La lumière était si parfaite

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 15 avr. 2021 | Archivage 29 juin 2021

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Lalumièreétaitsiparfaite #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782265155299
PRIX 17,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

J'ai passé un très bon moment avec ce roman, j'aurai aimé qu'il soit plus long afin de passer plus de temps avec Megg et Romy ! J'ai été touchée par la détresse de l'héroïne, par son parcours et la façon dont elle s'embarque dans cette folle aventure... Je recommande !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci aux éditions Fleuve et à Netgalley de m'avoir permis de découvrir ce livre. Le scénario de base est assez classique : Megg, une femme au foyer, la quarantaine, se démène pour rendre la vie plus facile et agréable à son mari, Stéphane, et à ses enfants Malone et Lalie, au point d'oublier de se rendre la vie agréable à elle-même. Le décès de sa mère, et la découverte d'une mystérieuse pellicule photo non développée vont être le début d'une remise en question et d'un travail sur soi, avec l'aide de sa pétillante voisine et grâce à un road-trip vers la Bulgarie. L'écriture est agréable, et on se laisse prendre dans cette histoire à la fois légère, pleine d'émotions, et avec de vraies question sur l’équilibre dans un couple et sur l'adolescence. Tout comme les kilomètres au cours du voyage de Megg, les pages défilent très vite. Pas de méchant, pas de violence, beaucoup d'optimisme, une lecture idéale en cette période troublée.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

#Lalumièreétaitsiparfaite #NetGalleyFrance Avant tout merci à NetGalley et aux Editions Fleuve pour avoir accepté ma sollicitation. Reçu hier matin, je n'ai pas résisté je l'ai tout de suite commencé, et je n'ai pratiquement pas pu m'arrêter, je l'ai dévoré. Ce livre est avant tout un joli voyage à travers l'Europe, et en ces temps où voyager est difficile, il est idéal. Mais ce livre est aussi et surtout un superbe manifeste féministe, que tout le monde devrait lire aussi bien les hommes que les femmes. L'histoire de Megg est touchante et juste, emprisonnée depuis 15 ans dans la routine quotidienne de la" mère de famille", le décès soudain de sa mère va lui faire prendre conscience de sa vie. La machine s'enraille lorsqu'une pellicule oubliée dévoile son mystère. Sa quête pour connaitre la vérité sur sa mère, est surtout la prise de conscience sur sa propre vie, le révélateur. Le titre et le vocabulaire photographique sont parfaits pour illustrer cette histoire. Le style est fluide et coloré à l'image de l'amie de Megg. Ce livre est un bonbon pétillant à savourer.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megg est mariée à Stéphane. Ils ont deux enfants, Lalie, une adolescente renfrognée et Malone. Megg a renoncé à sa carrière professionnelle dès lors qu'elle a eu ses enfants pour se consacrer à son foyer. Les enfants ont grandi... et sa relation devenue conflictuelle avec Lalie se résume à des railleries. de plus, son entourage estime que sa vie de femme au foyer la rend corvéable à merci. Cela n'impactait pas la vie de Megg jusqu'au matin de l'anniversaire de sa maman disparue 6 mois tôt. Cet événement va résonner de manière particulière dans sa manière d'appréhender son avenir et ses liens familiaux. En outre elle va trouver une photo, dans les souvenirs de sa maman, qui va la bouleverser. Elle va alors remonter le fil de souvenirs en entamant un roadtrip à travers l'Europe. J'ai aimé ce roman empreint de belles émotions et de souvenirs. J'ai été touchée par le petit côté nostalgique. L'écriture est fluide avec des touches d'humour. L'auteur aborde avec sensibilité des thématiques familiales avec un focus sur les relations mère-fille, mais aussi de couple. Elle porte un regard attentif à la crise de la quarantaine. J'ai adoré le personnage de Romy qui est un rayon de soleil et qui apporte de la légèreté à ce roman. Je suis touchée d'avoir pu découvrir ce livre avant sa sortie officielle. J'ai retrouvé un peu l'esprit de l'un des livres de Virginie Grimaldi. Merci à #netgalleyfrance à #careneponte et à #lalumiereetaitsiparfaite

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans les 1ères pages , le personnage de Stéphane ne m’aidant pas à être sereine . Pourtant l’autrice sait parfaitement mener son petit monde pour faire de cette histoire , une belle histoire . Ce qui me gênait au départ , je l’ai réalisé à la fin du livre : je me suis totalement reconnue dans Megg. Sans partir en Bulgarie j’ai vécu sa vie et comme elle , il a fallu en sortir . Crise de la quarantaine ou pas , je crois que beaucoup de femmes se reconnaîtront dans ce personnage et cette histoire . Amour , amitié , secret familial , crise d’adolescence ... autant de thèmes qui font le succès de ce roman

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert le dernier de roman de Carène Ponte et je dois avouer que je ne suis pas déçue. C'est un roman qui se lit avec plaisir le sourire aux lèvres malgré quelques moins plus noirs. Megg est un personnage attachant à la limite du burn out . Elle va se réapproprier sa vie et sa relation avec ses enfants et plus particulièrement sa fille. Elle nous entraine dans un road movie à travers l'Europe avec la truculente Romy. Au fil des pages on retrouve à travers la plume toute la bonne humeur et la verve de Carène Ponte que j'aime tant suivre sur Instagram. Un concentré de bonne humeur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est avec plaisir que j'ai découvert la plume de Carène Ponte et je dois avouer que je n'ai pas été déçue. J'ai été très sensible à sa plume pétillante et pleine de joie de vie. Elle explore avec brio le burn out maternel et les relation parents enfants.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La lumière était si parfaite de Carène Ponte. C’est l’histoire de Meggs, mère au foyer qui se sent lassée et malheureuse dans ce rôle qui n’est que d’être mère au foyer. Son mari croit qu’elle s’amuse toute la journée, sa fille adolescente la prends pour une bonniche... après avoir fait un découverte plus que surprenante sur sa mère décédée, sa voisine et amie décide qu’elles partent en Bulgarie sur les traces de sa mère. Avec ce voyage, elles ne sont pas au bout de leurs surprises. Un roman feel good, bourré d’optimisme et d’espoir qui fait du bien. On rigole, on voyage, on s’émeut avec les héroïnes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman léger, agréable et fluide. On retrouve avec joie la plume de l'auteur que je suis depuis son livre "Vous faites quoi pour Noel" Les personnages sont bien travaillés et attachants Un road trip drôle qui nous fera découvrir ce fameux secret

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megg vit avec ses enfants et son mari. Elle n’a jamais vraiment travaillé après ses études de photographie. Elle aurait tout pour être heureuse mais pourtant... un vide s’est installé à la mort brutale de sa mère. Megg se rend compte qu’elle est passée à côté de sa vie et ce n’est pas son mari qui l’aidera à se retrouver tant il est préoccupé par son travail et le’ confort qu’elle lui apporte. C’est sans compter sur sa nouvelle voisine devenue amie, Romy. Un sacré personnage qui permet à Megg quelques heures de fantaisie. À l’occasion d’une visite dans la maison de ses parents, Megg découvre un pellicule photo qui n’à jamais été développée. Ce qu’elle découvre va l’entraîner dans un voyage surprenant qui lui permettra de remettre sa vie en ordre. Une très jolie histoire de Carène Ponte, qui apporte toujours la petit dose d’humour et de fantaisie nécessaire. Les personnages sont très attachants. Le voyage à travers l’Europe nous donne des envies d'évasion et de découverte... On sent la chaleur du soleil à travers ce livre, un roman que l’on referme avec le sourire aux lèvres. #Lalumièreétaitsiparfaite #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Grâce aux éditions Fleuve Editions et à net galley, j'ai eu le plaisir de découvrir en avant-première : La lumière était si parfaite de Carène Ponte. Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main. La lumière était si parfaite est un joli roman feel-good. L'histoire n'est pas originale mais ça fonctionne parfaitement grâce à un personnage principal très attachant. Megg est une femme de presque 40 ans à laquelle on peut facilement s'identifier. Elle est mariée depuis de nombreuses années, a une fille de 16 ans qui grandit et donc, logiquement, s'éloigne d'elle. Heureusement son fils n'est pas encore un ado, et il l'aide toujours de l'amour inconditionnel d'un petit garçon envers sa maman. Stephane, son mari, est gentil mais il travaille beaucoup et ne comprend pas qu'une charge mentale de plus en plus lourde repose sur les épaules de son épouse. Surtout que celle-ci a perdue sa maman six mois auparavant, d'un infarctus alors qu'elle était en forme. Depuis un an, Megg est amie avec Romy une de ses nouvelles voisines, et grâce à l'amitié de celle-ci elle va prendre conscience de certaines choses. De plus, elle va découvrir une pellicule photo avec dessus un contenu inattendu.. Les deux femmes vont partir sur les traces du passé, en compagnie de la fille adolescente de Megg. J'ai aimé découvrir ses femmes, leur histoire, et j'ai adoré partir avec elle pour un court voyage en Europe. Les descriptions des villes traversées sont très parlantes, cela donne vraiment envie d'y aller, notamment à Milan. C'est frais, facile à lire car l'écriture de Carène Ponte est fluide. Je n'ai pas eu de coup de cœur mais j'ai passé un bon moment de lecture. Je vous le conseille si vous aimez ce genre. Ma note : quatre étoiles.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nous allons faire la connaissance de Megg devenue mère au foyer à la naissance de ses deux enfants. Mais depuis quelque temps rien ne va dans sa vie : elle vient de perdre sa mère avec qui elle était fusionnelle suite à un infarctus ; sa fille Lalie est en pleine crise d’adolescence et Stephane, son mari, ne pense qu’à son travail et l’oublie totalement. Heureusement, elle peut compter sur sa voisine Romy qui la soutient et fait tout pour lui changer les idées. Malgré un moral au plus bas, Megg doit prendre son courage à deux mains pour se rendre dans la maison de son enfance. Elle ne se doute pas une seule seconde qu’en y allant, elle va faire la découverte d’une pellicule de photos qui va chambouler sa vie à jamais. Quand l’une de tes auteures favorites sort un nouveau roman tu sais pertinemment que tu vas l’apprécié, mais, à chaque nouvelle sortie, Carène me surprend davantage en plaçant la barre un peu plus haute. J’ai tout aimé dans ce roman : le rythme, le thème, le message qu’il véhicule et les personnages. L’histoire de Megg, cette femme qui croule sous la charge mentale, qui ne ressent plus l’amour de son mari ni même de sa fille et qui s’oublie m’a particulièrement touchée. La découverte de cette pellicule va être le déclic de sa nouvelle vie mais rien n’aurait pu se passer sans Romy, cette femme haute en couleur qui est une boule d’énergie et de bonnes ondes. En plus d’être particulièrement beau dans l’écriture, ce roman est tellement dépaysant, on voyage à travers l’Europe et plus particulièrement à Varna, en Bulgarie. Il y a tant de choses que je voudrais vous raconter sur ce livre comme l’histoire de cette pellicule mais je vous gâcherai le plaisir de découvrir ce roman féminin et lumineux qui vous fera voyager et passer du rire aux larmes en une fraction de seconde.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

✔️Mon ressenti : Je suis une grand fidèle de l’auteure. Elle m’apporte à chaque fois une bonne dose d’émotions et d’humour. C’est tout ce que je recherche en cette période, et le contrat et encore une fois parfaitement rempli. Megg est une femme mariée, mère au foyer, elle éléve ses deux enfants. Depuis quelque temps, un rien la fait pleurer. Ne se sentant plus aimée par sa fille et délaissée par son mari, elle tente de garder le sourire. Mais, elle a beau faire, depuis le décès brutal de sa maman, elle a perdu ses repères. Sa voisine un peu folle va l’aider à faire un peu de tri dans ses affaires, et elles feront une découverte qui mettra en lumière des secrets de famille. J’ai dévoré ce beau roman, d’une part pour ses personnages qui nous ressemblent tant, d’autre part pour leur vulnérabilité et l’envie que l’on a de les aider. Comme si, lire leur histoire pouvait les aider à aller mieux. Autant vous dire qu’il est impossible de reposer ce roman… Je l’ai moi même dévoré le temps d’un après midi. Plus on entre dans l’histoire, plus on a envie de savoir ce qui va se passer. Je ne veux pas vous en dire davantage, mais forcément je ne peux que vous conseiller d’y plonger ! 🎯Mots Clefs : Apparences / Épouse / Voisine / Secret / Découverte 🏆Ma note : 19/20

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'histoire de Megg est forte et touchante. A deux doigts du burn out, elle étouffe sous le poids de la charge mentale liée à son rôle de mère au foyer. Ce livre peut être une vraie prise de conscience pour certaines personnes, comme un déclencheur mais je crois qu'il peut aussi être difficile à lire pour des personnes qui seraient dans la même situation que l'héroïne... J'ai beaucoup aimé les personnages que j'ai trouvé très attachants. Romy est fantastique, je crois qu'elle m'a fait autant de bien qu'à Megg !! J'ai beaucoup aimé l'évolution des relations entre les personnages ainsi que leur évolution propre. Et une mention spéciale pour tous les clins d'oeil aux années 90 dans lesquels j'ai retrouvé mes souvenirs de jeunesse !!! Bref, c'est une histoire qui fonctionne bien, c'est bien écrit et ça fait s'interroger sur la condition de la femme !!! Je valide !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

*lecture terminée* Je remercie les @fleuve_editions et @netgalleyfrance pour l'envoi de cet ebook, la Lumière était si parfaite de @carene_ponte. On suit Megg qui vient d'arriver à un tournant de sa vie. Elle n'arrive plus à comprendre son ado de fille, une routine c'est installée avec son mari et elle n'a plus l'intention d'exister. Pour couronner elle doit faire face à la mort de sa mère, survenue 6mois plus tôt. Avec sa voisine Romy, elle commence à vider le grenier et tombe sur des pellicules de photos jamais tirées. Ni une ni deux elle décide de les tirer et va apprendre un secret que sa mère ne lui as jamais révélée et qu8 va bouleverser sa vie. Avec sa fille et Romy, elles vont partir dans un road trip direction la Bulgarie pour en apprendre plus. C'est le 2ème livre que je lis de cette auteure et comme le 1er j'aurais pu le lire en une journée si je n'avais pas eu des amis hier ��. L'écriture est fluide, légère, pétillante... à l'image des stories de cette auteure. Entre fous rires et émotions je n'ai pas vu passer cette lecture. C'est une petite gourmandise à savourer. On aborde malgrès tout des sujets sérieux tels que le deuil, la depression, la relation parent enfant ou la vie de couple et la routine mais on ne tombe jamais dans le pathos et c'est toujours bien écrit! Les personnages sont très attachants et j'ai adoré Romy qui fait tout pour que Megg se réveille et prenne sa vie en main! Ce livre sort le 15 avril, allez vite vous le procurer vous ne serez absolument pas déçu! Vous avez déjà lu des livres de cette auteure?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai bien aimé ce livre qui m'a beaucoup parlé autant par les thèmes abordés que par l'écriture du personnage de Megg et de son entourage. Mais avant de vous développer les thèmes de ce roman je vais commencé par vous livrer plus en détail mon opinion ce petit roman. L'écriture est fluide et sincère mais parfois un peu dur à lire car trop proche de ma réalité en ce moment. J'ai beaucoup aimé l'idée que le voyage d'introspection de Megg se fasse en même temps que son voyage en Europe. Cela permet de se plonger aussi bien dans le présent avec Megg, sa fille et Romy, que dans l'analyse de sa vie et de ce qu'elle veut vraiment. Je crois que vous l'aurez compris j'ai apprécié ma lecture car je me suis beaucoup identifiée à l'héroïne mais ce livre m'a aussi fait beaucoup réfléchir et voir les choses sous un nouvel angle. C'est parfois salvateur!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avis : LUMINEUX Tout nouveau, tout beau ! Il sort aujourd’hui, le 15 avril. Après avoir été publiée par Michel Lafon pour huit romans, Carène Ponte a suivi son éditeur chez Fleuve Éditions pour son neuvième, qui donnera, je crois, une jolie éclaircie dans le ciel parfois plombé des jeunes femmes perfectionnistes. Megg est une jeune femme, mère de 2 enfants dont une ado, qui a choisi de ne pas travailler et de donner à son mari et à sa famille le meilleur pour leur confort. Perfectionniste, elle a abandonné ses rêves, mais le décès de sa mère remet tout en question de façon insidieuse mais indomptable. La découverte d’une pellicule photo dans le grenier de la maison familiale va révolutionner le temps et l’espace. Megg trouvera-t-elle ce qu’elle s’est mise à chercher pour lever le secret de la famille ? Abandonnera-t-elle pour ne pas mettre en danger ce qui faisait son bonheur ? L’Italie lui donnera-t-elle les clefs ? Grâce à l’amie Romy qui met de la légèreté dans la vie de Megg, l’histoire va connaître pas mal de rebondissements et donner l’occasion à l’auteure, sans pour autant sombrer dans la misandrie, de faire entendre la voix d’une femme qui cherche à exister par et pour elle-même. C’est un feel good book qui sous une apparence de légèreté et de couleurs pastel, délivre une authentique réflexion sur la charge mentale dont on parle tant aujourd’hui, et qui ensoleille le quotidien en remettant l’amour à sa juste place. Grâce au vocabulaire en accord avec l’envie secrète du personnage principal, au style enlevé et néanmoins riche, aux paysages d’Italie, au bonheur d’écrire en pleine conscience de ses atouts que l’on sent chez l’auteur, ce roman fait du bien. Je remercie #NetGalleyFrance et Fleuve Éditions pour l’envoi de #Lalumièreétaitsiparfaite en service presse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Megg est une femme mariée et maman de deux enfants, Lalie de seize ans et le petit Malone. Elle a perdu sa maman il y a six mois, et la jeune femme est profondément bouleversée. Depuis un certain temps, elle aperçoit des signes avant-coureurs d’un profond mal-être. Elle se met à pleurer pour tout, elle se sent à l’étroit dans sa vie de famille et ne trouve plus sa place afin de s’épanouir. Sa meilleure amie Romy, qui est aussi sa voisine, va tout faire pour aider Megg. Lorsque cette dernière retrouve une pellicule de photos et qu’elle décide de la faire développer, ce qu’elle va y découvrir va changer le cours de son quotidien et l’amener dans un road trip étonnant. Autant le dire tout de suite, ce roman a été un énorme coup de cœur pour ma part. Carène a réussi en peu de pages à m’entraîner dans un troubillon émotionnel. Je ressors de cette lecture émue et bouleversée. Carène a énormément de talent pour rendre ses personnages crédibles, et analyser avec beaucoup d’acuité les sentiments de chacun. Dès les premières lignes, j’ai accroché à Megg, personnage très attachant et d’une simplicité authentique. C’est la jeune femme qui va porter cette histoire et le lecteur va vite s’apercevoir comment peu à peu elle va s’enliser dans une situation qui ne lui convient plus. Elle se rend compte qu’elle a tendance à s’effacer pour s’occuper de sa famille. Elle a laissé ses rêves de devenir photographe de côté. Au fil des pages, on découvrira aussi la relation tendue qu’elle entretient avec sa fille Lalie. En pleine adolescence, cette dernière se referme sur elle-même. J’ai été très émue par certains passages, et j’ai trouvé que Carène donnait une véritable épaisseur à ses personnages. Tout sonne juste, que ce soit en ce qui concerne les personnages comme les sentiments de chacun. J’ai beaucoup aimé le road trip qui survient dans ce roman. Je ne vous en dirai pas plus quant aux circonstances dans lesquelles il survient, afin de ne rien vous spoiler. C’est un véritable dépaysement que propose l’auteure. La plume de l’auteure est addictive. Avec un style simple mais authentique, Carène réussit à retransmettre les émotions qu’elle veut faire passer. Les chapitres sont de taille moyenne. Le choix de la première personne, l’histoire étant narrée sous le point de vue de Megg, m’a paru très judicieux. Un roman empli de sensibilité, d’émotions, servi par une héroïne touchante et attachante. C’est une réussite totale. À découvrir sans hésiter.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un grand merci aux Editions Fleuve d’avoir accepté ma demande via NetGalley pour découvrir le nouveau roman de Carène Ponte, La lumière était si parfaite, sorti jeudi. Dans ce roman, nous découvrons Megg, une femme approchant la quarantaine, qui est mère au foyer. Depuis qu’elle est mariée, elle s’occupe de l’organisation de la maison, du ménage et des enfants. Sa relation avec son adolescente de fille est tendue depuis quelques temps. Heureusement, son jeune fils lui voue toujours un amour inconditionnel et ne s’en cache pas. Son mari, Stéphane, se démène dans son travail, est peu souvent à la maison et ne comprend pas la charge mentale de plus en plus lourde à porter pour Megg. Situation d’autant plus difficile que cette dernière a perdu sa mère, d’un infarctus foudroyant, six mois plus tôt. C’est en vidant la maison familiale, que Megg découvre une pellicule non développée. Curieuse, elle fait développer les photos et découvre sa mère radieuse… embrassant un autre homme que son père. Avec son amie et voisine, Romy, Megg va partir sur les traces du passé de sa mère et essayer de trouver l’amant secret. J’ai beaucoup apprécié la lecture de La lumière était si parfaite. Dès les premières pages, on s’attache à Megg, cette mère de famille de moins en moins épanouie dans son rôle de femme au foyer. Quel rôle ingrat ! Elle doit tout gérer : les rendez-vous, le pressing, les repas, les enfants, le ménage mais à part ça, elle ne fait rien puisqu’elle est toute la journée à la maison ! Beaucoup de travail pour peu de reconnaissance en somme. En prenant conscience de ces dysfonctionnements, Megg part pour deux semaines avec sa fille et sa voisine. Une folle épopée où mère et fille vont pouvoir crever l’abcès et se dire ce qu’elles ont sur le cœur. Ce voyage à travers l’Europe va faire prendre conscience à Megg de beaucoup de choses, sur elle, sur sa famille, son avenir… Un voyage en quête du passé de sa mère mais également une quête de soi pour la quarantenaire. J’ai eu du mal à lâcher La lumière était si parfaite. J’étais constamment partagée entre l’envie de découvrir le plus possible cette histoire et celle de faire durer le plaisir (autant dire que c’est la première option qui l’a emporté !). Une fois plongée dans l’écriture fluide et captivante de Carène Ponte, impossible de quitter Megg, Romy et tous les autres. Une histoire drôle, touchante, émouvante. Une prise de conscience pour les personnages et un agréable voyage en fond. A découvrir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Pour commencer je remercie Fleuve Editions et Netgalley de m’avoir permis de faire cette lecture. Premier livre que je lis de cette auteur et je peux déjà vous dire que je renouvellerais l’expérience. Nous rencontrons Megg qui n’arrive plus à faire face à son adolescente rebelle, à être la bonne petite ménagère, à son mari qui ne se rends pas compte que sa femme est au bord du gouffre mais surtout au décès de sa maman. Lorsque Megg vide sa maison d’enfance aidée par sa voisine Romy, elle va découvrir une ancienne pellicule qui va changer sa vie… Sur les conseils de Romy, et accompagnée de celle ci, Megg embarque sa fille et les voila toutes les trois parties pour un road trip pour finir le voyage en Bulgarie afin d’en découvrir plus sur cette mystérieuse photo trouvée dans le grenier. Une très belle histoire et même si l’auteur aborde des sujets compliqués tel que le deuil, le mensonge, la dépression, elle le fait d’une manière tellement douce, avec une dose d’humour juste ce qu’il faut, ce qui fait que nous passons un très bon moment. Une écriture pétillante, légère, captivante qui fait qu’une fois commencée ma lecture, j’ai eu du mal à le lâcher avant la fin que j’ai trouvée très émouvante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Encore une auteure que j’ai enfin pris le temps de découvrir, et je ne regrette pas du tout ! Carène Ponte nous présente ici Megg Etcheverry, une maman très organisée mais qui a toujours cette désagréable sensation de courir après le temps, d’être jugée. Elle est proche de la quarantaine et vit dans un quartier résidentiel d’une ville plutôt tranquille. Elle est mariée depuis plus de quinze ans à Stéphane et ils ont deux enfants – Lalie et Malone. Dès le début, l’auteure utilise un ton drôle, qui fait sourire à de multiples reprises. Il est facile en tant que maman de s’identifier à Megg, cette mère de famille qui essaie de tout concilier et d’être « parfaite » . Lucile, la mère de Megg, est décédée il y a six mois et lui manque terriblement. Elles étaient très proches toutes les deux et ce décès a engendré un vide immense. Megg se retrouve orpheline à moins de quarante ans, et Stéphane ne se rend pas forcément compte de ce vide et du mal-être de sa femme, tant il est investi dans sa vie professionnelle. Megg est pour lui « la meilleure épouse qu’un homme puisse avoir » . Sa fille Lalie, bientôt 16 ans, la prend pour une « bonniche » et est plus proche de son père. Megg regrette de ne pas avoir avec Lalie la même relation complice qu’elle avait avec sa propre mère. Accompagnée de sa pétillante voisine Romy, Megg va découvrir dans le grenier de la maison de ses parents une vieille pellicule photo pleine et non développée. Ce sera le point de départ d’un roadtrip de 12 jours en Europe pour Megg, Romy et Lalie, et l’occasion pour Megg de faire quelque chose pour elle, de se retrouver, de prendre le temps de réfléchir et de faire un point sur sa vie. Car Megg est bien plus qu’une épouse ou qu’une mère ; c’est avant tout une femme qui a notamment besoin d’évasion, de temps pour elle, de recul, et de se recentrer. « La lumière était si parfaite » est une belle lecture, pleine d’espoir et d’optimisme. Ce livre évoque un voyage de plusieurs milliers de kilomètres et fait du bien au moral. C’est une lecture que j’ai savourée et que je vous conseille. J’ai apprécié les échanges empreints de nostalgie entre Megg et Romy, par exemple avec l’évocation d’une collection de petites billes de cartouches d’encre (seuls les « moins jeunes » peuvent comprendre). L’écriture de Carène Ponte est fluide et retranscrit très bien les émotions, sans tomber dans le pathos. Je suis heureuse d’avoir enfin découvert sa plume avec ce livre dépaysant. Je remercie sincèrement Fleuve Editions et NetGalley pour la lecture de ce roman Feel-Good, qui sort demain 15 avril en librairie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie Netgalley et les éditions Fleuve pour l'envoi. Megg est mère au foyer. Chaque jour elle doit gérer la maison, les emplois du temps et besoins de chacun. Entre un mari qui travaille beaucoup, une ado en crise et un petit garçon, elle n'a pas beaucoup de temps pour elle. Sa mère, avec qui elle était très proche, est décédée quelques mois plus tôt, d'un infarctus. Alors qu'elle vide la maison de sa mère, elle tombe sur une pellicule photo. Elle décide de la développer et découvre une série de photos qui bouleverse sa vie. J'ai beaucoup aimé le personnage de Megg. Elle est attachante et j'ai eu beaucoup d'empathie pour elle. Sa voisine et amie Romy est aussi très attachante. J'ai adoré ce personnage ! Elle est solaire, pétillante et sous ses airs un peu déjantés, c'est une amie précieuse pour Megg. J'ai été très révoltée par l'égoïsme de certains personnages. Heureusement que Megg a Romy à ses côtés pour l'aider à s'affirmer et ne pas flancher face à ses envies. Megg vit pour sa famille en laissant de côté sa vie de femme. Elle est là pour élever les enfants, tenir la maison, faire à manger, s'occuper de son mari. Megg fait une découverte surprenante, qui la bouleverse, quand elle fait du tri sans les affaires de sa maman. Avec Romy, elles se lancent dans une petite enquête pour comprendre de quoi il s'agit vraiment et d'en apprendre plus. Cela les mène dans un road trip à travers l'Europe. Mais partir signifie pour Megg laisser sa maison et son mari se débrouiller seul. J'ai été touchée par ce cri du coeur, celui de vouloir en savoir plus sur les photos découvertes, en laissant sa maison, malgré les protestations de son entourage.  J'ai adoré le côté road trip, les visites qu'elles font, les échanges qu'elles ont. Ce que Megg découvre est déroutant pour elle mais j'ai trouvé que l'histoire était belle. C'est un roman tendre, avec de l'humour et des émotions.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je savais que je passerai un excellent moment de lecture avec un roman de Carène Ponte entre les mains. Je n'ai pas été déçue, oscillant entre l'émotion et les rires. J'ai été très touchée par le personnage de Megg qui est une femme à laquelle beaucoup d'entre-nous pourraient s'identifier. Sa vie, ses choix nous font écho : celle d'une femme devenue mère, jonglant avec ses obligations familiales, son rôle d'épouse, de maman, oubliant ses propres aspirations quitte à se perdre elle-même. Face à elle, un mari qui l'aime plus que tout mais qui est à mille lieues de se douter de la charge mentale qui pèse sur ses épaules. Quant à celui de Romy... Romy, c'est la copine haute en couleur, attachante, toujours positive et qui sait vous tirer vers le haut. Celle qui n'hésitera pas à vous mettre un coup de pieds dans les fesses pour vous forcer à aller de l'avant. C'est l'amie que tout le monde veut avoir dans sa vie. Les deux copines, accompagnées de la fille de Megg, décident de partir en voyage et de parcourir près de 3OOO kilomètres en voiture sur les traces du passé de la mère de Megg. Et elles ne sont pas au bout de leurs surprises. J'ai vraiment adoré ce roman qui est indéniablement un très bon roman feel good. Carène Ponte fait partie de ces auteurs que l'on aime suivre et que l'on lit toujours avec plaisir. D'ailleurs, si vous ne la connaissez pas, ces stories Instagram valent le détour ! Mon seul regret ? Ce service presse numérique qui ne rend pas grâce du tout à la très belle première de couverture du format papier !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman de Carène Ponte, ça se lit toujours sans le lâcher, ça se dévore jusqu'au bout sans faire de pause ! Cependant, alors que j'avais eu un énorme coup de coeur pour Gros sur le coeur, et beaucoup de plaisir avec les suivants, celui-ci ne sera pas dans mes préférés, même si ce sont plutôt des détails que je reproche, et si je l'ai, comme je disais, dévoré. Sans doute parce que Megg, tout comme sa copine Romy m'ont parues assez horripilantes. Megg est donc une femme au foyer, qui le vit mal, avec un fils encore jeune qu'elle adore, et une fille dans toute la plénitude de l'adolescence, jamais contente, toujours en recherche d'affrontement. C'est sans doute de l'adolescente que curieusement je me suis sente la plus proche ! (Faut peut-être que je creuse ça pour mon cas personnel 😄) En rangeant la maison de sa mère, décédée six mois plus tôt, elle découvre un pan de sa vie qu'elle n'a même pas soupçonné, elle qui s'en sentait si proche. Sans lui laisser le temps d'y réfléchir, son amie l'embarque dans un périple pour espérer en découvrir plus sur ce que sa mère lui avait caché. Et on part sur un joli road trip totalement improbable entre cette mère de famille meurtrie de tous côtés, sa copine sans attaches qui profite d'une compagnie pour se balader et faire du shopping en Europe, et une adolescente qui préférerait de loin être avec ses copines. Les humeurs changent, et le plaisir de découvrir Italie, Croatie etc. Puis ce qui les attend au bout du voyage, en Bulgarie. Et on voudrait au final ne plus les quitter. Une jolie lecture, comme toujours avec Carène Ponte, même si, vous l'avez compris, pas ma préférée !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce soir je vous parle d'un #servicepresse obtenu via @netgalleyfrance. Il s'agit du dernier #roman de @carene_ponte, La lumière était si parfaite paru chez @fleuve_editions. 📖 Megg est mère au foyer. Elle traverse une période difficile : un véritable burn out maternel à force de se vouloir une mère et épouse parfaite. Ayant perdu sa mère 6 mois plus tôt, elle vide la maison. Dans le grenier, elle découvre une vieille pellicule non développée. Quelle ne fût pas sa surprise à la réception des clichés… 🦄 Ce #livre est un #romanfeelgood. L'héroïne va progressivement se rendre compte que sa vie ne la comble plus totalement et, aidée de sa voisine et amie, elle va se révéler. Il y a une véritable prise de conscience de la part de Megg et c'est très positif ! De plus, elle est très attachante et on peut facilement s'identifier à elle. L'autrice nous parle de courage, d'amour, de la famille, de la maladie, de dévouement, de la perte d'un être cher, tout ça sur fond de mystère, de découvertes et de révélations. C'est très entrainant, parfois drôle et on n'a pas envie que ça s'arrête. J'aurai aimé en savoir un peu plus mais ça c'est mon côté gourmande 😉 Le style est agréable, simple et efficace. Le roman est entrecoupé de temps en temps par des lettres écrites par Lucile, la mère de Megg. Elles sont touchantes et très à propos. Il est plutôt bien documenté et donne parfois l'eau à la bouche avec les différentes spécialités des villes et pays que l'héroïne traverse lors de son périple à la recherche de la vérité. Une vérité sur sa mère mais qui lui permet aussi de trouver la sienne. Une #lecture féminine qui fait du bien. Parfait pour se détendre !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les romans de Carène Ponte sont habituellement de délicieux mélanges entre des airs feel-good et des récits contemporains mais celui-ci m’a donné l’impression d’une écriture plus grave. On va suivre Megg, mère au foyer depuis la naissance de ses deux enfants. Si jusqu’à aujourd’hui, ce statut ne l’avait jamais dérangée, elle ressent depuis peu une certaine lassitude et la sensation omniprésente d’être l’esclave de toute sa famille, chargée de toutes les tâches domestiques, des allers/retours au pressing pour son mari et des différents trajets entre les activités de ses enfants. Quand elle trouve dans le grenier de la maison de sa défunte mère, qu’elle doit vider, une pellicule photographique représentant ladite mère en compagnie d’un homme dont elle semble très amoureuse mais qui n’a aucune ressemblance avec son père, Megg tombe des nues. Pour la jeune femme, lasse de son quotidien, démarre un périple en compagnie de son extravagante voisine et de sa fille en pleine crise d’adolescence qui va les emmener jusqu’en Bulgarie, en passant par l’Italie, la Croatie et la Serbie. Ce road-trip est l’occasion pour Megg de mettre en pause sa vie de mère au foyer, dans laquelle elle ne se retrouve plus. Ce personnage m’a aussitôt touché. Très attachante dès les premières pages, j’ai eu envie de la serrer très fort dans mes bras, de la rassurer et lui dire que tout irait bien. L’autrice signe ici un de ses meilleurs romans, selon moi. Un récit lumineux, rempli d’espoir, qui véhicule de beaux messages sur la vie, les secrets familiaux et la transmission, l’amour, l’adolescence, la routine. ---- Dans ce récit, Carène Ponte signe selon moi son meilleur roman, à la fois lumineux et plus grave mais véhiculant de très beaux messages sur la vie, l’amour, la transmission. Tout le long de ma lecture, j’ai eu envie de serrer dans mes bras Megg, l’attachante héroïne de ce récit. Ce fut une très belle lecture, que je vous recommande.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Feel good. Tel un bonbon acidulé : le plaisir du sucré, du fruité, du pétillant. Megg, en mode desperate housewife, gère la maison, son mari, ses enfants et passe un peu de temps avec sa voisine Romy. Cette vie ne l’épanouit plus depuis le décès de sa mère dont elle n’arrive pas à faire le deuil. Elle plonge d’autant plus dans une crise existentielle en découvrant une photo qui la bouleverse dans le grenier. Et là, le besoin d avoir des réponses. Une lecture sans surprise... Et alors ? On devine les événements, on s’agace, on sourit, on s’attriste... Au final, on se remplit de soupirs de plaisir et on passe un bon moment. Un livre doudou comme sait les écrire @carene_ponte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie Fleuve éditions pour ce partenariat numérique via le site Netgalley. Carène Ponte est une autrice que j'aime vraiment beaucoup. J'ai lu pratiquement tous ses romans (il m'en manque deux) et à chaque fois, ce sont de très belles lectures (voire des coups de coeur). J'étais donc impatiente de découvrir son nouveau titre et j'ai été plus que ravie de Fleuve éditions accepte ma demande de partenariat. Megg va vers ses quarante ans, elle a deux enfants et est mère au foyer. Elle a perdu sa mère il y a six mois avec qui elle avait une très forte relation. Elle continue de vider la maison de son enfance et elle tombe sur une pellicule qui n'a pas été développée. Elle décide de le faire et ce qu'elle va découvrir va chambouler sa vie. Elle va se lancer dans un périple pour en découvrir plus sur le passé de sa mère. J'ai été profondément touchée par Megg car je me suis reconnu en elle sur tellement de points. Au début du roman, on sent qu'elle est au bord de la rupture. Elle est mère au foyer et aux yeux des gens, elle est à la maison, elle a le temps, elle gère tout mais parce que c'est comme ça que ce doit être. Mais ce n'est pas si simple que ça... Elle a une charge mentale énorme et elle est à deux doigts du burn-out. La perte de sa mère l'a anéantie, et vider sa maison est très dur pour elle. La découverte qu'elle va faire sur la pellicule va la perturber au plus haut point. ça va perturber ses certitudes, ses convictions, sa vie tout simplement. De plus sa relation avec son ado de fille est devenue compliquée et elle ne sait pas vraiment pourquoi. Elle m'a beaucoup touchée car cette sensation d'être submergée, d'être à fleur de peau, je la connais tellement. Avec ce roman, Carène Ponte fait ce qu'elle sait faire de mieux, allier le rire avec l'émotion. Le voyage dans lequel va se lancer Megg va lui faire vivre de multiples aventures. Romy, sa voisine et amie, est une bouffée d'oxygène, elle est drôle au possible, pétillante, elle a toujours le sourire et voit toujours les choses du bons côtés, elle est d'un grand soutien pour Megg. Ce road-trip va aussi faire évoluer sa relation avec Lalie, sa fille et c'est très touchant. Il y a beaucoup de références aux années 90 et qu'est ce que ça m'a plu ! Avec ce roman, j'ai ri, j'ai pleuré, j'ai été émue, j'ai été touchée. Il m'a complètement transportée. Carène pose encore une fois les mots justes sur les situations ou les sentiments, tout est plein d'authenticité dans ce qu'elle raconte. Du moment où j'ai ouvert ce roman, j'ai été prise dans une bulle de douceur. Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce roman, ou n'importe quelle histoire de Carène Ponte... Un très joli coup de coeur pour ma part.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai vraiment aimé ce roman, frais et positif, qui porte en lui de beaux messages, tout en étant irrésistiblement drôle. Megg, mère au foyer, qui en plus de tout gérer au quotidien, doit faire face à une ado en crise, décide de tout plaquer pour partir en voyage, accompagnée de son amie, à la recherche de l'amant caché de sa mère. Parfait à lire au bord de la plage, lors d'une journée ensoleillée !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :