Assez de bleu dans le ciel

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 6 avr. 2017 | Archivage 3 mai 2017

Résumé

Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste, il s’en va donner un cours à l’université avant de prendre l’avion pour les États-Unis, son pays d’origine, pour se rendre à l’anniversaire de son père qu’il n’a pas vu depuis des années.
À ses côtés, dans la voiture qui le conduit à l’aéroport, sa femme Claudette et leurs deux enfants. C’est là, dans cette voiture, que Daniel apprend à la radio le décès de Nicola, son premier amour. Une cascade de souvenirs se déversent et une question : se pourrait-il qu’il soit responsable de sa mort ?
Le doute le ronge, implacable. Et une envie, deux en fait : découvrir la vérité sur Nicola ; revoir sa famille, son autre famille, ses deux grands enfants qu’il a abandonnés soudainement aux États-Unis dix ans plus tôt.
Mais comment dire tout cela à Claudette, cette ex-star de cinéma fantasque, passionnée, qui a choisi d’organiser sa propre disparition pour échapper au monde ? Comment lui révéler l’homme qu’il est véritablement ? Et que peut-il encore promettre, lui qui n’a jamais su que fuir ?

Si comme le veut le proverbe, assez de bleu dans le ciel promet une belle journée, alors chacun peut voyager sans crainte. Il y aura toujours l’amour pour les ramener à bon port…

Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782714474322
PRIX 22,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)

Chroniques partagées sur la page du titre

"Selon toute vraisemblance, je suis un mari, un père, un citoyen, un enseignant, mais à la lumière je suis un déserteur, un imposteur, un voleur, un tueur. Je possède une certaine apparence en surface, mais je suis sillonné de trous et de galeries en dedans, comme une falaise de calcaire."

Dès la première scène, on est ferrés.Nous sommes dans un coin paumé d'Irlande en 2010. Un homme, Daniel, jauge du regard un intrus potentiel porteur de jumelles et d'un appareil photo. Son épouse sera plus expéditive (et plus efficace): elle tire deux coups en l'air. Exit l'intrus.
Qui est cette recluse entendant bien garder sa tranquillité ? Cette femme, subtilement folle, aux dires de son époux, nous le découvrirons progressivement est Claudette, une ancienne star du cinéma , mystérieusement disparue avec son fils des années auparavant. Elle a refait sa vie avec Daniel et tout va pour le mieux mais, son père étant au plus mal, Daniel doit rentrer aux États-Unis. L'occasion pour lui de renouer avec un passé douloureux qui l'entraînera en grande-Bretagne sur les traces de son premier amour Nicola. Mais l'intransigeante Claudette supportera-t-elle les omissions de Daniel ?
Assez de bleu dans le ciel bénéficie d'une construction virtuose, alternant les points de vue et les époques, pour mieux brosser par petites touches le portrait de ces personnages qui nous deviennent très vite proches et attachants. Une manière supplémentaire d’entretenir la tension , ou plutôt les tensions, qui font que jusqu'à la dernière ligne nous avons le cœur qui bat , nous demandant si le roman va se terminer comme nous l'espérons. Une analyse subtile des sentiments et une écriture élégante font de ce roman une pure réussite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?
Aucune

Daniel Sullivan est linguiste, et doit se rendre à l'université avant de s'envoler pour les États-Unis pour l'anniversaire de son père. Mais sur la route, alors qu'il est avec sa femme Claudette et ses deux enfants, il entend à la radio que Nicola, son premier amour, est morte. Cette annonce imprévue réveille chez lui des souvenirs qu'il avait profondément enfoui, assorti de questions auxquelles il n'a jamais eu de réponses...
C'est l'occasion pour lui de tenter d'éclaircir les mystères de sa vie, et de tenter de retrouver une paix de l'esprit. Pour cela, il retourne aux États-Unis, tenter de trouver les personnes qui le connaissait de cette époque, qui ont connu Nicola après son départ, et de revoir son ancienne famille et ses deux enfants qu'il a abandonné dix ans plus tôt.
Mais ce chemin de vérité ne sera pas facile, à la fois pour les réponses qu'il risque de trouver, pour les épreuves qu'il doit surmonter et le danger que cela ne détruise la vie de famille qu'il a avec sa femme actuelle. Sa femme, Claudette, est une ancienne star de cinéma, connu pour être fantasque et passionnée, qui s'est un jour enfui de cette industrie de film avec son film, coupant les ponts avec toutes les personnes qu'elle connaissait. Et si elle recommençait ?
Je ne connaissais absolument pas Maggie O'Farrell avant de me plonger dans Assez de bleu dans le ciel, et je suis ravie d'avoir pu découvrir la plume de cette auteure ! Surtout que ce genre de livre est tout à fait ce qui me plaît en règle générale.
Assez de bleu dans le ciel présente une galerie de personnages touchants et remarquables, avec comme point central le destin de plusieurs couples. Il y a Daniel et son ex-femme qui l'empêche de voir ses enfants ; Claudette et son ancien compagnon, cinéaste de talent, qu'elle a fui avec son fils Ari ; et enfin le couple formé par Daniel et Claudette, qui est le point central du roman. Ils ont tout les deux beaucoup en communs, ils ont fuit un passé et une vie qui ne leur convenait plus et espèrent trouver un nouveau bonheur.

Aucune
Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une fresque virtuose, le portrait d'un couple hors normes, Maggie O'Farrell nous offre une sorte de Grand Livre de la vie avec des personnages aussi romanesques qu'attachants et surtout humains, tellement humains. Certainement son livre le plus ambitieux, un vrai bonheur de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?
Aucune

Le dernier roman de Maggie O'Farrell me fait penser à une boule à neige. Comment ? Vous n'établissez pas le lien entre une boule à neige et les verts pâturages de la couverture ! Imaginez une maison blottie dans la campagne du Donegal, protégée du monde extérieur par douze portails, abritant Daniel, un linguiste et Claudette, une actrice. Les deux tourtereaux roucoulent, de même que leurs enfants. Du vieux relais de chasse s'échappent des mots doux ou violents, anglais, français, gaélique, des gazouillis de bébé, des bégaiements de garçonnet, des chansons de fillette. Voyez-vous où je veux en venir ? Suivez mon imagination fertile. Visualisez dans une boule une maison cocon, entourée de vert et éclairée par un ciel changeant. Renversez-la et de minuscules mots vont flotter de façon aléatoire dans l'eau, créant et recréant des bouts d'histoires. Admirez, c'est juste beau.

L'auteure réussit le tour de force d'écrire un roman foisonnant de mots, multipliant les personnages, les points de vue, les époques sans pour autant dérouter le lecteur. Cette construction subtile nous offre un morceau de vie, extraordinairement dense et palpitant. La figure centrale est Daniel Sullivan, universitaire, linguiste renommé, qui dans sa chambre d'étudiant, épinglait des mots sur des post-it comme un entomologiste des papillons. Au début du roman, il est l'époux de Claudette, une femme au tempérament volcanique. Il doit peser chacun de ses propos pour ne pas réveiller chez elle l'envie de tout fracasser. Il s'y emploie, avec succès, quand une voix jaillit du passé. Elle s'échappe de la radio de la voiture qui amène Daniel à l'aéroport. Il doit retourner aux Etats-Unis pour les 91 ans de son père. Cette voix, c'est celle de Nicola Janks, au milieu des années 1980. Il apprend que cette femme, son premier amour, est morte peu de temps après cette interview. Daniel va prendre l'avion mais pas pour se rendre chez son père. Il va remonter le temps pour connaître la vérité sur les circonstances de sa mort. Au passage, il s'arrêtera en route pour revoir ses enfants d'un premier mariage, soustraits à son affection après un divorce peu équitable.

Cette quête est un des fils de la narration, l'un des plus nets sans occulter pour autant les autres. Nous découvrons finalement Daniel à travers le regard de ceux qui, de près ou de loin, ont des liens avec lui. Nous découvrons Daniel mais aussi chacun des protagonistes, Niall et Phoebé, ses grands enfants, Marithe et Calvin, les plus petits, Nicola et Claudette, les femmes qui l'aiment ou l'ont aimé, ses amis et ceux de ses compagnes. Maggie O'Farell les fait exister le temps d'un chapitre, trouvant les mots d'une demoiselle de six ans, d'un adolescent brillant, toujours à la merci de son bégaiement, d'un adulte n'ouvrant la bouche que pour dire l'essentiel et la vérité alors d'un autre ne le faisant que pour mieux séduire et tromper ses interlocuteurs.

Ce roman kaléidoscope et ses multiples facettes est pour moi un hymne à l'amour ( Merci Edith Piaf) et aux mots ( Merci Umberto Eco).

Aucune
Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans Flair
Le roman qui donne envie d'ile déserte
La force de cette auteure, qu'on adore, ce sont ses personnages émouvants au passé lourd. Son petit dernier ne déçoit pas: il y a Daniel, américain un peu lâche, qui n'a jamais rompu avec son ex. Puis Claudette, ancienne star, qui vit recluse en Irlande. Et leurs enfants, leurs amants, leur famille, leurs amis… Via des flashbacks, on renoue les fils de l'histoire. On cerne mieux les drames, les manques et l'amour qui brisent les rêves. Une sublime écriture avec des rebondissements perpétuels. Laissant à penser qu'effectivement, l'enfer, c'est les autres! A glisser aussi dans la "Pile A Lire": son premier roman "Quand tu es parti" qui vient d'être réédité.
Maggie O'Farrell, Assez de bleu dans le ciel, Belfond.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :