La Turbulette

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 3 déc. 2018 | Archivage 16 janv. 2019

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LaTurbulette #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Myriam, créatrice de vêtements pour enfants, s’apprête à prendre sa retraite. Tessy, jeune maman épuisée, ne supporte plus les remarques déplacées de sa belle-mère. Sofia, comédienne paumée, voit sa vie se déliter et se confie à Marguerite, sa grand-mère italienne adorée. Victoire, sa sœur, joue de son côté à l’épouse modèle dans sa propriété du sud de la France, sous le regard de la femme de chambre Mai. Quant à Kim, elle est bénévole à l’orphelinat vietnamien dans lequel Lucy s’apprête à adopter sa fille. Par le plus pur des hasards, la turbulette va passer de main en main, et devenir pour chacune d'entre elles, le symbole d'un événement marquant de leur vie.

De Paris à Hanoï, huit femmes, différentes et pourtant si proches dans leurs interrogations et leurs doutes. Huit manières de vivre et de penser la maternité, symbolisée par cette turbulette. Un conte de fées moderne, à la fois tendre et drôle.

Myriam, créatrice de vêtements pour enfants, s’apprête à prendre sa retraite. Tessy, jeune maman épuisée, ne supporte plus les remarques déplacées de sa belle-mère. Sofia, comédienne paumée, voit sa...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9791026225249
PRIX 4,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Je remercie Librinova, via net galley, pour l'envoi du roman La turbulette de Vanessa Valence. Une turbulette est crée par Myriam, créatrice de vêtements pour enfants qui s'apprête à prendre sa retraite. C'est d'ailleurs elle qui la vend, c'est sa toute dernière vente... La turbulette va aller de femmes en femmes... Cette turbulette, tantôt aimée, tantôt malmenée, fait sourire, et nous faire découvrir des personnalités différentes : Myriam mais aussi sa fille, une jeune femme nommée Sofia ou encore Tessy, une jeune maman épuisée.. De jolis portraits de femmes, extrêmement différentes en apparence et pourtant si semblables.. J'ai beaucoup aimé ce court roman (100 pages sur ma tablette) qui met en scène un objet du quotidien des jeunes mamans et nous permet de faire connaissance avec des femmes plutôt attachantes. Ces portraits sont réussis. Au début, je me suis demandée où l'auteure voulait aller mais mine de rien tout se recoupe. Nous partons de Paris pour une escale à Hanoï avant de revenir en France. C'est touchant, attachant, rythmé J'ai apprécié ma lecture, que j'ai pris plaisir à lire d'une traite ce matin, profitant d'avoir un dimanche de repos. Je mets un très joli cinq étoiles et je vous invite vous aussi à découvrir La turbulette et les femmes qui composent ce joli roman :)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai été intriguée par cette couverture rose puis par ce résumé où un objet allait être le lien entre 8 destins de femmes. C’est une histoire bien agencée et fluide, on n’a pas du tout l’impression de lire 8 portraits de femmes décousus, il y a un vrai sens entre elles toutes et le lien est amené simplement. Myriam est la conceptrice de cette turbulette qui va passer de mains en mains. Elle part à la retraite après toute une vie à créer des produits plutôt luxueux pour les tous petits. Cette turbulette sera sa dernière vente. La femme qui l’achète est une bourgeoise plutôt détestable qui l’offre à la fille de son fils. Seulement, à l’occasion de ce cadeau, le couple va aussi se faire prendre en train de dire des horreurs de la mère du bébé. Ils sont mis dehors par les jeunes parents, qui mettent aussi le cadeau à la poubelle. Il sera récupéré par Sofia qui demande à sa grand mère de le broder avant de l’offrir au dernier né de sa sœur. Et c’est ainsi que de mains en mains la turbulette voyage. Chaque étape du voyage est l’occasion de faire la connaissance de chaque femme, dans la vie qu’elles ont au présent mais aussi dans des moments de leur passé qui ont compté. Les portraits m’ont très vite attachée à tous les personnages, toutes m’ont été agréables à lire, c’est un texte qui m’a absorbée et j’ai eu vraiment plaisir à faire la connaissance de ces femmes. Le roman est assez court (130 pages au format papier) mais il n’est pas survolé, il est bien construit, l’idée de départ est vraiment originale autour de cette turbulette qui va voyager et surtout j’ai trouvé le résultat vraiment réussi. En bonus, nous avons à la fin du roman une conclusion sur ce que devient chacune des femmes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La Turbulette commence avec les mots de l'objet même. La turbulette prend vie et ouvre le roman, sans pour autant qu'on en apprenne trop sur l'intrigue, les personnages, etc. Le vêtement lie tous les personnages entre eux, souvent, ils ont même des liens familiaux et la turbulette passe par chaque personne. A chaque passage on en apprend plus sur le personnage concerné au moment où il possède la turbulette. Malheureusement, je n'ai pas aimé ce livre. Certes, il se lit rapidement et l'écriture est fluide. Mais quelque chose manque, ce quelque chose qui le rendrait mémorable. La principale faiblesse vient du mode d'écriture. On mélange une polysémie des voix et un novel of circulation (désolée, je ne connais pas la traduction française de ce genre de littérature où un objet détient la voix narrative). En commençant le roman, j'ai tout de suite été emballée par la voix narrative de la turbulette, car ce genre de procédé est souvent utilisé en anglais, mais pas en français. Malheureusement, la voix de la turbulette se limite à une page à la fin des chapitres, où elle fait presque un résumé de ce qui s'est passé. L'utilisation de ce mode narratif perd, ainsi, tout son sens. L'histoire aurait gagné à être seulement raconté par le point de vue du vêtement.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie Librinova pour ce petit roman plein de fraîcheur et de douceur. Jeune maman, j'ai aussitôt craqué sur le titre et le résumé m'a semblé très prometteur. Je n'ai pas été déçue de ma lecture. On découvre le destin de plusieurs femmes, toutes liées par cette turbulente qui passe de main en main, par le plus grand des hasards. Chacune d'elle a une personnalité bien marquée, et cela permet à la lectrice de s'identifier à l'une d'elles sans problème, on peut s'y retrouver dans ce panel de personnages, toutes touchantes à leur manière. Personnellement, c'est à Tess que je me suis le plus identifiée car c'est une jeune mère un peu dépassée par cette belle aventure ! Et cette turbulente qui faite le tour du monde pour revenir à son point de départ, comme pour boucler la boucle avec les personnages (on commence avec la mère de Lucy, dernière héroïne décrite) et sa propre histoire. J'ai été charmé par ce roman tout simple, touchant et agréable. Un très bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une turbulette c'est ausi une gigoteuse ou un sur-pyjama, elle peut avoir bien des noms. Celle qui est au coeur de ce roman va vivre de grands voyages entre Paris la côte d'Azur et le Vietnam... Promenée de famille en famille au gré des rencontres et de relations conflictuelles, elle nous raconte son parcours pour finir là où elle rêvait dêtre, à sa place. C'est un très beau roman, trop court à mon goût tellement j'ai pris plaisir à le lire. Les personnages son attachants, tendres, plein d'humour, d'autres méchants mais ils sont tous humains et leur vie est aussi la nôtre ou celle des personnes qui nous entourent ou que nous rencontrons. La turbulette va évoluer au gré des familles. Le style est léger, on oublie les mots pour vivre l'histoire. Mais cette turbulette c'est aussi de l'amour qu'elle apporte, la joie d'avoir un enfant et ce bonheur est unique .

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La turbulette ... un premier roman , une réussite ... j’ai adoré ... très original, le récit prend le point de vue de la turbulette. Personnage a elle seule, elle donne son avis, n’apprécie pas certains gestes, n’aime pas qu’on la maltraite... au travers de son périple, de sa naissance à la fin du récit, on rencontre une série de personnages, plus ou moins attachants , plus ou moins sympathiques. On découvre leur vie, leurs émotions , leurs colères, leurs peurs, le temps d’un moment ... ce roman est une belle surprise et une grande réussite ! Bravo à cette nouvelle auteure, qui a su me captiver tout au long de ce récit des plus charmant... merci à netgalley pour la découverte de ce récit.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le résumé, très prometteur, me faisait penser à celui de « La tresse », roman phénomène de l’année 2017 dont j’avais beaucoup apprécié l’originalité. Pourtant, ici, ce n’est pas par une tresse que des femmes n’ayant rien en commun et vivant à des endroits différents sont liées, mais par une turbulette. Qu’est-ce que c’est que ça ? J’avoue m’être posée la question, et après une recherche Google, j’ai appris que « turbulette » était synonyme de « gigoteuse », bref, un vêtement de bébé. Après cette petite précision nécessaire, j’avais tous les éléments en main pour me plonger dans ce premier roman de Vanessa Valence, une histoire originale que j’ai savourée du début à la fin. Ce roman est assez court : il fait une petite centaine de pages, et chacun de ses chapitres est conçu comme une petite nouvelle, dédiée à une femme différente dont nous apercevons un instant de vie décisif. Myriam déprime à l’idée de prendre sa retraite, Tessy est dépassée par son premier bébé, Sofia est perdue dans une histoire d’amour compliquée, et j’en passe… Ces héroïnes n’ont rien en commun, mais sont pourtant liées par une turbulette, qui va croiser leur route et passer de l’une à l’autre, modifiant leur destin pour toujours. Ce roman véhicule l’idée que les objets ont une âme, et j’ai d’ailleurs beaucoup aimé les quelques passages racontés par… la turbulette « en personne » ! Avouez que ce n’est pas banal… Malgré la grande diversité d’histoires proposées (on voyage de Paris au Vietnam, des riches familles bourgeoises à des milieux moins aisés), il y a une grande cohérence entre toutes ces histoires, qui forment bel et bien un roman à part entière et sont liées de bien des manières. J’ai adoré les petits clins d’œil que l’auteure Vanessa Valence parsème d’une histoire à l’autre, comme autant de liens entre ces femmes qui vont se croiser, s’aider parfois… « La turbulette » est un roman choral réussi, particulièrement bien ficelé : tout se tient et l’on comprend que même le plus petit évènement ne se déroule pas par hasard, puisqu’il pourra avoir des répercussions sur la vie d’une autre femme, à des kilomètres de là. J’avoue avoir été totalement séduite par la grande originalité de ce roman, composé d’un ensemble de petites histoires différentes qui ensemble prennent sens. A ce titre, j’ai particulièrement aimé l’épilogue, où nous retrouvons chacun de nos personnages quelques temps plus tard et apprenons en quelques lignes ce qu’ils sont devenus ! Si j’ai d’abord été séduite par « La turbulette », c’est donc pour le concept plus qu’original qui est à la base de cette histoire. Mais c’est loin d’être la seule qualité de ce petit roman à dévorer : chacune de ces nouvelles vaut la peine d’être lue pour elle-même, toutes s’avèrent touchantes et sont de beaux portraits de femmes. Vanessa Valence réussit à développer en peu de pages la psychologie de ses personnages. Elle leur donne véritablement vie, dresse leur biographie et nous les rend attachants, d’autant plus que nous les accompagnons dans leurs moments de joie, mais aussi à des instants critiques de leurs existences. Chaque histoire m’a intéressée, voire même captivée. Les thèmes abordés sont variés, mais le thème clé qui revient comme un fil rouge est celui de la maternité. Eh oui, la turbulette étant un vêtement de bébé, je me doutais que l’auteure allait nous parler du lien mère-enfant, mais elle le fait de façon très pertinente, en nous démontrant qu’il n’y a pas deux familles identiques, mais que malgré les différences, toutes ou presque ont en commun l’amour, dont sera baigné la trajectoire de cette turbulette. On peut qualifier cette histoire de feel good, puisqu’elle regorge de beaux messages déculpabilisants sur la maternité et a su me donner le sourire aux lèvres ! Ce roman choral, bien que court, m’a semblé tout simplement parfait : je l’ai dévoré d’une traite et été bluffée par le talent de l’auteure, dont je suivrai la carrière de très près.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :