La fille d'avant

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 8 mars 2017 | Archivage 8 mai 2017
Fayard, Fayard/Mazarine

Résumé

Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’oeuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s’engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et vit dans la même terreur que la fille d’avant.Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch.
JP Delaney est le pseudonyme d’un écrivain qui a publié plusieurs romans à succès sous d’autres noms. La Fille d’avant est sa première incursion dans le thriller psychologique.

TRADUIT DANS 37 PAYS ET BIENTÔT PORTÉ SUR GRAND ÉCRAN PAR RON HOWARD, LE RÉALISATEUR MULTI-OSCARISÉ D’UN HOMME D’EXCEPTION ET DE DA VINCI CODE. « Un des meilleurs thrillers que vous lirez en 2017 ! »
NEW YORK JOURNAL OF BOOKS

Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’oeuvre de l’architecture minimaliste...


Ils recommandent !

« Un thriller psychologique éblouissant, saisissant

et particulièrement ingénieux. » Lee Child


« Un suspense parfois poussé jusqu’à l’insoutenable,

qui nous tient en haleine de la première à la dernière page. »

Joseph Finder

« Un des page-turners les plus réussis de ces dernières années. »

Lisa Gardner

« Avec une plume acérée et élégante, Delaney découvre progressivement le secrets des personnages jusqu'à révéler leur vérité profonde.
Publishers Weekly

« Dans la veine de La Fille du train, un roman que je n’ai pas pu lâcher. Tout simplement excellent ! »

Annie Philbrick, libraire

« J’ai dévoré La Fille d’avant… un roman exceptionnel ! »

Cindy Norris, libraire

« Aussi savoureux que La Fille du train et Gone Girl… »

Lecteur Goodreads

« Un thriller psychologique haletant. » Lecteur Goodreads

« À lire absolument ! » Lecteur NetGalley

« Un thriller psychologique éblouissant, saisissant

et particulièrement ingénieux. » Lee Child


« Un suspense parfois poussé jusqu’à l’insoutenable,

qui nous tient en haleine de la première à la dernière...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782863745380
PRIX 6,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Un huis-clos qui m'a glacée et fascinée. La maison dans laquelle s'installe Jane est très rapidement oppréssante et joue un vrai rôle de personnage. Le va-et-viens avec l'histoire d'Emma fait monter le suspens au fur et à mesure. Difficile de décrocher car on veut savoir ce qu'il va se passer et surtout comment les événements vont se dérouler pour Jane. La lecture est très prenante. Au fil de l'histoire les exigences de l'énigmatique architecte deviennent de plus en plus inquiétantes et on angoisse ! Une lecture fascinante et déconcertante, qui m'a emballée du début à la fin !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le One Falgate Street est une maison ultra moderne construite par un architecte de renom Edward Monkford. Son esthétique est épuré à l’extrême et elle bénéficie d’une domotique performante et à la pointe. Cette demeure exceptionnelle est louée pour une somme très raisonnable, compte tenu du quartier où elle se situe et de son confort, car le contrat de location stipule que son occupant doit respecter de très nombreuses règles et d’être accepté par l’architecte lui-même.
Emma et Jane ont occupé cette maison à des époques différentes. Chacune à son tour raconte sa rencontre avec la maison, les événements qui l’y a conduite et ceux qu’elle y vit. Toutes deux partagent un drame intime qui les a profondément meurtries. One Folgate Street les conduit à changer leur mode de vie pour suivre les règles qui leur sont imposées et à changer leur regard sur elles-mêmes. Le lecteur, ainsi que Jane, découvre très rapidement qu’Emma a été retrouvée morte dans la maison et que toute deux ont succombé aux charmes de l’architecte.
Cet excellent thriller psychologique joue sur les effets de répétition des deux histoires des jeunes femmes ce qui accentue son caractère anxiogène. J.P. Delaney évite cependant un écueil de taille : les situations se répètent suffisamment pour que ce soit angoissant mais elles sont toujours différentes ce qui évitent l’ennui à la lecture. De plus, les drames personnels que vivent chacune d’elle sont différents et ne les conduisent pas aux mêmes choix.
Les chapitres nous dévoilent peu à peu les questions qui leur ont été posées lors de leur demande de logement. Ce sont des questions introspectives faites de sorte qu’il y a une réponse morale dictée par la société et une réponse plus personnelle liée à ce qu’on pourrait être tenté de faire. Ces questions s’adressent également au lecteur et nous incite à nous demander ce que nous même nous aurions répondu…
La conclusion n’est pas forcément une surprise en soi car les suspects possibles ne sont pas nombreux mais l’auteur nous propose une fin bonus qui, elle, j’en suis certaine, ne sera trouvée par personne et donne du relief à l’ensemble du texte. Un bon thriller solide et bien fait qui est à recommander à tous ceux qui avaient aimé Avant d’aller dormir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le fantôme trop présent
Jane et Emma. Deux femmes différentes vivant dans la même maison à des années d'intervalle. Et peu importe à Jane si Emma y est décédée tragiquement. Elle ne voit que la beauté des lieux, son mini-prix, sa haute technologie. En oubliant aussi le caractère bizarre et hyper-maniaque du propriétaire. Coup de cœur pour ce polar envoûtant et dérangeant où l'un des rôles les plus glaçants est tenu par… l'habitation elle-même… Vous sentez-vous, vous aussi, vaguement épiée?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Imaginez une magnifique demeure moderne, un paradis où l’on se sent apaisé, un cocon pour se reconstruire quand la vie n’a pas été tendre avec nous. Bien entendu ce n’est pas sans contrepartie…. Car un appartement si protégé en apparence, l’est il vraiment ?

Avec ce roman, nous suivons en parallèle 2 personnages : Emma, locataire de l’appartement il y a quelques mois et Jane, la locataire d’aujourd’hui. Les 2 histoires vont se chevaucher de manière assez déconcertante. Nous sommes happé dans leur vie, essayant en même temps que Jane de comprendre quel est le fil conducteur : est ce la maison ? N’est elle pas si apaisante que ça finalement ? Est ce le propriétaire, l’homme énigmatique qui dégage puissance et force ?

Ce que j’ai aimé particulièrement, ce sont les longueurs des chapitres. Ils sont courts et donnent un rythme effréné à l’histoire. Ils alternent les deux femmes en superposant leur avancée. On a donc cette sensation de voir évoluer Jane par rapport à Emma. On est dans un tourbillon d’adrénaline et la seule chose que nous pouvons faire, c’est tourner les pages les unes derrière les autres et espérer que tout se passe bien. Mais c’est sans compter sur les rebondissements, les retournements de situation qui vont jusqu’au dernier chapitre nous faire douter. Excellent thriller psychologique mené de main de maître par un auteur que je viens de découvrir.

Si vous aimez les sensations troublantes, les histoires oppressantes, ce livre est fait pour vous.

Merci aux Editions Fayard/Mazarine de m’avoir donné la possibilité de faire cette merveilleuse découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Wow. Je suis encore sous le choc. Ce roman est excellent. Grâce à son rythme rapide, je ne l'ai pas lâché pendant trois jours! J'adore l'alternance passé-présent dans un roman, et ici ça sert la compréhension de l'ensemble de l'historique du One Folgate Street. L'auteur a su rendre l'histoire captivante.

*******************

Wow. I'm still in shock. This book is excellent. I haven't been able to put it down; I read it in 3 days! I love that a story alternate the present and the past in a book, and here it helps to understand the whole picture of the One Folgate Street. This story is captivating.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

A quelques années d intervalle, deux femmes ont eu la chance de pouvoir vivre dans une maison construite par un architecte mystérieux, après avoir subi une série de tests.... mais un drame s est produit ... leurs deux parcours, simultanément racontés permettront de comprendre l emprise psychologique dans laquelle elles finiront par tomber ...la maison, incroyable, est un personnage å part entière dans ce roman ... préparez -vous, lorsque vous ouvrirez ce livre å ne pas le lâcher avant la fin !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quand j’ai entendu parler de La fille d’avant de JP Delaney, j’ai tout de suite été tentée. J’adore les thrillers, être happée par une histoire au point de ne pas pouvoir lâcher mon livre avant la fin. Être bousculée et un peu effrayée – tout en me sentant bien en sécurité chez moi, il ne faut pas exagérer, il n’y a que dans les livres que j’aime bien avoir un peu peur.

L’endroit où je le sens le mieux, c’est ma maison. Je m’y sens bien, protégée – sauf quand mon imagination me joue des tours, mais là c’est un autre problème. Ma maison, c’est un peu ma caverne, mais sans pingouin (OK, si vous n’avez pas vu Fight Club, vous passerez à côté de cette référence). Mais pourquoi donc suis-je en train de vous parler de ma maison depuis le début de cet article ? Parce qu’il est question d’une maison dans La fille d’avant. Une maison très particulière, que personnellement j’aurais bien voulu visiter. Mais y vivre, c’est autre chose…

Emma cherche un nouvel appartement avec son copain Simon. Un appartement ultra sécurisé, mais avec leur budget à Londres, rien ne trouve grâce aux yeux de la jeune femme. Au bout d’un moment, l’agent immobilier leur parle d’une maison, une sorte de bunker, au loyer défiant toute concurrence. Oui, mais une telle opportunité se mérite et il y a des règles à respecter.

Emma, qui a été agressée dans son ancien appartement tombe sous le charme de cette maison d’architecte et espère que leur candidature sera retenue par le propriétaire et imagine que les règles seront facile à respecter : pas d’animaux, pas d’enfants, pas de meubles, pas de tapis, pas de choses à traîner sur le sol, pas de livres, plier les vêtements selon la méthode de Marie Kondo, ranger les épices par ordre alphabétique… Et d’autres encore.

Jane vient de perdre un bébé. Elle cherche à se reconstruire. Cherche un nouvel appartement. Mais avec son budget, rien ne trouve grâce à ses yeux. Au bout d’un moment, l’agent immobilier leur parle d’une maison, une sorte de bunker, au loyer défiant toute concurrence. Oui, mais une telle opportunité se mérite et il y a des règles à respecter. Jane est séduite…

Ça vous dit quelque chose ? Jane s’installe au One Folgate Street après Emma. On suit l’histoire des deux femmes en parallèle, avec des chapitres courts. Frustrants. On veut savoir ce qui est arrivé à Emma, ce qui arrivera à Jane. A quel moment, elles réaliseront qu’elles sont en danger et qu’elles découvriront d’où il vient…

J’ai adoré cette intrigue et comme je m’y attendais, j’ai eu du mal à poser mon livre pour manger, dormir ou travailler… J’ai adoré tous ces questionnements autour de l’emprise. Mon Dieu, ce que le personnage d’Edward a pu me faire penser à Christian Grey (du moins l’image que j’en ai puisque je n’ai pas lu 50 nuances de Grey, ni vu le film), bonjour le sociopathe ! Et pourtant, son comportement n’a l’air de choquer personne. Bref, bref. La fille d’avant n’est pas un roman révolutionnaire, mais si vous avez aimé Les Apparences ou La fille du train, foncez !

Au moment d’écrire cette chronique, j’ai fait deux ou trois recherches sur l’auteur, réalisant que je n’avais même pas retenu son nom et que je savais pas s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. Et mes premières recherches ne m’ont pas plus éclairée puisque derrière ce nom se cache un écrivain qui a décidé de prendre un pseudonyme. Il s’avère que cet auteur est Tony Strong, l’auteur de L’appât. Vous en savez autant que moi, désormais.

On devrait entendre parler de La fille d’avant assez largement puisque il semble que Ron Howard va l’adapter au cinéma. Et ça, c’est une bonne nouvelle !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nouveau thriller dont on entend beaucoup parlé, que je vois souvent mis en avant en librairie au sein des nouveautés dans ce genre ; de mon côté, je ne pourrais que vous conseiller de le lire. Je dois dire que les romans policiers et les thrillers en général font partie de mes genres de prédilection. J'aime être surprise, perdre mon souffle, être parfois angoissée par ce qui arrive aux différents personnages, être sous tension, etc... Tous les thrillers que j'ai lu ne m'ont malheureusement pas fait cet effet, mais pour ce qui est de La Fille d'avant, ça a été une véritable claque. Comme je le disais, j'ai lu pas mal des livres du genre, et ce nouveau roman se glisse immédiatement dans mon top des thrillers que j'ai lu. Et je ne peux alors que remercier plus encore NetGalley et les éditions Fayard pour m'avoir fait découvrir cette pépite. JP Delaney réussit dans un tour de force à nous séduire, à nous faire entrer dans une zone de confort à l'intérieur de cette maison hors-norme pour ensuite refermer toute issue possible jusqu'à ce que nous tombions véritablement dans son piège auquel nous ne pourrons pas nous défaire...

Après la mort de son nouveau-né, Jane a besoin de changement et choisit donc de trouver un nouveau logement. Cependant, elle ne pensait pas pouvoir trouver un lieu doté d'une atmosphère aussi particulière. Son agent immobilier va lui proposer d'être la locataire du One Follgate Street, une maison excessivement moderne, où tout est géré par l'intermédiaire d'une application, et qui est régie par de nombreuses règles. Jane va devoir accepter de les suivre si elle veut être sélectionnée comme la nouvelle locataire de ce lieu. Ne rien laisser par terre, nettoyer tout ce dont on se sert immédiatement après s'en être servi, pas d'animaux, pas d'enfants, etc... Des règles strictes et minimalistes à l'image de l'architecte et propriétaire de la maison, Edward Monkford. Après son entretien avec cet homme envoûtant, Jane va pouvoir s'installer dans son nouveau chez-soi et commencer une toute nouvelle vie. Les habitudes se créent, la routine n’est plus la même dans cet univers ordonné, voire aseptisé, et sans défauts. Malgré le bien-être qu'elle ressent dans ce lieu, Jane va rapidement se poser des questions sur l'ancienne locataire du One Follgate Street, Emma. Emma qui est morte au bas des escaliers, mort actuellement inexpliqué, entre suicide et meurtre. Troublée par sa ressemblance avec la victime, Jane va commencer à enquêter sur la vie de cette femme et sur les liens qu'elle entretenait entre autres avec son ex petit ami Simon ou encore avec Edward Monkford. Ce qui est très intéressant pour le lecteur est que JP Delaney n'a pas seulement retranscrit la vie passée d'Emma du point de vue de Jane. Il a également donné voix à Emma, alternant les deux points de vue, entre passé et présent. On s'attache à ces deux jeunes femmes qui ont été toutes les deux blessées par la vie et qui ne peuvent réprimer leur désir pour Edward. Car dès leur première rencontre avec l'architecte, les deux femmes vont être envoûtées par cette homme mystérieux, directif, et recherchant toujours la perfection. En découvrant au fil de l'histoire sa relation avec les deux femmes, on ne peut que s'inquiéter face aux similitudes de ses actes et de ses paroles. Une ombre se dresse rapidement derrière cet homme étrange et tout aussi singulier que sa précieuse maison.

L'inquiétude, la panique, s'insinue doucement au sein du lecteur qui sent que quelque chose va advenir sans pouvoir en déceler le pourquoi du comment. Le danger est imminent, Emma et Jane avançant chacune à leur tour sur un chemin glissant. Leur choix de vivre dans ce lieu silencieux et dénué de toute possession personnelle va se répercuter sur leur vie, Jane et Emma réussissant alors enfin à se poser les bonnes questions et à voir les choses plus clairement. Car étonnamment, cette maison va marquer un tournant dans leur vie et jouer sur leur destin, sur leurs rencontres. Après ce qu'elles ont vécu respectivement avant leur arrivé dans ce lieu, elles doivent réussir à aller de l'avant et cherche en Edward une figure forte et protectrice. Perçues comme des victimes, même si Jane réussit à communiquer sa force de caractère, elles tentent de remonter à la surface par tous les moyens. Mais ce qui est fort dans ce roman, c'est que finalement, le lecteur va se rendre compte que les victimes ne sont pas forcément celles que l'on croit au premier abord. Les gens cachent leur jeu jusqu'à parfois se perdre eux-mêmes sans réussir à s'arrêter au bon moment. Car il est impossible de revenir en arrière et certains mensonges sont trop épouvantables pour ne pas laisser de traces. J'ai eu véritablement l'impression de me faire mener par le bout du nez par l'auteur, lequel réussissant à produire une intrigue qui tient la route jusqu'au bout. Les apparences sont trompeuses et Jane va devoir démêler le vrai du faux dans la vie d'Emma comme dans sa propre vie. Car découvrir la vérité sur cette ancienne locataire sera vitale pour qu'elle ne puise pas tomber dans les mêmes filets.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman qui offre une très belle mise en abîme psychologique des personnages et mène le lecteur par le bout du nez. Tout ce que l'on demande à un bon thriller !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie les éditions Mazarine ainsi que la plateforme NetGalley pour m’avoir fait découvrir cette lecture. C’est un titre qui me faisait envie depuis un moment et j’ai vraiment été ravi d’apprendre que ma sollicitation de Service Presse avait été accepté.

Ce livre à remporté un brillant succès et bon nombre de chroniques ont déjà été écrites dessus, et je vais sans doute répéter ce qui a déjà été dit un peu partout, mais sait-on jamais, si vous êtes passé à coté, peut-être que mon article pourra vous aider.

Déjà, il faut reconnaitre que la couverture attire l’œil. Et pour cause elle représente parfaitement l’ambiance du roman avec une vue de cette habitation minimaliste mais qui dégage quelque chose d’assez malsain. Bref, typiquement mon genre ^^

Nous suivons ici les aventures de Jane qui a besoin de changer de vie, qui veut tourner la page. C’est ainsi qu’elle va tomber sur cette maison très moderne dessiné par l’architecte Edward Monkford. Pour y résider il faut pouvoir répondre à un questionnaire assez particulier avec des questions qui peuvent paraitre absurdes mais qui ont toutes leur intérêt.

Jane va donc être sélectionnée et elle va devoir apprendre avec les règles qu’édicte la maison, car oui, la maison est un personnage à part entière. C’est assez déroutant, mais ça renforce encore plus l’immersion, c’est un peu comme si Jane n’était jamais seule ou tranquille. Que la maison était vivante, l’épiant et la jugeant sans cesse.

Très rapidement, Jane va apprendre qu’une autre femme à vécue dans cette maison avant elle, et que cette dernière a perdue la vie. D’ailleurs, l’histoire se construit en alternant les chapitres entre ces deux femmes et on s’aperçoit qu’elles ont souvent fait les mêmes choix.

J’ai vraiment adoré ce thriller qui se lit plutôt rapidement au final, tant on ne voit pas le temps passer lors de notre lecture. Tout est affaire de manipulation, de faux-semblants, même la maison semble manipuler ses habitants.

Il est difficile d’en dire plus sans vous spolier quoi que se soit, et peut-être que cette critique est un peu trop légère, mais ce roman ne se raconte pas, il se lit, il se vit. Peu à peu on s’imprègne de l’ambiance oppressante du roman et l’on fini par ne plus être très tranquille dans son canapé 😀

Si vous aimez les huis-clos, les thrillers et les manipulations multiples, alors foncez, ce roman vaut vraiment le coup. Je l’ai lu en numérique mais je l’ai vu dans le commerce et l’édition est vraiment très belle, tant au niveau de la couverture que du papier, la maison d’édition Mazarine fait un très bon travail.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :