Hôtel Grand Amour

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Publication 4 oct. 2017 | Archivage 4 mai 2018

Résumé

Au moment où Vic, 13 ans, marque le but qui qualifie son équipe, son père s’effondre, victime d’un infarctus. Il est emmené d’urgence à l’hôpital et Vic et ses trois soeurs doivent alors gérer seuls l’hôtel familial. Très vite, c’est le grand n’importe quoi ! Les clients s’enfuient, les créanciers débarquent : il ne reste plus que quinze jours pour sauver l’hôtel ! Sans rien dire à leur père…

Au moment où Vic, 13 ans, marque le but qui qualifie son équipe, son père s’effondre, victime d’un infarctus. Il est emmené d’urgence à l’hôpital et Vic et ses trois soeurs doivent alors gérer seuls...


Note de l'éditeur

Un roman déjanté qui fait rire et sourire écrit par Sjoerd Kuyper, auteur néerlandais à succès. Un vrai coup de cœur !

Ce roman a été adapté au cinéma au Pays Bas en 2017.

Un roman déjanté qui fait rire et sourire écrit par Sjoerd Kuyper, auteur néerlandais à succès. Un vrai coup de cœur !

Ce roman a été adapté au cinéma au Pays Bas en 2017.


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782278085644
PRIX 15,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un très beau roman plein d'humour qui aborde des sujets sensibles : le deuil, la maladie, la fratrie ...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mon avis: Je remercie tout d'abord les éditions Didier Jeunesse et la plateforme NetGalley pour l'envoi de ce roman en partenariat, j'avais lu le résumé et il m'attirait énormément, la couverture est je trouve très jolie avec de magnifiques couleurs qui donnent vraiment envie de faire un tour dans ce bel Hôtel. J'ai passé un excellent moment de lecture et de détente en compagnie de Vic et de toute sa petite famille. C'est une magnifique découverte d'un auteur que je ne connaissais pas avant.

Du coté de l'histoire :Vic est un tout jeune garçon , orphelin de mère, il vit avec son père et ses sœurs dans l’hôtel dont son père est propriétaire. Vic, comme la plupart des garçons de son âge est passionné de football et a un rêve, celui d'intégrer l’Ajax, le club de foot de la ville d’Amsterdam. Alors qu’il est en plein match et qu'il marque le but de la victoire lors de la finale du championnat, son père s'effondre sur le coté du terrain, terrassé par une crise cardiaque, il est transporté rapidement à l'hôpital et est hors de danger, malheureusement, il ne doit pas retourner travailler dans son hôtel avant un petit moment , il faut qu'il se ménage et du reste , interdit de lui parler de l'hôtel. Vic décide donc de prendre les choses en main et de gérer l'intérim en attendant le retour de son père mais surtout il ne faut pas qu'il en avertisse son père Rien ne sera facile pour le jeune homme et ses trois sœurs. . C'est à l'aide d'un vieux magnétophone qui lui a été donné que notre jeune héros va nous raconter avec humour et dérision, les péripéties de son remplacement par intérim , comment va t-il gérer l'absence du maitre des lieux? La cohabitation avec ses trois sœurs pas toujours bienveillantes et les nombreux clients mécontents qui se succèdent dans l'hôtel, tout ça en tentant de ne pas éveiller les soupçons de son père. .

Du coté de l'écriture: J'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur et les nombreux sujets abordés sont des sujets sérieux tels que la maladie, le deuil, les problèmes financiers mais aussi l'auteur nous parle du lien fraternel et de la découverte de l'amour entre adolescents, tout cela abordé avec une énorme justesse et beaucoup d'émotions.
Ce que j'ai aimé c'est que tous ces sujets aussi sérieux soient ils ont été ici abordés avec un belle douceur et aussi beaucoup d'humour, la plume de l'auteur est bien adaptée pour notre jeune lectorat qui je suis sure trouveront en chacun de ces personnages quelque chose qui pourra les interpeller.


En conclusion : J'ai beaucoup aimé ce roman jeunesse plein de tendresse, d'humour et de sensibilité, la plume de l'auteur est fluide et vraiment agréable et malgré le sérieux des sujets mis en avant dans ce roman, l'humour est toujours au rendez-vous et les personnages sont touchants et attendrissants.
Je le conseille vraiment, il paraitra le 04 octobre prochain

Cet avis vous a-t-il été utile ?

« Des situations loufoques, des sourires mais aussi des émotions sont au rendez-vous. C'est un roman qui m'a fait sourire tout en réussissant à parler de sujets délicats.»

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Didier Jeunesse dont j’adore les parutions (fayotte-va ! J’adore les albums jeunesses de cette maison d’édition, ce n’est pas ma faute tout de même) ainsi que Netgalley pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

En lisant ce livre, j’ai ressenti le même plaisir que quand j’ai lu la Petite fille qui voulait avaler un nuage aussi grand que la Tour Eiffel de Romain Puértolas. C’est un roman qui m’a fait sourire tout en réussissant à parler de sujets délicats.

L’hôtel grand amour c’est d’abord l’histoire de Vic, ce petit garçon de treize ans joueur de foot, amoureux d’Isabel et qui va vivre de drôle d’aventures suite au malaise cardiaque que subit son père. Comme une jeune fille écrit dans un journal intime, Vic va ressentir le besoin de raconter les événements des derniers jours. Il faut dire qu’en l’espace de quelques jours, beaucoup d’événements se sont passés et ont chamboulé son existence. Il va utiliser un magnétophone où il va s’enregistrer quand il y en a le temps.

Tel un journal intime, ce roman destiné à un public jeunesse se lit très facilement. C’est agréable d’avoir un narrateur masculin avec une autre personne qui intervient ponctuellement.

Cette histoire c’est aussi celle d’une famille qui va voir ses liens se ressouder. En effet, Vic n’a pas grand chose en commun avec Laeti, Alex et Pétro. Laeti s’efforce de remplacer leur mère, Alex se cache sous une tonne de maquillage et un look pseudo-gothique et Pétro est une fervente protectrice de la nature. Quand leur père va avoir un malaise cardiaque, ils vont être confrontés à la gestion d’un hôtel. Et c’est là que les ennuies arrivent, ils font de leur mieux et ce n’est pas simple quand leur père a toujours refusé qu’il les aide à gérer l’hôtel.

Des situations loufoques, des sourires mais aussi des émotions sont au rendez-vous. On suit cette famille qui découvre que la vie n’est pas si facile qu’elle n’y paraît. Ce roman a l’avantage d’aborder avec délicatesse différents thèmes tels que le deuil, la famille, l’amour mais aussi l’adolescence.

Sous le prisme de ma vision d’adulte, j’ai trouvé ce roman très agréable à lire. L’écriture est adapté au public visé, les tournures de phrases sont simples. Vic est un garçon auquel peuvent s’identifier des garçons de treize ans par ses pensées, mais aussi sa passion du football et son impression de ne pas comprendre les filles.

Ce roman véhicule de très beaux messages, j’ai aimé cette prise de recul qui est faite par Vic mais aussi son regard d’adolescent sur certaines situations. L’auteur a un regard très juste sur les premiers amours qui parlera aux adolescents.

Je conseille vivement ce roman jeunesse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Vic a 13 ans. Il vit au Pays-Bas dans un hôtel tenu par son père avec ses 3 sœurs. Lors d'un match, alors qu'il fait gagner son équipe par un superbe pénalty, son père s'effondre dans la tribune victime d'une crise cardiaque. Comment continuer à faire fonctionner l'hôtel seuls puisque lorsque mère est décédée?
Un récit totalement "foutraque" et désopilant. Il m'a fallu quelques chapitres pour m’accommoder du style d'écriture de l'auteur de cette histoire loufoque dans laquelle les protagonistes semblent tous sortir d'une pièce ubuesque. Mais j'y ai retrouvé une atmosphère à la Pennac qui m'a bien plu. Les personnages sont plein de tendresse et l'histoire tellement optimiste!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un gros coup de coeur sur ce livre, qui n'est pas sans faire penser à "Suite Scarlett".
Un garçon et ses trois soeurs se retrouvent aux commande d'un hotel. Leur père est à l'hopital, suite à une crise cardiaque. Il n' y a plus de maman. Bien évidemment, c'est le moment que choisissent les huissiers pour recouvrer une dette de 7000 euros.
Comment peut-on sauver un hôtel quand on est en proie aux affrs de l'amour, quand on n'a pas la moindre idée de comment se gère un hôtel ? comment concilier concours de Miss Côte et test pour entrer dans la meilleure équipe de foot possible ? Et surtout comment faire pour ne pas inquiéter son père ?
Très drôle, du point de vue du seul garçon, ce roman a le mérite de montrer un jeune homme très à l'aise avec les filles, même s'il ne les comprend pas toujours.
Une galerie de portrait bien tirée. Bref, un bon moment

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d’abord, merci à NetGalley et aux éditions Didier Jeunesse, qui une fois de plus m’a fait confiance pour cet ouvrage.

J’ai choisi ce livre parce que j’aimais bien la couverture, parce que j’avais besoin de lire quelque chose de léger, et il me semblait qu’un livre jeunesse s’accordait parfaitement avec ça. J’ai aimé le résumé qui promettait à la fois de l’humour et de la tendresse. Et j’ai été servie !

Dès les premières pages on comprend que le livre se lit très vite. Il est court, et l’écriture est enfantine puisque c’est un livre jeunesse, vous ne serez donc pas gêné par les tournures de phrases compliquées ! Mais peut-être perturbés par l’écriture tout de même. J’ai d’ailleurs eu parfois du mal à différencier qui parlait entre les différents clics du magnétophone à travers lequel Vic, notre personnage principal, s’exprime.

Je n’ai pas retrouvé ce problème dans la suite de ma lecture. J’ai eu envie de découvrir la suite même si je m’attendais parfois à plus d’émotions que je n’en ai eu !

L’écriture est simple, on s’adresse à un public relativement jeune. Je dirais plutôt des pré adolescents étant donné qu’on a des petites informations très légèrement sexuelles, rien de choquant bien sûr, juste une découverte du corps. Cependant, l’écriture est parfois trop enfantine pour moi. On lit le livre à travers les expressions et les façons de parler de Vic, et parfois il y a des tournures de phrases qui m’ont vraiment dérangée même si je sais parfaitement qu’on est calé sur un enfant de 13 ans, et évidemment, cet enfant de 13 ans ne joue pas avec les mots comme un adolescent ou un adulte. Même si ça n’a pas bloqué ma lecture, ça m’a parfois gêné. D’autant qu’on aborde des thèmes importants comme le décès d’un des parents, la maladie de l’autre, on s’approche également du viol.

Les personnages principaux sont attachants, notamment Vic et ses sœurs, j’ai eu ma préférence pour Alex et Pétro, la plus jeune, même si j’ai apprécié Laeti tout en trouvant qu’elle faisait trop jeune pour l’âge qu’on lui donne. Même si les personnages sont attachants, je n’ai pas réussi à m’identifier à eux, même en prenant en compte le fait que c’était un livre jeunesse. L’histoire est belle, mais pas assez réaliste à mon goût, même en ce qui concerne vraiment le caractère, notamment celui du père.

En ce qui concerne la fin de ce livre, j’ai été très touchée, presque émue aux larmes, de ce pré adolescent en train de grandir qui s’adresse à sa mère décédée sans jamais tomber dans la tristesse infinie. On a vraiment un beau livre sur ce sujet, qui prône l’envie de vivre, et l’amour. Le fait de continuer à vivre, sans oublier pour autant… C’est vraiment un beau livre, et il peut, à mon avis, être une belle histoire pour ces enfants qui perdent un de leur parent trop tôt… On n’est pas seulement dans la tristesse, on trouve de l’humour, énormément de choses rigolotes à lire. On ne se retrouve pas du tout dans un livre dramatique, mais dans un livre empli d’espoir.

Je ne pense pas que je relirai un livre jeunesse de cet auteur parce que ce n’est pas mon genre. Néanmoins, à travers le livre jeunesse et l’humour, on a un livre qui traite de sujets compliqués de façon douce, et avec intelligence.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Vic est fils unique : il a trois soeurs (formule valable quel que soit le nombre de soeurs, d'ailleurs) et parfois, la situation est pesante, surtout quand il devient le seul homme de la famille, à la suite du malaise de son père. Il lui faut à la fois mener sa vie de collégien/futur footballeur et gérer l'hotel familial, qui part un peu à vau l'eau, tout en allant régulièrement prendre des nouvelles de son père - en lui faisant croire que tout va bien, ce qui n'est pas vraiment le cas.
La force de ce roman de littérature jeunesse est que l'auteur sait contourner les clichés - et pourtant, il aurait été facile de sauter à pied joint dans toutes les facilités d'écriture qu'offrait le sujet. Vic et ses soeurs ont perdu leur mère, et chaque membre de la famille vit avec cette mort à sa manière. Et la maladie de leur père font qu'ils feront front, avec leur personnalité, et leur proposition pour que tout aille pour le moins pire. Leur père a fait ce qu'il pensait être le mieux pour les protéger, pour qu'ils puissent vivre leur adolescence, leur jeunesse le mieux possible et eux aussi tâcheront de faire de leur mieux.
L'originalité vient aussi que c'est Vic, le garçon, qui est le narrateur principal, et qui tient un journal intime - ou plutôt qu'il l'enregistre. Nous l'écoutons avec lui, après coup, comme en un récit rétrospectif - avec quelques commentaires aussi, pas les siens, non, ceux de quelqu'un qui lui est proche. Rétrospectif ne signifie pas que nous saurons dès le départ comment tout se termine, cependant ce regard permet de voir certains faits sous un éclairage différent, de dédramatiser certains épisodes.
Hotel grand Amour, un roman qui devrait plaire aux jeunes adolescents.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman fantasque, loufoque, drôle et tendre qui se lit très facilement et surtout avidement.
Vic, 13 ans, seul garçon d'une fratrie de 4, a du mal à trouver sa place surtout qu'il se pose plein de question à propos des sentiments de la sublime Isabel mais alors qu'il devient un héros dans son équipe de foot en marquant le but de la victoire, devant le sélectionneur de son club fétiche l'Ajax, son père est terrassé par une crise cardiaque et emmené en urgence à l'hôpital.
Pendant son absence, Vic et ses soeurs, Laeti, Alex et Petro vont devoir gérer les clients mécontents, les dettes et l'organisation de Miss Mer du Nord. Vic qui reste le clown devient alors l'Homme de la maison ! Et c'est à sa mère, morte d'un cancer qu'il pense.
Malgré les sujets graves abordés, maladie, problèmes financiers, chagrins d'amour, le roman reste optimiste et complètement de déjanté.
Ce roman m'a fait penser à "En attendant Bojangle" pour le côté tendre et loufoque mais aussi en littérature jeunesse aux romans d'Axl Cendres comme "Dysfonctionnelle" toujours totalement barrés mais avec des personnages tellement attachants.
Un roman jeunesse qui se laisse dévorer comme un bon gâteau sucré...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une petite lecture légère qui m’a accompagnée durant tout le week-end dernier. Je tiens d’ailleurs à remercier les éditions Didier Jeunesse ainsi que Netgalley pour ce bon moment.

Hotel Grand Amour raconte l’histoire d’une famille. Une famille aussi folle que loufoque gérant un magnifique hotel. Mais lorsque le père s’écroule à la suite d’un infarctus, les enfants doivent gérer l’hotel familial et c’est…la catastrophe totale ! Les créanciers débarquent, les cleints sont mécontentes…c’est le début d’une aventure mémorable.

Vic est le troisième enfant de la famille. Il aime le foot (et joue d’ailleurs très bien), Isabelle et l’hotel familial. À la suite de la victoire de son équipe de foot, il voit son père s’écrouler dans les gradins. La nouvelle tombe: infarctus. Celui-ci ne pourra pas gérr l’hotel pendant quelques temps. Entouré de ses 3 autres soeurs, Vic va alors devoir gérer l’hotel familial et ça va être bien pire qu’il ne l’aurait jamais cru. Comment gérer tout ça quand on a 13 ans ? Quand on ne connait pas grand chose à la vie ? Quand tout vous tombe dessus sans que vous vous y attendiez ? Eh bien on imite les adultes et on fait du mieux qu’on peut. Mais rien ne va être évident pour Vic qui va aussi devoir gérer les crises entre ses soeurs. Tout n’est pas tout beau tout rose à l’hotel. L’absence du père se fait de plus en plus ressentir au fil des jours et l’hotel coule de plus en plus aussi. D’abord les clients mécontents, la descente en flèche de la réputation de l’hotel, mais aussi la venue surprise des créanciers. En bref: c’est la ca-ta-strophe. Vic va devoir faire du mieux qu’il le peut, sans rien dire à son père qui risque de faire une syncope. Le personnage de Vic m’a beaucoup fait rire. En plus d’être marrant il est plutôt attachant. Puisque en plus de sa famille et de l’hotel, il doit aussi gérer ses amours et c’est encore plus compliqué.

Comment parler de Vic sans aborder sa famille. Parce qu’il faut bien avouer qu’ils sont tous un peu fêlés là dedans haha La soeur aînée, Laeti, est là pour gérer. Elle tient tête aux plus jeunes et essaie de tout faire pour que tout se passe pour le mieux. Malgré les galères. Ensuite il y a Alex. La rebelle. Celle qui n’aime pas recevoir les ordres. Et aussi celle qui s’entend le moins avec Vic. En pleine crise d’adolescence, elle se sent à part des autres et n’aime pas vraiment le fait de devoir gérer l’hotel avec ses autres frères et soeurs. Elle est frustrée et aussi frustrante. Et enfin il y a Petro, la petite dernière. Le clown de la famille. Celle qui fait tout le temps des blagues et qui essaie d’aider malgré son jeune âge (et qui fait tout un tas de bêtises par la même occasion). En bref, cette famille est, en plus d’être adorable, délirante. Chacun à sa façon aide comme il peut, malgré l’absence du père et c’est ce qui va rendre l’histoire si adorable.

Hotel Grand Amour est un roman jeunesse sympathique. C’est frais, marrant. Le seul petit hic de l’histoire est le fait qu’on alterne entre deux points de vue tout au long de l’histoire et ça peut beaucoup perturber. C’est un peu dommage. Mais j’ai tout de même appréciée cette histoire familiale qui redonne le sourire et vous fait passer un bon moment. À retrouver le 4 octobre prochain dans toutes les librairies 😉

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Plein d’humour, ce récit jeunesse nous présente quatre enfants qui se retrouvent livrés à eux-mêmes après que leur père soit hospitalisé suite à un infarctus. Ce serait encore jouable s’il n’y avait pas un hôtel à gérer en prime! Le narrateur est Vic, le seul garçon de la fratrie, passionné de foot, qui raconte son histoire via un magnétophone. Âgé de seulement 13 ans, Vic va tenter de prendre les choses en main et de sauver ce qui peut l’être, y mettant toute sa volonté, tout son cœur, confronté au monde des adultes alors que rien ne l’y avait préparé.

C’est drôle, et en même temps, l’auteur aborde des sujets sensibles, comme le deuil et la maladie, mais aussi les liens fraternels pas toujours faciles et les premières amours. C’est un beau roman, exposé avec le regard d’un jeune adolescent, ce qui permet une identification avec le jeune lecteur. Les situations toutes plus cocasses les unes que les autres rendent ces thèmes difficiles plus abordables et en font un récit léger plein d’amour. Car de l’Amour, il n’en manque pas entre ces pages. Car quoi d’autre que l’Amour aurait pu pousser Vic à tenter de sauver ce qui semble perdu?

Un roman jeunesse léger et émouvant qui permet de traiter de sujets difficiles de très belle façon. Et pour ne rien gâcher, je trouve la couverture très jolie!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Même si les romans destinés à la jeunesse ne représentent pas la majorité des titres proposés sur Net Galley, je saute souvent sur l'occasion pour travailler ma culture personnelle à ce sujet et j'avoue être rarement véritablement déçue par mes découvertes.

Quand le père de Vic s'effondre à cause d'un infarctus, il a semblé tout naturel aux quatre enfants de la famille, d'essayer de maintenir l'hôtel familial à flots. Vic va alors raconter, avec un certain humour, tous les événements marquants, y compris les problèmes, en s'enregistrant sur un vieux magnétophone offert par le cuisinier de l'hôtel.

Le ton du roman est plutôt léger bien que Sjoerd Kuyper aborde, de façon assez réfléchie plusieurs sujets difficiles. Parmi d'autres, l'auteur nous parle de deuil, de maladie, de premiers amours et de problèmes financiers. En lisant Hôtel Grand Amour, il faut bien garder à l'esprit que nous sommes dans un livre jeunesse, ce qui explique la simplicité de l'écriture. Cependant, la construction du récit peut être déstabilisant. Difficile, parfois, de savoir qui s'exprime quand ce n'est pas Vic qui s'exprime dans ses enregistrements. D'ailleurs, j'ai trouvé le protagoniste peut-être trop mature et ce, dès le début.


Si on trouve quelques informations concernant la sexualité, on parle plus d'une découverte du corps. Ce roman devrait plaire à un grand nombre de pré-adolescents.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Net Galley et aux éditions Didier Jeunesse de m'avoir permis de découvrir Hôtel Grand Amour de Sjoerd Kuyper.
J'adore les romans jeunesse, et j'ai apprécié celui-ci.
Vic est le seul garçon de la famille, il est le petit frère, au dessus de lui il y a trois filles. Leur maman est décédée. Ils sont donc tous les quatre avec leur papa, qui tient un hôtel.
Quand leur papa fait un malaise, Vic se retrouve le seul homme de la famille. Il est collégien, souhaite devenir footballeur mais doit aussi gérer l'hôtel familial en attendant que son père se remette !
Vic n'écrit pas toute son histoire, en fait il l'enregistre :) Et ça donne un roman jeunesse sympathique, touchant, et qui se lit rapidement, avec plaisir.
Je mets quatre étoiles à cet ouvrage que je vous invite à découvrir vous aussi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je voudrais remercier les Editions Didier Jeunesse et Netgalley pour avoir accepté ce partenariat.


Le père de Vic est un hôtelier qui va être hospitalisé d'urgence.
Pour que l'hôtel ne périclite pas, ses enfants Vic et ses 3 soeurs décident de prendre les choses en mains.
Malheureusement malgré leurs efforts, tout ne va pas se passer comme il le devrait.



J'aime bien la couverture qui fait dessin et surtout qui représente bien l'idée du roman.


J'ai passé un très bon moment de lecture avec nos protagonistes qui ne peuvent nous laisser indifférent.
Ce qui est vraiment très intéressant dans ce roman c'est que beaucoup de thèmes qui touchent la jeunesse sont abordés tels que la maladie, l'amour, la mort .....

Ce que j'ai apprécié c'est le fait que l'auteur fait participer le personnage principal, Vic, dans l'histoire.
Et oui Vic va décider de tenir un journal intime d'une manière très différente. Ce dernier au lieu d'écrire sur un livre, il va décider de s'enregistrer.


En ce qui concerne les personnages, bien entendu celui de Vic est LE personnage à suivre et à aimer.
Comme son père n'est plus à l'hôtel, ce dernier est L'HOMME de la maison et cela ne va pas être facile.
Il faut dire qu'avec ses soeurs qui lui mènent la vie dure, ce n'est pas facile tous les jours.
J'ai vraiment Vic car il est tellement touchant et très sensible même s'il ne le montre pas à son entourage.
Il essaie de faire face tout seul à ce qui touche à sa famille.


En ce qui concerne la plume de l'auteur, cette dernier est fluide et très bien adaptée aux plus jeunes lecteurs.


Pour en terminer, ce roman est écrit pour les jeunes lecteurs pour les divertir en parlant de sujets assez sensibles mais qui sont très bien abordés.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les travers des personnages sont bien décrits. Chaque enfant a des faiblesses comme la petite Pétro qui pense que sa maman est toujours là ou Alex et son style gothique (Vic comprend qu'elle se cache derrière son maquillage et ses vêtements noirs). Ils sont tous attachants. J'ai eu une grande préférence pour Pétro qui adore les animaux et veut protéger la nature.
Un livre plein d'espoir et pas larmoyant à aucun moment.
Un roman détente et sérieux par les sujets évoqués. L'humour fait passer les messages et devrait plaire aux jeunes lecteurs. Les personnages leur ressemblent.
Un enfant de 9 ans peut apprécier ce livre s'il est bon lecteur. Des tournures de phrases et des situations sont cocasses mais il faut comprendre certaines subtilités. La sexualité des jeunes est abordée très pudiquement.
À vous "parents" de lire le livre avant de le laisser à votre enfant et d'en discuter après. Un bon moment qui rapproche.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une belle découverte que cette auteure néerlandaise : j'ai particulièrement aimé le ton juste employé par le narrateur, Vic, adolescent rougissant, passionné de foot, flanqué de trois sœurs qu'il a bien du mal à comprendre, un père complice mais hospitalisé, une mère morte trop tôt d'un cancer.
L'histoire est racontée par Vic : il s'enregistre et fait le bilan de journées qui se suivent et ne se ressemblent pas, oscillant entre excitation, abattement, angoisse, amour, résignation, courage, volonté...
Le ton est juste : on sourit, on a la larme à l’œil. Une belle découverte, vraiment.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une lecture riche en émotions et pleine d’humour.

Nous sommes le dimanche 12 mai, Vic, 13 ans, enregistre son journal intime sur un vieux magnétophone que lui a donné Williamson le cuisinier de l’hôtel. Vic a perdu trop tôt sa maman qui avait un cancer. Il est amoureux d’Isabel et l’auteur a très bien su rendre les sentiments d’un jeune adolescent qui se cherche. Alors qu’il dispute un match de foot, son père fait un malaise. Déjà fragilisé par la perte de sa mère, Vic est très angoissé et se pose beaucoup de questions sur la mort. Il a trois sœurs et la fratrie décide de gérer l’hôtel familial durant l’hospitalisation et l’opération de leur père ce qui va s’avérer un véritable défi car ils découvrent qu’ils doivent trouver la somme de 7 000 euros s’ils ne veulent pas se retrouver à la rue.

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Didier Jeunesse pour cette belle lecture. « Hôtel Grand Amour » est un livre qui s’adresse aux jeunes de 12/13 ans mais pas uniquement. Ce qui m’a d’abord frappé, c’est l’humour présent à chaque page et l’auteur a un véritable talent pour aborder des sujets graves tels que le deuil, la maladie, les problèmes financiers mais aussi les relations difficiles au sein d’une fratrie, entre garçons et filles, avec profondeur et légèreté en même temps.

Sjoerd Kuyper est un auteur néerlandais et scénariste de films. Il a écrit de nombreux livres pour la jeunesse. Il sait à merveille retranscrire les sentiments éprouvés par de jeunes adolescents. Le pauvre Vic a bien du mal à s’imposer au milieu de ses trois sœurs qui ne lui facilitent guère la vie au début. En même temps, quel gaffeur ! On se rend compte à quel point l’apprentissage de la vie peut être douloureux lorsqu’on est jeune, plus tard, on en rit mais sur le moment cela paraît insurmontable.

Nos jeunes héros sont attachants et très débrouillards. Ils sont adorables et émouvants dans leur générosité. L’infarctus de leur père et les problèmes causés par la gérance de l’hôtel vont les souder alors qu’au début les relations entre eux sont assez difficiles. Afin que celui-ci puisse retrouver la santé, ils vont mentir et lui faire croire que tout va pour le mieux, ce qui n’est pas vraiment le cas. Vic, seul garçon au milieu de trois filles, va finalement trouver sa place. L’auteur dépeint également à merveille les problèmes et questions que suscite un premier amour. De plus, c’est très bien écrit et très bien traduit.

Vraiment une belle découverte avec des personnages attachants et farfelus, des situations aussi drôles qu’improbables et surtout beaucoup d’émotions dues aux nombreuses questions que se pose Vic et à la manière dont il les résout. « Hôtel Grand Amour » porte bien son nom car c’est avant tout une histoire d’amour, amour paternel, amour filial, amour frère/sœurs, amours adolescents et adultes ainsi que d’amitié. Une belle lecture jeunesse que je recommande.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai choisi ce livre de par sa couverture aux couleurs vives (je l'ai d'ailleurs associé à une série pétillante aux images colorées similaires, The Durrells).
Puis le résumé m'a plu et j'ai même eu l'idée de le faire lire à ma fille de 13 ans.
C'est donc une lecture commune que nous avons entrepris. A l'issue du roman, nous avions des impressions communes mais aussi contradictoires.
Ma fille a apprécié l'histoire en général, des enfants en deuil qui doivent se débrouiller avec un hotel en pleine déroute, leurs aventures cocasses, un premier amour d'adolescent, une entraide avec des débuts difficiles...
J'ai trouvé le ton juste, le narrateur (Vic) qui passe par différentes émotions, un contenu touchant qui a le mérite de parler de la mort et de la maladie avec justesse mais j'ai trouvé le rythme un peu décalé et loufoque (avec des "coq à l'âne" qui m'ont dérouté :) (je n'ai peut-être pas l'habitude de ce style d'écriture).
Ma fille met 5/5 .

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas lu une nouveauté jeunesse et je remercie les éditions Didier Jeunesse pour cette agréable lecture via le site NetGalley.
Je ne savais pas à quoi m’attendre en lisant ce livre. Le résumé a quelque chose d’attirant, une touche d’humour et le sentiment que le grand n’importe quoi peut être divertissant. Et ce fut le cas.
Vic, jeune joueur de foot, traverse l’adolescence comme beaucoup d’ado : les copains, le foot, la famille (en l’occurrence trois sœurs et un père (la maman est décédée)) et une fille. Une très jolie fille aux yeux de Vic qui va tout donner pour marquer le but final. C’est le moment choisi par l’infarctus pour se réveiller dans la poitrine de son père venu assister au match. A partir de là tout s’enchaîne en un joyeux n’importe quoi. Le père est hors de danger mais quelques opérations sont nécessaires pour le soigner, il ne peut donc pas retourner à l’hôtel pour y travailler. Vic prend les choses en main, mais gérer un hôtel familial avec des sœurs un peu loufoques se révèle être un parcours du combattant. Des histoires d’amour, des changements, la fratrie, des confidences, des secrets, des mensonges… et des clients qui ne restent pas. Petro, Laeti et Alex, les trois sœurs ne vont être d’une très grande aide pour Vic, mais ensemble ils apprendront à mieux se connaître et à se faire confiance.
Nombreux sont les sujets abordés : le deuil, la maladie, l’amitié et l’amour, les relations entre frères et sœurs, la découverte du corps, les soucis financiers. L’auteur aborde tout cela sans tomber dans le lourd ou l’excès. Les péripéties vécues par Vic et ses sœurs sont originales et s’enchaînent dans un sympathique bordel.
J’ai apprécié ma lecture, l’écriture est simple et même si l’histoire n’est pas très réaliste parfois, j’ai passé un bon moment et je ne doute pas que pour un public jeune, ce livre offre de belles parties de rigolade !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne sais si c'est à cause de la couverture ou du titre que je trouvais un peu mièvres, mais j'étais plutôt sceptique quant à l'intérêt que j'allais trouver à ce roman avant d'en aborder la lecture.
J'avais tort car l'Hôtel Grand Amour de Sjoerd Kuyper est l'un des meilleurs romans de littérature de jeunesse que j'ai pu lire ces dernières semaines.
À travers le récit de Vic qui enregistre son « journal intime » sur un magnéto, ce roman nous présente tout d'abord une galerie de personnages hauts en couleur:un vieux cuisinier rockeur, une fille gothique, un client qui écrit des poèmes sur des sous-verre, une petite fille (un peu trop) amoureuse des animaux...Pourtant sous leurs apparences un peu déjantées, ils cachent tous de profondes blessures et en dépit des aventures rocambolesques qu'ils vont être amené à vivre, Hôtel Grand amour est un roman profond qui traite de sujets ardus et qui s'avère bien souvent poignant.
La maladie, la mort d'un parent, la difficulté d'être un garçon au milieu de trois sœurs,les problèmes financiers et la peur de l'avenir, les premiers émois et leurs déceptions, tous les thèmes qui peuvent préoccuper de jeunes (ou moins jeunes) lecteurs sont abordés dans un récit rendu truculent grâce à la plume alerte de Sjoerd Kuyper.
Alors même si parfois les personnages s'en sortent grâce à des concours de circonstances aussi drôles qu'improbables, Hôtel Grand Amour est un roman efficace et résolument optimiste qu'il faut lire à n'importe quel âge parce qu'il nous prouve que la résilience est possible.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne savais pas trop dans quoi je me lançais en commençant ce livre, néanmoins, le résumé me donnait un petit aperçu : lecture feel-good, avec un petit côté humoristique qui fait du bien au moral. Et ce fut totalement le cas ! Si vous me suivez sur Instagram et Facebook, vous avez dû voir les passages que j’ai partagés avec vous et qui m’ont fait rire. Eh bien sachez que c’est ainsi durant tout le roman. L’auteur ne nous laisse pas de répit, et c’est bien cela le meilleur. Une histoire sans prétention et qui fait du bien au moral.

Alors que Vic va marquer le but décision du match de foot, son père fait une crise cardiaque dans les gradins. Dès lors, Vic et ses sœurs doivent s’occuper de l’hôtel, pendant que leur père se repose à l’hôpital et récupère. Mais comment s’occuper d’un hôtel, alors qu’on en a pas les compétences, qu’il y a des dettes à rembourser et que les clients partent un à un ? Vic n’est pas au bout de ses surprises, mais il est aussi rusé qu’il est adolescent. Avec ses sœurs, ils n’ont qu’un objectif : sauver l’hôtel, sans pour autant en parler à leur père. Toutes les ruses sont bonnes.

Vous l’aurez compris : en dehors du fait que ce qui arrive à leur père est triste et peu engageant, il n’en est pas moins que l’auteure a décidé de ne pas tourner ça au drame, bien au contraire. Donner les rênes d’un hôtel à des jeunes tous aussi différents les uns que les autres, est plus un défi qu’autre chose. Surtout quand ils ne s’entendent pas et ne se rendent pas compte que s’il n’y a aucune cohésion entre eux, cet endroit que chérit leur père sera vite mis en vente.

Ce roman est écrit d’une façon assez particulière. En effet, nous suivons Vic, qui décrit sa vie à l’aide d’un dictaphone. Il y dit tout ce qui lui passe par la tête, de la chose la moins intéressante, à celle qui changera une partie de son futur. Cependant, nous suivons également une jeune fille dont il est tombé amoureux au premier regard, Isabel. Elle a tout retranscrit sur feuille, de telle sorte qu’en plein milieu, nous avons son point de vue, noté en italique. Cela peut être assez dérangeant au départ, mais on s’y fait vite.

Mais en dehors du fait qu’ils essayent de sauver cet hôtel, nous suivons aussi leurs pérégrinations d’adolescents. Et pour le coup, l’auteure a réussi à taper juste. Comme tout adolescent de leur âge, ils passent par des phases difficiles. Ils arrivent dans l’âge ingrat, celui où dire non, où faire ce que l’on veut quand on veut, devient amusant. Bien que l’autorité parentale ne soit pas présente, il n’en est pas moins que les sœurs de Vic lui mènent la vie dure. Elles ont chacune leur personnalité, et je peux vous dire que ça fait un feu détonnant ! Mais c’est surtout la plus jeune qui a réussi à ravir mon cœur. L’innocence mais en même temps le caractère tempêtueux. Elle est la plus petite, mais pour elle, ce n’est pas ça qui compte. Elle croit tout connaître, et quand elle répond, cela paraît tellement logique pour elle, que ça provoque des situations vraiment très drôles.

J’aimerai tellement vous en dire plus sur ce livre, car vraiment, j’ai passé un excellent moment et je n’avais pas autant ri devant un livre depuis longtemps. Néanmoins, j’ai peur de vous en dire trop, car c’est vraiment un roman qu’il faut découvrir petit à petit, pour en apprécier toutes les subtilités et blagues qui le parsèment. L’auteure ne se prend pas au sérieux, et c’est qui rend la lecture aussi atypique que drôle. Bien que l’humour soit le vecteur de l’histoire, il y a tout de même une intrigue touchante et intéressante. La fin clôt parfaitement ce roman, que je ne peux vous conseiller.​

​En résumé, voilà une histoire qui sort assez de l’ordinaire. Elle sort des sentiers battus par son originalité et son humour à toute épreuve. Des enfants qui doivent prendre les rênes d’un hôtel le temps que leur père se remette d’aplomb n’a rien de simple, surtout quand certains d’entre eux tombent dans la merveilleuse partie de l’adolescence, et que des dettes tombent de nulle part. J’ai passé un excellent moment, que je vous conseille de découvrir à votre tour !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une sympathique histoire à lire, écrite pour les jeunes lecteurs, à faire découvrir aux lecteurs d’une dizaine d’années.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le père de Vic fait un infarctus. Pendant son hospitalisation, l'adolescent décide avec l'aide de ses soeurs de tenir l'hôtel familial. Mais ce qui avait l'air simple quand son père le faisait l'est nettement moins pour des jeunes ados insouciants. Comment faire pour éviter la faillite qui les guette ?

Un roman dynamique plein d'humour, sur la famille mais aussi sur l'amour filial. C'est frais, parfois mordant, la cohabitation entre 4 ados n'est pas simple et les tensions parfois vives. Une lecture bouffée d'air très sympathique.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je n'ai pas réussi à rentrer totalement dans l'histoire mais j'ai passé un bon moment dans l'ensemble.
Certains messages sont véhiculés tout en subtilité, avec le sourire, ou dans des scènes plus comiques, c'est pour moi, le plus important.
Je recommande aux plus jeunes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'histoire est celle de Vic, un jeune adolescent de treize ans, qui va collecter une sorte de journal intime sur des cassettes audio. Le roman se veut le retranscription de ces bandes, et nous invite à découvrir la vie de ce jeune héros. Vic vient de perdre sa maman, et son père n'est pas, lui non plus, en grande forme, puisque dès le début du roman il est hospitalisé. Les enfants sont alors livrés à eux mêmes, et avec l'aide de ses sœurs, le jeune garçon va chercher à gérer l'hôtel familial puis à le sauver car il est aux prises avec de grosses difficultés financières.

J'ai passé un excellent roman avec cette lecture. Ce livre parle de la mort, de la maladie, du manque d'argent, d'amour, de tristesse... On pourrait croire que c'est plombant, pas du tout. Bien que les différents thèmes abordés soient difficiles, ce roman n'a rien de triste ou larmoyant. Les personnages sont hauts en couleurs et les situations toujours plus loufoques.

On suit cette fratrie rocambolesque dans ses aventures avec un vrai bonheur, et on s'amuse de leurs péripéties amoureuses et de leurs premiers émois.

Il faut avouer que c'est parfois un peu brouillon et assez peu vraisemblable. Mais l'écriture, vive et rythmée, nous fait vite oublier ce petit désagrément. Les personnages sont très attachants, chacun à leur façon, et leurs émotions sont évoquées avec beaucoup de finesse et de pudeur.

J'ai été très touchée par ce petit roman, et je le conseille vivement!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une fratrie sympa et débrouillarde, avec chamailleries et complicité aussi, doit se débrouiller pour faire tourner l'hôtel sans adultes. Un livre inventif et distrayant

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Hôtel Grand Amour est une magnifique découverte. Ce roman est aussi drôle que touchant. Il est aussi burlesque que dramatique. L'histoire et la plume de l'auteur m'ont beaucoup rappelé le film The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson. Bien qu'il soit orienté jeunesse, c'est vraiment un roman à découvrir !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un récit touchant plein de tendresse et beaucoup de moments cocasses.

Vic, 13 ans et ses sœurs doivent gérer l'hôtel familial. Leur père vient de faire une crise cardiaque, leur mère est décédée.

Vic, seul garçon de la fratrie se sent exclu de la gestion de l'hôtel par ses sœurs. Il pense aussi que sa mère ne voulait pas de garçon.
Il veut aider et gérer l'hôtel. Il nous narre son histoire en grande partie: de petits passages sont narrés par Isabel, la fille qui fait rêver Vic.

Le personnage de Vic est touchant. Il est plein de doutes sur lui-même, sur l'amour de sa mère, sur sa place dans cette famille.
Il voudrait rendre fier sa mère.
Il prend des initiatives parfois malheureuses, souvent cocasses et toujours prises avec son grand coeur.
On a ici l'initiation de Vic à la vie d'adulte, aux responsabilités, à la découverte de l'amour.

Ce récit est plein de tendresse. Vic aime ses sœurs, son père. Il est prêt à tout pour eux et pour son père en particulier. Derrière ses doutes, Vic montre son envie de bien faire, le courage de faire face.

On a parfois l'impression que le récit part dans tous les sens. Ceci est dû au fait à mon sens que Vic ne sait pas où donner de la tête le plus souvent. Il peine à trouver des solutions.

Un livre cocasse, plein de tendresse.
Un ado en quête de lui-même fait face avec beaucoup de bonhomie aux difficultés que vit sa famille.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne suis plus familière de littérature pour la jeunesse. Pendant mes années d'enseignement en collège, conseillée par la documentaliste, j'ai été une lectrice assidue de romans pour ados. Commencer un cours en présentant un livre susceptible de leur plaire me permettait de donner à la lecture un aspect, essentiel à mes yeux : le partage.
C'est peut-être parce que mon nouveau métier m'a éloignée de ce type de littérature que j'ai trouvé parfois "Hôtel Grand Amour" un peu trop cousu de fil blanc, malgré d'indéniables qualités. Vic, 13 ans, vit aux Pays-Bas, dans l'hôtel en bord de mer que tient son père. Depuis trois ans, ils se serrent les coudes entre hommes, au milieu d'un véritable gynécée. Le cancer leur a enlevé leur mère et épouse et ils doivent composer avec les trois sœurs de Vic : Laeti (19 ans), Alex (15 ans) et Petro (neuf ans). Le moins que l'on puisse dire est que comprendre la psyché féminine apparaît au jeune garçon comme un redoutable casse-tête. C'est pour cette raison qu'il aime les matchs de football, auxquels son père assiste depuis les gradins. Un moment de pure testostérone ! Enfin, ça, c'était avant ... Avant que dans les gradins, Isabelle, la sœur d'un joueur ne le suive du regard. Il se pourrait bien que le garçon soit amoureux : de nouvelles complications en perspective ! Cet amour ne sera qu'un "souci" parmi la rafale de problèmes qui va s'abattre sur lui : son père est victime d'un malaise cardiaque et hospitalisé, leur hôtel s'avère grevé de dettes et il va pourtant falloir qu'il le fasse tourner pendant l'absence du malade.
La narration des multiples péripéties que va connaître la famille pendant l'hospitalisation du père est originale. Le vieux cuisinier de l'hôtel a conseillé à Vic d'enregistrer sur un antique magnéto ses états d'âme, ses trop-plein d'émotions qu'il est important de pouvoir déverser quelque part. L'adolescent nous livre, dans son journal intime sonore, l'enchaînement d'événements peu vraisemblables, mais souvent drôles, qui vont faire ressembler son existence à des montagnes russes. L'écoute de ses cassettes est régulièrement interrompue par des interventions d'Isabelle, qui les a récupérées et elle apporte son point de vue féminin sur les faits.
Ce récit aborde des thèmes douloureux, mais ce qui prédomine, c'est que la vie, empruntant parfois de bien curieux chemins, fini toujours par reprendre le dessus.
Une jolie histoire, pleine de fantaisie et d'optimisme !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'histoire de cette famille hollandaise est pleine d'inattendus et renvoie une image positive qui fait paraître la vie plus belle et conquérante, dès lors qu'on se serre un peu les coudes et qu'on met du cœur à l'ouvrage.
À l'Hôtel Grand A, on respire le bonheur, l'audace et l'amour. Le héros raconte ses péripéties en s'enregistrant sur un vieux magnétophone (mais ignore que la jolie Isabel intervient régulièrement pour donner son point de vue). Cette narration nous fait vivre un récit plein d'humour et de sensibilité.
Drôle et adorable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :