Autopsie d'un drame

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 10 mars 2021 | Archivage 10 mai 2021

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Autopsiedundrame #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Jess, mère au foyer, fait preuve d’une grande dévotion envers ses trois enfants, qu’elle chérit et protège à tout prix. C’est du moins la façon dont Liz, son amie depuis dix ans, la perçoit.  Mais le doute s’installe lorsque Jess se rend aux urgences pédiatriques où travaille Liz. Dans ses bras, sa fille Betsey, âgée de dix mois, présente tous les signes d’un traumatisme crânien. Jess, d’ordinaire si soucieuse du bien-être de sa famille, semble étrangement distante et peu concernée par la situation, et ses explications ne collent pas avec  la blessure de l’enfant. Liz s’interroge sur les réelles motivations de son amie. Pourquoi a-t-elle attendu  aussi longtemps avant de se rendre à l’hôpital ?  S’agit-il vraiment d’un accident, comme elle l’affirme ?  Un drame psychologique brillamment tissé qui sonde  les enjeux de la maternité, de l’amitié et interroge  ce qui nous lie ou nous sépare.

« Captivant, intelligent et intense. »  Paula Hawkins, auteure de La Fille du train.

« Un roman qui nous entraîne de surprise en surprise. » Claire Fuller, auteure d’Un mariage anglais.

« Une lecture émouvante, parfois terrifiante  et complètement addictive. »  Daily Express.

Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Alice Delarbre.

Jess, mère au foyer, fait preuve d’une grande dévotion envers ses trois enfants, qu’elle chérit et protège à tout prix. C’est du moins la façon dont Liz, son amie depuis dix ans, la perçoit. Mais le...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782253134787
PRIX 14,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Ce livre vous propose une lente descente en enfer pour une famille accusée de maltraitance sur enfant.
La tension ne cesse jamais et on ne peut que tourner les pages et se poser de nombreuses questions. l'ensemble de la famille et de son entourage est emportée dans cette spirale. Très réussi . Merci pour ce bon moment

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre que j'ai lu jusqu'au bout et pourtant c'est le genre de romans que j'abandonne ou que je ne me donne même pas la peine de lire.
En effet, en tant que maman, je ne supporte pas l'idée de lire la maltraitance des enfants. Et là, pour le coup, on est servi !
Une grande partie du roman se situe dans une unité de soins pédiatriques ou dans la maison de Jess qui ne supporte plus sa petite dernière. Entre les interrogatoires de la police, les pensées affolées de Jess, les questionnements de son mari, ou encore le retour sur le passé trouble de la mère de Liz, l'auteure n'a aucune pitié pour nous.
Pleurs du bébé incessants, insomnies, isolement, tel est le cocktail explosif qui pousse Jess à avoir des pensées destructrices.
Encore une fois Sarah Vaughan maitrise son sujet. Il n'y a pas de doigt pointé mais une prise de conscience sur un sujet de société encore trop tabou.
Le twist final permet une fin en apothéose.
A lire absolument même s'il faut s'accrocher par moments.
Merci Netgalley et les éditions Préludes pour cette lecture

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Charlotte, Jess, Mel et Liz quatre jeunes mamans ont fait connaissance dans un cours de préparation à l’accouchement. Des quatre, Jess est la seule à avoir choisi d’être mère au foyer, elle n’a jamais exprimé de regret, elle adore ses enfants. Elle est une mère exemplaire, capable de murmurer à l’oreille des bébés. Pourtant c’est une mère apeurée au regard fuyant qui amène son dernier enfant aux urgences pédiatriques là où exerce Liz. Sa fille Betsey a le crâne légèrement enfoncé à l’arrière, elle s’est cognée la tête et le scanner a révélé une fracture crânienne. Mais rapidement le doute s’installe parmi le personnel soignant et l’attitude de Jess mélange de peur et de culpabilité ne fait qu’accroître le doute sur une possibilité de maltraitance. Alors la machine administrative s’emballe, enquête de police, services sociaux, assistante sociale.
Sarah Vaughan aborde avec sensibilité et réalisme le douloureux problème de la maltraitance vis-à-vis des enfants. Elle décrit parfaitement la dépréssion postnatale, l’épuisement et l’isolement d’une mère de famille, le manque de soutien, le mariage qui part à la dérive, tous ces facteurs qui peuvent faire basculer une maman. Deux portraits dominent ce roman choral. Celui de Liz médecin au service de pédiatrie d’un hôpital londonien, mère de deux enfants, elle est tiraillée entre son travail et sa famille, un numéro d’équilibriste, toujours faire des compromis. Elle se sent coupable de ne pas avoir su repérer la détresse de son amie, de ne pas l’avoir écoutée. Elle n’a pas été un assez bon médecin, elle n’a pas été une bonne fille, une bonne amie.
Comment ne pas être sensible à la souffrance de Jess, ses efforts pour donner l’illusion que tout va bien, qu’elle maîtrise parfaitement la situation, ses angoisses de faire du mal à son enfant, son lent glissement vers une sorte de folie destructive. La suspicion qui se lit sur le visage des voisins, des amis, voire de son propre mari.
L’auteure nous entraine des années en arrière, entre sorties entre filles, barbecue entre amis, club de lecture pour expliquer les blessures de l’enfance, les secrets dissimulés, un passé douloureux qui ressurgit. Sarah Vaughan réalise avec brio cette autopsie d’un drame annoncé avec une analyse psychologique très détaillée de ces mamans sur lesquelles tout repose et elle surprend son lecteur avec une fin totalement inattendue.
Merci infiniment aux éditions Préludes et #Autopsiedundrame #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

l'auteur aborde plusieurs thèmes :
- la maternité et l'accouchement
- la situation de mère au foyer
- l'amitié
A travers Jess l'auteur nous parle d'une mère qui a peur pour ses enfants, et qui "malade" a peur de leur faire du mal. Liz médecin et amie de Jess doit va lui porter un coup fatal. Liz se remet aussi en question, même si sa vie professionnelle et familiale l'accapare, n'aurait-elle pas dû garder contact avec Jess et voir ce qui allait se passer ?
Un suspense qui se tient et qui nous réserve des surprises.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

#avislecture

Autopsie d'un drame de Sarah Vaughan

J'ai dévoré ce livre !
Commençons par la fin même si je ne spolierais pas : " je vous promets qu'aucun des personnages de ce roman n'est inspiré de vous " .
Et bien j'ai envie de dire heureusement. Et pourtant, personne est à l'abri de déraper... Et finalement , ces personnages m'inspirent énormément de sympathie .

Le contexte du livre : 4 familles. 4 nanas qui se sont rencontrées lors de leur cours de préparation à la naissance . Leurs maris ,et leurs enfants .
Arrive un drame. Un bébé hospitalisé pour une fracture crânienne.
Jusqu'au toutes dernières page du livre , le suspense est là.
Tout est décortiqué dans ces familles. Leurs enfances , leur vision de l'éducation, leur vie quotidienne entre le travail ,les bébés , les mères au foyer.
Longuement le fil se déroule pour découvrir une dépression post-partum. Mais comment est-ce possible que personne n'ait remarqué ?
Comment un parent aimant peut-il déraper ?
Quelle force a dû avoir cette femme pour se battre contre ses propres démons , sans se confier , tout en protégeant les siens ...
Comment une histoire d'amitié peut-elle déraper à ce point ?
Comment un parent peut-il devenir maltraitant ? Comment ne pas reproduire les mêmes schémas à son tour ?
Vous l'aurez compris ce roman parle de violence familiale, de dépression post-partum, d'éducation, mais aussi de jalousie, et surtout d'amour .
D'amour filial . Cet amour que seul les parents peuvent ressentir au plus profond d'eux pour leurs enfants .

Ce roman est vraiment bienveillant,pas de jugement hâtif . Les personnages cherchent à se comprendre , et à faire preuve de pardon et de résilience.
Une fois de plus l'amitié est mise en avant .
"Seul on va plus vite mais à deux on va plus loin ".
Pourtant ce serait tellement plus facile de juger ...
Suspense garantit !

Merci à #NetGalleyFrance .

Bonne lecture 😊.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La vie mouvementée de la pédiatre Liz se complique lorsqu’elle ausculte un bébé présentant un traumatisme crânien avec fracture et vomissements. En effet, sa mère Jess, qu’elle connait bien, semble trop floue sur les circonstances de sa chute…Elle se doit moralement de déclarer ce fait aux services sociaux pour qu’ils enquêtent sur le sort de Betsey. Mais comment ne pas avoir l’impression de trahir son amie Jess ? Elle a toujours admiré cette femme au foyer pour sa patience et son talent auprès des enfants. Que cache le couple parfait qu’elle forme avec le séduisant et brillant Ed ? C’est une véritable descente aux enfers qui s’annonce pour eux…
Ce récit nous plonge dans les affres d’une mère traumatisée par son accouchement et toute entière consacrée à ses enfants pendant que son mari travaille longtemps pour « faire bouillir la marmite », comme on dit. Le récit fait selon différents points de vue est agrémenté de flash-back retraçant l’amitié de quatre jeunes mères dont les chemins se sont un peu éloignés à cause de leur vie de famille. Tout au long de ce roman plutôt angoissant, le doute s’insinue sur Jess. Il questionne sur le rôle ambivalent de mère, sur l’amitié et nous invite à nous demander si nous connaissons vraiment nos proches. J’ai bien aimé le renversement de situation de la fin !
Merci aux Editions Préludes et à Netgalley pour la mise à disposition de ce roman à suspense.
#Autopsiedundrame#NetgalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Londres. Angleterre.
Janvier 2018.
La pédiatre, Liz, reçoit aux urgences de l’hôpital, Betsey Curtis, un bébé de quelques mois pour un traumatisme crânien. Mais, le protocole et sa hiérarchie lui imposent de prendre le recul nécessaire au prétexte de sa proximité affective avec Jess, la maman de l’enfant. Cependant, avant de se dessaisir de cette jeune patiente au profit de ses collègues, Liz alerte les services sociaux. Vu la gravité des dommages et le comportement anormal de Jess, il devront comprendre ce qui s’est passé.
Ainsi, moralement tiraillée entre sa conscience professionnelle et son amitié avec Jess, Liz s’interroge à propos de celle qu’elle a toujours considérée comme une mère exemplaire et femme au foyer accomplie. Leur rencontre date de leurs cours d’accouchement lors de leur première grossesse. Et dès lors, perdure leur petit groupe ainsi constitué avec Mel, Charlotte, et tous leurs maris respectifs. Pourtant, le remarquable sens pragmatique et organisationnel de Jess a souvent fait douter Liz de ses propres qualités maternelles, mais sa passivité observée devant l’état de santé de Betsey la déstabilisent aujourd’hui.
Comment une mère si parfaite a-t-elle pu changer au point de maltraiter sa fille ? Que s’est-il passé avec l’enfant ? Beaucoup de questions taraudent Liz forcée d’abandonner la famille Curtis à l’enquête intrusive des services sociaux. En parallèle, la décrépitude préoccupante de sa propre mère va lui apporter un éclairage nouveau, notamment sur leur relation tendue.
MON AVIS
Service de presse : un grand merci à Netgalley.com et les éditions Préludes.

Ce thriller domestique addictif décortique le cheminement d’un drame familial, comme le précise le titre « autopsie ». Dépourvu d’ambiance morbide malgré l’état critique de l’enfant, une grande part de psychologique l’alimente.

Le fait préétabli du départ, un bébé violenté, fait craindre un ennui de lecture à venir parce que l’affaire parait préalablement bouclée et, pourtant… les réflexions des personnages divergent, et des flashs sur cette journée fatidique instruisent le lecteur pour aboutir à des rebondissements inattendus !

Le récit aborde beaucoup de thèmes, à commencer celui de la famille dans sa globalité (maternité, paternité, couple, divorce, enfants, relation mère-fille, les méthodes éducatives, le rôle des parents, la place du père). On y décèle aussi : Le rôle de la femme dans la société, le monde médical, les addictions, la résilience, le Tdah -ou hyperactivité-.

Comme dans son précédent ouvrage, l’auteure S. Vaughan 👉📖 Anatomie d’un scandale sait insinuer le doute dans des circonstances tout à fait plausibles autour de personnages tout à fait crédibles. En maitrisant à merveille le risque des situations ambiguës, elle entraine le lecteur dans un jeu de tergiversations psychologiques à propos d’attitudes ou comportements suspects pour éliminer toute certitude, puis asséner une vérité finale. Elle s’applique à maintenir un suspense, car comme dans la réalité, ici, rien n’est noir ou blanc.

Mon premier coup de cœur de l’année ! Ne manquez surtout pas ce roman quand il sortira en mars.

Pour aller plus loin
Du Baby blues à la dépression post-partum
Le cadre du récit part de l’hypothèse d’une famille contemporaine de trois enfants de catégorie sociale sup intime de celle d’une pédiatre à l’hôpital et d’un prof. Mais un accident domestique presque banal (quel bambin n’est jamais tombé ?) va bouleverser l’équilibre familial et amical quand va s’immiscer la Loi, l’autorité administrative.

On assiste à une descente aux enfers d’un père sidéré par la découverte d’une épouse débordée par la naissance d’un dernier-né difficile et l’indocilité des ainés. En l’occurrence, les pleurs incessants de Betsey, la petite sœur de Kit et Francky mettent les nerfs de Jess à rude épreuve. Cette maternité qu’elle appréhendait déjà avec l’agitation incontrôlable de Francky, a fini par anéantir sa confiance. À travers Jess, l’auteure illustre à merveille le processus de la perte de confiance d’une maman déconcertée face à son insupportable petite dernière. Vue de l’extérieur, son expérience exclut cette perte de contrôle, et la confine encore dans sa solitude et la contraint à se tourner vers le Net.

Épuisée par son impuissance à calmer le bébé, Jess combat ses mauvaises pensées. La conscience d’idées de violences contre sa fille la bouleverse. Et personne n’a deviné sa détresse psychologique.

UNE ENFANT MEURTRIE
L’auteur a effectué une prouesse un partant d’un fait établi : La maltraitance évidente sur bébé. Mais Liz, morfondue de culpabilité à cause de sa dénonciation reste sceptique quant à la responsabilité de Jess. Pour la comprendre, elle va analyser leurs rencontres au gré de sa narration des derniers mois, pour y déceler des signes latents de violences.

Et ainsi, en filigrane, la perspicacité et la psychologie de Liz vont démêler l’inimaginable film de la tragédie. Car, le constat dramatique d’une chute cache un imbroglio de fils conducteurs. L’héroïne attachante représente la noblesse de l’humilité et de l’humanité.

DESPERATE HOUSEWIFE (femme au foyer désespérée)
Ainsi, les scènes passées ou présentes des tableaux sur les familles amies décortiquent l’état d’esprit de Jess, et qui pourrait justifier un geste malheureux… Pour les adeptes de cette série culte du même nom 👉📺 Desperate housewife, ils retrouveront une bande de copines avec leurs défauts et bienveillance, même si ici, la plupart travaillent. Leur amitié entretenue depuis la préparation de leur premier accouchement, ces femmes partagent activités et confidences avec un caractère propre. Et là, Jess s’apparente à la Bree Van de Kemp de la série, mère de famille toujours impeccable, où rien ne dépasse, « insubmersible » et perfectionniste.

Sans divulgâcher, le calme relatif au sein de ce groupe d’amis va nous captiver jusqu’à la fin, même si Liz et Jess en sont les héroïnes. Le rythme dynamique d’une écriture fluide provient aussi de l’alternance du récit de Liz à la première personne et des chapitres à la narration omnisciente de Jess ou son mari Ed, ou encore Janet…

À lire absolument !
Citations
La médecine ne relève pas seulement de la science, mais aussi de l’art : un art dans lequel le discernement et l’intuition jouent un rôle déterminant dans le processus de décision point alors je connais Jess depuis dix ans. J’ai forcément une petite idée sur la question de la sécurité de l’enfant non ?
Il existe différents types d’éducations destructrices. On aurait pu dire des miens [parents] qu’ils étaient gentiment négligents. Ils ne s’occupaient pas beaucoup de nous, ils nous considéraient comme un dérangement. Mon père nous frappait rarement, néanmoins ça restait une possibilité si nous franchissions une limite. C’était la pratique, vous l’avez dit.
Pourquoi donc nos peurs s’exacerbent-elles au cœur de la nuit, pourquoi nos angoisses les plus enracinées choisissaient-elles ces heures silencieuses pour remonter de notre subconscient ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai été happée par ce roman qui décortique le mal être d'une mère en apparence parfaite mais qui se débat avec ses doutes, ses angoisses tout en sauvant les apparences. L'auteur décrit tout cela avec brio en passant au crible l'attitude des gens qui voient que quelque-chose ne va pas mais qui ne s'arrêtent pas sur les signes par convenance.
Le roman est très bien construit. Chaque chapitre est centré sur un personnage et décortique son état d'esprit. Certains chapitres sont des flash-back qui montrent au lecteur les signes qui mis bout à bout font sens pour arriver à un terrible dénouement.
Une roman haletant, qui tient ses promesses et durant lequel on ne s'ennuie pas une seule seconde.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Que se passe-t-il derrière les belles portes des quartiers chics anglais ? Les mamans bons chic bon genre, à l’allure si parfaite que l’on croirait leur intérieur ou leurs enfants directement sortis d’un magazine, que cachent-elles une fois la porte tirée ?

Médecin, Liz voit un jour arriver aux urgences une des ces mères, avec son bébé, victime, semble-t-il, d’une mauvaise chute. Simple accident ? Négligence ? Blessure , maltraitance volontaire? Au delà de ses sentiments personnels pour cette femme qui est par ailleurs son amie, elle est poussée par son supérieur a alerter les services sociaux. La machine se met rapidement en route (j’espère d’ailleurs que c’est vraiment le cas dans la réalité). Et derrière les apparences de mère idéale se cachent bien des choses… mais pas forcément celles auxquelles on pense d’abord.

Un conseil, si vous envisagez une grossesse, ne lisez pas ce roman tout de suite ! Pour tous les autres lecteurs, il est en revanche passionnant ! Une belle analyse psychologique des personnages, et de tout ce que l’arrivée d’un bébé peut engendrer. Les questionnements, les angoisses, beaucoup de thèmes sont abordés. La famille est décortiquée en tout sens, les relations au sein du couple, enfant-parent, au sein des fratries…

De nombreux parallèles se dessinent entre les différents protagonistes, et le suspens est bien mené. Si je m’étais doutée du premier rebondissement, je n’avais pas vu venir le dernier!

Un roman qu’on a du mal à reposer une fois commencé!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Netgalley et aux éditions Préludes pour cet envoi ; un plaisir de retrouver la plume de cette auteure dont j’avais beaucoup aimé le 1er : « Anatomie d’un scandale ».


Sarah Vaughan aborde ici un sujet délicat concernant le rôle des mères de famille, la dépression post-partum et le fait de gérer le quotidien. Nous avons d’un côté Liz notre pédiatre qui voit un jour arriver la fille d’une de ses meilleures amies Jess, dans son service. Le bébé Betsey a la tête enfoncée à l'arrière, et le scanner est sans appel, il s’agit d’une fracture crânienne ; Betsey doit rester à l’Hôpital.
Comment LIZ a pu passer à côté de ces signes de dépression dont souffre son amie ? ? Pourtant Jess à tout d’une mère exemplaire, alors que s’est t’il passé pour en arriver à de telles conséquences et un tel drame ?
Alternance passé/présent qui dynamise le récit et apporte une précision sur la vie « avant d’être mères » de cette petite bande de copines.
La fin m’a beaucoup touchée et les révélations forment un petit twist que je n’ai pas vu venir. Un bon thriller domestique dramatique sur les violences mère/enfant et le sujet assez tabou de dépression maternelle.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Liz est médecin pédiatre à Londres. Un vendredi soir, elle voit arrivée aux urgences Jess, une de ses bonnes amies. Sa fille de 10 mois Betsey, a une fracture crânienne. Les explications fournies par la mère de l'enfant sur les causes de cette blessure ne sont pas convaincantes, et malgré la confiance que Liz aimerait lui accorder, elle doit s'interroger, son amie a-t-elle fait du mal à son enfant ?
Je ressors un peu chamboulée par cette lecture. L'auteur arrive à nous immerger totalement dans les pensées de ces deux femmes. Le rapport de Jess à son enfant est perturbant. Et moi qui suis maman, je n'ai pas arrêté d'imaginer les pires scénarios qu'elle s'impose à mes propres enfants...
C'est un livre réellement très prenant, les personnages sont détaillés finement, le rythme très présent. Un livre qu'on a peu ou pas envie de lâcher...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai commencé ce livre sans avoir lu le résumé, seulement parce que l'autrice m'intriguait depuis plusieurs années. Et pourtant, ce genre de titre un peu aguicheur ne m'attire pas du tout en règle générale.
Mais j'ai été très agréablement surprise de ma lecture !
L'autrice est précise, autant dans sa description des milieux médicaux, que dans l'élaboration de la psychologie des personnages, et sais très bien doser le suspense. J'ai aimé qu'elle s'empare du sujet de la dépression post-partum, de manière à la fois factuelle et sensible. On n'en parle encore pas assez, dans les médias et en littérature. Elle présente aussi ce groupe d'amies, qui ont toutes une approche différente de la maternité et j'ai trouvé cette représentation très réaliste. La narration est aussi soignée : intervention de plusieurs protagonistes, à différentes époques. Ça rythme bien le roman. Un seul reproche : j'aurais aimé qu'elle soit plus incisive avec les personnages masculins, que je trouve assez épargnés.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une histoire prenante avec des personnages forts.
J’ai beaucoup apprécié ma lecture.
J’ai apprécié que petit à petit la suspicion s’immisce partout et qu’on remette tout en cause.
L’autrice a su faire monter la pression pour arriver à une résolution vers la toute fin qui est crédible.
Ce livre est une immersion dans la solitude quand on est mère. Et les amitiés qui se délitent au fur et à mesure que la vie se fait plus pesante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Grâce aux éditions Préludes, et via net galley, j'ai eu le plaisir de découvrir en avant-première le dernier roman de Sarah Vaughan : Autopsie d'un drame.
Liz est obligée, par sa hiérarchie et par conscience professionnelle, d'avertir les services sociaux quand une de ses amies, Jess, se présente aux urgences pédiatriques avec sa dernière née.
L'image lisse du couple et de Jess s'effondre.
Entre question de police, on-dits du voisinage, tout le monde remet en question la mère.
Mais est-ce aussi simple ?
Autopsie d'un drame est un thriller qui m'a marqué et que je n'oublierais pas de sitôt !
Charlotte, Jess, Mel et Liz se sont rencontrés lors de leur première grossesse, dans le cadre des cours de préparation à l'accouchement. Elles sont amies, plus ou moins proches. Leurs enfants vont dans la même école, elles se voient plus ou moins suivant leur travail, leur mode de vie..
Liz est médecin pédiatrique et elle est stupéfaite le jour où son amie Jess arrive aux urgences avec sa fille. Cette mère de trois enfants est détachée, ne semble pas comprendre la gravité de l'état de son bébé.. Elle a attendue plusieurs heures avant de l'emmener voir un médecin. Mais que c'est t-il donc passé pour que ce bébé ai le crâne en si mauvais état ? Personne n'est capable de dire ce qui est réellement arrivé.. Tout cela semble louche et met mal à l'aise.
Liz, sur insistance de sa direction, est obligée de signaler ses amies aux services sociaux.. Alors la machine se met en route, la police intervient.
Jess a t-elle fait du mal à sa dernière née ? Est-ce de la maltraitance ? Et si oui, cette femme est -elle maltraitante également envers ses deux aînés ?
Beaucoup de questions se posent, et elles vont être résolues peu à peu au fur et à mesure que les pages se tournent.
Le dénouement est très étonnant, différent de celui auquel je m'attendait. Ce qui me fait dire que souvent les apparences sont trompeuses, et que l'autrice a sûrement pris plaisir à nous emmener sur de fausses pistes.
J'ai adoré ce roman, qui est extrêmement bien ficelé. Nous découvrons ce qui s'est déroulé le jour où la petite est tombée, mais aussi des passages de leur rencontre, leur passé.. Les allers retours ne m'ont pas dérangé car c'est toujours cohérent.
Les personnages m'ont beaucoup plu car ils ne sont pas lisses.
Liz est ma préférée, surtout quand son propre passé remonte à la surface.
Le sujet abordé est difficile car l'idée que cela puisse être de la maltraitance est forcément présente... On a un doute tout du long, et c'est ce qui fait la force de ce roman, on ignore jusqu'au bout ce qu'il en est.
Autopsie d'un drame est un excellent roman que je vous recommande sans aucune hésitation, et qui mérite un gros cinq étoiles.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Encore un coup de coeur pour cet auteur et plus particulièrement pour se thriller domestique qui vous tien en haleine jusqu'à la fin. Les personnages sont nuancés , le rythme est soutenu avec l'alternance des voix.
Sarah Vaughan aborde des sujets graves et compliqués le burn out maternel et la dépression du post partum., la maltraitance et la culpabilité.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un bon roman, bien écrit, bien ficelé.
Le thème abordé est celui de la maltraitance d'un enfant.
Mais comment Liz va réagir face à ce sujet, survenant dans la vie d'une amie.
Que va révéler l'enquête ? confirmation de la maltraitance ou autre ?
Comment les personnalités évoluent-elles de l'adolescence à l'âge adulte ?
Tels sont les buts de ce thriller, qui est passionnant et assortit d'une belle couverture..

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Rentrée 2021 # Plaisir lecture # Thriller psychologique # Maternité # Maltraitance # Mal-être

Un livre à l'écriture fluide, facile et agréable
un sujet passionnant traité dans l'urgence des urgences.
Bessey aurait-elle été victime de maltraitance
cas de conscience
je la connais, Jess
qu'est-ce que je fais
c'est une mère parfaite,
enfin le souvenir que je garde d'elle

Un thriller, une étude psychologique
un roman de femme sur les mères (et quelques pères)

Courir après le temps,
courir pour éviter que,
courir pour être parfaite,
courir pour concilier ses différents métiers

courir courir courir après sa vie d'avant, liberté chérie,
celle où seule sa vie à soi comptait
courir courir courir pour être en phase avec sa vie de maintenant,
celle où la vie de l'autre est devenue la plus importante

rester soi, rester femme, tout en étant mère
langer, bosser, soigner, cuisiner, écouter, fare l'amore
et puis courir derrière le petit dernier
qui fait ses premiers pas et ses premières bosses
courir déposer les moyens aux foot, les grands au rugby
courir assister les yeux émerveillés aux spectacles de fin d'année

et puis courir après le temps qui passe, le couple qui s'use
et cette fatigue qui s'installe
courir sans jamais souffler ou si peu

Dis maman pourquoi tu cries, dis maman pourquoi tu es fâchée ?

Lizz est pédiatre, maman et copine de Jess qui mère au foyer est l'image de la femme parfaite. Celle-ci arrive un soir aux urgences avec sa petite dernière, fracture du crâne. Ses explications peu claires amènent la suspicion au sein des soignants et voilà la machine lancée: signalement aux services sociaux, enquête de police, ---
Elles étaient 4 copines unies par une première maternité vécue ensemble: Jess, Lizz, Charlotte et Mel.
Le seront-elles encore après ce drame ?
Et qu'est-il vraiment arrivé à Bessey ?

S'attaquer au sujet de la maltraitance d'un enfant par sa mère était assez 'casse-gueule' et c'est plutôt réussi. L'auteure l'a abordé sans pathos, sans effets de sang, avec une certaine pudeur et plein de questions sur la maternité, le baby blues, le poids de son éducation dans celle qu'on va transmettre, la course contre la montre que vivent beaucoup de femmes, beaucoup de mères (et de pères aussi)

Sarah Vaughan a brossé ici de jolis portraits de femmes modernes, chacune différente, chacune avec ses difficultés, chacune gérant son statut de mère à sa manière, chacune avec parfois un passé assez lourd influençant sa vision de l'éducation et sa manière d'être parent.

Quelques longueurs par moments sans être gênantes, un sujet interpellant et un final surprenant, donc --- oui !

Autopsie d'un drame sort le 10 mars 2021 chez Préludes Éditions
que je remercie ainsi que NetGalley France pour cette lecture enrichissante, pleine de suspens, qui questionne un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ---

Rentrée 2021 # Plaisir lecture # Thriller psychologique # Maternité # Maltraitance # Mal-être

Cet avis vous a-t-il été utile ?

#autopsiedundrame

Liz, pédiatre dans un centre hospitalier, est parfois confrontée à des parents maltraitants. Au moindre doute "un lanceur d'alerte" est fait à la police et l'aide sociale.

Alors quand son amie Jess, évasive, arrive à l'hôpital avec sa petite fille Betsey, dont un traumatisme crânien est détecté.
Liz à contrecœur va devoir signaler son amie, c'est le protocole, son travail est de protéger l'enfant. Pourtant elle ne peut y croire. Pas son amie, si aimante, si mère poule, si patiente avec ses trois enfant, dont un avec un tdha.

Mais pas de doute Jessica, paraît coupable, son discours est ambigu, changeant.

Liz à la recherche de la vérité, va voir son passé ressurgir. Sa mère n'a jamais été aimante mais plutôt détestable, laissant à ses deux enfants un traumatisme profond, des vérités cachés, dont le voile va s'occulter.

Liz va s'employer à comprendre son amie.

L'auteure avec ce thriller domestique nous prend dans ses filets, j'ai aimé l'alternance entre le ressenti de Jessica et de Liz. Immergée dans ce roman, j'ai douté jusqu'au bout.
Une enquête sur la maltraitance, un sujet délicat qui laisse des traces, reveille la culpabilité de ceux qui n'ont rien vu ou qui n'ont pas voulu voir entendre la détresse psychologique d'une femme.

Ce roman est touchant, traite avec beaucoup de sensibilité, qui fait écho.
L'angoisse monte crescendo, un malaise s'installe.

Au fil des pages la réalité nous apparaît poignante, et, laisse des traces indélébiles, on mesure la charge mentale qui pèse sur la mère au foyer.
Une femme, une épouse, une mère qui se doit d'être exemplaire, qui s'occupe de la maison, des enfants mais c'est aussi celle qui n'a jamais de temps pour elle, qui n'est jamais secondée et qui affronte seule les problèmes du quotidien.

Une femme épuisée.

Sarah Vaughan a abordé ce roman avec réalisme, la mère au foyer se retrouve souvent isolée du lien social, la détresse psychologique peut tout faire basculer.
Je ne cautionne pas mais je comprends.

On ressent la souffrance, l'illusion pour donner le change alors que le stress gagne, et peu faire glisser vers la folie.

Une écriture fluide, qui fait de ce roman, un roman addictif, qui me parle, parle à toutes femmes.
Un roman qui donne la chair de poule tellement il est facile de tomber...du côté obscur.

A lire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

« Pourtant, elle ne peut pas garantir la sécurité de sa fille, parce que la plus grande menace, c'est elle qui la constitue. »

Jess se rend aux urgences pédiatriques avec sa petite fille Betsey, dix mois pour des vomissements. C'est son amie Jess, pédiatre qui la reçoit en consultation. Le diagnostic tombe, traumatisme crânien. Les explications de Jess ne sont pas claires et les suspicions de maltraitance sont rapidement évoquée, suivi des signalements aux services sociaux et d'une enquête de police. Que s'est-il réellement passé ?

J'ai beaucoup aimé cette lecture, malgré un sujet délicat et poignant. L'autrice nous offre un roman sur la maltraitance infantile avec des personnages très bien écrit et très réalistes. Elle décrit la maternité, la dépression postnatale, l'épuisement, l'isolement, le manque de soutien qui on fait basculer la vie de notre personnage principal Jess. L'autrice maitrise son sujet sans le pointer du doigt, mais qui incite à une prise de conscience.

La plume de l'autrice est fluide et addictive. De plus les chapitres sont courts et alternent les différents points de vue (principalement celui de Liz et de Jess) ainsi que des flash-backs qui montrent les signes avant-coureurs et qui donnent du sens à l'histoire. J'ai d'ailleurs été très surprise du final que je n'avais pas vu venir.

En librairie à partir du 10 mars 2021.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Belle découverte que ce roman.
Elizabeth Trenchard, pédiatre à l'hôpital, est de garde cette nuit là quand son amie Jess arrive aux urgences avec Betsey, son bébé de dix mois.
Liz remarque que son amie a un comportement étrange mais pense que c'est sa phobie de l'hôpital qui en est la cause.
Avec l'aide d'un confrère, éthique oblige, dans le cas d'une proximité entre le patient et le praticien, Liz procède à l'examen clinique du bébé.
Selon les dires de Jess, Betsey n'arrête pas de pleurer et pour un raison inconnue.
Mais quand Liz découvre une grosseur molle à l'arrière du crâne du bébé, des doutes se forment dans son esprit, elle ordonne alors un scanner et le résultat est sans appel ; fracture crânienne.
Tout s'enchaine alors, il faut prévenir les services sociaux et la police.
Accident ou mauvais traitement ?
Roman captivant, émouvant, intense qui nous emmène vers un final époustouflant que rien ne laissait entrevoir.
Sarah Vaughan sait à chaque fois me toucher et m'étonner avec sa plume agréable.
J'ai adoré !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

*lecture terminée*

Je remercie les @preludeseditions et @netgalleyfrance pour ce service presse!!

Dans ce roman de Sarah Vaughan on suit Liz, une jeune femme qui travaille aux urgences pédiatriques. Un soir, son amie Jess amène sa fille Betsey, 10 mois, un peu patraque. Après divers examens, le diagnostique tombe, la petite fille aurait une fracture cranienne. Mais au vu des réponses de son amie, Liz a des doutes et fait appel aux services sociaux et à la police.

Ce roman aborde un sujet encore un peu tabou dont on évite de parler, la dépression post partum. Il y a 2 histoires qui vont aborder ce thème, celle de Jess qui est la principale et celle de la maman de Liz qui est secondaire mais tout aussi importante.
On entre facilement dans l'histoire grâce à la plume fluide et aux chapitres assez cours.
Les personnages sont attachants et on essaye de compatir pour Jess. Néanmoins les apparences sont trompeuses et je n'aurais pas imaginer cette fin!

Entre enquête, monde médical et secrets de famille cette lecture vous fera passer un bon moment!!

Ce roman sort aujourd'hui alors n'hésitez pas!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Charlotte, Jess, Mel et Liz se sont rencontrées aux cours de préparation à l’accouchement lors de leur première grossesse. Liz est médecin pédiatrique et la narratrice de l’histoire. Un soir son amie Jess arrive avec sa fille de 10 mois aux urgences. Betsey a une fracture à l’arrière du crâne et une telle blessure laisse penser à de la maltraitance. Jess semble fuyante voire indifférente et Liz est contrainte de signaler le cas aux Services Sociaux et à la police.

S’en suit alors une longue quête de la vérité ! Liz raconte ses amies, leur passé commun, sa vie personnelle et le conflit perpétuel avec sa mère qui influence sa vision des choses. Elle réfléchit profondément à son rapport avec Jess en se demandant ce qu’elle a bien pu ne pas voir alors qu’elle l'a toujours imaginé en mère parfaite !

Jusqu’à la moitié du livre j’ai été captivée par l’histoire, par la façon de Liz de raconter l’instant présent et ses retours en arrière sur l’attitude de sa propre mère envers son frère qui avait été gravement brûlé. Et puis ça s’est mis à trainer en longueur avec des répétitions de pensées et de situations voire quasiment du mot pour mot pour décrire les petits-enfants !

Les retournements de situation ont été une bonne surprise mais les longueurs précédentes ont gâché mon plaisir et je trouve que le final a été traité précipitamment !

Pas une satisfaction pleine et entière même si ça se lit bien, l’intrigue est bien menée, les personnages ont une réelle consistance mais un peu de trop longueur ! J’aurais plaisir à lire un autre livre de Sarah Vaughan

#Autopsiedundrame #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Et si avoir une mère parfaite était le plus grand danger qui pouvait planer au-dessus de la tête d'un bébé ? C'est un peu la question qui peut se poser à la lecture du dernier roman de Sarah Vaughan.

C'est aussi une question que vous trouverez certainement totalement hors de propos voire carrément farfelue si ce n'est ouvertement provocatrice. Elle est bien tout cela à la fois mais elle est aussi à prendre très au sérieux. Lorsque Liz, médecin en pédiatrie, voit arriver Jess et sa fille Betsey au service des urgences, l'état du bébé est des plus préoccupants. Le nourrisson présente visiblement un traumatisme crânien sévère et les explications de Jess cadrent mal avec la réalité des blessures. Pourtant Liz ne soupçonnera pas Jess car elle l'a connaît, c'est son amie en plus d'être une mère absolument irréprochable. Alors que s'est-il réellement passé sous son toit ? Et pourquoi avoir attendu plus de 6h avant d'emmener l'enfant aux urgences ? La situation est critique et Liz manque de distance pour voir ce qui pourtant crève les yeux : Jess a fait du mal à son bébé, c'est la seule explication plausible.

A partir de ce constat, que Liz a toutes les peines du monde à accepter, l'auteure nous embarque dans l'intimité familiale de Jess. Comment cette femme au foyer a priori épanouie, cette mère aimante, affectueuse et peut-être même surprotectrice a pu se montrer aussi négligeante et maltraitante ? Pour le comprendre il est nécessaire de remonter dans le temps car tout n'était déjà pas aussi rose qu'il n'y paraissait dans le passé.
Vous vous doutez bien que tout le livre ne tient pas en ce résumé mais je vous laisse le plaisir de découvrir ce qui se cache derrière les persiennes de cette famille modèle. Certaines scènes, certains mots, certaines pensées ne pourront que résonner dans la tête des mères déjà passées par là. C'est un roman de mœurs qui tombe pile au bon moment. Au moment où les mères osent enfin avouer leurs faiblesses, leur fatigue mentale, leur désarroi sans honte. Une parole qui se libère enfin, c'est aussi là-dessus que l'auteure avait forgé son roman précédent, Anatomie d'un scandale. Il faut croire que Sarah Vaughan est faite pour nous aider à dépasser nos peurs et à comprendre que non, on n'est pas seules dans ces situations. Anatomie d'un scandale et Autopsie d'un drame sont des romans aussi utiles que libérateurs sans oublier d'être des oeuvres de fiction tout à fait distrayantes. L'un n'empêchant heureusement pas l'autre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Elles sont amies depuis une dizaine d’années (elles se sont rencontrées aux cours de préparation à l’accouchement) mais avec le temps qui passe vite, elles se voient moins. Bien sûr, elles se croisent aux sorties d’école, aux kermesses et aux anniversaires des enfants mais elles n’ont pas forcément le temps de se poser et d’échanger. Elles sont quatre dont celle qui n’a eu qu’un enfant avec une fécondation in vitro, celle qui est médecin aux urgences pédiatriques toujours sur la brèche, une autre mère au foyer qui, après deux garçons, vient d’avoir une petite fille. Jess, c’est la maman poule qui s’angoisse vite, qui s’inquiète pour ses bambins. Pourtant ce soir-là, quand elle se présente à l’hôpital avec sa petite dernière, elle semble étrangement distante, presque détachée. C’est son amie Liz qui est de garde et qui essaie de comprendre comment ce bébé peut être blessé ainsi. Sa copine est confuse, troublée et pour des raisons déontologiques bien compréhensibles, c’est un collègue qui prend le relais. Alarmé, celui-ci va contacter les services sociaux, la police pour vérifier s’il n’y a pas maltraitance. La bulle dans laquelle vivaient ces femmes va se fissurer, puis voler en éclats.
Tout au long de ce roman, les points de vue sont alternés. Ce sont, le plus souvent, ceux de Liz et de Jess mais il arrive qu’il y en ait d’autres. Il y a également des retours en arrière. On découvre que le passé a souvent influencé les relations familiales ou de couple, voire le rapport avec les enfants. La maternité n’a pas été vécue de la même façon par chacune et les enfants ne grandissent pas tous de manière identique. Les pleurs, les renvois alimentaires, les coliques peuvent fatiguer celui qui souffre mais aussi les parents qui n’en peuvent plus d’être épuisés et impuissants à soulager leur bout de chou.
Que s’est-il passé avec Betsey, la petite fille de Jess ? Jess a-t-elle craqué parce que trop seule, trop le nez dans les couches, les biberons, les soucis ? Pourtant, elle donne l’image de la mère parfaite, celle qui fait face, qui gère malgré un mari qui finit tard et qui ne peut guère l’aider. Est-ce que tout cela n’est qu’apparence ? Les amies se questionnent, ont des doutes, elles ont peur….
J’aime beaucoup lire les récits de Sarah Vaughan, ils sont emplis de réalisme, d’humanité, de délicatesse. Elle a le ton juste pour évoquer les différents sujets qu’elle traite. Elle présente les faits, sans jugement, sans pathos excessif. Elle offre des pistes puis, quelques fois, par un retournement de situation, elle nous en expose une autre et on ne sait plus quoi penser, qui croire.
J’ai beaucoup aimé l’approche que fait l’auteur des thèmes évoqués. On sent qu’elle s’est documentée, que son propos est étoffé. Son écriture est toujours plaisante (merci à Alice Delarbre pour la traduction). C’est un recueil bouleversant, qui peut renvoyer des questions ou faire penser à des situations connues. Et en lisant, on se demande ce que va devenir l’amitié de ces quatre femmes ….
Une lecture très appréciée et un auteur que je ne lâcherai plus !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Liz est obligée d'avertir les services sociaux quand une de ses amies, Jess, se présente à l'hôpital avec sa fille .
Un couple ou tous à l'air d'aller bien, des personnes équilibré, tout le monde y va de son point de vue et pense savoir ce qu'il sait passer, mais est ce que cette histoire est si simple ?

Les sujet abordés dans ce roman m'ont interpellé, maltraitance sur enfant et dépression post partum.
L'autrice arrive à nous toucher, on arrive à se mettre à la place de cette femme qui est à bout, on a beaucoup d'empathie pour elle .
Le livre se compose de chapitre assez court, où on alternent avec les points de vue mais quelques longueurs quand même.

Je vous le recommande un livre émouvant, et déchirant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai été totalement happée par ce thriller que j’ai trouvé particulièrement réussi de l’histoire aux personnages en passant par la construction du récit et la plume de l’autrice. Totalement addictif, je ne peux qu’en conseiller la lecture!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

⇝ Glaçant ⇜
Je voulais commencer par dire cela car c'est une réalité qui se retrouve dans les chiffres implacables : chaque année, rien qu'en France, des dizaines de milliers de mineurs sont victimes de maltraitance… 2 enfants meurent chaque semaine et c'est insupportable d'y penser…

Dans son livre Autopsie d'un drame, Sarah Vaughan a travaillé autour de ces thématiques : la maltraitante infantile, la négligence (qui peut elle aussi faire des ravages puisque la sécurité, le développement et le bien-être de l'enfant ne sont plus assurés).

Elle explore la charge mentale, énorme chape de plomb qui pèse sur les épaules des femmes, et la dépression post-partum qui touche sans distinction.

Elle sonde aussi les liens : qu'ils soient familiaux avec son conjoint, ses enfants ou amicaux (à travers le prisme d'un quatuor maternel, 4 amies qui vivent la maternité de manière différente mais se retrouvent autour des difficultés qu'elles rencontrent).

Cela l'auteur le porte dans son roman parce qu'elle a rencontré des experts (sociaux, médicaux, juridiques ou associatifs) dont c'est le quotidien professionnel, ce qui donne évidemment beaucoup de crédibilité à l'intrigue.

Tout commence lorsque Jess amène son bébé aux urgences pédiatriques : la petite est victime d'un traumatisme crânien. En un instant tout va basculer : Jess passe du statut de mère parfaite à celui de suspecte…

Évidemment ce n'est pas si simple, Sarah Vaughan va prendre des détours et au final nous mener par le bout du nez…

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie infiniment les éditions Préludes et NetgalleyFrance pour la découverte de ce livre.
C’est un livre qui m’a toute chamboulé. L’auteure aborde un sujet brûlant : la suspicion de maltraitance sur un enfant. C’est une lecture que je n’oublierai pas de sitôt car elle a de quoi vous retourner le cerveau.

Des amies qui se connaissent depuis les cours d’accouchement, des soirées entre filles, des barbecues… Mais après tout, connait-on réellement ses amies car lorsqu’un drame surgit, on se pose toujours la question : Mais pourquoi je n’ai rien vu venir ?

Sarah Vaughan nous présente un thriller psychologique et domestique de haute voltige. Elle nous malmène, joue avec nos nerfs, sème le doute dans nos têtes. D’un côte nous avons Jess, une maman épuisée, qui a toujours tenu son foyer d’une main de maître et de l’autre, il y a Liz, pédiatre et amie de Jess.

L’histoire s’articule principalement entre ces deux personnages et leurs différents point de vue vont nous permettre de nous éclairer sur cette affaire car là ce n’est pas tant la recherche du coupable qui nous importe mais comment en est-on arrivé là ? Est ce un drame qui aurait pu être évité ? Pourquoi la famille, les amies n’ont rien vu ? L’auteure parle avec sensibilité du quotidien des mères de famille, de la solitude et du baby blues. Des sujets qui peuvent nous interpeller en tant que maman, car être maman n’est pas facile tous les jours. La psychologie des personnages est bien travaillé et on s’attache facilement aux personnages. L’intrigue est rondement bien menée et rend l’histoire captivante.

Les chapitres s’enchainent à une vitesse folle et la tension monte crescendo. C’est un roman que j’ai dévoré, dérangeant mais si proche de la réalité.

En bref, je vous recommande chaleureusement ce livre. Les amateurs de thrillers psychologiques ne seront pas déçus, j’en suis certaine.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci aux éditions Préludes et à Netgalley pour ce service presse.

4 couples devenus amis après leur rencontre à un cours prénatal, 4 femmes changées par la maternité chacune à sa façon. Voilà que Jess, celle qui au foyer semble tout mener de main de maître, arrive aux urgences où travaille Liz, avec sa petite Betsey de 10 mois, qui présente un traumatisme crânien.

Cette blessure, dont on ne sait pas si elle résulte d'un accident ou si on doit soupçonner le pire…, sera le fil rouge de cette histoire. Permettant de comprendre comment chacune de ces femmes a vécu, je dirais même survécu, à la maternité.

L'idée est surtout de définir ce qu'est une "bonne mère", selon les critères de la société actuelle sous le regard des autres, femmes et aussi hommes. Derrière cette définition on cache le désarroi ressenti devant ces enfants qui ne sont jamais comme on les avait imaginés, mais surtout on dissimule ces pensées qu'on ne doit surtout pas avoir, ni dévoiler à quiconque sous peine de condamnation des "bien-pensants". Mais alors quand on souffre, auprès de qui peut-on obtenir de l'aide ? De quel droit ose-t-on même réclamer un appui, c'est vrai quoi la maternité c'est inné pour une femme…

Sarah Vaughan exécute une démonstration magistrale sur cet énorme mensonge qu'est la petite enfance : et oui parfois ce n'est pas "que du bonheur"! Lentement, je dirais même insidieusement, elle va nous guider sur une route périlleuse qui mène forcément à la réflexion quand on est parent et ouvre les yeux de ceux qui ne le sont pas encore.

Et surtout elle prouvera l'immense courage qu'il faut pour résister à la pression qu'on impose aux femmes, pour qu'elles soient à la hauteur de cette image de mère parfaite, et le danger de cacher nos difficultés.

C'est un superbe récit, basé sur une intrigue originale et sur les thèmes de la maternité et de l'amitié. J'ai particulièrement apprécié le personnage de Liz qui sera capable de se remettre en cause. Deux hommes, je trouve, seront à la hauteur : les maris de Liz et Jess.

N'hésitez pas à lire le roman de Sarah Vaughan, son écriture fine et subtile vous emportera dans ce drame psychologique que je vous recommande vivement.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Autopsie d'un drame... ou dissection à la lame psychologique incisive des relations mère-enfant, interparentales ou sociales, pour Sarah Vaughan.
A l’hôpital de Londres, Liz, une jeune super-maman et médecin au service pédiatrique, voit arriver aux urgences une de ses amies, Jessica Curtis, et l'un de ses trois enfants dans les bras, la petite dernière Betsey. Celle-ci semble mal en point, en pleurs et en cris. Pour cause, notre héroïne lui diagnostiquera une fracture crânienne avec hématome sous-dural. Une tragédie en soi mais justifiable, explicable ; un accident peut si vite survenir... si ce n'est que Jess, la mère parfaite en apparence, semble hésiter, paniquer, mentir, dissimuler la vérité dans des inexactitudes et généralités. Qu'est-il réellement arrivé ? Maltraitance volontaire, incident domestique, dérapage incontrôlé ? Une enquête officielle sera menée par les services sociaux, en parallèle de celle du lecteur qui suivra les méandres de la vie de chaque personnage gravitant autour de ce bébé blessé.
D'un rythme inégal mais efficace, la narration alterne les points de vue, rapportant pièce après pièce, l'image globale d'un drame noué autour des secrets et apparences, des faux-semblants et convenances. Le scalpel de la psychologie opère et ouvre le suspens, le menant à son paroxysme dans la question cruciale de l'amour inconditionnel et de l'instinct maternel : l'auteur y gratte profondément la peau en se débarrassant du paraître convenable, met à jour les plaies du quotidien banalisé, puis analyse et exorcise les cicatrices de l'âme humaine. Ce livre s'avère donc un bon examen au microscope des aspects méconnus ou occultés de la maternité dans notre société.
Un grand merci aux éditions Préludes pour cette découverte livresque de qualité, et à NetGalley pour leur confiance renouvelée !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Jess arrive aux urgences pédiatriques avec son bébé de dix mois, Betsey, qui présente un hématome derrière la tête et a vomi quelques heures plus tôt. Betsey est son troisième enfant, après Kit et Frankie.
L'amie de Jess, Liz, est médecin dans le service où est admise Betsey. Elles se sont connues dix ans plus tôt, alors qu'elles attendaient chacune leur premier enfant, aux cours de préparation à la naissance où elles avaient également sympathisé avec deux autres futures mamans, Charlotte et Mel.
Liz est très embarrassée de devoir annoncer à Jess qu'après le scanner ayant révélé une fracture crânienne, son supérieur lui a demandé, comme c'est la procédure dans ce genre de situation, de faire un signalement auprès des services sociaux. L'attitude de Jess est pour le moins étrange et suspecte, aussi bien aux yeux du personnel soignant que de son mari, Ed Curtis. Qu'est-il arrivé à la petite Betsey ?...
J'ai vraiment aimé la construction de ce roman avec des retours en arrière qui font peu à peu la lumière sur la personnalité de Jess et Ed Curtis, mais dévoilent aussi un pan important de l'enfance de Liz et sa relation avec sa mère Janet.
Je remercie Netgalley et les éditions Préludes pour l'envoi de ce roman et de bon moment de lecture !
#NetGalleyFrance
#Autopsiedundrame

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après avoir lu Autopsie d’un Scandale et la Ferme du bout du Monde que j’avais beaucoup aimé, je me suis lancée dans le nouveau thriller psychologique de Sarah Vaughan.
Tout commence quand Jess amène sa fille Betsy à l’hôpital. Le médecin de garde aux urgences pédiatrique est Liz une amie de Jess. Il s’avère que Betsy a un traumatisme crânien. S’agit-il d’un cas de maltraitance ou d’un manque d’attention ? Toute l’intrigue est là.
On a une alternance des chapitres principalement entre Jess et Liz, entre passé et présent. Le livre porte bien son titre. A travers les différents personnages, l’auteure dissèque les émotions, et la tension entre les différents protagonistes. Malgré une certaine lenteur à mon goût, il y a des répétitions, l’intensité monte progressivement et le dénouement final m’a surprise.
Il y a des bons portraits psychologiques. Et le sujet abordé est traité avec beaucoup de réalisme.
Ce livre traite d’un sujet particulier : la maltraitance des enfants. Et j’avoue que je me suis posée beaucoup de questions à la lecture de ce livre : connaît-on vraiment sa famille, ses amis ? L’amour et l’amitié peuvent-ils résister à tous ces doutes ?
Un bon thriller psychologique qui devrait plaire aux amateurs du genre.
Merci à Netgalley et aux Editions Préludes pour cette lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

📚 AUTOPSIE D’UN DRAME de Sarah Vaughan
📖 Liz est pédiatre dans un hôpital à Londres.
Le soir du 19 janvier 2018, elle voit arriver Betsey Curtis, un bébé de quelques mois, pour un traumatisme crânien.
Sa maman, Jess, n’est autre que l’une de ses amies.
Après avoir discuté des circonstances de cet accident et compte tenu des propos incohérents de Jess, Liz se voit dans l’obligation de déclarer « l’accident » aux forces de police.
Elle doit se dessaisir du dossier et ne plus s’occuper de cette enfant compte tenu de leurs liens privilégiés.

Mais qu’est-il arrivé à cette petite Betsey ? Qui est responsable de son état ?

❤️Ce thriller est un page turner comme on les aime mais pas que !
C’est aussi un roman avec des personnages très étudiés voire « autopsiés » si je peux me permettre l’expression.
Un vrai bon thriller ! J’ai été très vite happée par cette histoire et je voulais connaitre la vérité !
Un grand merci à Netgalley et aux éditions Préludes de m’avoir permis cette lecture.

Il est question dans ce roman de maltraitance, d’hérédité, de secrets de famille et de famille en générale. Sarah Vaughan nous pousse à réfléchir à la charge mentale post-partum, au besoin d’être une mère parfaite…

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Que faire lorsque vous êtes médecin, que votre amie, que vous avez toujours considérée comme une mère parfaite, amène aux urgences sa fille de 10 mois victime d'une fracture crânienne et répond évasivement à vos questions ?
Faire confiance à votre instinct ou suivre le protocole et prévenir les services sociaux ?

Confrontée à ce dilemme, Liz choisit la seconde solution. Jess, son amie, est alors soupçonnée de maltraitance sur sa fille et ses peurs les plus ancrées commencent à remonter et à la submerger. Son entourage commence également à la regarder d'un autre oeil et les langues se délient.
Petit à petit, en alternant le passé et me présent, on comprendra tout ce qui s'est passé ce fameux jour.
Bien évidemment, la clé de cette histoire n'est pas celle à laquelle on s'attend de prime abord et j'ai aimé envisager plusieurs explications à la chute de l'enfant.

J'ai apprécié la petite ambiance Wisteria Lane, dans ce groupe d'amies qui se sont rencontrées à la maternité et qui vivent les mêmes expériences au travers de leurs enfants.
Le parallèle avec l'enfance de Liz est également très intéressant, même si je me suis demandée à un moment si les deux histoires ne s'éloignaient pas trop l'une de l'autre, mais elles ont fini par se rejoindre.

Ce qui m'a plu également dans Autopsie d'un drame, c'est la réflexion autour de la maternité et des difficultés que peuvent parfois rencontrer les mères lors des premiers mois de leurs enfants : dépression post-partum, manque de confiance en soi, phobies profondes.

Ca faisait un moment que je n'avais pas lu un thriller psychologique, c'est pourtant un genre que j'aime beaucoup. J'ai trouvé Autopsie d'un drame très réussi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

De garde à l'hôpital Liz, pédiatre, voit arriver aux urgences une de ses meilleures amies et sa petite fille. La blessure du bébé est suffisamment inquiétante pour déclencher une enquête, et nous allons alors assister à la lente descente aux enfers de la mère. Enfin, ce serait un peu rapide de le dire comme ça. Nous allons en fait comprendre que les apparences sont parfois trompeuses. Quant à Liz, cet événement va remettre en cause beaucoup d'événements de sa vie personnelle aussi. Lui faire jeter un autre regard sur son enfance. Et bouleverser l'équilibre d'une bande d'amis.
Voilà un roman que je n'offrirai pas à n'importe qui, le sujet peut être douloureux ou anxiogène. Mais quelle réussite ! J'ai été happée de bout en bout, et vraiment jusqu'à la dernière page.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai lu ce livre en avant-première et je l’ai adoré ! Cette lecture a été une claque, elle m’a prise aux tripes. C’est une lecture coup de cœur, très addictive, sur un sujet sensible et difficile, celui de la maternité et de ses conséquences, notamment la dépression post-partum chez certaines femmes.
« Autopsie d’un drame », c’est avant tout une histoire d’amour entre Jess, mère au foyer, et ses trois enfants Frankie, Kit et Betsey. C’est également une histoire d’amitié forte entre Jess et Liz, médecin praticien hospitalier au service de pédiatrie d’un hôpital londonien. Le milieu hospitalier est assez présent dans ce livre. Les deux femmes se sont rencontrées dans un groupe de préparation à l’accouchement et sont rapidement devenues amies.
Dès le début, l’auteure sème le doute sur la maltraitance. En effet, Jess arrive aux urgences avec dans ses bras sa fille Betsey, 10 mois, blessée à la tête. Il semble qu’elle ait un traumatisme crânien, mais les explications de sa mère sur les raisons de sa blessure ne sont pas très convaincantes. On sent dès le départ qu’il y a quelque chose de « pas clair » dans cette histoire, mais difficile de deviner ce qu’il s’est passé pour Betsey. Un signalement aux services sociaux s’impose, ce qui met Liz dans une situation franchement inconfortable vis-à-vis de son amie.
J’ai vraiment apprécié l’écriture immersive de Sarah Vaughan et eu envie de savoir et de comprendre ce qu’il était arrivé à Betsey, et surtout découvrir si Jess était capable du pire à l’égard de son enfant. Jess, qui a pourtant tout d’une mère exemplaire aux yeux de ses amies, devient vite l’accusée ; tout le monde doute de Jess, à commencer par celui qui est censé être son allié le plus proche, son mari Ed. Il ne la comprend plus, la trouve à fleur de peau, elle a du mal à gérer ses émotions, … Jess est entourée de plusieurs amies ayant des professions en lien avec les enfants, notamment Mel, une enseignante. Ce livre m’a vraiment remué, j’ai été happée par ce que je considère comme un thriller psychologique. J’ai beaucoup aimé les sujets abordés et la plume captivante de Sarah Vaughan. C’est une lecture qui me restera en mémoire, tant ce sujet de la maternité me touche.
C’est aussi un livre qui porte sur les choix de carrière des femmes qui deviennent mères, et qui pointe la difficile conciliation entre vie de famille et vie professionnelle. C’est un roman qui questionne, au travers de plusieurs histoires familiales imbriquées, l’assimilation des termes violence et autorité paternelle ou maternelle. La violence verbale est également abordée, ainsi que la négligence, sources de mal-être et de souffrance chez les enfants.
J’ai ressenti les émotions de Jess et de Liz. J’ai aimé l’ambiance de ce livre, qui a rendu ma lecture oppressante, angoissante, avec des révélations finales qu’il m’a été difficile d’anticiper. J’ai trouvé les personnages bien travaillés et réalistes. Je me suis imaginée discuter avec certaines de mes amies également mamans, épuisées par la vie de famille parfois compliquée.
En bref, j’ai vraiment été ravie de cette lecture qui met en valeur la psychologie des personnages, notamment féminins, et plusieurs thématiques en lien avec la maternité. Une lecture coup de cœur que je ne suis pas près d’oublier.
Je remercie vivement les éditions Préludes et NetGalley pour m’avoir permis de découvrir en avant-première ce roman addictif, d’une auteure que je vais continuer à suivre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Elle sont quatre amies, Charlotte, Mel, Liz et Jess, quatre amies qui se sont rencontrées à un cours d'accouchement et qui ont donc connu la maternité au même moment... Depuis, leurs enfants ont grandi, chacune assume son rôle de mère et d'épouse tout en travaillant, sauf Jess, mère au foyer. Liz est médecin et travaille dans le service pédiatrique d'un hôpital de Londres. Ce soir-là, elle voir arriver son amie Jess avec Betsey, son bébé de quelques mois. Betsey présente tous les signes d'un traumatisme crânien et nécessite en urgence des soins. L'inquiétude, le doute puis la suspicion s'immiscent dans l'esprit de Liz: Jess, la mère au foyer, la mère attentive, la mère "parfaite" aurait-elle pu maltraiter son enfant? Liz doit réagir en tant que professionnelle et songer avant tout à Betsey: les services sociaux sont alertés, puis la police. Jess est suspectée de maltraitance...
Le roman permet d'aborder de façon très riche différents sujets comme le délicat problème de la dépression post-partum, la maltraitance, la résilience, le poids de l'éducation sur le devenir de l'enfant, la relation mère-enfant,...
J'ai particulièrement aimé le personnage de Liz: en proie à ses propres doutes, elle est aussi capable d'écouter les doutes des autres. Elle-même incarne la résilience...
Je remercie vraiment NetGalley de m'avoir permis de découvrir ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un bon thriller doit réunir des ingrédients précis dont des personnages insondables. Si on y ajoute l'insoutenable aux yeux de la majorité de la population, la violence sur les nourrissons, Sarah Vaughan ne peut que nous emmener dans une fiction captivante. Sans pour autant sombrer dans le voyeurisme. Progressivement, et de manière subtile, l'auteure nous plonge dans une véritable addiction littéraire. Chaque personnage y va de son point de vue sur cette affaire délicate à souhait. Et le rythme est diaboliquement soutenu grâce à des chapitres courts et fracassant. Votre cerveau sera retourné dans tous les sens pour un final haut en couleurs. Certainement une des plus belles pépites 2021.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Maltraitance, dépression post-partum, troubles obsessionnels : des sujets graves et douloureux que Sarah Vaughan traite avec beaucoup de doigté et de sensibilité dans ce roman .

Les chapitres alternent principalement autour de deux femmes, Liz qui est pédiatre et Jess , maman de trois enfants dont une petite fille de quelques mois .

Elles se sont rencontrées lors de leur première grossesse et ont formé avec deux autres femmes un groupe d'amies qui s'entraident même si, avec le temps, les liens se distendent un peu .

Liz est très surprise de voir arriver Jess , affolée , aux Urgences Pédiatriques avec son nourrisson qui ne va pas bien et lorsqu'une fracture du crane est diagnostiquée , l'enquête devant la suspicion de maltraitance est enclenchée .

C'est toujours difficile d'envisager qu'une personne, en l’occurrence une amie , puisse faire du mal à son enfant . Les choses sont plus complexes et c'est ce que montre cette histoire .

Il y est question aussi des séquelles propres à son vécu , des non-dits et même si des affinités se créent entre ces femmes leur donnant du réconfort , il reste néanmoins souvent une part de compétition, de jalousie et parfois de honte à avouer certaines choses .

L'ébranlement lié à ce drame se répercute sur toute cette communauté et atteint aussi le lecteur , effectivement cette histoire m'a beaucoup perturbée, en tant que mère , bien sûr car on y retrouve ses doutes et ses angoisses, parfois ses remords et en tant que pédiatre dans une vie lointaine pour moi, avec le souci toujours présent de ne pas passer à coté de cas de maltraitance ou d'en faire trop et les souvenirs qui se rattachent à cette période professionnelle et dont on préférerait enfouir au fond de sa mémoire à jamais ...

Un livre que j'ai eu du mal à lâcher même si mes nuits en ont été tourmentées .

Je remercie NetGalley et les Éditions Préludes
#Autopsiedundrame #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Sarah Vaughan, si vous ne la connaissait pas encore, je n’est qu’une chose à vous conseiller : foncez !!! Elle a le don de prendre un sujet de société, souvent grave, dur, terrifiant et elle écrit une histoire autour….son récit est toujours tellement réaliste qu’on hésite entre fiction ou faits réels.

Petite mise en garde, autant ce livre que le précédent anatomie d’un scandale, bouscule, remue, mais même si le sujet est toujours compliqué à aborder, Sarah Vaughan le fait toujours avec une grande intelligence ….mais ce n’est pas une lecture facile.

Vous l’aurez compris en lisant le résumé, cette fois, elle aborde le thème de la maternité, mais pas la maternité rêvée, celle que la société nous impose d’avoir, pas la maternité où la jeune maman baigne dans une félicité, une bienveillance omniprésente . Non, elle aborde la maternité comme on la rencontre le plus souvent dans la vie réelle : difficile, épuisante, jouant avec les limites de la santé mentale.

Derrière le portrait de ces familles en apparence parfaites, les fêlures apparaissent au fil des chapitres.

C’est brillant, par le biais d’une fiction, Sarah Vaughan brise les tabous autour de la maternité . Par chance, ce sujet est de plus en plus abordé, il a besoin d’être encore plus connu et reconnu . Le plus que j’ai trouvé à ce livre c’est l’aspect intergénérationnel, car on a tendance et souvent à tort, que les maternités difficiles sont un problème récent de notre société, elle renvoie aussi nos héroïnes à leurs statuts d’enfants et à leurs souvenirs d’enfance et de comment se comportaient leurs propres mères.

BREF…j’ai adoré, un roman d’utilité public même si parfois c’est une lecture difficile mais elle en vaut la peine.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’avais beaucoup aimé son précédent thriller
Sous des dehors de « déjà vu », la narration et le rythme l’emportent, et nous poussent à poursuivre, chapitre après chapitre.
Ici, le baby blues est traité comme une enquête, un engrenage fatal, qui met à mal l’équilibre d’une famille, mais également les liens d’amitié d’un groupe de jeunes mères.
On croit tout maitriser, tout comprendre dès le départ, mais c’est là, que Sarah Vaughan est habile.
Faux semblants, apparences trop parfaites, il faudra patienter jusqu’à la dernière page !!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Captivant



Lorsque Liz voit l’une de ses meilleures amies arriver à l’hôpital en pleine nuit avec sa fille elle va se trouver dans une situation délicate...

La petite Betsey présente des signes inquiétants suite à une fracture crânienne qui pourrait être le fruit de maltraitance. Si Liz est convaincue que son amie ne pourrait jamais faire de mal à ses enfants, elle n’a pas le choix que de prévenir ses supérieurs et d’alerter les services sociaux.

Des suspicions qui vont venir entacher une belle relation d’amitié...

Sarah Vaughan met au cœur de ce nouveau roman des sujets sensibles : maternité, dépression post-partum, maltraitance infantile... Des sujets forts et bien traités pour nous offrir une lecture captivante. J'ai douté, je me suis interrogée sur la nature de l’acte (accident ? acte volontaire ?).

Le suspense est maintenu jusqu’au bout ce qui fait de ce livre un véritable page turner.

J’ai pris plaisir à découvrir la plume de Sarah Vaughan que je ne connaissais pas.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’auteur de La ferme du bout du monde revient avec un récit différent, plus ancré dans la réalité du vingt-et-unième siècle. Au centre du propos, Liz, pédiatre dans un centre hospitalier de l’Ouest de Londres. Lorsqu’elle n’est pas au chevet de ses petits malades, elle est aussi une mère ordinaire, en perpétuel manque de temps et en recherche d’un subtil équilibre entre famille et travail.

Cette profession prenante et passionnante l’expose souvent à des situations dramatiques et éprouvantes, mais le pire arrive lorsqu’elle accueille aux urgences une de ses amies, avec dans ses bras une petite Betsey inquiétante, chez qui les examens révéleront une fracture du crâne. Si Liz est rapidement exclue de la prise en charge en raison des liens particuliers qu’elle a avec la famille, elle est malgré tout impliquée, moralement et par les sollicitations de son entourage, qu’il lui est bien difficile d’éviter, malgré son devoir de réserve.

Les confidences de Jess et les questionnements de son mari, permettent peu à peu de comprendre ce qui s’est réellement passé le jour du drame .

Le roman aborde avec beaucoup de réalisme ce sujet délicat de la suspicion de maltraitance, à la fois sur ce qui peut amener des parents à commettre de tels actes, sur la délicatesse d’une enquête qui, que la famille soit responsable ou non ne peut que laisser des traces indélébiles. Et dans le cas présent, la situation ingérable de la pédiatre, écartelée entre sa vie personnelle et les liens qu’elle a noués avec la famille suspecte et le souhait de connaître la vérité quelle qu’elle soit.

Le suspens est maintenu tout au long du roman, qui révèle la vérité dans la dernière partie.

Excellent roman, addictif et angoissant, et traité avec toute la délicatesse que mérite le sujet.

Merci à Netgalley et aux éditions Préludes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre émouvant, déchirant qui combine suspense et drame psychologique.
J’ai été complètement embarquée dans l'histoire !
L’ambiance repose sur une tension psychologique latente, mais très prenante !
Cette intrigue rend parfaitement compte du désespoir silencieux de celles qui souffrent de dépression post-partum et du profond sentiment de culpabilité et d’incompétence.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’enchaîne les livres qui parlent du même sujet. J'ai lu ce livre juste après "Que rien ne tremble" d'Anne-Sophie Brasme et j’avoue qu’après les avoir lus tous les 2, j’ai envie de passer à autre chose. Dans ce roman, on rencontre Jess, jeune mère de 3 enfants dont sa dernière, Betsey, un bébé qui ne fait pas ses nuits. Et tout tourne autour de Betsey, parce que le livre commence lors de sa prise en charge aux urgences après un traumatisme crânien. A l’hôpital, une de ses meilleures amies, Liz, et également médecin, l’accueille. Mais, très vite, le comportement de Jess pose question. Que s’est-il passé pour que Betsey se retrouve à l’hôpital.
Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur ces 2 femmes : on apprend les circonstances de leur rencontre et comment elles ont formé un groupe de copines avec 2 autres femmes. Chacune vit à sa façon la maternité. Les apparences peuvent parfois être trompeuses entre elles puisqu’elles ne se disent pas tout et c’est d’ailleurs, l’une des raisons pour laquelle Liz soupçonne Jess de maltraitance envers sa fille. Le livre est fait en sorte que malgré les aller-retours vers le passé, la pression monte et que l’on commence à tourner les pages de plus en plus rapidement. On comprend beaucoup de choses petit à petit et le lecteur doute en même temps que la plupart des personnages. L’auteure parsème son livre d’indice, à savoir ce qu’il s’est passé ce fameux soir où Betsey a eu son traumatisme. Si bien, que ces indices remettent en cause nos propres convictions.
Les difficultés liées à la maternité sont bien retracées. Les chapitres où l’auteure se positionne du côté de Jess montrent la façon dont Jess vit sa vie de mère. Et les autres chapitres montrent ce que les autres personnages interprètent ce que vis Jess. Et il y a un gros gap entre les 2.
Je dirais que ce livre se lit comme un thriller où on cherche à savoir ce qu’il s’est passé. J’ai été très surprise par cette fin. Je ne m’y attendais pas du tout. En lisant le fameux chapitre où tout nous est révélé, j’ai vécu ça comme un « cauchemar » où je n’arrivais pas à y croire.
En bref, une bonne lecture addictive malgré un sujet grave. L’écriture est fluide et on entre très vite dans la vie de ce groupe de copines.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Jess est mère de trois enfants. Elle est mère au foyer, son époux rentre de plus en plus tard, débordé par son travail, ou retardant un peu le retour à la maison. Leur fils aîné, dix ans, pousse sans problème. Pour le deuxième, Frankie, c’est beaucoup plus compliqué, il déborde d’énergie, il faut sans cesse être à ses côtés pour empêcher que les choses les plus anodines ne dégénèrent et bien sûr tout repose sur les épaules de Jess, alors quand arrive la petite dernière, Betsey, qui pleure tout le temps, refusant de faire ses nuits, elle qui se veut une mère parfaite, briquant tout, du sol au plafond, tout va se compliquer.

D’abord, l’accouchement se passe très mal, très long et très douloureux car le bébé est dans une mauvaise position, elle qui rêvait d’accoucher chez elle entourée de bougies, en écoutant Bach… elle se remet mal, le fameux instinct maternel semble être absent, et épuisée par les nuits sans sommeil, le bébé qui pleure, Frankie qu’il faut sans cesse surveillée, la mère parfaite devient obsessionnelle, avec des rituels pour pouvoir avancer, alors que son mari Ed passe royalement à côté de sa détresse, puisqu’elle s’obstine à vouloir donner le change.

Un jour, tout bascule, Jess amène Betsey à l’hôpital car elle a vomi, et se comporte bizarrement. Et le diagnostic tombe : fracture du crâne. Son amie, pédiatre à l’hôpital est obligée de prévenir les services sociaux et toute la machine s’enraye.

On sent bien qu’il s’est passé quelque chose et que Jess ne dit pas la vérité. Durant le déroulement de l’enquête on va entrer plus en avant dans les relations entre les « amies » qui se sont connues en participant à un cours d’accouchement sans douleur : Liz et son époux Nick, Jess et Ed, Mel et aussi Charlotte et son époux. Leurs relations sont-elles aussi simples et harmonieuses qu’elles ne veulent bien le dire ?

Sarah Vaughan aborde plusieurs problèmes dans ce roman qui pourrait s’apparenter à un thriller : la dépression du post partum alias baby-blues, la gestion d’une famille de trois enfants, dont l’un est difficile et évoque un TDHA, non diagnostiqué non plus… la peur de faire du mal à son bébé car on n’arrive plus à l’entendre pleurer, la culpabilité d’être une mauvaise mère…

L’auteure a semé dans son récit, des petits indices qui peuvent orienter le lecteur vers ce qui s’est réellement passé, mais avec des aussi des fausses pistes, tout en racontant l’enfance de Liz dont la mère n’a jamais été aimante.

Comment être une bonne mère quand la sienne a été défaillante ? Comment ne pas en faire trop en risquant d’aller trop loin dans l’autre sens ?

Même, si parfois, ces amies qui s’aiment tant, ont tendance à se tirer parfois dans les pattes, leur amitié paraissant trop lisse, trop parfaite, on s’attache à ses femmes, on déteste certaines, mais leur comportement à chacune (et chacun) permet d’aborder des problèmes importants autour de la famille, la maternité…

Je n’aime pas lire des romans traitant de la maltraitance faite aux enfants, j’ai donc longtemps hésité avant de choisir ce roman mais les critiques que j’ai pu lire, ça et là, m’ont décidée à tenter l’expérience et je ne le regrette pas.

C’est la première fois que je lis un roman de Sarah Vaughan et j’ai passé un bon moment, je l’ai littéralement dévoré et même si j’ai identifié un peu trop vite un des aspects du drame, je dois reconnaître que la fin m’a complètement bluffée… magistrale !

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Préludes qui m’ont permis de découvrir ce roman et son auteure que j’aurai du plaisir à retrouver… et pourquoi pas avec « Anatomie d’un scandale »

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le livre qui a le mal des mères
Jess est parfaite, jamais débordée avec ses 3 enfants et son mari souvent absent. Pourtant, quand elle arrive aux urgences avec sa petite Betsey souffrant d'un traumatisme cranien… son amie toubib Liz hésite. Serait-ce un cas de maltraitance pointant la détresse d'une jeune accouchée au bout du rouleau? Dans ce roman captivant, on a adoré la subtilité des émotions (non, on ne juge pas sans savoir!) et le scénario forcément tordu (c'est un thriller psy). Et on le referme la larme à l'œil, en envoyant illico un coucou chaleureux à nos copines jeunes mamans.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Liz voit arriver son amie au service des urgences dans lequel elle travaille, accompagnant sa petite fille ayant un traumatisme cranien. Les explications nébuleuses qu’elle donne de l’origine du traumatisme font douteur Liz, qui se voit contrainte d’en référer à sa hierarchie.

Aussitôt, une enquête est ouverte, et les services sociaux interviennent. Pourtant, la jeune femme sait que Jess est une mère absolument remarquable, capable d’attention et d’amour au-dela du possible pour ses enfants. Qu’a-t-il donc bien pu se passer?

On démarre avec une scène relativement banale: une mère se présente aux urgences avec un bébé souffrant. Mais rapidement, on tombe dans l’angoisse. Les non-dits, les inquiétudes, les suspicions sont nombreux et provoquent un tableau sombre.

Le thème n’est pas extraordinaire, mais c’est pourtant souvent dans ce genre de circonstances que l’horreur peut apparaître dans les grandes largeurs. Ce qui est finalement le cas ici, mais pas comme on le pensait.

Au fil des chapitres, on suit la propagation de l’affaire dans le milieu médical, judiciaire mais aussi personnel des protagonistes. Une mère suspectée d’avoir maltraité son enfant, et ce sont les personnes les plus proches qui se placent dans deux camps: celles qui n’y croient pas et qui soutiennent, et celles, souvent plus nombreuses, qui sont persuadées de découvrir un monstre parmi elles. C’est bouleversant de lire cet aspect de la situation. L’auteur a très bien su tracer pour nous une réalité des plus choquantes.

J’ai eu le cœur serré de nombreuses fois au cours de ma lecture. A cause des révélations, des raisonnements de certains personnages, et d’actions d’autres.

Voilà un roman qui se lit en ayant le cœur serré de bout en bout. Je n’avais jamais lu de roman de cette plume, c’est donc une découverte pour moi. Et j’ai été totalement chamboulée!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Préludes pour cet envoi.
Une tension permanente distillée avec habileté fait de ce roman une expérience de lecture inédite.
L'intrigue et le drame à son origine sont assez difficiles à supporter car le lecteur ou la lectrice peuvent facilement se sentir concerné(e), et l'empathie joue à plein.
Malgré cela, il ne faut pas hésiter car c'est un récit immersif et bousculant!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Jess, mère de 3 enfants, est bien sous tout rapport.
Pourtant quand elle emmène sa fillette Betsy, âgée de 10 mois, aux urgences pédiatriques, le doute s'installe. Même Liz, sa meilleure amie, urgentiste, est obligée de la signaler à sa hiérarchie et aux services sociaux.
L'engrenage se met alors en branle.....

Le thème du roman est donc la maltraitance infantile, sujet ô combien délicat.
Ce thriller psychologique n'est façonné que sur le doute. Comment une maman poule qui se veut si parfaite, aurait elle pu faire du mal à son bébé?
Viennent alors la suspicion et les ragots des amis, des voisins et même du mari qui ne savent plus quoi penser.
Le titre est parfaitement choisi. Avec sensibilité, Sarah Vaughan décrypte l'enchaînement de faits banals qui peuvent néanmoins aboutir à un drame.
L'auteure aborde différents thèmes: la difficulté d'être mère, le baby-blues, le TDHA etc....
En nous plongeant dans le passé de Jess et de ses amies rencontrées lors de cours d'accouchement sans douleur, elle nous éclaire sur les circonstances de la tragédie.
Mais comme dans tout bon thriller, les suppositions erronées et les faux-semblants foisonnent.
Belle découverte que ce récit!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

À première vue, un roman qui ne correspond pas à mes habitudes de lectures habituelles mais une très belle surprise. Le récit démarre avec une toute petite enfant d'une dizaine de mois qui arrive aux urgences pour un choc à la tête. Elle est reçue en consultation par Liz, amie de sa maman, une mère "parfaite" aux yeux de tous. Démarrera pour Liz, une bataille intellectuelle entre son amitié pour Jess, et sa conscience professionnelle qui voudrait signaler cet événement aux services sociaux.
Tout au long de cette lecture, l'envie de découvrir la vérité, nous empêche de lâcher ce livre (lu en une nuit). Au-delà de sa qualité narrative, la galerie de personnage est la véritable plus-value de ce roman qui rejoindra notre fonds et me donne envie de découvrir cette auteure britannique. Merci aux éditions Préludes et à Netgalley.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La petite Betsey, 10 mois, fille de Jess et Ed, est admise en pédiatrie pour une suspicion de traumatisme crânien, dont l'origine n'est pas claire, apparemment suite à une chute qu'elle aurait faite alors qu'elle tentait de se mettre debout en s'agrippant au réfrigérateur. L'enfant ayant vomi avant que son père ne l'emmène à l'hôpital, Lyz, qui est de garde ce soir-là,  est obligée de faire pratiquer un scanner. Le fait que Jess n'ait pas remarqué la contusion, qu'elle n'ait pas vu les circonstances de l'accident, dont le scénario est bien peu probable, étant occupée à préparer un smoothie à son fils, qu'Ed ait emmené sa fille six heures après sa chute intrigue le chef pédiatre: "Je n’aime pas ça du tout. Six heures se sont écoulées entre la chute et l’arrivée aux urgences, la mère n’a pas remarqué le traumatisme crânien, l’explication, selon laquelle la petite serait tombée alors qu’elle était à quatre pattes, est peu satisfaisante au regard de la gravité de la blessure et il y a un soupçon de fracture à l’arrière du crâne… Vous savez ce que ces signes pourraient indiquer ?" (Page 40)...Bien sûr que Lyz le sait: il pourrait s'agir de signes de maltraitance...Mais Jess étant son amie, elle ne peut plus s'occuper du cas de Betsey.
A partir de ce moment, la procédure s'enclenche: les services sociaux sont prévenus et vont mener leur enquête. Jess, soupçonnée d'être une mauvaise mère, ne peut plus approcher sa fille sans la présence d'une assistante sociale. Les autorités exigent que sa soeur Martha s'installe chez eux afin de s'occuper des autres enfants du couple. Commence alors pour eux une lente descente aux enfers, Ed n'étant pas loin de penser que sa femme ait pu maltraiter leur fille dans un moment de forte déprime.
Déprime post-partum dont ni lui si les amies de Jess n'ont identifié les signes avant-coureur. Pourtant Liz, qui connaît bien son amie et son souci constant d'être une mère parfaite, ne peut y croire. Elle soupçonne que le scénario mis au point par la police ne reflète pas la réalité. Que s'est-il vraiment passé ce soir-là? Qui Jess protège-t-elle?

Autopsie d'un Drame a été publié par les éditions Préludes en 2021. Le style est énergique, construit autour d'un vocabulaire précis et de phrases courtes, donnant la mesure du drame qui se joue: "Elle hurle à présent. Le bébé gesticule. Elle le serre trop fort : de peur, elle relâche son étreinte. Ce faisant, elle permet aux poumons du bébé de se gonfler et l’éruption de furie qui s’en échappe rigidifie le minuscule corps, parcouru d’une énergie farouche qui palpite de la pointe de ses orteils pour remonter le long de sa colonne vertébrale." (Page 10).
Construction: les chapitres consacrés à Liz sont écrits à la première personne; les autres, donnant le point de vue de Jess et d'Ed, sont écrits à la troisième personne, faisant progresser l'histoire selon le vécu de chacun. Ce parti pris donne une importance particulière à son personnage qui est le pivot du groupe d'amis de par son statut de médecin-pédiatre à l'hôpital L'auteur navigue sans cesse entre le présent et, revenant en direct sur des événements de leur jeunesse et de leur vie d'adulte ayant un impact sur les événements relatés. Pour plus de clarté, chaque chapitre précise le nom du personnage ainsi que la date et l'heure.
Thèmes: maternité; dépression post-partum; amitié féminine. Sarah Vaughan aborde ici un sujet difficile, peu exploité, en donnant la parole à une mère en souffrance, en proie à des questions qu'elle n'ose évoquer avec ses proches.

Le concept de Autopsie d'un Drame, comme son nom l'indique, est de pratiquer une analyse très poussée du drame qui a secoué les fondements de la famille de Jess et Ed, en sondant la psychologie des personnages: les pensées de Jess qui, assumant mal la naissance de son troisième enfant, craint de se laisser un jour déborder par son trop-plein d'émotions contradictoires et de s'en prendre à son bébé. Son obsession pour la perfection derrière laquelle elle cache ses doutes et ses questionnements est parfaitement illustrée par l'auteur qui jamais ne juge. Jess a le droit d'être fragile émotionnellement, nerveusement aussi, car, si mettre au monde un enfant est un acte naturel, il ne faut pas oublier qu'il peut avoir des répercussions psychologiques parfois pouvant mener à l'infanticide.
Ed, le mari de Jess, finit par comprendre la détresse de sa femme, amplifiée par le sentiment d'abandon et de gérer seule leurs trois enfants. Très pris par son travail qui leur permet de vivre très à l'aise financièrement, il part tôt et rentre tard. Il n'a donc pas réalisé combien la naissance de leur fille a déstabiliser Jess. Là encore, il ne s'agit pas de l'accuser, mais de montrer un père et un mari qui, lui aussi, peut se sentir perdu et déboussolé. Mais grâce au dialogue et à l'aide de Lyz, il finira par trouver la voie d'un compromis satisfaisant pour tous.
Autopsie d'un Drame aborde un sujet grave avec beaucoup de finesse et de subtilité: il ne s'agit pas de victimiser ni de stigmatiser de jeunes mères en proie à une dépression post-partum. Sarah Vaughan nous interpelle en nous montrant combien cette affection est à prendre avec le plus grand sérieux, qu'il est tout à fait possible d'en sortir victorieuse à condition d'être soignée avec vigilance et compassion. Et combien les proches ont un rôle à jouer, comme Liz qui, malgré la rancœur de Jess, n'abandonne pas son amie.
Sarah Vaugan signe un thriller psychologique puissant, dont la mise en scène magistrale trouve son apogée avec le coup de théâtre final. Longtemps, le lecteur se pose la question cruciale: Jess, en proie à une pression psychologique intense, a-t-elle franchi le pas? A-t-elle craqué et maltraité son bébé, au point de lui infliger des blessures graves? Jusqu'au dernier chapitre, nous nous laissons mener par l'auteur dans les tréfonds de ce drame dont nous tentons de décortiquer afin de trouver la solution. En vain...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Derrière les apparences ...

Elles sont 4, reliées par un même événement qui les a fait basculer dans un autre monde : celui de parents. Les années ont passé depuis la naissance de leur premier enfant, certaines ont remis le couvert, d’autre aurait aimé et même si leur amitié s’est un peu délitée au fil du temps, l’école et les activités périscolaires ont permis de conserver le lien. Pourtant quand Jess débarque aux urgences pédiatriques avec sa petite dernière qui présente tous les symptômes d’un trauma crânien, Liz ne parvient pas à empêcher le doute de s’insinuer au creux de son être. Et si Jess avait craqué ? Alors que police et services sociaux entrent dans la danse, Liz remonte le temps pour partir à la recherche d’une vérité qu’elle n’a sans doute pas voulu voir, celle de Jess, mais aussi celle de sa famille.

Grâce à ce roman, Sarah Vaughan aborde un sujet délicat : la dépression post partum et les conséquences parfois dévastatrices du surmenage maternel.
Une galerie de femmes riche et travaillée associée à une intrigue au suspens remarquablement maîtrisé font de ce roman un page-turner addictif.

En ce qui me concerne, j’ai été totalement scotchée par la fin que je pensais arrivée depuis déjà quelques pages. Un ultime rebondissement que je n’avais absolument pas vu venir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Souvenez-vous… En janvier 2019, Sarah Vaughan publiait « Anatomie d’un scandale » dont je vous avais déjà parlé sur le blog. Le roman parlait de consentement sexuel et de justice à deux vitesses. Dans « Autopsie d’un drame », changement de registre, l’auteur s’attaque aux violences faites aux enfants dans le cadre familial et développe plus généralement la thématique de la maternité. Liz est pédiatre. Lorsque l’une de ses amies Jess débarque aux urgences avec sa fille Betsey âgée de dix mois, c’est tout naturellement qu’elle prend l’enfant en charge. En effet, les deux femmes se connaissent depuis de nombreuses années, alors qu’elles suivaient des cours d’accouchement pour leurs premiers enfants. Sauf que… après une batterie de tests, il s’avère que Betsey souffre d’un traumatisme crânien et qu’incontestablement, il s’est passé quelque chose de terrible dans ce foyer que la mère ne dit pas. Comment envisager qu’une amie proche ait pu faire du mal à son enfant ?

Sarah Vaughan construit ici un roman avec alternance des voix. L’histoire sera principalement racontée par Liz, Jess, mais aussi Ed le mari de Jess. Le même procédé est utilisé pour les retours dans le passé afin de revenir sur des rencontres, mais aussi des faits marquants qui permettent de faire avancer le récit au présent. Cette double temporalité permet de mieux appréhender les questionnements, mais aussi de cerner les personnages au plus près. Le récit ne repose pas simplement sur la question, Jess est-elle coupable de maltraitance ou pas ? Sarah Vaughan a pris un chemin bien plus psychologique, plus profond qu’il n’y paraît au préalable de la lecture. J’avoue avoir eu quelques craintes quant à lire un roman qui ne reposerait que sur cette thématique, mais à chaque fois que j’ai ressenti un certain essoufflement, l’auteur a su me remettre sur les rails en ajoutant de la matière et des sujets de réflexion.

Je laisse volontairement de côté l’aspect coupable ou non coupable dans cette chronique, vous découvrirez vous-même ce qu’il en est. Je veux simplement saluer la volonté de l’écrivain à aller creuser au-delà des apparences, en remontant aux origines des maux par un suspense très bien dosé.

« Autopsie d’un drame » aborde le sujet de la maternité dans sa globalité, de la grossesse à la naissance, en passant par l’accouchement en lui-même et les premiers mois de vie avec un nourrisson. Je voudrais mettre l’accent sur un point dont on parle peu, mais qui est bien réel : celui des violences gynécologiques. Un accouchement est toujours une question de vie ou de mort et on a parfois tendance à l’oublier. Faire naître l’enfant et sauver la mère obligent parfois à des gestes brutaux, pas forcément expliqués, ni compris, que l’on n’oublie pas. (non, on n’oublie jamais ses accouchements une fois le bébé dans les bras, ne rêvez pas !) « L’expression de l’obstétricien pendant qu’il fourrageait à l’intérieur d’elle avec une agressivité telle qu’elle s’était sentie violée. La douleur. La douleur pure et dévorante. » La différence abyssale qui existe entre l’idée qu’on se fait de la mise au monde et la réalité d’une salle d’accouchement est parfaitement analysée ici. Celles qui ont accouché le savent. « Elle s’était imaginée donner naissance entourée de bougies à la lavande, avec le mouvement lent du concerto pour deux violons de Bach en fond sonore, les cordes la guidant vers l’apogée des contractions. Quelle naïveté… » Il peut résulter de ce moment un potentiel stress post-traumatique, mais qui commence par une dépression post-partum. Le monstre se cache discrètement dans les tripes, mais tourne en tâche de fond dans le cerveau reptilien et peut conduire à l’apparition de phénomènes singuliers. Sarah Vaughan en fait une parfaite démonstration. Rajoutez à cela les réminiscences de votre propre relation avec votre mère qui remonte à la surface, et l’absence du conjoint qui se persuade que vous avez le temps de vous reposer puisque vous êtes à la maison, et vous obtenez une belle bombe à retardement qui ne demande qu’à exploser. Je dois dire que le personnage de Ed m’a bien mise en colère, entre fuite et déni total, il est un parfait exemple de l’époux qui ne voit pas ce qu’il a sous le nez ! Ses abandons conjugaux reflètent assez justement une vision claire des changements qui s’opèrent chez sa femme, mais qu’il préfère ignorer.

Ce que j’ai trouvé très intéressant dans ce roman c’est la façon habile dont l’auteur s’y prend pour faire comprendre le malaise ressenti par Jess à travers les yeux de Liz, sa propre histoire avec sa mère, son métier de pédiatre, et de petits indices laissés comme des petits cailloux blancs dans leur histoire commune qu’elle finit par rassembler. Une belle place est laissée aux paroles politiquement incorrectes que les mères pensent toutes, mais n’osent pas dire. « Oui, c’est bon de ne pas être une maman vingt-quatre heures sur vingt-quatre », « …mais parfois j’ai besoin de faire une pause. Ils sont usants. (….) J’ai l’impression de devoir constamment être en alerte. ( …) Il y a tellement de choses à envisager. Il faut toujours penser à tout en permanence. À tout ce qui pourrait tourner mal. »

En résumé, ce roman correspond bien à la réalité terrain d’une femme mère de plusieurs enfants. Il aborde des thématiques profondes de manière juste et pertinente en suivant le fil rouge de ce bébé aux urgences. Il permet aussi de déculpabiliser les mères en libérant la parole « (…) or on se sent rarement aussi seul que lorsqu’on est à la maison avec un bébé inconsolable et un esprit en déroute. »Je ne peux que vous en recommander la lecture si le sujet vous intéresse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La première fois que j'ai entendu parler de Sarah Vaughan, c'était par de grandes affiches publicitaires pour 'Anatomie d'un scandale' qui ornaient les librairies d'aéroports l'année dernière. Puis les encarts publicitaires dans les pages "livres" de mes journaux et finalement les panneaux sur les bus ou abribus ... Je m'étais rapidement procuré ce livre dans une de mes médiathèques, et je l'avais dévoré d'une traite.

Alors, quand j'ai vu que NetGalleyFrance proposait 'Autopsie d'un drame', je me suis inscrite sur le site et j'ai tentée ma chance ! 
Quelques minutes plus tard ma demande était acceptée, je téléchargeais le livre et j'entamais sa lecture ! 

Comme pour le précédent, je l'ai lu d'une traite.

On suis quatre amies, enceintes en même temps de leur premier enfant, les années passent, les enfants grandissent. Celles qui ont conservé une activité professionnelle arrêtent de procréer après le deuxième enfant, mais Jess en a un troisième, une petite fille, Betsey, après deux garçons.

Un soir, Jess arrive à l'hôpital où Liz est pédiatre, Betsey, bizarre dans les bras. L'enfant a vomi, pleure et a un comportement anormal. Le fait d'être amies empêche Liz de traiter Betsey, dont ses collègues détectent une fracture du crâne et donc soupçonnent aussitôt un cas de maltraitance et contacte la police.

Le récit de Jess est confus et empli d'incohérences, elle sera rapidement interdite d'être seule avec ses enfants, la machine médico-policièro-sociale est en route pour mettre au jour ce qui s'est réellement passé ce soir là.

Dans le même temps, Liz, (re)découvre auprès de sa mère mourante, un fait divers familial de son enfance.

Un roman qui met au jour les difficultés d'être une mère parfaite, d'assurer au mieux la gestion de trois enfants en bas âge (ou pas), en l'absence d'un conjoint trop pris par son travail, la non détection des dépressions post-partum et l'auto-exigence de celles qui se veulent des mères parfaites ! 

Un roman qui m'a happée et que je n'ai pas posé jusqu'au moment d'en découvrir la dernière ligne !

Merci à NetGalleyFrance et aux Editions Préludes de me l'avoir mis à disposition !

#Autopsiedundrame #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lorsque Liz, médecin pédiatre à l'hôpital, doit examiner Betsey, la fille de son amie Jess, elle sent tout de suite que quelque chose ne va pas.
Betsey ne cesse de pleurer, hurle quand on lui touche la tête, et sa mère semble hésitante que le déroulement de la journée, d'autant plus qu'elle a attendu nu certain temps avant d'amener sa fille aux urgences. Les services sociaux doivent être informés, c'est la procédure.S'en suit alors des jours difficiles, pendant lesquels nous allons suivre Liz, rongée par la culpabilité d'avoir mis son amie dans une situation très délicate, et Jess, qui obsédée par les dangers que peuvent rencontrer ses enfants, obnubilée par le fait qu'elle pourrait leur faire du mal, voire les tuer...Ce roman est très bien ficelé, on suit avec plaisir ces deux femmes, entourés de leur couple d'amis et on ne peut avoir que de l'empathie pour ce qu'elles vivent, Jess face à cette enquête sociale et le doute qu'elle a de ses capacités à être une bonne mère et Liz, qui replonge dans des souvenirs douloureux de son enfance, pendant laquelle elle était maltraitée.L'intrigue est bien menée même si j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs. J'aurais également aimé qu'il y ait plus de rebondissements.C'est néanmoins une très bonne lecture que je vous conseille si vous aimez les thriller psychologiques.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie les éditions Préludes pour m’avoir fait découvrir ce thriller à travers la plateforme numérique Netgalley . J’ai été conquise par cette histoire. Le suspense est continu et on veut comprendre ce qui s’est réellement passé. On remet en doute chaque personnage et l’auteure s’amuse à nous mener en bateau. J’ai apprécié l’écriture et le fait que chaque chapitre soit destiné à un personnage. Les rebondissements s’enchaînent jusqu’à la toute dernière page. Un thriller psychologique terriblement bien mené par l’auteure. Foncez le découvrir!!

Je posterai ma chronique sur mon compte Instagram @lilyslibrary

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Liz est pédiatre en hôpital. Elle est appelée aux urgences et découvre son amie Jess, maman au foyer de 3 enfants, avec sa petite dernière. Les examens révèlent une fracture crânienne. Liz se voit donc obligée de prévenir les services sociaux. Se met alors en place une enquête sociale et policière pour comprendre ce qu'il s'est passé.

Ce roman c'est une histoire de maternités, mais aussi d'amours, d'amitiés, de mensonges.... c'est une histoire qui remue, qui dérange...

Au fil des pages, des époques, des narrateurs le suspense monte et l'on imagine la vérité jusqu'à la découvrir dans les dernières pages.

J'ai beaucoup aimé cette lecture et je vous la conseille.
Merci à Netgalley.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Liz est pédiatre dans un hôpital londonien. Une de ses amies Jess se présente aux urgences avec son bébé blessé dans les bras: fracture du crane. Les circonstances de l'accident ne sont pas claires et les services sociaux sont appelés: une enquête policière est ouverte.
Ce livre va nous raconter la genèse de ce drame, et les quelques jours qui suivent dans des chapitres très courts, donnant le point de vue des différents personnages: Liz et Jess principalement, mais aussi Ed le père et mari, et aussi plus succinctement Frankie un des autres enfants de Jess et Ed, et Charlotte, autre maman du groupe d'amies s'étant connues il y a une dizaine d'année dans un cours de préparation à l'accouchement.
L'auteure passe habilement d'un personnage à l'autre, d'une époque à l'autre puisque des scènes du passé vont venir s'interposer pour apporter quelques éclaircissements sur les faits. Tout cela reste très clair pour le lecteur, la date et le narrateur étant clairement identifiés en tête de chapitre.
Le sujet abordé est grave: la dépression postpartum, le sentiment d'impuissance éprouvé parfois renforcé par l'épuisement. L'auteure a l'intelligence de le traiter pour une maman dont c'est le troisième enfant, nous rappelant à juste titre, que l'expérience n'est pas tout, et que toute mère peut en être atteinte.
J'ai beaucoup aimé les deux personnages principaux: l'auteure a particulièrement travaillé la psychologie de ces deux femmes. J'ai trouvé cependant dommage qu'elle insiste un peu lourdement, montrant encore et encore Jess en proie à ses pensées de destruction et Liz s'accusant de tous les maux dans ce qui arrive à ses proches. le livre aurait gagné à mon avis être un peu moins répétitif sur ce type de scènes.
A coté de ces deux femmes, les autres personnages m'ont semblé plus clichés, comme s'ils étaient là en toile de fond seulement, entre le chef de service à l'hôpital misogyne et imbu de lui-même, le mari absorbé par son travail qui se repose complètement sur sa femme, l'autre mari parfait sous tous rapports, le troisième qui quitte sa femme pour une plus jeune, ...
En résumé, un sujet intéressant dont le traitement ne m'a pas complètement convaincue. Merci aux éditions Préludes pour ce partage #Autopsiedundrame #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :