Un fauve

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 18 mai 2022 | Archivage 18 juin 2022
ELIDIA, Editions du Rocher

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Unfauve #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Dix ans qu'il attend ce moment, des mois qu'il se prépare, s'impose

un régime draconien, s'entraîne, ne boit plus une goutte d'alcool,

ne se drogue plus. Il est à quelques heures d'entrer sur le plateau

de tournage, d'incarner Marcel Cerdan sous la direction de Claude

Lelouch. Dans le taxi qui le conduit aux Champs-Élysées, l'acteur

pourtant à son firmament vacille, doute… Il a peur de ne pas être à la

hauteur. Des souvenirs refont surface, le spleen l'envahit. Hanté par

ses frustrations, sa paranoïa, sa quête insatiable de reconnaissance,

ce fauve en réalité si vulnérable, cet écorché vif, parviendra-t-il

à faire taire ses démons ?

On a beau connaître la fin, et s'en rapprocher inexorablement

– comme dans toute tragédie, l'action ne dépasse pas « une

révolution de soleil » –, la fascination reste intacte et l'on continue

d'espérer.

Un roman haletant qui nous plonge dans les états d'âme

de l'indomptable Patrick Dewaere tout en cultivant sa légende

et son mystère. Un très bel hommage.

Écrivain et metteur en scène, Enguerrand Guépy a notamment

publié aux Éditions du Rocher en 2021 Ceci n'est pas mon corps.

Dix ans qu'il attend ce moment, des mois qu'il se prépare, s'impose

un régime draconien, s'entraîne, ne boit plus une goutte d'alcool,

ne se drogue plus. Il est à quelques heures d'entrer sur le...


Note de l'éditeur

Enguerrand Guépy retrace par la fiction la dernière journée de vie de Patrick Dewaere, une figure de la fêlure intime.

Enguerrand Guépy retrace par la fiction la dernière journée de vie de Patrick Dewaere, une figure de la fêlure intime.


Actions promotionnelles

- Réédition du roman paru en 2016, avec une nouvelle couverture.

- Une magnifique exploration littéraire du mythe Patrick Dewaere.

- Anniversaire 16 juillet 2022. 

- Réédition du roman paru en 2016, avec une nouvelle couverture.

- Une magnifique exploration littéraire du mythe Patrick Dewaere.

- Anniversaire 16 juillet 2022. 


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782268107387
PRIX 17,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Ce n’est pas une nouveauté, et pourtant si, puisqu’il s’agit d’une réédition que je découvre parce qu’elle figure dans le challenge auquel je viens de m’inscrire.

J’ai été séduite par le thème "Élargir ses horizons NetGalley" assorti du défi, en l’espace d’un mois, de quitter ma zone de confort pour découvrir des territoires inconnus à travers 15 livres, dont certains audio, tous accessibles en version numérique, ce qui est déjà en soi une gageure car je ne suis pas autant à l’aise qu’avec le format livre.

Un fauve est le premier que j’ai choisi de télécharger parce qu’il est vrai que je chronique rarement des biographies même si ce livre est classé parmi les fictions, ce qui fait que je l’apprécierai comme tel.

Je connais assez bien l’histoire de Patrick Dewaere. J’ai vu la plupart de ses films. Il est l’acteur mythique de ma jeunesse. J’ai failli écrire « maudit » car je sais combien sa vie fut tragique. Et puis nous avons été quasiment voisins quand j’habitais dans le XIV° arrondissement de Paris. Je suis encore sous le choc de sa disparition.

C’est sur ce moment qu’Enguerrand Guépy focalise l’attention, en retraçant par la fiction la dernière journée de vie de l’acteur, en juillet 1982. Il démarrait le tournage du film de Claude Lelouch Edith et Marcel que le réalisateur tournera des années plus tard. Il a raison de rappeler qu’il en avait la carrure, qu’il s’était entrainé à cette fin et qu’il avait même décidé d’arrêter alcool et drogue pour mettre toutes les chances de son côté d’être à la hauteur du rôle dont il rêvait depuis dix ans. Et il y a lieu de croire qu’il aurait été un formidable Marcel Cerdan, et que pour la première fois il aurait passé le cap des nominations aux César pour enfin remporter une statuette.

Malheureusement il apprendra ce jour là qu’Elsa, la mère de sa seconde fille, le quitte pour son meilleur ami, Mich (Michel Colucci dit Coluche). Il se suicidera avec le fusil qu’il lui avait offert. L’intérêt du livre est de rester centré sur la personnalité de Patrick Dewaere sans jamais suggérer la moindre culpabilité de ceux qui ont passé avec lui ses dernières heures, en particulier Claude Lelouch : Il n’a rien vu venir parce qu’il n’y a rien à voir venir. C’est le mystère d’un homme face à son destin (p. 182).

Qui et comment aurait-on pu éviter cela ? L’acteur était une tête brûlée à surveiller comme le lait sur le feu (p. 42), mal dans sa peau, jaloux de celui qu’il appelle le Gros des Valseuses (Gérard Depardieu) à propos duquel il est très méprisant. On sent pointer dans les dernières pages une paranoïa fondée sur de graves traumatismes remontant à l’enfance.

Le surnom de fauve colle parfaitement à la peau du héros. les termes de Ferrari ou de pur-sang (p. 87) auraient autant convenu. Celui que lui avait donné Lelouch était plus positif, Champ (pour champion, p. 35) et le livre raconte la première confrontation avec Evelyne Bouix, la future Edith, comme si c’était un match. Le récit a beau être écrit à la troisième personne on est totalement dans le cerveau de Patrick, ce qui construit l’émotion et instaure un certain suspense alors qu’on n’ignore rien de la fatalité de l’issue.

C’est un hommage à Patrick Dewaere autant qu’un portrait en creux de Claude Lelouch. L’écriture est très lyrique, peut-être correspond-elle à des standards qui se sont émoussés parce qu’on écrit aujourd’hui avec moins de filtre. Mais cette voix colle à la perfection à l’époque où les faits se sont produits, où Bouvard était un présentateur vedette alors que le magazine Femme d’Aujourd’hui avait le monopole des confidences des vedettes qui s’expriment désormais sur les réseaux sociaux.

Un fauve ne brise pas la légende. Le roman la conforte en respectant le souvenir qui reste de cet immense acteur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai dévoré ce livre et pourtant je connaissais l’issue tragique.
On entre dans la tête du fauve, surnom de Patrick Dewaere, enfant star issu du 'clan Maurin' devenu un des comédiens les plus prometteurs du cinéma français.Jean-Marie Patrick Bourdeaux alias Patrick Maurin, alias Patrick Dewaere, avait des fêlures intimes et une part sombre : endetté, capable de violence, addict à l’héro, il avait des relations conflictuelles avec les femmes de sa vie, ses amis, les réalisateurs...

On entre donc dans la tête de Dewaere lors de sa dernière journée sur Terre. J’ai eu une impression d’étrangeté en lisant ce livre, on est à mille lieux de la bio explicative à la Wikipédia.
« Le gros » fait référence à Gérard Depardieu, « Mich » à Coluche ( dont il utilisa l’arme pour se tuer).
Parfois il est donc un peu difficile de suivre le fil de la pensée de l’acteur et les références. J’ai été un peu désarçonnée par moments. Mais nous informer n’est pas le but de l’auteur. Il cherche plus à mon avis, à retranscrire l’époque et les pensées de l’acteur, il est donc logique que certains propos reviennent- « la pisseuse » – ou que certains passages soient confus. A moi aussi de faire quelques recherches pour répondre aux points d’interrogations qui subsistent.

Avant de lire ce texte, je ne connaissais pas Patrick Dewaere autrement que par ses films (Les Valseuses, Série noire, Coup de tête…)
J’ai été touchée par ce livre qui retrace aussi l’ambiance des années 80 et du microscome du cinéma francais. Le monde du cinéma qui n’aura jamais donné de reconnaissance à Dewaere. Nommé 6 fois aux Césars, il n’a jamais reçu la précieuse statuette… Le projet avec Lelouch aurait peut-être, sans doute, changé la donne…

Les dernières pages sont plutôt consacrées à Claude Lelouch, l’une des dernières personnes à avoir vu Dewaere en vie et j’ai trouvé que c’est un court mais joli portrait du réalisateur.

Pour situer un peu cette fatidique journée du 16 juillet 82 : le matin Claude Lelouch, Evelyne Bouix et Patrick Dewaere avaient fait des prises de vue au Bois de Boulogne pour le film sur la vie de Marcel Cerdan et d’Edith Piaf. Dewaere,Lelouch, et les membres de l’équipe du film avaient déjeuné ensemble. Et puis il y a un coup de téléphone pendant le déjeuner qui a tout fait basculer. L’équipe devant tourner le championnat du monde de Cerdan contre Tony Zale l’après- midi, Dewaere a parlé d’une urgence et s’est tué à son domicile.
L’auteur imagine la teneur du message et pour lui l’interlocutrice au bout du fil serait la femme de Dewaere , Elsa, qui aurait appelé l’acteur pour rompre, étant tombée amoureuse de Coluche avec lequel elle passait des vacances aux Antilles…

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le projet de film : bien que bouleversé, Claude Lelouch a décidé de continuer le film et de proposer le rôle au fils de Cerdan lui-même. Ce dernier a accepté de remplacer Dewaere. Le film est sorti sous le titre de « Edith et Marcel » en 1983. On ne peut s’empêcher de penser à ce que Dewaere aurait fait du rôle de Cerdan ; la performance de Dewaere étant de l’avis de Lelouch parfaitement réussie…
J’ai refermé le livre avec beaucoup de tristesse mais aussi avec l’envie d’en savoir plus sur Patrick Dewaere, un « cristal » , un fauve, un écorché vif, de (re) voir les films auquel il a participé.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le fauve du titre c’est le regretté Patrick Dewaere , ce merveilleux acteur aux prises avec ses démons , cet écorché vif , d’une sensibilité à fleur de peau .
Ce comédien qui joue avec un naturel incroyable mais aussi l’homme de tous les excès .
Il a connu le succès très jeune et semble blasé , lassé par ce tourbillon qui ne lui apporte pas la sérénité .
On ne lui fait plus confiance dans le milieu et pourtant , le miracle a lieu , le célèbre réalisateur Claude Lelouch croit en lui et ne veut que lui pour incarner Marcel Cerdan à l’écran .
C’est une chance incroyable, un retour possible vers un futur de nouveau plein de promesses auquel Patrick Dewaere veut croire lui aussi .
Il sera Marcel Cerdan , il va tout donner , briller au firmament, être en haut de l’affiche .
L’histoire nous la connaissons et c’est ça justement qui rend ce roman poignant , c’est un hommage à ce grand comédien qui a été rattrapé par son immense mal-être , juste au moment où Claude Lelouch lui donnait le rôle de sa vie .
J’espère avec cette critique vous donner l’envie de lire ce très beau livre .

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Enguerrand Guepy se met à la place de Patrick Dewaere pour nous faire revivre le dernier jour de l'acteur. On sent qu'il a été affecté par la mort de l'acteur et il essaye de nous faire comprendre le pourquoi de ce passage à l'acte. Il est très bien documentés sur la vie de l'acteur.
J'ai apprécié ce roman, j'ai appris beaucoup de choses en lisant les tourments qui l'ont poussé au suicide.
Je conseille ce roman, même si vous ne connaissez pas bien l'acteur, vous le découvrirez.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans le cadre du challenge Netgalley 2022 j’ai eu la chance de lire Un fauve de Enguerrand Guépy chez ELIDIA, Editions du Rocher.
Je dois reconnaître qu’en lisant le nom de Patrick Dewaere dans le résumé j’ai dû faire une recherche sur Google pour voir de qui il s’agissait. Ce roman est un très beau texte très bien écrit. La plume de l’auteur m’a séduite, j’ai adoré la première moitié du roman. Sur la deuxième moitié j’ai eu un peu de mal à suivre les pensées du personnage principal, mais je pense que c’est voulu par l’auteur pour nous plonger complètement dans son esprit torturé.

Merci au challenge de Netgalley qui m’a permis de passer un très bon moment de lecture avec ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Aujourd’hui : je vous parle d'un livre car j'ai été séduite par le concour Netgalley . J’ai décidé de participer au Challenge NetGalley « Élargir ses horizons » avec la découverte de nouveaux genres et de nouveaux formats.

C'est donc grace à ça que j'ai décidé de me tourner vers livre qui est un récit poignant qui, pour les admirateurs de Patrick Dewaere, permet de mieux comprendre sa fin.

La mise en place des personnages et des faits se met en place lentement, mais une fois que l'on s'est imprégné de cette ambiance, le livre est si prenant que l'on ne le repose qu'une fois terminé.
Superbe.

Enguerrand Guépy de lui rendre un si bel hommage.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai hésité avant de lire ce livre. Ce n'est pas que je n'aime pas l'acteur Patrick Dewaere, c'est que je ne l'ai pas connu, il était déjà mort, mythifié, quand j'ai commencé à m'intéresser au cinéma. Pour moi, il fait partie de ses acteurs imprévisibles, ingérables, complètement cramés par la vie, et des acteurs qui vivent ainsi, il n'y en a plus. Faut-il le déplorer ou au contraire s'en réjouir ? Selon la réponse, on s'intéressera ou non à la biographie de Patrick Dewaere.
La fin est connue, forcément, et l'on sait, comme quand on lit une tragédie grecque, que la fin est déjà écrite. On sait que rien ne pourra l'en empêcher. Je tente une formule facile : Marcel Cerdan devait être le rôle de sa vie, il fut celui de sa mort. J'ai regretté que l'on donne trop de place à l'actrice qui devait jouer avec lui, que l'on donne aussi, après que la tragédie sera consommé, trop de place aux états d'âme du réalisateur.
Bien sûr, je suis peut-être un peu dure, parce que les états d'âme de Patrick Dewaere sont là, et bien là. Lui qui n'avait pas de plan de carrière, lui qui ne gérait rien face à la presse, lui dont la vie sentimentale partait à vau l'eau, délitement progressif, construction d'une vie de couple et de famille, impossible, parce qu'une femme ne pouvait pas le sauver de ses démons, de lui-même. Peut-être parce que sa vie avait été bâti sur un secret, qui fut lui-même mythifié, celui d'une belle et grande histoire d'amour qui lui aurait donné naissance.
Je me suis laissée emporter par le souffle narratif, puissant, par le tourbillon d'émotions ressenties par celui qui peina à être le personnage principal de sa propre vie, passant plus de temps à se détruire qu'à vivre. Et si la lecture de ce livre donne une envie, c'est celle de revoir un de ses films.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Juillet 1982. Patrick Dewaere s’apprête à incarner Marcel Cerdan dans un film-événement de Claude Lelouch qui lui apportera la consécration qui, d’après lui, lui manque : Edith et Marcel. Pour ce rôle il a arrêté la drogue et l’alcool, s’est entraîné à la boxe de façon très intensive : il est prêt. Mais cet acteur torturé ne peut s’empêcher de douter de lui. S’il est intimement convaincu de son talent, il est aussi persuadé de n’avoir jamais été reconnu à sa pleine mesure, notamment parce que Depardieu, « le gros », « le crasseux », lui a volé la vedette dans Les Valseuses, ou plus exactement parce qu’il lui a permis, par son « jeu en dedans », d’apparaître comme la vraie vedette du film, alors que Dewaere est certain de posséder un talent bien supérieur. S’il se sait ingérable, il pense aussi qu’on lui en veut, que la profession et les journalistes le rejettent, comme celui qui lui a traîtreusement demandé s’il n’avait « tourné que dans des mauvais films ». Il a peur de leur donner raison, de ne pas être à la hauteur, de ne pas savoir faire taire ses démons. ● Si l’on connait tous l’issue de ce récit, Enguerrand Guépy sait pourtant le rendre haletant grâce à un style affûté. ● Le portrait qu’il fait de Patrick Dewaere, le « fauve », est absolument magnifique et rend justice à l’acteur hors normes qu’il fut et qui nous hypnotise encore dans ses grands rôles comme, outre Les Valseuses déjà mentionné, Coup de tête, Un mauvais fils, La Meilleure Façon de marcher, Série noire, les films de Bertrand Blier… ● Je suis fasciné par cet acteur et on ne peut qu’être déchiré par sa disparition à seulement 35 ans, en pensant à tous les films qu’il aurait encore pu tourner. Mais Enguerrand Guépy nous fait bien comprendre le caractère tragique de l’existence de Patrick Dewaere, au sens classique du terme, c’est-à-dire qu’il était prisonnier de forces mortifères qui le dépassaient, d’une destinée contre laquelle il a en vain tenté de lutter. ● Ce n’est pas ici une biographie factuelle, et, si l’on peut regretter le caractère trop allusif de certaines références, on comprend bien que l’auteur a souhaité raconter à sa façon les derniers jours de l’acteur qu’il admire et aime, en nous le faisant coir de l’intérieur : il y a parfaitement réussi. ● Je remercie Netgalley et les éditions du Rocher de m’avoir permis de lire cet ouvrage dans le cadre du Challenge Netgalley 2022.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un bel hommage rendu à cet immense acteur dans ce roman, car c'est par une représentation très sensible et très visuelle que l'auteur nous raconte les derniers jours et le suicide de Patrick Dewaere décédé en juillet 1982.

Patrick Dewaere, acteur de génie mais écorché vif, tente un comeback en interprétant le rôle de Marcel Cerdan dans le film Edith et Marcel de Claude Lelouch.

Nous en sommes aux répétitions et Patrick Dewaere est complètement investi dans ce rôle, s'entrainant sans relâche, ayant mis fin à ses addictions mais dans cet être terriblement imprévisible, qui doute sans cesse de lui et de ses performances, le combat entre l'espoir et l'échec est permanent. Le coup final lui sera porté par sa femme qui lui annonce qu'elle le quitte pour son grand ami un certain Mich dans lequel on reconnait bien entendu un grand humoriste.

C'est dans ce combat permanent, dans sa rivalité avec un autre acteur qu'il surnomme le gros, dans ses abandons par les femmes qu'il a aimé et notamment Miou Miou qu'il finira par baisser les bras et mettre fin à ses jours.

Le film se fera toutefois avec le propre fils de Marcel Cerdan dans le rôle de son père.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman car la plume sensible de l'auteur apporte un côté photographique, lumineux et vrai à cette biographie. Les côtés sombres de l'acteur, ses doutes permanents, ses addictions, sa rivalité avec Depardieu, ses amitiés sincères et ses amours difficiles sont criants de vérité et on ne peut qu'être touché par ce destin brisé alors qu'une nouvelle carrière s'ouvrait à lui.

Merci beaucoup à NetGalley et aux Editions du Rocher pour ce roman que je classe dans mes coups de coeur 2022



#Unfauve #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est reparti pour le challenge Netgalley 2022 qui a pour but de nous faire découvrir de nouveaux horizons littéraires! Dans la sélection proposée, mon choix s'est porté sur "un fauve", une biographie romancée écrite par Enguerrand Guepy qui rend un véritable hommage à Patrick Dewaere, acteur de cinéma des années 70-80. Les fans du septième art se replongeront dans une journée marquante du mois de juillet 1982 pendant le tournage d"'Édith et Marcel" un film retraçant la vie d'Edith Piaf et du boxeur Marcel Cerdran, joué par Patrick Dewaere. Ce rôle pour cet acteur incontrôlable découvert par Claude Lelouch est censé être le rôle de la vie. Pourtant de nombreux doutes vont l'assaillir à jamais...
Cet ouvrage est agréable à lire et sera source de nombreux souvenirs d'une époque pour de nombreux lecteurs. N'étant pas cinéphile et ne m'intéressant pas aux sports de combats, ma lecture s'est accompagnée d'un travail de recherche pour recontextualiser le récit. Je tiens à remercier Elidia Éditions, les Éditions du Rocher, Enguerrand Guepy et Netgalley pour la découverte de cet ouvrage qui m'a donné envie de parfaire ma culture cinématographique en regardant les films dans lesquels a joué le Fauve...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un acteur qu on a aimé, donc on ne peut qu aimer ce livre bien écrit.. un livre intéressant, et on découvre des choses qu on ne savait pas.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’étais petite quand Patrick Dewaere s’est suicidé. Alors bien sûr, j’apprécie depuis toujours le comédien, mais je ne savais pas dans quelles circonstances, avaient eu lieu ce geste tragique.
L’auteur se met à la place du « Fauve » et nous relate cette dernière journée, pourtant démarrée sous les meilleurs auspices. Enfin, un grand rôle à sa mesure, une forme physique éclatante, une nouvelle vie….
Mais les démons reprennent le dessus, sur cet homme à la sensibilité exacerbée.
C’est extrêmement touchant, poignant, on espère tellement, qu’on essaye d’oublier l’issue fatale…
Un très beau portrait qui rend hommage à ce grand Monsieur du cinéma.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Guepy Enguerrand nous entraîne dans l’univers de l’acteur à la peau écorché de Patrick Dewaere. Aux prises avec ses propres démons, il fera tout pour se battre contre ceux-ci afin d’incarner le grand, brillant et puissant : Marcel Cerdan. Malgré ses addictions passées, il va travailler fort afin de faire de ce rôle, le meilleur.
Ce roman est une biographie, un hommage, même s’il est classé comme une fiction.
Une histoire intrigante, un hommage réaliste.
Je n’étais pas forcément fan de l’acteur et trop jeune pour souvenir de lui de son vivant mais j’étais extrêmement intrigué par son histoire, ses démons, sa fragilité.
J’ai été happée par cette histoire, par cette personne qui avait tout pour être heureux mais la vie n’est pas aussi simple….
L’auteur écrit avec enthousiasme, avec un souci du détails, ce qui fait de cette histoire une beauté de réalisme, et nous captive jusqu’au bout même si l’on en sait malheureusement l’issue.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Guepy Enguerrand nous propose de vivre les derniers instants de la vie de Patrick Dewaere…
Il nous livre les doutes et les angoisses qui ont été les siennes avant d’entamer le tournage avec Lelouch, de façon juste et humaine.
C’est également l’occasion de nous replonger dans l’ambiance des années 80 et de côtoyer Coluche et Renaud.
La fragilité de l’écrivain est livrée avec beaucoup de respect et il ne s’agit pas là de livrer une explication sur son geste mais juste de donner des pistes pour le comprendre.

Un roman réussi, très agréable à lire. On y redécouvre ce fabuleux acteur et l’on sort de la lecture avec l’envie d’aller redécouvrir sa filmographie.
.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :