La vie selon Florence Gordon

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 27 août 2015 | Archivage 1 sept. 2015
Plon, Feux Croisés

Résumé

Une chronique new-yorkaise raffinée et pleine d'esprit.

Florence Gordon est directe, brillante, acariâtre et passionnée. Maîtresse femme, elle est capable de réduire les imbéciles au silence d'une seule de ses piques acérées... Icône féministe aux yeux des filles, invisible aux yeux du reste du monde, à soixante-quinze ans, elle a mérité - enfin ! - de se délester du fardeau de la famille pour se consacrer à son œuvre. Mais à peine a-t-elle entamé ses mémoires, si longtemps différés, que son fils Daniel revient s'installer à New York avec sa femme et sa fille. Florence se retrouve alors impliquée dans leurs mélodrames familiaux qui vont assombrir ses journées et menacer son rempart de solitude. Sans parler de son pied gauche, qui commence à la faire boiter...

Une chronique new-yorkaise raffinée et pleine d'esprit.

Florence Gordon est directe, brillante, acariâtre et passionnée. Maîtresse femme, elle est capable de réduire les imbéciles au silence d'une...

Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782259243452
PRIX 21,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Je ne connaissais pas Brian Morton, c'est son troisième roman traduit et publié en France, mais les premières lignes m'ont attrapée et donné grande envie de mieux connaître Florence Gordon. J'ai eu ensuite le plus grand mal à sortir le nez de ce livre. L'auteur a créé un superbe personnage féminin, une grand-mère pas vraiment indigne, mais un peu raide avec ses proches, vivant dans son monde, absorbée par ses recherches sur le féminisme dont elle est l'une des pionnières américaines, et par l'écriture de ses mémoires, activités qui laissent peu de place à une vie sociale, que ce soit avec son fils, sa petite-fille, sa belle-fille ou son éditeur. C'est précisément au moment où sa famille revient vivre à New York pour quelques temps, et pour des raisons différentes, que commence le roman, et on ne peut pas dire que Florence s'en réjouisse. Ce roman déborde d'humour, un humour que je qualifierais de new-yorkais ou de juif new-yorkais, si cela veut dire quelque chose ! J'ai posé un bon nombre de marque-pages virtuels pour pouvoir relire les traits d'esprits de la vieille dame, les pensées silencieuses de son entourage, ou les analyses de l'auteur sur les personnages qu'il a créés. Car j'ai souri souvent dans ce roman, aussi souvent que je me suis arrêtée sur des phrases qui ne m'ont pas laissée insensible, qui ont provoqué un petit temps d'arrêt où j'ai applaudi à leur vérité. Si j'ai un reproche à faire à ce roman, c'est qu'il est un peu court. D'aucun pourraient trouver la fin un peu rapidement menée, mais, si on y réfléchit bien, c'est exactement celle que Florence Gordon aurait souhaitée. Mais enfin, où va-t-on, si les personnages se mettent à dicter la fin des romans aux auteurs ?
Bref, je le recommanderai volontiers, pour sa liberté de ton, liée à une empathie certaine pour les personnages.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :