Je suis l'abysse

Lu par Benjamin Jungers
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 10 nov. 2021 | Archivage 13 janv. 2022
Audiolib, Policier & Thriller

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Jesuislabysse #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

L’homme qui nettoie rôde autour de nous.

Parmi nos déchets, il cherche des indices sur nos vies.

En particulier sur celles des femmes seules.

Une femme lui a fait beaucoup de mal enfant : sa mère.

La chasseuse de mouches, elle,

tente de sauver les femmes en péril.

Et elles sont nombreuses...

Surtout quand l’homme qui nettoie rôde autour d’elles.

Un nouveau thriller d’une intensité rare où violence et angoisse cohabitent pour questionner notre attirance pour le mal, et les traces indélébiles que peuvent laisser les maltraitances du passé.

L’homme qui nettoie rôde autour de nous.

Parmi nos déchets, il cherche des indices sur nos vies.

En particulier sur celles des femmes seules.

Une femme lui a fait beaucoup de mal enfant : sa mère...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9791035407377
PRIX 21,45 € (EUR)
DURÉE 7 Heures, 43 Minutes

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

Tout d'abord merci à audiolib et netgalley qui m'ont permis d'écouter ce livre et de découvrir l'auteur Donato CARRISI. J'apprécie de plus en plus cette méthode de découvrir un livre, surtout quand le lecteur nous fait vibrer, avec les bonnes intonations. L'auteur met en scène 4 personnages principaux dont un seul est nommé : Micky, qui, on le comprend très vite, est un être malfaisant. L'homme qui nettoie, qui recherche dans les poubelles le moindre indice lui permettant de traquer sa prochaine cible. La chasseuse de mouche, elle cherche à porter secours, par tout les moyens possibles, aux femmes victimes de maltraitance. Et enfin, la fille a la mèche violette, qui tente de mettre fin à ses jours, suite à des traumatismes physiques et psychologiques. Au fil des chapitres on apprend les souffrances des uns et des autres, pourquoi ils sont devenus ce qu'ils sont. On comprend malheureusement combien les maltraitance subies dans l'enfance ont façonné leur façon d'être. Un thriller psychologique finement mené par l'auteur, qui nous fait frissonner d'autant plus qu'on apprend que ce livre est tiré de faits réels.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans ce roman, on suit deux personnages : l'homme qui nettoie et la chasseuse de mouches. Le premier étudie les déchets de celle qu'il considère comme l'Elue puis l'accoste puis la tue. La chasseuse de mouches quant à elle essaie de sauver des femmes qui subissent la violence visible ou non de leurs compagnons. Un autre personnage va avoir son importance : c'est la fille à la mèche violette. Ce roman est assez déroutant car les personnages n'ont pas de nom, on les reconnait juste à un trait de caractère. Cette façon de faire met une sorte de barrière entre le lecteur et les personnages. Le roman insiste sur la froideur et le détachement des personnages. Néanmoins au fil du récit, on apprend à les connaitre, on arrive à les humaniser. J'ai bien aimé cette lecture, un peu différente de ce que fait Donato Carrisi habituellement, néanmoins il m'a manqué un petit quelque chose pour que cette lecture m'emporte réellement. J'ai écouté ce livre en audio, la voix du narrateur, Benjamin Jungers, est très envoutante et a donné du corps à ce récit. A mon sens, ce n'est pas le meilleur de l'auteur mais reste une lecture agréable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lire D. Carrisi c'est toujours découvrir un des moteurs psychologiques de l'humain. Ici, peut-être pour donner une envergure universelle à cette histoire tirée de faits réels, certains des personnages de ce thriller n'ont pas de prénoms. Mais c'est quoi ces sobriquets ? L'auteur, définitivement talentueux, en donne les raisons au fil des pages, avec parcimonie, arrivant même à franchement nous surprendre. Il nous invite à regarder l'abysse nietzschéen en nous : à force de combattre les monstres, il faut s'assurer de ne pas en devenir un, raconte le philosophe. Il est parfois utile de regarder ce qui se trouve dans les poubelles !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un thriller psychologique haletant, du début à la fin. Un récit volontairement malaisant, mais ô combien efficace!!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’ambiance de ce roman est pesante, glauque, angoissante. Je trouve que l’auteur est parvenu à merveille à nous embarquer dans une intrigue malsaine et haletante. Il transforme le côté idyllique de l’Italie et de son célèbre Lac de Côme en en faisant un lieu effrayant, froid et mortel. J’ai aimé la manière dont sont abordés les différents thèmes, notamment celui des femmes battues, mais aussi de l’impact que peuvent avoir les événements de notre enfance sur notre futur et sur la construction de notre moi. J’ai deviné très facilement les divers secrets, les ficelles sont très grosses, mais ça ne m’a pas empêchée de savourer cette lecture !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Coup de cœur pour ce roman ! Quelle écoute ! Une histoire captivante et intense du début jusqu'à la fin. Aucun temps mort, aucune longueur, je suis scotchée par la qualité de ce thriller. C'est un roman formidablement réussi où tous les ingrédients sont réunis pour nous faire frissonner. Impossible de le lâcher et je l'ai écouté en un week-end, pressée de me replonger dans l'histoire que nous conte l'auteur. Les thèmes abordés sont forts comme la maltraitance, la maternité, le harcèlement. Tous ces sujets sont traités habilement. L'intrigue est judicieusement bien construite et menée et tous les puzzles de l'histoire s'emboitent parfaitement. Un thriller captivant, avec du suspense jusqu'à la dernière page. J'ai adoré la voix, les intonations, les différentes voix des personnages que le narrateur prenait pour nous raconter l'histoire. Top ! Foncez pour l'écouter.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Coucou à tous, Avis sur ma dernière lecture "Je suis l'abyss" de Donato Carrisi Fasciné par les femmes blondes, un éboueur vient au secours d'une jeune femme qui se noyait dans le lac de Côme. Alors qu'il n'était qu'enfant, sa propre mère, elle aussi blonde, a tenté de le noyer. Marqué par cet épisode traumatique, il devient l'objet d'attentions multiples suite à son acte héroïque. Au même moment, des disparitions mystérieuses de femmes blondes se multiplient. J'ai découvert le témoignage terriblement bouleversant du personnage principal de ce récit, devenu un adulte plus que perturbé de part son enfance avec une mère qui le déteste, sa maltraitance quotidienne, son rejet par tout le monde, sa solitude .... mais aussi, le croisement avec d'autres personnages aux vies malmenées également : la jeune fille, la chasseuse de mouches ... Cette histoire m'a très souvent fait monter les larmes aux yeux. Dès le début puis la montée en puissance .... Merci à @NetGalleyfrance et à l'auteur de m'avoir permise de lire cette histoire. #netgalley #netgalleyfr #netgalleyfrance #jesuislabyss #donatocarrisi #lecture #avislecture #roman #romans #lire #livre #livres #book #books #read #reading

Cet avis vous a-t-il été utile ?

De Carrisi, j'ai lu Le chuchoteur. Un thriller très sombre qui m'avait laissé sur un sentiment de malaise. Je n'avais pas retenté. Et puis, j'ai vu passer des avis très positifs sur celui-là alors j'ai voulu renouveler l'expérience, mais cette fois en audio. J'ai beaucoup aimé cette écoute. J'ai trouvé bien plus de profondeur et d'intérêt dans ce récit. Et quelle fin ! Magistrale. La façon dont l'intrigue est amenée au départ peut être déstabilisante. Les personnages n'ont pas de prénom et ils sont introduits presque brutalement. Puis peu à peu, tout se met en place et on comprend, au fil des pages, où l'auteur veut nous amener. Super lecture ❤❤❤

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La trajectoire d'un enfant maltraité, d'un homme de ménage, d'une femme qui poursuit les hommes violents et d'une adolescente qui a tenté de se suicider. Ils se croisent dans un thriller éprouvant et fascinant dans lequel tous les personnages sont attachants, même le tueur! La narratrice rend parfaitement bien cette ambiance horrifique.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Wahou!!!! Cela faisait un moment que je n'avais pas eu le bonheur de sentir un malaise, un mal-être en lisant un thirller..... Carrisi, maitre du genre, nous laisse sans voix face à ces 3 personnages dont les vies sont obsessionnelles. La dernière fois ou j'ai ressenti une émotion forte et similaire, c'était avec Paul Cleave dans "l'employé modèle". Ce ton tellement factuel tranche avec l'histoire, et ça c' est juste génail!!! Le pire dans tout ca: ce thirller est tiré de faits réels!!!! J'ai, au passage, apprécié que ce soit Benjamin Jungers qui me conte ce polar, même si je l'ai préféré dans d'autres livres audios. Ceci dit, il interprête très bien le ton factuel posé par l'auteur et il en ravira plus d'un! La fin est juste ahurissante, inprévue pour ma part, bref, j'ai vraiment adoré. A mettre entre les mains de lecteurs de polars aguérris!!!!!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En général, lorsqu’il y a un gros bandeau sur le livre avec un adjectif (ici : «  Intense »), ça engendre trop d’attentes chez moi et c’est un flop mais ici c’est le mot parfait pour décrire ce livre. C’est sombre, mais c’était indiqué donc pas de mauvaise surprise chez moi. Au contraire, je m’attendais même à pire car il y a presque une forme de douceur pour décrire certains actes ignobles. Paradoxal mais c’est pourtant ce que j’ai ressenti: ce n’est pas de l’effroi pur, plutôt une crispation, un manque d’air dû à l’exaltation du livre car le suspens est distillé tout du long, de manière parcimonieuse et c’est ce qui a fait mouche chez moi (impossible de le lâcher, je l’ai lu d’une traite). Je me suis attachée à l’homme qui nettoie (oui car les trois personnages principaux sont dénommés par des groupes de mots et non par un prénom), j’ai aimé cette fin inattendue et je lirai d’autres romans de l’auteur avec plaisir même si ce ne fut pas un coup de coeur de mon côté.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Audiolib 7h43 – Lu par : Benjamin Jungers Quatre personnages se partagent la tache de mettre mal à l’aise : l'Homme qui nettoyait ; la Chasseuse de “mouches” ; la Jeune fille à la mèche violette et Micky ! Des destins sinistres qui se côtoient et s’entrecroisent au bord du lac de Côme avec des changements d’époque dans les récits à moins que ça ne soit que des souvenirs mais c’est quelque chose qui est difficile à savoir explicitement sans support visuel et revenir en arrière en audio à un moment précis c’est mission quasi impossible ! Cruauté, souffrance, culpabilité et fantasmes rendent très glauque cette histoire qui donne l’impression de nager en eau trouble ! C’était ma première “lecture” de Carrisi et je pense que l’audio n’était pas le support le plus adapté pour une histoire aussi complexe et réellement intense ! Benjamin Jungers a réussi à donner une personnalité propre à chaque personnage, qu'il ne me semble pas avoir confondus malgré l’embrouillamini des intrigues ! Mieux, je les visualisais quand ils s’exprimaient ! Comme avec les feuilletons radiophoniques ! Le dénouement a été une sacrée surprise même si quelques indices le suggéraient ! J’ai beaucoup aimé au final même s’il m’a fallu pas mal de jours pour réussir à faire une pseudo critique qui pourrait donner la mesure de la difficulté que j’ai eu à sortir des affres cômoises ! #Jesuislabysse #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un grand merci à NetGalley et à Audiolib pour cette incursion dans le thriller italien avec Je suis l’Abysse de Donato Carrisi. L’abysse au sens propre est un gouffre, souvent une fosse sous-marine très profonde. Ici, c’est le lac de Côme, dont la profondeur atteint à certains endroits plus de 400 mètres, qui renvoie de temps en temps des morceaux de cadavres qui ne génèrent pas forcément des enquêtes approfondies. Au sens figuré ou métaphorique, l’abysse peut désigner un espace sans fond, défavorablement connoté… Y tomber, y avoir vécu laisse des traces, des séquelles indélébiles. Âmes sensibles, passez votre chemin ! Dans ce roman, les enfants sont maltraitées, les adolescentes prostituées, les femmes violentées, assassinées, démembrées… Les personnages principaux n’ont pas de noms, réduits à une profession, un détail physique, une mission… « L’homme qui nettoie » rode, fouille et analyse les poubelles des femmes seules ; « la tueuse de mouches » tente de sauver les femmes en péril ; « la fille à la mèche violette » a perdu son innocence de la pire des façons… L’auteur se joue de nous en alternant les points de vue, le passé et le présent. Nous comprenons rapidement que certains destins sont liés mais les tenants et aboutissants ne nous serons dévoilés qu’à l’ultime fin. Le JE du titre renvoie vraisemblablement à notre attirance pour le mal et le sordide… Un thriller glauque et addictif, superbement lu par Benjamin Jungers, dans la version audio qui m’a été proposée. J’irai sans doute puiser à nouveau dans la bibliographie de Donato Carrisi. #Jesuislabysse #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’homme qui nettoie fouille les poubelles qu’il vide, il rôde autour des femmes. La chasseuse de mouches tente de sauver les femmes, notamment les femmes battues. La fille à la mèche violette, issue d’une famille aisée, a aussi un lourd secret. Wow, quelle histoire ! Des premiers chapitres glaçants qui m’ont de suite emportée jusqu’aux révélations finales j’ai été en apnée. Peu de noms dans ce livre, cela m’a donné encore plus envie de comprendre qui était qui. Je me suis attachée aux personnages et j’ai éprouvé un sentiment contradictoire à ce sujet tout au long du livre. Ils ne sont ni tout blanc ni tout noir, tous ont leurs failles, leurs secrets. On découvre leur passé, on s’en veut presque d’éprouver de l’empathie. On croise de nombreux thèmes, les violences faites aux femmes, aux enfants, le bien et le mal, la reconstruction et bien d’autres qu’il est difficile d’évoquer sans spoiler. La seule chose que je peux reprocher à ce récit c’est quelques facilités dans l’avancée de l’histoire et de l’enquête, tout s’enchaîne très facilement. L’auteur nous balade à sa guise, je l’ai suivi sans me poser de questions et j’ai bien fait… quel dénouement ! Je n’ai rien vu venir. L’écriture m’a plu, il n’y a pas énormément d’actions, il s’agit bien d’un thriller psychologique qui amène une ambiance particulière. Mais pas de longueurs pour autant, je ne me suis pas ennuyée une seconde, j’avais toujours hâte d’y retourner. Première découverte de l’auteur et ce fut une excellente lecture. Je ne sais pas si le fait de ne pas connaître son style et ses « ficelles » a joué mais je lirai d’autres de ses livres avec grand plaisir. L’audio est particulièrement bon et contribue à cette ambiance malsaine, les voix du narrateur sont très adaptées. La musique rajoute une touche d’angoisse et de malaise.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’aime les thrillers et pourtant je n’avais encore jamais lu de Donato Carrisi. Et quel plaisir de commencer par ce roman glaçant, ce one shot qui fouille les profondeurs du mal ! Dès le début de cette audio lecture, le lecteur est pris en otage et pris aux tripes. La scène d’ouverture est magistrale, met directement dans l’ambiance nauséabonde ; le lecteur est mal à l’aise, dans une position insoutenable car il ne peut rien faire face à la violence des mots et des actes de la mère de « l’homme qui nettoie » . On découvre très rapidement l’origine du mal et on apprend à connaître les différents personnages centraux, qui n’ont pas de prénom : aux côtés de « l’homme qui nettoie » , plus que dérangé, on a notamment « la tueuse de mouches » qui essaie de sauver les femmes en danger, violentées, et « la fille à la mèche violette », une adolescente qui s’est retrouvée bien malgré elle dans une spirale infernale. L’ambiance est glauque à souhait, sombre, glaçante. La voix et le ton de Benjamin Jungers me paraissent coller parfaitement avec le rythme de ce thriller addictif. Les personnages sont très bien travaillés, la psychologie de l’homme qui nettoie est fouillée et ne donne pas envie de retourner en boîte de nuit… Il n’y a pas de temps mort, la voix masculine est très bien choisie et le rythme de cette audio lecture me semble parfait. On referme ce livre avec une perception spécifique des ténèbres et de l’obscurité. Je verrai sans doute différemment, désormais, les portes peintes en vert et les piscines. L’auteur montre son art en choisissant ici la thématique des violences faites aux femmes, en lien avec les traumatismes du passé. Mention spéciale pour la fin de ce thriller, qui m’a laissée sans voix. En bref, pour moi il s’agit là d’une très belle découverte de ce maître du thriller italien, un coup de cœur abyssal. Je remercie sincèrement NetGalley et Audiolib pour cette lecture qui me donne très envie de lire d’autres one shot de cet auteur, et notamment « La maison des voix » qui m’attire fortement depuis sa sortie l’an dernier.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce thriller psychologique bien ficelé et aux personnages très charismatiques. Je n’avais pas lu de thriller psychologique depuis bien longtemps, et Donato Carrisi est passé maître dans cet art ! Ne vous attendez pas à un thriller bourré d’action, vous n’y trouverez pas votre compte. Donato Carrisi nous propose ici un pur thriller psychologique, dont le principal attrait est donc, forcément, le trio de personnages principaux. J’ai adoré suivre ce trio, dont les destins se retrouvent entremêlés de manière à la fois émouvante et horrifiante. J’ai adoré la manière dont l’auteur joue sur l’ambiguïté de chacun : personne n’est tout blanc ni tout noir, chacun possède une part sombre qui est bien exploitée dans le cadre de l’intrigue, et le tout forme une intrigue qui n’est, certes, pas très originale, mais reste intelligente et bien ficelée. Ce roman a beau être un thriller psychologique, il n’est pas pour autant synonyme d’ennui, bien au contraire. Donato Carrisi réussit à vous happer dès les premières pages, et vous distille de petits indices et de petites révélations au fil des chapitres, mettant en place petit à petit une toile inextricable dans laquelle les personnages se retrouvent pris. L’intrigue a beau se dérouler dans le paysage idyllique du Lac de Côme, l’ambiance reste très pesante et ne se relâche jamais. Après, le roman souffre tout de même de quelques défauts. J’aurais aimé une fin un peu plus étoffée; les dernières pages sont explosives de rebondissements et révélations, et j’aurais aimé que l’aspect psychologique soit un peu plus développé. L’intrigue souffre également de quelques facilités, voire d’incohérences; alors oui, cela fait avancer le récit, qui ne souffre du coup d’aucune longueur, mais tout de même certaines avancées sont trop évidentes. Concernant la version audio, je ne peux que la conseiller. Les quelques musiques insérées par Audiolib entre certains chapitres est angoissante à souhait, ajoutant à l’ambiance déjà pesante de l’intrigue. Et surtout, le narrateur est impeccable, que ce soit pour interpréter les voix masculines, féminines ou enfantines ! Je n’avais pas lu de roman de Donato Carrisi depuis longtemps, et je suis ravie d’avoir renoué avec son univers avec ce roman, que j’ai adoré !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est encore une fois, une lecture cauchemardesque qui va nous plonger dans l'abîme de l'âme humaine et de la perversité. Nous suivons trois personnages dont nous ne connaîtrons jamais l'identité. Il y a l'homme qui nettoie, la chasseuse de mouches et la fille à la mèche violette. Des personnes presque déshumanisées par le fait de ne pas les nommer, comme s'ils n'étaient plus que des fantômes de ceux qu'ils avaient été. Pourtant, même mutilés d'une part de leur personnalité, l'homme qui nettoie, la chasseuse de mouches et la fille à la mèche violette sont le point central de ce thriller psychologique. Ils ont tous les trois subit des drames et des violences, qui les ont changés à jamais. Trois vies et destins qui vont s'entremêler et nous faire sombrer avec eux. Les atrocités que Carrisi n'épargne pas à ses personnages ne nous le sont pas non plus.  Je suis l'Abysse est un thriller dans lequel le lecteur plonge sans bouée de sauvetage. Nous nous laissons entraîner et manipuler par Donato Carrisi jusqu'à la toute dernière page. La lecture audio est d'autant plus perturbante que le narrateur Benjamin Jungers, nous raconte cette histoire avec détachement, calme et indifférence. Comme si lui aussi était le fantôme d'une de ces histoires, et que toutes les atrocités dont nous allons être les témoins ne devaient pas nous atteindre. J'aime les romans de Carrisi, car l'atmosphère est toujours sombre et oppressante, l'intrigue y est bien plus complexe que ce que l'on ne l'imagine au départ. Le final est toujours surprenant, sur mes quatre lectures de l'auteur, pas une seule fois, je n'ai pu me projeter sur la résolution du final avant la dernière page. http://chromopixel.fr/je-suis-labysse/

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je n'ai pas eu le coup de cœur escompté vu toute la hype qu'il y a derrière ce livre. Je pense que cette histoire n'était pas faites pour moi. Le fait qu'on fasse du mal à un enfant ne me plaît pas dans un livre pour moi, c'est un thème un peu tabou. J'ai adoré, par contre, le narrateur et c'est lui qui m'a fait continuer ce livre, il a très bien scindé les personnages et donc on les reconnaissaient. J'ai eu aussi beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire, parce qu'on voyage dans le temps et en audio on ne s'en rend pas vraiment compte. Il n'y a peut-être pas non plus de différence dans le livre. Du coup, je ne pense pas lire d'autres livres de l'auteur, vu ces thématiques abordées.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je suis totalement convaincue par l’écoute de ce livre audio, tant par le récit lui-même que par la voix de Benjamin Jungers, parfaitement adaptée aux différents personnages et au caractère intime de leurs pensées. Il me semble que l’empathie ressentie pour chacun des protagonistes durant mon écoute a été amplifiée par les intonations appropriées et éloquentes du narrateur. Italie- Lac de Côme, un quartier résidentiel de la ville du même nom, réputé pour sa tranquillité et ses villas cossues, parfois abandonnées par une population vieillissante. « L’homme qui nettoie », on ne le connaîtra que par cette désignation, sillonne le quartier au rythme de ses tournées monotones d’éboueur. En apparence seulement, car l’homme, solitaire et taciturne, a une obsession : trouver parmi les résidentes la proie idéale, facilement accessible et explorer ses poubelles jusqu’à la connaître intimement. Ces femmes ne connaissent ensuite d’autre destin que de finir en morceaux dans le lac… Cela commence ainsi et vous pourriez croire que Donato CARRISI nous propose un thriller des plus classiques, avec tueur psychopathe et enquête de police. Mais ce roman est fortement axé sur la psychologie des personnages, et ceux-ci sont riches et complexes, ce qui permet à l’auteur d’évoquer de nombreux sujets. De cet « homme qui nettoie » nous connaitrons l’enfance difficile, entre une mère irresponsable et perverse et quelques beaux-pères de passage, dont l’un particulièrement cruel le marquera à jamais. Il y a aussi « la chasseuse de mouches », une travailleuse sociale qui aide les jeunes femmes en détresse et qui va croiser la route de « l’homme qui nettoie ». Et « la fille à la mèche bleue », une adolescente suicidaire victime d’un horrible chantage, qui elle aussi va croiser la route de cet « homme qui nettoie », et en faire à ses risques et périls son « ange mystérieux ». Voilà pour ces personnages dont nous n’allons pas connaître l’identité mais dont l’auteur, en virtuose des mots, va nous livrer leurs existences dans les moindres détails. Je suis l’abysse aborde des thèmes difficiles, efficacement traités: la maltraitance enfantine et ses conséquences, le harcèlement et les violences faites aux femmes. Le dénouement de ce roman intense est particulièrement réussi : un excellent thriller mais également une belle et triste histoire où se côtoient humanité et noirceur humaine. Je remercie Audiolib et NetGalley pour l’écoute de ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quelle claque ! Du grand Donato Carrisi ! Une intrigue tridimensionnelle, avec des personnages sans identité puisque leur nom n’est jamais nommé. Un thriller psychologique avec une double lecture sur la maternité et la construction de la personnalité qui est influencée, ou non, par l’univers familial. Une grande maitrise du genre ! A lire !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mon premier Donato Carrisi, et certainement pas mon dernier ! Quelle histoire ! Qui gravite autour de plusieurs étranges personnages : un petit garçon qui a failli se noyer sous les yeux de sa mère, une femme qui tente de sauver celles qui sont en danger, une jeune fille à bout de forces et un homme qui nettoie et vole vos poubelles pour trouver des indices… Des femmes qui disparaissent. Des jeunes qui vivent, mais à quel prix ? Et des histoires du passé qui refont surface à tout instant. Qu’en est-il de nos vies ? De notre destin ? Comment s’en sortir lorsqu’on a trop souffert ? Quelles traces notre passé imprime-t-il dans notre futur ? Faut-il toujours avoir un but dans la vie pour tenir le coup ? Ce thriller (qui se déroule en Italie sur les bords du Lac de Côme, ce qui ne gâche rien) est stupéfiant. Angoissant. Déroutant. Car, à l’image de la couverture grise et froide, le personnage principal fait grise mine. Et l’ambiance nous glace le sang, en proie à de terribles émotions. Jusqu’au final. Bravo à Benjamin Jungers qui installe une véritable chape de plomb de laquelle il est difficile de sortir indemne. Sa voix est posée, mûre, tantôt fébrile, tantôt puissante. Je crois que mon expérience de lecture n’aurait pas été la même sans lui !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je suis l’abysse est mon premier Donato Carrisi. Cet auteur fait partie de ceux qui cartonnent à la bibliothèque, les amateurs de polars ont l’air de beaucoup l’apprécier. Et grâce à Audiolib et NetGalley, j’ai eu l’occasion de le découvrir avec Je suis l’abysse. Coup de bol, il s’agit d’un one shot, car il écrit aussi des séries et Dieu sait comme je déteste prendre le train en cours de route parce que souvent, on manque d’infos sur les personnages et ça perturbe ma lecture. Mais là non du coup. Bref, revenons-en à nos moutons. Le roman commence fort avec l’histoire assez glaçante d’un gamin visiblement trop encombrant pour sa mère. Ensuite, nous allons progressivement faire connaissance avec d’autres personnages : tout d’abord, « L’Homme qui nettoie » qui entre dans la vie des gens, les épie, connaît tous leurs petits secrets en recueillant leurs ordures. Ces gens – ces femmes – ils les épie pour le compte du mystérieux Micky. Enfin, je dis mystérieux, mais en fait, tous les personnages le sont. L’Homme qui nettoie, Micky, La Chasseuse de mouches et La Jeune Fille à la mèche violette. On pourrait croire que les personnages n’ont aucun lien entre eux mais que Je suis l’abysse va les faire se rencontrer, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Il existe un lien entre Micky et L’Homme qui nettoie, et il y a un lien entre La chasseuse de mouches et Micky, et donc avec L’Homme qui nettoie, et même avec le petit garçon rencontré au début du récit. La Chasseuse de mouches est le nom qu’à trouvé le narrateur de Je suis l’abysse pour parler d’une femme qui tente de sauver des femmes des sales pattes d’hommes violents – physiquement ou psychologiquement. Elle va donc s’intéresser à Micky. Et La Jeune Fille à la mèche violette, que dire sur elle ? Un accident de parcours de L’Homme qui nettoie, une petite trace laissée par un homme qui n’en laisse jamais aucune, une petite brèche dans son cœur. Je suis l’abysse est un roman sombre. On y voit les répercussions des relations entre parents et enfants. On évoque qui fait que certains deviennent des criminels sans raison apparentes et d’autres qui le deviennent en raison d’une enfance maltraitée. La voix de Benjamin Jungers est parfaite dans le rôle du narrateur de cette histoire et je suis ravie d’avoir découvert ce roman en version audio. Comme je vous le disais le roman est sombre, toutefois, il m’a fait sourire à plusieurs reprises. En effet, L’Homme qui nettoie retrouve le téléphone portable de La Jeune fille à la mèche violette. Et au dos de son portable est écrit le mot « Fuck ». L’homme est persuadé que c’est le prénom de l’adolescente. Il l’appelle donc comme ça lorsqu’il parle d’elle. Il ne faut pas grand chose pour me faire rire. J’ai beaucoup aimé cette découverte de Donato Carrisi et à l’occasion, je ne suis pas contre me plonger dans un autre de ses romans. Quand ma Pile à Lire sera réduite évidemment.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une envie de thriller percutant, le dernier Donato Carrisi vous attend! La lecture audio est juste parfaite pour une immersion totale dans l'intrigue! . . « L’homme qui nettoie rôde autour de nous. Parmi nos déchets, il cherche des indices sur nos vies. En particulier sur celles des femmes seules. Une femme lui a fait beaucoup de mal enfant : sa mère. La chasseuse de mouches, elle, tente de sauver les femmes en péril. Et elles sont nombreuses... Surtout quand l’homme qui nettoie rôde autour d’elles. » . . Comme souvent, les thrillers de l’auteur sont inspirés de faits réels, ce qui je dois bien l’avouer nous glace encore plus lors de notre lecture. Et puis il y a une telle dichotomie entre la beauté des lieux, le lac de Côme, et la noirceur des abysses. Ces mouches… L’enfance et ses marques indélébiles. L’auteur dépeint un monstre pour lequel nous avons une sorte d’attachement, c’est profondément dérangeant et pourtant on ne boude pas notre plaisir! Ce thriller psychologique est implacable, des destins liés, des traumas qui remontent à la surface et font boire la tasse. Donato Carrisi distille et titille l'ombre noire qui se trouve en chacun de nous. Un roman qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout! J’ai adoré!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un tueur sauve une jeune fille qui tente de se suicider. Il laisse sur les lieux une preuve qui rattache le sauvetage à un bras sans corps retrouvé beaucoup plus loin. La police ne s’inquiéte pas de ce bras mais une femme va faire ses recherches car son métier c’est de sauver les femmes victimes de maltraitance. C’est un trio de personnages que l’auteur appelle la chasseuse de mouche, l’homme qui nettoie et la fille à la mèche violette qui nous livrent un thriller inquiétant et sombre. Alors que ces trois personnages se lient, se cherchent ou se traquent, on découvre leur histoire bouleversante entre maltraitance, deuil et manipulations, on plonge dans une histoire oppressante. L’interprétation du lecteur est totalement juste et sa voix porte merveilleusement toute l’angoisse du thriller. J'étais captivée ! Une véritable réussite, le thriller comme la lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

GÉNIALISSIME 🎉🎉🎉 Ce thriller m'a embarquée dans les profondeurs de la noirceur de "l'humain". Beaucoup de violences sont présentes dans ce livre, autant physiques que psychologiques 😱☃️ Une ambiance pesante, de terribles secrets, du glauque... Pour résumer : une histoire glaçante!! Des traumatismes de l'enfance aux souffrances à l'âge adulte, la terreur du début à la fin avec les nombreuses séquelles que cela entraîne 😵 Les personnages n'ont pas de noms, cela peut être déroutant puisque cela impose une certaine distance avec le lecteur, mais cela ne m'a pas empêchée de m'attacher aux protagonistes pour ma part. Et puis le narrateur #benjaminjungers est excellent et rajoute encore plus de folie à la tension déjà malsaine grâce à ses différentes intonations! Un roman EXTRAORDINAIRE 👏

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nous suivons la trajectoire de quatre personnages principaux dont un seul a un prénom, Micky, comme les personnages secondaires, Martina, Sabrina, Diego ou Rafaele. Les autres héros sont l’homme qui nettoyait, la chasseuse de mouches et la fille à la mèche violette. Le premier est éboueur à Côme depuis dix ans, il est invisible. Il profite de son travail pour rechercher des femmes seules, analyse leur vie d’après leur déchets pour sélectionner l’Elue et la livrer à son colocataire Micky qui la tuera. Il a actuellement jeté son dévolu sur une femme qui vit avec ses cinq chats. La chasseuse essaie de protéger les femmes victimes de violence après un drame personnel, elle est parfois aidée de son amie Sabrina, une policière qui essaie de canaliser ses actions. Un vendredi matin, l’éboueur venu vider les poubelles du lac voit une jeune fille en train de se noyer et il la sauve avant de disparaître. Lorsqu’il avait cinq ans, sa mère a essayé de le noyer dans une piscine abandonnée et il n’a jamais oublié, de même que toutes les autres maltraitances qu’elle lui a fait subir en compagnie de Micky. Un bras a été retrouvé dans le lac, la police pense tout de suite à un suicide, mais la chasseuse est persuadée qu’il s’agit d’un meurtre et mène sa propre enquête avec l’aide discrète de son amie. La jeune fille est issue d’une famille très riche qui ne veut pas croire qu’il s’agisse d’une tentative de suicide mais d’un accident. Leur fille est très gâtée mais pas aimée pour elle-même et ses parents ne savent rien des violences que lui fait subir un garçon plus âgé. Elle pense avoir été sauvée par un ange et essaie d’entrer en contact avec lui, lui demandant de l’aide. Peu à peu le passé des personnages est révélé, expliquant comment leur présent en est impacté. La fin est inattendue et vraiment très réussie. Ce thriller glaçant est tiré de faits réels et ça fait froid dans le dos. La construction du roman est très bien ficelée, l’intrigue progresse de manière harmonieuse. Il n’y a aucune scène gore, les scènes violentes comme les deux meurtres sont toujours sous-entendues. La violence est ailleurs, dans la maltraitance implacable que subit l’enfant et qui en fera un meurtrier. Le thème n’est pas nouveau et m’a fait pensé à Un employé modèle de Paul Cleave. L’enfant a été rejeté de multiples façons, s’est construit dans la haine et ne pouvait que devenir éboueur, un rebut qui s’occupe des déchets des autres. Toutefois il n’est pas que cela et les appels au secours de la jeune fille lui offre une porte de sortie pour échapper à Micky et comprendre qu’il n’est pas un méchant enfant mais que c’est le monde qui a été méchant avec lui. La violence n’est pas l’apanage des pauvres, la chasseuse, issue de la classe moyenne a aussi vécu un drame qui l’a poussé à lutter contre la maltraitance envers les femmes. La jeune fille vient d’une famille riche et puissante, mais lorsque la vérité sera révélée, ses parents choisiront de fermer les yeux, la peur du scandale étant plus forte que le désir de justice, ce qui met la jeune fille en situation de victime idéale pour des abuseurs potentiels. L’auteur explore aussi la culpabilité à travers l’histoire de la chasseuse, dont la vie a aussi basculé, ce qui a détruit son couple, son mari est devenu alcoolique et elle met toute son énergie dans ses actions de prévention. L’endroit est idyllique, mais l’auteur en a fait un lieu d’angoisse et de désolation, l’ambiance est glauque. Une des particularités de ce thriller très réussi est que seuls les lecteurs auront le fin mot de l’histoire et toutes les pièces du puzzle, il reste incomplet pour la chasseuse, qui passe à côté de l’information principale et pour la police qui n’arrive pas à faire les liens entre les disparitions, la chasseuse a compris, mais les preuves manquent. Les personnages sont attachants et très réussis, on éprouve de l’empathie même pour le tueur. Ce n’est pas le premier livre de cet auteur que je lis et ce ne sera pas le dernier. Un grand merci à Netgalley, audioblib et Calman-Lévy pour ce thriller à ne pas manquer. #Jesuislabysse #NetGalleyFrance !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :