A l'ombre de la cité Rimbaud

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 24 août 2022 | Archivage 15 oct. 2022
ELIDIA, Editions du Rocher

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #AlombredelacitéRimbaud #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Dans la famille de Maya, originaire du Mali et vivant dans une HLM de banlieue parisienne, les filles sont élevées dans la tradition patriarcale, les coups pleuvent souvent et les interdictions sont nombreuses.

À 6 ans, lors de ses premières vacances à Bamako, elle subit une excision. Rapidement, elle comprend que cette mutilation est voulue par ses parents, qu'elle doit taire sa douleur, prendre sur elle. Seule la voix de Céline Dion lui donne un peu de courage.

Mais surtout, à l'adolescence, un professeur de français l'ouvre à d'autres cultures, d'autres mondes. L'école la sauve, l'arrachant à sa cité Rimbaud où elle étouffe, à son foyer où l'on veut la préparer à devenir une femme exemplaire, c'est-à-dire mariée, mère de famille et gardienne des coutumes.

« La liberté s'acquiert par la connaissance » devient sa maxime.

Face au poids des rites et des croyances, Maya oppose sa force, sa rage, refusant de se résigner à son sort, sans pour autant renier ses deux identités.

Un récit inspiré de la vie de l'auteur et de ses rencontres. Bouleversant.

Née en France de parents sénégalais, Halimata Fofana a été excisée à l'âge de 5 ans. Elle se consacre aujourd'hui à l'écriture et à la réalisation.

Les mutilations sexuelles faites aux femmes sont devenues son combat.

Dans la famille de Maya, originaire du Mali et vivant dans une HLM de banlieue parisienne, les filles sont élevées dans la tradition patriarcale, les coups pleuvent souvent et les interdictions sont...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782268106724
PRIX 16,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers ma Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Halimata Fofana nous livre ici un témoignage émouvant et authentique de ce qu'elle a vécu "à l'ombre de la cité Rimbaud". Ce titre est un véritable réquisitoire contre l'excision. De nombreuses jeunes filles sont victimes en silence, le traumatisme est lourd à porter et il est si difficile de briser le tabou, ce silence imposé aux jeunes filles. Halimata est courageuse, son livre devrait être lue par les jeunes filles de banlieues mais aussi par tous les adultes qui côtoient ces jeunes filles et qui peut-être préfèrent se voiler la face qu'affronter la terrible réalité.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un texte à la fois beau et difficile: l'histoire de Maya, dont les parents, originaires du Mali, reproduisent à la maison toutes les traditions qui pourtant les enferment... Nous la suivons de la petite enfance à l'âge adulte, dans un parcours initiatique écartelé entre les possibilités et ouvertures offertes par l'école et l'extérieur et le poids des contraintes, corvées de la maison. Pas de colère mais plutôt une réflexion sur la manière de sortir de ce cercle vicieux, l'importance de la parole et de l'éducation.
J'ai beaucoup aimé les personnages des deux soeurs aînées qui donnent une lueur d'espoir à ce tableau très sombre!
Je le recommanderai volontiers à mes élèves qui, pour la plupart, vivent la même expérience mais aussi à ceux qui ignorent tout de ces réalités!
Je remercie Netgalley pour cette découverte!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est un roman très touchant et percutant à plusieurs niveaux. Il est très touchant pour Maya elle-même, ce qu'elle a subi enfant, tout ce qu'elle a vécu en grandissant, toutes les fois où elle s'est relevée. C'est extrêmement bien raconté, très clair sur ce qu'elle vit, ce qu'elle ressent, mais aussi sur pourquoi elle le vit, pourquoi l'excision est pratiquée, comment les femmes reproduisent les souffrances qu'elles ont vécues. Et on rejoint ainsi un autre niveau : ce roman est très fort car il parle au nom de toutes les filles qui vivent cela, les filles des cités entre deux cultures, leur dignité, leur avenir, leur possible reconstruction. C'est un récit qui à la fois révèle, explique et donne de la force. Et tout ce qui est autour de la musique, la force que Maya et sa soeur y trouvent, le refuge que ça représente, ça aussi c'est très percutant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Maya, qui vit en région parisienne, a une enfance heureuse jusqu'au jour où elle passe brusquement à une enfance détruite. En vacances au Mali, accompagnée par sa tante en qui elle a confiance, elle subit une excision à l'âge de six ans.
Dans son foyer, les traditions ancestrales dominent, elle voudrait raconter ce qu'elle a subi mais comprend que sa mère, son père savent et que c'est ainsi.
A l'adolescence, la musique est son refuge. Elle se prend de passion pour la musique de Céline Dion. Son professeur de français lui est aussi d'un grand secours. Avec sa soeur, elle va se battre, adulte, pour que soit reconnue sa douleur et que des mots soient mis sur son histoire.
Un témoignage bouleversant, l'auteure a elle aussi été excisée. Un livre qui rappelle le combat incessant des femmes victimes pour que la pratique de l'excision cesse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Maya vit dans la cité Rimbaud en région parisienne. Aînée d'une grande fratrie d'origine africaine, elle se doit d'obéir à ses parents et de respecter les traditions de leur culture. Maya est aime lire, écrire, s'instruire, c'est une petite fille pleine d'espoir et d'envie de vivre. Jusqu'au jour où ses parents la ramènent pour des vacances au pays et lui font subir l'excision. Et Maya ne sera plus jamais la même.
C'est une lecture bouleversante et effarante.
Le style est franc, incisif, certains passages sont crus et durs à lire. Je ne savais pas que de telles pratiques étaient encore possibles en France.
Maya nous décrit sans concession et ton critique le milieu dans lequel elle vit, que ça soit le milieu familial remplit de violence envers les enfants et sa mère, et sa culture en total décalage avec la culture française, mais aussi la banlieue et ses codes particuliers. Les mots sont sans détour. Le lecteur ne peut qu'avoir de l'empathie envers Maya et ses soeurs, qui se débattent entre leur culture, les règles de leur famille et l'indépendance qui pourrait être à leur portée en France. Maya souffre de voir comment les femmes sont traitées. Pourquoi sa mère veut qu'elle ait la même vie qu'elle, alors qu'elle a souffert et souffre encore autant ? Pourquoi les filles de sa banlieue suivent le même chemin que leurs mères alors qu'elles pourraient avoir une meilleure vie. Le seul espoir de Maya ? L'éducation.
C'est un livre qui marque, un récit qui prend aux tripes. Impossible de rester de marbre en lisant ces lignes.
Un livre nécessaire.
Je remercie Netgalley France et les éditions du Rocher Elidia pour cette lecture marquante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Maya est une petite fille qui vit en banlieue parisienne, dans la Cité Rimbaud. Originaire du Mali, son père et sa mère préservent les traditions, tout en laissant tout de même leurs enfants aller à l'école. Une fratrie de 7 enfants et Maya va nous raconter son enfance, adolescence et sa vie de jeune femme. Maya va essayer de concilier ses racines africaines et l'ouverture à d'autres idées, sentiments qu'elle découvre à l'école et à l'extérieur de la maison. "Et moi, j'ai appris à mentir très jeune. C'était une question de survie. Mentir pour s'octroyer des moments de liberté. Au fils des années, je suis devenue experte en mensonge pour échapper à la vigilance de mes parents" (p32).
L'auteure est très proche de son personnage et nous raconte, à travers les mots, les sentiments de Maya, la difficulté d'être ainsi ballottée entre deux cultures. Au fils des ans et des rencontres que fait Maya et sa soeur, elle va prendre conscience de la difficulté de trouver son chemin et sa liberté de choix. "Je sens que la liberté a un prix. Je ne pourrai l'acquérir que dans l'opposition, qu'en enfreignant les règles, qu'en me battant, qu'en acceptant finalement de me mettre en danger." (p 85).
L'auteure parle très bien de cette difficile situation d'être obligé de choisir entre des traditions et des espoirs d'émancipation. Elle dénonce certaines pratiques qui perdurent car traditionnelles, et en particulier, l'excision des petites filles. Maya va subir l'excision lors de vacances d'été au Mali. Halimata Fofana est membre de l'association "excision, parlons en", qui mène des campagnes de sensibilisation dans les quartiers. "Seules les femmes peuvent mettre fin à cette coutume mais pour cela il faudrait qu'elles prennent conscience de la barbarie de l'acte." (p129). "Je ne comprends toujours pas pourquoi nos mères, qui ont été victimes à un moment donnée répètent ce supplice, et en ce sens s'en prennent à leur propre progéniture. Nos mères savent ce qu'elles font. Elles nous envoient à l'échafaud pour couper l'organe consacré au plaisir. le plaisir pour une femme est banni. Il 'y a pas d'un côté les victimes et de l'autre les bourreaux. Ils sont interchangeables. (p207)
Elle fait aussi l'éloge méritée du rôle de l'école et le portrait d'une vaillante professeure de français. "- Alors, maintenant on va choisir les textes non pas sur la qualité des textes mais sur la couleur de peau de l'écrivain. On touche le fond. Vous avez raison, Construisez les barreaux de votre propre prison. " (p 196).
Elle décrit très bien la difficulté de ses enfants qui sont déchirés entre leur milieu familial et les choix que la société "extérieure" leur offre. "D'un côté, je me déploie, je m'instruis, de l'autre, je me sens redevable vis à vis de mes parents et cette loyauté est une prison. Il faudrait choisir entre ces deux vies, mais la rupture serait totale et le retour en arrière impossible. En suis je capable ?" (p179)
Ce roman est un bel hommage au courage des filles, des femmes africaines qui essaient de trouver leur voie mais sans pour autant rompre avec leur origine.
"Je crois qu'être femme est une grande injustice. Il n'y a rien de pire dans ce monde que d'être une femme . Hors d'Occident, la femme est utilisée comme appât, comme bouclier ou comme arme de guerre. (p185)
Comment être soi et non celle qui joue le rôle que d'autres ont écrit pour elle ? C'est un combat sans fin. Je suis une femme et de couleur noire. Pour l'homme blanc, elle est une curiosité exotique tandis que l'homme noir l'étouffe avec son protectionnisme exacerbé. Je dois sans cesse prouver que je suis plus qu'une enveloppe corporelle. Les regards des autres m'enferment. Est ce ma couleur de peau qui définit mon identité. Est ce mon sexe qui définit mon identité ? (p183)
#AlombredelacitéRimbaud #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est le récit d'une jeune fille issue d'immigration, d'un couple malien, installé dans la région parisienne « la cité Rimbaud » Maya est tiraillée entre deux cultures. Maya est comme de nombreuses jeunes filles et jeunes femmes dont les parents alourdissent leurs épaules de poids des traditions ancestrales avec cette idée que les filles à l'encontre des garçons sont les garantes de la pérennité des us et pratiques parfois handicapantes à la réalisation de leurs rêves, de leurs objectifs et des espérances.
L'auteure avec une écriture simple et fluide, une présence agréable de dialogue, nous parle de ce mal-être, de cette schizophrénie qui pousse ces jeunes gens à abdiquer et à se soumettre aux volontés des parents et être condamnés à vivre en marge de la société du pays accueillant, ou au contraire de s'affranchir de ces étaux et de braver l'impensable et de s'en sortir. Maya, elle, trouvera inspiration et courage dans les chansons de Céline Dion, et les encouragements de sa prof,bâtira son avenir au prix fort (excision, mariage forcé, interruption et privassions de scolarité, l'ingérence de l'entourage dans sa vie privée) une lecture vraiment inspirante ; ne jamais baisser les bras.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :