Le souffle des feuilles et des promesses

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 1 juin 2017 | Archivage 5 sept. 2017

Résumé

Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d’une compagnie agréable.

Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de xixe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit.

Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin ?


Sarah McCoy vit au Texas, où elle donne des cours d’écriture à l’université, tout en se consacrant à ses romans. Après l’immense succès d’Un goût de cannelle et d’espoir et d’Un parfum d’encre et de liberté, Le Souffle des feuilles et des promesses est son troisième ouvrage publié en France.

Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782749932644
PRIX 21,95 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)

Chroniques partagées sur la page du titre

J’ai eu l’opportunité de lire ce roman avant sa sortie via Netgalley, j’adore Sarah Mc Coy, les 2 romans parus en français ont été des coups de cœur surtout « un parfum d’encre et de liberté ».
Avant de lire les remerciements, je ne me suis aucunement doutée qu’il s’agissait d’une biographie romancée de l’auteure Hallie Erminie Rives, auteure du début du 20e siècle.

J’ai retrouvé dans ce roman ce que j’aime chez Sarah McCoy, je ne pense pas me tromper en disant qu’elle est férue d’histoire et qu’elle a le souci du détail.
Ainsi, dans « un goût de cannelle et d’espoir » nous suivons le destin d’une famille au cœur de la guerre 40-45, dans « un parfum d’encre et de liberté » elle nous raconte la cause abolitionniste.
Dans ce roman, nous traversons la fin du 19e et le début des années 1900 avec l’effervescence qui l’entoure.
Autre point commun Sarah McCoy crée ou raconte (dans ce livre) des héroïnes fortes.
Hallie "l’effrontée", la jeune femme en avance sur son siècle, la jeune femme indépendante, elle a décidé qu’elle serait écrivaine alors qu'elle était âgée de 9 ans et fera tout pour y arriver au mépris des convenances de l’époque.
Elle rencontre Wheeler, un journaliste-chroniqueur lors d'une réception alors qu'elle est allée à New-York pour tenter de publier son roman.
Entre ces deux-là c'est électrique.
Hallie prend les remarques de wheeler comme des défis pour lui monter qu’il a tort, qu'elle n’a rien d’une écervelée ainsi elle enterre son premier roman pour en écrire un autre tandis que lui blessé dans son orgueil part en Alaska à la fois pour guérir de sa toux, mais aussi pour partir à l’aventure, se trouver en quelque sorte.
Ces deux-là sont têtus, indépendants et même si leur attachement est évident ils se le cachent de peur de perdre leur liberté.

Au-delà de la romance autour de Hallie et Wheeler, Sarah Mc Coy nous rappelle quantité de faits historiques comme la guerre des Boers en Afrique du Sud, la guerre russo-japonaise début 1900, elle nous fait rencontrer quantité de personnages célèbres du roi d’Angleterre au président Roosevelt, Marc Twain, visiter quantité de lieux autant aux USA qu’en Europe.

Sarah Mc Coy a le souci du détail, on sent le travail de documentation qu’il y a derrière le roman.
Les personnages sont délicieux, les femmes de la famille de Hallie sont des femmes fortes tout comme Cora sa meilleure amie.
Les personnages secondaires que nous rencontrons au cours des voyages de nos deux héros sont parfaitement construits, jusqu’au chien de Wheeler : Kikmuk.

Je ne sais pas si tous ces personnages ont vraiment existé dans le bien de Hallie Emelie Rives, mais quoi qu’il en soit l’auteure excelle dans le genre, sans descriptions longues et détaillées la vie et l’histoire se déroulent devant nos yeux.

Je ne peux qu’être fan de cette auteure, j’adore l’histoire, j’adore la lecture, quand Les 2 se mélangent je suis comblée.


Une auteure à découvrir si comme moi vous aimez les romans historiques, même si, comme je le disais mon roman préféré reste un parfum d’encre de liberté.

Si vous voulez en savoir plus sur Hallie Emerie Rives cliquez ici

Les 2 autres romans de l'auteure sorti eux aussi chez Michel Lafont mais désormais disponible en poche

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ne nous cachons rien : cet ouvrage sera plutôt à réserver aux amatrices de romances. L'histoire - qui n'a pas été sans me rappeler à l'occasion Orgueil et préjugés - est essentiellement celle d'un amour prétendument impossible qui finit bien évidemment par se réaliser.
Toutefois, le roman ne verse pas pour autant dans le sentimentalisme. Les amoureux sont deux personnalités fortes, ayant chacune à cœur de mener à bien leur carrière, de défendre leurs valeurs, de respecter l'indépendance de l'autre.
Outre l'épaisseur psychologique des personnages, on peut saluer la volonté de l'auteur de donner une véritable consistance à son récit. Contexte historique et politique, émancipation féminine, références littéraires, parcours atypique et documenté de chacun des protagonistes (de la plantation au milieu de l'édition, en passant par une expédition en Alaska, un détour par la prospection d'or, pour aboutir au Japon pour une mission de haute diplomatie...) attisent l'intérêt du lecteur, quel qu'il soit !

Ne nous cachons rien en effet : je ne suis pas une amatrice de romance et pourtant je ne boude absolument pas le plaisir que j'ai eu à suivre les amours mouvementées d'Hallie Erminie et Post. Laissez-vous tenter !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Même si je m'y attendais, ce roman n'a absolument rien à voir avec les deux précédents. Le schéma narratif est changé, la construction et l'époque historique également. Il n'est aucunement comparable à Un goût de cannelle et d'espoir mais tout aussi beau et plaisant à lire.

Ce roman met en scène Hallie Erminie Rives, une jeune héroïne pleine de caractère, qu'on pourrait juger "en avance" pour l'époque. Ces idées sont innovantes, scandaleuses tout comme son écriture. Depuis l'âge de neuf ans, elle a toujours rêvé d'être écrivaine et le succès va peu à peu lui ouvrir ses bras. Elle va rencontrer en chemin Post Wheeler, un journaliste révolté, qui m'a souvent semblé hautain et sûr de lui mais qui a la volonté de traiter les femmes à l'égal de l'homme, comportement mal vue pour l'époque. Ce duo va se rencontrer, se croiser durant des années, sans jamais réellement comprendre ce qu'ils ressentent l'un pour l'autre.

Encore une fois, Sarah McCoy réussit l'exploit de créer des personnages de caractère et c'est tout l'atout de ce roman : une femme téméraire, brave, indépendante, effrontée et un homme de lettres charmant et assuré. A travers ce duo de personnages, c'est l'intelligence et la liberté de la femme qui sont mises en valeur et défendues, à une époque où elles étaient souvent bridée. L'auteure, fervente partisane, y va de son engagement. Il est porté par des femmes telles que Cora ou Alice, qui seront aux côtés d'Hallie pour son entrée dans le monde new-yorkais des années 1890.

Autre grande qualité de ce roman, c'est l'époque à laquelle il se déroule. A cheval sur la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, ce sont des thématiques telles que la mode, les réceptions mondaines, les convenances, le monde de la presse et de l'édition qui viennent trouver leur place au creux des pages. Sarah McCoy fait d'ailleurs une belle critique du journalisme, comment il peut devenir féroce pour servir les intérêts des lecteurs tout en dénigrant les auteurs. L'auteure est férue d'histoire et cela se sent. Foule de détails peuplent les récits de voyage d'Hallie et Post, qu'ils soient en Alaska ou en Europe. Tout est décrit avec précision, minutie et c'est un régal.

♦ ♦

Un roman très différent des précédents, qui a pour fond une très belle histoire d'amour et défend avec ferveur l'égalité de la femme. Ce biopic de la vie d'Hallie Erminie Rives et Post Wheeler se déroule en détails sous nos yeux avides. Encore une fois, Sarah McCoy signe un roman d'une profondeur et d'une qualité historique remarquable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d’abord, je remercie NetGalley et les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman.
Pour être totalement honnête, entre le moment où j’ai sollicité cette lecture et la seconde où j’ai ouvert le bouquin, j’avais complètement oublié, et la 4ème de couv’, et que l’auteur avait déjà deux romans à son actif, deux romans dans ma PAL mais toujours pas lus!

Et comme je le radote régulièrement, la littérature blanche, c’est pile ou face: ou ça vous touche en plein cœur ou cela vous laisse raide glacée!

Le souffle des feuilles et des promesses est l’histoire d’une jeune fille américaine qui, depuis toute petite, raconte des histoires et les couchent sur papier. D’une famille aisée, c’est en toute logique et emplie d’assurance, qu’elle décide de se rendre à New York pour trouver un éditeur pour son roman. Sa carrière de romancière est amorcée. Sa rencontre avec Post Wheeler, écrivain-journaliste prônant les avantages du célibat, créé des étincelles et ne sera pas de tout repos dans cette Amérique de fin de siècle.

Si ce roman est clairement l’histoire d’amour qui ne coule pas de source entre Hallie et Post, ce serait une erreur de n’y voir que cela. C’est aussi un instantané social et politique des États-Unis de la fin du XIXème et début du XXème siècle.

La haine entre Confédérés et Yankees est toujours aussi prégnante, au lendemain de la guerre de Sécession, quand tant en sont encore à panser leurs plaies. La cohabitation entre Nord et Sud n’est pas toujours aisée, notamment dans les relations et unions humaines.
L’évolution des mentalités reste lente, chaotique et quelque peu sournoise.

L’expédition de Post en Alaska illustre la Ruée vers l’or du Klondike dans les années 1890, marque un parcours initiatique pour notre jeune homme qui se frotte à la dure réalité de la vie au détriment des préoccupations intellectuelles qui l’occupaient tout entier jusque là. C’est la vision du rêve américain dans toute sa splendeur quand quiconque peut faire fortune sur un coup de chance., avec quelques efforts et sacrifices tout de même.

L’entrée en politique de Post, vers la fin du roman, illustre l’engagement des États-Unis dans la diplomatie européenne, notamment avec l’offre de médiation pour l’arrêt de la guerre russo-japonaise.
Le séjour d’Hallie en Angleterre est aussi l’occasion de parler de l’engagement armé de l’Empire britannique dans la guerre des Boers qui secoue l’Afrique du sud entre 1899 et 1902.

Le mouvement anglais des suffragettes a fait des émules aux States et l’essor du féminisme est une bouffée d’air frais pour les femmes de caractère, volontaires et indépendantes.
Harrie est une de ses femmes.
Si son indépendance est favorisée par une famille aisée, son esprit n’en est pas moins libre depuis son enfance. Elle est loin de la préoccupation de la majorité de ses consœurs à passer de la coupe d’un père à celle d’un mari.
L’écriture est son seul maître. Et elle préfère adhérer aux idées progressistes qui confèrent l’autonomie et la liberté à la gente féminine.

Le milieu de l’édition et du journalisme est résolument et étonnamment moderne. De gros titres accrocheurs dont les sources restent nébuleuses, de révélations fracassantes pour créer publicité et doper les ventes, de la campagne effrénée de promotion, des photos-montage… La presse pseudo sensationnelle people-poubelle de notre époque n’a vraiment rien inventé!
Outre l’aspect médiatique du métier, l’auteur analyse finement la vocation d’écrivain qui habite Hallie depuis son enfance. Si son envie de raconter des histoires est innée, elle s’aperçoit aussi que l’écriture est un travail et un apprentissage au service de son imagination.
Le passage de la rencontre avec Marc Twain et la discussion d’avec Hallie sur l’envie de retrouver l’anonymat prête à sourire.
Passionnés de lecture, « proches » de certains auteurs, ce roman ne pourra que vous parler au creux de l’oreille!

Malgré les péripéties d’Hallie et de Post, c’est tout de même une Amérique idéale présentée ici, où tous les rêves sont permis. Même si Post revendique des origines plus modestes qu’Hallie, nos personnages sont tout de même chanceux dans leur parcours: voyages à tout va, grands hôtels ou somptueuses propriétés, l’argent ne manque pas, rencontres avec des personnalités de l’époque, la Reine d’Angleterre ou le Président Roosevelt…

Ce roman est émouvant et m’a clairement captivée!
Dans un contexte historique intéressant, les péripéties amoureuses tourmentant le cache-cache tour à tour conflictuel, provoquant ou comique entre Hallie et Post, qui ne sont pas sans rappeler quelques scènes et joutes verbales savoureuses d’un Autant en emporte le vent, m’ont accrochée bien entendu mais c’est surtout la rencontre de ces deux esprits libres et intellectuels, niant les élans du cœur pour favoriser leur épanouissement individuel, s’affrontant, se cherchant et grandissant au fil du récit qui m’a charmée.

Récit à deux voix: on suit le cheminement de l’un puis de l’autre, dans leurs voyages, leurs défis mais aussi dans l’évolution de leurs sentiments et de leurs attentes de l’existence, du bonheur et de l’avenir. Préhension du monde à travers des yeux masculins, d’abord misogyne puis peu à peu plus éclairés et sensibles à la condition féminine. Le regard d’Hallie m’a davantage agacée car, issue d’un milieu privilégié, elle agit parfois avec arrogance, comme une enfant gâtée, et son effronterie est de temps à autre agaçante.

Histoire d’amour oui, mais aussi partenariat, respect et complicité tendant vers l’équilibre idéal entre un homme et une femme. Un couple moderne avant l’heure, captivant et attachant.

Ce n’est qu’arrivée à la fin de ma lecture, en lisant les notes de l’auteur que j’ai su que ce roman était en fait une biographie romancée de deux personnages ayant réellement vécu: Hallie Erminie Rives et Post Wheeler. L’auteur s’est donc appuyé sur un terreau de documentation et d’informations pour relater une parfaite romance, avec humour, rires, tendresse et émotions entre deux êtres hors du commun qui devaient sûrement gagner à être connus à l’époque!

J’ai eu beaucoup de plaisir à accompagner Hallie et Post dans cette Amérique de fin de siècle dans une romance trépidante et à l’esprit très moderne!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est le premier roman que je lis de l’auteure Sarah McCoy et j’ai été agréablement surprise. Il réunit tous les ingrédients d’une fresque romanesque et bouleversante. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai appris à la fin du roman (dans la partie Remerciements) que les personnages principaux (Hallie et Wheeler) avaient bel et bien existé !

Les deux héros mènent une vie absolument captivante et extraordinaire, marquée par de nombreux voyages à travers le monde, des succès professionnels et une véritable histoire d’amour. On prend beaucoup de plaisir à les suivre dans leurs incroyables aventures, que ce soit en Alaska à la recherche d’or pour Wheeler ou à travers l’Europe pendant l’un des périples de Hallie (entre bals royaux en Angleterre et batifolages sur la Côte d’Azur).

Certes, au début, il m’a fallu quelques chapitres pour bien rentrer dans le récit, mais une fois lancée, j’étais séduite par ces deux destins hors du commun. Romancière à succès, Hallie est une femme indépendante à fort caractère, très en avance sur son époque (le récit se déroule à la fin du 19e et au début du 20e siècle), en particulier eu égard à ses origines sudistes, une région réputée pour son conservatisme. Ses romans subversifs, parfois sources de scandales, lui permettent de se faire un nom dans le monde de la littérature américaine, mais également de rencontrer des grands noms de l’histoire comme le Président Roosevelt ou bien l’écrivain Mark Twain ! Hallie est une héroïne inspirante et attachante que la lectrice ne peut qu’apprécier à sa juste valeur.

Par ailleurs, je tiens à souligner le contexte historique qui offre une fascinante toile de fond au roman. On remarque sans difficulté l’important travail de recherche effectué par l’auteure. Très fouillé, ce roman nous embarque dans un voyage dans le temps fort sympathique.

Petit bémol : je trouve le titre original « Proof of Providence » beaucoup plus parlant que la traduction française (Le souffle des feuilles et des promesses) certes très poétique, mais franchement plus énigmatique. En effet, dès leur rencontre, Hallie et Wheeler réalisent qu’ils ne partagent pas la même vision de la vie sur un point ; Hallie ayant foi en la providence (et croyant aux signes du destin) et Wheeler étant beaucoup plus pragmatique. Le titre anglais est donc une référence directe à un thème qui oppose les deux héros dès leur première rencontre — un fil rouge qui se maintiendra jusqu’au dénouement du roman.

Je recommande vivement ce roman si vous avez besoin d’évasion et de romantisme.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après Un goût de cannelle et d’espoir et Un parfum d’encre et de liberté, voici le troisième roman de Sarah McCoy à paraître en France. Le souffle des feuilles et des promesses devrait connaître le même succès que les deux premiers, quand bien même la thématique et l’époque n’ont rien de commun. En revanche la plume de l’auteur, en particulier son habileté à dépeindre une atmosphère, continue à faire merveille.
Nous sommes cette fois au Kentucky à la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire au moment où les sudistes tentent de se remettre du douloureux et fratricide épisode de la Guerre de sécession. Dans la famille Rives, le conflit a aussi laissé des traces, puisque le chef de famille – issu d’une grande famille de Virginie – était du côté des Confédérés et a passé près de deux ans dans un camp de prisonniers. Ce qui explique sans doute la méfiance de sa fille Hallie Erminie pour les Yankees et sera aussi une source d’inspiration pour son œuvre romanesque.
Car si sa famille voit la jeune fille au centre de ce livre occuper un poste administratif au sein de sa compagnie de tabac, elle rêve à une carrière d’écrivain. Comme sa cousine Amélie, filleule du général Robert E. Lee, qui connaît un joli succès en tant que poétesse et romancière.
Sarah McCoy remonte jusqu’à sa prime enfance pour démonter les ressorts de sa vocation et va nous offrir de la suivre au fil des années, parallèlement à sa vie amoureuse. Car l’une et l’autre sont intimement liées.
Mais avant d’aller plus loin, il convient de dévoiler ici que ce roman est en fait une biographie romancée de Hallie Erminie Rives et de Post Wheeler. Leurs parcours respectifs sont si riches de péripéties que l’auteur n’aura quasiment pas eu à romancer le récit pour lui donner du souffle.
On voit d’un côté la jeune fille partant pour New York avec son manuscrit sous le bras et faisant la tournée des éditeurs, sûre de son talent. Après avoir essuyé plusieurs refus et étant sur le point de renoncer, elle réussit pourtant à être publiée, même si son premier roman lui vaut un scandale… bienvenu. Car si la presse s’empare de son livre, cela fait grimper les ventes. L’éditeur se frotte les mains, la jeune fille ose à peine rentrer chez elle. Mais une fois la tempête passée, elle va s’atteler à un nouveau livre et pourra compter sur l’aide de Post Wheeler et son réseau. Elle le rencontre à New York et tombe sous son charme, même si son côté donneur de leçons l’exaspère. Du reste ce Yankee a publié une sorte de guide du célibataire et entend bien continuer à profiter de sa liberté, même si la jeune femme le trouble sans doute autant qu’elle est troublée.
Commence alors un jeu subtil, chassé-croisé amoureux durant lequel chacun des deux n’osera franchement dire ce qu’il a sur le cœur. Quiproquo, maladresse, non-dit : toute la gamme y passe, y compris une longue séparation, Hallie Erminie partant pour l’Europe tandis que Post part chercher de l’or en Alaska. Ne gâchons pas votre plaisir, cher lecteur, à dévoiler les épisodes qui suivent. Contentons-nous de cette citation qui décrit bien l’état d’esprit de l’écrivain qui court de succès en succès: « J’avais vingt-huit ans et je n’en pouvais plus de décrire des passions sans jamais y avoir goûté. J’étais un imposteur, impatiente que l’on me prenne mon honneur. »
Pour le reste, vous pouvez faire confiance à Sarah McCoy et au pouvoir envoûtant de son écriture!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une biographie romancée de Hallie Erminie Rives très joliment écrite, Sarah McCoy assure comme toujours.
Entre les lignes un très bel hommage aux femmes , toutes jouent un rôle, leur rôle dans le changement du monde, de la société , de l’Histoire. Un bon roman, bien écrit, bien pensé, qui se lit avec délectation.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Hallie Erminie quitte sa famille de planteurs du Kentucky pour tenter sa chance à New York. Elle espère trouver un éditeur qui publiera son premier roman. Elle va faire la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. A priori tout les oppose et pourtant au fil de leurs rencontres, un lien se crée. Nous sommes fin 19ème siècle et les relations hommes femmes sont très codifiés. Post part en Alaska, et Halli essaie d'écrire un second roman. Est-ce trop tard pour une vraie histoire d'amour entre eux ?

Un roman qui nous fait voyager, une réflexion sur l'amour, l'écriture, le poids du passé. Une lecture agréable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai dévoré ce roman, lu en deux fois. Et c'est une très belle lecture. Je ne connaissais pas l'auteur et j'ai été totalement séduite par sa plume, à la fois belle et simple, et par son alternance de points de vue. Je ne connaissais pas vraiment le personnage de Hallie Erminie Rives, mais j'ai désormais envie de découvrir sa plume : parce que oui, ce roman est une histoire vraie (un chouia romancée), de l'autrice et de Post Wheeler. J'ai pu découvrir le roman deux fois grâce à cela : une fois sous forme de fiction, puis avec les dernières pages du roman, sous le prisme biographique. Ce qui m'a également permis de faire des recherches sur l'après-roman.

Hallie Erminie Rives est une jeune femme remarquable, forte, affable et effrontée. C'est une femme qui écrit, et qui parle de sujets parfois un peu osé. Tant est si bien que certaines églises l'ont censurée. Elle est prolixe, chaque époque correspond à l'écriture d'un de ses romans, ou à sa publication. En parallèle, nous découvrons le Grand Nord avec un Post qui devient trappeur, puis chercheur d'or. Il touche à tout, vit plusieurs vies. En parallèle, j'ai eu un gros coup de cœur pour Kikmuk, vous aussi vous allez pleurer, je le sais. Cora, Alice, les parents, les amis,… Tous les personnages sont riches, construits, leur vie est passionnante, mais également tragique parfois.

J'ai aimé le chassé croisé de ces deux âmes, que tout destine l'une à l'autre. Mon côté romantique a pris ça comme un roman britannique, à la Jane Austen ou à la Brontë, même si l'histoire se situe à cheval entre la fin du 19ème siècle et le 20ème. Je me suis totalement laissée emportée par cette poursuite, qui s’établit sur des décennies et je suis sûre que vous vous laisserez séduire également.

J'ai bien aimé les messages sur l'édition, le journalisme, la manipulation pour vendre ou non un roman, la recherche du scandale qui donne envie de découvrir l'ouvrage… tout ce que nous vivons en permanence aujourd'hui est déjà mis en place au début du siècle précédent, et ce roman le met en avant par le jeu auquel se soumet Hallie Erminie.

C'est un roman voyageur, on visite le Sud des États-Unis, l'Alaska, l'Europe (Angleterre, Italie,…) mais également Tokyo. On vit sur des bateaux, dans des carrioles, dans des trains. On vit, on prend le temps de vivre, le temps d'écrire, le temps de recommencer une nouvelle fois sa vie. C'est le genre de livres qui donne envie de se lancer, qui donne envie de vivre pleinement sa vie.

Tous les traits de la relation sociale sont abordés, de l'amitié à la romance, du décès à la rancœur, la palette d'émotions dont Sarah McCoy nous fait part est considérable et le lecture n'en est que meilleure. Ce roman retrace des pans de vie, on prend le temps de vivre et de se construire, c'est lent mais on ne s'y arrête pas, les pages se tournent, on est vite happé, par la plume, par les personnages, par un arrière-fond ésotérique.

Pour conclure... Il manquait un petit quelque chose pour que j'ai un coup de cœur mais Le Souffle des Feuilles et des Promesses reste un magnifique roman que je vous conseille vivement. Attirance, destins croisés, personnages forts, voyages, tout y est pour passer un superbe moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Sarah McCoy est une auteur américaine connue dont j’ai beaucoup entendu parler lors de la parution en France de ses romans précédents – notamment Un goût de cannelle et d’espoir. Dans son nouveau roman, l’auteur décide de rendre hommage à Hallie Erminie Rives, une écrivaine américaine de la fin du XIXème- début XXème siècle.

Véritable biographie romancée, Sarah McCoy a choisi de rendre hommage au personnage en racontant à la fois sa vocation pour l’écriture, son combat en tant que femme livre et son histoire d’amour avec Post Wheeler. Les chapitres entre ces deux personnages se succèdent mais le point de vue principal reste celui de Hallie Erminie. Elle y raconte sa vie d’écrivain, le contexte social et politique des Etats- Unis et sa rencontre et relation avec Post Wheeler.

J’ai bien aimé ce roman car le personnage de Hallie Erminie est une femme forte et en avance sur son temps. Elle a des idées qu’elle sait défendre et ne joue pas la « pauvre fille » comme d’autres personnages qu’elle rencontre au gré de ses aventures. Elle s’intéresse à la condition des femmes américaines à l’époque et nous montre en arrière-plan l’évolution des mentalités par le biais des suffragettes. De plus, la relation qu’elle entretient avec Post Wheeler, cette relation qui se développe au fil des ans, est une très belle relation mais je n’ai pas pu m’empêcher d’être frustrée par l’attitude des deux personnages. Ils se tournent autour, cela se voit très nettement mais ils ont instauré au fil des ans une sorte de pudeur autour de leurs sentiments. On est loin de la relation amoureuse enivrante, tout est très – trop – bien maîtrisé par Post et Hallie Erminie…

Sinon, j’ai également apprécié la façon qu’a l’auteur de nous faire voyager en même temps que ses personnages. On va au Canada sur la trace des chercheurs d’or, à New- York dans le monde de l’édition, en Angleterre à la cour de la reine Victoria, à Venise, à Paris et dans le Kentucky natal du personnage principal.

En bref, je vous conseille ce roman si vous aimez les belles histoires d’amour et si vous voulez passer du bon temps avec des personnages très plaisants à travers leurs choix et leurs personnalités. J’aimerais bien continuer à lire des ouvrages de l’auteur car j’ai adoré la façon qu’elle a de raconter l’histoire. Toutefois si l’auteur Sarah McCoy s’est inspiré d’un personnage réel, ayant existé, je pense qu’il y a une grande part d’imagination et d’invention dans ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici ma première entrée dans l'univers et les romans de Sarah McCOY. Cette auteure a des couvertures et des titres qui m'ont toujours attirée. Les blogs sont souvent unanimes en ce qui concernent la qualité de ses histoires. Je les rejoins aujourd'hui, inévitablement...

La plume de Sarah McCOY est un envoûtement pour moi. La qualité de son écriture est incontestable. Elle me séduit dès les premières lignes. Je n'ai pas été déçue. J'ai été charmée et séduite... J'y trouve l'art de la description sans longueur, les phrases bien construites, la poésie des mots. J'ai savouré le fond et la forme de ce roman. Ce fut un très beau moment de littérature.

Deux personnages se partagent ce roman, deux voix éclairent leurs actes et leurs sentiments. Tour à tour, Post s'exprime, Hallie s'affirme. Ils se rencontrent, se croisent, se rêvent et s'unissent, au gré des événements et de leurs réussites.
Ils ont du mal à se comprendre et à s'éprendre. Leur histoire est très belle jusqu'au dénouement. Je les ai suivis avec intérêt, espérant qu'ils vivent leurs passions et leur attrait l'un pour l'autre.

Je n'ai pas lu avec précision la quatrième de couverture. Je me suis laissée porter par l'auteure. J'ai patienté quelque temps pour connaître les protagonistes et pour les savourer. J'ai été comme un troisième personnage, hors du temps et hors du livre... Un œil critique et étranger. J'ai construit la personnalité de Hallie et de Post au fur et à mesure des rencontres et des pages. D'abord lointains et différents, ils ont pris leur forme et leur richesse dans leurs expériences, riches, exceptionnelles, fières et courageuses. Je les ai aimés davantage parce qu'ils se sont construits et qu'ils ont évolué.

Je découvrirai les romans de Sarah McCOY pour son style littéraire qui m'est cher, pour sa qualité et pour le fil narratif qui m'a conquise.
Cette histoire est un coup de cœur, une empathie qui se développe tout au long de la narration, au cours du récit. J'ai éprouvé un plaisir immense pour la construction de cet amour, pour l'accomplissement des projets professionnels de ces deux personnages, pour le développement de leurs sentiments. Tout est décrit avec finesse et justesse, avec le dosage juste de romantisme.
Le souffle des feuilles et des promesses est un moment de lecture qui restera cher à mon cœur et à mon esprit.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ COUP de COEUR

Le résumé de l'éditeur Michel LAFON
Hallie Erminie, issue d'une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s'est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l'être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d'une compagnie agréable.
Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de XIXe siècle, et s'attachent l'un à l'autre sans oser se l'avouer. Malheureusement, quand Post part pour l'Alaska du jour au lendemain, la possibilité d'une histoire d'amour s'évanouit.
Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l'Italie en passant par l'Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin ?

Tous mes remerciements au site NetGalley pour ce service de presse, à l'éditeur Michel LAFON et à l'auteure pour cette découverte et cette lecture.
Ce fut ma première expérience. Elle est exceptionnelle. J'espère que les futures seront nombreuses et aussi intéressantes.
Bien livresquement à toutes et à tous.
A la page des livres.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je tiens tout d’abord à remercier NetGalley et les éditions Michel Lafon pour m’avoir permis de découvrir ce livre. Avec cette lecture, je me suis en effet aventurée en dehors de mes sentiers battus. Ce qui m’y a poussée ? Le résumé m’intriguait mais, au final, ce sont la couverture et le titre qui m’ont finalement convaincue de me lancer et je dois dire que je ne le regrette pas du tout !

Ce livre est un peu particulier puisqu’il se veut être une biographie romancée de l’écrivaine américaine Hallie Erminie Rives, écrit par Sarah McCoy qui, avec son style, en fait un véritable roman. D’ailleurs, je n’ai su qu’Hallie E. Rives avait vraiment existé qu’en lisant le mot de fin de Sarah McCoy qui explique sa démarche. Je n’avais donc jamais entendu parler de cette écrivaine (et je suis très contente de ma découverte !).

Dans ce roman/biographie, Sarah McCoy a fait le choix de couvrir environ vingt années de la vie de l’écrivaine et, si l’on a des aperçus de son enfance, l’histoire commence surtout à partir du moment où Hallie E. Rives monte à New York avec son premier manuscrit pour être éditée. Le lecteur traverse ensuite avec l’héroïne tous les événements et les obstacles qui la font peu à peu mûrir, devenir moins naïve et meilleure écrivaine.

En ce qui concerne la construction de ce récit, j’ai beaucoup apprécié l’alternance des points de vue entre Hallie E. Rives et Post Wheeler (eh oui, attendez-vous à une belle histoire d’amour ) et la façon dont Sarah McCoy a suggéré les évolutions de ces deux personnages. En revanche, j’aurais apprécié des approfondissements pour certains événements qui sont esquissés un peu trop rapidement à mon goût et sans être toujours clairement résolus. L’auteure aurait pu prendre un peu plus son temps dans sa narration ,d’autant que je n’aurais pas été contre quelques pages de plus !

J’aime beaucoup les livres qui parlent d’écriture ou de la vie d’écrivain donc je suis très vite tombée sous le charme de ce roman/biographie que j’ai dévoré en quelques heures. Si je ne connaissais pas Hallie E. Rives avant ma lecture, je n’avais jamais lu non plus de Sarah McCoy. Je n’hésiterai donc pas à réitérer l’expérience !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :