Aux Abois

Lu par Loïc Richard
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 1 sept. 2019 | Archivage 17 juin 2021
VOolume, Crème de crime

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Mathildeetsesmitaines #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

La collection audio « Crème de Crime » rassemble des polars emblématiques de la littérature policière.

"Aux Abois", livre magistral, sombre et provocant, est l’un des derniers romans de Tristan Bernard, écrivain plus connu au début du XXème siècle pour ses bons mots et ses pièces de théâtre à succès que ses romans criminels.

"Aux Abois" comprend tous les ingrédients d’une intrigue policière classique : un meurtre, une traque, une arrestation. Mais le principal protagoniste, le meurtrier, ne semble pas s'en émouvoir outre mesure : il relate sa situation de manière distanciée, avec un humour décapant et désespéré. "Aux Abois" est aussi une critique sociale corrosive, une charge véhémente contre la peine de mort. « Tout de même, la société est outillée pour toutes les besognes, il n’y a pas que Dieu et les assassins qui sachent faire mourir » … « C’est là que l’auteur principal m’attendra avec sa lame coupante, fabriquée et fourbie grâce aux subsides de 40 millions de complices »

Aux abois a été adapté au cinéma par Philippe Colin en 2005.Comédien, mime, metteur-en-scène, récitant : Loïc Richard est un artiste aux multiples facettes. Amateur de littérature, c’est un habitué des lectures publiques.

La collection audio « Crème de Crime » rassemble des polars emblématiques de la littérature policière.

"Aux Abois", livre magistral, sombre et provocant, est l’un des derniers romans de Tristan...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9782364068605
PRIX 13,90 € (EUR)
DURÉE 4 Heures, 9 Minutes

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

J’ai eu le très grand plaisir d’écouter ce livre lu par Loïc Richard avec brio, il nous transporte sans problème dans la tête du héros et nous transmet ses émotions grâce à sa voix chaude et agréable. Je ne dirai jamais assez comme j’aime cette nouvelle manière de découvrir des textes, ces livres audio me plaisent infiniment.

Paul raconte son histoire : Il tue un usurier, de manière un peu expérimentale, le vole et s’enfuit. Après quelques jours il quitte Paris, va au Havre, puis à Lyon et Monte Carlo avant de revenir à Paris. La justice finit par le rattraper. Il écrit son journal qui raconte tous ces faits.

Vu sous cet angle, ce roman peut sembler être un simple polar, mais il n’en est rien, on connaît très rapidement l’identité du meurtrier, de sa victime et le mobile, quand à son arrestation, elle est plus le fruit du hasard que du travail des policiers. L’essentiel est donc ailleurs : dans le ressenti et le vécu du narrateur. Il pense ne pas être capable de tuer et va rencontrer sa victime avec qui il a rendez-vous avec l’arme du crime dans la poche. Il le tue finalement pour tester s’il en est capable, sans vraie passion et surtout sans regret. Durant sa cavale, il prend conscience de s’être isolé de l’humanité, il pensait être soulagé d’avoir résolu ses problèmes d’argent, mais il comprend vite que ça ne va pas durer. Il commence par être raisonnable en mettant sa fortune mal acquise à la banque et paie sa pension en retard à son ex-femme, mais rapidement, il finit par aller jouer au casino. Son journal décrit surtout comment le crime, qu’il ne regrette pas agit sur son évolution psychologique, le condamnant rapidement à une terrible solitude et l’isolant des autres. Dès le début il se conduit de manière fataliste et ne se donne pas vraiment les moyens de s’échapper. Il ne part pas pour l’Amérique par flemme et finit même par revenir à Paris par ennui, il a décidé que s’il se faisait prendre, il avouerait, ce qu’il fait sans difficulté le moment venu. Il ne se cherche pas d’excuse et convient que son crime n’a aucune circonstance atténuante.

Ce roman que j’ai trouvé très moderne dans sa forme et son contenu date de 1933. C’est un vibrant plaidoyer contre la peine de mort, que bien peu de gens remettaient en cause à l’époque. Il accuse la société de tuer, au nom de quarante millions de complices, ces meurtres légaux ne valant pas mieux que les crimes crapuleux selon le narrateur. Ce livre parle aussi de la violence gratuite, puisque finalement le vol n’est pas le vrai mobile du crime, Paul veut tenter l’expérience pour voir s’il en est capable, ce qui rappelle le personnages de Lafcadio dans Les caves du Vatican de Gide. C’est de ce livre aujourd’hui malheureusement oublié que Camus s’est inspiré pour L’étranger, paru neuf ans plus tard. D’ailleurs je vais le relire à la lumière de ce roman de Tristan Bernard. A part sa vision des femmes, qui sont à peine plus que des objets de plaisir, je trouve ce roman très moderne et bien dans l’air du temps de l’époque où les crimes gratuits ne vont pas manquer. En 1933, on est en pleine montée des fascismes en Europe et ce livre pourrait être lu comme une sorte de fable prémonitoire, la vie humaine n’a plus de valeur.

On trouve aussi une réflexion intéressante sur la justice et son rôle, sur le poids de la société, puisque selon l’auteur, le président ne peut gracier ce condamné même s’il est contre la peine de mort, car l’opinion publique ne comprendrait pas. Le rôle des politique n’est donc que de suivre la volonté populaire, même si ses choix sont immoraux, on a bien vu où le populisme des années 1930 a mené…. et on ferait bien d’en prendre de la graine à notre époque.

C’est une très bonne nouvelle que les Editions Voolume ressortent ce roman de l’oubli et j’espère que de nombreux auditeurs auront la chance de le découvrir. Un grand merci à eux et à Netgalley pour ces très bons moments passés avec cet assassin atypique et finalement vraiment sympathique.

#Mathildeetsesmitaines #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai choisi ce titre pour la voix de Loïc Richard qui m’avait enchantée avec Les Mystères de Paris et ne m’a pas déçue ici !

Je n’ai pas le souvenir d’avoir lu ce livre de Tristan Bernard et ce fut une découverte totale : Il est sombre, cynique, provocateur et lucide, non dénué d’humour ! Il m’a rappelé L’Etranger de Camus mais ici le meurtrier a une compréhension plus juste de la situation.

Loïc Richard a donné une consistance à ce récit qui m’a accroché et je ne pense pas que le texte papier aurait eu le même effet ! Il a su jouer des intonations pour captiver l’intérêt, le garder, goûter l’humour et même se mettre dans la peau du meurtrier indifférent !

Pour moi la voix compte plus que le texte en fait puisqu’il a réussi à m’intéresser et me prendre au jeu de cette lecture que je n’aurais pas choisi de moi-même !

#auxabois #netgalleyfrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Wouah quel coup de coeur ! J'ai découvert les Editions VOolume grâce à ce livre audio. J'ai beaucoup aimé l'histoire et le texte de l'auteur. J'ai trouvé l'histoire prenante et vraiment touchante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici un livre que j'ai apprécié car j'adore ce style de lecture. On se retrouve plongé dans l'histoire de cet homme qui a tué pour de l'argent et qui va tenter de s'en sortir sans éveiller les soupçons.

J'ai trouvé ça intéressant de suivre les péripéties de cet assassin et surtout de voir comment évolue ses réflexions sur ce qu'il a fait. On dirait par moments que ça ne l'atteinte nullement. C'est assez étrange. De plus, la voix du narrateur est très chouette car elle permet de bien plonger dans cette histoiremaus surtout dans la tête de cet homme.

Bref, un très bon ouvrage à découvrir.

Je remercie NetGalleyFrance et VOolume pour cette écoute.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :