Breaking News

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Publication 20 avr. 2017 | Archivage 5 sept. 2017

Résumé

Partout où le monde est en feu, le grand reporter Tom Hagen est présent, prêt à tout pour être le premier sur le lieu de l’action. Jusqu’au jour où, par sa faute, une libération d’otages en Afghanistan tourne à la catastrophe. Trois ans plus tard, l’occasion de relancer sa carrière se présente enfin lorsqu’il met la main sur des données ultra confidentielles volées au Shin Bet, le service de sécurité intérieur israélien. Mais ce qui devait être un énorme scoop se transforme en une mortelle réaction en chaîne. Poursuivi par des agents secrets et de mystérieux tueurs, Hagen doit lutter pour sa survie, pris dans une gigantesque conspiration dont les racines remontent à la Palestine sous mandat britannique. 

Partout où le monde est en feu, le grand reporter Tom Hagen est présent, prêt à tout pour être le premier sur le lieu de l’action. Jusqu’au jour où, par sa faute, une libération d’otages en...


Note de l'éditeur

À la fois drame politique et saga familiale historique au cœur du proche-orient, Breaking News est un thriller exaltant.

À la fois drame politique et saga familiale historique au cœur du proche-orient, Breaking News est un thriller exaltant.


Ils recommandent !

« Un livre à la hauteur des meilleurs films d'action. Précis, rapide, habilement écrit : il laisse à bout de souffle. » Stern

«Un mélange époustouflant de thriller politique et de saga familiale. » Der Spiegel

« Avec la précision de ses recherches, et cette guerre si âprement décrite, Schätzing joue dans la même cour que Norman Mailer ou Erich Maria Remarque. » Kölnische Rundschau

« Habilement construit et élégamment écrit, Breaking News est un véritable page-turner. » Süddentesche Zeitung

« Tout ce que touche Schätzing se transforme en or. » La Repubblica
« Un roman excitant et bourré d'action. » Gala

« Un livre à la hauteur des meilleurs films d'action. Précis, rapide, habilement écrit : il laisse à bout de souffle. » Stern

«Un mélange époustouflant de thriller politique et de saga familiale. » ...


Actions promotionnelles

Une série télévisée internationale de six épisodes adaptée de Breaking News est actuellement en cours de production.


Une série télévisée internationale de six épisodes adaptée de Breaking News est actuellement en cours de production.



Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782371190573
PRIX 26,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (EPUB)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Aucune

Frank Schätzing retrace dans Breaking news l'histoire d'Israël et une partie des conflits dans le moyen-orient. Un roman dense mais un peu long qui offre un bel aperçu d'une histoire méconnue, horrible. Avec une certaine finesse ce roman questionne surtout la possibilité de témoigner.
Un livre qui m'a d'abord semblé un peu trop long avec ses 949 pages dans ma version numérique. La taille d'un roman n'est certes pas un critère de jugement fiable. Néanmoins ici la scission du récit en deux points de vue successifs qui finissent, bien sûr, par s’entremêler apporte non tant une sensation de redites rédhibitoires ou de fastidieuse longueur. J'avoue avoir surtout été quelque peu gêné par l'aspect didactique de la magistrale leçon d'histoire d'Israël que donne ici Schätzing.

Des années vingts jusqu'à 2015, l'auteur retrace avec une profusion de détails sans doute parfaitement renseignés mais donnant parfois l'impression de se perdre, l'histoire et l'identité d'un pays problématique. On comprend parfaitement le souci de Schätzing de ne pas vouloir se montrer partial et d'intégrer alors des personnages à cette Histoire dont il ne méconnaît pas l'absurdité, la violence, la dérive religieuse. Le souci, selon moi, est qu'il s'éloigne presque systématiquement de sa narration pour s'élancer dans des considérations, souvent passionnantes, plutôt déplacées dans un roman.

Clarifions un peu le propos. Une partie de Breaking news raconte le destin de trois enfants : Jehuda, Benjamin, et Arik. Benjamin deviendra un rabin ultra-orthodoxe mais "retourné" par le Sin Beth, les services secrets intérieurs dont il sera beaucoup question, Jehuda incarnera le sceptique libérale, le colon de gauche de Gaza et qui sera expulsé de partout, Arik lui deviendra celui que l'Histoire retiendra comme Ariel Sharon.

Schätzing nous préviens dès sa préface, il fait d'Ariel Sharon un personnage romanesque. J'avoue n'avoir pas les connaissances suffisantes pour juger de la manière dont il s'écarte de son sinistre modèle. Je sais par contre que ce personnage sert de paravent à de longs débats sur l'identité israëlienne, sur la légitimité divine dont elle aime à jouer. Je n'aime pas les personnages prétextes, pantins souvent de roman à thèse.

Breaking news n'est heureusement en aucun moment un pamphlet. Parfois, dans des bribes touchantes, il se rappelle à son devoir romanesque et oublie d'éblouir le lecteur par ses connaissances qu'il est d'ailleurs heureux de rafraîchir. Une partie du trio sus-mentionné me paraît mal fonctionné. Il prend pourtant toute son importance quand il parvient à nous donner à voir l'étincelle de beauté dans ce dur désir de durer, cet acharnement de la survie dans les situations les plus atroces.

Ainsi, le fils de Jehuda se retrouve soldat au moment des massacres de Sabra et Chatila. Avouons que Schätzing en rend admirablement le contexte historique qui m'échappait en grande partie. Je ne suis pas certain qu'un roman doive faire œuvre de mémoire ou de vulgarisation. À mon sens, il atteint à son paroxysme quand il interroge nos manières de survivre à l'horreur. Uri, le fils, ne se remet pas d'avoir assisté, planqué dans son char, à ce massacre que les autorités israëliennes laissent commettre. Arik devient alors l'ennemi de la famille. L'auteur se sert de cette excuse pour évoquer très longuement la progression sinueuse de la carrière de Sharon. Là encore, le rappel est loin d'être inutile.

Là intervient la question de la longueur de ce roman. Schätzing y entrecale un deuxième récit mené avec tout autant de brio dans son rappel d'une histoire proche dont la mémoire et la compréhension me paraissent déjà occulté. Le livre raconte les aventures, rocambolesques et racontées avec une belle tension dramatique, de Tom Hagen. Un journaliste drogué à l'adrénaline, fuyant son existence et, depuis un enlèvement en Afghanistan (évoquée d'une manière qui rappelle À la lumière de ce que nous savons) erre en bordure de ces conflits dont il ne se croit plus capable de rendre compte. Le roman interroge alors avec une vraie pertinence le travail du journaliste, sa capacité à témoigner de l'horreur. La grandeur de ce livre tient, pour moi, à la manière dont Schätzing interroge l’équivalente absurdité entre la reconstruction romanesque et celle journalistique.

Le livre se transforme alors en un roman d'espionnage. Un genre que je n'avais juste alors jamais pratiqué. Schätzing maîtrise bien le suspens. Inutile de révéler ici la manière dont les protagonistes de la première histoire vont croiser celle de Hagen. Juste un petit mot n guise de conclusion, temporelle, j'aime les réflexions qu'elle lui permette sur Yori, la petite fille de Jehuda. Une génération qui interroge son intégration historique, loin des temps héroïques, n'ayant pas vécu directement ceux de la violence, elle se trouve coincé dans une situation à la fois injuste mais compréhensible. Schätzing reconduit alors sa question sur l'identité d'Israël.

Aucune
Cet avis vous a-t-il été utile ?

Que vous dire ? Mon ressenti après cette lecture est assez mitigé... tout d’abord, il faut bien le reconnaitre Frank Schätzing c'est énormément documenté pour écrire son roman. Et c'est peut-être là le problème... Comment est-ce possible, me direz-vous ? Eh bien, plusieurs fois au cours de cette longue lecture (plus de 900 pages) j'ai eu l'impression de prendre un cours d'histoire plutôt que de me divertir en lisant un bon bouquin. Et je trouve ça dommage.

L’idée générale du roman est, selon moi, une bonne idée, cependant, la limite entre fiction et réalité est souvent bien trop mince ce qui m'a empêché de prendre de me plonger vraiment dans cette lecture.

Cependant, si vous êtes grand amateur d'histoire, vous prendrez surement beaucoup de plaisir à parcourir ce récit, et je vous le recommande alors vivement. Sinon, passez votre chemin, vous en seriez déçu.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d’abord, je remercie NetGalley et les éditions Piranha pour l’envoi de ce roman. Je ne connaissais pas du tout l’auteur et c’est la 4ème de couv’ qui a titillé mon neurone.

Il faut annoncer la couleur dès le départ: c’est un petit pavé de près de 1.000 pages! Donc préparez-vous psychologiquement à un long voyage!

Mesdames et messieurs, deux fils conducteurs seront vos guides!

Nous avons d’une part Tom Hagen, grand reporter de guerre allemand qui flaire les points chauds et se retrouve toujours au cœur de l’action. Là, Afghanistan, 2008, prise d’otages. Journaliste de renom mais non sans y laisser quelques plumes, non sans y laisser un peu d’âme. Jusqu’à l’audace de trop, jusqu’au drame qui le précipite au ban professionnel et l’ensevelit dans un abîme de dépression.

Et nous avons d’autre part la famille Kahn, israélienne, dont l’histoire se confond avec celle de la communauté juive au Proche Orient, et qui nous est contée à partir de 1929.

Ces deux fils se rejoignent en 2011, se lient et s’entremêlent quand Tom Hagen se retrouve en possession de documents compromettants censés relancer sa carrière. Mais le Shin Bet, le service de sécurité intérieur israélien, n’est pas le seul à chercher à éliminer la menace qui plane…

Je dois bien avouer qu’au départ, je fus décontenancée. Après un long chapitre trépidant aux côtés de Hagen, dans les montagnes afghanes, me voici catapultée en Palestine en 1929. Je ne voyais pas du tout où l’auteur voulait m’emmener et j’ai eu du mal à lâcher les rênes et me laisser conduire.

Car même si les chapitres sont datés et situés, les transitions manquent parfois de subtilité, laissent un petit moment de flottement avant de recentrer l’attention sur les bons protagonistes, à la période adéquate.

Mais on s’y fait.
Le ton est d’une ironie mordante, voire cynique. L’auteur parfois te parle, te tutoies, t’intègre totalement dans le récit, alors qu’à d’autres moments, la narration est davantage distanciée.

La présence de Tom Hagen, allemand, journaliste de surcroît, nous permet de prendre un peu de distance, d’avoir un aperçu et un ressenti occidental, si besoin est, mais il symbolise également le monde des médias et… la conscience du métier. Il est celui qu’on admire quand il se met en danger pour nous apporter la vérité et la réalité des choses, et celui qu’on méprise quand son seul intérêt est sa carrière, faire les gros titres des journaux, quitte à prendre des libertés avec cette fameuse réalité. L’intégrité de l’homme est ici mise à mal quand son travail lui grignote l’âme et que la concurrence est devenue féroce. Tom Hagen, en quête de rédemption, risque de s’y perdre davantage et cette fragilité le rend attachant au fil des pages.

Il est au cœur d’un scandale où sa carrière est en balance avec des vies, ou quand un mensonge est le domino qui en entraîne d’autres dans une cascade sanglante… Une course-poursuite trépidante, avec un suspens omniprésent, surtout dans la seconde partie du roman!

Le style est énergique, nerveux, enlevé. Alternance de passages détaillés et apposition de phrases courtes débitées comme une décharge de Kalachnikov!
C’est qu’il faut l’accrocher le lecteur, et ne pas le perdre en cours de route de ces mille pages!
C’est pourquoi le rythme colle tout à fait au style ou vice et versa! Nous traversons des zones de guerre, ne l’oubliez pas! Nous ne voguons pas au fil d’une croisière sur un lac calme et sans ride!

Le récit des origines du conflit israélo-palestien est passionnant, extrêmement bien documenté, finement analysé et échappe à toute lourdeur propre à certains essais historiques car personnifié par le destin d’individus précis auxquels nous nous sommes attachés depuis 1929.
L’auteur a le talent de mêler tous les événements essentiels à la grande Histoire dans une chronique familiale, pour mieux nous approprier ces éléments et les comprendre. Les faits historiques et la fiction s’imbriquent naturellement pour une fresque addictive.

Le seul bémol que je relève dans ce roman est qu’il ne s’adresse, à mon sens, qu’au lecteur ayant déjà des bases relativement solides de géo-politique et d’Histoire.
Tout comme pour le Printemps arabe se dirigeant vers un « automne désagréable » et un « hiver islamiste », les événements libyens ayant mené à la chute de Kadhafi, syriens avec la mise à mal de la présidence de Bachar el-Assad ou la nature de l’engagement international en Afghanistan, le lecteur occidental lambda peut se retrouver vite largué sur le bord du chemin par le destin de ces juifs en Palestine.

Étant passionnée d’Histoire et de géo-politique, j’ai adoré avoir ce condensé sur ce conflit du Proche Orient dont la naissance nous apparaît si lointaine et obscure et dont on ne voit pas la fin, avec le regain de tensions de ce début d’année 2017.

On ne peut pas parler D’Israël et du Proche Orient en général sans parler de religions, de terrorisme et de relations internationales.

En cela, l’auteur a su, avec talent, tour à tour, relater des événements tragiques qui soulèvent le cœur, comme le massacre de Sabra et Chatila en 1982, nous confier avec suffisamment d’impartialité les points de vue religieux de chaque partie incriminée, au travers des réflexions des personnages et de leurs conversations, nous exposer l’imbroglio des pressions et des incohérences de l’influence internationale comme la naissance d’amitiés improbables.

Mais au bout du compte, il reste ces questions lancinantes:
Comment un conflit basé sur la religion, les commandements d’un Dieu qu’on ne voit pas, dont on remet en cause l’existence réelle, dont les préceptes mêmes sont interprétés de différentes manières selon les groupuscules, peut trouver une issue juste et pragmatique?
Comment échapper aux luttes de pouvoir et de domination que se livrent les hommes politiques et les leaders religieux et qui gangrènent tout processus de paix? Comment y voir clair quand les israéliens tuent aussi bien les juifs que les musulmans?

Si l’Histoire avec un grand H a la part belle dans ce roman, les aspects humains sont omniprésents! Nous nous attachons à ses personnages de fiction totalement ancrés dans la réalité. Ils naissent, grandissent, reçoivent un héritage, une éducation, s’aiment, se haïssent et se trahissent, traversent des joies mais aussi tellement de douleurs.
Entre concessions, sacrifices et combats, nous vivons avec eux l’horreur de la perte, la souffrance, la peur, l’impuissance et parfois le renoncement. L’individu face au monde: entre guerres intestines, pressions, soutiens et trahisons des pays occidentaux ou du Proche Orient, au gré de leurs intérêts, entre attaques extérieures et manigances intérieures, comment l’homme vit… ou survit. Comment peut-il se projeter dans un monde d’instabilité où la terreur est maître?

Il y a les hommes, les Dieux et la guerre.
Mais il y a aussi la terre. Celle qui est essentielle: objet de convoitise, le centre de toutes les attentions.
Cette côte orientale de la Méditerranée où se côtoient bon gré mal gré Israël, le Liban, la Syrie, la Jordanie, la Cisjordanie, l’Égypte et la Bande de Gaza.
Cette terre tant malmenée par les combats, défigurée par les frontières artificielles changeantes et sanglantes.
Cette terre, du désert du Néguev jusqu’au Lac de Tibériade en passant par les collines de Samarie ou les rivages de la Méditerranée, nous envoûte pourtant au fil des pages. Nous sentons l’odeur des citrons, des épices et l’air iodé de mer comme le souffre des explosions.
Imprégné de l’ambiance des souks comme celle, austère, des colonies juives, le lecteur est dépaysé dans ce décor majestueux et terrible tout à la fois.

Il y aurait tant à dire sur ce qu’exprime Breaking news et ce qu’il peut susciter chez son lecteur!
Vous l’aurez compris, ce roman se veut très actuel et complet, au cœur du tumulte du Proche Orient, passé et actuel.
Ce roman dénonce l’horreur et l’absurdité d’un conflit transmis de génération en génération en une fresque sociale et politique palpitante et dramatique, et surtout tellement humaine.
Une lecture que j’ai adorée: longue certes, exigeante également car les thèmes abordés sont denses et compliqués parfois, mais tellement addictive et passionnante!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Netgalley et aux éditions Piranha pour cette lecture.

Breaking News est un roman foisonnant qui ne laisse pas indifférent.

On suit les aventures de Tom Hagen , journaliste spécialiste des zones de conflits, prêt à tout pour un scoop. Sauf qu'un jour, une de ces quêtes abouti à une catastrophe. Pour se remettre en selle, le voilà en Israël , aux prises avec des agents secrets surentrainés , dans des scènes d'actions dignes des grands films américains.

Ce qui séduit dans ce thriller à double point de vue , c'est son rythme d'écriture. L'auteur mêle les aventures de Tom , à un rythme éffréné , et celles de familles israéliennes et palestiniennes, qui vont se retrouver liés à l'affaire, qui posent le récit, plus en douceur . Des personnages attachants à l'image de Jehuda, dont le seul but est de cultiver sa terre malgré une situation géopolitique instable.

L'intrigue est très séduisante et ne nous y trompons pas extrêmement fouillé. Le travail de recherche de l'auteur est impressionnant, aussi impressionnant que l'épaisseur de ce roman qui n'est pas loin des 1000 pages. Même si il souffre de quelques longueurs , la pages défilent tant le contexte historique passionne.

Frank Schätzing confirme après "Abysses" qu'il aime les romans précis, très recherchés, qui s'attaquent à des problématiques actuelles. Après l'écologie, c'est au tour des conséquences du journalisme à l'extrême, de la recherche du scoop , qui questionne le lecteur.

Alors si vous n'avez pas peur de vous attaquer à ce pavé, vous apprécierez ce polar qui nous plonge dans un contexte historique poignant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne vous cache pas que le nombre de pages - presque mille - peut refroidir les ardeurs des lecteurs. J'aime lire, mais j'ai franchement du mal avec des livres aussi épais.
Surtout, je pensais que le livre serait consacré à Tom Hagen, et uniquement à lui. Il en est à dire sur un grand reporter. Et bien non : le lecteur est invité à retourner en arrière pour découvrir la naissance d'Israël et pour suivre le destin de trois garçons, les jumeaux Jehuda et Benjamin ainsi que leur ami Arik, qui deviendra Ariel Sharon. Ces parties m'ont moins intéressées parce que j'avais lu récemment Une nuit, Markovitch d'Ayelet Gundar-Goshen et qu'il me paraît difficile de faire plus juste. Breaking news reste à mes yeux un livre essentiellement masculin, les rares personnages féminins, que ce soit Rachel ou Yaël, ne sont pas suffisamment mis en valeur. Je ne parlerai pas non plus de Leah ou Anastasia, qui n'existent que vu à travers des regards masculins, sans que l'on s'intéresse vraiment à leur motivation à elles. Il en est de même pour Inga, la stagiaire du grand Tom Hagen, qui n'a pas représenté grand chose à ses yeux.
L'auteur s'est beaucoup documenté pour écrire ce livre. On peut le voir, mais cela ne transforme pas en pensum pour autant puisque les éléments historiques sont bien intégrés dans l'intrigue. J'ai aussi pensé aux films israéliens que j'allais voir - à l'époque où j'allais encore au cinéma. Nous en apprenons beaucoup, pas seulement sur Israël, mais aussi sur les conséquences pour tous les pays qui l'entourent - ou comme une explication pour sur ce qui passe en ce moment dans cette région du monde.
Breaking news - un livre assez ardu, mais qui contient des moments véritablement prenants.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après Abysses, roman exceptionnel où l’humanité doit aussi se battre contre elle-même pour survivre, Frank Schätzing pond à nouveau un incroyable pavé. Une nuit n’y suffira pas. Prenez des biscuits, du café car cela va durer…Breaking news n’est pas un roman simple. En mixant deux histoires, celle de Tom Hagen, grand reporter en quête d’une gloire disparue et celle de la famille Kahn qui à elle seule reprend celle de la communauté juive au Proche Orient, depuis 1929, Schätzing sur de solides bases de géo-politique et d'Histoire avec un grand H, nous pose un siècle d’activité dans cette région.
Un Thriller, oui. Palpitant ? Pour tout dire … pas vraiment. Il m'a fallu presque trois cents pages pour plonger dans ce roman. Breaking News demande au lecteur une grande concentration. Certainement trop grande pour le commun des lecteurs qui serait attiré par une promesse de thriller. Car la plus grande partie du roman, au moins ça première moitié repose quasi exclusivement sur l’histoire d’Israël. C’est digne d’intérêt, mais le rythme s’essouffle vite.
Ce roman est assommé par de nombreuses scènes qui trainent en une longueur insupportable. Le style parfois pénible, bien que relevé d’ironie, d’effets de style où l’auteur échange avec le lecteur, a du mal à établir une narration fluide et dynamique. L'anti-chronologie mise en œuvre par Schätzing est curieuse. Mais elle ne parvient pas à donner un rythme suffisant pour captiver le lecteur. Côté personnages, je dois avouer avoir manqué d’accroche. Nombreux sont ceux qui sont dignes d’intérêts, pourtant aucune proximité n’est née durant ma lecture.
C’est dommage. Car malgré tout, ce roman est riche, foutrement documenté, intelligent. Sans doute trop. Il nous amène à poser un autre regard sur les protagonistes, la politique et les effets de bord des décisions prises tout au long de ces cent dernières années dans cette partie du monde. Finalement une fois oublié l’attrait pour le thriller, il reste une vision romanesque qui habille de l’Histoire du Moyen-Orient, une excellente révision géo-politique. Et c’est déjà pas mal.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avec ce roman, vous partez pour une grande aventure de plus de 1000 pages, dans un thriller haletant géopolitique.
L'histoire peut paraître alambiquée mais elle est tout bonnement d'actualité et terrifiante.
Alors pour être franche, beaucoup de passages auraient pu être supprimés car ils ne servent pas forcément le récit et auraient permis d'alléger la lecture.
Difficile d'accrocher car il faut sans cesse être concentré. On passe des tribulations du grand reporter Tom Hagen dès 2008 et parallèlement, on suit une famille depuis 1929.
Si vous aimez ce genre de thriller, accrochez-vous malgré les longueurs et flashbacks car oui, c'est long mais c'est dense, bien écrit et passionnant....

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'annonce tout de suite la couleur, 962 pages ! j'ai crue ne jamais le finir. Les chapitres sont interminables, le premier chapitre fait 80 pages. Attention il faut s'accrocher.

Nous suivrons tout d'abord Tom Hagen, grand reporter sur le déclin, cherchant toujours le gros titre, à être toujours plus près de l'action, quitte à mettre la vie de son équipe ou des militaires en danger. Après le désastre de 2008 en Afghanistan, le reporter sombre dans une dépression.

Parallèlement, nous suivons la famille Khan, israélienne dans la Palestine de 1929.

Les transitions entre les deux histoires sont très brutales, le niveau de concentration pour lire ce roman est très élevé, la lecture et les informations emmagasinées sont très poussées.

L'auteur, sans vouloir nous donner un message moralisateur, nous pousse à réfléchir aux informations données dans les médias. Là ou Tom Hagen se pose La grande question, la vérité ou la carrière. Ce personnage si attachant, va devoir faire des choix vraiment difficiles, aux risques de bouleverser des vies.

En refermant ce long roman, évidement on ne peut que se poser des questions, l'histoire est actuelle mais elle est actuelle depuis nombres d'années. Un nouveau regard sur cette région qui met nos sentiments à rude épreuve.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :