Monsieur Lecoq 1

Le Meurtre

Lu par Loïc Richard
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 11 avr. 2022 | Archivage 23 mai 2022
VOolume, Monsieur Lecoq

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #MonsieurLecoq1 #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Par une sombre nuit d’hiver, une petite troupe de policiers fait sa ronde dans les terrains vagues des barrières. Soudain, d’atroces cris se font entendre en provenance d’un cabaret de triste réputation, la Poivrière.

Les policiers accourent, mais il est déjà trop tard : trois cadavres gisent sur le sol tandis qu’un homme à l’air féroce et déterminé tient les policiers en joue, prêt à s’enfuir. C'est grâce au seul sang-froid d’un jeune agent, Lecoq, que l’on parvient à s’en saisir.

Lecoq est un jeune homme fougueux, brillant et ambitieux qui vient de rejoindre la police et qui espère imposer son propre système d’enquête, basé sur les faits et déductions.

Il pressent que ce qui vient de se passer n’est pas un simple règlement de comptes et demande à être chargé de l’enquête. Son intuition est-elle juste ? Les faits semblent pourtant plaider contre lui.

Coups de théâtre et rebondissements se succèdent jusqu’au terme de ce premier livre, mais ce n'est que dans le deuxième opus « L’Honneur du nom » que toute la lumière sera faite sur cette incroyable énigme.

Émile Gaboriau, né en 1832, est souvent considéré comme le précurseur, méconnu sans doute en raison de son décès précoce en 1873, du roman policier. Dès l’Affaire Lerouge, qui connaît un immense succès, Émile Gaboriau introduit le personnage de Monsieur Lecoq, un jeune inspecteur ambitieux de la sûreté, qu’il étoffe dans le roman éponyme. Le jeune homme raisonne en utilisant des méthodes déductives qui excitent la défiance et la jalousie de ses collègues, mais semblent faire preuve d’une certaine efficacité. Elles seront d’ailleurs reprises quelques années plus tard par un certain Sherlock Holmes…

Par une sombre nuit d’hiver, une petite troupe de policiers fait sa ronde dans les terrains vagues des barrières. Soudain, d’atroces cris se font entendre en provenance d’un cabaret de triste...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9782384490103
PRIX 18,00 € (EUR)
DURÉE 9 Heures, 37 Minutes

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

J'ai eu la surprise de voir que c'était le même lecteur que “Les mains d'Orlac” que j'ai écouté en début d'année et que j'avais beaucoup aimé.
J'avais déjà essayé de lire ce roman, mais l'édition que j'avais n'était pas très pratique, c'était écrit petit et les pages très fines. du coup, je m'en étais séparé. C'était une petite erreur, parce que ce roman est vraiment trop bien. Un “vieux” roman policier, qui est vraiment bien. Un peu classique mais efficace. J'ai trouvé qu'il y avait un petit quelque chose de Sherlock Holmes (1887) à la sauce française.

Un bon roman policier, sera-t-il résolu? avec les moyens de l'époque ?

J'aime beaucoup ce que propose VOolume, qui remet les classiques un peu oubliés au format audio. Laissez-vous tenter si vous aimez les enquêtes de Sherlock Holmes, je pense que vous ne le regretterez pas.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un crime odieux a été commis dans un bouge "la poivrière". Lecoq, tout jeune policier se lance dans l'enquête. Après une longue filature, il arrête Mai, un saltimbanque arrogant. Lecoq, inspecteur brillant, fougueux et impétueux mène l'enquête. Coups de théâtre et rebondissements seront au rendez-vous pour résoudre cette enquête qui n'est pas aussi simple que semble croire les supérieurs de Lecoq de prime abord.

Le roman de Émile Gaboriau date du 19ème. Cet auteur est considéré comme précurseur du genre policier, Lecoq est ancêtre de Sherlock Holmes. Le texte est marqué par le vocabulaire délicieusement désuet de l'époque. L'enquête est rythmée, complexe et on ne s'ennuie pas une seconde. Émile Gaboriau balade tant les inspecteurs et Lecoq que ses lecteurs.
La version audio amène un vrai plus à mon sens car l'acteur, Loïc Richard a su animer le texte et donner corps aux personnages. C'est très plaisant à écouter.
Il s'agit ici du Tome 1 qui est un prélude aux enquêtes de Monsieur Lecoq et son adversaire.

C'est un Audiobook qui conviendra tant aux adultes qu'aux enfants. Avis aux amateurs de Sherlock Holmes, Agatha Christie et de Maigret.

Je remercie Netgalley France et les éditions Voolume qui m'ont permis de suivre cette enquête.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un triple meurtre a été commis à la Poivrière, bouge parisien malfamé.
Le jeune inspecteur Lecoq arrête un suspect : un certain Monsieur Mai, soi disant saltimbanque de profession. Mais M. Lecoq décide d'enquêter sur ce suspect...

Émile Gaboriau nous entraîne dans une enquête passionnante aux côtés de ce jeune Lecoq dans un Paris du 19ème siècle.
Que de mystères à résoudre durant tout le récit de cette enquête. L'action est haletante malgré quelques petits temps longs. Les rebondissements sont réguliers, ce qui empêche le lectorat de s'ennuyer.
Je ne connaissais pas du tout Émile Gaboriau mais ce roman m'a donné envie d'en découvrir plus. Un roman policier comme je les aime.

Merci à Netgalley France et à l'éditeur de m'avoir permis cette écoute.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

VOolume – Lu par Loïc Richard : 9h37

Monsieur Lecoq est un roman judiciaire écrit en 1868 et publié en feuilleton dans “Le Petit Journal” de mai à décembre de la même année, puis en 2 volumes en 1869.

Premier roman avec Monsieur Lecoq qui deviendra un célèbre commissaire et inspirera Arthur Conan Doyle et Maurice Leblanc.

Monsieur Lecoq est un jeune policier, débutant, qui va faire fonctionner ses “petites cellules grises”, déduire de ses observations et n’hésitera pas à se grimer pour enquêter au cœur des affaires. Bien que sujet des moqueries et des sarcasmes de Gévrol, son supérieur, il va poursuivre son enquête sur des meurtres commis dans une taverne alors que tout semble indiquer que le coupable est bien celui qui a été arrêté.

Pour avoir déjà écouté des classiques édités par VOolume et lus par Loïc Richard, je savais ne pas être déçue. Et ce fut le cas, il a une fois de plus démontré son talent à se fondre dans chaque personnage, à moduler sa voix de la goualeuse au parisien snobinard en passant par des enfants sans trahir les caractères voulus par l’auteur. Comme pour “Le Seuil : La voie de l’eau” je me suis demandé s’il n’y avait pas plusieurs narrateurs !

Ce n’est pas une littérature policière nerveuse, les choses se déroulent à leur rythme, il n’y a pas non plus de grands effets dramatiques ni de tableaux sanglants mais une grande place est laissée aux portraits souvent croustillants de toutes les personnes rencontrées ! Tout cela me va très bien, je ne supporte plus la surenchère de violence et d’hémoglobine qui semblent incontournables dans beaucoup de polars actuels ! Je préfère les thrillers, non exempts de violence non plus, mais où tout est suggéré plutôt décrit.

J’espère que le second volume ne tardera pas trop à sortir, sinon il me faudra réécouter celui-ci !

#MonsieurLecoq1 #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En résumé : Une très agréable version audio du roman dans lequel Emile Gaboriau raconte la jeunesse de son héros, "Monsieur Lecoq", dans une enquête longue et apparemment simple mais étonnamment addictive.

---

Monsieur Lecoq est un personnage de policier créé par Emile Gaboriau au XIXe siècle et repris par divers autres auteurs jusque dans les années 1950 avant de sombrer dans un oubli à peu près complet. Peut-être que les éditions Voolume ont voulu profiter de la récente Lupinomania pour relancer ce personnage. C'était en tous cas une bonne idée car j'ai passé un excellent moment avec ce roman.

Comme ces homologues Sherlock Holmes et Arsène Lupin, Lecoq est un enquêteur aux capacités exceptionnels. Cependant, si, contrairement à eux, il a peu à peu disparu du paysage littéraire, c'est peut-être parce que c'est un personnage moins marquants, plus lisse que les deux autres. Ce roman en deux tomes qui affiche simplement pour titre son nom n'est pas le premier roman où Emile Gaboriau met en scène son héros. C'est pourtant celui qui raconte ses débuts, sa première grande enquête.

Celle-ci démarre sous des dehors les plus simples : un meurtrier est arrêté sur les lieux mêmes de son triple meurtre par une petite troupe d'agents de la Sûreté. L'affaire paraît claire comme de l'eau de roche : une bagarre entre rôdeurs de barrière qui a mal tourné. Pourtant, l'un des agents n'est pas de cet avis. À partir d'une seule phrase, il commence à soupçonner le meurtrier de ne pas être ce qu'il semble et prétend être mais un haut personnage ayant reçu une solide éducation. Mais, si c'est bien le cas, le prévenu dissimule sa véritable identité avec un talent hors-norme. Entre ce prodigieux comédien et l'acharné policier, qui remportera ce bras de fer où l'un comme l'autre risque gros ?

Dans ce roman, le personnage de Lecoq est encore jeune et, sans doute, c'était une découverte intéressante pour les lecteurs de l'époque qui le connaissaient déjà dans d'autres histoires. Pour moi qui ne le connaissais pas du tout auparavant, ce charme manquait. Je ne me suis pas vraiment intéressée au personnage de Lecoq lui-même mais la manière dont Emile Gaboriau nous entraîne dans son histoire est particulièrement prenante. Ce qui en fait une lecture surprenante et étonnamment addictive, c'est que, contrairement à la majorité des romans policiers, la question qui se pose n'est pas "qui a commis le crime ?" mais "qui est ce criminel ?". Le roman est très long et ne nous épargne aucun détail sur la procédure d'instruction (un vrai manuel d'enquête judiciaire et policière). Cependant, l'auteur réussit à relancer régulièrement l'intérêt de son lecteur avec la science consommée d'un feuilletoniste.

La fin de ce premier tome révèle enfin l'identité du meurtrier mais pas ses motivations, ce qui donne bien envie de lire la suite.

La maîtrise de Loïc Richard, sa diction impeccable, l'absence totale de coquilles permettent une écoute vraiment très agréable et immersive. Ce qui m'a particulièrement bluffée, c'est la capacité du lecteur à prendre différentes voix pour distinguer les différents personnages.

Merci à NetGalley et aux éditions Voolume de m'avoir permis cette découverte très sympathique.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Grâce à Netgalleyfrance et Voolume, j’ai pu découvrir un super roman policier, Monsieur Lecoq de Emile Gaboriau, lu par Loïc Richard.
Tout d’abord je vais vous parler du narrateur, que j’ai trouvé vraiment bien, sa voix collé parfaitement au personnage de Lecoq et j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écouter.
Le jeune inspecteur Lecoq est un personnage attachant qui ne lâche rien et qui se bat jusqu’au bout pour découvrir la vérité. L’histoire prend son temps et les indices apparaissent au fur et à mesure. On est avec ce roman dans un roman policier classique, avec des petites touches de Sherlock Holmes et j’ai vraiment beaucoup aimé.
Une histoire qui mérite d’être redécouverte, merci à Voolume pour de nous permettre de redécouvrir ces histoires un peu oubliées.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici un livre audio que j'ai beaucoup aimé. C'est exactement le style d'univers que j'affectionne avec une enquête menée par un personnage intelligent et intéressant. J'adore suivre ce genre d'intrigue et d'essayer de trouver qui est coupable

Ici j'ai apprécié le protagoniste principal que j'ai trouvé courageux et assez franc. Il sait ce qu'il veut et il mène super bien son enquête.

L'intrigue quant à elle est bien ficelée et donne envie d'en savoir plus. Il y a un bon petit suspense qui s'installe et je suis curieuse de savoir la suite.

En ce qui concerne le narrateur, cen'est pas la première fois que j'écoute Loïc Richard et c'est toujours un vrai plaisir. Ses intonations, son timbre de voix, tout est parfait.

En résumé, un bon premier tome à découvrir.

Je remercie les éditions VOolume et NetGalleyFrance pour cette écoute.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai lu ce livre dans sa version audio, et ce ne fut pas pour me déplaire, loin de là ! La voix de Loïc Richard s’adapte brillamment à chacun des personnages, les tons employés « collent » au récit de façon à immerger le lecteur dans l’intrigue, avec force conviction. J’ai passé un excellent moment d’écoute, qui me convainc de persister dans mes lectures « audio », finalement très pratiques.

Des cris retentissent dans un cabaret parisien tenu par une vieille veuve. Une troupe de policiers en ronde non loin de là accourent pour y découvrir trois cadavres gisant au sol et un homme menaçant, prêt à s’enfuir. L’inspecteur Lecocq, jeune homme brillant et déterminé, pressent qu’il ne s’agit pas d’un simple règlement de compte comme l’affirme son supérieur et voit en cette affaire l’opportunité de faire preuve de ses talents d’enquêteur. Sa perspicacité et ses capacités de déduction vont rapidement mettre en lumière certains faits intrigants, à commencer par la présence au moment des crimes de deux femmes disparues depuis, mais dont Lecocq parvient habilement à remonter la piste. Et qui est cet homme qui prétend n’être que de passage dans ce cabaret mal famé, mais qui est bien plus impliqué que cela et dont Lecocq pense qu’il appartient à la haute bourgeoisie ?

Ecrit en 1869, « Mr Lecocq, l’enquête » précède « L’honneur du nom« , qui dévoile le secret de cette intrigue. Emile Gaboriau est considéré comme le père du roman policier français: l’agent de sécurité Lecocq, qui devient par la suite inspecteur puis commissaire, aurait inspiré Conan Doyle pour Sherlock Holmes ainsi que Georges Simenon. L’ingéniosité de Lecocq, sa ténacité et son sang-froid font de lui un enquêteur hors pair, dont les méthodes, basées sur les faits et les déductions se rapprochent des progrès scientifiques de l’époque (par exemple la prise d’empreintes en dépit de l’absence de matériel approprié).

Dans ce premier tome, les déductions et les coups de théâtre s’enchainent pour permettre de « remonter » à la source des crimes commis dans le cabaret La Poivrière. Les apparences sont terriblement trompeuses et le sens de la logique, ainsi que le caractère intuitif de Mr Lecocq n’ont cessé de me surprendre. Je suis très enthousiaste après l’écoute de ce roman, heureuse d’avoir renouée avec la littérature du 19ème siècle et ce style bien évidemment désuet mais ô combien séduisant et convaincant, m’a très agréablement surprise. Le rythme est lent certes mais donne tout loisir de cerner des personnages parfaitement dépeints (y compris secondaires), les portraits physiques sont autant développés que les aspects psychologiques, les descriptions sont longues et méticuleuses mais rien de tel pour s’imaginer le déroulé de l’intrigue. Ce style s’est véritablement perdu aujourd’hui, au profit d’une écriture épurée, plus « facile » à lire. J’ai vraiment apprécié ce retour dans le temps, d’autant plus que l’intrigue se joue à travers plusieurs classes sociales, décrites avec authenticité et réalisme par l’auteur.

Je remercie les Editions Voolume ainsi que #Netgalley pour cette écoute.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un triple meurtre, un suspect bien étrange et un jeune policier dont les méthodes font penser à Sherlock Holmes.
J'ai aimé l'histoire, le style un peu désuet mais pas lourd (livre écrit au 19eme siècle) mais aussi le lecteur qui nous embarque dans cette histoire. J'ai très envie d'écouter la suite.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

꧁Monsieur Lecoq꧂
Auteur : Emile Gaboriau
Première publication : 1868

Je vous partage aujourd’hui une lecture que j’ai faite en audio sur l’app NetGalley

Ce roman a été écrit en feuilleton dans « le petit journal ».

Loin des nouveaux standards d’écriture ou l’on est en immersion, avec des ambiances souvent lourdes et des personnages de plus en plus en adéquation avec notre temps. Ce roman est calme, sans sensation de malaise psychologique, nous suivons une enquête ou le policier ne se ménage pas. En allant jusqu’à se déguiser pour parvenir à ses fins. Bien que sujet à la moquerie et au sarcasme de son supérieur, il va continuer sont enquêtes.

On n’est pas sur une littérature pleine d’action, on n’y trouve pas de grand drame psychologique, Ni scène sanglante.
On est sur un format de polar ancien entre Sherlock Holmes et les cosys mystery.

Une lecture très agréable à La narration bien faite.

Je n’ai pas du tout été déçue, ça a été un réel chouette moment de détente.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :