Feu

Lu par Thierry Hancisse et Coraly Zahonero
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 8 juin 2022 | Archivage 4 sept. 2022
Audiolib, Littérature

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Feu #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Laure, prof d’université, est mariée, mère de deux filles et propriétaire d’un pavillon. À 40 ans, il lui semble être la somme, non pas de ses désirs, mais de l’effort et du compromis.

Clément, célibataire, 50 ans, s’ennuie dans la finance, au sommet d’une tour vitrée, lassé de la vue qu’elle offre autant que de YouPorn.

Laure envie, quand elle devrait s’en inquiéter, l’incandescence et la rage militante qui habitent sa fille aînée, Véra.

Clément n’envie personne, sinon son chien.

De la vie, elle attend la surprise. Il attend qu’elle finisse.

Ils vont être l’un pour l’autre un choc nécessaire.

Saisis par la passion et ses menaces, ils tentent de se débarrasser l'un de l'autre en assouvissant le désir… Convaincus qu’il se dompte.

Dans une langue nerveuse et acérée, Maria Pourchet nous offre un roman vif, puissant et drôle sur l'amour, cette affaire effroyablement plus sérieuse et plus dangereuse qu’on ne le croit.

Laure, prof d’université, est mariée, mère de deux filles et propriétaire d’un pavillon. À 40 ans, il lui semble être la somme, non pas de ses désirs, mais de l’effort et du compromis.

Clément...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9791035408794
PRIX 21,45 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

Dans une langue vive, nerveuse, crue, parfois drôle et souvent cynique, l’auteure nous parle de la déliquescence du couple, de la difficulté de vivre et d’aimer, de l’absurdité de la société de consommation, de la misère sexuelle, du mensonge, …
C’est un roman sur la passion adultérine et en même temps une photographie très désenchantée de notre époque.
On passe de la voix de la femme à celle de l’homme, du point de vue de Laure à celui de Clément avec beaucoup de plaisir.
C’est grinçant, désabusé et en même temps plein d’humour.
Les voix des 2 narrateurs sont parfaites, Leur lecture met bien en avant la belle écriture acérée de Maria Pourchet.
Une découverte !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Professeure à l'université, Laure, mariée à un médecin raisonnable et mère de deux enfants, rencontre Clément, célibataire de dix ans son aîné, haut cadre dans la finance.
Clément est aussi désabusé et difficile à aimer que Laure est incandescente et passionnée.
Le désir les surprend et, en y cédant, Laure et Clément bouleversent leurs vies.
Le livre d'une passion, haletant, agréable à lire et émouvant.
A lire son chien à ses pieds.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quelle claque ! Si vous aimez Desproges vous allez adoré. Rares sont ces plumes acerbes, caustiques, cyniques, acides, etc. Me rappelant quelques décisions passées sur les pingouins et leur banqu-ise : décider de les fuir plutôt que leur ressembler. Cette lucidité sur notre monde moderne et la place des hommes et des femmes fait froid dans le dos. La mère, universitaire, qui s'ennuie et qui cherche à être aimée rencontre un cadre sup-sup-supérieur, accroché comme une sangsue à sa solitude arrogante qui le fera passer à côté de tout - quand on vous dit que l'argent ne fait pas le bonheur. Et sa fille à elle : dire qu'elle est rebelle n'est même pas le 1/10 de cette déconstruction du conformisme - son analyse de la pièce de théâtre de Racine est une pure merveille. Ce roman est horriblement parfait. Ce n'est pas un roman d'ailleurs, c'est une collection de punchlines et de citations tant la majorité des phrases sont chirurgicalement réussies. Exceptionnelle une écriture pareil ! Allez j'arrête !
Sur l'Audiolib en particulier, cette double voix homme-femme est excellente.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Laure enseigne à l’université et n’y trouve plus grand intérêt, elle a l’impression que sa vie se déroule sans elle, qu’elle n’en est que spectatrice. Elle rencontre Clément un banquier en vue d’organiser un colloque. Elle le trouve fragile, attirant et ne tarde pas à en tomber amoureuse. Clément s’en aperçoit, il est cynique et désabusé, il n’a de vrais liens avec personne, hormis son chien adoré appelé Papa. Il lui parle sans cesse pour lui raconter son histoire. Son travail à la banque, surnommée la banquise ne l’intéresse plus du tout, il se donne de moins en moins de peine. Laure est mariée, mère de deux filles. L’ainée est en pleine révolte adolescente et fait les quatre cents coups. La mère a besoin de sortir de sa routine, quant à Clément il affirme ne plus rien attendre de la vie, sinon qu’elle s’achève. Il n’est pas amoureux, mais devient l’amant de Laure par ennui, alors qu’elle y croit nettement plus, mais Clément fait en sorte de lui montrer que ce n’est qu’un jeu pour lui. Cette passionnante histoire ne peut se finir que comme on s’y attend depuis le début, même si sur ce plan Clément atteint le sommet du ridicule.

J’avais entendu dire beaucoup de bien de ce roman, j’en suis d’autant plus déçue. J’ai très rapidement décroché, aucun des deux personnages n’est sympathique. L’écriture est d’un style très moderne, genre nouveau roman (même si aujourd’hui ça n’est plus nouveau !), parfois très crue, notamment lors des scènes érotiques, que j’ai détestées. Le style est très haché, c’est un roman choral où les deux protagonistes parlent à tour de rôle, Laure à elle-même à la deuxième personne et Clément à son chien ou à sa mère avec qui il est en conflit.

Les deux personnages sont complètement insatisfaits de leur vie, mais leur aventure ne leur apporte pas le réconfort recherché, ils ne se comprennent pas et il n’y a pas d’amour entre eux, c’est juste une attirance sexuelle. Ils sont complètement pris dans leur vie agitée et n’ont pas l’impression de vivre vraiment. Ils en parlent avec détachement. Clément a un certain humour noir très appréciable. Pour Laure, ce sera échec sur toute la ligne, l’histoire avec Clément tourne court, mais elle perd son mari dans l’aventure.

Au final c’est une histoire triste, banale et sans grand intérêt me concernant. Un grand merci à Netgalley et Audiolib pour ce roman que d’autres apprécieront plus que moi.

#Feu #NetGalleyFrance !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il est rare que je sois sur le point d'abandonner un livre au bout de 30 pages et de finalement bien aimé !

J'ai bloqué totalement sur la forme du roman et notamment c'est deux voix totalement différente mais ce qui m'a gênée est le "tu" utilisé par la personnage féminin pour parler d'elle ...quant au style très cru, crash et vulgaire par moment, il correspond aux personnages donc j'adhère au style voulu et exploré à fond.

Le fond, à présent : l'histoire pourrait être banale, 'histoire d'un adultère, d'une femme perdue dans sa vie de femme et de mère, et lui, riche, mais seul, totalement désappointé par la vie.
Ce qui rend le texte fort est le style utilisé dont je parlais plus haut et qui donne tout le relief à cette histoire.

Je ne peux pas recommander ce livre ni l'inverse, il faut l'essayer et comme peut l'attester les avis divergents, ca passe ou ça casse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avoir choisi une voix féminine et une voix masculine pour raconter cette histoire m'a semblé surprenant et finalement totalement judicieux ! Une histoire d'amour, de passion, âpre et brute, incisive... Passionnante !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il ne faut généralement que quelques étincelles pour que naisse un feu qui, s'il n'est pas maîtrisé devienne incontrôlable et dévore tout sur ce qui se trouve sur son passage...
Laure et Clément n'avaient pas vocation à se rencontrer un jour. Elle, professeur d'université, mère de deux filles, épuisée par la vie et lui, travaillant dans la finance et partageant sa vie routinière avec son chien.
Pourtant, lors d'un rendez-vous informel, il ne suffira que de quelques regards pour que le feu d'une intense passion naisse entre eux... Celle-ci les conduira à emprunter de dangereuses montagnes russes émotionnelles dont les flammes s'en dégageant pourraient bien brûler les ailes de ces Icares des temps modernes...
De sa plume incisive, percutante dont se dégage une tension perpétuelle, Marion Pourchet aborde les thèmes de la passion dévorante, des relations de couple et familiales qui peuvent s'essouffler avec le temps. Généralement dérangée par les ouvrages évoquant l'adultère, je me suis complètement laissée dévorer par cet ouvrage qui nous pousse à de nombreuses interrogations. J'ai apprécié l'impression de crescendo qu'arrive à nous faire ressentir Marion Pourchet lors de l'écoute de ce livre audio dont j'ai pu rendre le récit plus dynamique en accélérant la vitesse de lecture que je trouvais trop lente.
Je tiens à remercier les Éditions Audiolib et Netgalley France pour la découverte de "Feu" qui m'a fait plonger dans un brasier ardent dont la fin m'a totalement prise au dépourvu...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Thierry Hancisse et Coraly Zahonero prêtent leurs voix et leur talent d'interprétation aux deux personnages de cette foudroyante histoire d'amour contemporaine.
Clément cynique et désespéré, Laure, perdue puis traversée par une ardeur qui l'emportera vers un futur dévasté. Leur rencontre, leur relation secrète, leurs rendez-vous, ce qu'ils se cachent, ce qu'ils n'osent se dire, le bonheur qu'ils se refusent, et la réalité de leur vie, ce grand ratage.

Le texte de Maria Pourchet tout en monologues intérieurs se prête parfaitement à l'alternance des deux voix qui rendent l'écoute émouvante malgré le désespoir ambiant. Les punchlines ciselées qui sont désormais la marque de fabrique de l'autrice, ponctuent avec humour un récit qui serait sans cela d'une noirceur oppressante.


Merci à #NetGalleyFrance pour cette écoute de grande qualité grâce au talent et au savoir-faire de Coraly Zahonero et Thierry Hancisse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Excellent roman, une passion amoureuse vu par les deux protagonistes, et comment elle va impacter leur vie. Une lecture, à deux voix, très agréable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans ce roman à deux voix, Laure, la prof d'université, mariée, deux filles qui s'ennuie rencontre Clément, le cinquantenaire déprimé, homme de la finance, qui n'attend plus rien de la vie à part les discussions avec son chien qu'il appelle Papa.
Si tout semblent les opposer, c'est pourtant leur rencontre qui va bouleverser leurs vies et déclencher le mécanisme du changement.
Véra, la fille aînée de Laure est le témoin actif de ces changements et l'accélérateur de "feu" !

Un roman construit comme un match de boxe, avec des adversaires partenaires, des spectateurs qui hurlent et un arbitre pas toujours impartial.
Un roman comme un cri dénonçant la mal amour, exaltant la passion, révélant les batailles individuelles que doivent livrer les hommes et les femmes pour encore avoir "droit" à l'amour.

Un roman qui fait réfléchir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Feu de Maria Pourchet est un roman sur l’adultère, un sujet maintes fois écrit et réécrit, lu et relu…

Deux personnages, points de vue alternatifs d’une histoire en apparence banale.
Laure, quarante ans, est mariée, mère de deux filles et propriétaire d’un pavillon. Elle apparaît subir sa vie et non la vivre comme si elle se réduisait à ses efforts de compromission dans son travail de professeur d’université, dans son rôle de mère débordée par les écarts de conduite de sa fille aînée, dans sa vie d’épouse rongée par les habitudes.
Son profil professionnel est visiblement inspiré d’un milieu que l’autrice, au vu de sa biographie, connaît bien : titulaire d'un doctorat en sciences sociales, section sociologie des médias, Maria Pourchet a enseigné la sociologie de la culture à l’Université de Paris 10 Nanterre.
Les états d’âmes de Laure reflètent le quotidien des femmes de son âge quand la routine et les soucis du quotidien prennent le dessus sur les désirs enfouis, quand on est prête, sans le savoir, à succomber au moindre effet de surprise.
À cinquante ans, Clément est toujours célibataire. Il travaille dans la finance et s’y ennuie, n’attend plus rien de la vie, ne vit que pour son vieux chien.
Ils vont se rencontrer et entamer une relation.

Toute l’originalité de ce roman vient des choix narratifs. Les chapitres se suivent, se coupent et se répondent, dans un jeu de miroirs à la fois drôle, pathétique et tragique. Le lecteur devient spectateur, voyeur… Même si, personnellement, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages principaux, je reconnais la pertinence de cette double narration.
Clément s’exprime à la première personne, un JE désabusé, attentif à des détails récurrents, inquiet pour la santé de son chien, cynique face à ses difficultés professionnelles, défaitiste.
C’est plus compliqué pour Laure car elle se parle à elle-même. Ainsi, le TU qui s’adresse à elle n’attend pas vraiment de réponse, met en évidence ses questionnements, ses impasses. J’ai apprécié la polyphonie générationnelle autour des voix de sa mère et de sa grand-mère, de l’attitude rebelle de sa fille, mettant en avant la condition des femmes à des époques différentes.
Je me suis félicitée d’avoir choisi la version audio de ce roman, lue par Thierry Hancisse et Coraly Zahonero dont les voix prennent admirablement possession du récit.
Ce faux dialogue, sous forme de « je t’aime, moi non plus » en dit long sur la difficulté d’aimer, de donner, de recevoir, de quitter, de revenir.

Ce roman est un choc, celui de deux solitudes qui nous sont données à lire, celui d’une écriture redoutablement efficace, mordante, brutale, maîtrisée.
Il y a une vraie montée en puissance, en malaise, en faux-semblants, en prise de risque, en lâcheté, en gâchis…
Le dénouement est intéressant à plus d’un titre mais je ne peux en parler sans divulgâcher.

Un roman tantôt savoureux, tantôt dérangeant.
Le titre annonçait un embrasement, une combustion, une consomption… Désir, passion, rébellion, jalousie. À la réflexion, mais cet avis n’engage que moi, un pluriel aurait mieux convenu, tant les brasiers sont variés.

#lesglosesdelapiratedespal
#Feu #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai tellement entendu parler de ce roman à sa sortie que je ne l’ai pas lu. En revanche, lorsqu’il est sorti en audio, j’ai immédiatement succombé. Et pour cause, les deux comédiens l’interprètent parfaitement.
Une femme mariée qui a deux enfants, une grande qui déconne, une petite qui grandit. Et un homme seul qui vit avec son chien quand il n’est pas au bureau, à la « banquise », comme il surnomme la banque dans laquelle il fait du fric, toujours plus de fric. Ils n’ont rien en commun, ils n’auraient pu jamais se rencontrer et pourtant, ils ne peuvent s’empêcher de se retrouver sous les draps.
Comme Clément scrute ses constantes vitales (rythme cardiaque, tension etc. énoncées à chaque début de chapitre), Laure improvise. Elle ne fait aucun plan, elle vit dans le présent et en l’occurrence le présent c’est son corps qui réclame Clément. Peu importe les conséquences…
Elle brûle d’un feu incandescent et n’a qu’une hâte : assouvir son désir. Car c’est bien de désir qu’il est question ici. Cet indomptable… et ses répercussions !
Si j’ai immédiatement accroché avec les voix des deux comédiens, je dois avouer que j’ai été déstabilisée par l’écriture de la romancière que j’ai trouvée à la fois extrêmement littéraire, finement humoristique et pourtant aussi très crue. Franche. Vraie. Limite vulgaire. Elle dit ce qu’elle pense et fait ce qu’elle dit, sans se soucier du reste. Et au final, c’est pas mal ! En tout cas, c’est addictif.
Mention spéciale pour la tirade de Vera sur Andromaque.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai un avis très ambivalent sur ce roman. J'ai aimé l'écriture, puissante, percutante. L'alternance des points de vue crée une dynamique dans le récit et oppose la vision des deux protagonistes de leur relation. Mais justement... Parlons-en des protagonistes! Ce que j'ai pu les détester!!! Ils sont aussi horribles l'un que l'autre. Ils se trouvent parce qu'ils n'aiment leur vie, il n'y a jamais d'amour entre eux, au contraire presque. Ils couchent ensemble, c'est tout. Clément a de l'humour, c'est peut-être ce qui sauve son personnage (ça et le fait qu'il aime son chien). Mais Laure n'a vraiment rien pour elle, c'est juste une connasse. Je ne suis sans doute pas assez cynique et désenchantée pour apprécier cette histoire !! Que voulez-vous, moi j'aime l'amour!!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :