de chemin avec Seth Kohl c’est partager son caractère borderline, être pris au piège avec lui de sa culpabilité et de ses doutes, plonger en apnée avec une haine dont on ne sait s’il ressortira indemne. Un nouveau protagoniste dans le monde détonant de l’auteur que j’ai adoré suivre sur cette enquête passionnante !

Merci infiniment aux Editions Hugo Thriller via NetGalley pour cette lecture !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Première découverte pour moi de l’univers de Ghislain Gilberti, j’ai évidement entendu et lu beaucoup de retours sur sa trilogie des ombres, que j’ai dans ma pile à lire d’ailleurs,donc j’ai décidé de commencer par un one shot. L’auteur précise que même si un personnage de la trilogie des ombres est présent dans ce livre, il peut être lu seul.

L’univers de cet auteur…est sombre, très sombre….Il y a Seth Kohl, enquêteur très très borderline, mais bon vu son passé…c’est plus que justifié,il reprend pied dans sa vie professionnelle à la tête d’un nouveau groupe d’enquête. Sa reprise commence par un meurtre atroce d’enfant…voilà ça vous met directement dans l’ambiance…. puis un enchainement de meurtres sordides sur une thématique religieuse, ici les danses macabres. Histoire de ne pas faciliter la vie de ce pauvre Seth, certaines personnes ne sont absolument pas ravis de son retour parmi les vivants et encore moins parmi les effectifs de police, et ils ont donc décidé de s’en prendre à lui…

Vous allez me dire que cette histoire vous l’avez déjà lu, un sérial killer;;;une thématique religieuse…, oui mais ne vous inquiétez pas…il y a le fameux retournement de situation…qui fait tout le bonheur du lecteur de thriller, je n’en dirais pas plus.

Pour moi c’est une belle découverte, je le conseillerais aux plus endurcis d’entre vous. C’est un thriller où les enquêteurs sont systématiquement sur un fil dangereux, où parfois certaines limites sont dépassées. Le coté crime religieux, j’ai adoré, c’est très prenant, addict, surtout avec ce tueur qui a toujours plusieurs longueurs d’avance. En ce qui concerne, l’histoire de Seth, je suis un peu plus mitigée…je pense que j’étais tellement dans cette histoire de danses macabres que je n’ai pas aimé en sortir.

BREF…IL VA FALLOIR QUE JE SORTE LA TRILOGIE DES OMBRES DE MA PILE À LIRE

MERCI NETGALLEY ET HUGO THRILLER POUR CETTE LECTURE

Cet avis vous a-t-il été utile ?

« L’évangile de la colère » est un one shot. Enfin, presque. Car, comme le souligne Ghislain dans son introduction, les personnages de ce roman sont totalement nouveaux, mis à part l’intervention de Cécile Sanchez, que nous avons pu croiser dans les romans précédents. Mais bon, rassurez-vous, nul besoin d’avoir lu les autres pour savourer ce bébé tout beau tout neuf.

Par contre, accrochez-vous, c’est noir, sombre, brutal. Préparez-vous à dévorer les 570 pages en apnée, et surtout, sans vous en rendre compte. Arrivée à la fin, j’en voulais encore ! Pourtant, Dieu que cette lecture fût oppressante !

Les morts pleuvent, car nous sommes en présence d’un serial killer qui a décidé de revisité la Danse Macabre, rien de moins ! Voilà un roman original par son sujet, amenant un vent nouveau dans le thriller. J’ai vraiment apprécié la transposition de cette danse appréhendée par un tueur sans merci.

Pour l’arrêter, les flics de la Crim du SRPJ de Versailles vont devoir tout donner. Seth Khol, le chef de groupe, en tête. Quel personnage ! Taillé à la serpe par la plume acerbe de Ghislain. Il y a des moments où je me suis demandée si Seth n’était pas plus barré que le tueur ! Ancien militaire, ses méthodes sont loin d’être conventionnelles (je dirais qu’elles ne sont pas très catholiques, pour rester dans le thème du roman😉), et il ne rechigne pas devant un petit shot illégal….

« Quand on flirte avec l’héroïne, cette déesse du plaisir brut, on scelle un contrat à vie. Même désintoxiqué, cette substance est la première pensée qui vient à l’esprit d’un ancien junkie au réveil, et sa dernière avant de s’endormir. C’est un contrat signé ad vitam æternam. Il n’y a pas d’ancien toxicomane, c’est un mythe. »

Surnommé « Le zombie », Seth cache ses secrets. Son histoire permet d’enrichir l’enquête initiale, car il traque les meurtriers de sa famille. Un flic malmené par la vie, au passé sombre, qui tente de rebondir. Son équipe est composée de Céline Fauvel « le Petshop », analyste, et Asia Baptista, de la police scientifique. Des personnages riches, attachants. Tous forment une famille de cœur et resteront soudés dans l’enquête quoi qu’il arrive.

L’enquête, parlons-en. Les rebondissements et le rythme intense font de ce roman un réel page turner. Lorsqu’on pense tenir le bon bout, mais non, Ghislain en remet une bonne couche et nous voilà reparti pour un tour. La plume de l’auteur est riche, fine, acerbe, pointilleuse. Rien n’est laissé au hasard, que ce soit dans les choix des mots ou encore dans la construction.

Le serial killer, parti dans son délire mystique, est également un personnage intéressant. Le côté psychologique est bien fouillé. Je ne peux rien vous dévoiler mais le lecteur va de surprises en surprises, et n’a pas d’autre choix que de continuer un chapitre de plus…puis un autre…et encore un autre.

Âmes sensibles abstenez-vous. Rien n’est épargné au lecteur, même si beaucoup de descriptions sont dans la suggestion, certaines restent malgré tout bien gratinées. Ghislain ne fait pas dans la dentelle. Bon, perso, ça ne me gêne pas😀.

« La dernière balle traverse la paume et arrache le pouce avant de pénétrer son crâne juste au-dessus du sourcil gauche. Avec la force de l’impact, la tête est rejetée en arrière et le corps s’écroule sur le dos. Derrière sa dépouille, le mur est tapissé de fragments d’os, de cervelle et de sang. »

Du grand Ghislain Gilberti, un auteur qui fait indéniablement partie de mes valeurs sûres. Je vous conseille cette lecture, vous m’en direz des nouvelles !

Je remercie les Éditions Hugo Thriller et NetGalley pour cette lecture.

#lévangiledelacolère #GhislainGilberti #HugoThriller

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'avais hâte de lire ce dernier roman de Ghislain Gilberti que j'avais découvert avec "La trilogie de ombres".
Un nouveau roman indépendant mais où j'y ai retrouvé l'atmosphère sombre et l'écriture addictive qui m'avait complètement embarquée lors de mes précédentes lectures de cet auteur.
Dans "L'évangile de la colère" Ghislain Gilberti met en scène un tueur illuminé qui assassine et choisi ses victimes selon un schéma très particulier. Un premier meurtre: un enfant de 6 ans, Gabin retrouvé exsangue dans un parc peu de temps après son enlèvement...et puis tout s'accélère et les meurtres s'enchainent mais ne se ressemblent pas!
L'équipe de flics qui traque ce meurtrier est tout aussi particulière que dans ses précédents romans.
Ils ont tous un bagage pas toujours simple à porter mais le machiavélique Ghislain nous oblige à avoir de l'empathie pour chacun d'entre eux.
Encore une fois je me suis régalée par ce polar très noir que j'ai dévoré en musique ..métal bien sûr !!!
Bonne lecture et préparez vous à y passer la nuit....
Merci à Netgalley et Hugo Thriller pour l'envoi de ce livre en version numérique

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’enlèvement sordide d’un enfant qui tourne mal, suivi de deux meurtres particulièrement odieux et nous voici à basculer avec une fratrie de choc dans la traque d’un tueur en série. La fratrie policière, d’une efficacité redoutable, se voit renforcée par un certain Zombie, tout aussi performant, qui véhicule un lourd passif d’infiltré lui ayant valu des représailles ultimes. Enorme intrigue par un auteur toujours au mieux de sa forme, capable de nous étonner à chaque page et des pages, dans ses romans, il y en a …
Ne vous fiez pas à son look de « bad boy », Ghislain cache un cœur en or. Il vous fait partager ses angoisses et vous donne des clefs de compréhension sur notre environnement glauque, le tout avec humanité, fort de ses expériences personnelles.
Avec la précision qu’on lui connait, après avoir bouclé La trilogie des ombres avec Le sacre des impies, Ghislain Gilberti rempli le contrat ! Les lecteurs s’attendent à découvrir de nouveau personnages, de nouveaux lieux. Pas déçus les lecteurs ! secoués au cours de ces 569 pages et de ces multiples rebondissements. Ballotés et écartelés nous sommes entre quête de la justice et d’accomplissement de la vengeance, un bien éternel débat où le cerveau droit va ignorer le cerveau gauche pour survivre.
Quelques clins d’œil à ses anciens personnages sont bienvenus, cependant il n’est pas nécessaire d’avoir lu la précédente trilogie pour apprécier cet opus, mais ce qui est sûr, c’est que vous ne manquerez pas de faire chauffer la CB pour vous mettre à jour après celui-ci ! Oui, j’ai beaucoup aimé retrouver l’écriture de cet auteur, toujours abordable et chaleureux en salon.
Merci aux éditions Hugo et Cie et à NetGalley pour avoir hébergé ce titre !
#LÉvangiledelacolère #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'attendais beaucoup du nouveau roman de Ghislain Gilberti, aimant ce que propose cet auteur talentueux et atypique , dont ma qualité de la plume n'est plus à démontrer. Sa première trilogie ( le festin du serpent/ le baptême des ténèbres/ la bal des ardentes) est à ce jour ma meilleure lecture ( avec celle de W3 de Camut et Hug) . Du coup, ça me fait mal au coeur de dire que l'évangile de la colère est une déception . Peut être que j'en attendais trop .
On retrouve cette plume incisive et percutante propre à l'auteur . c'est assez rythmé et dense , et l'ambiance est sombre , avec des crimes particulièrement glauques . Les premières scènes sont prometteuses
Mais malheureusement je trouve l’intrigue principale ( l’enquête sur les meurtres) , que j’ai t trop classique, avec un tueur plutôt caricatural doté de motivations vues et revues . Même les rebondissements n’ont pas eu l’effet escompté . Je n’ai pas eu d’attaches aux personnages , comme j’ai pu en avoir pour es romans précédents ( Cécile Sanchez par exemple), même si j’ai eu une bonne surprise avec l’apparition d’un ancien personnage Je m’attendais à quelque chose de moins convenu .
L’intrigue secondaire ( sur la vengeance du personnage principal ) est le point le plus négatif de ce roman : trop violent , trop invraisemblable, avec des flics qui tuent de sang froid que ce soit dans le cadre professionnel ou non , niveau crédibilité ce n’est possible, ça manque de nuance .Ca m’a dérangé, mais c’est un point de vue personnel , qui ne gênera peut être que moi ( j’ai lu beaucoup d’avis positifs sur ce roman par ailleurs)
Je vous invite néanmoins à vous faire votre propre opinion .C’est un auteur doué qui ne peut pas laisser indifférent ,qui ose dans tout ce qu’il écrit . Et puis il y a des livres que l'on aime pas et qu’on oublie vite fait bien fait, et pour celui-ci ce n’est le cas , il m’a marqué ( je l'ai lu il y a déjà quelques temps) et pour moi c’est quand même bon signe. J’espère prendre plus de plaisir plus avec son prochain thriller , en tout cas j’y crois .
Merci à #netgalleyfrance et aux éditions #hugothriller de m’avoir permis cette lecture

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les romans de Ghislain Gilberti sont à eux seuls un univers à part. Impossible d'en ressortir sans cicatrices. Pour moi ils font l'effet d'une drogue dure dont on est immédiatement accroc. Sa dernière trilogie était EXCEPTIONNELLE, alors je m'attendais à une petite baisse de régime et à tomber sur un roman un peu moins prenant. Je me suis trompé...

Si on change de registre, avec une histoire de tueur en série, l'écrivain garde sa signature en proposant des personnages qui sont tous sur le fil du rasoir. Comme toujours rien n'est laissé au hasard, c'est orchestré d'une main de maestro. Les failles n'existent pas, vous pouvez essayer de perdre votre temps à les chercher.

Le Gilberti 2022 est dors et déjà un grand cru, alors foncez chez votre libraire, ça serait une erreur de le laisser passer.

Merci à NetGalley et Hugo Thriller pour cette lecture

#LÉvangiledelacolère #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Gabin, 6 ans, est retrouvé exsangue dans un parc.
Un agriculteur est enterré vivant dans son champ, un index pointé vers le ciel.
Ce n'est que le début. Les crimes s'enchaînent sans lien apparent, si ce n'est que les scènes de crime ressemblent étrangement aux fresques se trouvant dans les églises appelées "Les danses macabres".
Seth Khol, du SRPJ de Versailles et surnommé "Le zombie", va devoir démêler l'écheveau.

Enfin le retour de Ghislain Gilberti!
Ce nouvel opus n'a rien de commun avec les précédents hormis la noirceur et le côté percutant.
Les sérials killers, on connaît, mais c'est sans compter sur la patte de l'auteur qui transforme une histoire vue et revue en quelque chose de beaucoup plus complexe.
N'espérez pas être épargnés, ça n'est pas le genre du bonhomme, certaines scènes étant même d'un réalisme effrayant.
Avec une écriture incisive et sans concession, Ghislain Gilberti nous promène du début à la fin, sans nous laisser une seconde de répit.
Pour les lecteurs qui ne le connaissent pas encore, foncez! Vous ne serez pas déçus du voyage. Pour les autres.........

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il y a un moment que je voulais découvrir cet auteur. J’entendais et lisais tellement de bien de sa plume qu’il fallait que je me lance et j’ai profité de cette sortie pour enfin sauter le pas. Mais pourquoi ai-je attendu aussi longtemps pour découvrir cette plume qui m’a foutu une sacrée claque ?

Ce roman commence par une petite introduction de l’auteur qui nous explique que peu importe si on l’a déjà lu avant ou pas, on peut lire « L’évangile de la colère » indépendamment de ses autres romans. Certes, il y a un personnage secondaire d’un autre roman dans l’histoire, mais ceux qui découvrent la plume de l’auteur, comme ça a été mon cas, ne seront en rien gênés. Pour les autres, vous serez sans doute ravis de retrouver le personnage en question, je vous laisse découvrir.

Passons à l’histoire en elle-même. Ce thriller débute très fort avec un prologue qui nous présente Seth Kohl, surnommé le zombie et notre personnage principal. J’ai adoré découvrir cet homme torturé et on va découvrir petit à petit tous ses démons. Quel bonheur ! La façon dont l’auteur nous décrit ce protagoniste, mais aussi les autres, qu’on va croiser tout au long du roman est juste magistrale. J’ai adoré cette façon bien particulière qu’à Ghislain Gilberti de décrire les personnages. D’ailleurs, je ne vous en dirai pas plus, je vous laisserai les découvrir par vous-même.

On est ici en plein thriller psychologique et si vous aimez ça, vous allez être servis. Mais il n’y a pas que ça, car niveau révélations et rebondissements, vous ne serez pas en reste non plus. La plume de l’auteur est tellement entraînante et addictive que vous n’allez pas voir les pages se tourner et que vous ne saurez pas vous arrêter. Il n’y a aucun temps mort, ne vous attendez pas à pouvoir reprendre votre souffle, ce sera impossible, vous serez soufflés du début à la fin. On est dans un roman coup de poing qui ne manque pas de rythme ni de nervosité.

On va être confrontés à un tueur en série complètement illuminé, barré et on ne peut plus atypique. Les qualificatifs qu’on pourrait utiliser sont tellement nombreux ! On alterne les chapitres entre plusieurs personnages et, à travers certains de ces chapitres, on retrouve les pensées de notre tueur et on se rend compte à quel point il est loin et cela fait partie des points forts de ce roman. D’ailleurs, les pensées du tueur nous permettent très vite de comprendre le pourquoi du titre de cet ouvrage.

On va se retrouver face à plusieurs scènes de crimes et quand on pense avoir tout vu, il y en a encore et les enquêtes vont nous faire découvrir des familles torturées tout comme notre personnage principal. Attendez-vous à des scènes bien sombres, car l’auteur a décidé qu’il n’épargnerait ni ses personnages, ni ses lecteurs. Les thèmes abordés au fil des pages se fondent dans l’histoire et ils le sont avec tellement de justesse. Quant à la résolution finale des meurtres, elle est juste magistrale, il n’y a pas d’autres mots.

On arrive à la fin de ce roman le souffle court et pourtant, on en redemande tant la plume de l’auteur est magistrale. J’ai tourné la dernière page en pensant « Ça, c’est un putain de thriller, j’en veux encore. » Les mots ne suffisent pas pour vous exprimer l’intensité que j’ai ressentie au cours de ma lecture. Même une note serait trop peu, car j’aimerais tant pouvoir mettre un 6/5 à ce roman, tant il m’a pris aux tripes.

Bref, si vous cherchez un thriller qui va vous tenir en haleine et un auteur à la plume atypique, c’est le moment de découvrir « L’évangile de la colère »

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ghislain GILBERTI est un homme et un auteur à fleur de peau.
A l’image du personnage principal de « L’évangile des ténèbres » : Seth Kohl alias le Zombie.
Outre le polar à multi-rebondissements, j’ai adoré ce personnage torturé, qui a tout perdu et qui donc n'a rien à perdre. C’est lui qui porte l’intrigue. Il est tour à tour paumé, sûr de lui, vengeur et bienveillant. Il est multi-facettes et se révèle très attachant.
Le scénario est bien construit et original. Le tueur sème les cadavres en s’inspirant d’Hans Holbein le Jeune et de sa danse macabre. Il fait intervenir la mort directement dans des scènes de la vie quotidienne. Et nos enquêteurs de la Brigade Criminelle de Versailles ont peine à suivre la cadence…
J’ai retrouvé et aimé l’écriture de G. GILBERTI, entre ombre et lumière, navigant entre poésie et brutalité. Malgré quelques longueurs, les mots sonnent justes.
« L’évangile des ténèbres » est un polar percutant dont je vous recommande la lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

9eme roman de Ghislain Gilberti et une nouvelle fois, ce génie du thriller nous surprend avec un roman à rebondissements explorant la noirceur des âmes humaines.
Avec sa plume magique qui se joue de nous, baignant de poésie les pires atrocités, Gilberti s’amuse aussi avec une galerie de personnages rarement tout blancs ou tout noirs a l’image du commandant Khol ou de Cécile Sanchez que les fidèles lecteurs reconnaîtront.
L’évangile de la colère nous entraîne très vite dans une série de meurtres dont devra se charger la PJ Versaillaise légèrement déstabilisée par des équipes en mutation au grès des évolutions et arrivées. Dans ce grand jeu de chaises musicales, le commandant Khol au passé mystérieux (que l’auteur éclaircira au fur et à mesure) se voit confier une enquête qui l’amènera à se dépasser, aider d’une fratrie originale avec laquelle il se laissera emporter par la danse macabre d’un tueur sans pitié.
Un thriller haletant et psychologique signé par un immense talent français.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Vraiment exaltant, on ne peut lâcher le livre avant la fin. Les nombreux rebondissements de cette enquête nous tiennent en haleine. Bien écrit, ce qui ne gate rien. Les personnages policiers border line sont trees attachants aussi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

🍒 service presse🍒

Tout d’abord je voudrais remercier Ghislain Gilberti, Netgalley et Hugo roman pour ce service presse.

Titre du livre: L'évangile de la colère.

Auteur: Ghislain Gilberti.

Sortie: 21 avril 2020.

Liens: L'évangile de la colère https://www.amazon.fr/dp/B09QS2F649/ref=cm_sw_r_cp_api_DA1WD3QG6XWAWHS5D4NS

Résumé: Au commencement, il y eut un enfant.
Le petit Gabin Schwartz. Six ans. Son corps retrouvé dans un parc. Exsangue.
Puis ce fut un agriculteur. Enterré vivant. Son index désignant le ciel.
Puis un marchand ambulant, écrasé sous son stock.
Sale baptême du feu pour Seth Kohl, le chef du groupe chargé de l'enquête à la Brigade criminelle du SRPJ de Versailles. Comment avancer quand rien ne relie les victimes entre elles ?

Alors que les corps s'accumulent, un lien se dessine enfin, inattendu, fragile et incomplet : le tueur pourrait bien s'inspirer des Danses macabres, ces fresques que l'on retrouve dans les vieilles églises, ou dans les bibliothèques des collectionneurs.
Mais chaque série de tableaux est différente. Laquelle est la bonne ? Le temps presse, et Seth Kohl est assailli par ses propres démons, qui l'invitent eux aussi à quelques pas de danse avec la mort...

Mon avis:
J’aime énormément le genre policier/thriller. Et si en plus l’ambiance et oppressante c’est encore mieux.
C’est ma première exploration dans le monde de l’auteur. Et je n’ai pas été déçue.

Je m’attendais au vu du titre à des liens avec la religion, mais on en est loin.

Dans ce roman, le vilain n’est ni pointé du doigt ni condamné, mais nous plongeons dans sa tête pour comprendre son cheminement, son origine. Quant aux forces de l’ordre, ce sont encore des personnages forts, au passé cabossé, aux interventions borderlines. Personne n’est parfait, personne n’est irréprochable. La ligne entre le bien est le mal est inexistante, tout se mélange.
J’ai aimé cette thématique d’aller plus loin.

Je relirai l’auteur, c’est sûr.

🍒 🍒🍒🍒

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dès le prologue, il nous plonge au cœur de l´action avec un des personnages qui deviendra principal, Seth Khôl. Nouveau chef de la brigade criminelle du SRPJ de Versailles.
Une personnalité forte qui va nous tenir en haleine pendant tout ce livre via son passé et ses actions; sa rédemption également.

Un enfant retrouvé mort dans la foret, un agriculteur enterré vivant, un marchant ambulant écrasé par ses marchandises et j'en passe.

Qu'est ce qui pourrait relier ces meurtres ?

Puis une lueur... les danses macabres ? Plein de possibilités s'offrent à eux et cela en devient épuisant..

Les meurtres eux continuent.

Malgré un sujet peut-être déjà pleinement abordé dans plein d'autres thrillers, Gilberti a l'art de se démarquer par son écriture mais aussi ses personnages très implantés
Une écriture fluide, intense qui vous tient en haleine.

Il est d'ailleurs temps que je finisse la trilogie entamée soit "sa majesté des ombres".

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avis général
C’est mon deuxième livre de cet auteur, et je dois avouer que j’ai de nouveau été séduite par sa plume, et ses idées. Car on se rend compte avec ce livre qu’il n’en manque pas. La longueur du livre ne m’a pas inquiétée bien au contraire, cet agréable moment de lecture a duré un long moment, pour mon plus grand plaisir. Suspense, rebondissements, amour, amitié, émotions, un savant mélange de tout ça en fait un livre plus qu’intéressant, un livre à lire absolument. On y découvre des personnages attachants au possible, malgré leurs fortes personnalités, et pour certains leurs actes répréhensibles. Une course au(x) tueur(s) avec des motivations étranges, voici ce à quoi vont faire face les enquêteurs. Ils ne sont pas au bout de leur surprise, et nous non plus !

Les personnages
J’ai beaucoup aimé le personnage cabossé de Seth Kohl, mais aussi celui de sa coéquipière Céline, qui l’est presque autant que lui. Ces deux la forment un duo insolite mais efficace. J’ai aussi apprécié les autres personnages proches d’eux dans l’enquête, et j’espère retrouver ce petit groupe dans d’autres aventures.
Seth, malgré sa noirceur d’âme, est un personnage attachant, de part son vécu plus que difficile, et même s’il commet des actes irréparables, on arrive toujours à lui trouver des circonstances atténuantes.

La forme
Ce roman est très bien écrit, j’ai retrouvé la plume de l’auteur que j’avais appréciée, efficace, agréable. Il faut également souligner un gros travail de recherche, je pense de la part de l’auteur pour mêler son intrigue à des éléments historiques et qu’elle paraisse totalement réelle. L’histoire est parfaitement ficelée, ponctuée de nombreux rebondissements qui maintiennent un suspense permanent, et qui nous plonge dans une ambiance tantôt sombre, tantôt « joviale », suivant les événements. On pense que tout est terminé, et non, virage à 180°, on repart de plus belle, si bien qu’on a l’impression d’être dans des montagnes russes. Certes, ce livre est « long », mais jamais l’ennui ne s’est insinué dans ma lecture, bien au contraire, quand j’ai dû faire des pauses, je n’avais qu’une hâte, m’y replonger à nouveau pour savoir comment tout allait bien pouvoir se terminer. J’ai été prise dans les griffes de l’auteur sans plus jamais pouvoir m’en défaire.

Le fond
J’ai eu un peu peur en lisant le résumé, car je n’aime pas trop les romans ou « l’Histoire » est trop présente, matière que je n’ai jamais vraiment trop apprécié, dommage. Et j’ai eu une belle surprise, car mes peurs n’étaient pas légitimes. Et même si le tueur s’inspire de quelques éléments du passé, ça n’a pas été présent au point de me faire arrêter la lecture, ça l’a au contraire rendue encore plus passionnante. J’ai trouvé l’idée surprenante au départ, mais elle constitue finalement un bon fil rouge pour l’intrigue, belle idée de la part de l’auteur. Notre petit groupe d’enquêteurs va donc partir à la recherche d’un tueur sans limites, ils ne sont pas prêts pour ce qu’ils vont découvrir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :