Le secret de la reine soldat

L'extraordinaire soeur de Sissi

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 11 mai 2022 | Archivage 11 juin 2022
ELIDIA, Éditions du Rocher

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Lesecretdelareinesoldat #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Marcel Proust, qui l'idolâtrait, l'avait baptisée la "reine soldat". Luchino Visconti rêvait de la porter à l'écran. Reine déchue du royaume de Naples et des Deux Siciles, Marie-Sophie en Bavière s'est toujours dérobée aux historiens qui n'ont pressenti son secret qu'à demi.

Marie-Sophie était la plus romanesque des soeurs de Sissi. Aussi rebelle que l'illustre impératrice, elle fut autrement plus vivante, charnelle et intrépide. A vingt ans, elle subjuga l'Europe en abandonnant ses somptueuses crinolines pour traverser la Révolution italienne du Risorgimento. A trente ans, elle devint une figure du Paris de la Belle Epoque. Que cachait son attirance pour la Ville Lumière? La nostalgie de sa passion pour un zouave pontifical français, mais surtout Daisy, leur enfant, dont elle ne put jamais faire l'aveu public. Le pape, les rois de Bavière, de Naples et des Deux Siciles, avaient trop à perdre si ce scandale était divulgué.

Cette mère qu'on avait arrachée à l'attachement le plus sacré imposera son droit de renouer avec sa fille et se vengera par les armes de ceux qui l'avaient outragée. C'est ce que nous dévoile Lorraine Kaltenbach, dans le récit, riche en aventures, de son enquête pour retrouver sa cousine Daisy, la fille de la reine soldat et la nièce cachée de Sissi.

Marcel Proust, qui l'idolâtrait, l'avait baptisée la "reine soldat". Luchino Visconti rêvait de la porter à l'écran. Reine déchue du royaume de Naples et des Deux Siciles, Marie-Sophie en Bavière...


Note de l'éditeur

Ancienne "plume" de ministres, Lorraine Kaltenbach est l'auteure de Championnes (Arthaud), des Chibret, une saga auvergnate (JC Lattès) et de Filles à papa (Flammarion).

Ancienne "plume" de ministres, Lorraine Kaltenbach est l'auteure de Championnes (Arthaud), des Chibret, une saga auvergnate (JC Lattès) et de Filles à papa (Flammarion).


Actions promotionnelles

- Une belle figure, dans l'univers de Sissi

- Un récit où luttent, sur fond de vicissitudes de l'histoire, liberté, pouvoir et amour

- Un auteur à la plume romanesque, au coeur d'un secret de famille

- Un cahier photo avec des documents exclusifs

- Une belle figure, dans l'univers de Sissi

- Un récit où luttent, sur fond de vicissitudes de l'histoire, liberté, pouvoir et amour

- Un auteur à la plume romanesque, au coeur d'un secret de...


Formats disponibles

FORMAT Poche
ISBN 9782268107394
PRIX 8,06 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers ma Kindle (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Superbe roman biographique sur une figure royale méconnue du 19ème siècle, sœur de Sissi et de la duchesse d'Alençon, et dernière souveraine du royaume des Deux Siciles. L'auteur nous entraîne dans le tourbillon de l'unification italienne avec brio à travers la vie de cette reine tragique et passionnée. Un livre qui devrait plaire beaucoup à tous les lecteurs et lectrices férus d'histoire monarchique. Stéphane Bern devrait nous faire découvrir cette femme magnifique sur le petit écran! Bravo

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voilà bien longtemps que je n'avais pas lu un ouvrage ayant trait à l'histoire. Et quelle Histoire ! Fan de Sissi (et ce n'est pas à cause de Romy Schneider), je ne connaissais pas cette soeur au caractère aussi trempé, et qui, si elle n'a pas eu son destin tragique, a eu une vie émaillée de drames qui n'ont jamais entamé son attachement à son pays d'adoption, l'Italie, et à son peuple.
L'autrice apprend une filiation avec une fille cachée de Marie-Sophie, et part donc enquêter sur cette cousine éloignée et son auguste mère. De la Bavière à Naples, Rome et Paris, elle nous fait découvrir les amours, les amitiés, la force de caractère de cette amazone qui n'a pas hésité à se mettre en danger pour défendre son trône, à la fois soutien des soldats et réconfort des blessés. Détrônée, elle gardera la superbe de celle qui ne veut rien lâcher et se fait un devoir de tenir le cap, par amour pour celles et ceux qui sont partis avant elle. Une femme qui a su défier les conventions des huit décennies qu'elle a traversé. Une reine, quoi ! J'ai adoré !!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La narratrice part à la recherche des traces de la cousine de son arrière-grand-mère, la fille cachée de la reine de Naples. A travers cette quette on découvre cette reine méconnue, une des sœurs de Sissi, qui lutta au coté de son peuple lors de l'invasion de son royaume.
Ce livre est passionnant, autant par le récit des étapes de la recherche de l'auteur que par la personnalité et l'histoire de Marie-Sophie en Bavière, reine de Naples.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Marie-Sophie en Bavière , reine éphémère des Deux Siciles , héroïne de la résistance jusqu'à ce que la famille de Savoie s'empare du trône .
La légende dit que l'ex reine gardera l'esprit de vengeance toute sa vie.
Elle est la sœur de Sissi ,la célèbre impératrice d'Autriche au destin funeste , Marie-Sophie aura un destin romanesque , ne sera pas plus heureuse que sa sœur
Jeunes filles , les sœurs Witelsbach ont des cartes pleines de grands espoirs qui ne sont réaliseront pas , comme si il y avait une malédiction dans la famille .
Marie-Sophie sera elle aussi malheureuse en amour , elle connaîtra un bref instant de bonheur lors de la rencontre romantique avec un officier zouave , elle aura une fille hors mariage , fille qui décédera prématurément de tuberculose .
L'ex reine aura une fille avec son mari , fille qui ne va vivre que quelques jours .
Un destin hors pair raconté de façon très détaillée , un véritable régal pour les lecteurs aimant l'histoire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’impératrice Élisabeth d’Autriche, reine de Hongrie, n’était pas la seule personnalité remarquable des huit enfants parvenus à l’âge adulte du duc Maximilien en Bavière et de son épouse Ludovica.
Son frère aîné, Louis, avait renoncé au duché en Bavière pour épouser la femme qu’il aimait, en des temps où cela se pratiquait peu.
Son second frère, Charles Théodore, avait quitté l’armée pour faire des études de médecine et devenir un ophtalmologiste réputé.

Ses parents, enfin, sa mère surtout, avaient profité des noces très flatteuses de leur deuxième fille avec l’empereur François-Joseph d’Autriche-Hongrie pour marier avantageusement ses quatre sœurs (il va sans dire que les termes "très flatteuses" et "avantageusement" se réfèrent à ce qu’en pensait l’aristocratie européenne à l’époque). C’est ainsi que sa cadette Marie Sophie Amélie épousa François II de Bourbon, éphémère roi des Deux Siciles bientôt balayé par Garibaldi et, surtout, par son cousin Victor-Emmanuel de Savoie, duc de Savoie, roi de Sardaigne, prince du Piemont et comte de Nice...

Un caractère, Marie des Deux Siciles, et il en fallait pour assumer cette couronne qui lui tombe sur la tête à dix-huit ans, quatre mois après son mariage avec un duc de Calabre falot et confit en dévotion, et l’invasion du royaume des Deux Siciles l’année suivante par les chemises rouges de Garibaldi.

C’est pratiquement à elle seule qu’elle anima la résistance de l’armée du royaume, repliée à Gaète de septembre 1860 à février 1861.
Elle en devint le symbole.

Mais après ces coups d’éclat, c’est l’exil à Rome, sous la protection du pape Pie IX, l’ennui, un certain inconfort aussi puisque toutes les possessions italiennes des Bourbon- Siciles ont été confisquées par Victor-Emmanuel qui s’est fait proclamer roi de Naples par un plébiscite truqué, avant d’intégrer le royaume des Deux Siciles au nouveau royaume d’Italie en mars 1861.
La très jeune femme, que sa sœur Mathilde a rejoint à Rome après avoir épousé son beau-frère le comte de Trani, cherche des distractions. Elle aime aller au bal et y danser jusqu’à plus de minuit, monter à cheval et galoper des heures, être reçue comme une héroïne et saluée comme une reine qu’elle n’est plus.

Les deux sœurs font scandale par leur mode de vie et leurs façons d’être, qui remontent jusqu’aux oreilles ducales et impériales.

Trop tard, Marie est tombée très amoureuse d’un zouave pontifical, elle est enceinte, elle accouche dans le plus grand secret.

Il faudra tout la force de persuasion d'un de ses frères et de son impériale sœur qui, quoi qu’on en dise, cragnait beaucoup le scandale, pour convaincre Marie de retourner aux côtés de François de Bourbon-Siciles, dans une vie d’exil qui la mènera de Rome en Autriche, en Suisse puis en France, à Paris et dans ses environs.

Le secret de la reine soldat, c’est cette enfant, une petite fille surnommée Daisy confiée à son père, Emmanuel de Lavaÿsse puis à la famille de celui-ci après son décès en 1868.

Lorraine Kaltenbach, arrière-arrière-petite-cousine du zouvae pontifical, a remué la poussière sous laquelle dormaient les archives de sa famille pour y retrouver les traces de cette fillette, élevée dans la discrétion et décédée très jeune de la tuberculose qui avait emporté son père.

Ce faisant, l’auteur nous entraîne sur les pas de l’impétueuse Marie des Deux Siciles dans un ouvrage très documenté et bien écrit, et nous fait découvrir une autre personnalité attachante de cette famille Wittelsbach qui n’en manque pas.
Triste vie que celle de Marie, faite de renoncements et de deuils, mais qu’elle assumera avec une élégance que Marcel Proust décrira avec délices dans sa Recherche.

C’est un livre intéressant qui se lit d’une traite, et qui peut apprendre bien des choses à qui ne s’est pas encore penché sur les Wittelsbach, Habsbourg et consorts.
Pour ma part, étant tombée dedans quand j’étais petite, c’est avec plaisir que j’ai lu cette évocation de Marie et de Mathilde (la petite Spatz, surnom que lui avait donné sa famille et qui signifie "moineau"), disparues toutes deux en 1925 à cinq mois d’intervalle après avoir perdu tous leurs frères et sœurs et une bonne partie de leurs neveux et nièces.

Et c’est avec intérêt que j’ai suivi les recherches de Lorraine Kaltenbach, pour retrouver cette petite Daisy, dont l’arrière-grand-mère de l’auteur avait fait perdurer l’émouvant souvenir au sein de sa famille.

Merci beaucoup à NetGalley, à Lorraine Kaltenbach et aux Editions du Rocher pour ce partage.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

"Le Secret de la Reine Soldat", publié en 2020 par les éditions du Rocher, est plus le récit d'une enquête qu'une véritable biographie, ce qui rend le propos de Lorraine Kaltenbach plus captivant. L'idée de mêler ainsi le récit de la vie d'une femme exceptionnelle au destin non moins exceptionnel mais dont la notoriété a été éclipsée par celle de sa soeur, la célébrissime impératrice d'Autriche Sissi, au récit de l'enquête menée par l'auteur pour dénicher les éléments biographiques enfouies sous la poussière du temps, est originale. Mon seul regret: trop peu de dialogues.
La langue de Lorraine Kaltenbach est riche, sensuelle, majestueuse, employant verbes et adjectifs à bon escient. Il n'en fallait pas moins pour mettre en scène la vie de cette femme extraordinaire. Grâce aux détails parlants et à une mise en scène vivante, le lecteur monte sur les remparts avec Marie-Sophie, la suit dans ses courses à cheval effrénée, dans ses voyages pour fuir un mariage décevant et une vie étriquée et étouffante; il l'accompagne lorsqu'elle court à la rencontre de son zouave adoré, mais également dans son exil et dans sa fuite en avant, il pleure avec elle sur son bel amour sacrifié sur l'autel de la raison d'état, au nom de laquelle on lui enlèvera son enfant qu'elle ne reverra jamais.
Sans sombrer dans le misérabilisme ni dans l'apitoiement, mais avec dignité, Lorraine Kaltenbach entreprend un voyage dans le temps en se référant sans cesse aux documents d'époque: extraits de journaux, de correspondances, d'archives officielles, de références bibliographiques, elle suit les petits cailloux blancs, cachés ou visibles, que l'histoire a laissés pour qu'un jour soit exhumée l'existence de cette enfant de l'amour, la petite Daisy, nièce de Sissi.
Et c'est avec curiosité et passion que l'auteur nous entraîne à travers les méandres de la grande Histoire: la chute du royaume de Naples et des Deux-Siciles; les sursauts de l'unification italienne; le réveil des peuples aspirant à retrouver leur autonomie; les convulsions de l'ancien monde qui, peu à peu, souvent dans le sang, va laisser place à un ordre nouveau. Ainsi, le contexte historique est admirablement restitué: les interactions et motivations politiques des états et des différents protagonistes, tel que l'empereur François-Joseph qui se bat pour conserver son empire, mais également la belle-mère de François II de Naples, femme ambitieuse et prête à tout pour coiffer la tête de son propre fils de la couronne napolitaine, le pape, qui voit son domaine se réduire comme une peau de chagrin sous les coups de boutoir du grand vainqueur Victor-Emmanuel II, premier roi de l'Italie unifiée.
Une belle aventure littéraire, historique et biographique au cours de laquelle nous faisons la connaissance d'une femme que l'on aurait aimé rencontrer...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quels destins et quelles tragédies autour de cette famille de Witelsbach !

Si l’on connait bien Élisabeth d’Autriche, dite Sissi (cela m’a rappelé au passage mon séjour à Vienne la Hofburg et Schönbrunn), ses soeurs ne sont pas en reste. Ou comment ce qui s’annonçait des destins merveilleux, entre mariages somptueux et palais fastueux ont tourné au drame.

Il y a Sissi, marquée par de nombreux morts dans son entourage, elle-même assassinée, sa soeur devenue Duchesse d’Alençon morte dans l’incendie du bazar de la Charité et Marie Sophie, à qui est consacré ce roman.

Lorraine Kaltenbach a mené l’enquête pour reconstituer la vie de sa cousine Daisy, fille cachée de Marie Sophie et nièce cachée de Sissi. Et à travers la fille, c’est le destin étonnant de Marie Sophie qu’elle nous dévoile en une restitution passionnante!

Là aussi, tout avait bien commencé… Soeur cadette de l’impératrice d’Autriche, Marie-Sophie épouse en 1859 le duc de Calabre et devient quelques mois plus tard reine des Deux-Siciles à la mort de son beau-père. Mais entre un mari insignifiant, qui n’a pas consommé le mariage, une belle-mère autoritaire, le début du règne n’est guère heureux. Et puis l’Italie est en plein troubles. Les troupes de Garibaldi attaquent le royaume, le couple royal trouve refuge dans la forteresse de Gaëte où Marie-Sophie va entrer dans l’histoire par son comportement héroïque. Mais la défaite est inéluctable et le couple connaîtra ensuite l’exil de Rome à Paris ou Munich.

C’est à Rome que Marie-Sophie aura une liaison avec un des zouaves pontificaux, Emmanuel de Lavaysse, dont elle elle aura une petite fille, Daisy de Lavaysse, qui vivra cachée et sera élevée par la famille de son père.

Que de destins tragiques autour de cette famille! Autour de la mère et de la fille, les drames ne vont pas cesser de s’accumuler. On est loin d’une vie de princesse qui ferait rêver… et au sujet de la condition féminine, là aussi, il y a beaucoup à dire…

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, à la fois pour le suivi de l’enquête menée par l’auteure que pour les biographies reconstituées et l’arrière-plan historique de ces pages complexes de l’évolution de l’Italie. L’ensemble est très bien documenté, de nombreuses notes complètent le récit pour ceux qui veulent en savoir plus.

Une belle remise en lumière de cette soeur méconnue!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai beaucoup aimé cette biographie historique originale!
En effet, même si une grande partie du texte est consacrée au triste destin de" la Reine soldat", soeur de Sissi, on découvre aussi l'existence de sa fille cachée et ses liens avec la famille de l'auteure qui mène l'enquête. Cela rend le texte captivant car on a l'illusion d'assister aux découvertes de l'auteur mais aussi de se glisser dans l'intimité de cette reine déchue (notamment grâce aux nombreux documents qui ont servis de supports à la recherche).
Un très bon moment de lecture que je conseille aux curieux et aux passionnés d'histoire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lorraine Kaltenbach a mené l’enquête pour reconstituer la vie de sa cousine Daisy, fille cachée de Marie Sophie et nièce cachée de Sissi. Cette famille fascinante gagne à être comprise dans les drames de son époque, Soeur cadette de l’impératrice d’Autriche, Marie-Sophie épouse en 1859 le duc de Calabre et devient quelques mois plus tard reine des Deux-Siciles à la mort de son beau-père. Mais entre un mari insignifiant, qui n’a pas consommé le mariage, une belle-mère autoritaire, le début du règne n’est guère heureux. Et puis l’Italie est en plein troubles. Les troupes de Garibaldi attaquent le royaume, le couple royal trouve refuge dans la forteresse de Gaëte où Marie-Sophie va entrer dans l’histoire par son comportement héroïque. Mais la défaite est inéluctable et le couple connaîtra ensuite l’exil de Rome à Paris ou Munich. Et c?est cette vie d’exil qui est fascinante : C’est à Rome que Marie-Sophie aura une liaison avec un des zouaves pontificaux, Emmanuel de Lavaysse, dont elle aura une petite fille, Daisy de Lavaysse, qui vivra cachée et sera élevée par la famille de son père. Ce destin tragique remplis de drames parlent du carcan de la condition féminine et de l’évolution de l’Italie en cette période. L’ensemble est très bien documenté, de nombreuses notes complètent le récit, cette collection est indéniablement une référence en biographies historiques et la réhabilitation des destins de femmes est à saluer.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Très attirée par les premières pages de cette histoire, et prise dans le récit, je n'ai pas réussi à poursuivre ma lecture car je n'arrive pas à modifier la taille des caractères ni l'interligne.
Je m'interroge car techniquement le format epub permet ces actions d'habitude sur ma kobo (mise à jour).

Malheureusement ma vue ne me permet pas d'aller au bout de ma lecture et je le regrette vivement.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le livre commence à décrire le courage de Marie-Sophie, dix-neuf ans, quand le royaume des Deux-Siciles a été envahi par l’armée de Garibaldi et qu’elle est restée présente au côté de son époux François II en soutenant les combattants. J’ai regretté que le contexte, l’unification de l’Italie, ne soit pas davantage précisé.
Après la chute de Gaëte, les époux ont trouvé refuge à Rome. C’est là qu’Emmanuel de Lavaÿsse est venu défendre le pape et la chrétienté contre Victor Emmanuel de Savoie qui entend bien s’emparer du royaume terrestre.
Les deux jeunes gens se rencontrent. Quelques mois plus tard, Marie-Sophie retourne en Bavière où elle met au monde une petite fille, dans le plus grand secret.
Une histoire touchante racontée par l’arrière-petite-fille d’une cousine et amie de Daisy, surnom de l’enfant illégitime.
« Hélène, mon arrière-grand-mère a longtemps ignoré que Daisy était la nièce cachée de Sissi. Enfant, elle regardait sa cousine sans étonnement, sans chercher à deviner son secret. Tout ce qu’elle voulait savoir, c’était la date et l’heure de son arrivée à la gare, toute proche, de Revel. »

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avis : FOUILLÉ

Pour qui cherche un roman historique et qui aime Sissi l’Impératrice, ce livre est une merveille de précision pour raconter l’un des secrets les mieux gardés du 19ème siècle.
Je remercie les Éditions du Rocher et #NetGalleyFrance pour m’avoir permis de découvrir avant sa sortie « Le secret de la reine soldat », celle qui n’était rien de moins que l’extraordinaire sœur de Sissi. Lorraine Kaltenbach, on le sent bien, a pris un grand plaisir à fouiller et à dépouiller les monceaux d’archives familiales pour nous délivrer les secrets de cette grande famille.
La reine soldat (surnom donné par Marcel Proust), c’est Marie-Sophie, sœur d’Élisabeth, impératrice d’Autriche, qui la protègera autant qu’elle le pourra et qu’elle vivra. Mal mariée, elle se distinguera en ne montrant jamais sa peur et en se portant en avant de tous les dangers, ce qui lui vaudra l’admiration des soldats et construira sa légende. Fière et déterminée, elle vivra en obéissant souvent, mais en se révoltant régulièrement et en s’organisant pour connaître tous les vertiges, et surtout celui de l’amour. Elle échappera aux guerres, aux maladies mais pas aux tragédies. Elle puisera souvent ses forces dans l’envie de se venger et luttera pour que son secret bien gardé lui apporte le seul bonheur qui lui est accessible.
Grâce à l’auteur, les amateurs d’histoire se régaleront car les recherches ont été nombreuses et méticuleuses, tant du point de vue historique que généalogique. Toutes les grandes familles de l’époque et toutes les guerres sont disséquées, nous amenant à en comprendre les dessous. Tout ceci avec une lecture facile quoiqu’un peu lourde parfois par les détails donnés dans les explications de fin de page, et une plume alerte qui a privilégié les actions plus que les descriptions.
Celle plume, mise longtemps au service des ministres, se trouve bien inspirée quand elle veut parler de la vie des autres ; je suis conquise. Il est vrai que j’ai un goût particulier pour l’Histoire et la généalogie, ceci peut aussi expliquer cela. Je conseille.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une passionnante enquête qui intriguera ceux qui comme moi sont fans de Sissi.L'auteure de ce récit historique a des liens avec l'une des soeurs de Sissi,mère d'une enfant cachée. Elle remonte le fil de l'histoire, enquête, fouille pour faire revivre des années historiques pas toujours bien connues. Un très bon moment de lecture qui se dévore comme une série tv.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lorraine Kaltenbach nous raconte le destin de Marie-Sophie de Wittelsbach, la sœur cadette d’Elizabeth, rendue célèbre par la saga des « Sissi » qui a épousé François II de Bourbon, roi de Naples et des Deux Siciles. Un mariage particulier, car il n’était en « présentiel » pour employer une expression tristement à la mode de nos jours. Ils ne sont jamais vus, tout a été décidé par les familles.

Le mariage se déroulant sous de tels auspices, ne pouvait qu’être promis à des catastrophes, ou des péripéties selon le degré de gravité des évènements.

A peine une année après le mariage, la couronne commence à tanguer sur leurs têtes : c’est le Risorgimento, qu’on appelait « L’Unité Italienne » dans nos livres scolaires, avec les Chemises rouges, révolutionnaires sous la houlette de Garibaldi, alors qu’en coulisse, Victor-Emmanuel II tire les ficelles en attendant patiemment son heure.

Nos deux époux se trouve retranchés, assiégés dans la forteresse maritime de Gaète, où leurs fidèles vendront cher leur peau. Marie-Sophie est active durant ce siège, on la voit se rendre auprès des soldats, les encourager, les soigner, tandis que François brille par son inaction.

Inutile de préciser qu’ils vont perdre. Ils seront « recueillis » par le Pape Pie IX, qui leur fait aménager des appartements au Quirinal et mèneront la belle vie, si l’on regarde les choses de l’extérieur…

Marie-Sophie s’ennuie, son mariage est un échec, il n’a même pas été « consommé », le roi étant atteint d’un phimosis qu’il refuse de faire opérer… Alors, quand un beau Zouave, Français, vient officier auprès du pape, une idylle se noue : retrouvailles en secret, avec quelques complicités, car ils sont sous étroite surveillance. Lorsque la grossesse commence à se voir, Marie-Sophie va se réfugier chez son frère Louis, on parle de maladie, la tuberculose commençant à faire des dégâts.

« Daisy était le fruit des amours entre la reine de Naples et notre cousin, Emmanuel de Lavaÿsse (prononcer Lava-ï-sse), un Français enrôlé dans les zouaves pontificaux à Rome, au début des années 1860. »

Et Daisy, pointe le bout de son nez, et il faut trouver une solution, Marie-Sophie préfère la confier à son père, qui a bravé le froid, en se cachant pour ne pas être reconnu, afin de la rejoindre en Bavière. Elle ne la gardera pas longtemps près d’elle, car tout le monde fait pression pour qu’elle retourne en Italie, Sissi, entre autres, mais aussi sa plus jeune sœur Mathilde qui a épousé le demi-frère de François…

Lorraine Kaltenbach est une descendante de Daisy, l’enfant cachée de Marie-Sophie que Marcel Proust surnomme la reine soldat car il l’admire profondément. Elle a entendu l’histoire de Daisy car un jour sa grand-mère a décidé de lui raconter ce destin compliqué, funeste. Ensuite, elle a fait un important travail de recherche pour retrouver des preuves, l’acte de naissance, mais aussi l’endroit où Daisy a été enterrée…

On suit en même temps le destin des deux familles, celle d’Emmanuel, et celle de Marie-Sophie, l’une n’ayant rien à envier à l’autre en ce qui concerne les deuils et les souffrances : la triste fin de Louis de Bavière, l’assassinat de Sissi, le drame de Mayerling, puis l’assassinat de François Ferdinand, qui déclenchera la première guerre mondiale… Et du côté d’Emmanuel, famille de Huguenots, un ancêtre a joué un rôle dans l’affaire Calas, les exils à cause de la Révolution,car ils étaient nobles entre autres.

Le début de ma lecture a été difficile, car il fallait mémoriser les noms de tous les protagonistes. Comme tout le monde je connaissais le destin tragique d’Elizabeth, via la saga cinématographique et via l’Histoire, car le XIXe siècle me passionne, celui de son frère Louis, un peu moins les autres membres de la tribu Wittelsbach. Napoléon III, son rôle et celui de son épouse Eugénie, cela allait encore, la politique politicienne, également.

L’Unité Italienne, par contre, c’était plus flou car les cours de seconde ou première remontaient à… des années, Garibaldi et les chemises rouges, Victor-Emmanuel II et son conseiller Cavour, n’étaient pas trop tombés dans les oubliettes, mais, en ce qui concerne François II roi de Naples et des Deux Siciles, c’était le trou noir…

J’ai beaucoup aimé me replonger dans cette époque, et accompagner l’auteure dans ses recherches (travail considérable, vues la quantité de notes et l’épaisseur de la bibliographie) mais aussi accompagner Marie-Sophie qui va mener une vie hors du commun, surtout en France, où elle a rencontré les artistes de la Belle Epoque.

Tout au long du livre, Lorraine Kaltenbach fait des références Giuseppe Tomasi di Lampedusaqui évoque cette période dans « Le Guépard » ou à Alexandre Dumas, avec des citations de Chateaubriand, de Proust, Voltaire pour ne citer qu’eux.

Cette Reine soldat m’a beaucoup plu et plonger dans sa vie et celle de sa famille a été un plaisir, riche en émotions, car il faut reconnaître qu’elle force le respect, contrairement à la « couardise »de son royal époux. La famille d’Emmanuel est également riche en couleurs et ce livre permet de revisiter toute l’Histoire de l’Europe de la deuxième moitié du XIXe siècle jusqu’en 1925.

Un grand merci à NetGalley et aux éditions du Rocher Elidia qui m’ont permis de découvrir ce livre très intéressant ainsi que son auteure qui est une ancienne plume de ministres.

#Lesecretdelareinesoldat #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :