Un verre couleur de temps

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 6 nov. 2019 | Archivage 6 janv. 2020

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #UnVerreCouleurDeTemps #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Ella Moreno séjourne à Venise, dans l'appartement de sa tante artiste, Valentina, qui habite un antique palazzo de la cité des Doges. Tandis qu'elle se promène à travers le dédale des ruelles et explore les multiples cafés et églises de la ville, elle trouve dans une boutique un mystérieux portrait représentant Augusta Franzi, fille d'un marchand de café du XVIIe siècle, et Luca Verzilini, un souffleur de verre. Frappée par la ressemblance entre Augusta et Valentina, Ella va découvrir des liens troublants entre le tableau et le passé de sa tante. Et le destin de la jeune femme pourrait bien en être bouleversé.

D'abord autopubliés et rapidement best-sellers au Royaume-Unis, les livres de Sophie Nicholls sont aujourd'hui traduits dans cinq langues. Après Une robe couleur de vent et Un rêve couleur de nuit, on retrouve dans ce nouvel et dernier opus l'écriture singulière et pleine de charme d'une auteure qui confirme sont talent de conteuse hors pair.

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Michelle Charrier.

Ella Moreno séjourne à Venise, dans l'appartement de sa tante artiste, Valentina, qui habite un antique palazzo de la cité des Doges. Tandis qu'elle se promène à travers le dédale des ruelles et...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782253110255
PRIX 11,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers ma Kindle (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Une fois encore, c'est à regret que j'ai refermé mon livre et quitté les femmes de la famille Moreno.
Quel talent de conteuse que celui de Sophie Nicholls !! Elle nous entraine sans relâche au cœur de son récit, nous fait vibrer à chaque page.
Quelle magie dans son écriture si forte, dans ses personnages si touchants! elle nous entoure de couleurs, de douceur, nous ensorcelle par son récit si fluide

Une auteure à suivre, une maison d'édition à découvrir!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

On est ici en présence d'un charmant roman, troisième tome d'une trilogie (mais lire le dernier sans avoir lu les deux premiers ne m'a posé aucun problème).
On suit Ella à Venise, qui en plus de rendre visite à sa tante, va mener une quête personnel, tant pour trouver l'inspiration pour son nouveau roman, que pour trouver l'histoire derrière un portrait qui la fascine.
Derrière sa magnifique couverture, le roman est assez court et se lit facilement. On passe d'une femme à une autre, d'une histoire à une autre, et du coup, le roman manque un brin de profondeur. Pourtant, j'ai trouvé le livre charmant, et ai vraiment apprécié ma lecture. D'autant que les personnages sont attachants et l'histoire possède une touche de fantastique.
Merci à Netgalley et aux éditions Prélude pour cette lecture délicieuse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un tourbillon de couleurs, de senteurs, d'étincelles, de sensations sort de ces très jolies pages qui nous racontent de bien belles histoires de femmes. La magie opère, Venise est belle, c'est très agréable à lire, léger et coloré comme un verre en cristal de Murano.
Je n'ai pas lu les deux précédents romans, mais d'une part ça n'a absolument pas gêné ma lecture de celui-ci, et d'autre part, je pense qu'à l'occasion je les lirai avec plaisir.

#UnVerreCouleurDeTemps #SophieNicholls #PreludesEditions #Netgalley #NetGalleyFrance #lecture #livres #chroniques
Le quatrième de couverture :

Ella Moreno séjourne à Venise, dans l'appartement de sa tante artiste, Valentina, qui habite un antique palazzo de la cité des Doges. Tandis qu'elle se promène à travers le dédale des ruelles et explore les multiples cafés et églises de la ville, elle trouve dans une boutique un mystérieux portrait représentant Augusta Franzi, fille d'un marchand de café du XVIIe siècle, et Luca Verzilini, un souffleur de verre. Frappée par la ressemblance entre Augusta et Valentina, Ella va découvrir des liens troublants entre le tableau et le passé de sa tante. Et le destin de la jeune femme pourrait bien en être bouleversé.

D'abord autopubliés et rapidement best-sellers au Royaume-Unis, les livres de Sophie Nicholls sont aujourd'hui traduits dans cinq langues. Après Une robe couleur de vent et Un rêve couleur de nuit, on retrouve dans ce nouvel et dernier opus l'écriture singulière et pleine de charme d'une auteure qui confirme sont talent de conteuse hors pair.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un verre couleur de temps Sophie Nicolls chez Préludes, novembre 2019
.#UnVerreCouleurDeTemps #NetGalleyFrance
Une parenthèse pleine de douceur. C'est l'été Ella vient passer 3 semaines à Venise chez Valentina, la soeur de son père disparu . Elle a besoin de temps et de tranquillité pour commencer son prochain roman, alors elle a laissé à York Grace sa petite fille. C'est sa Mamma, Fabia, et son époux Billy qui vont en prendre soin pendant son absence.
Ella découvre Venise , c'est l'émerveillement .
Si elle pouvait seulement faire en sorte que Valentina sa tante vive enfin pleinement sa vie, si Cato pouvait ôter ce voile de tristesse qui l'emprisonne...
Sophie Nicolls enveloppe ses personnages de lumière, de couleurs, de paillettes, d'intuition. A chacun son rôle, ses ressentis, ses blessures, ses espoirs, ses joies . le lecteur ne peut que se laisser emporter dans cet univers tout à la fois onirique et magique, un univers où le maitre mot est douceur.
Une lecture qui m'a ravie et je remercie vivement les éditions Préludes pour ce partage.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai eu le bon œil de choisir ce roman sur NetGalley. Sa couverture m'a beaucoup attirée. C'est une beauté aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. Une écriture tout en douceur, charme, couleur, senteur, sensation.

Un roman contemporain de littérature anglaise avec un tout petit clin d'œil à notre belle région. On va partir avec Ella à Venise, chez sa tante, d'où elle va chercher l'inspiration pour son prochain roman.

"Les yeux plissés dans la lumière scintillante, elle mit la main en visière. Venezia. L'Italie. Le pays de son père. Enfin."

De là tout une explosion de sensations vont lui être révélées, des rencontres inattendues, de paysages aux senteurs et couleurs explosives, de mystères à découvrir. Elle laissera sa petite fille au soin de sa mama. Ici ce joue le destin de plusieurs femmes de générations différentes autour de l'art et d'artistes.

Ce roman se déroule sur la longueur qui est bien différente d'un roman noir, un souffle d'air sur les mots, une légèreté dans les scènes. On passe de l'une à l'autre, dans leur vie, tel la fragilité du cristal, le discret frottement d'un tissu sur la peau, le trait de pinceau sur une toile, tout est dans la douceur, la sensibilité, l'instant saisi, la perception, le mystère…

"Elle s'y connaissait, en histoires. Comme une création de verre soufflé, une histoire se torsadait parfois avant de s'ouvrir vers l'extérieur, chaque torsion lui conférant un sens nouveau qui dépendait du conteur et de l'auditeur. On parlait d'un oiseau, et d'aucuns voyaient un poisson dans une rivière. On évoquait les étoiles scintillantes du ciel nocturne, et d'autres se souvenaient d'un baiser échangé des années plus tôt, le sentaient sur leurs lèvres, le revivaient. Tel était le pouvoir des histoires."

Bref, une très bel intermède pour moi dans mes habitudes de lectures. Je remercie NetGalley et les éditions Préludes pour cette belle découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C 'est avec une grande joie que j'ai retrouvé Bella, Fabia et Maadar dans ce dernier tome de la trilogie de Sophie Nicholls.
Bella a besoin de calme et d'isolement pour écrire un livre. Elle en profite pour partir trois semaines chez sa tante, la soeur de son père qu'elle ne connait pas, en Italie, à Venise.
Petit à petit, elle va s'imprégner de l'ambiance et de l'histoire de la ville. Elle va s'y perdre et découvrir des personnes, des vies et une histoire bien différents de son quotidien. Sa tante elle même est source d'inspiration pour Bella. Au milieu de tout cela, notre héroïne va ressentir des vibrations, des couleurs et bientôt un des mystères de la ville l'occupera...

Fidèle à elle-même, l'auteur sait au fil des mots, nous faire vibrer comme ses personnages que ce soit de colère de peur ou d'amour, de bonheur. Les pages défilent sans qu'on s'en rende compte pour le plus grand plaisir du lecteur. Petit à petit tout se noue, se dénoue, se construit et s'organise pour le bien de tous.

Ce livre comme les deux précédents, est un concentré d'amour et de bienveillance. Sans pour autant tomber dans un sentimentaliste exagéré, l'auteur sait trouver les mots pour partager les émotions et surmonter les difficultés de la vie qui soudent une famille...
Merci netgalley c'est une très belle lecture

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai choisi de lire ce livre grâce à sa couverture et à son titre que je trouve très poétique.


J'ai, également, aimé découvrir l'histoire de Sophie Nicholls, qui a, tout d'abord, été auto-publiée avant de se faire découvrir et de devenir une auteure de best-sellers au Royaume Unis.


Mais revenons à l'histoire : Ella, jeune auteure en manque d'inspiration, laisse sa fille aux soins de sa grand-mère afin de partir à Venise.

Ella espère, tout simplement, trouver une idée de roman dans cette si jolie ville.


A Venise, elle sera logée chez sa tante : Valentina.

Et, il semble que les talents artistiques sont légion dans cette famille puisque Valentina est, elle, une peintre.


Si Ella se pense mauvaise mère parce qu'elle va laisser sa fille loin d'elle pendant quelques semaines, Valentina, elle, se demande si elle n'est pas une mauvaise personne parce qu'elle a une liaison avec un homme marié.


Cet homme marié c'est Paul. Et, Ella va le considérer un peu comme un goujat. Même Valentina se demande ce qu'elle fait encore avec cet homme qui lui promet de divorcer.

Oui, Valentina se pose de plus en plus de questions sur cette relation.

La passion des débuts s'est étiolée et lorsque Paul vient, Valentina a l'impression d'être dans une relation un peu plan-plan....


Et puis, Ella, en arrivant à Venise, a rencontré Cato par hasard.

Le hasard fait-il bien les choses ? Car quand Ella prononce ce prénom, bien des souvenirs remontent à la surface chez Valentina.

Cato n'est autre que son premier amour. Celui qui a brisé le coeur de Valentina bien des années auparavant.

Alors Ella et Valentina se posent la même question, le hasard fait-il bien les choses ?


Cato possède un tableau qu'il montre à Ella. Un tableau très ancien. Un portrait en fin de compte. Un portrait peint au XVIIe siècle.

Et pourtant, la femme sur ce portrait ressemble trait pour trait à Valentina !

Le hasard toujours.


Ce portrait va inspirer à Ella une histoire...


J'ai adoré ce roman.

J'ai eu, un peu de mal, à rentrer dans l'histoire au départ. Il faut dire qu'Un verre couleur de temps est le troisième roman d'une trilogie et que les personnages ne m'étaient pas assez familiers au début...

Mais lorsque je suis rentrée dans l'histoire, j'ai lu ce roman d'une traite.


Les deux personnages Ella et Valentina sont deux personnages auxquelles je me suis vite attachés. J'avoue avoir eu un vrai coup de cœur pour Valentina : cette femme qui s'est laissé enfermer dans une relation qui ne lui correspond plus.

J'ai adoré la voir évoluer tout au long du roman et j'ai adoré connaitre son histoire.


Ensuite, il y a l'histoire dans l'histoire. Nous avons, en effet, les fragments de l'histoire qu'Ella écrit. C'est vraiment une bonne idée de l'auteure car cette histoire qui nous est livrée est très belle et très touchante.


Et, enfin, nous avons le charme de Venise qui produit son effet dans tout le roman. Ella visite cette ville et j'avais l'impression de la visiter en même temps qu'elle. Comme elle, je me perdais dans les ruelles de cette ville.

Sophie Nicholls a trouvé les mots pour décrire cette si jolie ville.


C'est donc un très joli livre que je viens de refermer : un vrai moment de douceur !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre est un objet sublime dès sa couverture aux couleurs magnifiques mais c’est aussi un feel-good book avec une histoire merveilleuse. L’écriture est belle, poétique, pleine de vie, de couleurs et de rythme. Une lecture empreinte de magie qui nous emporte dans la vie de femmes pas comme les autres.
Une histoire synonyme de douceur et d’émerveillement, Mais c’est avant un très beau voyage dans la belle Venise avec un décor sublimé qui donne des envies de voyage féerique.
En bref, une jolie lecture avec des personnages attachants et un décor à la hauteur des plus beaux tableaux de Venise. Un roman sans trop de prétention mais à déguster comme une petite sucrerie avec le café pour un dimanche pluvieux.
Merci #netgalleyfrance #unverrecouleurdutemps

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Coup de cœur de Magali: J’avais adoré les précédents livres de l’autrice La robe couleur de vent et Un rêve couleur de nuit qui racontaient l’histoire de Fabia Moreno et de sa fille Isabella. C’est donc avec plaisir que j’ai ouvert celui-ci, troisième aventure de ces femmes si fantastiques et humaines!

Cette fois, Isabella se dirige vers la bellissima Venise. Dans le train elle fait la connaissance d’un collectionneur qui l’invite à venir voir toutes les œuvres qu’il garde en son palais. Elle ne sait pas encore qu’il est une vieille connaissance de sa tante Valentina chez qui elle compte passer quelques jours.. Ni même qu’il lui montrera le portrait peint au XVIIè siècle d’Augusta Franzi, une jeune vénitienne. À York, Fabia s’occupe de sa petite fille Grâce, loin de David, resté en Californie et, plus les jours passent, plus elle se rend compte à quel point sa vie ici lui manque.

C’est magique l’effet que ces livres ont sur moi à chaque lecture… Les sentiments ponctuent chaque chapitre de couleurs, les personnages se cherchent et s’entraident, le sourire ne quitte plus mes lèvres.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En m’intéressant de plus près à Un verre couleur de temps, je me récrie : Misère ! C’est un tome 3 et je n’ai pas lu les autres ! Pour une inconditionnelle des lectures dans l’ordre, quel écueil ! Mais je me jette quand même - après tout, je me suis engagée, en gardant à l’esprit que les personnages ont déjà été acquis leur profondeur avant et dévoilé une part de leur histoire.
Je suis d’abord séduite par la plume de l’autrice : ses phrases s’enroulent en volutes sensuelles, qu’on goûte avec la langue, effleure avec les doigts et qui nous susurre aux oreilles. Ses descriptions sont une vraie leçon des sens : des tableaux vivants.
Puis, je comprends que les femmes de cette histoire -car, c’est une histoire de femmes, qui se transmet de mère en fille, ont une sensibilité exacerbée, intuitive, un « don » un peu sorcier, quoiqu’il ne départ pas au quotidien. Ces femmes guérissent les gens, prennent soin les unes des autres, l’une grâce à ses talents de cuisinière, une autre grâce à ses doigts de couturière, une autre encore grâce à ses pinceauxC la dernière grâce à ses mots. Elles déchiffrent aussi le monde et les gens par leur don synesthésiques.
A vrai dire, il se passe peu de choses dans ce roman. Les personnages sont bloqués, souvent à cause d’eux-mêmes, de leurs attentes, de leurs craintes. Le roman cherche le déclic qui leur permettra de prendre un nouveau départ. Il n’aurait pas fallu que l’histoire soit plus longue, mais elle est touchante et me donne très envie de lire les tomes précédents.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :