Asterios

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 26 août 2022 | Archivage 18 sept. 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Asterios #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

À la suite d'un acte malheureux, l'architecte Dédale doit s'enfuir en Crète.
Arrivé sur l'île, il découvre que le trône est convoité par trois frères dont Minos. Ce dernier en appelle à Poséidon, dieu des Océans, qui le consacre Roi en échange du sacrifice d'un taureau. Mais le nouveau souverain ne tient pas sa promesse. Furieux, Poséidon provoque un accouplement contre nature entre la Reine et la bête. Un enfant nait de cette union : Astérios, le fameux Minotaure !
Astérios est alors confié à la garde de Dédale qui n'a de cesse d'apporter toute son affection à cet enfant hors normes.

Car, plus que les pulsions meurtrières qui couvent en lui, le Minotaure doit lutter contre l'intolérance du monde des humains qui fait de lui un être perdu dans sa solitude... un monstre !

À la suite d'un acte malheureux, l'architecte Dédale doit s'enfuir en Crète.
Arrivé sur l'île, il découvre que le trône est convoité par trois frères dont Minos. Ce dernier en appelle à Poséidon, dieu...


Formats disponibles

FORMAT GF cartonné
ISBN 9782205088946
PRIX 16,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Mythologie grecque ? Bien sûr qu'il fallait que je découvre cette BD ! En plus, j'avoue avoir un petit faible pour le Minotaure, et cette lecture n'aura fait que le renforcé.

D'abord, un petit mot sur les illustrations, qui sont très réussies et portent à merveille l'ambiance de l'histoire. Attention toutefois, pour les âmes sensibles, certaines images sont assez dures. En même temps, tout n'est pas rose pour le Minotaure...

L'histoire commence dans le labyrinthe, où nous y découvrons Astérios et Thésée, suite à leur affrontement. Le Minotaure lui propose de lui raconter son histoire, intimement liée à celle de Dédale. Nous apprenons donc ce qui a poussé ce grand architecte à quitter Athènes pour la Crète, où il trouvera l'amour, mais aussi la gloire d'une certaine manière.

Cette BD nous offre la vision de l'auteur de ce mythe bien connu, tout en préservant la légende. Ainsi, la naissance du Minotaure se déroule de la façon "connue", mais tout le versant humain, avec la famille, le rejet, l'incompréhension, le harcèlement même, est un sacré plus qui nous est apporté ici. En effet, je vous l'avais dit, tout n'est pas rose pour le Minotaure, qui en plus de devoir jongler entre sa nature bestiale et son côté humain, est loin d'être accepté, hormis par sa sœur, Ariane. En réalité, on se demande qui est le plus un monstre dans cet histoire...

L'émotion est palpable, la détresse d'Astérios aussi. Difficile pour lui de trouver sa place, impossible de se sentir aimé, alors au fond, à quoi bon vivre ? L'auteur aborde des sujets durs d'une manière sensible, qui nous fait réfléchir et nous touche, jusqu'à cette sublime conclusion qui exacerbe nos sentiments.

Vous l'aurez compris, cette BD n'est pas juste une réécriture du mythe, c'est aussi un message puissant, porté par un récit juste et de superbes illustrations. En gros, j'ai beaucoup aimé et je ne peux que vous la recommander !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

De prime abord, nous pourrions penser que tout ou presque a déjà été écrit sur la mythologie et pourtant le duo Serge Le Tendre et Frédéric Peynet, nous propose ici une très belle bande dessinée reprenant le mythe du Minotaure prénommé Asterios dans une version humanisée, psychologique destinée à un public plutôt adulte.
Que ce soit au niveau du scénario ou des graphisme, ils ont réalisé un ouvrage très réussi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dédale doit fuir Athènes suite à un acte malheureux. Il fuit alors en Crête où il reconstruit sa vie. Quand la reine met au monde un enfant à tête de taureau, c'est Dédale qui se voit confier son éducation.
Serge Letendre revisite le mythe du Minotaure du point de vue du monstre. Parce que c'est Asterios le narrateur de l'histoire. Alors en racontant l'histoire de Dédale, il se raconte aussi, à travers sa solitude, l'intolérance dont il est victime et sa monstruosité. Mais son récit montre bien que le monstre n'est pas forcément celui qu'on croit.
J'aime beaucoup la mythologie et suis habituellement avide de récit et adaptation autour des dieux et héros. Alors cet album ne pouvait qu'attiser ma curiosité. Les dessins de Frédéric Peynet donnent corps à ce récit de grande qualité en offrant des décors somptueux et détaillés aux personnages du mythe.
Un album aussi beau qu'intéressant à lire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman graphique intéressant et prenant qui raconte la vie d'Astérios, le Minotaure. L'incipit est assez inattendu puisqu'il présente l'architecte Dédale, homme seul et colérique qui doit fuir Athènes suite à un accident mortel d'un de ses apprentis. Il se retrouve en Crète où il va travailler pour le roi Minos. J'ai apprécié ce roman graphique pour le choix narratif du scénariste qui donne la parole à Astérios, le minotaure; on connaît en général le récit du point de vue de Thésée, le héros qui vient débarrasser la Grèce du monstre sanguinaire. ce changement donne une profondeur au personnage d'Astérios, l'être mi-homme, mi- taureau, il est bouleversant et réfléchi, il connaît à cause de son physique la méchanceté des hommes, leur tromperie. Autre personnage intéressant celui de Dédale qui est le seul (avec sa femme et son fils) qui ne regarde pas Astérios comme un monstre, il est sesible à sa différence et le soutient, s'occupe de lui.
L'écriture est fluide et concise parfois les mots ne sont pas nécessaires alors les dessins prennent le relais et sont très explicites; des couleurs vives et variées s'ajoutent à cette histoire touchante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Thésée se retrouve captif de l'horrible Minotaure.
Mais, à sa grande surprise, la créature, douée de parole et plus humaine qu'il ne le croyait, le laisse en vie.
Mieux, le Minotaure décide de lui faire le récit de sa propre enfance.
Thésée découvre que le monstre n'est pas forcement celui qu'il a en face de lui
Asterios de Serge Letendre et Frederic Peynet est le dernier d'une série de réécritures entamée avec La gloire d'Héra (consacré à Héraklès)
Astérios, qui peut se lire séparément des autres tomes, en est le parfait exemple.

Tout commence avec Dédale, futur concepteur du labyrinthe.
Après un acte criminel commis par mégarde, l'architecte est obligé de fuir Athènes pour l'île de Crête.
Là-bas, il se met au service du roi Minos et assiste aux évènements qui amèneront à la naissance du Minotaure.

D'un point de vue factuel, ce récit est d'une grande fidélité.
Que ce soit l'acte fondateur de Dédale qui amène à sa fuite, son rôle auprès de Minos ou la naissance du monstre (assez typique des récits mythologique), le scénariste n'y apporte quasiment aucune modification.
Il réussit même à mettre en lien, avec facilité, plusieurs mythes en nous rappelant notamment que Dédale est aussi le père d' Icare.

D'un point de vue pédagogique, il ne serait d'ailleurs pas inintéressant de faire lire cette bande dessinée à certains élèves (la mythologie étant au programme des 6eme et cet album étant le plus abordable de la série à cet âge).
Cependant, à aucun moment, il ne simplifie son propos.
Mais il le rend lisible et sans doute plus agréable à lire que les textes en eux-mêmes
Là où Serge Letendre apporte son originalité, c'est dans le traitement des personnages.

Dès l'origine, on sait que les dieux, mais aussi les héros grecs, sont des entités faillibles, en somme humains.
D'une certaine façon, il poursuit cette tradition en l'appliquant à des personnages qu'on ne jugeait que par leur monstruosité.
En donnant un nom au Minotaure, il lui donne aussi une identité et apporte une légitimité à l'histoire qu'il raconte.

Car plus que la destinée de Thésée (qui s'avère davantage spectateur que réellement acteur), c'est celle du "monstre" qui nous intéresse.
En nous la contant, il veut nous faire comprendre comment la légende a modifié la réalité d'Asterios.
Un peu comme pour les récit de Tim Burton ou Guillermo DelToro, le monstre n'est pas celui que l'on croit.

Par ce biais, il fait de la vie du Minotaure une véritable tragédie qui se sacrifie pour les personnes qu'il aime réellement.
Il n'est jamais facile de succéder à un auteur de la trempe de Christian Rossi (dessinateur des 2 premiers opus).
Frederic Peynet débute sa prestation sur le volume consacré à Pygmalion mais on sentait que l'auteur était en pleine transition entre son propre style et une charte graphique à suivre.
L'album était plutôt chouette mais manquait encore un peu de corps.

Sur Asterios, l'auteur a fait de nets progrès.
Beaucoup plus à l'aise et sans doute libéré de l'ombre de Christian Rossi, Frederic Peynet se lâche et gagne en maitrise, notamment dans sa colorisation qui offre une très belle palette.
Les images gagnent en impact et en puissance.
La transition est actée et le travail accompli est juste admirable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un récit qui retrace le Minotaure et son enfermement dans un labyrinthe, on en découvre plus à son sujet avec la plume de Serge et les traits de Peynet, aucun doute sur la beauté de cet album autant par le visuel que par les écrits qu’il contient.
De quoi approfondir une passion ou en découvrir plus que les mythes de notre enfance !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'histoire d'Astérios, c'est la vie du Minotaure, mi homme mi taureau, celui qui terrifiait les hommes et vivait das un labyrinthe dont personne n'était sensé sortir vivant...
Sous forme de BD, ce mythe est très agréable à lire, fluide, coloré.
J'ai beaucoup aimé les échanges entre les personnages principaux.
Vivement que l'auteur en publie une autre

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :