J'ai un nom

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 14 oct. 2021 | Archivage 13 janv. 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Jaiunnom #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Le 17 janvier 2015, Chanel et sa sœur assistent à une fête sur le campus de Stanford. Quelques heures plus tard, Chanel se réveille dans une chambre d’hôpital : on lui explique qu’elle a sans doute été violée – ce que de pénibles examens confirment.

Son agresseur présumé, Brock Turner, est un athlète prometteur soutenu par ses parents et dont la ligne de défense ne variera pas : la victime était consentante. Ce « bon garçon », « d’excellente réputation », essaiera même de le lui faire admettre. Devant les preuves certaines il est pourtant reconnu coupable mais, au nom de « conséquences collatérales négatives », uniquement condamné à six mois de prison. Lors du verdict, Chanel, jusque-là sidérée et mutique, lit une déclaration qui restera dans les mémoires et contribuera à faire changer la loi californienne.

Ce récit, qui questionne lourdement un système pénal conçu pour protéger les plus forts, marque surtout par le courage de la victime qui, grâce à lui, réussit à se réapproprier son identité. Entrelaçant douleur, résilience et humour, il est en passe de devenir un classique moderne.

Le 17 janvier 2015, Chanel et sa sœur assistent à une fête sur le campus de Stanford. Quelques heures plus tard, Chanel se réveille dans une chambre d’hôpital : on lui explique qu’elle a sans doute...


Ils recommandent !

« Ce livre est un acte de revendication… J’ai un nom marque les débuts d’une jeune écrivaine talentueuse. »

─ Jennifer Weiner, The New York Times

« Dans un monde parfait, la lecture de J’ai un nom serait obligatoire pour tout policier, inspecteur, procureur et juge qui s’occupe de victimes d’agression sexuelle. »

─ LA Times

« Miller est une conteuse douée… Apprenez son nom, écoutez sa voix ! »

─ The New Yorker

« Dans un monde qui demande à trop de survivants de garder leurs expériences pour eux-mêmes […] J’ai un nom est sans conteste un très grand livre […]. Le lire inspire l’espoir. »

─ The Guardian

« Dans sa rare honnêteté et dans ses petits détails, J’ai un nom est à la fois une plaie ouverte et un baume, un cri silencieux et le plus fort des cris… J’ai un nom est plus qu’une mise en accusation, même si elle est réussie et émouvante. C’est aussi une main tendue, qui vous invite à vous battre à ses côtés. »

─ Elle

« Miller se distingue non seulement par sa résilience et sa force d’âme, mais aussi par son pouvoir d’expression. Elle possède des dons extraordinaires en tant qu’écrivain. »

─ The National Book Review

« Ce livre est un acte de revendication… J’ai un nom marque les débuts d’une jeune écrivaine talentueuse. »

─ Jennifer Weiner, The New York Times

« Dans un monde parfait, la lecture de J’ai un nom...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782749165844
PRIX 22,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Chanel Miller est une jeune femme de 23 ans, issue d'une famille américano asiatique, qui vit à Palo Alto en Californie. Elle vient de démarrer un premier emploi après son diplôme, elle a un petit ami, bref, tout va bien pour elle. Un soir, elle accompagne sa soeur à une fête dans une fraternité sur le campus de Stanford. Et là , trou noir. Elle se réveille à l'hôpital et comprend, sans que personne ne le lui dise explicitement, qu'elle a été victime d'une agression sexuelle.
Ce n'est pas le témoignage de l'agression en elle-même que Chanel livre ici car elle ne s'en souvient pas. C'est ce que la machine judiciaire et l'opinion publique lui impose qu'elle livre ici : les journaux qui relatent l'histoire et lui jette la pierre pour avoir bu alors que personne ne parle de l'état d'ébrieté de son agresseur, les commentaires des internautes, sans compassion, les dates des audiences sans arrêt décaler à la dernière minute l'empêchant de reprendre une vie normale, la dépression qui vient avec....
On reste sans voix devant le récit de cette jeune femme...Rien que la première scène à l'hôpital où personne ne lui raconte ce qui s'est réellement passé est hallucinante....Elle trouve la force de se relever, mais combien d'efforts cela lui demande, c'est énorme....

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Chanel nous livre un témoignage glaçant de bout en bout avec une écriture brute mais méthodique. Certains passages font froid dans le dos et, en refermant le livre, on ne peut que se demander pourquoi la justice est encore aussi lente et pénible pour les victimes de viol.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

"J'ai un nom" est le témoignage de Chanel Miller, victime du violeur Brock Turner. Elle raconte toute son histoire, de la nuit du 17 janvier 2015 au jugement final. Véritable plongée dans le système judiciaire américain où votre richesse est votre meilleure défense, c'est un texte dénonçant de nombreuses injustices. Parfois dur à lire de par le sujet traité (et parfois un peu long mais tel est le style de l'Autriche) , "J'ai un nom" est un chant d'espoir et de ralliement. Un legs pour les générations futures.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le 17 janvier 2015, Chanel et sa sœur assistent à une fête sur le campus de Stanford. Quelques heures plus tard, Chanel se réveille dans une chambre d'hôpital : on lui explique qu'elle a sans doute été violée – ce que de pénibles examens confirment. Son agresseur présumé, Brock Turner, est un athlète prometteur soutenu par ses parents et dont la ligne de défense ne variera pas : la victime était consentante. Ce " bon garc¸on ", " d'excellente réputation ", essaiera même de le lui faire admettre. Devant les preuves certaines il est pourtant reconnu coupable mais, au nom de " conséquences collatérales négatives ", uniquement condamné à six mois de prison. Lors du verdict, Chanel, jusque-là sidérée et mutique, lit une déclaration qui restera dans les mémoires et contribuera à faire changer la loi californienne. 


Je remercie @ et @ pour ce SP qui percute et nous bouscule.Dès les premières pages, j'ai été happée par la plume tranchante de l'auteure qui est aussi la victime. J'ai été bouleversée par ses mots, par ce qu'elle a vécu. Un système judiciaire défaillant où la victime devient celle qui est lynchée, de l'agresseur qui écope d'une peine dérisoire... J'ai un nom est un vécu qui nous glace par cette souffrance de la victime, mais aussi de sa famille. L'autrice nous raconte sans prendre de gants le chemin qu'elle a parcouru pour survivre au viol, mais aussi au parcours judiciaire chaotique. Chanel Miller interpelle également le lecteur sur ce qu'est une victime, sur l'image que véhiculent vos faits et gestes, sur le chemin sinueux pour retrouver un semblant de vie, une identité. Entre l'agresseur et la victime, le fil est parfois mince pour la justice et le public. Ce témoignage est essentiel, car il démontre comment une victime peut devenir la jugée pendant que l'agresseur lui, devient la victime. Le récit en lui-même est atroce. Chanel Miller nous décrit les silences du corps médical, les commentaires dans la presse, sa souffrance et son incompréhension... J'ai un nom est à lire en ayant en tête que nous plongeons dans l'intimité d'une victime qui ouvre les vannes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai un nom est un livre incroyable, d'une importance extrême aujourd'hui. L'histoire vraie d'une jeune femme victime de viol sur le campus de Stanford et de son long combat en justice pour punir le coupable. Malgré (ou à cause de ?) la très faible peine retenue contre lui, l'affaire va avoir un impact médiatique considérable grâce au talent d'écriture de la victime. Elle raconte ici les conséquences du viol, mais aussi de la procédure judiciaire et de sa médiatisation.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le commentaire de Martine : ♥ Coup de coeur ♥
Un roman qui dérange, celui de l'histoire de Chanel Miller, une jeune femme américano-asiatique qui vit une vie paisible en Californie. Ce récit commence au moment, où elle a débuté un nouvel emploi suite à sa remise de diplôme, elle est contente d'avoir un travail en mesure de ses études. Elle a un petit ami avec qui elle est heureuse. Mais un soir, tout bascule, elle accompagne sa sœur à une fête dans une fraternité de Stanford, elle se souvient y être allée, la suite, c'est la noirceur, un trou de mémoire. Elle va reprendre ses esprits dans un lit d'hôpital, elle prend conscience qu'elle vient d'être une victime d'agression sexuelle, elle ne comprend plus rien.
C'est un parcours abrupt à la recherche de la vérité et de la justice. Chanel Miller sera aussi un témoin qui démontre les failles du système judiciaire, ou l'université, l'institution va responsabiliser à 100 % les événements à la victime, au fait même, d'idéaliser l'agresseur.
Ce récit est un témoignage de résilience, de courage et de guérison. Chanel Miller a une plume intelligente, réfléchie et posée, elle relate les faits et les conséquences avec honnêteté, sincérité et franchise. Elle dénonce le viol, la violence, la justice, les institutions, le traitement des victimes, l'entourage, c'est d'une voix forte et claire que Chanel Miller parle des répercussions dans sa propre vie et celles de ses proches. C'est un roman percutant qui m'a fait passer diverses émotions, c'est un récit coup de poing. Coup de cœur flagrant de cette grande preuve de courage de cette jeune femme.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :