Si la lune éclaire nos pas

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 21 oct. 2016 | Archivage 21 nov. 2016
Milady, Milady Littérature

Résumé

"Je voulais que mes enfants aient une vie d’enfants. Je voulais qu’ils rient, qu’ils jouent… qu’ils apprennent. Je voulais qu’ils fassent les choses que j’aurais dû faire quand j’étais petite. Jusqu’où devons-nous fuir ?"

Fereiba sait aller de l’avant, depuis toujours. Elle a appris cela dès sa plus tendre enfance. Elle n’a pas choisi son mari, mais découvre finalement en lui son hamsar, son alter ego. De leur mariage naissent Salim, Samira et Aziz. Hélas, son époux n’assistera pas à la naissance du dernier : les talibans se chargent de faire disparaître cet ingénieur considéré comme un ennemi du régime. Alors que l’étau se resserre autour de sa famille, Fereiba décide de rejoindre sa sœur à Londres.

Sans autre ressources que son courage et sa détermination sans faille, elle espère pouvoir compter sur le soutien de ceux qu’elle croisera sur les chemins de l’exil. Mais la route est longue et semée d’embûches avant d’attendre cette Europe qui leur promet des lendemains meilleurs…

"Je voulais que mes enfants aient une vie d’enfants. Je voulais qu’ils rient, qu’ils jouent… qu’ils apprennent. Je voulais qu’ils fassent les choses que j’aurais dû faire quand j’étais petite...


Note de l'éditeur

Ceci est une épreuve non corrigée disponible en avant-première.
La couverture est non définitive.

Ceci est une épreuve non corrigée disponible en avant-première.
La couverture est non définitive.


Ils recommandent !

« Un roman d’une actualité brûlante qui rappelle le sort des millions de déplacés à travers le monde. » Washington Post

« Une odyssée captivante. » Library Journal

« Une épopée à lire absolument, sur les frontières, les obstacles et le courage d’une mère. » O, The Oprah Magazine

« L’histoire bouleversante d’une mère héroïque dans un monde à court de compassion. » Toronto Star

« Un roman magnifique, des personnages plus vrais que nature, avec pour toile de fond un monde devenu fou. » Bookreporter

« Hashimi raconte avec beaucoup de délicatesse l’odyssée tourmentée et les innombrables épreuves qui attendent tous ceux qui s’exilent dans l’espoir de trouver refuge. » Booklist

« Un roman d’une actualité brûlante qui rappelle le sort des millions de déplacés à travers le monde. » Washington Post

« Une odyssée captivante. » Library Journal

« Une épopée à lire absolument, sur...


Formats disponibles

FORMAT GF cartonné
ISBN 9782811218263
PRIX 18,20 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)

Chroniques partagées sur la page du titre

Une histoire d'amour, assurément. L'amour de l'autre, de ses enfants, de sa famille, de soi aussi. Une histoire sur la patience d'une mère prête à tout pour que ses enfants aient une enfance plus belle que la sienne, pour qu'ils soient libres de leurs choix, de leurs convictions.

Quelle plus belle preuve d'amour que la liberté?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après le merveilleux « La Perle et la Coquille » qui m’avait émue aux larmes, j’étais impatiente de retrouver la plume et le talent d’oratrice de Nadia Hashimi. Eh bien la magie a de nouveau opéré. J’ai encore eu l’impression d’être assise dans un fauteuil et d’écouter la voix de Nadia me raconter l’histoire de ces pays meurtris par les guerres et par les haines. Et c’est merveilleux parce qu’elle raconte comme personne. Jamais les femmes n’ont été d’aussi beaux exemples de courage, de persévérance et de bravoure, que dans ses romans.
Impossible de laisser s’émousser la voix de Fereiba. J’ai été immédiatement happée par ses peurs et ses peines, ses doutes et ses espérances. Fereiba, enfant devenue domestique aux côtés d’une belle-mère coriace, adolescente qui se bat pour accéder à l’éducation et puis jeune femme que la chance, l’amour, embrasent enfin jusqu’à ce que les Talibans la replongent, à nouveau, dans le noir… J’ai été révoltée, dévastée, j’ai pleuré à ses côtés. Mais elle est plus solide que moi. Son époux assassiné, elle prend la décision de sa vie : fuir. Atteindre l’Angleterre. Éprouver enfin la sécurité et la paix.
Ici commence la seconde partie du roman, dans laquelle la voix de Salim, son aîné, s’emmêle à la sienne. Ici commence surtout un affolant et douloureux périple. Et on ne peut que penser aux réfugiés qu’on repousse de tous côtés, sans mesurer l’exceptionnelle détresse dans laquelle ils se trouvent et la peur quotidienne qui les a façonnés dans leurs pays souillés de sang.
La plume de Nadia Hashimi sonne comme une note parfaitement juste : elle est posée, sincère, puissante. Elle écrit les drames avec une pudeur sublime, une authenticité de soie. Sans jamais chavirer dans le mélodrame, elle laisse ses personnages sombrer pour mieux résister, elle dénonce, elle témoigne. Personne ne peut rester insensible au destin de Fereiba et sa famille. Combien sont-ils, à des milliers de kilomètres de nous, à récupérer leurs maigres possessions et à s’enfuir, graves silhouettes accablées, pour tenter de sauver leur vie ? Pouvons-nous imaginer le centième de leurs souffrances, de leurs luttes, de leur destinée tragique dans le douillet de nos maisons ?
J’ai du mal à trouver les mots pour dépeindre ce merveilleux roman tant il m’a vidée, assommée. Le courage extraordinaire de Fereiba et de son fils m’a bouleversée. Tous les deux m’ont éblouie par leur force et leur endurance prodigieuses. Fereiba et Salim m’ont surtout donné une immense leçon de vie et m’accompagneront longtemps, héros dépouillés de tout dans un monde qui se détourne, qui refuse de les voir et de les entendre, et érige des barbelés pour mieux s’aveugler encore. C’est admirable, c’est poignant et c’est puissant. Je crois que c’est un vrai cri de colère que pousse là Nadia Hashimi.
Un immense merci aux éditions Milady Littérature et à NetGalley pour cette nouvelle merveille.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

A une époque où l'Europe peine à faire face à un afflux de réfugiés qui sont supposés mettre en péril son équilibre économique et qui confrontent les états membres à des choix sociétaux cruciaux, le livre de Nadia Hashimi apporte un éclairage précieux qui nous fait prendre conscience des drames intimes trop souvent occultés de ceux qui doivent fuir leur pays.
L'auteur trace le parcours d'une femme afghane, Fereiba, née dans les années 1970 qui a souffert du poids des traditions au sein d'une famille où il ne lui était accordé qu'une bien petite place. Traitée en domestique par la femme de son père, elle a dû lutter courageusement pour pouvoir fréquenter l'école et s'instruire .
Dans cette société régie par des codes ancestraux rigoureux, son parcours a été semé de bien des embûches mais l'amour a quand même fini par éclairer son chemin jusqu'à ce que la guerre et son cortège d'atrocités s'invite jusque chez elle et la contraigne à fuir les Talibans meurtriers pour aller se réfugier dans un lointain Eldorado britannique.
La seconde partie du roman présente le récit de cette fuite éperdue à travers le double regard de Fereiba, la mère courage, et Salim son fils aîné, enfant contraint de passer sans transition à l'âge d'homme et d'assumer les responsabilités qui l'accompagnent. Et pour cela, il devra lutter et triompher des multiples épreuves qui parsèmeront son chemin. Des camions de passeurs aux camps de réfugiés, des bateaux clandestins à la jungle de Calais, Salim n'aura d'autre choix que de redresser la tête ...Bien sûr, il y aura quelques lumières dans sa nuit, des amis compatissants, une aide ponctuelle, parfois même un simple sourire qui lui donnera envie d'aller plus loin.
J'ai rarement lu un récit aussi poignant tant l'auteur a su plonger son lecteur dans les affres quotidiennes de ces réfugiés qui ont tout perdu. L'émotion serre la gorge tant le propos est crédible et les situations dramatiquement courantes. Qui de nous n'a pas croisé un jour, dans la rue, une de ces femmes à la peau sombre, drapée dans un vêtement poussiéreux, traînant derrière elle un petit enfant apeuré et des sacs plastiques contenant toutes ses maigres possessions ?
Peut-être faut-il que de tels livres soient publiés pour que les occidentaux nantis que nous sommes ne détournent pas le regard de ces damnés de la terre qui se pressent à leurs portes et que cela leur donne envie de leur apporter un peu d'aide si possible, mais au moins de les considérer avec un regard plus compatissant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Comment vous dire que ce livre m'a particulièrement touchée? Je connaissais comme tout le monde ce qu'étaient les réfugiés. Je savais qu'ils fuyaient un pays en guerre ou sous le joug d'un gouvernement dictatorial. Cependant, j'avoue qu'avant de lire ce livre, je ne m'étais jamais mise à leur place.

Je pensais que les réfugiés quittaient leur pays et arrivaient dans les nôtres. Enfin oui c'est vrai, mais je ne pensais pas au chemin qu'ils avaient à parcourir afin d'atteindre ce but utopique à leurs yeux.

J'ai été complètement bouleversée de voir à quel point la possession d'un passeport peut tout changer et à quel point il peut être difficile de passer certaines frontières (je sais qu'à l'heure actuelle il est plus évident de les traverser qu'au moment où se passe le livre, mais quand même, c'est une partie de l'histoire que je n'imaginais pas...) ou encore de trouver un travail lorsque l'on ne connaît pas la langue du pays et qu'on n'a pas d'aptitudes particulières.

Ce n'est pas le genre de lecture que je lis habituellement, mais j'avoue avoir été conquise par la réalité touchante de ce livre. On ressent que l'auteure a fait des recherches et qu'elle se sent concernée par ce qui se passe dans ce pays. Je suis allée vérifier, et l'auteure est en effet d'origine afghane, mais elle a émigré dès les premiers symptômes de la guerre. Elle n'a donc pas eu à vivre cette époque horrible qu'elle décrit, mais qu'elle se sente concernée n'est pas si étonnant car ça aurait pu être elle et sa famille à la place de nos protagonistes.
Sa plume est donc d'une justesse épatante. On ressent exactement les émotions voulues, on passe dans ce livre de la révolte à la blessure, en passant par les petits moments de bonheur ressentis et plus que tout, en terminant notre lecture, on se rend compte que notre vie est facile et vraiment enviable pour ces personnes qui fuient parce qu'elles n'ont pas vraiment le choix.

Je vois vraiment la vie différemment depuis ma lecture de ce livre. Je vois les réfugiés différemment également. Avant pour moi ils ne m'ennuyaient pas, comme je sais que c'est le cas pour certains, je ne râlais pas du fait qu'ils nous "volent" nos jobs, car je considère que ce n'est pas le cas, mais je ne m'inquiétais pas plus que ça de leur sort et de pourquoi ils fuyaient leur pays (actuellement, particulièrement la Syrie). Depuis j'ai vraiment envie de me renseigner plus sur ce sujet délicat, et d'apprendre à mieux comprendre les causes de tout ça.

On va suivre deux personnages dans ce récit.. Pas forcément à tour de rôle, mais suffisamment pour comprendre les intentions et pensées de chacun.
D'un côté nous avons Fereiba, mère de famille qui fuit son pays avec ses trois enfants : Salim, Samira et Aziz.
Elle va devoir faire preuve d'énormément d'intelligence et de débrouillardise afin de s'enfuir et de survivre dans sa fuite avec ses enfants qui peuvent parfois être un certain poids pour elle, bien qu'elle les aime de tout son cœur de maman!

De l'autre côté nous avons Salim, le fils aîné de Fereiba, qui va tenter de prendre la place de l'homme de la famille en faisant en sorte de ramener de l'argent et de la nourriture à sa famille et ce pas toujours de façon honnête, mais on va dire que la faim justifie les moyens. Il va grandir bien trop vite pour son âge et être confronté au mauvais côté de la vie, lui qui jusque là pensait que toute sa vie se ferait à Kaboul va vite déjanté et apprendre à vivre à la dure.

J'avoue m'être plus facilement attachée à Salim qu'à Fereiba, pour je ne sais quelle raison. Peut-être par le fait que je ne parviens pas très facilement à m'identifier à une mère de famille, mais d'un autre côté je n'ai jamais été un garçon livré à moi-même non plus.
Dans tous les cas, la personnalité de chacun des personnages est véritablement travaillée, et le résultat est tellement réaliste qu'on jurerait que ces personnes existent réellement et ne sont pas le fruit de l'imagination de l'auteure.

Pour conclure: Ce livre est une pépite pour plein de raisons. Et je ne peux que le recommander aux lecteurs avides d'en savoir plus sur ces exodes finalement peu connues et la difficulté engendrée par la fuite d'un pays sous un régime restrictif.
Je suis passée par plein de sentiments différents lors de ma lecture car la plume de l'auteure est vraiment très jolie et on est persuadés d'être plongés dans une histoire vraie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après son touchant et poignant livre La Perle et la Coquille, sorti en 2015, Nadia Hashimi revient au-devant de l’actualité littéraire et générale avec cet autre ouvrage Si la Lune éclaire nos Pas, récit tout aussi passionnant d’une mère qui fuit l’Afghanistan des Talibans, avec ses trois jeunes enfants, se mêlant au flot des migrants qui tentent de rejoindre une terre d’asile.
Avec une écriture méticuleuse, et sans ton larmoyant, l’auteure dresse une peinture psychologique fine et puissante des personnages, dont Fereiba, la mère qui va jouer le rôle de berger pour ses enfants, une héroïne au caractère fort et dure, inéluctablement soumise, mais évitant toute forme de passivité, et Salim, l’aîné, qui devra faire preuve de courage et de détermination pour rejoindre sa famille dont il a perdu la trace durant l’exode.
Nadia Hashimi nous plonge ainsi dans cette crise migratoire, celle de millions de gens persécutés par la guerre et la famine, dont les problèmes sont aggravés par l'attitude méfiante, voire hostile des Européens à leur égard.
Heureusement qu’au fil du chemin parcouru et des rencontres se développent de réelles expériences humaines qui rendent espoir et courage aux réfugiés pour atteindre leur but, et rendent un peu de fraîcheur et de lumière dans ce roman qui sans cela resterait bien sombre !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il existe des auteurs qui vous chamboulent.
Des auteurs qui vous retournent.
Des auteurs qui donnent vie à des récits émouvants et qui vous transportent au-delà de bien des frontières.
Nadia Hashimi en fait partie à mes yeux.

La plongée dans la vie de Fereiba entraîne dans une histoire bouleversante, criante de réalisme. Les mots semblent offrir un écrin dont j'ai peur de mal retranscrire l'intensité, les vagues et les émotions qu'ils font naître. Difficile de ne pas réagir face au destin de cette héroïne, difficile de ne pas avoir envie de rester avec cette enfant, cette adolescente, cette femme, cette mère. Les étapes de la vie se dessine sous nos yeux. Le personnage principal prend doucement mais sûrement de l'ampleur. L'attachement se créée par des touches. Les tremblements face aux événements tenaillent le coeur. Du moins le mien.

Si la lune éclaire nos pas s'avère une magnifique leçon de vie. Délicatement, Nadia Hashimi pose à travers le destin de Feriba le visage d'une femme captivante qui a connu un pays en paix, puis déchiré par la guerre. La fuite vers un autre pour protéger ses enfants, fuir le danger et la dictature. Le style se teinte d'une certaine tendresse pour ses protagonistes. Le ton est toujours juste, posé, rythmé, captivant. L'attention se maintient, se capture et grimpe crescendo. Les boules se coincent dans la gorge. Les larmes aux coin des yeux coulent. Les conditions de vie étalées marquent. Les camps de réfugiés, les clandestins sont détaillés, avec des traits glaçants, qui sonnent terriblement vrais. Déroutants. Frappants. Des êtres qui cherchent un refuge sans jamais vraiment le trouver. Des êtres brisés qui voudraient souffler mais n'ont jamais de vrais répits. L'auteur les décrit d'une manière troublante, intrigante, et très intéressante.

Si la lune éclaire nos pas démontre la route parcourue d'une héroïne captivante. Le destin d'une femme devenue mère prête à tout pour offrir la sécurité à ses enfants. Un livre qui flanque une gifle l'air de rien. Les sentiments deviennent tourbillon devant le récit posé par Nadia Hashimi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :