La Mort d'un frère

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 6 oct. 2023 | Archivage 31 déc. 2023
Éditions du Seuil, Romans étrangers

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LaMortdunfrère #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

« J’ai écrit ce livre pour lutter contre mes propres démons : le chagrin, la rancune, la peur. Je l’ai écrit pour tenter de trouver un sens à une perte : la perte d’un soldat parmi les milliers de pertes subies par l’armée ukrainienne ; celle d’un frère unique à mes yeux. En couchant ces textes sur le papier, j’ai voulu échapper à la noirceur du deuil, me soulager de la haine qui semait ses graines en moi, pour tenter d’avancer. Ce livre donne un nom, et une histoire, à une seule des vies humaines perdues au cours de cette guerre, mais j’espère qu’il pourra servir à consoler d’autres cœurs endeuillés. »

Que faire du souvenir d’un frère ? Comment lui survivre et faire vivre ce lien intime et si singulier dans un contexte où la violence politique emporte tout sur son passage ? Mêlant témoignage, souvenirs et réflexions, ce livre d’une grande honnêteté est une bouleversante traversée du deuil et un hommage, rempli de tendresse et de chagrin, à un frère perdu au combat, mais retrouvé par l’art et l’écriture.

« Intime et personnelle, cette chronique d’un amour et d’un deuil transcende les époques et les lieux ; brutale et universelle, elle soulève la seule question qui demeure : pourquoi ? »

Philippe Sands

« J’ai écrit ce livre pour lutter contre mes propres démons : le chagrin, la rancune, la peur. Je l’ai écrit pour tenter de trouver un sens à une perte : la perte d’un soldat parmi les milliers de...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782021544145
PRIX 21,50 € (EUR)
PAGES 224

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

C'est le titre d'une professeure qui enseigne l'histoire de l'Europe centrale, celui d'une femme ukrainienne qui a émigré en Angleterre il y a quelques années de cela, celui d'une sœur qui a perdu l'un de ses frères à la guerre, qui oppose son pays à la Russie. Pas celle qui a débuté en février 2022 avec l'invasion des troupes russes, mais en 2017 dans la guerre du Donbas. Olesya Khromeychuk s'implique également dans le théâtre, c'est en partie par l'art dramatique qu'elle a vécu son deuil, la mort de ce frère, et apprivoisé sa douleur et son chagrin. Volodya, Volodymyr Pavliv (1974-2017) est mort en 2017, seul dans une tranchée située à la frontière est-ukrainienne, d'un traumatisme crânien suite à l'impact d'un fragment d'obus.

C'est l'histoire d'une mort, aussi celle de la vie du frère, et surtout du deuil qu'il a bien fallu faire : la vie de l'aîné de trois enfants qui a décidé un jour de prendre les armes pour défendre son pays. Ce récit est introduit par deux préfaces, l'une de Philippe Sands, avocat et auteur franco-britannique, l'autre de Andreï Kourkov, l'auteur ukrainien que l'on ne présente plus. Car l'histoire personnelle de Volodymyr Pavliv, mort à 42 ans, dans les eaux noires et boueuses de l'Ukraine orientale, relève aujourd'hui de l'histoire du pays, celle de la vie d'un soldat tombé au front contre l'impérialisme russe. Une histoire individuelle, une histoire familiale, que cette sœur met à plat pour restituer la vie de ce frère aîné qui avaient ses faces sombres, ignorées de ses proches, et dont l'existence n'a pas tout à fait pris fin avec sa vie. Une vie prolongée par des photos et des vidéos retrouvées dans son téléphone portable, une partie de son héritage, outre l'uniforme et matériel militaire, et l'argent de ses soldes. 

À titre personnel, ce livre est sans doute l'un des moyens mis en œuvre par la psyché de l'autrice pour faire et achever le deuil de son grand frère. À titre général, il réveille la conscience générale trop habituée aux conflits, à voir régulièrement Volodymyr Zelenski en tenue militaire et à entendre les inepties que le président russe préfère régulièrement, dans le plus grand des calmes, à la face du monde. L'addition des drames humains est devenue un chiffre sans visage, ni identité, l'expérience de Olesya Khromeychuk est à mon point de vue essentielle pour rappeler si besoin, se rendre compte à quel point chacune des hommes, femmes, enfants morts sur le front est dévastateur pour la famille, en premier lieu. Olesya Khromeychuk reconstitue l'histoire de son frère, à travers le prisme de l'histoire familiale depuis l'Ukraine jusqu'à leur exil aux Pays-Bas et en Angleterre. De cet aîné dont il lui manque les premières années de vie, et d'autres aspects de sa vie actuelle qu'il gardait pour lui. De cet homme secret, revenu en Ukraine après son exil en Europe de l'Ouest, qui a fini par lui trouver un sens en s'engageant volontairement pour défendre son pays. Et un ultime hommage à ce frère, mort trop jeune en héros. 

On ressent le besoin de cette sœur de redécouvrir et parler de l'homme, de laisser une trace qui permettra à chacun d'appréhender l'histoire de ce soldat, l'histoire de Volodya, leur relation. D'évoquer cette guerre interminable qui a forcé leur exil, et qui a marqué d'une plaie béante la famille, dans l'histoire du pays et au sein de l'Europe. Oleysia n'est pas qu'une sœur de soldat, elle est aussi historienne et en tant que telle, elle se pose en tant qu'observatrice des mouvements géopolitiques entre une Europe trop passive, une Russie agressive et agresseuse, qui profite de la peur latente que fait planer la menace de la bombe nucléaire, et entre les deux une Ukraine, qui fait ce qu'elle peut pour ne pas se laisser engloutir par son voisin affamé. De tous les faits, anecdotes marquantes que l'on peut relever, il y a la découverte de tout le contenu du téléphone portable du soldat, photos, vidéos, et messages jamais envoyés, un dernier lègue, le plus important, un témoignage posthume de son expérience sur le front, de ce qu'il n'a jamais eu l'occasion de partager de son vivant, et de l'attachement qui témoignent de ces messages écrits mais jamais envoyés. Des vidéos dont elle va d'ailleurs se servir pour monter sa pièce de théâtre. 

Je regrette un peu les couvertures des Éditions anglophone, néerlandaise et allemande qui laissent tout juste entrevoir, sans jamais le dévoiler totalement, le visage de feu Volodymyr Pavliv, un visage et vie qui marqueront le lecteur, en tout cas la lectrice que j'ai été. Néanmoins, ce témoignage de l'entourage d'un soldat mort à la guerre reste pour moi essentiel afin d'humaniser et individualiser les massacres, remettre une vie, un visage, une histoire sur ceux tombés au combat et qui n'ont plus que la mémoire de leur proche pour témoigner de leur vie : je crois que les lire, c'est la moindre des choses que l'on puisse faire, depuis l'ouest, bien loin de la guerre qui déchire l'Europe de l'Est.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :