Les hommes ont peur de la lumière

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 5 mai 2022 | Archivage 1 juin 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #DouglasKennedy #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Dans un Los Angeles crépusculaire, le grand retour de Douglas Kennedy au roman noir !

Un après-midi calme et ensoleillé, un bâtiment en apparence anonyme et, soudain, l’explosion d’une bombe.

L’immeuble dévasté abritait l’une des rares cliniques pratiquant l’avortement. Une victime est à déplorer et parmi les témoins impuissants, Brendan, un chauffeur Uber d’une cinquantaine d’années, et sa cliente Elise, une ancienne professeure de fac qui aide des femmes en détresse à se faire avorter.

Au mauvais endroit au mauvais moment, l’intellectuelle bourgeoise et le banlieusard désabusé vont se retrouver embarqués malgré eux dans une dangereuse course contre la montre. Car si au départ tout semble prouver qu’il s’agit d’un attentat perpétré par un groupuscule d’intégristes religieux, la réalité est plus trouble et bien plus inquiétante...

Tout à la fois thriller haletant et chronique d’une Amérique en crise, Les hommes ont peur de la lumière est surtout le puissant portrait d’un homme et d’une femme qui, envers et contre tout, essaient de rester debout.


Douglas Kennedy est né à New York en 1955 et vit entre les États-Unis, le Royaume-Uni et la France. Auteur de trois récits de voyage remarqués, dont Combien ? (2012), il s’est imposé avec, entre autres, L’Homme qui voulait vivre sa vie et La Poursuite du bonheur (1998 et 2001), suivis des Charmes discrets de la vie conjugale (2005), de La Femme du Ve (2007), Quitter le monde (2009), Cet instant-là (2011), Cinq jours (2013), Mirage (2015), la trilogie La Symphonie du hasard (2017, 2018) et Isabelle, l’après-midi (2020), ainsi que son recueil de nouvelles Murmurer à l’oreille des femmes (2014) et son essai Toutes ces grandes questions sans réponse (2016), tous parus chez Belfond et repris chez Pocket.


Traduit de l’anglais (États-Unis) par Chloé Royer.

Dans un Los Angeles crépusculaire, le grand retour de Douglas Kennedy au roman noir !

Un après-midi calme et ensoleillé, un bâtiment en apparence anonyme et, soudain, l’explosion d’une bombe.

...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782714474063
PRIX 22,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Une formidable chronique sociale où le rêve américain a du plomb dans l’aile !
Brendan, la cinquantaine, chauffeur de taxi à Los Angeles a bien du mal à joindre les deux bouts et semble avoir perdu toutes ses illusions. Sa vie bascule lorsqu'après avoir déposé une cliente devant un centre d’IVG, il est témoin d’un attentat perpétré par un groupe Pro-vie auquel appartiennent Agnieska, sa femme, et Todor, son meilleur ami, prêtre et farouche militant anti- avortement. Brendan va devoir faire des choix entre le respect de la loi et ses convictions..

Douglas Kennedy fait le portrait d’une Amérique fracturée avec des sujets qui font écho à l’actualité : l’ubérisation de la société, le droit à l’avortement, la violence faite aux femmes, une culture gangrénée par l’extrémisme religieux et l’argent.
La plume de l’auteur fait toujours merveille. Les premiers chapitres nous racontent le quotidien de Brendan, entre clients irascibles et vie familiale écornée suite à un drame personnel. Après l’attentat, le roman s’emballe et devient un thriller passionnant. l'action s’intensifie au fur et à mesure des pages et rend le lecteur totalement addicte.
C’est aussi le roman d’un type bien, ordinaire, mais mal dans la société trumpienne. Loin d’être un héros, piégé malgré lui, Brendan va pourtant lutter pour ses valeurs et apprendre à se rebeller contre l’autorité. Forcément, comme Brendan, on doit choisir et bien sûr, on prend parti. C’est la force de ce récit.

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour ce nouveau roman de Douglas Kennedy.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Los Angeles. Brendan est chauffeur de taxi pour la plateforme Uber. Il tente tant bien que mal d’ajuster ses finances afin de survivre. Son mariage bat de l’aile et il n’y a que sa fille Klara qui le fait tenir. Un jour, il va prendre pour une course une femme appelée Élise. Lorsqu’il l’a mène à destination, quelques instants plus tard, un homme va commettre un attentat dans ce bâtiment. Brendan va alors apprendre qu’il s’agissait d’une clinique qui pratique l’avortement et qu’Élise assiste les femmes s’y rendant.

Lorsque j’ouvre un roman de Douglas Kennedy, je sais que je vais y retrouver profondeur dans les personnages, ainsi qu’une intrigue captivante. Cet opus ne va pas déroger à la règle, puisque l’auteur a réussi à me maintenir en haleine tout au fil des pages. Il faut dire que Douglas possède un véritable talent à se renouveler à chaque roman. Ici, il signe son retour dans le roman noir.

J’ai été captivée tout au fil des pages, et il est impossible de ne pas s’attacher à Brendan, qui va quasiment porter l’histoire à lui-seul. L’auteur a su en faire personnage très bien dépeint et jamais manichéen. La galerie de personnages secondaires sont très bien décrits eux aussi.

Douglas Kennedy livre ici un roman dans l’air du temps et qui constitue une véritable critique sociétale. L’auteur possède un grand talent de conteur, et j’ai été tenue en haleine tout au fil de cette intrigue, en particulier arrivée vers la moitié de l’intrigue où tout s’accélère.

La plume de l’auteur est addictive. Avec un style simple mais percutant, il a su maintenir mon attention tout au fil des pages. Les chapitres sont de taille moyenne et le récit est narré à la première personne du singulier, sous le point de vue de Brendan.

Un roman noir percutant et captivant, servi par un personnage principal touchant et très bien dépeint. Ce roman est une véritable réussite que je vous recommande.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Oui, ça arrive, Les hommes ont peur de la lumière est un coup de cœur sans avoir la note maximum. Coup de cœur pour cette plongée dans l’Amérique d’aujourd’hui, mais note diminuée à cause d’une intrigue policière dont la fin ne m’a pas convaincue.
Brendan, un chauffeur Uber, raconte ses nuits sans sommeil, sa vie sous tension : au moindre faux pas, il risque d’être éjecté de la plateforme. Une existence précaire, mais qui pourrait l’être encore plus sans ce travail. Le début du livre n’est pas sans rappeler le film de Ken Loach, Sorry We Missed You, un film qui dénonce les ravages de l’uberisation. Et comme dans le film, j’ai été fascinée par la description faite par Douglas Kennedy.
Brendan prend Elise pour une course et la dépose devant un bâtiment qui explose quelques secondes après. Elise est saine et sauve, mais ce n’est pas le cas d’un gardien qui meurt dans l’explosion. Elise est bénévole dans une clinique qui pratique l’avortement, sujet plus que sensible aux États-Unis.
L’histoire est aussi la prise de conscience par Brendan d’un sujet qui l’indiffère même si les positions anti-avortement de sa femme et de son meilleur ami le gênent quelque peu. Mais jusque-là, il préférait éviter les discussions.
J’ai été moins convaincue par l’intrigue policière, peut-être parce que thriller et chronique sociétale vont mal ensemble, ou alors parce que l’intrigue et ses méchants caricaturaux ne sont pas à la hauteur de la critique.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Du pur Kennedy sur un sujet sensible: l'avortement. On retrouve toujours le personnage perdu et désabusé et celui du "sauveur", duo qui fonctionne toujours. Pas le meilleur Kennedy mais la lecture en reste somme toute plaisante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :