La liste

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 16 déc. 2019 | Archivage 7 juin 2021

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #floriandennisson #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Quatre noms sur une liste. Quatre victimes introuvables. Comment les identifier et briser le silence ?

L'adjudant Maxime Monceau, spécialiste du langage non verbal, se voit chargé d'enquêter sur une affaire mystérieuse qui met la Brigade de recherches dans une impasse. Un homme étrange s'est présenté de lui-même à la gendarmerie pour s'accuser d'assassinat.

Problème, hormis une unique phrase qu'il psalmodie en boucle, l'inconnu reste totalement muet sur son identité et les raisons qui l'ont poussé à l'acte.

L'horloge tourne et, sans constatations ni victimes, ce suspect pourrait se retrouver en liberté et continuer sa folie meurtrière.

Un tueur sans nom surgi de nulle part, des victimes invisibles et une seule piste à laquelle se raccrocher : une liste.

Quatre noms sur une liste. Quatre victimes introuvables. Comment les identifier et briser le silence ?

L'adjudant Maxime Monceau, spécialiste du langage non verbal, se voit chargé d'enquêter sur une...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9791095383314
PRIX 3,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers ma Kindle (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Un policier border Line à la limite de la démence. Angoisse est au rendez vous. On suit ce gendarme dans sa quête avec stress et intelligence.Qui est il vraiment? Qui est le brigadier chef nouvellement entré dans la brigade de gendarmerie ? d'ailleurs nous n'obtenons aucune réponse à ce sujet . est ce parce qu'une suite est prévue à ce livre ? On le désire vraiment. Thème très original qui sort des enquêtes habituelles .
Lisez et déléctez vous sans lever les yeux de ce livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un homme hagard se présente à la gendarmerie de Sillingy, près d'Annecy et déclare : "je les ai tous tués". Il ne veut ni décliner son identité ni parler. Il est tout de suite placé en garde à vue.
Pendant son interrogatoire il reste muet mais consent à écrire la liste de ses victimes : 4 noms. Toute l'équipe de la brigade des recherches se met au travail.
Tous, sauf l'adjudant Maxime Monceau, le synergologue de retour à la brigade, ce jour là, après un long arrêt maladie du à un burn-out.
Maxime ne comprend pas sa mise à l'écart, mais il suit de loin l'enquête de ses collègues. Quand il aperçoit, dans les affaires personnelles du tueur présumé une carte de visite des "enfant de Gaïa", il demande à sa supérieure de l'inclure aux recherches et lui révèle qu'il a passé son enfance et une partie de son adolescence dans cette secte.
L'enquête s'avère très complexe et l'équipe n'a que le temps de la garde à vue pour la résoudre.
Maxime arriver a-t-il à reprendre le rythme ?
Sera t-il obligé de retourner dans la secte ?
Que cache vraiment le meurtrier présumé ?
Enquête labyrinthique qui nous tient en haleine jusqu'au final inattendu.
L'écriture est fluide mais les personnages sibyllins.
Bon moment de lecture

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La liste de Florian Dennisson est une liste de beaucoup de promesses : celle d'un bon moment de divertissement, celle de découvrir un auteur indépendant, celle de rencontrer un nouveau (anti-)héros, celle d'une histoire intrigante... Tous les engagements sont pris et tenus : Maxime Monceau, de retour au bercail de sa gendarmerie, prend en charge un homme taciturne, voire mutique, qui dit seulement avoir tué quatre personnes, dont les noms figurent sur une liste que l'inconnu fournit à l'équipe d'investigations. Grâce à sa spécialité de synergologie, le personnage principal se met en quête de la vérité et va se trouver confronté à de nouveaux collègues, à d'anciennes connaissances, mais surtout à ses propres démons et secrets du passé. En effet, ce roman policier esquisse le portrait d'un gendarme d'un genre insolite, entre une enfance difficile, des traumatismes conséquents et sa carrière atypique. L'intrigue est d'ailleurs reléguée au second plan pour camper la personnalité de Maxime Monceau, mais peut-être était-ce nécessaire pour (in)augurer une série de qualité... Le déroulement de l'enquête mène d'illusions à des révélations, au détour de rebondissements, et le dévoilement final s'avère original et inattendu, même s'il est présenté de façon un peu abrupte. Cette lecture distrayante m'a donné envie de poursuivre l’œuvre de cet écrivain français, assez prolifique et plébiscitée : un grand merci par conséquent à NetGalley d'avoir permis l'accueil de cet auteur et de sa maison d'édition, Chambre noire, sur sa plateforme.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Maxime, jeune gendarme à la Brigade de Recherches d’Annecy, reprend son travail après deux mois d’absence.
Dès son retour, il est confronté aux changements intervenus durant ces soixante jours : nouvelle cheffe, la lieutenante Assia Larcher, nouvel adjudant-chef, Boris Pawlovski, qui a pris et son bureau et son binôme, l’adjudante Emma Leroy.
Mais voilà qu’on leur amène un homme s’accusant de meurtres, répétant en boucle : "Je les ai tous tués !" sans donner son identité. L'homme finit par écrire quatre noms sur une liste, seul indice dont les gendarmes devront se contenter pour se lancer sur sa piste.

Maxime va devoir composer avec ses propres difficultés, utiliser tout son savoir de synergologue diplômé et éviter les chausses-trappes tendues par un adjudant-chef qui ne semble pas lui vouloir que du bien.

C’est joliment ficelé, les personnages sont bien campés et leur course-poursuite contre le temps de la garde à vue déroule sans temps mort.
Les écrans de fumée destinés à nous brouiller le jugement ou à nous distraire de l’essentiel sont plutôt bien amenés, l’on assiste de très près aux recherches de Maxime et de ses collègues, et aux réflexions qui les motivent.
La gendarmerie nous change des brigades de police, même si, forcément, on y retrouve un langage et des façons de faire communs.

Que les faits se déroulent à Annecy et dans ses environs n’est pas anodin non plus, on échappe ainsi à un urbanisme de banlieue ou de grande ville si souvent au cœur des polars français. Les descriptions du lac dans son écrin de montagnes et d’une météo exceptionnellement glaciale pour un premier jour de printemps, sont très soignées et permettent une immersion quasi-totale dans un univers à la fois familier et anxiogène juste ce qu’il faut.

Florian DENNISSON n’en est pas à son coup d’essai, on sent une plume qui s’affine et s’attache à la véracité de son récit. Son personnage principal n’est pas exempt de zones d’ombre, ô combien, les autres ont de l’épaisseur également. L’histoire se tient bien.
Quelques maladresses peuvent accrocher par moments, mais il ne faut pas perdre de vue l’essentiel : un bon policier pour nous mener par le bout du nez, "ça joue !" comme disent nos amis suisses (merci pour l’expression, Monsieur DENNISSON), c’est un moment de lecture à ne pas se refuser.

Merci à #netgalley et à #floriandennisson pour ce partage !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai passé un agréable moment lecture. L'histoire est bien écrite et l'intrigue porte bien son nom. Je n'avais pas pensé au dénouement, j'allais de surprise en surprise et le final  ! J'ai apprécié la plume de l'auteur qui m'a permis d'entrer facilement dans l'histoire et dont je ne suis pas déçue.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il est des affaires dont on se passerait volontiers, soyons honnête. Tenez là, par exemple : un homme s’accuse de la mort de quatre personnes. Autant vous dire que la gendarmerie est sur les dents, parce que ce n’est pas tous les jours que cela arrive – heureusement. L’homme ne dit rien d’autres, rien. Comment enquêter ? Et surtout, comment trouver la preuve que ces personnes sont réellement mortes ? Peut-être y a-t-il encore l’espoir de les sauver ? L’espoir, cela peut être dangereux.
Cette enquête salue aussi le retour à la brigade de l’adjudant Maxime Monceau, qui revient après … une suspension ? une grosse fatigue ? un pétage de plomb ? Ne tranchons pas. Disons plutôt que cet amoureux des chats (voir la quantité dont il prend soin même s’ils ne sont pas à lui), spécialiste du langage non verbal, ce dont certains se gaussent, doit aussi prouver qu’il a toute sa place à la brigade, dans cette enquête qui le touche de plus près qu’il ne le pensait. Elle salue aussi l’arrivée d’un nouvel adjudant-chef, Boris Pawlovski, personnage qui m’a vivement hérissée. J’ai la faiblesse de ne pas aimer les personnages qui font passer leur ambition et leur volonté de nuire avant le bien commun.
Enquêter n’est pas simple quand l’heure tourne, que les procédures prennent du temps, forcément, et que les preuves, les indices ne tombent pas du ciel – alors que les quatre victimes semblent presque s’être dématérialisées. Cependant, le récit est agréable à lire, en dépit des embûches qui parsèment la route des enquêteurs. Quant au dénouement, il est pour le moins surprenant. J’espère donc qu’une autre enquête avec la même brigade verra le jour.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Maxime Monceau revient à la Brigade de recherche reprendre son activité après soixante jours d’arrêt maladie. Ce même jour, un homme se présente et ses seuls mots sont « je les ai tous tués « . Cet homme ne décline aucune identité. Tous ce sont quatre noms, trois hommes et une femme, la liste .Quel est cet homme ? où sont les victimes ? aucune indication, seulement cette phrase répétée, « je les ai tous tués « .
Les indices sont maigres, cet homme est placé en garde à vue. Le temps est court pour agir.
Maxime se retrouve dans cette brigade où il a déjà travaillé. Certains de ses collègues ont changé, on lui assigne un nouvel arrivé en partenaire de travail. , Boris Pawlovski et une nouvelle cheffe . Maxime ne veut pas se dévoiler, il est en proie à ses anciens démons et ce nouveau avec qui il va devoir collaborer.
Grâce à sa connaissance de la synergologie,et à son étude du langage non verbal. Il tente de décrypter cet homme . Mais il ne trouve aucune indication. Rien ne semble le diriger vers une piste qui le conduirait aux victimes présumées.
Dans ce roman, nous avons l’enquête, mais nous devons comprendre la personnalité de ce Maxime Monceau. Il semble avoir un passé qui le perturbe. Il ne veut surtout pas « re-plonger » dans ce qu’il a vécu.Et pourtant des similitudes existent..
. L’auteur maitrise son texte, les actions des uns et des autres. Il nous présente aussi la région dans laquelle l’action se déroule, autour du lac d’ Annecy.
Je dois dire que je fus surprise par un tel dénouement, et pourtant quand nous connaissons la fin, tout s’éclaire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Première lecture en ce qui me concerne de cet auteur, La Liste est un roman policier bien ficelé et qui se lit de manière très agréable.

Maxime Monceau, gendarme à la Brigade de Recherche d’Annecy, reprend du service après deux mois d’arrêt. Pour l’accueillir, une nouvelle lieutenante, Assia Larcher, qu’il connaît déjà de façon particulière, et l’adjudant-chef Boris Pawlovski, qui a plus ou moins pris sa place notamment auprès de sa binôme et amie, Emma Leroy. Un homme très perturbé se présente de lui-même à la gendarmerie pour s’accuser de quatre assassinats. Au milieu de propos incohérents, il fournit la liste de ses prétendues victimes, sans les localiser ni fournir de raison à ses actes. Course contre la montre avant que le suspect ne retrouve la liberté, la liste est la seule piste pour tenter de retrouver les insaisissables victimes.

Spécialiste du langage non verbal, Maxime va mettre à profit son talent pour décrypter la gestuelle d’un suspect pour le moins original. Le thème de la synergologie est suffisamment rare dans le milieu du roman policier pour être remarqué : j’ai appris à ce sujet des éléments vraiment intéressants, qui m’ont donné envie d’approfondir mes connaissances dans ce domaine. Maxime, le personnage central du roman, est un être réservé, plus enclin à s’occuper de chats errants que des personnes qui l’entourent. Il possède des secrets qui le rendent assez taciturne; j’ai éprouvé pour lui beaucoup d’empathie: il est hypersensible, ses réactions semblent parfois inappropriées mais démontrent chez lui une profonde angoisse. C’est un personnage que j’ai trouvé très attachant: ses relations aux autres sont compliquées mais il est profondément humain, et grâce à lui cette étrange enquête va aboutir.

Je n’aurais jamais pu imaginer le surprenant dénouement auquel nous convie l’auteur : l’intrigue est inattendue du début à la fin mais tout se tient et est parfaitement expliqué ! Le lecteur est comblé ! Je remercie NetGalley et les Editions Chambre Noire pour cette lecture divertissante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :