Le Chant des cavalières

Lu par Cécile Delacherie
Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 11 mars 2022 | Archivage 8 avr. 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LeChantdescavalières #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Un royaume divisé, instable, des forces luttant pour le pouvoir. Un Ordre de femmes chevauchant des dragons. Des matriarches, des cavalières, des écuyères et, parmi elles, Sophie, l’élue, qui attend. Pour trouver sa place, elle devra louvoyer entre les intrigues de la cour et de son Ordre, affronter ses peurs et ses doutes, choisir son propre destin, devenir qui elle est vraiment.

Nouvelle venue dans le paysage de la fantasy francophone, Jeanne Mariem Corrèze livre ici un premier roman faussement classique, au style sensible et envoûtant.

Pépite de l'imaginaire 2020

Un royaume divisé, instable, des forces luttant pour le pouvoir. Un Ordre de femmes chevauchant des dragons. Des matriarches, des cavalières, des écuyères et, parmi elles, Sophie, l’élue, qui attend...


Formats disponibles

FORMAT Livre audio, Intégral
ISBN 9782364069909
PRIX 21,90 € (EUR)
DURÉE 13 Heures, 16 Minutes

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (AUDIO)

Chroniques partagées sur la page du titre

J'ai l'impression de me répéter critique après critique, mais aux éditions VOolume, c'est toujours un réel plaisir que de poser mes écouteurs dans mes oreilles, d'appuyer sur play et de me laisser guider par des voix envoutantes, toujours très bien sélectionnées pour les histoires qu'elles accompagnent. Cécile Delacherie, notre lectrice, ne déloge pas du tout à la règle, avec sa voix de conteuse aussi poignante que l'histoire qu'elle lit ici.

"Le Chant des cavalières" de Jeanne Mariem Corrèze est un très chouette roman de fantasy, pleine de poésie romanesque, avec de belles figures de style et très clairement un grand amour pour la langue française. La promesse d'enjeux dans ce monde matriarcal n'est pas tout à fait tenue; on s'attend probablement à plus de rebondissements avec tous ces dragons et leurs guerrières, ainsi qu'à une protagoniste plus déterminée. Le livre est principalement constitué de grandes descriptions et passe un bon bout de temps à étoffer ses personnages et ses lieux, peut-être parfois au détriment d'une vraie trame et d'enjeux.

Avec quelques longueurs en première partie et pas mal de précipitations vers la fin, le roman est agréable à écouter, malgré son changement de rythme (que j'aurais voulu plus soutenu sur toute sa longueur). Je pense qu'il s'adresse surtout pour un public qui aiment les histoires à ambiance lyrique (dont le style semble s'en inspirer certainement ici), et c'est on ne peut plus approprié sous sa forme narrée dans ce cas précis.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est la première fois que je découvrais ce type de livre. Je me suis toujours demandée si c’était bien et j’ai trouvé que c’était une bonne expérience d’écouter ce genre de roman. Je me suis mise à faire de la peinture en même temps que je l’écoutais car impossible pour moi de ne rien faire en même temps, je me serais endormie sinon. Et même sans ça, j’ai eu du mal à me concentrer sur mon écoute. J'ai moins bien réussi à imaginer les scènes ou les décors et les paysages. Je pense que c'est dû au fait que j'ai une facilité d’imagination lorsque je les vois ou lorsque je lis. Là, c'était beaucoup plus dur à imaginer, même si les descriptions étaient bien présentes et précises surtout.
Concernant la narration, c’est une voix rauque mais agréable que l’on entend. J’ai trouvé quelques défauts dans la lecture au moment des fins de phrases, ça m’a perturbé un peu. Je m'attendais surtout à ce que les phrases continuent ou qu'il y ait encore quelques mots ensuite, mais non. L'intonation était ascendante et non descendante comme lors des fins de phrases.
En revanche, l'histoire est très poétique. Il y a beaucoup de détails et de belles descriptions. J'ai retenu pas mal de passages rythmés, avec des rimes et des vers, comme dans un poème. C'était très beau et ça m’a permis de voyager dans un ailleurs lointain. Le langage est très soutenu dans ce roman, donc par moment c’est agréable mais à d’autres c’est trop pompeux et ennuyant. La plume est très fournie mais agréable. C’est pourquoi, je pense que c’était mieux que je l'entende plutôt que je le lise parce que ça m'aurait paru très long et ennuyant. J'aurais mis 500 ans avant de le terminer. Déjà qu’il faisait 13 h d'écoute environ, ça doit être une sacrée brique à lire.
Les personnages sont sympathiques à suivre mais j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à eux. La manière dont le récit est raconté à fait que j’étais détachée d’eux, je n’ai pas ressenti d’émotions pour eux comme j’ai pu en ressentir pour d’autres dans d’autres romans. Tout semblait froid et détaché.
Je trouve que l’intrigue ressemble énormément à celle du Prieuré de l’oranger de Samantha Shannon, notamment le monde dans lequel les personnages évoluent, les créatures ainsi que le groupement religieux avec des femmes. Mais j’ai largement préféré le roman de Samantha Shannon.
Conclusion : Une bonne expérience de lecture même si je préfère mille fois lire un bon vieux livre papier qu’écouter un audible. C’est inimitable. Quant à l’intrigue, c’était sympa mais pas inoubliable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La première chose qui m'a attirée dans ce roman, c'est sa couverture, sobre mais pourtant très tentatrice ! Le titre et le résumé ont ensuite fini de me convaincre à me lancer dans cette histoire, emportée par une narratrice aux voix multiples qui a une élocution très douce qui colle parfaitement avec un style travaillé, poétique, voire onirique par moments.

Tout d'abord, il faut parler de l'univers ! Nous sommes dans une cité matriarcale où les femmes, pour certaines, passent de novices à écuyères puis cavalières, le tout chapeauté par une matriarche qui circule de cité en cité, rencontre princes et autres matriarches dont les opinions et orientations politiques divergent parfois des siennes. On retrouve également des herboristes, des aînées... Bref, tout ce petit monde est organisé comme une vraie société. C'est dans celle de Nordo (orthographe à vérifier puisque livre découvert en audio) que nous faisons la connaissance de ce système. C'est un roman qu'on peut qualifier de choral car de chapitre en chapitre il nous permet de suivre différents personnages, avec pour fil rouge le destin de Sophie, l'écuyère de cendres de la nouvelle matriarche, mais aussi son amie d'enfance ou encore Eliane, la cavalière qui va succéder à Aquilon. Chaque femme a un rôle, un statut, mais aussi un caractère bien dépeint et différent de ses comparses.

Au-delà des originalités du monde créé par l'autrice, il y a des thèmes forts et des sujets souvent tus qui sont mis sur le devant de la scène. On parlera ici sans ambages de règles qui régissent la vie des novices (on ne peut avoir de dragons tant que le 1er sang n'a pas coulé par exemple) ou de relations saphiques. Les dragons ont également mes faveurs et ont été un avantage non-négligeable dans cette histoire où je me suis prise à rêver que moi aussi je survolais le monde sur leur dos.

Le bémol ? Eh bien là où le bat blesse c'est dans le rythme. Le récit est très lent, tellement que parfois on en perd le fil rouge. Même dans les passages d'action, la tension n'est pas suffisante pour nous emporter et nous faire trembler pour les personnages. Si le style très poétique évoqué plus tôt est un point positif pour moi, il convient malgré tout de mieux doser les phases actions / descriptions pour une meilleure dynamique du récit.

En conclusion, le chant des cavalières et un récit de fantasy assez contemplatif, mêlant politique et apprentissage. L'univers est riche et les personnages bien différenciés, manque juste de dynamisme pour vraiment nous emporter.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :