Sur l'autre rive

Lu par Sylvain Agaësse
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 15 sept. 2021 | Archivage 13 oct. 2021
Audiolib, Littérature

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Surlautrerive #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Saint-Nazaire, ses chantiers navals, une forêt de silos et de grues, les marais et l’océan à perte de vue, un pont entre deux rives. Pour Franck Rivière, 21 ans, jeune espoir du football local, des rêves plein la tête, c’est aussi la fin du voyage : une chute de 68 mètres et son corps glacé repêché au petit matin.

Tandis que le capitaine Marc Ferré doute de ce suicide, Julia, la sœur de Franck, brillante avocate « montée » à Paris, se heurte aux vérités d’une ville qui cache mal sa misère, ses magouilles et son pouvoir secret : que le bizness paie peut-être plus que le ballon rond, que Saint-Nazaire ne l’a jamais quittée, et qu’on n’enterre pas aussi facilement un amour d’adolescence.

Sur l’autre rive est un récit aussi noir que sensible où se déploient la puissance romanesque et le style percutant d’Emmanuel Grand, l’auteur de Terminus Belz et des Salauds devront payer.

Saint-Nazaire, ses chantiers navals, une forêt de silos et de grues, les marais et l’océan à perte de vue, un pont entre deux rives. Pour Franck Rivière, 21 ans, jeune espoir du football local, des...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9791035406684
PRIX 21,95 € (EUR)
DURÉE 12 Heures, 12 Minutes

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

Franck Rivière est retrouvé mort dans la Loire, au pied du pont de Saint Nazaire. Un suicide à priori. A priori seulement, parce que Marc Ferré, policier chargé de l'enquête a un doute. Au-delà de l'enquête sur la mort de Franck, le roman montre la galère pour les jeunes de s'en sortir et la difficulté de résister à l'argent facile. Sans pour autant se limiter à une peinture sociale de Saint Nazaire, l'histoire aborde le chômage après la gloire des chantiers navals, l'avenir bouché des jeunes, la frontière entre les bourgeois et les autres, et surtout les trafics qui gangrènent le tout. L'intrigue nous fait suivre m'enquête sur la mort de Franck, avant de revenir un an en arrière pour nous raconter comment il en est arrivé là, jusqu'au final, inexorable et attendu. Si tous les personnages que l'on croise à fil des pages ne sont pas sympathiques, l'auteur dresse un portrait varié de la société montrant la ligne si facile à franchir entre honnêtes gens et truands. La narration de ce livre est portée par Sylvain Agaësse. Il offre à l'histoire à la fois de la sobriété, mais aussi une immersion dans l'intrigue en modulant sa voix en fonction des personnages qu'il fait parler. Un excellent lecteur pour cette histoire qui arrive à faire ressentir la tension comme les sentiments qui émaillent le roman. Sur l'autre rive est finalement un polar efficace sur fond de fresque sociale.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne connaissais pas cet auteur et une nouvelle fois c’est le coup de coeur grâce à Netgalley et Audiolib que je remercie pour leur confiance. Ce polar m’a enchantée, il est lu avec brio par Sylvain Agaësse, qui sait l’interpréter à merveille, modulant sa voix selon le personnage mis en scène. Il nous tient en haleine sans une minute d’ennui durant plus de douze heures. J’apprécie pleinement cette manière de découvrir autrement les livres et ce roman se prête tout particulièrement bien à cet exercice. Julia est avocate à Paris, elle a réussi et une nouvelle relation va peut-être commencer avec un collègue, mais sa tante lui téléphone, la ramenant au passé qu’elle a fui treize ans plus tôt : son jeune frère, Frank, vingt et un an, vient de se jeter du haut d’un pont, ses parents sont anéantis et Julia décide de se rendre à Trignac. Marc Ferré, le policier chargé de l’enquête est un ancien amour de lycée, le médecin légiste a conclu à un nouveau suicide, mais le policier a des doutes. Tous les suicidés du pont sont nettement plus âgés, les jeunes choisissent d’autres méthodes, et qu’est-ce qui aurait pu pousser cet espoir du foot local à ce geste désespéré ? Ses supérieurs lui mettent la pression, il y a d’autres affaires plus urgentes, un témoin s’annonce à la dernière minute, il avait peur de parler mais se décide quand même : il a vu deux personnes jeter Frank du pont. L’enquête est relancée et Marc essaie de comprendre comment il en est arrivé là. On remonte un an en arrière dans la vie du jeune homme : il est jardinier, en couple avec Sandra, une esthéticienne, il a aussi fui sa famille, même s’il n’est pas allé aussi loin que Julia. Il faut dire qu’il n’est pas gâté avec son père, un ouvrier handicapé et alcoolique qui vit dans la nostalgie de la grande époque révolue des chantiers navals de St Nazaire, il est aigri et ne s’intéresse guère à ses enfants, la mère est complètement soumise à son mari qui la houspille sans cesse. Heureusement, son oncle Régis s’intéresse à lui, Régis a su faire de sa petite boucherie une grande entreprise, il est un des patrons qui compte dans la ville et pour le club de foot local. Il est persuadé du potentiel de son neveu et l’engage dans son club pour qu’il puisse devenir professionnel. Frank a des goûts de luxe, il rêve d’argent facile, rêve encore renforcé par sa rencontre avec Yann et Clément, deux fils de bourgeois footballeurs dans la même club. Mais contrairement à eux, Frank n’a pas les moyens de ses ambitions et cèdera aux sirènes de l’argent facile avec toutes leurs conséquences mortelles. La construction de ce roman est originale et sait nous tenir en haleine, l’écriture est fluide et très agréable, il n’y a aucun temps morts. La région de St Nazaire et son fameux pont sont des personnages à part entière du livre, et j’ai beaucoup aimé visiter ce coin. La ville est ravagée par la crise économique, les jeunes n’ont aucun avenir, si ce n’est de devenir chômeurs et alcooliques s’ils appartiennent à la classe ouvrière, selon Régis, qui a su tirer son épingle du jeu, il essaie d’offrir une autre perspective à Frank, mais sur ce terrain défavorisés, les trafics en tous genres prospèrent, semblant ouvrir une voie royale vers la prospérité. Les classes sociales ne se mélangent pas, les bourgeois habitent d’autres quartiers, même si l’alcool et la drogue coulent à flot des deux côtés. L’un des aspects les plus intéressant de ce livre est la peinture de cette société si divisée et de la galère des ouvriers. Le dénouement est inattendu, ce qui est un bon point pour un polar. Les personnages sont très fouillés et convaincants, l’histoire pourrait s’être passée ainsi, leurs espoirs et leurs désillusions sont très bien décrits. C’est un univers surtout masculin et les personnages féminins sont en retrait, ce qui est dommage. Plusieurs intrigues parallèles permettent d’augmenter le suspense et l’intérêt pour ce polar qu’on ne peut lâcher avant le point final. Ce roman est un coup de coeur qui me donne très envie de découvrir les autres livres de cet auteur. Les bons romans noirs sont souvent américains, et c’est un plaisir de découvrir un français qui les vaut largement, je le recommande chaleureusement. Il est très complet et passionnant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :