L'Empreinte

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 24 janv. 2019 | Archivage 12 févr. 2019

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Lempreinte #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien tout à fait inattendu entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n’aura alors cesse d’enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable. Dans la lignée de séries documentaires comme Making a Murderer, ce récit au croisement du thriller, de l’autobiographie et du journalisme d’investigation, montre clairement combien la loi est quelque chose d’éminemment subjectif, la vérité étant toujours plus complexe et dérangeante que ce que l’on imagine. Aussi troublant que déchirant.

Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782355846922
PRIX 22,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

L'empreinte est un titre bien choisi pour un récit qui laisse une empreinte indélébile. Sa lecture m'a ébranlée. Le courage et la détermination de son auteure également. Alexandria Marzano-Lesnevich a réussi à faire vaciller mes convictions les plus profondes. Comme elle, je suis une farouche opposante de la peine de mort. Mais à la différence d'elle, je n'ai jamais eu à mettre mes convictions à l'épreuve de mon vécu. Lorsqu'elle découvre les crimes dont s'est rendu coupable Ricky, pour la première fois de sa vie, celle qui était prête à défendre des condamnés à mort, en tant qu'avocate, se retrouve à souhaiter l'exécution d'un homme par la justice des hommes. Alexandria aurait pu être l'une des victimes de Ricky. Elle connait que trop bien les atrocités qu'il a pu commettre. Dès lors, il n'est pas étonnant qu'elle ressente ce besoin viscéral de vengeance. "Je suis venue ici pour aider à sauver l'homme à l'écran. Je suis venue pour contribuer à sauver des hommes tels que lui. Je suis venue parce que mes idéaux et mon identité existent indépendamment de ce qui s'est produit dans le passé. Il le faut. Sinon, que me réserve la vie ? Mais je regarde l'homme à l'écran [...] Malgré la formation que j'ai suivie, malgré le but que je poursuivais en venant travailler ici, malgré mes convictions. Je veux que Ricky meure." Son récit aurait pu s'arrêter là et personne ne l'en aurait blâmée. Il aurait été tellement facile, tellement normal et tellement humain de céder à ses pulsions de colère et de haine. Mais ça n'est pas le chemin qu'elle souhaite suivre. Elle préfère s'interroger sur ce qui l'ébranle à ce point, sur sa propre histoire, ses propres traumatismes et au fur et à mesure qu'elle se découvre elle, elle va chercher à en savoir plus sur Ricky. Comme si dans son histoire à lui, elle parvenait à mieux comprendre ce qu'elle avait vécu elle. Comme si en interrogeant son passé à elle, elle parvenait à mieux comprendre ce qui l'a mené lui jusque dans le couloir de la mort. En lui, ce sont ses propres démons qu'elle voit et qu'elle doit affronter. Avec L'empreinte, Alexandria se livre sans fards et offre son introspection aux lecteurs afin de nourrir une réflexion toujours aussi nécessaire sur la peine de mort et sur la réponse qu'elle apporte à un crime ; sur le besoin de reconnaissance et de réparation des victimes et en définitive sur leur capacité de résilience. Et finalement, derrière le souhait premier de vengeance qui peut paraître de prime abord réconfortant pour une victime, se cache une réalité bien plus amère mais qui, une fois acceptée, lui permettra d'avancer : ceux qui vous ont détruit ne sont pas ceux qui parviendront à vous réparer. Pas plus morts que vivants…

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quel texte surprenant, hybride, entre le roman et le témoignage ! Quel récit fort également qui narre la vie et les procès de Ricky Langley, pédophile et meurtrier du jeune Jeremy Guillory, dans les années 90 tout en racontant l’histoire personnelle de la narratrice. Cette dernière se plonge dans ce dossier pour en déterminer les tenants et les aboutissants mais aussi les causes, l’origine de ce mal, qui fait tant écho au sien. Pour se faire, elle va se plonger dans l’histoire familiale de Ricky et Jeremy mais surtout dans la sienne, entremêlant les deux récits. Et c’est passionnant, notamment sur le poids et les impacts du silence parental, sur le pardon, sur les conséquences du passé. C’est aussi d’une grande violence. Sur un sujet difficile, Alexandria Marzano-Lesnevich réussit un écrit d’une grande maîtrise et parfaitement réfléchi, très émouvant et éprouvant. Un texte que l’on n’oublie pas.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Croire en la loi….. Alexandria Marzano-Lesnevich a écrit un livre qui se démarque complètement de ce qu’on a l’habitude de croiser. Véritable pépite littéraire où plusieurs genres se mêlent avec intelligence et brio. En effet, il y a un peu de biographie, de journalisme d’investigation, d’enquêtes, de thriller…. Mais surtout il y a le cheminement d’une femme qui se dévoile, va très loin, creuse de plus en plus pour comprendre les faits qu’elle évoque mais également pour se comprendre elle-même. Cette jeune femme est « élevée dans le droit » (ses parents sont avocats) comme d’autres le sont dans l’enseignement ou le médico-social parce que toute la famille « trempe » dedans. Alors, forcément, elle se lance dans des études en lien avec la justice pour continuer dans la lignée familiale. Elle est contre la peine de mort, c’est une certitude qui lui semble inébranlable. Elle a intégré Harvard et va faire un stage dans un cabinet d’avocats en Louisiane. Dès le début, elle se retrouve à découvrir l’affaire d’un meurtrier pédophile : Ricky Langley. Ce pourrait être, pour elle, un cas d’école lui permettant de mieux cerner les tenants et aboutissants du métier qu’elle souhaite exercer. Mais cela va être beaucoup plus, et s’il fallait employer un seul mot pour le définir, je dirai : un bouleversement. Elle va relier ce qu’elle apprend de Ricky à sa propre histoire et tous ses fondamentaux vont être ébranlés. Dans ce recueil, elle alterne les pages où elle fait des recherches, retranscrivant des extraits d’auditions, de documents, fouillant dans le passé de l’assassin avec des passages beaucoup plus intimes où en employant le « je », elle nous plonge au cœur de sa vie, de ce qu’elle a subi, de ses souffrances….. Elle est bousculée dans ce qui était ses convictions, et elle va analyser, décortiquer, « autopsier » sa famille, son passé pour avancer er devenir celle qu’elle doit être…..Dans un même chapitre, on peut passer des faits qu’elle observe (le meurtre du petit Jeremy Guillory, âgé de six ans tué par Ricky, le procès, les causes, les conséquences) à son propre vécu. Elle établit des parallèles, nous démontrant comme chaque acte fait écho à sa vie, parfois douloureusement …. Il lui est arrivé de rajouter quelques détails non trouvés dans les dossiers qu’elle a consultés mais globalement, elle est restée fidèle au contenu de ce qu’elle a lu. C’est un travail de recherches admirable mais pas seulement. Dans ce récit, elle essaie de saisir pourquoi Ricky en est arrivé là, si dès le départ tout était en place pour qu’il est une vie marginale. Mais elle ne s’arrête pas à lui, elle va plus loin : la mère de Jeremy, les voisins, les juges, sa famille, elle, tout ce que chacun d’eux a pu ressentir, est décomposé, pesé, soupesé jusqu’à ce qu’elle trouve une explication qui lui semble en équilibre avec le reste. Son écriture quasi chirurgicale, efficace, pose les événements, les relations entre les uns et les autres. Le style est étoffé, avec des détails. Tout se déroule sous nos yeux et la froide analyse qu’en fait l’auteur ne bloque pas les émotions qui sont nombreuses ainsi que les questions. Qu’est-ce que le pardon ? Comment défendre un homme qui a commis l’inimaginable ? Comment se construire après des abus sexuels minimisés ? Comment s’aimer ? Et finalement, pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ? Dans cet opus que j’ai énormément apprécié, Alexandria nous montre comment son regard a évolué, et la mutation profonde qui s’est opérée en elle. Si elle n’avait pas fait ce stage, qui serait-elle maintenant ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est un livre passionnant, haletant, intéressant mais une histoire pas facile à vivre et donc pas facile à lire. J'hésite quant à donner un avis éclairé sur ce récit, que je ne pourrai pas appeler roman puisqu'à peu près tout dans ce livre, est vrai. Il s'agit plus qu'une biographie, c'est une thérapie de l'auteur, qui a trouvé ce moyen pour se libérer de ses démons... et c'est très bien fait, très documenté et extrêmement fouillé aussi bien dans la psychologie des personnages que des ressentis et des caractères des personnages. Alexandria Marzano Lesnevich est l'auteur mais aussi la narratrice de ce récit. C'est à elle que cette histoire est arrivée. Elle trouve, une fois arrivée dans sa vie d'adulte, un parallèle entre l'histoire qu'elle vit à travers ce petit garçon retrouvé mort et sa propre vie. Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n’aura alors cesse d’enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable. A lire sans conteste.. C'est un récit très fort à ne pas confier aux lecteurs les plus sensibles ...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Brillant, puissant, bouleversant écrit magistralement l’Empreinte de Alexandria Marzano-Lesnevich. Livre qui dérange et questionne. Très gros coup de cœur pour un récit enchevêtré entre deux histoires dramatiques, celle de Ricky Langley pédophile et meurtrier du jeune Jeremy Guillory dans les années 90 et celle d’Alexandra elle-même. Un texte porteur de sentiments, de réflexions. Un texte qui évoque la famille, le non-dit, le silence, la vérité. Un livre hybride, témoignage de l’horreur que représente l’inceste, la pédophilie. Des mots qui parlent de culpabilité et de pardon, de circonstances et de responsabilité. Un jeu de scène complexe où l’auteur se met à la place de la victime et aussi du coupable. Texte qui est un cri à l’attention du lecteur, cri d’éveil à notre conscience et notre cœur. Un roman au croisement du roman noir, de l’autobiographie et de l’investigation journalistique. Une écriture intelligente, élégante, puissante, belle et brutale pour un roman qui ne laisse pas de place à l’indifférence. Empreinte du coupable, empreinte des blessures, souffrances infligées à la victime En 2003, étudiante en droit à Harvard, Alexandria débute un stage au sein d’un cabinet d’avocats dans le but de défendre les hommes accusés de meurtre, c’est une farouche opposée à la peine de mort. Sa voie croise celle d’un tueur, Ricky Langley, emprisonné pour le meurtre d’un enfant de 6 ans, dont la confession l’horrifie, remet en questions ses convictions.  Elle se met à vouloir sa mort. C’est l’électrochoc que cette vision d’elle-même. Elle ne se reconnait pas et cherche à comprendre ce qui peut la pousser à ressentir une telle haine pourrait-on dire. Sa quête d’elle-même la conduit à un lien insoupçonné entre son passé et cette effroyable affaire Une plongée qui la mène à sa propre histoire, fantôme d’un passé oublié, enfoui dans les affres de son identité, empreinte indélébile d’une blessure interne. Elle part en quête de la vérité, des vérités. Livre poignant montrant la subjectivité de la loi et que la vérité peut être complexe. Un roman fort que l’on n’est pas prêt d’oublier, une auteure qui force l’admiration pour son courage et sa force

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :