Notre dernière sauvagerie

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 19 août 2020 | Archivage 31 oct. 2020

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #NotredernièresauvagerieRentréelittéraire2020FayardEloiseLievre #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Pendant trois ans, j’ai pris en photo les gens qui lisent dans le métro, parce que j’avais besoin d’un projet et d’un geste fort dans ma vie pour affronter une situation personnelle banale mais difficile, ma séparation d’avec le père de mes enfants, et une situation collective de violence sociale.
Ce texte est le récit de cette « aventure », à la fois petite sociologie impromptue de la lecture en milieux urbains et souterrains, histoire intime d’une femme qui (re)découvre la liberté et, au confluent des deux, réflexion sur la place du livre dans nos vies, hymne à cet objet magique dont j’ai voulu montrer le caractère politique.
 
Éloïse Lièvre est écrivain et professeur. Elle a notamment publié Les gens heureux n’ont pas d’histoire (Lattès, 2016).

Pendant trois ans, j’ai pris en photo les gens qui lisent dans le métro, parce que j’avais besoin d’un projet et d’un geste fort dans ma vie pour affronter une situation personnelle banale mais...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782213718583
PRIX 13,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

L'arbre qui montre la forêt. C'est d'abord par défi qu'Éloïse Lièvre a commencé à prendre en photo dans le métro des mains tenant des livres puis par échappatoire à des évènements personnels et collectifs. Elle s'imagine les histoires cachées derrière ces mains. Pour elle, les lecteurs deviennent une assemblée rassurante de veilleurs. En parallèle de ces trois années de collection, elle raconte sa séparation de celui qu'elle nomme le père de ses enfants: sortir du confort du couple, de la sécurité de la cellule familiale pour se retrouver parmi tous. Souvenirs de jeunesse aussi et les livres, objets ou lectures, viennent lier entre elles chaque partie du récit. L'écriture est exigeante, parfois ardue mais quel plaisir d'être amenée à ma propre expérience en tant que lectrice, à la fois commune et différente. Comment ne pas se reconnaître quand Éloïse Lièvre se souvient du premier personnage auquel elle s'est identifiée? Quand elle met en évidence le rôle de la lecture dans le regard que peut porter le lecteur sur sa vie, sur le monde? Etymologiquement sauvage c'est ce qui vient de la forêt; des arbres reliés les uns aux autres. Notre dernière sauvagerie, pour une forêt de lecteurs et de livres. Je remercie chaleureusement les éditions Fayard et Eloïse Lièvre pour cette stupéfiante expérience de lecture-miroir. #notredernièresauvagerieRentréelittéraire2020FayardEloiseLievre #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :