Une nuit particulière

Lu par Charles Morillon et Catherine Creux
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 8 nov. 2023 | Archivage 10 déc. 2023
Audiolib, Littérature

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Unenuitparticulière #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

« J’avais envie de retrouver un homme et une femme capables de se jeter dans le vide par amour. Parce que c’est vivre sans amour qui est l’enfer. »

Elle s’appelle Aurore, lui Simeone. Un soir d’automne, ces deux inconnus au désespoir, qui croient n’avoir plus rien à perdre, engagent la conversation. Commence alors une nuit qui ne ressemble à aucune autre. Au matin, rien ne sera plus comme avant…

Une rencontre romanesque, poétique, fulgurante.

« J’avais envie de retrouver un homme et une femme capables de se jeter dans le vide par amour. Parce que c’est vivre sans amour qui est l’enfer. »

Elle s’appelle Aurore, lui Simeone. Un soir...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9791035413910
PRIX 18,95 € (EUR)
DURÉE 3 Heures, 46 Minutes

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

Merci à @netgalleyfrance  et @audiolib
pour le service presse.
#NetGalleyFrance
#Unenuitparticulière

Un texte emprunt de poésie.

Deux âmes en errance vont se rencontrer, se percuter et se suivre.
Elle, c'est Aurore. Son mari, le grand amour de sa vie, une union passionnelle, la quitte ce soir.
Lui, c'est Simeone, un homme silencieux qu'elle entraîne pour tenter d'apaiser sa douleur.

L'une puis l'autre vont se dévoiler, se désirer. Tout au long de la nuit ils vont tenter de s'évader, d'oublier leur situation, de s'aimer. Un amour fort de mots, de plaisir par les paroles, d'écoute, de contact.
A travers eux nous découvrons les histoires d'amour impossible des grands opéras mais aussi de la mère de Simeone. L'amour sous toutes ses formes : filial, raisonné, jusqu'à la mort.

Paris s'invite dans la dance, enlaçant nos amoureux dans ses rues, ses ambiances.
Un Paris de film et de bourgeoisie où personne ne se bouscule, où les contingences financières pour la soirée n'existent pas. Brasserie, hôtel haut de gamme, restaurant, taxi à outrance : rien n'est trop cher.

Le texte est souvent fort, parfois cru. Les narrateurs le jouent avec justesse, donnant à leurs voix les intonations de la souffrance comme du bonheur perdu.
Mais je l'ai trouvé aussi régulièrement répétitif, ce que la narration en deux temps à amplifié bien que cette présentation soit intéressante.
Au présent puis au passé, la même nuit est racontée par Aurore puis Simeone.

La fin est belle, inattendue, émouvante.
Malgré les quelques détails qui m'ont gênée, c'est un roman qu'il a été agréable d'écouter.

Nb : je trouve que le résumé en dit trop sur Simeone et c'est dommage.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quel roman particulier. A la fois séduite par le texte à deux voix qui se répondent dans la première partie, mais déroutée par l'histoire.
C'est la seconde partie vue par Simeone qui me raccroche au récit et m'emporte dans cette nuit si poétique, saisissante et romanesque.
Au fur et à mesure que Simeone dévoile sa rencontre avec Aurore, j'ai une envie irrésistible de réécouter le roman, d'entendre à nouveau l'histoire d'Aurore.
Et c'est sûrement ce que je vais faire demain soir.

C'est l'avis d'une lectrice d'Instagram qui m'a convaincue d'écouter ce livre audio et je ne le regrette pas. Une plongée dans leur intimité, celle de leur soirée, de leur rencontre mais aussi de leur vie, de leur histoire personelle.
Un rythme saccadé, tantôt cru, tantôt tendre par lequel je me suis laissée emporter.

Je remercie @netgalleyfrance et @audiolib.
#unenuitparticulière

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un magnifique roman d'amour très émouvant !
Une singulière rencontre romanesque, poétique, fulgurante !
A découvrir chez @audiolib grâce l'interprétation très réussie de Catherine Creux et Charles Morillon !

« J’avais envie de retrouver un homme et une femme capables de se jeter dans le vide par amour. Parce que c’est vivre sans amour qui est l’enfer. » G.D.

Elle s’appelle Aurore. Pourtant, c'est au crépuscule qu'elle rencontre Simeone à Paris, un soir d’automne aux abords d'un local de groupe de parole. Elle quitte une réunion . Lui arrive pour la suivante. Il attend, l'observe intrigué, mais c'est elle qui fait le premier pas. Ces deux inconnus au désespoir, qui croient n’avoir plus rien à perdre, engagent la conversation. Commence alors une nuit qui ne ressemble à aucune autre. A l'aube, rien ne sera plus comme avant…

Je remercie @audiolib et @NetGalleyFrance de m'avoir permis de découvrir ce roman touchant encore plus riche en émotions en version audio.

La structure narrative alterne entre deux points de vue : celui d'Aurore de l'aube au crépuscule de l'histoire ; celui de Simeone au cœur du récit. Cette technique bien maitrisée permet de dévoiler avec pudeur les différentes facettes de la vérité que cachent ces deux êtres en train de sombrer dans la solitude. A la fin de l'intrigue, le lecteur se rend compte que les mots ont un double sens, ce qui donne envie de relire le roman pour en découvrir toutes les subtilités.

Je me suis laissée emportée par cette lecture intimiste grâce à la voix très juste de chacun des narrateurs : l'une est féminine, aiguë, froide, éthérée, légère, et l'autre est masculine, grave, chaude, éraillée, profonde. Toutes les deux reflètent la psychologie tourmentée des personnages broyés par la vie. Le flux narratif plutôt lent permet de donner plus de poids aux mots qui sont plus lourds de sens qu'ils n'y paraissent à priori.

Même si les thèmes abordés comme le deuil, le suicide, la maladie sont douloureux, c'est bien l'amour aux différents âges de la vie qui est au cœur de cette intrigue, et qui survit par delà la mort. La fin laisse entrevoir une lueur d'espoir, comme un éternel recommencement...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman nous relate la rencontre de deux personnes à la dérive. Deux personnes qui vont essayer de se sauver mutuellement.
Cette nuit particulière parle d'amour, de maladie, de nostalgie.
C'est un roman court. C'est poétique. C'est intense. C'est beau.
C'est une jolie découverte

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Grégoire Delacourt nous plonge dans une nuit parisienne aux côtés d'Aurore et Simeone. Les deux personnages ne se connaissent pas. Elle sort d'un groupe de paroles, elle lui demande une cigarette puis elle l'interpelle : "Emmenez-moi !" Car son mari, qu'elle aime passionnément depuis 30 ans, va la quitter cette nuit. Hagarde, dépassée, désespérée, elle propose à cet inconnu de lui tendre la main pour l'aider à traverser cette terrible épreuve.

La narratrice s'adresse à elle-même, à Simeon - sa rencontre d'un soir - mais surtout à Olivier, son mari, qui la quitte cette nuit. Puis nous revivons le début de soirée "Selon Simeon", qui s'adresse surtout à lui-même... Les deux protagonistes décrivent les scènes décalées de cette nuit étrange, tout en nous livrant un peu d'eux-même et de leurs histoires respectives.

Dans ce très court roman, Grégoire Delacourt explore le thème de l'amour passionné, celui qui ne se flétrit pas avec le temps, et des différents phases qui traversent une vie de couple. Il dit aussi quelques mots sur l'amour familial : d'un fils à sa mère, d'un père au fils qu'il a adopté et qui s'est éloigné. Au fil des longs chapitres, c'est l'ombre de la mort qui fait son apparition : maladie, suicide, et les douleurs de vivre en présence de ces morts...

J'avais bien aimé "La liste de mes envies" du même auteur, même si je n'en garde pas un souvenir impérissable. C'est cela qui m'a incité à solliciter #Unenuitparticulière auprès d'Audiolib, en service de presse via #NetGalleyFrance. Les deux personnages nous livrent des réflexions profondes autour du couple et de ses multiples facettes. Malheureusement, je ne me suis pas vraiment attachée à eux, malgré les grandes qualités des interprètes. le style de Grégoire Delacourt est précis, travaillé, poétique parfois, mais toujours très accessible. le rythme est lent, surtout pour un court roman, mais cela se prête tout à fait aux propos. Au final, j'ai l'impression d'être passée à côté de cette nuit particulière, car malgré ses qualités littéraires et auditives, je me suis un peu ennuyée...

La voix de Catherine Creux est lumineuse, presque autant que celle de Charles Morillon est ténébreuse. Ce sont deux voix profondes qui incarnent à merveille ces deux personnages. La musique et les bruitages sont, comme toujours avec Audiolib, parfaits ! L'entretien avec Grégoire Delacourt qui conclue cette version audio est très intéressant : c'est une autre belle valeur ajoutée de cet audiolivre !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une romance vertigineuse

Elle, c'est Aurore. Après avoir vécu l'amour fou pendant trente ans avec Olivier, elle se retrouve seule ce soir, le cœur pulvérisé, l'âme broyée par l'abandon. Et coule en elle une furieuse envie de vivre.

Lui, c'est Simeone. Son cœur à lui aussi est en vrac. Il sait que ses jours sont comptés. Alors il renonce, laisse faire et laisse aller. Pourtant ce même soir, il rencontre Aurore qui lui demande : "Emmenez-moi". La détresse de celle-ci lui éveille en lui la mémoire de sa mère, morte d'avoir trop aimé.

C'est ainsi que commence alors, pour ces deux inconnus, un feu d'artifice, une nuit particulière.

Nous les allons les suivre jusqu'au bout de l'envie et allons entendre tour à tour les récits de nos amoureux transis.


Pour ma part,

Grégoire Delacourt fait partie de mes auteurs favoris : sa narration, reconnaissable entre mille, me fait à chaque fois l'effet d'une révélation et ne manque jamais de m'emporter vers des cimes insoupçonnées.

Le récit nous plonge dans une romance vertigineuse et fugace entre deux inconnus, qui unissent leurs solitudes un soir à Paris.

Cependant le duo Aurore- Simeone n'est pas l'unique héros de l'histoire.

À mon humble sens, la maman de Simeone mérite tout aussi bien le titre d'héroïne romanesque ici.

La mère de Simeone a élevé seule son fils adolescent à Argenteuil. C'était une Sicilienne romantique, férue de musique classique et d'opéra. Sa mort fut tragique, à l'instar de ses idoles Carmen, Aïda et consort.

En tous cas, il y a toujours un peu de cette femme étonnante dans l'attitude, les choix et les décisions de Simeone. Là dessus, je n'en dis pas plus, vous le découvrirez en écoutant le livre.

Le récit est porté par les voix de Catherine Creux et Charles Morillon, qui incarnent avec brio les personnages d'Aurore et Simeone. J'ai immédiatement accroché aux timbres de voix, ardent pour elle et rauque pour lui. Certains passages du récit sont sensuels, pour ne pas dire érotique et leur interprétation est si vivante, si touchante que l'on a l'impression d'être à leurs côtés, de partager davantage que leurs intimités, également leurs chagrins et leurs espoirs. De plus, il y la musique qui tient un rôle important dans la description des sentiments.

Le livre audio est immersif et apporte une dimension charnelle au roman de Grégoire Delacourt, en nous faisant ressentir la force du lien sublime qui unit ces deux âmes le temps cette nuit particulière. À quand la version cinéma ?

Je recommande chaleureusement.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Aurore rencontre Simeone. Elle a besoin de ne pas passer la soirée seule, pour ne pas penser à Olivier, son mari, qui la quitte. Alors, elle demande à Simeone de passer la soirée avec elle, de passer la nuit avec elle, de l'aimer. Simeone a besoin de ne pas penser à sa femme, à son avenir. Alors il accepte. Ils se livrent l'un à l'autre comme s'ils se connaissaient depuis des années. Chacun a besoin de l'autre pour l'aider. Les voilà alors partis dans un roadtrip qui commence dans la nuit parisienne puis qui finit au bord de la mer.
Je ne peux gère en dire plus sans dévoiler totalement l'histoire. J'avoue avoir eu du mal au début de l'écoute de ce livre à accrocher. Je n'arrivais pas à comprendre Aurore. Mais quand le narrateur change, que Simeone prend la parole, tout m'est apparu sous un jour nouveau et j'ai été fascinée par la force de ce récit romanesque.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Paris, la nuit tombe, Simeone rencontre Aurore. Deux inconnus qui bravent la beauté de leur désespoir dans cette nuit fulgurante en espérant l'aurore prometteuse. Deux inconnus qui font débordé leurs émotions. Et je n'ai pas envie de vous en dévoiler plus.

Bouleversante, cette lecture m'a bouleversée... Aurore nous raconte cette nuit, suivie par la version de Simeone. Les deux narrateurs, Catherine Creux er Charles Morillon sont en symbiose, on les imagine parfaitement voguant du bar, à l'hôtel, dans ce taxi pour finir au bout de la nuit sur la plage. On entend les musiques qui les parcourent, on devine les odeurs de leur parcours. Confiant comme si il n'avait aucun besoin de porter de masque. Avec douleur et bienveillance, ils échangent sur leur vie, leur tristesse,... brut!

J'ai aimé cette plume, ces mots bruts sans fioriture qui nous raconte cette nuit comme nulle autre. Une nuit d'amour sans condition, sans promesse libératrice. L'auteur nous parle de l'amour qui tel une tempête laisse vide après son passage. C'est lent, langoureux. C'est presque cinématographique,... non en fait, ça l'est!

Bref, un moment hors du temps pour parler de l'amour avec une fin plus que surprenante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Composé de deux parties, de deux personnes : une femme et un homme, le roman "Une nuit particulière" nous entraine à mettre notre vie entre parenthèse le temps de sa lecture ou ce qui fut mon cas, de mon écoute. Deux parties, qui pour ma part, furent inégales et fondamentalement complémentaires : la première centrée sur Aurore où je me suis détachée de ce personnage et une seconde où je me suis abîmée en Simeone et puis au final en Aurore. Tiraillée par ces personnages aux antipodes qui se fondent et que j'ai rejoint.

J'ai vécu la première partie de ce roman comme une psychanalyse de l'abandon, de la rupture avec l'homme que l'on aime, l'homme que l'on désire à travers une nuit avec un autre partenaire, choisi au hasard d'une rencontre sur le trottoir noir Parisien. Paris, justement, ses places, ses restaurants, ses musées, ses hôtels, cette ville lumière est presque un personnage en tant que tel. Et qui dit Paris, dit Parisien. Elle, surtout, avec sa culture élitiste, son besoin de comparaison, ses envies superfétatoires. Ce personnage que j'ai commencé à exécrer qui donne l'impression d'être supérieur. Elle évoque des noms, des mots pour ce plaisir jubilatoire de dire qu'elle les connait. Cette première partie en est rempli et ne me croyez pas jalouse ou amère de ne pas connaitre tel ou tel lieu, tel ou tel personnage, non je trouve juste dégoulinant des références accessibles à si peu de personnes.

Non, je n'ai pas aimé Aurore, ou plutôt la façon dont elle est décrite par l'auteur car trop éloignée de moi jusqu'à ce que ... je comprenne cette femme qui jusque là je ne comprenais pas.

J'entre dans la seconde partie avec le point de vue de Simeone, et là je bascule ... J'ai ressenti comme un lâché prise et Aurore qui jusque là me paraissait inaccessible, a pris du corps, de l'esprit comme si dans les yeux de cet homme les morceaux de vie prenaient place dans le grand échiquier de la vie.

Simeone, triste, isolé, condamné, las, va s'ouvrir auprès de cette femme inconnue et c'est tout simplement beau. Sensible délicat, attentionné, aimant et amant, il va suivre Aurore pour une nuit pour savoir où la vie va le mener. Grégoire Delacourt va s'arrêter régulièrement sur de menus détails (une griffure sur un disque en vinyle, une volute de fumée de cigarette, ...) qui vont donner toute la profondeur au texte, à la scène qui se déroulait devant mes yeux et je ne voulais pas arrêter d'écouter comme hypnotisée, bercée, enlacée par ces mots qui caressaient ma peau, mon corps, mon âme. Ce texte sensuel, sexuel, émotionnellement vertigineux.

Je ne savais plus si je voulais ou non que le jour se lève dans le texte et j'ai écouté ce rythme qui devient effréné comme si l'auteur avait encore tout à dire et pas assez de temps. Ces secondes qui fuient inexorablement, ce sable qui coule sans qu'on puisse l'arrêter vers l'inévitable. J'ai tremblé, j'ai pleuré, j'ai ressenti la douleur, j'ai compris enfin Aurore, son désespoir, sa passion, son incommensurable amour, je l'ai trouvé belle, désirable à travers les yeux de Simeone et j'ai tout arrêté. J'ai retenu mon souffle quelques secondes, j'ai oublié ce que j'avais ressenti lors de la première partie que je n'avais pas apprécié et j'ai compris que c'est parce que je ne l'avais pas aimé et tant aimé la seconde que les opposés s'attirent, fusionnent, vibrent à l'unisson et qu'il fallait que j'en passe par là pour extérioriser par l'écriture de cette chronique cette admiration que m'a procuré ce texte pour cette femme, pour cet homme.

Comme je vous l'ai déjà mentionné, ce texte, je ne l'ai pas lu mais écouté, bercée par la voix de Charles Morillon, envoutante, suave, désespérément attirante, et une fois le dernier mot prononcé, j'ai terriblement envie de le lire cette fois-ci, de redécouvrir ce texte avec mes yeux, arrêter une fois de plus le temps, baigner de mes larmes mes joues et les pages pour qu'elles portent la trace de mes émotions enfouies, trop longtemps gardées et même oubliées.

J'aimerais vous en parler encore et encore pour ne pas me séparer d'eux, pour qu'ils restent encore auprès de moi quelques minutes quelques heures, pour continuer à ressentir cette peine synonyme de vie, je voudrais être égoïste, masochiste de mes propres sentiments, voir le soleil se lever et être seule avec mon amour.

Merci aux éditions #audiolib et #netgalley pour cette découverte qui restera inoubliable

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Aurore et Simeone, deux êtres perdus, au bord de l'abime qui se rencontrent sur un trottoir parisien et décide de passer la nuit ensemble.

Ce sera l'occasion pour chacun de parler de soi, de leur vision de l'amour et du couple - de la vie aussi.

Grégoire Delacourt signe ici, un petit roman tout en finesse sur les sentiments amoureux - thème cher à l'auteur et toujours bien amené et décortiqué.
Ce n'est pas du Romain Gary mais on le touche du doigt, c'est surement pour cela que j'aime beaucoup cet auteur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Genre : Littérature générale
Avis : VERTIGINEUX
Quand un roman vous raconte le vide et l’urgence…
Grégoire Delacourt est l’un de mes auteurs préférés, aussi ai-je demandé aussitôt ce roman sorti récemment en audiolivre. Comme d’habitude, j’ai plongé dans un univers où les émotions sont à fleur de peau, où les sentiments s’expriment, où la vie vibre dans cesse.
Aurore marche dans les rues parisiennes, elle se sauve parce que son mari va la quitter dans la nuit. Simeone est dans la rue lui aussi, il a eu besoin d’air et d’espace. Le hasard les fait se rencontrer et ce qui ne devait être que quelques échanges verbaux se transforme en une relation tout aussi ardente que fugace. Se livrer mais jusqu’où ? Se tenir la main, mais pourquoi et jusqu’à quand ? Que répondre à un « Fais-moi l’amour » ?
La balade dans les rues parisiennes avec les lumières qui s’éteignent au fur et à mesure de l’avancée de la nuit, la rencontre entre deux êtres perdus dans une même parenthèse de recherche d’absolu, les décisions dans lesquelles l’argent n’a aucune importance, la soif de vivre, l’envie de partager la peur du néant, tout est merveilleusement décrit, disséqué, raconté.
C’est le magnifique roman d’une rencontre, de celles qui peuvent tourner au cauchemar ou à l’inoubliable. C’est aussi la nuit durant laquelle un homme va quitter une femme après trente ans d’amour exclusif et inimitable. Comment garder un suspense alors que le pire est annoncé ? Eh bien peut-être parce Grégoire Delacourt nous garde à l’écoute des uns et des autres, nous donne des pistes pour les refermer aussitôt et nous surprend à la toute fin.
Si le texte est absolument renversant, beau et poétique, quelquefois érotique, je dois dire que les voix de Catherine Creux et Charles Morillon lui donnent une intensité remarquable. Elles s’adaptent aux mots, aux situations, se font ardentes ou rauques, et le fait que l’histoire soit racontée par les deux protagonistes aux vies et aux attentes différentes nimbe le tout d’une intensité rare.
Si vous aimez les villes la nuit, si vous aimez que l’on vous parle d’amour fou, si vous croyez au hasard et aux surprises de la vie, laissez-vous tenter par un grand romancier qui lit dans les âmes et les cœurs.
Je remercie #NetGalleyFrance et Audiolib pour le service presse de #Unenuitparticulière

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :