Le Dernier festin des vaincus

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 2 nov. 2023 | Archivage 13 mai 2024

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LeDernierfestindesvaincus #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Un soir de réveillon, Naomi Shehaan disparaît de la réserve indienne de Meshkanau.
Dans une région minée par la corruption, le racisme, la violence et la misère, un jeune flic, Logan Robertson, tente de briser l'omerta qui entoure cette affaire. Il est rejoint par Nathan et Alice qui, en renouant avec leur passé, plongent dans l'enfer de ce dernier jalon avant la toundra.

Un thriller dur qui éclaire sur les violences intracommunautaires et les traumatismes liés aux pensionnats indiens, dont les femmes sont les premières victimes.

« Au Canada, une autochtone a dix fois plus de risque de se faire assassiner qu'une autre femme. »

Un soir de réveillon, Naomi Shehaan disparaît de la réserve indienne de Meshkanau.
Dans une région minée par la corruption, le racisme, la violence et la misère, un jeune flic, Logan Robertson, tente...


Note de l'éditeur

« Le Dernier festin des vaincus » à reçu le Prix Chien Jaune 2024 catégorie « Adulte ».

Son roman « La Peine du bourreau » a reçu en 2021 le Prix du Roman Noir des Bibliothèques & des Médiathèques de Grand Cognac, ainsi que le Prix Spécial Dora-Suarez catégorie « Frissons ».

« Le Dernier festin des vaincus » à reçu le Prix Chien Jaune 2024 catégorie « Adulte ».

Son roman « La Peine du bourreau » a reçu en 2021 le Prix du Roman Noir des Bibliothèques & des Médiathèques...


Ils recommandent !

« Il y a des livres qui vous touchent plus que d'autres, qui vous bouleversent, qui ne vous laissent pas sortir indemnes de votre lecture, celui ci en fait partie. » (nouchkette.lit.en.chaussettes)

« Une histoire riche qui ne nous laisse pas indifférent. Qui choque et révolte. Je ne peux que vous encourager à la découvrir. » (vivianelafeedu29)

« Une plume incisive qui va droit à l'essentiel. Un roman noir immersif et très prenant. » (leslecturesdulac)

« Il y a des livres qui vous touchent plus que d'autres, qui vous bouleversent, qui ne vous laissent pas sortir indemnes de votre lecture, celui ci en fait partie. » (nouchkette.lit.en.chaussettes)

«...


Formats disponibles

FORMAT Poche
ISBN 9782372581257
PRIX 9,90 € (EUR)
PAGES 256

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

C’est toujours un plaisir de retrouver la plume d’Estelle Tharreau, à chaque fois elle nous emmène dans des univers différents tout en restant dans le thriller. Avec Le dernier festin des vaincus (Editions Taurnada), l’autrice nous plonge au cœur de la vie en réserve des indiens sur le continent nord-américain.

Dans ce roman, la police refuse d’enquêter sur la disparition d’une jeune autochtone Innu âgée de 16 ans, Naomi, car pour eux, hommes blancs, ces filles sont des filles à problèmes (fugueuses, alcooliques, droguées, etc). Dans ces communautés, ce n’est pas forcément faux, mais quand on connaît le traitement de l’homme blanc sur ces peuples, on ne peut les blâmer. Dès l’enfance, les Innus sont emmenés dans des pensionnats religieux pour y être maltraités (de la pire des manières) pour y perdre leur identité culturelle et devenir de la main d’œuvre gratuite. Peut-on vivre normalement dans ces conditions ?

L’enquête sur la disparition de Naomi, menée par un jeune policier et deux étudiants, n’est finalement qu’un prétexte pour immergé le lecteur dans les communautés autochtones, afin de lui montrer la violence et la misère qui y règnent, ainsi que l’insécurité pour les femmes.

Estelle Tharreau nous emmène avec une facilité déconcertante au cœur de son intrigue. Avec une plume percutante et incisive, elle dépeint avec brio une atmosphère sombre, oppressante. Le dernier festin des vaincus est un roman noir, féministe, émouvant et poignant. A découvrir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici mon retour de lecture sur Le Dernier festin des vaincus d'Estelle Tharreau.
Un soir de réveillon, Naomi Shehaan disparaît de la réserve indienne de Meshkanau.
Dans une région minée par la corruption, le racisme, la violence et la misère, un jeune flic, Logan Robertson, tente de briser l'omerta qui entoure cette affaire. Il est rejoint par Nathan et Alice qui, en renouant avec leur passé, plongent dans l'enfer de ce dernier jalon avant la toundra.
Le Dernier festin des vaincus est un thriller qui traite des violences intracommunautaires et des traumatismes liés aux pensionnats indiens, dont les femmes sont les premières victimes.
C'est un roman très dur mais extrêmement intéressant et bien ficelé sur un sujet peu traité.
Quand Naomi disparaît, personne n'est étonné. Elle est indienne, vit dans la réserve de Meshkanau. Un endroit difficile, où de nombreuses jeunes filles ont une vie très dure : viol, drogue, c'est leur quotidien.
Marie essaye de les sauver mais elle n'y arrive pas toujours.
Naomi avait toutes les raisons de fuguer, et son départ ne choque pas réellement sa mère.. Même quand le corps de la jeune fille est découvert sa mère ne semble pas réellement affectée. Par contre, Peter, l'oncle de la victime, pète un câble..
Mais que se passe t'il donc dans cette réserve ??
Un jeune flic, pas encore corrompu, décide d'enquêter malgré l'accord de son chef. Un jeune étudiant blanc, Nathan, a lui aussi l'intention de mettre un coup de pied dans la fourmilière.. sans imaginer un seul instant où il va mettre les pieds ! Il entraîne avec lui Alice, une jeune indienne qui a quittée la réserve dans des conditions compliquées..
Ce roman est très bien ficelé. Le sujet choisi fait froid dans le dos car ce qui se déroule dans cette réserve trouve en partie sa source dans le passé, dans ce pensionnat où les indiens étaient parqués enfants.. Un pensionnat où des choses épouvantables se déroulaient.
J'ai eu mal au cœur à de nombreuses reprises, comment accepter que de tels faits aient pu se dérouler. Certes c'est un roman mais il est évident que ce n'est pas que ça et que l'autrice s'est sacrément documenté pour l'écrire.
Les personnages sont complexes, leur personnalité bien creusée.
En ce qui concerne Nathan et Alice, très importants car au cœur de tout ça, ils sont touchants même si parfois le jeune homme est une vraie tête à claque. Il n'a pas compris où il mettait les pieds et qu'en allumant une minuscule mèche, il peut allumer un grand feu. Etre blanc et mettre les pieds dans une réserve indienne, avec le père qu'il a et qui traficote, ne sera pas sans conséquences. Il va lui falloir assumer ses actes.
Quand à Alice, son passé va la rattraper et lui sauter au visage ; mais il m'est impossible d'en dire plus.
J'ai été scotchée par ce roman, comme souvent avec les publications des éditions Taurnada.
L'écriture d'Estelle Tharreau fait mouche, elle nous emmène au cœur de l'inconcevable et ça fonctionne parfaitement.
C'est complexe, avec un dénouement inattendu. J'ai adoré être remuée par ma lecture.
Le Dernier festin des vaincus est un excellent thriller que je vous recommande sans aucune hésitation et note cinq étoiles bien méritées.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'auteure, le livre (250 pages, 2023) :
Estelle Tharreau est une auteure lyonnaise coutumière des polars appelés à servir une juste cause.
Avec Le dernier festin des vaincus, elle a choisi de nous emmener dans les terres des indiens Innus en Amérique du Nord pour y évoquer un sujet de sinistre réputation : les mauvais traitements (quel euphémisme) infligés aux enfants indiens dans les pensionnats catholiques.
Une violence institutionnelle au service de la purification ethno-culturelle et de la colonisation blanche.
Les excuses et indemnités ne sont arrivées qu'en ... 2021.
Un thème que l'on avait déjà exploré avec les remarquables romans et nouvelles de Joseph Boyden.

On aime beaucoup :
• On apprécie que l'auteure prenne son temps pour installer les différents personnages d'une petite ville perdue au nord du Québec non loin d'une réserve indienne : le chef de la police indienne, l'animatrice féministe d'une radio locale, le chef de tribu, des familles ravagées par l'alcool et la drogue, quelques blancs aussi, le maire et le flic de la ville, un riche notable propriétaire d'une cabane de chasse, ...
Deux jeunes également (un étudiant blanc à l'enthousiasme naïf et ambitieux, une indienne au passé sombre et mystérieux) qui viennent de la capitale pour réveiller la bourgade étouffée dans ses silences.
Des personnages un peu trop stéréotypés mais c'est nécessaire pour la démonstration.
Les indiens adultes et parents d'aujourd'hui, ce sont les enfants brimés, battus et violés dans les pensionnats catholiques : toute une génération perdue incapable de retrouver une vie familiale et sociale "normale", incapable d'apporter amour et éducation à la génération suivante.
• Une fois que le lecteur a fait la connaissance des forces en présence, il ne manque qu'une ou deux allumettes pour exacerber la tension larvée qui couve sous la neige. Ce sera l'annonce de l'implantation d'une scierie industrielle et la disparition d'une jeune indienne.
• On a beaucoup aimé : une lecture agréable, une intrigue solide, un contexte documenté et bien exploité.

L'intrigue :
Dans ce microcosme enneigé, on annonce l'installation d'une grande scierie industrielle qui va bouleverser l'équilibre précaire d'une région déjà meurtrie.
Dans le même temps, Naomi, une jeune indienne, est portée disparue.
La police croit bien faire en mettant sur le coup un jeune flic naïf et discret qui devrait permettre d'enterrer l'affaire au plus vite.
Tout va s'embraser lorsque les tractopelles de la scierie vont déterrer d'effroyables secrets ...
Tandis que le fantôme d'un caribou hante les plaines enneigées, il faudra attendre les derniers mots d'une prophétie indienne pour saisir le sens de ce titre mystérieux.
Pour celles et ceux qui aiment les indiens.
Livre lu grâce à NetGalley et aux éditions Taurnada.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'intrigue de ce roman va bien au-delà de la simple résolution d'une enquête criminelle. Elle met en lumière la vie des autochtones dans les réserves du canada où ils sont livrés à l'alcool, à la drogue pour échapper à un quotidien sans espoir. Pour les "éduquer", pour les "civiliser", des enfants ont été arrachés à leur famille et enfermés dans des pensionnats où non seulement on a détruit leur culture mais aussi leur existence puisqu'on leur a fait subir des traitements humiliants et des sévices sexuels.
L'un d'eux, devenu adulte, Peter, l'oncle de la première jeune femme indienne trouvée morte, de victime est devenu bourreau. Dans ce milieu violent, chacun essaie de survivre mais avec quelles souffrances et quelles addictions !
Un roman très bien construit, qui pose des questions sur la responsabilité des colonisateurs.
Merci à NetGalley et aux éditions Taurnada pour cette découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman qui m’a remué car ce thriller est fondé sur un état de fait réel : le mépris et l’indifférence de l’homme blanc envers les peuples autochtones du Canada ! Les femmes sont encore plus mal loties : « Au Canada, une autochtone a dix fois plus de risque de se faire assassiner qu'une autre femme. »

Il n’est pas assez loin le temps où les enfants étaient mis de force dans des pensionnats religieux afin de les briser, leur faire oublier leur racine et leurs coutumes, leur identité ! Privations, violences, exploitations sexuelles n’ont pu que mener à une vie misérable et alcoolisée, pour la plupart, parqués dans des réserves, voyant petit à petit leurs terres ancestrales détruites et profanées !

Le soir du Réveillon du 31 décembre une jeune fille de la réserve disparaît sans que sa mère, minée par l’alcool, s’en émeuve ! Seuls vont s’en préoccuper un jeune flic, Robertson, nouvellement nommé dans la ville voisine et une autochtone qui tente d’aider les plus jeunes à retrouver de la dignité ! Une enquête qui n’aura d’enquête que le nom mais qui aboutira à des réponses douloureuses qui ne régleront rien !

Dans leur ensemble les personnages sont “brut de décoffrage”, le trait parfois forcé pour bien montrer la frontière entre blancs et indiens, et la difficulté pour ceux qui le désireraient de s’intégrer à l’une ou l’autre des communautés.

Impossible de ne pas être révolté pendant la lecture, d’autant plus avec le souvenir des charniers d’enfants autochtones découverts près des anciens pensionnats !

Dans les textes la colonisation n’existe plus mais dans les faits, elle est plus forte que jamais, les innues sont maintenant les instruments de leur propre destruction et le chemin semble bien long avant qu’ils puissent retrouver ne serait-ce qu’un peu de dignité !

#LeDernierfestindesvaincus #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il y a de plus en plus de récit actuellement concernant les autochtones, celui-ci venant des éditions Taurnada m'a tapé dans l'oeil et j'étais curieuse de découvrir cet écrit venant d'Estelle Thareau.

Je dois avouer avoir beaucoup aimé l'écriture de l'auteur et très vite j'ai été embarqué dans ce récit, on comprend très rapidement que dans cette réserve il y a beaucoup de souci de drogue, d'alcool et autre.

Le côté enquête fonctionne également très bien et donne un côté addictif au récit.

Même si je n'ai pas eu d'empathie particulière pour les inspecteurs sur cette lecture, j'ai cependant appris plus avec plaisir sur cette situation au Canado concernant les autochtones.

Sur un faible nombre de page l'auteur parvient à nous transmettre des émotions concernant ce peuple.

Je lirai avec plaisir d'autres récits concernant ce sujet ou d'autres récits de cet auteur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :