Orchidéiste

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 23 août 2023 | Archivage 23 août 2023
Les Avrils, Littérature française

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Orchidéiste #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Sylvain est orchidéiste. Chaque jour, il prend soin de ses fleurs pour une clientèle exigeante. Des orchidées, il sait tout : la symbolique, l’aventure de leur découverte et les ravages sur la nature de leur commercialisation massive. Aujourd’hui, il aimerait céder sa boutique. Mais dans sa famille, une dynastie d’industriels lorrains, on n’a pas su comment transmettre. Alors, pour mieux habiter l’avenir, Sylvain répare les racines abîmées du passé.

Sylvain est orchidéiste. Chaque jour, il prend soin de ses fleurs pour une clientèle exigeante. Des orchidées, il sait tout : la symbolique, l’aventure de leur découverte et les ravages sur la nature...


Note de l'éditeur

Pour les rédacteurs, merci de publier vos chroniques au plus tôt le 15 août 2023.

Pour les rédacteurs, merci de publier vos chroniques au plus tôt le 15 août 2023.


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782383110248
PRIX 18,00 € (EUR)
PAGES 144

Vos liens

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Le père de Sylvain est décédé alors qu'il n'était encore qu'un enfant, laissant derrière lui un abîme sans fond. Pour trouver du réconfort, il se tourne vers les plantes et finit par devenir orchidéiste dans un petit commerce fréquenté par la classe bourgeoise parisienne. Mais malgré les petits bonheurs, chaque jour est une montagne à franchir : la pression du commerce, des clients, des souvenirs...
Orchidéiste est un premier roman à la fois doux et amère où la blessure d'un deuil s'entrelace à l'histoire et à la beauté mystérieuse des orchidées.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans ce premier roman, Vidya Narine mêle présent et passé ancestral, effleure un avenir bien sombre. Son narrateur est un homme cassé par la vie, une vie qu’il aime pourtant. Son père a brisé la ligne de succession, s’est éloigné de l’acier et du charbon, permettant à son fils de planter les mains dans la terre, de créer des espèces et de caresser du doigt les pétales veloutés d’orchidées exotiques immémoriales. Dans une petite boutique à Paris, il les soigne et crée des hybrides, les confie à des millionnaires en essayant cependant de rester proche de la nature dont elles viennent, des jungles et de l’air émeraude qui les a vues germer la première fois. Malgré tout, l’orchidéiste est usé par les horaires, les contraintes, l’argent à récolter, les livraisons à faire, les commandes à préparer, le goudron brûlant de la capitale. Le suicide de son père est une blessure toujours à vif dans son cœur, un abandon qui semble représenter ce qui le lasse et aspire son énergie, sa sève. Un quotidien qui révolte et qui tue lentement, l’envie et le corps.
L’autrice tâche ainsi de saisir les paradoxes de notre humanité, notre appétence pour la technologie et le métal – les corps solides dirait Joseph Incardona –, et nos racines, notre chair palpitant au même rythme que les forêts où fleurissent les orchidées et où naissent les métaphores de Vidya Narine, diplômée d’un Master de création littéraire. Ainsi, comme dans les premiers romans de Diaty Diallo et de Sarah Bourre, se sent dans ses pages cette attention portée à chaque mot, au souffle lyrique et musical des phrases. Dans ces passages qui germent ici et là, rythmant chaque chapitre d’Orchidéiste, elle rapproche l’homme de son écosystème originel, multipliant les paréidolies, les parallèles discrets entre végétaux et bipèdes, créatures d’un autre temps et êtres humains.
Ses chapitres sont brefs et s’éloignent d’une monotonie temporelle, d’un quotidien morne. Certains replongent dans les eaux profondes, celles qui ont ballotté les caravelles et porté les espoirs de Charles Darwin, si peu de temps avant l’apogée industrielle, la croissance des grandes firmes qui aujourd’hui encore font leurs les merveilles de la nature qu’ils ont déjà commencée à détruire – l’autrice évoque l’industrie de la mode qu’elle connaît bien, ayant travaillé en son sein pendant de nombreuses années. Entre conscience environnementale et poésie métaphoriques, Vydia Narine souligne des contradictions, donne à réfléchir sans offrir de réponses. Ce qui pourrait sembler être un manque de consistance est en réalité davantage une invitation à penser, à s’immerger dans les sous-sols où dorment encore les vestiges des civilisations passées, leurs erreurs et leurs réussites, à prendre exemple et à tirer leçon tout en revenant à ces sylves où nous vivions, désintéressés.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Sylvain Du Bois des Aulnays est orchidéiste. Après un CAP de pépiniériste, il découvre un peu par hasard la petite boutique d'orchidées de Yannick. Cinq ans plus tard, ce dernier la lui cède. Aujourd'hui, Sylvain voudrait bien passer la main, mais dans la famille, on ne sait pas transmettre. Comme pour y trouver une solution, Sylvain plonge dans son histoire et dans celle des orchidées.

Orchidéiste est un roman original, déroutant, et très riche. Il nous entraine à la fois dans l'histoire familiale du personnage, dans celle des orchidées, et aussi un peu à la croisée des deux. Comme si les racines des orchidées et celles de l'histoire familiale de Sylvain s'entremêlaient sans qu'il soit possible de les séparer. L'autrice brosse à grands traits (le roman est très court) l'histoire des orchidées, souligne l'impact de leur culture de masse sur l'environnement et glisses quelques anecdotes amusantes sur les riches clients de Sylvain. C'est un roman agréable à lire et qui ravira les passionnés de botanique et les curieux.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

" Chez l’ostéopathe. En caleçon, pieds nus sur le carrelage du praticien qui pose ses doigts sur mes muscles et mes nœuds, je réalise que j’ai attendu bien trop longtemps avant de venir. Mais trouver un spécialiste, lui téléphoner, décider d’un créneau, cela prend des minutes voire des heures, et moi je n’en ai pas. « Vous avez des symptômes d’accidenté de la route », dit l’ostéopathe. Quelque chose en moi s’effondre."

Sylvain a tout donné à son travail depuis une quinzaine d'années, ce travail qui l'a rendu adulte, qui lui a fait découvrir le monde.
Alors comment un jour que l'on se croit indestructible, intarissable, puissant, le corps souffre et craque d'usure. Après quoi l'humain court-il ?
Tant de question se posent à Sylvain....
Parviendra-t-il a vivre autrement ? Quitter sa boutique ? L'a transmettre ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je referme ce livre avec la désagréable impression de ne pas lui avoir accordé toute l’attention qu’il mérite.
J’ai en effet, eu certaines difficultés à m’intéresser aux orchidées qui constituent dans toutes leurs variétés, l’essentiel du roman.
Même si je trouve ces fleurs particulièrement belles, leur histoire m’importe peu.
J’ai cependant aimé suivre Sylvain, « L’orchidéiste » dans sa passion pour son métier. Il préfère rester dans l’ombre de sa boutique, même si souvent il se retrouve confronté à l’univers du luxe par ses illustres clients.
Quelques beaux portraits nous sont proposés comme celui de César dans la Marine nationale depuis vingt-deux ans, il fait partie des « commandos marines » et dirige l’une des 6 unités d’élite. A chacun de ses retours à Paris, il vient dans la boutique de Sylvain choisir une orchidée pour son épouse.
Léna fait aussi partie de cette galerie de personnages qui se déploie aux milieu des orchidées. Elle est Russe, richissime, se déplace avec ses enfants et son personnel en suivant les défilés haute couture autour de la planète. Sylvain l’observe et l’admire le monde qui les sépare.
« Je crois que je n’ai jamais vu de jambes aussi longues. Interminables et polies, une sorte d’ivoire. Voilà, ce sont des défenses, celles d’un animal insaisissable. »
J’ai aimé m’introduire au sein de la prestigieuse maison Guerlain pour découvrir quelques secrets de fabrication de la gamme « Orchidée impériale ».
Vidya Narine signe un roman original avec de beaux personnages, l’écriture est agréable et élégante.
J’ai regretté cependant la place trop importante consacrée à la culture des fleurs qui ne m’a pas vraiment intéressée.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

#Orchidéiste #NetGalleyFrance
Merci encore à Netgalley France et aux Editions Les Avrils de m'avoir permis de lire ce lire en avant première.
Il paraitra le 23 Aout prochain.
Ce roman nous parle de Sylvain, de sa passion pour les orchidées, de sa très grande connaissance de ces plantes, de leur nature forte et résistante. Toutes ces qualités pour mieux présenter le parallèle vis à vis de sa famille paternelle, une famille aristocratique lorraine, obnubilée par la transmission de l'entreprise familiale d'acier, mais qui à part cette entreprise n'ont jamais rien su léguer, de même pour son père qui lui non plus ne lui a rien transmis.
Sylvain voudrait pouvoir remettre sa boutique d'orchidées entre d'autres mains, tout en désirant léguer son savoir au nouveau repreneur, mais pour léguer, transmettre, il faut avoir eu, appris, et ce n'est que dans l'existence d'une famille, et à travers les racines que peut se faire le passage.
La plume de Vidya Narine est fluide et poétique parfois, elle fait preuve d'une grande connaissance des orchidées, de la production industrielle, mais aussi et surtout des qualités de survie que certaines espèces ont mis en œuvre, notamment pour la pollinisation. Une histoire simple et profonde, une leçon de vie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre surprenant par son thème. Les orchidées sont vraiment au coeur de ce roman. Vues par notre héros dont il en a fait son métier, vues également par l'histoire et la culture de cette fleur particulière. L'écriture est délicate, parfois poétique. Malgré tout, il est à mon goût trop axé sur l'orchidée, qui personnellement, me touche moins que le parcours d'un homme.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre que j’ai beaucoup aimé, original, très bien écrit. C’est un premier roman, court mais ambitieux qui ouvre de nombreux axes de lecture. Je remercie les éditions Les Avrils et NetGalley de m’avoir fait découvrir Vidya Narine qui est également poétesse.
Sylvain Dubois est devenu orchidéiste un peu par hasard. Il est d’un milieu de riches industriels mais comme son père il n’a pas suivi la voie de ses ancêtres et a fait un CAP horticulture. Entré par hasard dans un magasin d’orchidées, il y resté comme vendeur puis propriétaire. Aujourd’hui il est usé physiquement par le métier et souhaite trouver un successeur, tâche difficile. Le suicide de son père, dépressif, lorsqu’il avait 13 ans, l’a beaucoup marqué.
J’ai beaucoup aimé la forme du roman en patchwork. Des souvenirs d’enfance, des informations scientifiques sur les orchidées : leur culture, leurs introductions en Europe par Vacherot et Lecoufle, le rôle de Guerlain dans la préservation des orchidées en Chine. Ce sont des passages érudits mais brefs. L’autrice arrive vraiment à transmettre l’ambiance de ce milieu d’orchidéistes passionnés par ces fleurs extraordinaires. On découvre aussi ses clients souvent riches mais qui partagent cette passion. Des chapitres au nom évocateur : racine, sève, pollen …
Un ton tout en douceur, nostalgique et sensible.
Les Avrils présentent ce roman en disant « Alors, pour mieux habiter l’avenir, Sylvain répare les racines abimées du passé » ce qui le résume très bien.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voilà un roman qui sort de l’ordinaire. L’autrice est diplômée de l’Ecole du Louvre et a travaillé 15ans dans les métiers de la mode et du luxe , ce qui explique peut-être cette attirance pour la fleur d’exception qu’est l’orchidée et pour ceux qui les collectionnent ou les désirent pour orner des maissons cosssues. (une fleur de pissenlit n’aurait certes pas fait l’affaire ).
J’ai un peu cherché où allait l’auteur, mais j’ai surtout été captivée pas seulement par l’histoire de Sylvain qui est l’ossature du livre, mais par la connaissance de Vydia Narine sur ces fleurs mystérieuses, le berceau, le terreau de leur naissance, et par leur rareté dévoyée par un capitalisme effréné qui fait qu’en Europe d’immenses nurseries en « fabriquent ».
Au moment de transmettre sa boutique, Sylvain, aristocrate déchu du fait du refus de son père de perpétrer une lignée de grands industriels , ne sait pas trop comment s’y prendre, faute de transmission personnelle. Il raconte le bonheur qu’il a eu dans ce métier fatigant d’orchidéiste et dans son art de l’hybridation.
J’ai appris qu’il existait 30000 espèces au moins d’orchidées de par le monde, que celles que je préfère , les phalaenopsis blanches , ne sont que de la roupie de sansonnet et que chez Guerlain on abuserait peut-être un peu des vertus de la fleur pour vendre la crème « orchidée impériale »à un prix stratosphérique (un compte à régler peut-être dans l’univers du faire- valoir). Déception donc, mais heureuse de cette lecture enrichissante.
Merci aux Edts Avrils et à Netgalley pour cet envoi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Sylvain Dubois est orchidéiste, un peu par hasard au départ, puis par vocation et amour de la plante... Il a laissé tomber sa particule et a repris la boutique de Yannick, qui l'a formé il y a déjà longtemps. A présent, il forme à son tour pour transmettre son savoir à Hugo.
Dans ce très court roman, nous suivons le quotidien d'un patron orchidéiste en parallèle de l'histoire des découvertes autour des orchidées. Vidya Narine nous propose aussi une galerie de portraits, dans l'intimité des commandes et livraisons des client.e.s atypiques, souvent riches et parfois célèbres.

Mon avis sur Orchidéiste est très mitigé. J'avoue que je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages, malgré mon intérêt pour le sujet (j'adore les orchidées), ni à voir où l'autrice voulait en venir. Je ne pensais pas qu'un ouvrage si court prendrait autant de directions différentes. Il est question d'orchidées, bien sûr, de leur histoire et des découvertes à leur sujet, mais aussi de deuil et surtout, de transmission : transmission d'héritages, de savoir-faire, d'idées, de fond de commerce... Vidya Narine aborde aussi des sujets actuels (les réseaux sociaux et les média, la Russie et la guerre en Ukraine).

Le roman est très bien écrit, dans un langage parfaitement maîtrisé - peut-être un peu trop ? En effet, le vocabulaire spécifique a compliqué mon expérience de lecture car plusieurs mots relatifs à l'entretien des plantes ne sont pas explicités (et inconnus aussi du dictionnaire de ma liseuse Kobo). Beaucoup de termes auraient largement mérité une petite note de bas de page pour faciliter la compréhension du texte. le rythme est plutôt tranquille, même si les histoires s'enchaînent rapidement.

J'ai donc aimé les sujets abordés et apprécié le style très littéraire, pour autant, j'ai l'impression d'être "passée à côté" de l'essentiel. Je lirai avec plaisir un autre ouvrage de l'autrice pour parfaire mon opinion.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nouveau roman de la rentrée littéraire et bonne lecture que ce premier roman de Vidya Narine.
Voici le résumé de l'éditeur:
Sylvain est orchidéiste. Chaque jour, il prend soin de ses fleurs pour une clientèle exigeante. Des orchidées, il sait tout : la symbolique, l’aventure de leur découverte et les ravages sur la nature de leur commercialisation massive. Aujourd’hui, il aimerait céder sa boutique. Mais dans sa famille, une dynastie d’industriels lorrains, on n’a pas su comment transmettre. Alors, pour mieux habiter l’avenir, Sylvain répare les racines abîmées du passé.

Orchidéiste... je dois avouer que ce nom m'était inconnu et bien qu'aimant beaucoup les orchidées et possédant un bel ouvrage sur celle-ci ( non lu) je ne connaissais pas grand chose sur le sujet.
Entre roman et documentaire, l'autrice très érudit nous renseigne sur l'histoire des orchidées mais pas seulement.
En effet notre héros nous raconte aussi ses clients qui passe la porte de la boutique et réfléchit à sa vie et à ses racines.
#vidyanarine #orchideiste #orchidee #rentreelitteraire2023
#lesavrils #netgalley #livraddict
#lecture #liresouslacanicule

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :