Une promesse de givre

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 12 janv. 2023 | Archivage 15 janv. 2023

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Unepromessedegivre #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Dans la taïga, une sœur et un frère sont séparés lorsque leur clan nomade est attaqué par des marchands d'esclaves.

Leythe, égarée après avoir fui, cherche à survivre dans les immensités glacées.

Eonak, soumis à l’emprise du meneur des esclavagistes, cherche à protéger son identité qu'on voudrait mettre en pièces.

Ils ont promis de se retrouver. Mais le pourront-ils ? Et au bout des épreuves et des sacrifices, le voudront-ils encore ?

Plongez au cœur d’une taïga imaginaire et de ses mythes, où chaque jour est une lutte pour survivre !

Dans la taïga, une sœur et un frère sont séparés lorsque leur clan nomade est attaqué par des marchands d'esclaves.

Leythe, égarée après avoir fui, cherche à survivre dans les immensités glacées.

...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782381671291
PRIX 18,90 € (EUR)
PAGES 448

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Un livre plein d'aventures, de péripéties et de batailles qui nous raconte comment des frères et sœurs se sont perdus de vue lors d'une attaque par le clan ennemi. C'est plaisant à lire, on ne s'ennuie pas et on est totalement dépaysé. Un bon petit roman pour l'hiver !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans ce roman, nous sommes projetés sur les terres enneigées de la Taïga. Eonak et Leythe font partis d'un clan nomade, qui se base sur des traditions très étroites avec le respect des esprits et l'art du combat. Lorsque leur campement se fait attaquer par un autre peuple, les Tahoris, plus rien ne sera comme avant pour les deux adolescents : leur mère se fait tuer dans les bras d'Eonak et Leythe se trouve à devoir fuir autant vite que possible. Le jeune guerrier est pris en otage par les Tahoris, dont le but est de marchander son clan en tant qu'esclaves. Pendant ce temps, sa sœur prend la fuite avec deux autres personnes du clan, mais elle remarquera très vite que le froid et la Taïga ne pardonnent pas d'erreurs. Dès lors, chacun d'eux devra faire face aux dangers des contrées gelées et aux violences des Tahoris, en espérant un jour se retrouver.

Je suis heureuse de pouvoir vous parler plus en profondeur de ce roman que j'ai beaucoup aimé. Au départ, nous sommes directement plongés dans l'action due à l'attaque des Tahoris. On ne comprend pas directement tout sur les personnages et on apprend seulement au fur à mesure ce que Leythe et Eonak ont vécu au sein de leur clan nomade et les détails de leur rapport familial avec leurs parents. L'histoire explore principalement trois sortes de liens : les liens familiaux, les liens avec leur identité et les liens avec leurs croyances. L'autrice, Marine Sivan, a fait un travail incroyable en développant ces liens et en les mettant en relation entre eux. Eonak et Leythe se trouveront face à des situations qui mettent en questions leur vie avant l'attaque, leur vision sur le nomadisme et leur rôle dans la vie. Chacun des deux adolescents va vivre son expérience personnelle et grandir avec les événements qui vont faire en sorte qu'ils se questionnent sur qui ils voudraient être, sans les contraintes de leur ancienne vie. Le roman est ainsi très profond, axé sur la découverte de ces liens, qui nous font aussi nous questionner indirectement sur nous-même. Pour conclure, je vous conseille vraiment la lecture de cette histoire très touchante et j'espère qu'elle vous enchantera autant qu'elle l'a fait pour moi !
Je voudrais encore remercier de tout cœur Scrineo de m'avoir donné l'occasion de réaliser mon premier service de presse et Marine Sivan pour la découverte de son univers. J'espère pouvoir refaire ce genre de collaborations dans le futur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une lecture vraiment sympa!
L'histoire de Leythe et Eonak est celle d'un frère et d'une soeur nomades, nés dans une famille déchirée, qui s'apprête à devenir une tragédie. Séparés après une attaque, on alterne entre le point de vue de Leythe, déterminée à être une meneuse et protéger son peuple après des années qu'elle a passé cachée, et celui d'Eonak, jusqu'ici guerrier et mener, qui commence à douter de ce qu'il veut. On est alors invités à découvrir comment iels luttent, de manière aussi bien physique que psychiques, pour se trouver et de retrouver.
Si l'histoire peut être un peu longue par moment, l'écriture poétique compense suffisament pour garder la lecture agréable. J'étais juste un peu déçue de la fin, qui m'a parue un peu brusque dans sa manière de conclure les différents conflits. Tout est allé un peu vite, et j'ai un peu de mal à accepter que tout se soit terminé aussi rapidement après tant de tension!

[spoiler]Je tiens à le noter parce que ça a été une agréable surprise : Leythe est lesbienne, et ce n'est jamais traité comme un sujet majeur de son identité ou un conflit dans le récit. Elle est juste elle. Je ne dis pas que je n'aime pas quand la sexualité d'un personnage est un sujet central ; je trouve juste que certain.e.s auteur.e.s ont tendance à baser les personnages queer uniquement sur le fait qu'iels sont queer. Accessoirement, lui donner un "love interest" avec lequel sa relation n'est pas encore figée à la fin, oui!! C'est quelque chose qui manque souvent en fiction, et ça faisait tellement de sens avec l'histoire... Vraiment, le personnage de Leythe était un pur plaisir du début à la fin. [/spoiler]

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai adoré découvrir ce livre, idéal en période hivernale !
Les personnages sont hauts en couleur et originaux. On retrouve Eonak et Lythe, deux frères et soeurs appartenant à une tribu nomade. Celle-ci a été attaquée par un peuple marchand d'esclaves et les deux sont séparés. Sur son lit de mort, leur mère fait promettre à Eonak de prendre soin des autres. Mais ce dernier ne semble pas avoir les épaules pour maintenir cette promesse... J'ai adore le personnage d'Eonak, avec ses forces et ses faiblesses. J'ai eu un peu plus de mal avec Leythe, en revanche. Il y a une romance en second plan.
C'est un beau roman parlant de loyauté et de fraternité. Une excellente découverte !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai beaucoup aimé ce livre. Il se lit vite mais aborde tout de même le sujet complexe de la quête d'identité. On voyage dans la taïga en plein hiver, les paysages sont très beaux et les légendes tout autant. Malgré cela le livre parles d'esclavagisme, les sujets abordés eux ne sont pas jolis. Le livre est assez dur a certains moments, mais ça ne m'a pas du tout dérangé bien au contraire. On suit Leyth et Eonak deux frères et sœurs, l'un kidnapper par les Tahoris et l'autre qui a réussi à leur échapper mais qui fera tout pour réunir sa famille et son peuple. Il y a les deux points de vu et c'est intéressant de voir l'évolution des personnages. Au départ je détestais Eonak mais j'ai finis par beaucoup l'apprécier au vu de ses réflexions et des secrets qu'il libère. Je suis déçu de ne pas avoir vu la relation de Leyth et Sakari éclore pour de vrai mais elle est très bien amenée ! Bref un joli livre pour l'hiver, moment de l'introspection ! ❄️

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Entre la couverture et le titre, nul doute que ce roman était parfait pour une lecture d'hiver ! J'ai donc plongé dans la Taïga avec mon blouson et mes bottes pour suivre l'aventure de Leythe et Enoak.

Tout commence lorsque ce groupe nomade subit une attaque par un autre groupe. Dès lors, il n'y a que trois issues possibles : mourir, fuir ou se faire capturer par l'ennemi. La mère de nos deux héros va succomber dès les premières pages, aussi Enoak se donne pour mission de retrouver sa sœur et de la mettre à l'abri. Cette dernière a réussi à monter sur un radeau et, accompagnée d'un couple, elle fuit les lieux du combat. Enoak, resté sur place, va combattre, mais finit par se faire capturer. Dès lors nous suivons en alternance le récit de la survie de Leythe, confrontée aux affres de la Nature et du froid, et d'Enoak, capturé afin d'être vendu en tant qu'esclave.

Dans ce périple, rien n'est rose. La mort, la souffrance et les remises en question ponctuent ce récit. Quand certains se découvrent une combativité qu'ils ne pensaient ne pas posséder, d'autres apprennent à réfléchir différemment, à apprendre de leurs erreurs, à faire des sacrifices pour le bien commun... C'est un récit intense dans ce qu'il apporte comme idées et valeurs, toutefois, le rythme ne m'a pas apparu assez soutenu. Dans un contexte où la mort guette à chaque instant, j'attendais un peu plus de tension pour faire défiler les pages sans discontinuer. Malgré cela, j'ai beaucoup apprécié le récit et notamment le personnage de Leythe qui se révèle dans l'adversité tout en apprenant l'humilité. Son frère m'a un peu moins séduite, même si j'ai trouvé sa construction bien pensée, il ne m'a pas provoqué autant d'empathie que sa sœur même si la plume de l'auteure apporte beaucoup d'émotions.

Au final, c'est une belle immersion dans la taïga, à la rencontre des valeurs du nomadisme où les violences familiales ont une place centrale dans le récit pour voir comment cela peut influer le personnages dans leurs choix futurs, notamment lorsqu'ils sont de nouveau mis face à de la violence. On parle d'esprits, d'esclavagisme, mais surtout des croyances des différents peuples.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

De suite attiré par la délicieuse couverture de ce roman, son résumé, riches de promesses d’évasion et aventures, a fini de me convaincre de tenter ce partenariat avec la plateforme Netgalley et bien que sans en manquer, j’ai davantage été surpris par l’orientation réalisée par Marine Sivan.

En effet, Une promesse de givre se dessine un merveilleux récit d’introspection et une véritable histoire de vie dans laquelle tout les fondations semblent à reconstruire. Suite à différents conflits entre les clans dominants l’impressionnante et envoutante forêt que se dessine être la taïga, l’auteure ouvre les portes d’une culture et d’un folklore aussi dangereux qu’enchanteur mais aussi philosophique que hiérarchique. J’ai de suite été envoûté et séduit par l’ambiance mystique et un brin animisme auquel j’ai été plus que sensible et réceptif. Ainsi, j’ai fortement été séduit par le méticuleux soin apporté dans la construction de l’univers de cette dernière qui se veut être une véritable peinture chatoyante et dépaysante à souhait. Tout en évasion, j’ai découvert de merveilleux et hostiles contrées et autres paysages que j’ai adoré visiter tout en découvrant les traditions de ces peuples au plus proche de la nature. De véritables émotions sont venues m’accompagner et me faire vibrer lors de cette immersion plus que largement réussie au cœur de ces régions sauvages et glaciales. Il faut dire que Marine Sivan dévoile un style percutant et extrêmement saisissant. En quelques pages à peine, sa plume visuelle m’a de suite happé par ce délicieux conte initiatique et cette savoureux œuvre contemplative dont j’ai savouré chaque descriptions et autres minuties.

Avec philosophie et poésie, cette dernière met en place une sorte de huis clos oppressant et dont le sentiment d’emprisonnement se lève au fil des pages. Un étrange mais délicieux sentiment de liberté est finalement parvenu à s’initier en moi et j’admets avoir adoré cette impression d’inconfort puis, de familiarité qui s’est installé au fil de ma lecture. Ainsi et avec intérêt, j’ai suivi l’évolution puis la transformation ainsi que l’élévation de nos deux principaux protagonistes. Tous deux se dévoilent de profonds personnages, à l’élaboration et à la construction abouties, ainsi qu’à la psychologie torturée et écorchée plus que finement travaillée. Ces derniers devront parvenir à se déconstruire pour se reconstruire dans le but de réussir à s’émanciper des traditions pour parvenir à s’épanouir librement dans l’univers face auquel ils pensaient détenir tous les tenants et les aboutissants. Accompagnés de véritables guides spirituels, Leythe et Eonak devront faire face à de nombreuses incertitudes et verront leur vision du monde de nombreuses fois ébranlée. Finalement et bien que ce situant dans un continent froid et hostile, cette savoureuse et captivante quête philosophique a fortement raisonné en moi et j’ai plus qu’apprécié suivre notre fratrie dans cette exil spirituel dpnt je regrette seulement une finalité qui m’a semblé un léger abrupte et je n’aurais pas été contre davantage de chapitres tant ce roman détient une puissante dimension dans ses sujets traités et ses relations élaborées.

C’est pourquoi et quand bien même je m’attendais à une aventure en plein cœur de contrées sauvages, je suis plus que ravi de ma découverte tant Une promesse de givre se dévoile une véritable histoire de force et de vie que j’ai adoré parcourir. Entre espoir, promesses et dualité c’est un merveilleux conte initiatique que dévoile Marine Sivan au cœur d’un univers intimident de par ses impressionnantes contrées et son envoûtant folklore, tous deux portés par d’écorchés et aboutis personnages.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion du Cold Winter Challenge – 2022 : Menu Marcher dans la neige – Catégorie Pomme de pin.

Cette lecture a été réalisée à l’occasion du Défi : Un hiver au chalet 2022 – Catégorie lecture : Wli Bpon!

Cette lecture a été réalisée à l’occasion de mon partenariat avec les éditions Scrinéo via la plateforme Netgalley.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman fantasy de grande envergure, le parcours initiatique de deux jeunes nomades qui doivent aller jusqu'au bout d'eux-mêmes pour découvrir qui ils sont vraiment.
Eonak promet à sa mère qui se meurt lors d'un raid de Tahoris sur le clan des nomades qu'elle dirigeait, qu'il sauvera leur clan. Difficile promesse à tenir mais pour le jeune nomade cet engagement devient le fil conducteur de sa vie. Il retrouve d'abord sa soeur, Leythe, sur le champ de bataille, qu'il envoie sur le fleuve pour qu'elle puisse s'enfuir. Quant à lui, il est fait prisonnier par les Tahoris qui viennent d'un pays lointain et font des razzias pour s'emparer des nomades qu'ils vendent comme esclaves aux plus offrants pour s'enrichir. Comment tenir une promesse dans de telles conditions?
J'ai apprécié ce roman fantasy où les batailles terriblement sanglantes jouxtent les analyses de soi et les réflexions des deux jeunes héros, un frère et une soeur. Le choix narratif d'alterner les chapitres avec les aventures des deux personnages principaux est très pertinent. En effet, on a hâte de passer de l'un à l'autre et de revenir vers celui ou celle que l'on a quitté.e afin de savoir ce qu'il leur arrive. Une histoire prenante, des personnages qui se posent des questions, se remettent en question, se cherchent, des personnages faire-valoir face à eux, tous ces éléments emmènent le.a lecteur.trice sur un long parcours initiaque sans temps mort où règnent l'incertitude, la violence et la peur. Je découvrais l'autrice, j'ai très envie de lire son premier roman. A lire!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dès les premières pages le ton hivernal est donné par l'autrice ! L'ambiance de la taïga est parfaitement rendue grâce aux descriptions tout au long du récit.
L'alternance des chapitres entre ces deux points de vue (du frère et de la sœur) donne un rythme intéressant au récit puisque ils ont chacun un point de vue totalement différent sur leur vie de nomade.
Leur psychologie est un autre point fort du roman. On se rend compte à quel point leur histoire familiale les a (dé)construits et on assiste à leur combat pour se défaire de cette violence (physique ou psychologique). J'ai adoré le fait que cette même mémoire traumatique ait pu les impacter de façon si différente. le fil rouge de la "violence qui gangrène" notamment avec le point de vue du frère était passionnant à suivre.
J'ai aimé que l'auteure aborde le nomadisme et sa fragilité apparente face à la sédentarité qui grandit, l'esclavagisme, les croyances et la quête d'identité.
Une belle histoire et une belle écriture parfaite pour les soirées d'hiver !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Conte initiatique. On suit l'évolution incroyable des deux principaux personnages à travers une alternance de point de vue qui rythme le récit. J'ai beaucoup aimé voir ces deux personnages évoluer et se révéler malgré les violences subies et la difficulté de leur quête.
On aborde ici entre autres, les violences familiales, les relations toxiques, la difficulté de vie liée au nomadisme, l'affirmation de soi, ...
La plume de l'autrice est immersive. Les paysages sont superbement décrits, on est plongés dans le froid hivernal de la Taïga où l'on ressent la morsure du froid, le craquement du givre.
J'ai beaucoup aimé découvrir la culture de ces peuples nomades, leurs croyances, leurs us et coutumes, leur histoire, leur rapport respectueux et fusionnel avec la nature.
Cependant j'ai été assez surprise par la violence de certaines scènes très bien décrites elles aussi. Roman jeunesse à partir de 13 ans, et public averti.

Citations
Même un monstre pouvait construire une famille.

Elle chanta pour obtenir la bénédiction des esprits. Elle chanta le renouveau de la forêt. Elle chanta sa liberté et sa culture. Elle chanta la vie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

« Jure moi que tu les protègeras »

J’ai adoré la psychologie de notre fratrie : combatif, intéressant et déchirant.
Mais aussi les flashbacks qui nous permettent d’en savoir plus sur leur enfance…. Ans rallonger la lecture et perdre de vue l’intrigue principale.
Les chapitres qui alternent entre le point de vue d’Eonak et de Leythe donne un certains rythmes.
Les peuples sont bien créés avec leur croyance, coutumes, langage….

Et j’ai aussi apprécié l’écriture de l’autrice, surtout lors de description des paysages et des explications des croyances, histoire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

De suite attirée par la couverture et le titre. Je me suis plongée très rapidement dans ce roman.
On suit la lutte de deux personnages, une soeur et un frère, séparés après l'attaque de leur clan., Ils vont lutter pour leur vie, pour celle de autres, mais aussi pour la sauvegarde de leurs coutumes, de leur culture, afin de sauver tout ce qui peut l'être de ce qu'ils sont. On est plongé au cœur de la Taïga, dans le froid, à l'aube du printemps. La description des paysages permets une très bonne immersion.

Chacun de leur côté les personnages vont grandir, vont trouver ce qu'ils veulent ou ne veulent plus. Ils vont tisser des liens qui vont les changer.

Chaque personnage de ce roman est plein d'un force et peut-être source de leçons à retenir à l'avenir.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Leythe, moins celui d'Eonak qui m'a souvent agacée par son attitude, même si la Psychologie du personnage explique son comportement.

Ce roman parle d'esclavagisme, de Traditions, de Culture, de connaissance et découverte de soi.

Si je devais lui faire un reproche, j'aurais aimé un peu plus de tension, je n'ai pas vraiment craint pour la vie des protagonistes malgré leur situation pourtant incertaine.
Le roman ce lit bien, l'écriture et fluide, immersive, les personnages ont un caractère bien définis qui ne laisse pas indifférent.

Je conseille cette lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Entre espoir, promesses et dualité c’est un merveilleux conte initiatique que dévoile l'auteur, j'ai tous particulièrement adoré les personnages et le fils conducteurs. Une histoire aboutit qui donne envie de le relire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai tout d'abord été attirée par la couverture glaciale de ce livre. Glaciale au sens propre du terme qui renvoit au froid mordant de l'hiver ainsi que cette forêt au loin. J'apprécie tout particulièrement ce genre d'ambiance lors d'une lecture. D’ailleurs, nous sommes actuellement en grande période hivernale, cette lecture n'en est donc que plus douce à bien des égards.

Nous suivons Leythe et Enoak qui sont frère et sœur et qui vont se retrouver séparés suite à un assaut ravageur de personnes mal intentionnées faisant du trafic d'humains, pour les vendre en tant qu'esclaves. Ces personnes sont le clan Tahoris.
Leythe se retrouve perdue dans cette immensité glaciale et terriblement frigorifiante, tandis qu'Enoak a été capturé.
L'un comme l'autre, ils vont devoir apprendre à survivre de deux manières distinctes : l'un face à cette contrée sauvage avec ce climat pour le moins réfrigérant, et l'autre face à l'animosité et la violence du clan des Tahoris.
Pourront-ils un jour avoir la chance de se retrouver enfin et reprendre le cours de leurs vies dans de meilleures conditions? Nous le découvrirons donc dans cette histoire.

Étant particulièrement friante des récits de survie et de l'incroyable agilité et force mentale et physique que cela requiert, je ne pouvais qu'être "servie" avec ce livre. Nous suivons ces deux adolescents issus de la même fratrie qui, par un coup du sort malheureux, vont devoir apprendre à survivre dans des environnements plutôt compliqués voir plus qu'incertains. Au-delà de ces histoires de survie. Nous naviguons en découvrant les personnages, leurs croyances, leurs liens familiaux, leurs vies avant toute cette agitation.

Qui dit "survie" dit nécessairement "épreuve de vie", par conclusion (très souvent) : exploration de soi, de ses ressources intrinsèques et même de ressources que l'on ne pensait pas avoir en nous. Les protagonistes principaux vont évoluer avec les différentes embûches qui sont mises sur leurs chemins tortueux. Pour avancer, il va falloir du courage et une bonne dose de vivacité et de maturité.

Je crois sincèrement que l'autrice a fait un travail remarquable de recherche pour étayer ses propos et ajouter une certaine forme de véracité à son récit qui n'en est que plus enrichissant ( nomadisme par exemple ).

C'est un livre que j'ai beaucoup apprécié, tant au niveau de sa structure, que des personnages, du lien avec leur passé, leur construction puis leur force mise à l'épreuve du froid et / ou de la violence.
Il me paraît recherché et bien construit. C'est une lecture qui se veut à la fois cosy et qui vous tient en haleine.
Je me suis attachée aux personnages et j'ai trouvé leur loyauté, leur envie d'aller plus loin assez émouvante.

Le sujet de l'esclavagisme peut être heurtant pour certaines personnes auxquelles je le déconseille alors ( trigger warning ).
Mais c'est aussi une quête d'identité remplie d'un tas de changements de perspectives qui nous font tout simplement nous questionner, questionner nos choix, prendre des décisions puis evoluer en ce sens.

Je recommande ce roman avec lequel j'ai passé un agréable moment de lecture cocooning.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une belle couverture, un résumé alléchant, un titre poétique qui invite à découvrir le secret qui se cache derrière... Ce livre reçu en SP par les éditions Scrineo via NetGalley avait tout pour me plaire !

Au début pourtant ça partait très mal. Je m'attendais à plonger dans un bain de mythes et de légendes... et je suis tombée sur des scènes rudes et violentes sans l'ombre d'un conte à l'horizon. Douche froide !
Ma première impression était donc assez négative, je n'arrivais pas à accrocher et je peinais à tourner les pages. Je trouvais les scènes trop violentes et le ton général trop lourd, trop sérieux. Il me manquait des passages plus légers pour contrebalancer la rudesse du récit. J'avais l'impression de lire une fantasy adulte plutôt que jeunesse et je me demandais où cette histoire allait me mener.

Fort heureusement, tout s'est rapidement amélioré ! Passé la violence des débuts, les personnages se dévoilent et se livrent à des réflexions sur l'identité, le choc qui résulte de la rencontre de deux cultures différentes, ainsi que la manière d'y réagir. On découvre un peu plus la culture de chacun, ses mythes, ses légendes, ses us et coutumes... A partir de là, même si ce n'était pas ce que je m'attendais à lire, j'ai réussi à accrocher au récit et j'ai dévoré les 450 pages d'une traite ! Pour avoir vécu dans des anciennes colonies, je m'intéresse de près à la manière dont les cultures se rencontrent, s'influencent, s'assimilent ou se rejettent. J'ai apprécié retrouver toute la diversité des réactions et réflexions possibles autour de ces questions à travers les personnages de Leythe, Eonak et Amarok.
Outre une réflexion sur la "grande identité" (celle d'un peuple, d'une culture), l'autrice nous livre aussi une réflexion sur la "petite identité" (celle de tout un chacun). Comment se (re)construire après le traumatisme d'une enfance violente et abusive ? Comment savoir qui l'on est quand on nous a modelé selon les désirs des autres ? Comment savoir ce que l'on veut vraiment quand on a jamais pris le temps d'y réfléchir ? Quand on n'a jamais rien connu d'autre que son cercle restreint ?

En conclusion, je vous recommande cette lecture si vous souhaitez réfléchir à l'identité, la quête de soi, la préservation de la culture. Mais pas tellement pour les mythes et légendes qui ne sont pas le cœur du sujet contrairement à ce j'avais cru comprendre en lisant le résumé.
Le seul point faible de ce livre reste pour moi le manque de légèreté, qui permettrait aux lecteurs de souffler un peu car c'est un récit rude et éprouvant qui nous est livré par Marine Sivan ! A ce sujet, même si le livre est étiqueté jeunesse / ados, je vous le conseille plutôt pour de grands ados (lycée) car certaines scènes sont violentes et les thèmes abordés nécessitent une maturité de réflexion que n'auront pas les plus jeunes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans la taïga, une sœur et un frère sont séparés lorsque leur clan nomade est attaqué par des marchands d'esclaves.
Leythe, égarée après avoir fui, cherche à survivre dans les immensités glacées et recherche en elle sa véritable identité face aux épreuves; Elle trouvera sa voie et sa reconnaissance comme meneuse au sein de son clan retrouvé.
Son frère,Eonak, soumis à l’emprise du meneur des esclavagistes, cherche lui aussi à comprendre et fuir l'emprise passée de ses parents.
Les deux protagonistes de ce roman sont très attachants et la taïga nous envoute.
une écriture riche,prenante. On aimerait s'y perdre pour mieux se comprendre. A lire absolument.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman est un appel au voyage dans beaucoup de sens ! D'abord, nous sommes transporté dans la Taïga, désignant la grande zone arctique au nord du continent américain, comme la partie nord de la Russie. Cette précision est simplement pour montrer la zone assez rude pour la survie, car nous avons toutefois aucun repère géographique connue, pour une neutralité ☺
Nous faisons la connaissance de Eonak et Leythe, frère et soeur, dont le village est attaqué par les Tahoris, un groupe de vendeurs d'esclaves. Pour réchapper au massacre, il faut fuir au plus vite ... Mais dans le feu de l'action et sous le coup de l'émotion, ils sont séparés. Leythe est avec une autre survivante, Sakari. Les jeunes femmes vont devoir usé de tout leur savoir pour retrouver des survivants et par la même occasion, fabriquer et trouver de quoi se vêtir, se nourir tout en faisant leur possible pour échaper aux ennemis.
De son côté, Eonak est resté inconscient avec d'autres membres du clan. Il devient donc un esclave et tentera de trouver une solution pour s'en sortir...


Il y a énormément de choses à dire sur ce roman donc, en essayant de maîtriser mes émotions, je vais faire étape par étape !


D'abord, l'histoire en elle-même. Je dois dire que l'autrice choisit de nous balancer dans le vif du sujet dès les premières lignes, dès l'attaque du clan. Aucune présentation, aucun blabla inutile, on plonge. Eonak est le premier personnage à "prendre la parole" et c'est à travers ses yeux que l'on nous décrit l'acte en lui-même. Divers émotions m'ont sautés au visage : L'incompréhension, puis l'excitation de savoir comment ils vont s'en sortir, la tristesse face aux pertes humaines et un léger sentiment de soulagement quand Leythe arrive à en réchapper pour ensuite avoir ce qu'elle pense être les derniers moments de son frère ... Premier chapitre et bam, mange ça ! Un très bon choix de Marine Sivan qui impose un début de lecture comme un réveil brutal et on a besoin de savoir ce qu'il va se passer ensuite. Une sorte de compassion par le malheur, si je peux dire ainsi, qui nous donne envie de savoir s'ils seront saufs.
Comme vous l'aurez compris, la suite n'est autre que de la survie. Que ce soit physique ou mentale ... Accuser les émotions et surpasser tout ceci pour avancer ... Ce qui nous amène aux personnages ! Pourquoi deux ? Et bien pour montrer que la survie n'est pas que d'une manière. Que l'on soit en petit nombre au fin fond de la taïga sans outils ou alors en petit comité face à un ennemi tyrannique, il faut redoubler d'une force quasi surhumaine pour continuer de vivre.



Je me suis énormément attachés à beaucoup de personnages du roman. C'est assez rare, surtout aussi nombreux. Chacun apporte quelque chose et on sent un grand sentiment de solidarité. Bien sûr, il y a énormément de valeur transmises et surtout par rapport à leur culture. On a beaucoup d'explications sur leur rapport à la vie en général, que ce soit dans la chasse, l'habiement, mais aussi le rapport aux autres. Un respect bien après l'envol de l'âme. J'ai beaucoup apprécié découvrir une autre culture et j'applaudis la cohésion et les recherches de l'autrice ☺
Jusqu'à la fin du roman, des messages sont passés et l'évolution des personnages se fait. Et encore, on peut imaginer bien des choses après, une sorte de fin ouverte que j'apprécie énormément ☺ Si toute ma lecture a été un bourrasque de vent côté fraîcheur (l'ambiance glaciale de la Taïga m'a fait frissoner plus d'une fois et j'envisageais fortement de ramener un plaid et prendre un chocolat chaud !!), cela m'a fait chaud au coeur de pouvoir lire une telle histoire ♥ J'en suis sortie avec le sourire aux lèvres et l'envie de reprendre du début pour ne pas les quitter ....



Un roman qui, malgré sa lecture en format numérique, rejoindra dès que possible ses camarades de mes bibliothèques ☺ et Marine Sivan devient un nom à suivre de très près ♥

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Netgalley et aux éditions Scrineo pour cette lecture. 

Dans "Une promesse de givre", Marine Sivan nous lance une véritable invitation au voyage. Direction la taïga, où on débarque en plain coeur d'une attaque d'un camp nomade par leurs ennemis Tahoris. Eonak et Leythe, frère et soeur survivent à l'attaque mais sont séparés. Lui, prisonnier des assaillants, elle survivante isolée qui doit survivre dans un environnement hostile. 

Ils vont tout donner pour se retrouver et reconquérir leur liberté. 

Ce roman est bien plus qu'une simple histoire d'un frère et d'une soeur, c'est un véritable voyage: voyage initiatique, intérieur, mais aussi un remise en question des valeurs et des acquis. 

En confrontant les manières de vivre de deux peuples que tout semble opposer, l'autrice oblige ses héros à réfléchir à ce qu'ils pensent devoir faire. Un remise en question qui leur sera salutaire. 

Aux travers de personnages attachants s'il en est de nombreux thème de société sont abordés: la solidarité, l'entraide, le poids des traditions, ou encore la quête d'identité, ce roman fourmille pour notre plus grand plaisir.

Car toutes ces questions ne sont pas abordées tranquillement autour du feu, mais en plein coeur de l'action. Cela ne s'arrête jamais. Entre les voyages, les batailles, et le reste, on ne voit pas tourner les pages. On s'imagine sans difficultés la beauté des paysages, tant les descriptions sont précises. 

Un roman très séduisant qui ne résumera pas son lectorat à un public jeunesse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman est une invitation au voyage, nous partons au côté de l'autrice dans les Terres désolées et froide de la Taïga. Nous allons à la rencontre d'un peuple qui va vivre la pire nuit de sa vie. En une nuit, un frère et une soeur deviennent orphelin et sont séparés. Ils vont devoir survivre séparément. Le premier avec les marchands d'esclave qui ont décimés leur camp et la soeur qui a pu s'enfuir mais sa vie est en danger.
Eonak a tout fait pour essayer de sauver sa mère mais le destin en a décidé autrement. Il va voir et protéger sa soeur pour l'aider dans sa fuite mais ce sera trop tard pour lui. Les marchands d'esclaves vont l'emporter loin de son village et de sa seule famille. Il compte bien tenir sa promesse et retrouver sa soeur. Son voyage avec les marchands d'esclave va être vraiment dur pour lui physiquement et psychologiquement mais sa promesse lui permet de tenir.
Leithe est la soeur de Eonak. Elle a réussi à fuir avec certains membres de son village mais des événements vont la séparer du groupe avec deux autres personnes qui sont arrivés depuis peu. Elles vont devoir lutté contre le froid et les divers danger qui seront sur leur chemin. La Taïga est implacable et les victimes seront nombreuses dans cette quête de reconstruction mais elle n'oubliera jamais sa promesse de retrouver son frère et il l'accompagnera dans chacune des épreuves de la Taïga.
La plume de l'autrice est très agréable à lire, elle nous offre un voyage dans sa Taïga imaginaire qui nous transporte dans un pays froid et mortel. Un voyage initiatique et magnifique vous attend dans les pages de ce roman. Nous découvrons la culture des Inuit Nomade et de leurs vies dans ces Terres Froides. Je vous conseille de lire ce roman pour faire ce voyage et savoir si le frère et la soeur vont tenir leur promesse ! Car je ne vous spoilerais pas !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une promesse faite, des étendues glacées, des clans de nomades, l’attaque d’esclavagistes, la perte de la liberté et la lutte pour la retrouver, un frère et une sœur séparés, une identité à construire, des devoirs plus importants que des envies personnelles ? … l’une doit survivre dans ces terres de neige et l’autre doit survivre aux hommes. Y arriveront-ils ?

Je découvrais cette autrice avec ce roman (ce n’est pas son premier) et c’est une très belle découverte. J’ai vraiment apprécié suivre Leythe et Eonak dans leurs aventures ; mais aussi les doutes du jeune homme sur ces conditions de vie, ses croyances et ce que sa mère a mis en place ; ainsi que l’originalité de cette histoire. J’ai très envie de lire son autre roman, enchantée par la plume de Marine Sivan.

Dépaysement garanti
L’histoire racontée et son décor sont le premier point fort du roman. Pour le décor, l’autrice nous plonge dans une taïga gelée que les prémices du printemps réchauffent à peine. Nous sommes immergés dans ce monde, auprès de ces nomades et de leurs mythes.
Pour l’histoire, il y a quelque chose de l’ordre de la construction personnelle, de la quête d’identité. Leythe est un personnage incroyable en ce sens. Seule, loin de la protection de son frère, elle doit survivre dans la neige et le froid. Elle est accompagnée d’une jeune femme pour laquelle elle commence à ressentir quelque chose. Auprès des autres et des situations qu’elle vit, elle acquiert toutes les qualités pour devenir cheffe à son tour.
Leythe et Eonak apprennent et évoluent… chacun a sa manière, et nous assistons à ce phénomène.

Des thématiques fortes
Marine Sivan propose des thématiques fortes, autre point fort du roman à mon sens. Il y a par exemple la violence familiale entre le père qui bat son fils et sa femme, et la mère qui fait tout pour que ses enfants apprennent à se défendre… au point d’être maltraitante à son tour.
Il y a également la relation toxique qui se créé entre Eonak et le chef des esclavagistes, Amarok. Il lui parle d’un autre monde, le sien, et sème le doute dans l’esprit du jeune homme. Ce dernier a fait une promesse et s’y accroche mais il ne reste pas insensible au discours d’Amarok. Cette relation est difficile à cerner : Amarok est-il sincère ou cherche-t-il à manipuler Eonak ?
D’autres thèmes sont abordés (le courage dans l’adversité, le sacrifice pour le bien commun, la remise en question des décisions parentales etc.) mais je vous laisse les découvrir en lisant “une promesse de givre.”

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre intense. La lecture se fait agréablement. Le récit est bien détaillé et pertinant ce qui nous aide a nous plonger dans l'histoire et ses lieux. L'immersion dans le recit, lapproche des personnages ainsi que leur suivit est très interessant. Que ce soit sur le plan de leur évolution dans l'aventure ou dans leurs pensées. Pour moi, un petit bémol sur le fait que parfois l'histoire est trop lente, trop longue. Un petit manque de rythme. On a parfois l'impression que l'histoire stagne.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :