Le Château des trompe-l'oeil

Rentrée Littéraire 2022

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 26 août 2022 | Archivage 31 août 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LeChâteaudestrompeloeil #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

1837, baie du Mont Saint-Michel. Le jeune Baptiste Rivière est convoqué au château d’Escreuil pour s’y faire dicter les dernières volontés de la propriétaire des lieux. Mais à son arrivée, le personnel se ligue pour lui interdire l’accès à sa chambre : Langlois, diabolique intendant du domaine, le vieux Simon, qui semble plus qu’un ordinaire jardinier, et même Séverine, la femme de chambre dont Baptiste cherche pourtant à se faire une alliée.

Pourquoi la baronne d’Escreuil se cache-t-elle ? Qui est vraiment cette ancienne comédienne, veuve d’un aristocrate guillotiné sous la Terreur ? Bravant les mises en garde, Baptiste s’aventure dans les plus sombres recoins du domaine. Mais les apparences sont trompeuses, et en cherchant la baronne, c’est sa propre vérité que Baptiste va devoir affronter.

Jouant sur les codes du conte gothique, du roman historique et du récit d’apprentissage pour mieux les subvertir, Le Château des trompe-l’œil offre une plongée vertigineuse et haletante dans les gouffres du passé et de l’âme humaine.

L'auteur : Christophe Bigot est professeur de lettres et écrivain. Son premier roman L'Archange et le procureur, paru chez Gallimard, a reçu cinq récompenses dont le Prix Mottart de l'Académie française. Ses romans explorent sa passion pour la révolution française et le XIXe siècle.

1837, baie du Mont Saint-Michel. Le jeune Baptiste Rivière est convoqué au château d’Escreuil pour s’y faire dicter les dernières volontés de la propriétaire des lieux. Mais à son arrivée, le...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9791040110422
PRIX 22,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers mon Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Même si ce roman commence comme "Dracula" de Bram Stoker, on s'aperçoit que ça n'est pas du tout le même genre. On dévie plus sur du Jane Austen et du Marquis de Sade.
L'auteur a su documenter son livre sur les périodes de la Révolution Française et de la Terreur.
J'ai aimé cette lecture, on est vite dans l'intrigue et on veut lever le voile sur cette histoire et sur les personnages tous un peu mystérieux.
Je conseille ce roman qui devrait plaire aux amoureux de romances mêlées de suspense, mais attention à certains passages érotiques qui pourraient choquer.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est la couverture rouge profond qui m'a dans un premier temps accroché avec son insert en noir et blanc d'un jeune homme, au chandelier..
Le jeune clerc de notaire de Maître Bouchard, Baptiste Rivière, 25 ans, se voit chargé de faire l'inventaire des possessions d'une baronne qui se meurt (livres précieux d'une grande bibliothèque, objets d'art) dans le château biscornu d'Escreuil sur fonds lointain du Mont St Michel. Il doit se marier à son retour à Sophie Doudeville, une jeune fille simple d'un couple de bonnetier.
A son arrivée, il rencontre le couple mal assorti à son sens, des intendants les Langlois (madame est une femme dévote répondant au doux nom de Rose, qui contraste avec son physique), son époux, Etienne, qui a contribué au maintien de la prospérité du château dans les époques successives très troublées post Révolution française, ne sont pas accueillants. Idem pour le vieux cocher, Simon, taciturne. Asmodée, le chat, est un félin félon : démon de la colère dans la Bible, chassé par l'archange Raphael, il possède de nombreux visages et chevauche un dragon. Seule la camériste rousse de Madame, Sévérine, est accorte et souriante.
Sauf que ladite baronne n'est pas visible : trop faible la plupart du temps selon les uns, maintenue captive selon les autres.
Baptiste va devoir mener une enquête qui va remonter du temps du terrible baron, Charles, qui faisait régner la terreur dans le voisinage, dont le fils, Armand avait été guillotiné à la révolution. L'épouse d'Armand, Léonie, avait été prise sous l'aide tutélaire de Mlle Raucourt, comédienne fameuse du théâtre français, lui avait apporté la gloire. Elle avait pu être sauvée de la conciergerie par la mort de Robespierre.
Car rien n'est évident dans le château d'Escreuil et les images sont trompeuses. Baptiste devra faire des choix pour l'avenir.
J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman, bien documenté, qui a un côté certes gothique, mais surtout "Alice de l'autre côté du miroir". Des illustrations en noir et blanc parsèment le récit renforçant l'ambiance mystérieuse. J'ai souri en découvrant que les livres interdits (blasphématoires) se trouvent toujours dans le haut d'une bibliothèque et composent ce qui s'appelle "l'enfer" de ladite bibliothèque. L'enfer est donc dans les hauteur et non dans l'inverse. L'auteur nous entraîne au delà des apparences, avec un sujet qui nous le découvrirons est toujours actuel malheureusement..
Merci aux Editions La Martinière et à NetGalley de m'avoir permis de découvrir ce texte en avant première.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

1837 - Baptiste est clerc de notaire et pour sa première mission seul, il est envoyé chez la baronne d'Escreuil pour établir un inventaire de ses biens avant de rédiger un testament.
Dès son arrivée, l'atmosphère est étrange et pesante : l'intendant Etienne Langlois et sa femme Rose sont peu accueillants voire hostiles, idem pour Simon le cocher et même Asmodée, le chat, est diabolique! Seule Séverine, au service de la baronne, semble souriante.
De plus, cette fameuse baronne n'est pas visible, étrangement trop faible pour le recevoir.
Enfin, dès la première nuit, Baptiste entend une voix de femme, mal timbrée, interprété le personnage de Rosine dans Le Barbier de Séville.
Baptiste va mener une enquête qui va lui faire remonter l'Histoire et l'arbre généalogique familial.
Une très bonne lecture gothique, avec des illustrations collant parfaitement à l'atmosphère.
#NetGalleyFrance
#ChallengeNetGalley2022

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le challenge NetGalley m’a permis de découvrir ce roman bien en amont de sa parution. J’avoue qu’au premier abord, je ne l’aurai pas forcément mis dans ma PAL. Ce challenge me permet donc de découvrir des nouveaux styles, formats, bref, une aventure littéraire hors norme. Le challenge nous demande aussi de publier une chronique sous un format différent….N’ayant pas très envie de réaliser un podcast (je veux bien relever des défis, mais tout de même, il ne faut pas exagérer😀), j’ai décidé de rédiger cette chronique sous une forme particulière, à savoir, une interview. Imaginons que je converse avec une copine lectrice ayant lu ce roman et me disant ce qu’elle en a pensé. On se lance ? C’est parti !!

********
Moi : Bonjour Julie, je suis trop contente de te voir aujourd’hui autour de ce café. Cela faisait longtemps !! Alors, dis moi, quelle est ta dernière lecture, je cherche des idées en ce moment.

Ma copine Julie : Coucou Sonia, alors ma dernière lecture a été « Le château des trompe-l’œil » de Christophe Bigot. Il sort chez La Martinière en août prochain.

« Le château des trompe l’œil » ? Quel drôle de titre ! Ça parle de quoi ?

-Ce roman se déroule dans la baie du Mont Saint Michel en 1837.

1837 ? Oh là là, j’aime pas…..Encore un roman historique ? Pfffff…..

- Arrête d’être aussi négative !!! Attends d’en savoir plus avant de juger ! Notre personnage principal, Baptiste Rivière, est un jeune clerc de notaire qui séjourne au château d’Escreuil afin d’estimer la collection de livres et le mobilier de la baronne, Léonie de Selves, gravement souffrante. Il doit rédiger son testament, mais le temps presse, les jours de la baronne semblent comptés….Le roman débute un peu avec la même ambiance que dans « Dracula ». Baptiste arrive au château, accueilli par Etienne Langlois, l’intendant du domaine, peu avenant, c’est le moins que l’on puisse dire….

Ah, tu commences à m’intéresser ! J’avais adoré l’ambiance de Dracula.

-Langlois est marié, sa femme Rose, qui occupe le poste de gouvernante et de cuisinière, est tout autant peu accueillante. Au service de la baronne, il y a aussi Simon le cocher / jardinier, avec qui Baptiste ne risque pas de se lier d’amitié. Simon possède des chiens, des dogues, tu vois, les bons gros chiens de garde. Pas commodes les bestioles, Baptiste va en faire les frais, le pauvre. Ah oui et il y a aussi un chat, Asmodée, qui ne rate pas une occasion de sortir ses griffes. Il est loin d’être un gentil matou de salon comme ton Chouchou ! Séverine, dame de compagnie de la baronne est plus sympa. Encore que, vu l’ambiance générale, moi, je m’en méfierai !

Et la baronne, elle est comment ?

-Eh bien, c’est là que les problèmes commencent…Baptiste n’arrive pas à voir la baronne. Langlois lui soutient qu’elle est trop faible pour avoir de la visite. Baptiste a bien essayé de se faufiler dans les couloirs du château pour arriver jusqu’aux appartements de la baronne, sans succès…Existe-t-elle vraiment d’ailleurs ? Si ça se trouve, elle est morte depuis longtemps et est en train de se dessécher et de se momifier dans son lit !

Alors là, tu as su attiser ma curiosité ! Que se passe-t-il ensuite ?

-Baptiste va tenter de mener l’enquête, mais ça ne sera pas facile. Il n’est pas menacé directement, mais il sent bien qu’il n’est pas en sécurité dans le château, il s’enferme à clé dans sa chambre, il se croit épié, il est réellement surveillé. Il va essayer d’en savoir plus sur Léonie, sur son passé, sa vie. Là, c’est intéressant car on plonge dans la Révolution Française et la Terreur.

Ah…bof, j’aime pas cette période…J’en garde un souvenir atroce de mes cours d’histoire…Et puis, Danton, Robespierre et les têtes qui roulent comme des boules de bowling, non merci…

- Tu as tort, franchement. L’auteur s’est très bien documenté et il ne nous noie pas non plus dans trop de détails, ça reste soft, mais néanmoins suffisamment riche pour être passionnant. Moi, en tout cas, j’ai vraiment bien apprécié ce bond dans le passé et cette immersion dans la vie de Léonie, qui s’est avérée périlleuse et mouvementée. Il y a également des réflexions pertinentes sur l’homosexualité et les considérations de l’époque à ce sujet.

Par contre, là où tu devrais trouver ton bonheur, c’est dans l’estimation des livres de la bibliothèque de la baronne. C’est par cette tâche que commence Baptiste, et je pense que tu voudrais avoir une bibliothèque comme celle de la baronne ! Je vais te lire un extrait, écoute :

« La bibliothèque lui avait alors paru organisée selon une échelle croissante des plaisirs. Les ouvrages rébarbatifs – commentaires bibliques, livres de piété – rasaient le plancher. Plus haut, les traités d’art mécanique, d’anatomie, d’horticulture ; le droit, l’histoire, la géographie ; les encyclopédistes, les poètes dramatiques, les romanciers. Enfin, en prenant le risque de se rompre le cou, on touchait au septième ciel de la littérature. »

Quel enthousiasme ! Bon, pour moi, le septième ciel de la littérature, ce sont les thrillers, qu’on soit bien d’accord ! Et sinon, côté plume ? Je ne connais pas du tout cet auteur.

- N’oublie pas que le roman gothique est considéré comme le précurseur du roman noir. Un retour aux sources peut s’avérer intéressant…

Christophe Bigot est enseignant passionné par la Révolution Française (d’où ses connaissances !), « Le château des trompe l’œil » est son sixième roman. Je le découvre dans ce récit et je trouve qu’il a une écriture agréable, fluide, et riche. J’ai dégainé le dico à plusieurs reprises ! Son écriture colle parfaitement à l’époque. Et il a su temporiser entre le gothique, le mystérieux et l’historique.

Et la fin ? Est-elle à la hauteur ?

-Ah ah….Je ne vais pas te raconter la fin, et puis quoi encore !! Tu vas filer chez ton libraire pour découvrir ce roman atypique et passionnant !! D’ailleurs, tu as vu la couverture ? Elle en jette, non ? Je l’adore ! D’ailleurs, c’est elle qui m’a poussée à découvrir le contenu !!

Bref, je te conseille vraiment « Le château des trompe-l’œil », tu feras un voyage détonnant.

Ah oui, et j’oubliais ! Le récit contient de très belles illustrations. Elles sont de Yohann Propin et reflètent très bien l’ambiance de cette histoire. Je t’en ai pris deux en photo, je les trouve superbes.

*********

J’espère que ce format vous aura plu ! Je réitérerai peut-être cela pour d’autres chroniques, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !!

Si vous souhaitez ajouter « Le château des trompe l’œil » à votre PAL, il vous faudra patienter un peu, la sortie est prévue le 26 août. En tous cas, je vous le conseille ! Dépaysement littéraire garanti !

Je remercie NetGalley et les Éditions La Martinière pour cette lecture en avant-première.

# Lechâteaudestrompelœil #ChristopheBigot #LaMartinière #NetGalleyFrance #ChallengeNetGalley

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman gothique qui traite de préoccupations contemporaines. -

Dès les premières pages, nous sommes plongé dans une atmosphère mystérieuse : un ancien manoir appartenant à une baronne qui reste invisible et entretenu par des serviteurs aux visages indéchiffrables. C'est une histoire prenante car le lecteur peut facilement se laisser immerger par le lieu, ses personnages et leurs secrets. Mais malgré tout, j'aurais aimé que les informations tombent un peu moins brutalement. J'aurais préféré que le personnage principal enquête un peu plus pour tenir le lecteur en activité et éviter l'impression de longueur à un certain moment dans le récit.

Au final, cela reste tout de même une très belle lecture où nous sommes amené à rencontrer des personnes qui ont fait l'Histoire, durant la Révolution française. C'était très sympa, je conseille !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en attaquant ce roman et je suis complètement tombée dedans, dans les mystères de ce château, de la baronne, de Langlois et de Baptiste. Maintenant que je l’ai terminé, je me dis que ce titre est vraiment parfait, rien de tout ce qu’on n’est vrai, tout n’est que tromperie et faux semblants et que c’est bien fait. Il est impossible de ne pas se faire prendre ni d’ouvrir des yeux ronds en se disant « Mais, je l’avais pas vu venir celle là! »

A travers les souvenirs de la vie de la baronne, on revisite un pan de la révolution française et on nous offre une autre vision de cette époque. J’ai presque envie de dire est-ce que les choses ont vraiment évolué, pas assez à mon sens.

En tout cas, un roman trompeur qui met en avant des sujets très actuels!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en commençant ce roman et si j’ai eu une quelconque idée, elle s’est avérée totalement fausse ! Bien que sa parution ne soit prévue que le 26 août, il est proposé dans le cadre du Challenge NetGalley du mois de mai.

Baie du Mont St Michel en 1837, Baptiste, jeune clerc de notaire, se présente au château d’Escreuil pour estimer la bibliothèque, la collection d’œuvres d’art et le mobilier afin de rédiger le testament de la baronne. Dès son installation l’atmosphère est tendue et le personnel déplaisant, lui interdisant l’accès de la chambre de la Baronne à qui il doit sa présence en ces lieux. Il tente par tous les moyens de la rencontrer, même à essayer de se faufiler la nuit dans ses quartiers et il en ressort relativement terrorisé !

Petit à petit nous allons apprendre l’histoire du château et de sa propriétaire avant, pendant et après la Révolution en suivant l’enquête que Baptiste va mener. Rien ni personne n’est ce qu’il semble être et nous allons de découvertes en surprises dont je n’imaginais pas le teneur un seul instant ! Bien qu’avec une atmosphère étrange et dérangeante, l’histoire a su m’accrocher, curieuse de voir où l’auteur comptait nous mener !

J’ai beaucoup apprécié les illustrations crayonnées qui parsèment le roman et appuie des moments de tension. Le vocabulaire est parfois très cru, mais je le signale uniquement pour les personnes que cela pourrait gêner, mais il n’est en aucun cas vulgaire et la langue est très belle !

En tout cas il porte bien son titre, empli de faux semblants et de trompe-l'œil ; un livre qui dément la légèreté qu’il laisse paraître au premier abord !

#challengenetgalleyfr #LeChâteaudestrompeloeil #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans le cadre du challenge netgalley 2022, j'ai lu : le château des trompe l'œil de Christophe Bigot
1837, Baptiste Rivière, jeune clerc de Maitre Bouchard, notaire, se rend au château d'Escreuil pour y faire l'inventaire des biens et y recueillir les dernières volontés de la propriétaire.
Il n'est pas très bien accueilli par le personnel qui se compose de Langlois, l'intendant du domaine, Rose, sa femme et la gouvernante, Séverine, la camériste et Simon, le jardinier.
Mais impossible de rencontrer la baronne, qui lui dit-on est souffrante.
Au fil des jours, Baptiste se rend compte que le personnel fait tout pour lui rendre la tâche difficile et lui interdire tout contact avec la baronne, mais pourquoi ?
Qui est cette femme ? Pourquoi se cache-t-elle ?
Baptiste va s'aventurer dans tous les recoins du château pour trouver une réponse.
Que va-t-il découvrir ?
Roman gothique et historique très documenté.
Les illustrations en noir et blanc qui agrémentent la lecture renforcent l'ambiance générale de l'histoire.
Certaines scènes, plus érotiques, pourraient choquer certains lecteurs.
Belle découverte et bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le Château des trompe-l’œil est un livre historique, d’aventure, à consonance gothique, qui explore des thématiques complexes et essentielles.
Dès les premières pages, il nous plonge dans une atmosphère digne de Bram Stoker. Le château impressionnant, (presque) un personnage en lui-même, sombre et exsudant on ne sait quelle obscure tragédie diffuse, les non-dits et les silences étouffants, le mystère entourant une baronne et son héritage, un jeune clerc de notaire qui considère ses hôtes comme des geôliers (a priori à juste raison).
« Pourquoi la baronne avait‑elle disparu après la chute de Robespierre ? Pourquoi ne s’était‑elle jamais remariée alors qu’elle était encore si jeune ? Pourquoi, enfin, vivait‑elle cloîtrée, à l’abri de la lumière du jour, ne s’animant la nuit que pour massacrer au clavecin d’anciennes romances ? Avait‑elle perdu la tête, comme maître Bouchard l’avait suggéré ? »
Il s’agit également pour Baptiste (clin d’œil à Molière ?) Rivière, notre protagoniste, d’un séjour qui lui révélera sa vraie nature et le poussera à évoluer et à s’accepter tel qu’il est. Car si rien ni personne n’est (vraiment) ce qu’il paraît être, il en va de même pour lui. Et la référence à Sade n’est pas anodine, lui qui faisait tomber les masques de l’hypocrisie bien-pensante.
« L’infamie, répétait souvent cette dernière, c’est de vivre dans le mensonge. “Et dans votre cas, Baptiste, l’infamie consisterait à entraîner Sophie dans un mariage qui ne peut que la rendre aussi malheureuse que cette pauvre Rose Langlois. »
Il nous entraîne également dans la littérature sulfureuse (Sade…). Baptiste s’y initie pour tromper l’ennui et tenter d’échapper à l’ambiance pesante qui l’entoure.
« Pour divertir sa douleur, il s’immergea dans La Philosophie dans le boudoir. Il survola les spéculations sur l’état social, les blasphèmes faisant de la Vierge une putain et du vice une pratique autorisée par la nature. La description des corps‑à‑corps acrobatiques le conduisit aux portes d’une jouissance monstrueuse, la volupté des sens s’y enténébrant de souffrance morale. »
…et dans l’art en général.
« Non loin des ouvrages licencieux, il avait remarqué un riche fonds ésotérique. Alchimistes et illuministes, ils étaient tous là, de Paracelse à Cazotte. Baptiste jugeait ces sciences absconses, pour le peu qu’il en avait tâté dans la bibliothèque de son oncle. Pourtant, il leur reconnaissait un mérite : avoir sondé ce monde invisible que les Lumières avaient obstinément écarté de la sphère du savoir. »
La technique du récit dans le récit est parfaitement réussie et favorise le suspense qui nous tient en haleine avec Baptiste.
« Il en savait assez pour tenir son cerveau occupé pendant huit jours. Tout un roman se déployait, avec ses reliefs accidentés, ses zones d’ombre persistantes. »
Sans être un roman épistolaire, quelques lettres émaillent le récit, nous rappelant une fois de plus Dracula et son jeune protagoniste.
En conclusion, les trompe-l’œil sont omniprésents dans ce texte puissant et émouvant. Et fascinés, nous sommes ravis de nous être laissé prendre…
« Les lieux, la mer surtout, si délébile, gardent‑ils la marque des drames passés ? »

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Baptiste Rivière, clerc de notaire, est envoyé au Château d’Escreuil pour établir l’inventaire des biens meubles de la baronne Leonie. Le château ne comporte que peu d’habitants. Les Langlois intendant et cuisinière, Simon le jardinier et Séverine la camériste. Mais impossible pour Baptiste de rencontrer la baronne, qui serait souffrante …

Ce roman gothique nous fait naviguer dans une ambiance sombre et inquiétante. Plus personne n’a vu la baronne depuis des années et les habitants du château sont peu amènes et inquiétants. Baptiste va alors imaginer divers scénario et surtout tout tenter rencontrer enfin la baronne, car il se sent surveiller, voir prisonnier de ce château.

Cette lecture m’a sorti de ma zone de confort, je ne suis pas une habituée des romans gotiques. Toutefois, je pense utile de préciser que cette lecture n’est pas destinée à tout le monde. Certaines scènes lubriques y sont décrites et pourraient heurter la sensibilité des plus jeunes.

Les illustrations accompagnent bien l’histoire et correspondent bien au genre gothique, tout comme l’ambiance sombre et inquiétante du château, la baronne existe t-elle vraiment ?

N’étant pas une habituée du genre gothique, je ne saurais dire si ce roman en remplit tous les critères, mais j’avoue m’être laissée prendre par cette lecture. Les pistes évoquées ne m’ont pas laissé imaginer les révélations qui y seront faites. L’ambiance y est bien décrite et nous sentons que ce château abrite de lourds secrets et quelques fantômes.

Il faudra patienter jusqu’au 26 août pour découvrir ce roman, et je remercie les éditions de La Martinière et Netgalley France pour cette belle découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :