Terminus Elicius

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 3 nov. 2016 | Archivage 1 déc. 2016

Résumé

Lettres d’amour d’un assassin…

« Ma chère Jeanne,

J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime.
Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître.
Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre.
D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.

Beaucoup jugeront, condamneront.
Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l’espère.

Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous.
Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.

Juste le temps de la tuer… »

Lettres d’amour d’un assassin…

« Ma chère Jeanne,

J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime.
Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître.
Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre.
...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782714475022
PRIX 15,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Merci à NetGalley et aux éditions Belfond ! Karine Giebel est l'une des plus grandes auteures de polar français, que je n'ai jamais eu l'occasion de lire jusqu'à présent. Terminus Elicius est son premier roman, publié pour la première fois en 2004 aux éditions La Vie du rail (collection Rail noir), puis réédité en 2016 chez Belfond. Cette réédition s'accompagne d'une nouvelle inédite, Aurore. Alors, que vaut ce premier roman de l'auteure du célèbre Meurtres pour rédemption ? Jeanne ne connaît qu'une vie terne et insipide. La routine est ancrée dans son quotidien : tous les jours, elle prend le train à Istres direction Marseille, où elle travaille en tant que secrétaire dans un commissariat. Jeune femme solitaire, à fleur de peau, elle vit avec sa mère. Jeanne a également une curieuse personnalité : elle parle à son double lorsqu'elle est seule. A un double à l'opposé de l'image qu'elle reflète. Sa routine se brise lorsqu'elle découvre une lettre glissée entre deux sièges dans le train, à sa place habituelle. C'est une lettre d'amour qui lui est destinée. L'auteur se prénomme Elicius. Le lendemain, ce dernier avoue dans une autre lettre qu'il a commis un meurtre la veille. Jeanne fait aussitôt le lien avec le meurtrier que tentent d'arrêter le capitaine Esposito et son équipe. Va-t-elle le dénoncer ou se laisser prendre à son jeu de séduction? J'ai apprécié que l'auteure mette en lumière un personnage féminin profondément seul, taciturne, pris de TOC, au point que son esprit malade essaie de prendre le dessus. En effet, Jeanne parle à son "double", lorsqu'elle est confrontée à ce choix délicat : faut-il tout dire au capitaine Esposito ? Ou se laisser transporter par cet amour hautement dangereux et controversé ? Les crises de Jeanne sont très impressionnantes, elles se ressentent dans le style de Karine Giebel. "Calme-toi, Jeanne ! supplia la voix. Trop tard. Terrorisée, Jeanne. Dos au mur et face au mur. D’autres images, maintenant. Celles qu’il faut bannir. Celles qui tordent les tripes, qui font vomir. Le goût du sang dans la bouche, la brûlure dans les veines…" Un style addictif, un personnage riche, complexe et fascinant, Terminus Elicius a tout pour plaire... ou presque. En effet, j'ai trouvé les autres personnages un peu fades, ils manquaient de profondeur. J'ai eu du mal à comprendre Jeanne par moments, je n'ai pas ressenti d'émotion face au drame qu'elle a vécu. Le récit manque parfois de développements. Cependant, Terminus Elicius reste un bon thriller addictif, au style prometteur. J'ai passé un très bon moment de lecture. La nouvelle inédite, Aurore, est un excellent complément pour mieux comprendre certains personnages de Terminus Elicius. Par ailleurs, on peut y croiser un personnage récurrent dans cette nouvelle. Aurore relate l'histoire de deux adolescents, Alban, rejeté par ses camarades de lycée, et Aurore, profondément blessée par un chagrin d'amour. J'y ai découvert un style beaucoup plus direct, beaucoup moins hésitant que dans le roman. "Alban, il n'est pas tout à fait comme les autres. Mais qu'est-ce que ça veut dire, au juste? Etre comme les autres... Entrer dans le moule, même s'il est trop étroit pour nous. Ne dépasser ni en hauteur, ni en largeur, n'avoir aucun relief, aucune aspérité que les autres pourraient saisir pour vous mettre à terre et vous rouer de coups. Une branche lisse, blanche si possible, et qui sait plier au vent. Etre comme les autres, ou considéré comme tel. Autrement dit, faire semblant d'être comme eux, pour ne pas attirer l'attention." Une nouvelle percutante, forte en émotions, qui aborde entre autres le thème difficile du harcèlement scolaire. Je l'ai adorée et elle m'a profondément touchée. En bref, Terminus Elicius est un premier roman : le style est parfois inégal, les personnages peu développés, mais la lecture est addictive et la chute, surprenante. La nouvelle qui l'accompagne, Aurore, a un style bien plus percutant, et elle comporte des scènes bien plus violentes. Un roman, une nouvelle : un excellent avant-goût du style de Karine Giebel. A coup sûr, je lirai un autre de ses polars.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un personnage principal qui peut surprendre tant il diffère des personnages habituels. Un thriller psychologique qui vous étouffe. Karine Giebel, fidèle à sa plume nous offre un roman bien pensé et très addictif.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :