Les Mystères de Paris

tome 1

Lu par Loïc Richard
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 24 oct. 2020 | Archivage 9 sept. 2021

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LesMystèresdeParis #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

« Les mystères de Paris » est un magistral roman d’aventure populaire qui a tenu la France entière en haleine pendant plus d’un an au milieu du XIXème siècle. Il met en scène les mœurs violentes des voyous des bas-fonds parisiens, dont il a contribué à populariser l’argot.

Rebondissements incessants, suspense à la fin de chaque épisode : « Les mystères de Paris » a créé un genre, celui de la série, qui a triomphé de toutes les époques et de tous les supports jusqu’à aujourd’hui !

Écrit dans un style moderne et coloré, riche en péripéties, « Les mystères de Paris » se prête tout particulièrement bien à une écoute audio.

Par une sombre nuit parisienne, dans le quartier alors misérable de l’ile de la Cité, une jeune fille, la Goualeuse, est attaquée par le Chourineur, un bandit notoire. Un mystérieux ouvrier, doué d’une force hors-du-commun, intervient et sauve la jeune fille à l’issue d’une bagarre homérique. L’ouvrier se révèle être le Prince de Gerolstein, un aristocrate courageux, intègre et généreux travesti en homme du peuple pour élucider une terrible affaire. Sa quête l’amènera à croiser le chemin de la Chouette, hideuse vieille femme tortionnaire, du Maître d’école, bandit cruel et sans pitié, de Fleur-de-Marie, jeune fille pure et innocente, de Madame Pipelet, la concierge (dont le nom est passé à la postérité !), et de bien d’autres encore. Toute une galerie de personnages, répugnants ou admirables mais hauts en couleurs, qui ont beaucoup fait pour la popularité des « Mystères de Paris ».

Publié en feuilleton quotidien dans le « Journal des débats » entre l’été 1842 et l’automne 1843, ce roman connait immédiatement un succès fulgurant et devient un véritable phénomène de société. On s’arrache le journal chaque matin, on fait la queue devant les salons de lecture pour le louer. Les bonnes âmes le lisent à ceux qui ne savent pas lire. On dit même que les malades d’alors attendent la fin des Mystères de Paris pour mourir !

Issu de la grand bourgeoisie, dandy membre du jockey club, Eugène Sue appartient à la jeunesse parisienne dorée. Il jouit d’une petite réputation littéraire mondaine et se préoccupe fort peu de ce qui se passe au-delà du Faubourg Saint Germain. Alors qu’il est en panne d’inspiration, on lui souffle l’idée d’écrire sur la vie du peuple plutôt que sur celle des nantis. Déguisé en homme du peuple, il explore les ruelles fétides et obscures, parcourt les recoins les plus mal famés des faubourgs parisiens, s’aventure dans les cabarets. Il y puise une formidable matière humaine et linguistique pour son roman : le Prince Rodolphe, Fleur-de-Marie, le Chourineur et son argot inimitable sont nés de ses premières virées nocturnes

Eugène Sue se contente au début d’exploiter la misère sociale comme simple matériau littéraire. Cependant, il devient, au fur et à mesure de la rédaction du roman, de plus en plus convaincu de la nécessité d’instaurer plus de justice sociale, allant jusqu’à se dire socialiste. En ayant contribué à la prise de conscience des conditions de vie du peuple, il a été pour beaucoup l’un des instigateurs de la révolution de 1948.

« Les mystères de Paris » est un magistral roman d’aventure populaire qui a tenu la France entière en haleine pendant plus d’un an au milieu du XIXème siècle. Il met en scène les mœurs violentes...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9782364069473
PRIX 18,00 € (EUR)
DURÉE 6 Heures

Vos liens

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

«Il y a dans Les Mystères de Paris une énergie sauvage : celle d'une cohorte de personnages maléfiques, malfrats hideux comme la Chouette, Tortillard – un anti-Gavroche –, le Maître d'école ou Bras-Rouge, criminels du grand monde comme le comte de Saint-Remy, monstres hypocrites comme le notaire Jacques Ferrand. Eugène Sue n'est pas avare de noirceur. Mais il y a aussi une sauvagerie du Bien, celle de Rodolphe, prince mélancolique venu à Paris à la recherche de sa fille perdue, impitoyable avec les méchants qu'il punit au mépris des lois… Le roman exprime dans son ensemble une quête assoiffée de régénération morale de la société, par l'amélioration des mécanismes préventifs et répressifs – c'est le sens de l'engagement de Sue en faveur de l'encellulement des criminels – ainsi que par l'invention de mécanismes d'incitation au Bien, police ou tribunal de la Vertu, qui doivent récompenser publiquement les actions exemplaires.»
Judith Lyon-Caen.
.
. Voici un classique de la littérature française dont on parle moins souvent éclipsé par d’autres grands auteurs du XIX ème siècle: Dumas, Balzac, Stendhal, Zola, Hugo, Sand… On oublie souvent Eugène Sue. Et pourtant l’intrigue est prenante, pleine de rebondissements dans ce Paris mystérieux, on avance vite, on tourne les pages « Le livre inaugure aussi un genre qui deviendra plus tard le feuilleton radiophonique ou télévisuel, une œuvre de fiction à destination des masses, stimulant l’imaginaire collectif », ces histoires étaient publiées en feuilleton dans Le Journal des débats. Vous vous trouverez entre le roman social et le roman d’aventures. Sue prenant clairement position sur divers sujets de société. A découvrir ou redécouvrir! En version audio c’est extra!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici un de mes premiers livres audios et j'ai eu un petit coup de cœur pour la manière dont l'histoire est racontée.

En fait, j'ai tout aimé dans ce livre. Que ce soit les personnages très atypiques que j'ai adoré suivre car ils ont un côté très dur mais ils sont aussi attachants et touchants. De plus, l'histoire est très chouette à suivre. J'aime beaucoup les écrits de cette époque et lire ce type de roman me plaît bien. C'est dépaysant et tout à fait prenant. Je me suis retrouvée à ressentir les émotions des personnages, à me révolter et à m'émouvoir avec eux.

Enfin, une chose que j'ai énormément aimée c'est la manière dont Loïc Richard raconte cette histoire. Les voix sont très bien faites et dès le début j'ai été emportée dans le récit. Le lecteur a su transmettre les émotions avec brio. Tout est bien rythmé et j'ai été complètement prise dans ce livre.

En résumé, c'est un livre audio que je conseille vivement. Il est excellent.

Je remercie NetGalleyFrance et les éditions VOolume pour cette découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un énorme livre qui a inspiré Victor Hugo à écrire Les Misérables.
Le livre audio est publié en plusieurs parties. Il est fabuleusement narré par Loïc Richard.
C'est très amusant de découvrir quels éléments Hugo a pris et transformés. Vous avez le même échantillon de population, un homme essayant de répandre la justice sociale, des méchants et des bons, des pauvres et des riches, mais avec des combinaisons et une évolution différentes de celles des Misérables. Et une histoire intéressante sur un homme et sa fille !
C'est aussi un livre plus populaire, sans véritable contexte historique, mais qui met définitivement l'accent sur les circonstances sociales.
Sue est ici le premier auteur à décrire les injustices et la situation misérable du peuple, et à critiquer ouvertement les institutions. Il devient ainsi le porte-parole des idéaux humanitaires et socialistes en vogue dans les années 1840, avec pour résultat ultime la Révolution de 1848.
Et ses portraits de ses personnages sont excellents.
Le style peut sembler trop romantique pour certains. En fait, je l'apprécie beaucoup.
Si vous aimez Les Misérables, je vous recommande fortement de l'essayer. Il est disponible en anglais sous le titre Les Mystères de Paris.
J'espère que les prochains livres audio vont bientôt être publiés, 3 seulement jusqu'à présent. Combien en faudra-t-il donc pour couvrir toute l'œuvre ??

A huge book that inspired Victor Hugo to write Les Misérables.
The audiobook is being published in many parts. It is fabulously narrated by Loïc Richard.
It is great fun discovering what elements Hugo took and transformed. You have the same sample of population, a man trying to spread social justice, bad and good people, poor and rich, but with different combinations and evolution than in Les Misérables. And an interesting story about a man and his daughter!
It’s also a more popular book, with no real historical background, but the focus definitely on the social circumstances.
Sue is here the first author to describe the injustices and miserable situation of the people, and to openly criticize the institutions. He thus became the spokesman for the humanitarian and socialist ideals in vogue in the 1840s, with the ultimate result in the 1848 Revolution.
And his portraits of his characters are excellent.
The style may sound overly romantic to some. I actually do enjoy it a lot.
If you love Les Misérables, I highly recommend you to try it. It’s available in English as The Mysteries of Paris.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Encore une magnifique redécouverte grâce à un livre audio, je suis décidément vraiment accro à ce nouveau format, qui donne une autre dimension à la lecture, même si on ne profite pas de cette écoute pour faire autre chose en même temps. On a l’impression d’assister à une pièce de théâtre, et avec cette histoire lue de manière si vivante par Loïc Richard, on est immédiatement transportés au dix-neuvième siècle. Il sait donner vie aux personnages et à leur langue souvent très imagée, faisant parler tour à tour des bandits, un homme noble ou une timide jeune fille. Il choisit le ton adéquat pour chacun d’eux.

J’ai lu ce livre en entier il y a des décennies et je n’en avais pas gardé grand souvenir, si ce n’est que je l’avais beaucoup apprécié à l’époque. Il s’agit ici de sa première partie et c’est assez frustrant que le fichier s’arrête en plein milieu de l’histoire, mais si mes souvenirs sont bons c’est un énorme pavé et il ne doit pas tenir en un seul fichier, j’espère avoir l’occasion de lire la suite plus tard. Rodolphe, se disant ouvrier, se rend dans la cité pour rencontrer un contrebandier. Tout près de sa maison, il se bat avec le Chourineur qui veut frapper une jeune fille, Fleur de Marie. Il flanque une raclée au brigand puis les emmène tous les deux dans le cabaret voisin pour souper, car il désire entendre leur histoire. Ils sont tous les deux misérables, ayant été poussés dans la délinquance et la marginalité par la nécessité. Même si ce n’est jamais dit, on comprend que le jeune fille se prostitue pour survivre. Rodolphe entrevoit du coeur et de l’honneur en eux et entreprend de les sauver. Il y a de nombreuses péripéties et cette partie s’achève sur la manière de rendre la justice de Rodolphe, en réalité un homme riche et noble. Il le fait en dehors des lois et selon son propre sens de l’équité, il fera payer ses crimes très cher au Maître d’école.

Il ne faut pas s’attendre à un polar comme on en a l’habitude, le genre n’en est qu’à ces balbutiements en 1842/43 lors de la publication de ce roman sous forme de feuilleton. Comme les auteurs de romans noirs actuels, Eugène Sue utilise ce genre promis à un bel avenir pour passer un message sur la société de son temps. Nos préjugés culturels peuvent rendre ennuyeux les bons sentiments, la piété et la commisération pour les pauvres qui suintent tout au long du roman, mais l’époque était sans pitié pour les plus défavorisés, on parlait bien de classe laborieuse, classe dangereuse. Avec l’esprit de son époque, donc plein de piété, il veut montrer que ces personnes sont plus victimes que coupables, que les enfants pauvres sont exploités dès leur plus jeune âge et n’ont souvent pas d’autre avenir que l’opprobre et la délinquance. Fleur de Marie se sent tellement salie qu’elle n’ose plus entrer dans une église, toutefois, dès qu’elle est sauvée elle se met à prier, on va dire que c’est une vision de la première moitié du dix-neuvième siècle. De même le Chourineur voit sa générosité se révéler dès que Rodolphe lui a dit qu’il est un homme de coeur et d’honneur malgré son passé. Cette vision moraliste ne peut que nous faire sourire, mais il faut se rappeler que la psychanalyse et la sociologie étaient encore à inventer. Ce message devait être novateur pour l’époque où on n’avait guère de considération pour les marginaux et les misérables. On peut penser que ces romans sociaux ont peu à peu ouvert la voie à l’évolution des mentalités et au désir de plus de justice sociale.

La vision de la justice de Rodolphe est aussi assez étrange, il a une drôle de manière de lutter contre la peine de mort. Ce roman est plein de rebondissement et ne pouvait que plaire à ses lecteurs. Il mérite d’être redécouvert, ne serait-ce que comme témoignage d’une époque, et il nous change des grands classiques mis en avant par les institutions scolaires comme Balzac, Stendhal ou Maupassant.

Un grand merci à Netgalley et Voolume pour cette agréable redécouverte, en espérant avoir l’occasion de terminer cette histoire.

#LesMystèresdeParis #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Face à une tâche longue et tranquille (repeindre des persiennes), je me suis lancée dans l'écoute de ce premier tome des Mystères de Paris et j'en suis enchantée.
J'ai découvert des personnages attachants au caractère bien trempé : Rodolphe, peintre en éventails, qui au détour d'une rue malfamée de l'île de la Cité, rencontre le Chourineur, un ancien bagnard, qu'il corrige vertement. Il avait essayé d'extorquer de l'argent à une pauvre jeune fille, la Goualeuse, surnommé ainsi pour sa belle voix.
Merci à #Netgalley pour cette écoute qui m'a fait voyager, tant par le fonds que par la forme : la voix et le ton du lecteur sont très plaisants.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les Mystères de Paris – Eugène Sue

Voilà un classique de la littérature, classique totalement méconnu pour moi car éclipsé par Zola et Balzac entre autres. Je suis donc partie à sa découverte et j’ai eu la chance de pouvoir le faire (presqu’) à la manière dont le récit a été publié à l’époque. En effet « les Mystères » ont paru d’abord sous forme de feuilleton et je le découvre en livre audio, qui est un format qui sied particulièrement à ce type de roman, je trouve.

Dès les premiers mots, l’ambiance est posée. Les ruelles sont sombres et humides, la ville sent fort, la peur, la misère et la mort rodent à la recherche de quelqu’un à se mettre sous la dent. On y fait rapidement la rencontre de personnages hauts en couleur : Fleur de Marie, une jeune fille frêle et jolie qui a manqué de chance toute sa courte vie, le Chourineur, bagnard bourru et bagarreur au grand cœur, Rodolphe, sorte de Zorro mystérieux et généreux et toute une galerie de personnages secondaires tous plus bancals les uns que les autres. Le Maître d’école, la Chouette, Bras rouge, Rigolette… on part de surprise en surprise et ce qui ressemble à un cliché anecdotique tourne de plus en plus à une peinture fort réaliste de la société de l’époque.

Je suis arrivée à la moitié de la partie 1 et je savoure chaque moment de lecture, je suis vraiment ravie de cette aventure et je suis plus emballée par cette expérience que par mon premier livre audio. Je salue d’ailleurs Loïc Richard qui fait un conteur merveilleux et qui campe à merveille chacun des personnages.

Je termine en remerciant Net Galley et VOolume et je retourne à Paris !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :