Le Spirou d'Emile Bravo

Tome 5 - L'espoir malgré tout (Quatrième partie)

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Publication 20 mai 2022 | Archivage 17 juin 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LeSpiroudEmileBravo #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Alors que les Alliés ont débarqué en Normandie, Fantasio s'apprête à faire sauter un train transportant une unité blindée nazie. Spirou l'arrête juste à temps : c'est un train de déportés ! Et il est même persuadé d'avoir entendu Felix l'appeler d'un wagon ! C'est finalement Spip qui fera sauter le train allemand, vengeant ainsi la mort de Madeleine, la femme qui avait fait entrer Fantasio en Résistance et dont il était tombé amoureux.

Quatre semaines plus tard, les Anglais sont à Bruxelles et Spirou n'a qu'une hâte : s'assurer qu'il s'est trompé et que Felix et Felka, ses amis peintres juifs allemands, sont sains et saufs. Mais les nouvelles dramatiques s'accumulent. Et le retour des déportés, l'épuration, les exactions des résistants de la dernière heure vont révéler encore bien des failles dans l'humanisme de certains des vainqueurs...

Suite et la fin de ce passionnant roman sur la Seconde Guerre mondiale vue par les yeux d'un adolescent ingénu et humaniste et d'un zazou inconscient.

Alors que les Alliés ont débarqué en Normandie, Fantasio s'apprête à faire sauter un train transportant une unité blindée nazie. Spirou l'arrête juste à temps : c'est un train de déportés ! Et il est...


Formats disponibles

FORMAT GF cartonné
ISBN 9791034731640
PRIX 13,50 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Clap de fin pour cette série qui n'étant pas connaisseuse et fan de Spirou, m'a intéressée de par la Seconde Guerre mondiale. La déception est sur cet épilogue relativement court par rapport aux autres albums. Beaucoup de sujets sont abordés comme les représailles, l'enrôlement de force des jeunes Allemands, la tonte des femmes...

L'image de la couverture donne le ton de ce dernier album, le danger est bien présent et l'illustration est intrigante et donne envie d'en savoir plus. A la fin de l'album, un hommage à Félix Nussbaum et sa femme Felka, artistes juifs, déportés dans le dernier convoi à Auschwitz Birkenau le 31 juillet 1944, témoins et victimes de la Shoah.

Spirou et Fantasio voient passer un train de déportés dans lequel Spirou est persuadé d'avoir entendu l'appel de son ami Félix. Fantasio est toujours lui-même, à la recherche du train qu'il veut faire sauter peu importe les vies innocentes qu'il y a dedans. A la libération de Bruxelles, Spirou apprend que la Gestapo a arrêté ses amis peintres. Les reverra-t-il ?

Tandis que les Belges font les règlements de compte, Spirou et Fantasio se voient proposer deux emplois dans un journal. En rentrant chez lui, Spirou retrouve son propriétaire, un homme d'église sans scrupules qui l'a dénoncé à la Gestapo. La guerre est encore loin d'être finie dans le monde et les enfants jouent avec les armements laissés par les soldats Allemands. 

Huit mois plus tard.

La guerre en Europe est finie, les déportés reviennent et doivent se faire oublier, l'horreur se lit sur leurs visages méconnaissables. La fiancée de Spirou lui a laissé une lettre, un aurevoir sur leur relation due aux conséquences de sa déportation. Elle part en Palestine comme beaucoup de Juifs fonder l'Etat d'Israël, une nouvelle guerre qui aura également son lot de victimes.

Quant à Spirou et Fantasio, ils partent vers de nouvelles aventures.

Un tome plutôt décevant par rapport aux précédents. Le nombre de page étonne, les évènements s'enchaînent mais manquent d'intensité. Le point positif est l'hommage rendu à Félix Nussbaum et le clin d'œil avec la présence de Tintin.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le dernier tome a la lourde charge de conclure une saga qui, avec le journal de l'ingénu, aura balayé une période vaste et dramatique pour la Belgique (et le monde entier).
Après avoir montré le courage de nombreux résistants et leur organisation dans la troisième partie, Emile Bravo n'hésite pas à fustiger les résistants de la dernière heure tout en pointant les erreurs de jugement et les procès hâtifs liés à la libération.
Le jeune lectorat risque de trouver le dessin d'Emile Bravo un peu désuet mais il serait très caricatural de s'arrêter à cette impression.

Adepte de la ligne claire, son style et son cadrage en gaufrier respecte à la perfection les codes classiques de la narration Bd, voire les sublime.
Il est tout de même impressionnant de voir la minutie de ses cases et la fluidité de la narration.
Sa technique est juste parfaite et chacune de ses pages est une leçon qui, souvent, est le fruit d'une grande réflexion en amont.
"Spirou : l'espoir malgré tout" est une oeuvre magistrale, puissante qui donne à réfléchir.
Si le récit, au vu de son immensité, n'échappe pas à quelques longueurs, on retiendra avant tout la réflexion passionnante qu'Emile Bravo porte sur l'humanité et prouve à quel point nous sommes capables du meilleur... comme du pire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cela fait déjà un petit moment que la série a été lancée et c'est toujours avec plaisir que je découvre la suite des aventures de Spirou Malgré tout.
Ce dernier opus, la suite et la fin de leur engagement dans la Résistance, de leurs victoires et leurs déboires alors que les Allemands ont envahi la Belgique et que les camps de la mort font toujours parler d'eux.
Comme d'habitude, les actions et remarques de Spirou et de Fantasio, leurs doutes, leurs questionnements nous amènent à nous-même réfléchir sur nos propres choix. Cette fois-ci le tome ouvre sur une des questions fondamentales qu'on animé les salons longtemps après la fin de la guerre : a-t-on le droit de tuer pour la bonne cause ?
Bien sûr, on est dans Spirou, et il n'y a rien de lourd ou de moralisateur, d'ailleurs je trouve la bande dessinée assez proche de la réalité de la guerre, avec sa violence, ses moments d'euphorie, ses peurs, ses dénonciations honteuses...
Il ne s'agit donc pas d'un Spirou pour les plus jeunes, mais bien une bande dessinée qui parle de cette période avec recul et qui mêle tout de même la fraîcheur des personnages pour que cela reste un album d'aventures.
Je recommande aux enseignants et aux parents !
Merci aux éditions Dupuis et à #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :